Navigation – Plan du site
Recensions

Christophe Delay (2011).
Les classes populaires à l’école. La rencontre ambivalente entre deux cultures à légitimité inégale.

Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 321 p.
Françoise Robin
Référence(s) :

Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2011, 321 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Dès la première page de l’ouvrage, Christophe Delay situe son propos dans la lignée des courants de recherche qui ont cherché à éclairer le paradoxe de l’institution scolaire : souhaiter produire de l’égalité et, en réalité, reproduire des inégalités. Comment cela est-il possible ? Quels indicateurs pour comprendre ? L’auteur choisit pour aborder ces questions une posture compréhensive et une démarche ethnographique, analysant la rencontre directe entre culture scolaire et culture populaire au sein d’un même espace : une école située dans un quartier populaire en Suisse.

  • 1 . Delay, C. & al. (2009). Les classes populaires aujourd’hui. Portraits de familles, cadres sociolo (...)

2Au-delà de ce paradoxe constituant la toile de fond, plusieurs enjeux trament l’ouvrage. Un de ceux-ci consiste à réhabiliter la notion de classes sociales. Cette affirmation se situe dans une perspective historique : même si les classes populaires sont aujourd’hui « clivées » et ont perdu leur conscience de classe, des inégalités importantes subsistent qui les distinguent des classes moyennes. Plus spécifiquement, l’auteur pose la question de l’existence, encore aujourd’hui, des classes populaires. Il tend à y répondre positivement, ainsi qu’il l’a fait précédemment dans un ouvrage collectif1.

3La première partie du livre est consacrée à ce que « fait l’école aux classes populaires ». Depuis quelques décennies, notamment avec l’introduction du partenariat « familles-école », c’est l’ensemble de la classe sociale, et non seulement les enfants, qui est à l’école. Par entretiens et observations d’enseignants, l’auteur nous montre comment les élèves sont classifiés et, pour certains, disqualifiés. Concrétisant cette classification-disqualification, les verdicts scolaires sont relayés dans les rencontres entre enseignants et parents, engendrant une normalisation des parents afin de rendre leurs enfants « scolarisables ». L’auteur montre, par ailleurs, que cette action normalisatrice ne concerne pas seulement les questions strictement scolaires, mais que les attentes des enseignants en matière de socialisation sont aussi plus larges : deux chapitres illustrent la distance par rapport à ces attentes à travers l’exercice de l’autorité parentale et la place de la télévision au sein des familles populaires.

4Un autre enjeu de cette étude est de (dé)montrer que la « démobilisation des parents », quand elle existe, est la conséquence et non la cause des difficultés scolaires des élèves. Les éléments explicatifs sont d’une part, la classification-disqualification des élèves et la normalisation - ressentie comme une stigmatisation - des parents et d’autre part, le statut de légitimité inégale des deux « cultures » (populaire et scolaire). En effet, les parents, n’ayant intériorisé que partiellement les enjeux scolaires, sont fragilisés face aux verdicts scolaires : « on le voit, l’école, en se démocratisant, a conduit les familles à s’approprier partiellement les enjeux scolaires (aspirations scolaires, mobilisation dans les devoirs, partenariat avec l’école). Cette appropriation risque toujours de tourner à des formes d’exclusion et des formes de mise à distance des enjeux scolaires, lorsque les difficultés scolaires s’accumulent » (p. 295).

  • 2 . Op. cit., p. 199-237.
  • 3 . Périer, P. (2005). Ecole et familles populaires. Sociologie d’un différend. Rennes : Presses Univ (...)
  • 4 . Thin, D. (1998). Quartiers populaires : l’école et les familles. Lyon : Presses Universitaires de (...)
  • 5 . Terrail, J.-P. (2002). De l’inégalité scolaire. Paris : La Dispute.

5Parmi les différents enjeux scolaires, celui du devenir des enfants est très justement éclairé par les paroles d’une mère interviewée à plusieurs mois d’intervalle et dont on retrouve un portrait complet dans l’ouvrage collectif mentionné ci-dessus2 : « Alors que lors du premier entretien de fin d’année, son fils étant promu en 4e primaire, elle souhaitait que ce dernier poursuive des études, se risquant même à évoquer l’université comme choix possible « j’aimerais qu’il continue jusqu’à la fin, jusqu’à l’université », lors du second, au moment où il ramène dès le début d’année une mauvaise note, un profond doute s’installe [...] « s’il continue [à baisser ses notes] je le mets dans un garage, comme ça il apprend mécanicien. Il va apprendre un bon métier ! » » (p. 163-164). Un autre thème concerne la relation aux agents scolaires. L’auteur illustre, par des exemples suisses, différentes facettes de la transformation de la confiance des parents en une méfiance à l’égard de l’école et des enseignants. Ceux-ci viennent s’ajouter aux exemples français qu’on trouvait précédemment dans l’ouvrage de Périer3. L’auteur se place ici - comme souvent dans l’ouvrage - dans la lignéede Thin4, Terrail5 et Périer. Ce serait donc bien l’école qui impulse le processus d’exclusion des classes populaires. Celui-ci est relayé par les familles sous forme de résistances qui se traduisent parfois par une auto-exclusion.

6Comment expliquer ces résistances ou, en d’autres termes, pourquoi les pratiques des parents ne sont-elles pas modifiées par ce rapprochement (partenariat) organisé par l’école ? L’auteur nous propose une explication en conclusion : ces pratiques dépendent en grande partie des conditions d’existence des classes populaires toujours caractérisées par une position dominée et un espace des possibles restreint. Les conseils et autres tentatives de normalisation de la part des enseignants n’ont alors comme seuls effets que de délégitimer ces pratiques aux yeux de ceux qui les mettent en œuvre et de les faire se sentir responsables des difficultés de leurs enfants. Le système scolaire, ayant transformé des classements sociaux en classements scolaires, se déresponsabilise et garde ainsi toute sa légitimité.

7A travers tout l’ouvrage, les lecteurs ont l’occasion de faire une relecture de grands classiques, particulièrement des travaux de Hoggart (1970) et de Grignon-Passeron (1989). On ne peut d’ailleurs qu’être d’accord avec l’auteur lorsqu’il prend parfois distance par rapport à la condition populaire des années 1920-50 décrite par Hoggart et confirme certains résultats d’études plus récentes, par exemple celles de Schwartz (2002) (p. 291). Cependant, on peut regretter parfois que des analyses assez anciennes de pratiques familiales des classes populaires - par exemple celles de Bernstein (1975) et de de Singly (1976) (p. 101) ou de Lalive d’Epinay (1982) (p.104) - soient comparées par l’auteur à des observations des classes moyennes et supérieures nettement plus récentes, celles de de Gaulejac (2005) et de Serre (2009), (p. 104-105). Ces références posent d’ailleurs parfois d’autres questions. Ainsi, la référence à Bernstein (p. 101), indiquant que « le discours adulte-enfant paraît moins privilégié » dans les classes populaires, est introduite dans le chapitre consacré aux sanctions et punitions alors que Bernstein traite d’apprentissages. De plus, Bernstein distingue un usage plus ou moins important du langage selon les classes sociales en fonction des types d’apprentissages.

8Les différentes questions abordées dans cette étude ne sont pas nouvelles, elles sont ici revisitées à la lumière du contexte helvétique. En effet, si au départ l’auteur s’interroge sur la pertinence d’une analyse en termes de « classes » dans un pays où le niveau de vie est plus élevé que dans les autres pays européens, il conclut qu’au-delà des différences, « les pratiques éducatives et scolaires en milieu populaire se distinguent toujours de celles des catégories moyennes et dépendent encore des conditions de classe et des conditions d’existence des familles » (p. 306)

Haut de page

Notes

1 . Delay, C. & al. (2009). Les classes populaires aujourd’hui. Portraits de familles, cadres sociologiques. Paris : L’Harmattan.

2 . Op. cit., p. 199-237.

3 . Périer, P. (2005). Ecole et familles populaires. Sociologie d’un différend. Rennes : Presses Universitaires de Rennes.

4 . Thin, D. (1998). Quartiers populaires : l’école et les familles. Lyon : Presses Universitaires de Lyon.

5 . Terrail, J.-P. (2002). De l’inégalité scolaire. Paris : La Dispute.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Robin, « Christophe Delay (2011).
Les classes populaires à l’école. La rencontre ambivalente entre deux cultures à légitimité inégale. », Recherches & éducations [En ligne], 6 | juin 2012, mis en ligne le 20 décembre 2012, consulté le 16 août 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/1149

Haut de page

Auteur

Françoise Robin

Université Libre de Bruxelles-Sciences de l’éducation
CIRCEFT-ESCOL-Paris 8

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org