Navigation – Plan du site
Recensions

Jean-Yves Rochex et Jacques Crinon (dir.) (2011).
La construction des inégalités scolaires.
Au cœur des pratiques et des dispositifs d’enseignement

 Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 212 p.
Florence Eloy
Référence(s) :

Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2011, 212 p.

Texte intégral

  • 1 . Le réseau RESEIDA est un regroupement interdisciplinaire de chercheurs de divers laboratoires fra (...)
  • 2 . Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron (1964). Les Héritiers. Les étudiants et la culture, Paris (...)

1Cet ouvrage, qui présente les résultats des recherches entreprises dans le cadre du réseau RESEIDA1, poursuit et actualise la réflexion initiée par Pierre Bourdieu et de Jean-Claude Passeron sur la cécité du système éducatif aux différences entre élèves2 en s’intéressant aux mécanismes et aux processus concrets qui concourent à la construction des inégalités scolaires. Tout en reprenant ce questionnement issu de la sociologie critique, les contributions cherchent à ouvrir la « boîte noire » du système éducatif en analysant la confrontation au sein même de la classe entre, d’une part, les pratiques et les dispositifs d’enseignement, et d’autre part, les élèves, inégalement prédisposés aux exigences implicites que requièrent les activités intellectuelles proposées à l’école. Il s’agit ainsi de conjuguer l’intérêt porté par la didactique et la psychologie aux modalités pratiques de la transmission, et l’attention sociologique aux contextes sociaux et institutionnels qui participent à la définition des conditions de l’interaction pédagogique.

2C’est probablement cette perspective pluridisciplinaire sur un même objet – la co-construction des inégalités d’apprentissage à travers les dispositifs pédagogiques et les pratiques enseignantes – qui fait l’originalité et la valeur de cet ouvrage. Malgré la diversité des appartenances disciplinaires des contributeurs, il ressort de ces recherches une approche commune, tant du point de vue méthodologique que sur le plan théorique. Cette cohérence a, de toute évidence, partie liée avec le caractère collectif de la récolte et de l’analyse des données, les contributions s’appuyant en bonne partie sur un corpus commun d’observation de plusieurs classes de maternelle et de primaire dont les enregistrements vidéo ont été décryptés de manière coordonnée au sein du réseau.

3Ces enquêtes apportent un éclairage très riche et diversifié sur la question du renouvellement des mécanismes concourant à la fabrique de l’ « échec scolaire ». Ainsi, les études regroupées dans la dernière partie de l’ouvrage, qui offrent une mise en perspective historique des normes pédagogiques dominantes, décrivent les évolutions récentes de l’institution scolaire : participation de l’élève à la construction du savoir à travers le cours dialogué ou la « mise en activité », régulation à distance de l’activité scolaire (par opposition à la « méthode simultanée », par laquelle tous les élèves réalisent une même activité dans un temps donné) sont autant de traits dominants de cette nouvelle « forme scolaire ». Loin d’assurer une plus grande égalité scolaire, ces dispositifs et pratiques d’enseignement supposent implicitement chez les élèves certaines « pré-dispositions » dont la transmission n’est pas prise en charge par le système éducatif.

4Deux mécanismes de construction des inégalités scolaires sont mis en avant dans les contributions. Il s’agit tout d’abord des processus de différenciation « passive » procédant de l’ « indifférence aux différences » décrite par Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron dans les années soixante. Dans le contexte d’une focalisation des curricula, des dispositifs pédagogiques et des pratiques d’enseignement sur la forme de la transmission, on assiste en effet à un brouillage des objectifs cognitifs en jeu dans les tâches scolaires qui met en difficulté les élèves dont les dispositions sont les plus éloignées des exigences scolaires. Les enjeux de savoirs deviennent ainsi, aux yeux des enseignants comme des élèves, « transparents », ou encore « incidents » dans le cadre des activités proposées en classe. Cependant, la diffusion de la norme de la « pédagogie différenciée » – résultant, entre autres, de l’importation dans le champ éducatif des enquêtes de Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron – ne se traduit pas par des pratiques permettant de résorber ces inégalités d’apprentissage, mais concoure au contraire à des processus de différenciation « active ». Il s’agit en effet, pour les enseignants observés, de cadrer de manière plus étroite l’activité des élèves les plus en difficulté, de fragmenter les situations d’apprentissage ou encore de recourir au registre de l’expérience ou du langage ordinaires. Ce faisant, les élèves les plus démunis sont paradoxalement confrontés à des situations d’enseignement plus complexes, déconnectées des exigences scolaires, et moins ambitieuses au niveau cognitif. On assiste donc à des « contrats didactiques différentiels » qui renforcent les implicites et les inégalités scolaires.

  • 3 . Voir la réaction de Philippe Watrelot (« discours vigilant ou réquisitoire ? »), enseignant, form (...)

5Reste à déterminer la manière dont les acteurs du champ éducatif peuvent s’emparer de ces résultats. L’ouvrage, dont la position d’extériorité par rapport aux débats pédagogique opposant méthodes « traditionnelles » et innovation est clairement établie – il s’agit d’identifier les inégalités inhérentes au fonctionnement actuel du système éducatif, qu’on ne peut réduire à la traduction fidèle de l’un de ces deux modèles mais qui se situe à la croisée d’influences diverses (emprunts à des courants pédagogiques variés, ou encore conceptions sociales dominantes de l’enfance) – choisit néanmoins de laisser ce questionnement ouvert. D’aucuns ont donc pu voir dans cette étude une attaque en règle des méthodes dites « actives » à la suite des premières communications des auteurs dans les médias autour de la publication3. Ce malentendu de départ constitue cependant une occasion unique de poursuivre le dialogue entre la recherche et les professionnels de l’éducation.

Haut de page

Notes

1 . Le réseau RESEIDA est un regroupement interdisciplinaire de chercheurs de divers laboratoires francophones initié par l'équipe d'ESCOL (Education Scolarisation) en 2001, et qui a pour objet « la socialisation, l'enseignement, les inégalités et les différenciations dans les apprentissages ».

2 . Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron (1964). Les Héritiers. Les étudiants et la culture, Paris, Minuit ; Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron (1970). La reproduction. Éléments pour une théorie du système d'enseignement, Paris, Minuit.

3 . Voir la réaction de Philippe Watrelot (« discours vigilant ou réquisitoire ? »), enseignant, formateur, et président du CRAP et des Cahiers pédagogiques, dans la revue de presse du lundi 23 janvier 2012 publiée sur son blog suite aux interviews données par Jean-Yves Rochex à l'Humanité et au Café Pédagogique à l'occasion de la publication de l'ouvrage (http://philippe-watrelot.blogspot.com/2012/01/revue-de-presse-du-lundi-23-janvier.html). Celle-ci a donné lieu à une réponse de l'intéressé sur ce même blog clarifiant le positionnement de l'ouvrage sur les méthodes « actives » (http://philippe-watrelot.blogspot.com/2012/01/reaction-de-jean-yves-rochex-la-revue.html).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Eloy, « Jean-Yves Rochex et Jacques Crinon (dir.) (2011).
La construction des inégalités scolaires.
Au cœur des pratiques et des dispositifs d’enseignement », Recherches & éducations [En ligne], 6 | juin 2012, mis en ligne le 20 décembre 2012, consulté le 22 juin 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/1155

Haut de page

Auteur

Florence Eloy

Université Lille 3
CEMS (EHESS-CNRS)

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org