Navigation – Plan du site
Recensions

Eirick Prairat (dir.) (2010).
L’autorité éducative : déclin, érosion ou métamorphose.

Nancy : Presses Universitaires de Nancy, 158 p.
Laurence Thouroude
Référence(s) :

Nancy : Presses Universitaires de Nancy, 2010, 158 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1La question de l’autorité est plus que jamais d’actualité, dans un monde mal régulé que l’on dit « en crise ». Mais contrairement aux théoriciens de la crise qui en appellent à la restauration de l’autorité dans un mouvement de retour à l’ordre ancien (A. Finkelkraut, A. Renaut, D. Kambouchner), les auteurs de cet ouvrage adoptent des positions qui rompent définitivement avec les propos nostalgiques. Leurs analyses font évoluer la problématique et ouvrent de nouvelles voies pour l’action éducative.

2La notion d’autorité est d’abord analysée par les auteurs dans ce qu’elle n’est pas : contrainte, persuasion, soumission, manipulation (E. Prairat) ; pouvoir, coercition (M. Revault d’Allonnes). Ensuite, la notion d’autorité prend forme en positif. H. L. Go rappelle les fondements et les processus d’intériorisation des règles de la vie sociale chez le jeune enfant. Pour E. Prairat, l’autorité se caractérise par une influence directe, libératrice et temporelle, fondée sur un acte de reconnaissance. Et nous lui sommes reconnaissant d’avoir dégagé de ses analyses une véritable posture de l’éducateur, dans le sens d’une orientation constante du penser. Avec M. Revault d’Allonnes, le masque féroce de l’autoritarisme est définitivement écarté pour faire place à une « autorité du futur, qui oriente l’action et lui donne sens » (p.31). L’accent est mis sur la structure temporelle de l’autorité, inscrite de fait dans un processus de transmission. D’un passé vivant à un avenir en train de se construire, tel est le sens que M. Revault d’Allonnes donne au concept de « durée publique », un ordre temporel qui structure le vivre ensemble.

3Conjointement à la notion d’autorité, la notion de crise est revisitée par différents auteurs de l’ouvrage. Si les théoriciens de la crise ont permis une meilleure compréhension des processus de changement, le concept de crise ne leur semble pas être le mieux adapté pour rendre compte des transformations relationnelles que nous vivons dans le champ de l’éducation. Crise ou érosion de l’autorité éducative ? interroge E. Prairat. À la différence de l’idée de crise qui se définit comme une situation aiguë, un point de cristallisation de phénomènes d’emblée repérables, la situation actuelle est plus diffuse, plus insidieuse. Ainsi, en matière d’autorité éducative, E. Prairat préfère le concept d’érosion à celui de crise. « Emprunté à la géomorphologie, le terme d’érosion renferme l’idée d’une dégradation qui est aussi une transformation. Il introduit également l’idée d’une temporalité plus lente » (p. 46).

4La question de la temporalité ponctue l’ouvrage et contribue au même titre que celle de l’autorité, à son unité. Au cœur des processus de dérégulation, E. Prairat propose trois lectures de l’érosion de l’autorité éducative : une lecture sociologique qui origine le processus dans le déclin des institutions (perte de sens), une lecture philosophique qui met l’accent sur les difficultés de la transmission (dissymétrie inhérente à la relation éducative), une lecture anthropologique qui montre que le fil de la continuité générationnelle est rompu par ce qu’il nomme « l’omniprésence du présent ».

5Si l’idée de crise comme celle d’érosion appelle des transformations, des choix, des décisions pour assurer des reconstructions sur une base de « durée publique », nous amorçons avec cet ouvrage une période génératrice de nouvelles régulations.Après l’érosion vient le temps de la métamorphose, comme en témoignent les contributions des différents auteurs de l’ouvrage qui ont centré leurs recherches sur le terrain de l’école contemporaine.

6B. Robbes énonce dix principes relatifs au concept d’autorité éducative qui précisent la posture de l’éducateur dans une visée éthique. Ses analyses débouchent sur un ensemble de savoirs d’action pour préparer les enseignants à l’exercice d’une autorité éducative au quotidien. J. M. Barreau aborde la place de la loi, des règles et des sanctions dans la relation pédagogique. Il apporte une contribution précieuse au débat sur le rôle éducatif des enseignants. S. Rubi pose la question du sexe de l’autorité en prenant appui sur des entretiens réalisés auprès de collégiennes déviantes. Ses analyses nous éclairent sur leurs représentations de l’autorité et les stéréotypes qui les accompagnent, permettant ainsi une meilleure connaissance de ces publics. B. Dejaiffe aborde la problématique des relations école/parents à partir d’une enquête menée auprès de parents d’élèves et d’enseignants du premier degré en milieu rural. Le contexte de coéducation est mis en avant, avec un réel partage négocié de l’autorité éducative, entre parents et enseignants.

7Cette œuvre collective apporte de précieux outils d’analyse de la problématique de l’autorité éducative dans ses évolutions actuelles. Les éducateurs et enseignants y trouveront non seulement des postures propres à développer leurs compétences relationnelles, mais aussi une ouverture sur de nouveaux possibles, en rapport direct avec leurs pratiques professionnelles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence Thouroude, « Eirick Prairat (dir.) (2010).
L’autorité éducative : déclin, érosion ou métamorphose. », Recherches & éducations [En ligne], 6 | juin 2012, mis en ligne le 20 décembre 2012, consulté le 23 mars 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/1164

Haut de page

Auteur

Laurence Thouroude

Université de Rouen, sciences de l’éducation
Laboratoire CIVIIC

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org