Navigation – Plan du site
Recensions

Jean-Luc Rinaudo(2011).
TIC, éducation et psychanalyse

Paris : L’Harmattan, 160 p.
Françoise Bréant
Référence(s) :

Paris : L’Harmattan, 2011, 160 p.

Entrées d’index

Mots-clés :

psychanalyse, TIC
Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Rinaudo, J-L. (2002). Des souris et des maîtres. Rapport à l’informatique des enseignants. Paris  (...)

1Après « Des souris et des maîtres » paru en 20021, le second ouvrage de Jean-Luc Rinaudo, « TIC, éducation et psychanalyse » nous propose un voyage réflexif au pays des TIC qu’il nous invite à ne pas considérer comme une solution magique aux questions fondamentales de l’éducation et de la formation. Enseignant chercheur en sciences de l’éducation, l’auteur développe une analyse clinique des pratiques médiatisées par les Technologies de l’Information et de la Communication, nous apportant ainsi des clés épistémologiques et éthiques pour comprendre plus finement les pièges d’une approche techno-centrée. Au-delà de la question des usages, dont la dimension sociale est centrale, il vise à mieux cerner les processus psychiques à l’œuvre dans le rapport aux TIC, et plus particulièrement le travail de l’inconscient.

  • 2 . Freud, S. (1901). Psychopathologie de la vie quotidienne. Paris : Payot, 1967.
  • 3 . Missonnier, S., & Lisandre, H. (dir.). (2003). Le virtuel : la présence de l’absent. Paris : EDK.

2La référence à la psychanalyse fonde ce travail de recherche, même si celui-ci ne porte pas spécifiquement sur le rapport aux TIC de sujets relevant de pathologies particulières. En effet, à la suite de Freud2 qui s’était penché sur la psychopathologie de la vie quotidienne, à travers l’analyse des jeux de mots, des lapsus ou des actes manqués, l’auteur s’inscrit dans le champ ouvert par Missonnier3 d’une psycho(patho)logie du virtuel quotidien, en étudiant principalement les pratiques ordinaires des acteurs de l’éducation.

3Dans cette perspective, en témoignant de son parcours scientifique, Jean-Luc Rinaudo nous montre comment il construit des ponts, depuis Freud, entre les auteurs de la psychanalyse, ceux de l’anthropologie et ceux des sciences de l’éducation qui se sont intéressés, de manière plus où moins directe, aux technologies de l’information et de la communication. Sa lecture minutieuse de ces auteurs s’avère une précieuse ressource pour éclairer l’analyse des matériaux qu’il a pu recueillir lors d’entretiens cliniques avec les sujets d’une pratique médiatisée par les TIC, comme des enseignants, des étudiants et des élèves.

4A travers les trois domaines notionnels de la psychanalyse que sont le négatif, le transitionnel et les processus groupauxJean-Luc Rinaudo nous propose une interprétation, tant des phénomènes d’adhésion aux pratiques innovantes que de résistance au changement. Dans le même temps, il vient confirmer que la psychanalyse n’a pas la vocation d’apporter des réponses, mais plutôt de soulever des questions que tout bon clinicien se doit d’enrichir et de relancer, à chaque instant de sa pratique et de son analyse.

  • 4 . Freud, S. (1919). « L’inquiétant ». In Œuvres complètes, vol. XV. Paris : PUF, 2002, 147-188.
  • 5 . Freud, S. (1920). « Au-delà du principe de plaisir ». In Œuvres complètes, vol. XV. Paris : PUF, (...)
  • 6 . Freud, S. (1925). « La négation ». In Résultats, idées, problèmes, Tome II. Paris : PUF, 1998, 13 (...)
  • 7 . Green, A. (1993). Le travail du négatif. Paris : Les Éditions de minuit.
  • 8 . Kaës, R. (1989). « Le pacte dénégatif dans les ensembles transsubjectifs ». In A. Missenard (coor (...)

5D’abord pour ce qui est du négatif, le retour à Freud est incontournable. Il s’effectue à travers la lecture de ses textes, comme L’inquiétant4, Au-delà du principe de plaisir5et La négation6. D’autres auteurs contemporains ont abordé cette question, par exemple André Green7 en développant la notion de travail du négatif et René Kaës8 le pacte dénégatif. Ces aspects se révèlent lorsque les personnes évoquent le vide ou l’oubli et se manifestent parfois par des attaques destructrices dirigées contre tout ce qui pourrait faire lien entre les objets, voire entre les sujets, entre les sujets et les objets. La négativité, pourtant fondamentalement nécessaire au processus de subjectivation, se donne à voir essentiellement à travers les mécanismes de défense ou de déni, comme une réponse à l’angoisse générée par l’incertitude de l’acte éducatif, et finalement comme l’autre face du fantasme de toute puissance.

  • 9 . Winnicott, D. W. (1971). Jeu et réalité. L’espace potentiel. Paris : Gallimard, 1975.
  • 10 . Civin, M. (2000). Psychanalyse du net. Paris : Hachette, 2002.
  • 11 . Missonnier, S. (2004). « L’enfant du dedans et la relation d’objet virtuelle ». In S. Missonnier, (...)

6Puis, à partir des travaux de la psychologue américaine Sherry Turkle, qui avance que le cyberespace constitue une aire transitionnelle, Jean-Luc Rinaudo apporte un regard plus mesuré sur la fonction transitionnelle des TIC. Nous offrant d’abord une relecture de la théorie de Winnicott, dans Jeu et réalité9, notamment de son apport fondamental concernant le rôle des objets transitionnels au sein du processus de création, il inscrit sa réflexion dans la continuité des travaux de Michael Civin10 et de Sylvain Missonnier11. En effet, « aucun objet ne peut être considéré, a priori, comme transitionnel : aucun jouet, aucun objet physique, aucun ordinateur, pas plus que les réseaux Internet ne constituent des objets transitionnels par nature, sans l’intervention d’un sujet qui lui seul, peut mettre en place une fonction qui lui permet de symboliser l’absence » (Rinaudo, p. 71). Ce n’est que sous certaines conditions que les TIC peuvent être pensées comme des espaces potentiels. A travers quelques exemples, il montre comment le jeu, libre et créatif, y tient une place essentielle, à la fois si le sujet est en capacité de jouer et si les technologies se prêtent au jeu. Dans cette perspective, Jean-Luc Rinaudo est amené à interroger les discours concernant les notions d’innovation et de virtualité ainsi que la manière dont elles sont à l’œuvre dans les pratiques d’éducation et de formation médiatisées par les TIC. Il avance ainsi que c’est la relation d’objet qui est virtuelle, et non l’objet en lui-même, que l’on peut d’ailleurs particulièrement repérer lorsque cette relation s’actualise à travers des dispositifs où le groupe est convoqué.

  • 12 . Bion, W.R. (1961). Recherches sur les petits groupes. Paris : PUF, 1965.
  • 13 . Anzieu, D. (1971). « L’illusion groupale : un moi idéal commun ». In Le groupe et l’inconscient. (...)
  • 14 . Kaës, R., Anzieu, D., & Thomas, L-V. (1975). Fantasme et formation. Paris : Dunod, 1984.

7En effet, les nouvelles technologies ont favorisé le développement de la formation à distance, notamment dans le travail collaboratif. En étudiant ces modalités de formation, il apparaît que les questions ou problèmes liés aux processus groupaux ressurgissent parfois là où on ne les attend pas, indiquant, à qui sait l’entendre, que les TIC n’apportent pas de réponse miracle à ces problèmes. Là encore, concernant ces processus groupaux, qu’il considère essentiels au sein du processus de formation, Jean-Luc Rinaudo nous invite à nous replonger dans la lecture des auteurs qui ont largement contribué à nous aider à comprendre les phénomènes inconscients dans les groupes, comme Bion12, Anzieu13 et Kaës14. En analysant les situations évoquées par les participants à un forum collaboratif en formation, il montre comment le rapport au savoir de chacun, y compris celui du formateur (pourrait-on dire surtout du formateur), traversent les pratiques médiatisées par les TIC.

8Finalement, en articulant le négatif, le transitionnel et les processus groupaux, la réflexion que propose Jean-Luc Rinaudo s’attache à donner du sens aux usages sociaux et aux pratiques subjectives et intersubjectives des TIC. Par l’analyse clinique de ces pratiques, il nous montre comment le rapport aux TIC s’installe dans le travail psychique de déliaison et de construction ou de renforcement du lien. Et il nous montre principalement comment « les TIC fonctionnent véritablement comme des révélateurs des pratiques, dans le sens où elles permettent qu’émergent au grand jour, des représentations, des discours et des émotions mobilisés dans la pratique professionnelle » (Rinaudo, p. 63).

9Ainsi, cet ouvrage intéressera les chercheurs, les étudiants, les professionnels de l’éducation et de la formation qui désirent approfondir leur compréhension des processus complexes et des phénomènes parfois obscurs à l’œuvre dans les pratiques des TIC (par exemple lors de manifestations de résistance ou d’addiction), tant chez les apprenants que chez les enseignants ou les formateurs. Et pour les lecteurs novices en matière de psychanalyse, il pourra même leur donner le goût d’aller rencontrer plus avant ces auteurs qui nous aident à traverser le mur des évidences et plus particulièrement celui des discours convenus, qu’ils soient favorables ou hostiles aux TIC. Les lecteurs pourront aussi s’interroger sur ce qui, pour eux-mêmes, remplirait la fonction de la boîte de compas qui, pour Jean-Luc Rinaudo, semble préfigurer à la fois son parcours de chercheur et son intérêt pour les TIC, comme il l’écrit dans l’introduction.

Haut de page

Notes

1 . Rinaudo, J-L. (2002). Des souris et des maîtres. Rapport à l’informatique des enseignants. Paris : L’Harmattan.

2 . Freud, S. (1901). Psychopathologie de la vie quotidienne. Paris : Payot, 1967.

3 . Missonnier, S., & Lisandre, H. (dir.). (2003). Le virtuel : la présence de l’absent. Paris : EDK.

4 . Freud, S. (1919). « L’inquiétant ». In Œuvres complètes, vol. XV. Paris : PUF, 2002, 147-188.

5 . Freud, S. (1920). « Au-delà du principe de plaisir ». In Œuvres complètes, vol. XV. Paris : PUF, 2002, 273-338.

6 . Freud, S. (1925). « La négation ». In Résultats, idées, problèmes, Tome II. Paris : PUF, 1998, 135-139.

7 . Green, A. (1993). Le travail du négatif. Paris : Les Éditions de minuit.

8 . Kaës, R. (1989). « Le pacte dénégatif dans les ensembles transsubjectifs ». In A. Missenard (coord.). Le négatif. Figures et modalités. Paris : Dunod, 101- 136.

9 . Winnicott, D. W. (1971). Jeu et réalité. L’espace potentiel. Paris : Gallimard, 1975.

10 . Civin, M. (2000). Psychanalyse du net. Paris : Hachette, 2002.

11 . Missonnier, S. (2004). « L’enfant du dedans et la relation d’objet virtuelle ». In S. Missonnier, B. Golse, M. Soulé (dir.). La grossesse, l’enfant virtuel et la parentalité. Paris : PUF, 119-144.

12 . Bion, W.R. (1961). Recherches sur les petits groupes. Paris : PUF, 1965.

13 . Anzieu, D. (1971). « L’illusion groupale : un moi idéal commun ». In Le groupe et l’inconscient. Paris : Dunod, 1999, 74-98.

14 . Kaës, R., Anzieu, D., & Thomas, L-V. (1975). Fantasme et formation. Paris : Dunod, 1984.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Bréant, « Jean-Luc Rinaudo(2011).
TIC, éducation et psychanalyse », Recherches & éducations [En ligne], 6 | juin 2012, mis en ligne le 20 décembre 2012, consulté le 27 avril 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/1170

Haut de page

Auteur

Françoise Bréant

Université Rennes 2, Sciences de l’éducation
Laboratoire CREAD

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org