Navigation – Plan du site
Recensions

Mathias Millet & Gilles Moreau (dir.) (2011).
La Société des diplômes.

Paris : La dispute. 281 p.
Séverine Chauvel
Référence(s) :

Paris : La dispute, 2011, 281 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage co-dirigé par Mathias Millet et Gilles Moreau réunit des textes qui invitent à considérer le diplôme comme un fait social total, ce qui implique d’en analyser ses usages sociaux. Prendre au sérieux une sociologie du diplôme nécessite au préalable d’en proposer une définition qui rompe avec celle du sens commun et de le considérer comme un objet historique et politique. Au-delà, ces études interrogent les notions de compétence et de demande sociale et invitent à reconsidérer la thèse de l’inflation des diplômes.

  • 1 . Bourdieu, P. (1978). « Classement, déclassement, reclassement ». In Actes de la recherche en scie (...)

2La démarche adoptée s’inscrit dans la lignée de celle proposée par Pierre Bourdieu, selon laquelle le diplôme vaut moins intrinsèquement que relationnellement1. Il s’agit dès lors de distinguer la valeur intrinsèque des diplômes et leur rendement social et scolaire, qui évoluent selon les conditions socio-historiques. Les questions sur la valeur propre des diplômes ne sont donc pas retenues comme pertinentes ici, dans la mesure où elles reposent sur une essentialisation des compétences. Il s’agit plutôt de se demander à quoi les diplômes donnent accès ou encore ce qu’ils représentent du point de vue des familles, des élèves et des employeurs.

  • 2 . C’est l’objet de l’article de Cédric Hugrée (2010). « Le capes ou rien ? Parcours scolaires, aspi (...)
  • 3 . Comme l’écrit Tristan Poullaouec, « un diplôme est à la fois un titre (…) et une norme (…). En ta (...)

3Cet ouvrage rassemble ainsi seize chapitres qui examinent tour à tour un aspect de la problématique, selon trois axes : les valeurs des diplômes, puis leurs genèses et évolutions et enfin leurs liens avec le marché du travail. Dans un contexte de généralisation des scolarités et d’une « société des diplômes » pour reprendre le titre, on constate la montée des stratégies privées familiales qui recherchent les certifications scolaires – mais aussi non scolaires. Malgré la perte de croyance des familles en leur rendement sur le marché du travail, ceux-ci protègent à moyen terme du chômage, comme le montre Tristan Poullaouec. Les diplômes offrent en effet un réel avantage et permettent de petites promotions sociales aux élèves de milieu populaire, qui en font des usages hétérogènes2. Du côté du discours patronal, Marie-Hélène Jacques et Frédéric Neyrat montrent que si les diplômes restent une valeur importante pour les employeurs, ce sont envers les « petits diplômes » que la suspicion est la plus grande (p.234). A l’articulation entre la sociologie de l'école et la sociologie du travail, le projet de la « société des diplômes » est aussi celui d’une sociologie de la certification : les auteurs concluent en effet que l’école n’en a plus le monopole, alors que le diplôme joue, malgré les critiques qu’on peut lui adresser, un rôle essentiel de garantie collective3.

4Un des apports essentiels de cet ouvrage est de proposer une critique argumentée et réactualisée, appuyée empiriquement, de l’analogie économique, visible à travers la thèse de l’inflation des diplômes, renvoyée ici à une vision adéquationniste (de la relation formation-emploi), utilitariste et individuelle. La massification scolaire doit être analysée pour les auteurs « du point de vue des fonctions et des intérêts qu’elle sert » (p.557). Le chapitre de Fabienne Maillard est exemplaire sur ce point : il montre en quoi l’histoire du BEP et de la création du bac professionnel en 3 ans est le produit d’une décision politique. Fabienne Maillard rappelle que cette réforme prend sens dans un contexte plus large et s’inscrit droit dans la continuité de la création du bac pro en 1985. Cette mesure a modifié en profondeur la morphologie du système éducatif en France, après la création du collège dit unique en 1976 (date du transfert des fonctions des CET aux LEP). Entre 1985 et 1995, le nombre de bacheliers a plus que doublé, sous l’effet des réformes visant à amener 80 % d’une classe d’âge au niveau du baccalauréat. Depuis 2007, le BEP, qui constituait jusque là un axe essentiel dans le parcours professionnel des élèves, est réduit à un diplôme intermédiaire, amené à disparaître, avec la création du bac pro en 3 ans qui se généralise et connaît un succès sous l’impulsion des chefs d’établissements en 2009. Si cette réforme vise dans les discours officiels à revaloriser la voie professionnelle, elle dévalorise le diplôme du BEP. En effet, tant que perdure la division entre travail manuel et travail intellectuel et que les logiques d’orientation restent les mêmes, c'est-à-dire celles de la gestion des flux, en fonction des capacités d’accueil des offres de formation, la voie professionnelle reste une voie de relégation. Ses transformations morphologiques profondes se placent sous l’effet de réformes politiques venues d’en haut, qui visent des économies budgétaires plus que des « demandes sociales ». Celles-ci servent pourtant de justifications aux réformes dans les discours ministériels.

  • 4 . Terrail, J.-P. (dir.) (1997). La scolarisation de la France. Paris : La dispute.

5Au final, les deux principaux intérêts de l’ouvrage résident dans le fait de considérer le diplôme, en tant qu’enjeu de luttes sociales (Henri Eckert, p.66), comme objet d’étude à part entière et dans le fait de s’intéresser à d’autres diplômes que le baccalauréat, c’est-à-dire ceux qui sont obtenus majoritairement par les enfants issus de familles de fractions populaires. L’intérêt est en effet de faire la part belle aux diplômes professionnels, qui rendent compte de la scolarisation de savoirs initialement étrangers à l’école4, en particulier le CAP, dont c’est le centenaire. On peut y lire le reflet d’une nouvelle dynamique dans le champ de la sociologie de l’éducation pour la question des classes sociales et en particulier des classes populaires. On peut cependant regretter que la question du genre comme système de catégorisation hiérarchisée entre les sexes soit peu prise en compte dans le questionnement sur les usages sociaux des diplômes, que ce soit du point de vue des stratégies familiales ou du marché du travail.

Haut de page

Notes

1 . Bourdieu, P. (1978). « Classement, déclassement, reclassement ». In Actes de la recherche en sciences sociales, n° 24, p. 8.

2 . C’est l’objet de l’article de Cédric Hugrée (2010). « Le capes ou rien ? Parcours scolaires, aspirations sociales et insertions professionnelles du « haut » des enfants de la démocratisation scolaire ». In Actes de la recherche en sciences sociales, n° 183, p. 72-85.

3 . Comme l’écrit Tristan Poullaouec, « un diplôme est à la fois un titre (…) et une norme (…). En tant que titre, sa valeur ne dépend donc pas seulement des quantités relatives de telle ou telle catégorie de diplômés en concurrence pour l’emploi, mais tout aussi bien des qualités intrinsèques conférées par leur formation scolaire à la force de travail des diplômés », p. 41.

4 . Terrail, J.-P. (dir.) (1997). La scolarisation de la France. Paris : La dispute.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Séverine Chauvel, « Mathias Millet & Gilles Moreau (dir.) (2011).
La Société des diplômes. », Recherches & éducations [En ligne], 6 | juin 2012, mis en ligne le 20 décembre 2012, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/1178

Haut de page

Auteur

Séverine Chauvel

Laboratoire ETT (CMH)
ENS-EHESS-CNRS

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org