Navigation – Plan du site
Archives Binet

Binet Alfred (1892)
Le laboratoire de psychologie physiologique de la Sorbonne (Hautes Études)

Revue de l’Enseignement Secondaire et de l’Enseignement Supérieur, n° 18, p. 367-369.
Alexandre Klein et Alfred Binet
p. 171-175

Entrées d’index

Chronologique :

XIXe-XXe siècles
Haut de page

Texte intégral

1L’article que nous avons choisi de retranscrire ici a été publié en 1892 dans la Revue de l’enseignement secondaire et de l’enseignement supérieur. Le but poursuivi par Alfred Binet est de présenter ce laboratoire de psychologie physiologique de la Sorbonne, au sein duquel il vient d’être nommé directeur adjoint, un an à peine après y avoir été accueilli comme collaborateur par son directeur Henry Beaunis.

2Si les publications relatives au programme de ce laboratoire, fondé en 1889, sont légions, cette contribution présente la particularité, d’une part, d’être adressée à une revue de pédagogie, dont l’accès est aujourd’hui difficile, et, d’autre part, de dresser un tableau complet, pour ne pas dire exhaustif, des ambitions de son nouveau directeur adjoint. On y retrouve, en effet, - et c’est ce qui en fait notamment la richesse - la majorité des préoccupations d’Alfred Binet à cette période : la psychologie normale telle qu’elle se pratique désormais partout à travers le monde sous l’égide de la méthode expérimentale, la psychologie pathologique qu’il pratique aux côtés de Jean-Martin Charcot, les sciences naturelles qu’il étudie avec son futur beau-père, le professeur au Collège de France, Édouard-Gérard Balbiani, les prémisses d’une psychologie individuelle qu’il teste sur les grands calculateurs, l’émergence de ses futurs travaux de psychologie criminelle, mais aussi et surtout son intérêt déjà fortement marqué pour la pédagogie scientifique et la psychopédagogie.

3Ce texte est donc particulièrement digne d’intérêt dans le sens où il fait apparaître, dès 1892, un programme d’ensemble des travaux que souhaite entreprendre Binet. Les orientations méthodologiques qui y sont envisagées laissent préfigurer une sorte de ligne épistémologique propre à Binet, une conception du travail scientifique que l’on retrouvera dans l’ensemble de ses ouvrages et de ses articles mais surtout au sein des organisations associatives et professionnelles où il travaillera sans relâche jusqu’à sa mort.

4Le laboratoire présenté dans cet article est plus qu’un simple lieu pour Binet. C’est avant tout un concept opératoire, une organisation et une ambition méthodologique et pédagogique au service d’un amour profond de la quête de vérité. Le partage et la transmission y sont les ingrédients nécessaires à l’innovation et à l’expérimentation, tandis que l’archive y acquiert un rôle tout aussi central que surprenant.

5Cette architecture binetienne - qui fait de la pédagogie un moteur de l’évolution des savoirs et de la science le nécessaire fondement des normes pédagogiques - invite encore aujourd’hui les membres de la Société Binet-Simon à penser l’acte éducatif dans sa nécessaire interaction avec les développements scientifiques. Là est l’héritage d’Alfred Binet dans cette archive. Là, encore, est l’ambition de sa réédition dans le présent numéro de Recherches & Éducations.

Le Laboratoire
de psychologie physiologique de la Sorbonne
(Hautes Études)

6Malgré le développement considérable que la psychologie expérimentale a pris en France depuis quinze ans, cette psychologie, jusque dans ces derniers temps, n’a eu point d’existence officielle ; ses principaux adeptes n’étaient pas des « professionnels » mais des médecins ou des expérimentateurs bénévoles, qui faisaient de la psychologie pendant les loisirs que leur laissaient des études toutes différentes.

7Ces conditions ont quelque peu changé. M. Ribot, le représentant le plus en vue, certainement, du mouvement actuel, a été chargé par M. Liard d’un cours accessoire à la Sorbonne ; il est aujourd’hui titulaire d’une chaire de psychologie expérimentale et comparée au Collège de France. À ce premier progrès s’en est ajouté plus récemment un second, que nous devons également à l’initiative éclairée de M. Liard ; un laboratoire de psychologie a été fondé à la Sorbonne et confié à la haute direction de M. Beaunis.

  • 1 . N.d.l.R. Les chiffres entre crochets représentent la pagination originale de l’article.

8[368]1 Ce laboratoire, le seul qui existe en France, est destiné à servir de centre de réunion, régulièrement organisé, pour toutes les recherches de psychologie expérimentale ; il représente le côté pratique de la psychologie, de même que l’enseignement de M. Ribot au Collège de France en représente le côté théorique ; il fournit aux travailleurs trois choses principales : 1° à ceux qui ne savent pas, qui sont encore des élèves – et nous sommes tous des élèves pour un grand nombre de faits, -il enseigne la technique ; des conférences pratiques ont lieu l’année dernière pour montrer aux élèves le maniement des principaux appareils, et pour leur donner quelques notions d’anatomie sur les centres nerveux ; je compte reprendre ces conférences et leur donner plus de développement cette année ; 2° les personnes qui désirent faire des études originales trouvent au laboratoire les instruments nécessaires qui, dans la mesure de nos ressources, sont mis à leur disposition ; 3° enfin, par sa position même, le laboratoire est particulièrement destiné à former des archives où seront réunis les différents documents psychologiques fournis par la méthode des questionnaires ou autrement. Il est à peine besoin d’ajouter que ces ressources sont mises à la disposition de tous les travailleurs sérieux. Notre laboratoire n’est inféodé à aucune école ; il est ouvert à toutes les individualités, avec cette réserve toutefois que son titre et son but excluent les spéculations de métaphysique et de mathématiques, qui ne sauraient être à leur place sur un terrain d’expérience. Mais les métaphysiciens eux-mêmes peuvent avoir quelque intérêt à fréquenter un centre de travail, où ils pourront se familiariser avec les appareils compliqués de la psychologie physiologique, qu’il est toujours utile de connaître avant de les juger.

9Dans notre pensée, le laboratoire de psychologie de la Sorbonne est d’abord destiné à permettre des études sur la sensation et sur le mouvement, et sur les formes élémentaires de la vie psychique, qui nous semblent avoir été jusqu’ici le but principal des recherches pour les laboratoires étrangers. Cette branche d’études n’a point été négligée jusqu’ici, et pour ne parler que des travaux déjà publiés qui s’y rattachent, nus mentionnerons ceux de M. Delabarre : (l’Influence de l’attention sur les mouvements respiratoires) - de M. Jacques Passy : (la Perception des Odeurs, contrôlés et confirmés dernièrement par M. Féré, le médecin bien connu de Bicêtre) - de M. Binet : (l’Appréciation de la durée dans les temps de réaction, etc.).

10Nous comptons en outre favoriser des études plus générales, portant sur des fonctions psychologiques plus complexes ; dans cet ordre d’idées nous signalerons des recherches déjà publiées sur l’audition colorée (Beaunis, Binet et Philippe), et des observations et expériences sur le calculateur Jacques Inaudi (Binet et Henneguy) et d’autres calculateurs de profession ; également des recherches en voie d’exécution sur la Mémoire visuelle des peintres.

11Nous espérons également consacrer cette année des études aux pro- [369] - cédés mentaux des joueurs d’échecs, qui opèrent les yeux fermés, et un des nos élèves a entrepris des études sur la psychologie de la peau chez les aveugles - tout cet ensemble formera une contribution instructive à la question de la psychologie professionnelle ; - nous ne négligerons pas non plus de favoriser les recherches de psychologie pathologique, bien qu’elles ne puissent être faites au laboratoire même ; mais le laboratoire peut fournir aux élèves les instruments de précision et des indications pour les recherches ; c’est ainsi que trois élèves du laboratoire peuvent en ce moment, grâce à la bienveillance de M. Charcot, prendre à la Salpêtrière des temps de réaction sur les hystériques, et nous prévoyons que ces études, que nous leur avons indiquées, éclaireront quelques points encore obscurs de la théorie de la double conscience. Nous comptons également diriger d’autres élèves vers les cliniques mentales de nos hôpitaux, où nous espérons que les médecins et chefs de service leur feront un bon accueil.

12Il serait trop long de parcourir ici, même rapidement, le domaine que nous avons l’intention d’explorer. Disons seulement que nous ne négligerons point la psychologie criminelle, très vague, très vague encore et très mal définie, mais relativement à laquelle nous pensons pouvoir examiner deux ou trois questions précises. La psychologie comparée, entendue non comme recueil d’anecdotes, mais sous la forme d’expériences régulières, a fait déjà l’objet de quelques-unes de nos publications (Binet, Mouvement de manège chez les insectes. Le centre nerveux du vol chez les coléoptères, etc.).

13La question la plus importante pour nous est celle de la psychologie des enfants, dans ses rapports avec la pédagogie. C’est là, à notre avis, la question d’avenir pour la psychologie. M. Philippe, le préparateur du laboratoire, amasse en ce moment les matériaux d’une étude sur la psychologie de l’enfant à l’école ; et nous avons commencé, d’autre part, des expériences sur la mémoire, qui ont principalement une portée pédagogique.

14Comme on peut en juger par ce rapide aperçu, le laboratoire ne se renferme pas dans un étroit local, il tend à se répandre au dehors, à rayonner, en allant chercher, partout où ils se trouvent, les sujets d’étude intéressants, et aucun d’entre nous ne se laisse arrêter par les difficultés de toutes sortes que suscite toute recherche nouvelle, soutenus que nous sommes par la conviction que nous travaillons à une œuvre utile (1).

15(1) M. Binet a bien voulu nous promettre de nous communiquer quelques-uns des résultats pédagogiques auxquels le conduiront ses intéressantes recherches. (N. d. l. R.)

Haut de page

Notes

1 . N.d.l.R. Les chiffres entre crochets représentent la pagination originale de l’article.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Recherches & Educations, 7, 2012, p. 171-175

Référence électronique

Alexandre Klein et Alfred Binet, « Binet Alfred (1892)
Le laboratoire de psychologie physiologique de la Sorbonne (Hautes Études) », Recherches & éducations [En ligne], 7 | octobre 2012, mis en ligne le 15 octobre 2012, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/1449

Haut de page

Auteurs

Alexandre Klein

Université de Lorraine
LHSP Archives H. Poincaré/UMR 7117 CNRS

Articles du même auteur

Alfred Binet

Directeur adjoint du Laboratoire de psychologie physiologique
De la Sorbonne (Hautes Études)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org