Navigation – Plan du site
Recensions

Loïc Chalmel (2012).
Pestalozzi : entre école populaire et éducation domestique. Le prince des pédagogues, son fils et Mulhouse.

Paris : L’Harmattan, coll. Pédagogie : crises, mémoires, repères, 304 p.
Michel Soëtard
Référence(s) :

Paris : L’Harmattan, coll. Pédagogie : crises, mémoires, repères, 2012, 304 p.

Texte intégral

1Curieuse croisée des destinées que celle qui mène le fils unique de Pestalozzi, Jakob, né en 1770, après des déboires éducatifs, jusqu’à Mulhouse, où il entreprend sans grand succès un apprentissage professionnel, et celle de la capitale industrielle de la Haute-Alsace, qui envoie à son tour les meilleurs de ses enfants à Yverdon, auprès du « prince des pédagogues», pour qu’ils soient éduqués selon les principes de la « Méthode». D’un côté, un échec domestique total, qui se conclura par la mort de Jakob en 1801, partiellement victime d’une éducation qui avait voulu forcer une nature fragile. D’un autre côté, l’attirance d’une aristocratie industrielle pour une forme d’éducation qui s’emploie à construire la formation de l’homme pour le nouveau monde qui émerge.

2En quelques chapitres incisifs, Loïc Chalmel retrace d’abord le cheminement qui mène une cité nouvellement réformée, Mulhouse, de l’alliance avec ses voisins suisses, qui lui garantit une position de république indépendante, à son inclusion « volontaire» dans la République française en 1797. La réunion à la France ne fait qu’accélérer un envol économique qui bouleverse les structures sociales et le profil démographique de la ville. La mécanisation progresse, et entre 1800 et 1815, 29 nouvelles manufactures voient le jour. Le lien avec la Confédération, entretenu par la minorité protestante d’une ville devenue majoritairement catholique, ne se dément cependant pas, et les élites intellectuelles continuent de se former dans les instituts d’Yverdon et de Hofwil, ainsi qu’à travers la fréquentation continue des assemblées annuelles de la Société helvétique. A la faveur d’une réforme fondamentale de l’enseignement se crée une Académie préparatoire au commerce, où Jakob Pestalozzi sera envoyé. Le lien est ainsi noué.

3C’est le chemin de Jakob qui est ensuite parcouru, depuis son éducation « à la Rousseau », qui l’écartèle entre la liberté naturelle et l’apprentissage de l’inévitable contrainte sociale, en passant par le préceptorat peu concluant de Petersen au milieu de la famille Battier à Bâle, jusqu’à l’arrivée à l’Académie de Mulhouse. Loïc Chalmel présente ici et analyse une série de lettres que Jakob envoie à son père, qui témoignent de sa bonne volonté, mais tout autant de sa grande difficulté à se plier au régime quasi militaire de l’école de commerce. Retour à Bâle, où l’ami Battier le prendra comme apprenti au sein de sa maison de commerce. Mais le jeune homme manifeste peu de goût pour les affaires. Des convulsions, vraisemblablement d’origine épileptique, le handicapent toujours plus, au point qu’il est renvoyé dans la maison paternelle du Neuhof, où il mènera une vie sans profession jusqu’à sa mort le 15 août 1801.

4Chalmel poursuit par une étude sur la réception de la « Méthode Pestalozzi » en France. Il analyse, documents à l’appui, les efforts de Fellenberg et de Grégoire, puis de Stapfer et de Lezay Marneisa pour introduire la Méthode dans l’hexagone : la « tentation française » se transformera vite en « surdité » (p. 169). Il faut convenir que, malgré la brève expérience de Neef à Paris, le transfert de l’expérience menée à Yverdon dans un autre contexte national n’était pas une chose simple :était-elle seulement possible ? Les rapports Chavannes et Girard devaient conclure par la négative pour le canton de Vaud et pour la Confédération, alors pour la France ?

5Mais si la Méthode ne va pas à la France, c’est la France qui viendra à Yverdon par... Mulhouse !Les familles industrielles protestantes vont en effet fournir, pour une période, le gros des bataillons de pensionnaires en pays vaudois. Le bâlois Isaac Iselin, à travers ses Ephémérides de l’humanité, qui ont publié les écrits sur l’expérience du Neuhof, est, depuis le début, un ardent propagandiste des idées de Pestalozzi, lequel peut s’appuyer sur un réseau de personnalités mulhousiennes qui lui envoient leur progéniture, tandis que leurs filles rejoignent l’institut de Rosette Kasthofer qui jouxte le château d’Yverdon. Chalmel nous fait ici profiter de la correspondance échangée par Pestalozzi avec les parents de six internes arrivés en 1808 : ce sont de précieux témoignages de la façon dont le maître d’Yverdon concevait, au cœur de sa Méthode, le lien avec les parents de ses élèves : on se préoccupe de la santé des enfants, mais aussi de leur profil psychologique et de leur comportement moral. Il faut encore résister à la pression des parents qui attendent d’abord une préparation professionnelle efficace. Le grand souci de Pestalozzi est encore l’équilibre financier de son institut, qui fut de tout temps son tourment : les lettres témoignent de ses démarches incessantes pour obtenir les versements en temps et en heure (et en monnaie convertible!). Les difficultés de toutes sortes finiront par tiédir, puis par éteindre, à partir de 1812, l’ardeur pestalozienne des industriels mulhousiens.

6Yverdon aurait pu finalement aller à Mulhouse, si l’un de ses maîtres les plus doués, Johannes Tobler, était parvenu à y implanter une école gratuite pour les enfants d’ouvriers, en mettant en œuvre la méthode d’enseignement de Pestalozzzi. Le projet reçoit rapidement un financement et l’institut démarre en 1809, avec l’assistance de l’équipe pédagogique d’Yverdon. L’école fonctionne le soir entre 5 et 7 heures, et l’hiver. Mais les industriels philanthropiques qui soutiennent le projet s’effraient des initiatives intempestives de Tobler, qui multiplie les créations : celui-ci doit bientôt passer la main à des personnalités locales, qui continuent cependant à enseigner selon la Méthode...

7Mulhouse aurait-elle pu finalement être la porte par laquelle La Méthode, qui avait échoué à Paris, aurait pu entrer en France ? Les choses sont assurément plus complexes pour autant que la capitale de la Haute-Alsace garde, par bien des aspects, une position très spécifique dans la République française. Elle garde les yeux fixés sur la Suisse (Chalmel relève en conclusion les traces d’« helvétitude » dans la Mulhouse actuelle), et son lien avec Yverdon est d’abord historique avant d’être pédagogique.

8L’ouvrage de Loïc Chalmel est une précieuse contribution à l’histoire de la rencontre de la Méthode avec un milieu industriel actif. Mais il témoigne pleinement de l’ambivalence du projet pestalozzien au regard de cette éducation populaire que le maître d’Yverdon visait inlassablement. C’est bien l’industrie mulhousienne qui est venue vers la Méthode, et lorsque celle-ci est allée vers les enfants d’ouvriers de Mulhouse, c’est encore cette même aristocratie qui a fini par avoir le dernier mot.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Soëtard, « Loïc Chalmel (2012).
Pestalozzi : entre école populaire et éducation domestique. Le prince des pédagogues, son fils et Mulhouse. », Recherches & éducations [En ligne], 7 | octobre 2012, mis en ligne le 23 décembre 2012, consulté le 28 juin 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/1451

Haut de page

Auteur

Michel Soëtard

Université Catholique de l’Ouest

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org