Navigation – Plan du site
Recensions

Gérard Sensevy (2011).
Le sens du savoir.

Bruxelles : De Boeck, 796 p.
Henri Louis Go
Référence(s) :

Bruxelles : De Boeck, 2011, 796 p.

Texte intégral

  • 1 . Auxquelles il faut ajouter les chapitres cinq et six, et une partie du chapitre huit, qui ne sont (...)

1Comment convaincre le lecteur de se procurer ce livre paru chez De Boeck ? L’ouvrage, composé de 800 pages1 et vendu au prix de 45 euro, peut impressionner. Je vais tenter de montrer l’intérêt, non seulement de lire ce livre, mais d’en faire l’acquisition.

2C’est la synthèse d’une dizaine d’années de recherches que présente Sensevy dans son dernier ouvrage, Le sens du savoir.En effet, l’ouvrage semble appartenir au genre littéraire appelé une somme, un type de traité qui additionne, bien qu’il s’en défende, tout ce qui peut être théorisé, à un moment donné, dans un domaine du savoir. En l’occurrence, il s’agit bien de la façon de produire de la recherche et de la science à propos des manières humaines de faire apprendre quelque chose. L’ouvrage est divisé en trois grandes Parties et chaque Partie en chapitres – l’ouvrage compte douze chapitres subdivisés en Sections, elles-mêmes déployées en nombreuses sous-catégories. En fin d’opus, nous trouvons des éléments pour un programme de recherche, une bibliographie colossale de 25 pages, un index fourni, et une table des matières de 16 pages très utile pour avoir une vue synoptique de l’organisation du livre.

3Il y a évidemment de multiples façons d’entrer dans ce livre ou d’en rendre compte. Il offre un réseau très dense de citations longues, permettant de constituer un arrière-plan de références sur lequel à la fois s’appuie l’auteur et qu’il met à la disposition du lecteur. Ce réseau de citations est agencé à une architecture conceptuelle et, s’attachant tout particulièrement à ce qu’il nomme l’instrumentation de la recherche en éducation, l’auteur nous entraîne dans une pratique d’expériences de pensée, en nous montrant comment peut être conduite la recherche : il nous fait entrer dans le laboratoire de l’enquête (notamment dans la deuxième Partie du livre). C’est pourquoi Le sens du savoir ne saurait être vu seulement comme une somme (ce qui est déjà beaucoup), mais doit être en même temps vu, et l’auteur l’indique dès les premières lignes, comme un « point de départ ».

4L’ouvrage tisse, dans une approche pragmatiste, les liens théoriques entre grammaire de l’action et nécessités empiriques : il pose que toute manière d’agir dans le monde social est le produit d’une grammaire qui contraint les transactions. Autrement dit, c’est seulement en prêtant une grammaire à une pratique donnée que nous pouvons produire les significations propres de cette pratique, mais en situation et dans un contexte donné. L’ouvrage cherche donc à théoriser les conditions qui permettent de donner à voir la logique d’une pratique, conditions qui impliquent de pouvoir la situer dans une forme de vie et de pouvoir élucider le jeu spécifique auquel jouent les agents dans cette forme de vie :

5« un jeu a un enjeu, qui fait en particulier que l’on se prend au jeu ; on y gagne ou on y perd ; on ne peut y jouer sans en connaître les règles, et au-delà de la connaissance des règles du jeu, il faut pour gagner produire des stratégies pertinentes, des stratégies gagnantes, et donc avoir le sens du jeu » (Sensevy, 2001, p. 42).

6Cela permet à l’auteur de construire ses analyses des transactions didactiques à partir de l’idée que toute action est toujours reliée à (de) la connaissance, et que « la pratique repose toujours sur une manière de s’y connaître » (Ibid., p. 44), sens pratique consistant dans la capacité à déchiffrer « adéquatement les signes présents dans une situation » (Ibid., p. 45). Mais il ajoute que toute action est par définition sociale, au sens où elle implique nécessairement des autres (il n’y a pas d’action « individuelle ») : « agir dans le monde social, c’est agir conjointement, et agir conjointement, c’est s’ajuster à autrui » (Ibid., p. 52). Ainsi, nous comprenons le sens du jeu qu’étudie l’auteur, le jeu didactique (dans lequel le professeur sait ce que les élèves ignorent), comme organiquement conjoint (le professeur joue ce jeu avec les élèves) et nécessairement dissymétrique (c’est le professeur qui fait jouer ce jeu aux élèves). La didactique étant la science dont les pratiques effectives d’éducation font l’objet, elle étudie les institutions didactiques qui se caractérisent par un processus au cours duquel on enseigne et on apprend des savoirs, grâce à des systèmes de jeux coactifs dans lesquels coopèrent le professeur (l’instance Professeur) et les élèves (l’instance Élève), leur activité commune n’ayant de sens que si chacun joue son rôle, et finalement si le jeu de savoir tel que le fait jouer le Professeur permet à l’Élève d’apprendre, c’est-à-dire lui permet d’augmenter sa puissance d’agir.

7L’ouvrage propose une sorte de scénographie scientifique mettant systématiquement à l’œuvre ses concepts dans de nombreuses études de « cas d’épisodes » : il montre en quoi cet outillage conceptuel permet de produire les significations des situations d’action dans lesquelles sont pris ensemble les professeurs et les élèves. Le sens du savoir se termine sur deux chapitres (constituant la troisième Partie) qui ouvrent une discussion cruciale, permettant de renouveler notre façon politique de penser ce que j’appellerai, en parodiant le titre du livre, le sens de l’école, sachant qu’il ne saurait y avoir de « sens » indépendamment de l’action effective dans laquelle nous sommes engagés ensemble. Cette discussion prend pour arrière-plan et pour grammaire une croyance radicale dans l’égalité portée par la volonté de réinventer la démocratie.

Haut de page

Notes

1 . Auxquelles il faut ajouter les chapitres cinq et six, et une partie du chapitre huit, qui ne sont pas publiés dans l'ouvrage mais sont accessibles en ligne : http://cread.bretagne.iufm.fr/spip.php ?article50

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henri Louis Go, « Gérard Sensevy (2011).
Le sens du savoir. », Recherches & éducations [En ligne], 7 | octobre 2012, mis en ligne le 23 décembre 2012, consulté le 25 avril 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/1455

Haut de page

Auteur

Henri Louis Go

Université de Lorraine
Normes et Valeurs LISEC – EA 2310

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org