Navigation – Plan du site
1901

Sur la mémorisation

Jean Larguier des Bancels

Texte intégral

1 Comment faut-il apprendre par cœur? Quel procédé convient-il d'adopter pour que la mémorisation soit rapide et qu'elle soit sûre? Tel est le problème intéressant qui a été discuté dans une des dernières séances de notre Société1 et sur lequel je me propose de revenir en quelques mots.

2 On peut  imaginer bien des méthodes d'étude : deux ont été signalées en particulier,la méthode de répétition fragmentaire et la méthode de répétition totale. La première consiste à découper le morceau qu'il  s'agit d'apprendre par cœur en fragments qu’on étudie les uns après les autres; c'est la méthode, non la plus naturelle, car tout le monde ne remploie pas spontanément, mais la plus répandue. La seconde méthode est caractérisée par la lecture et la répétition du morceau tout entier; elle est d'un usage fort rare.

3 L'efficacité de ces deux procédés a été déterminée de la ma­nière suivante. Les personnes qui ont bien voulu se prêter aux expériences ont appris, chaque jour, un morceau ; de dix vers emprunté à la tragédie de Racine, les Frères ennemis, main en employant tantôt la méthode fragmentaire, tantôt la méthode totale les épreuves avaient lieu à la même heure et, autant que pos­sible, dans les mêmes conditions, de telle sorte qu'elles fussent bien comparables. Il avait été décidé que la répétition fragmen­taire se ferait par groupes de deux vers; les morceaux étaient choisis de façon à se prêter facilement à une telle subdivision. Pour appliquer la méthode totale, l'expérimentateur lisait le morceau d'un trait, un certain nombre de fois, puis essayait de le répéter mentalement, et s'il lui manquait un vers, un mot, il était obligé de relire le tout d'un bout à l’autre.

4 Tel est le plan de recherches qui a été adopté au début et d'après lequel Mlle Kronsart, Mme Chopin et Mme Abricossoff ont entrepris les expériences dont M. Binet a rendu compte. J'en rappelle rapidement les principaux résultats. La méthode de répé­tition totale assurerait plus de durée aux souvenirs, tandis que la méthode de; répétition fragmentaire permettrait d’apprendre en un peu moins de temps. Voici, par exemple, quelques chiffres empruntés à la série très complète d'expériences que Mme Chopin a bien voulu faire. Avec la méthode fragmentaire, le temps d'étude pour dix vers a été trouvé de; 5 minutes 20 secondes, en moyenne; pour la méthode totale, de 5 minutes 35 secondes. Mais après plusieurs jours, la première méthode n'assure la conservation que de deux vers sur dix, la seconde de plus de six vers. La différence est considérable.

5 Ces résultats ont été confirmés par les recherches que M. Binet a faites lui-même et dont il a dit un mot dans sa communication Le plan des expériences était celui-là même qui vient d'être décrit ; il s'agissait d'apprendre le plus vite possible, en employant alternativement les deux méthodes, des fragments d'Athalie ; les fragments comptaient dix vers. Un des sujets de M. Binet a donné les résultats consignés dans les deux tableaux suivants :

6Voir annexe

7 Examinons ces chiffres de près. On trouve dans la deuxième colonne le temps nécessaire à l'étude et dans la troisième le temps de reproduction immédiate, c'est-à-dire le temps qu'il faut pour écrire le morceau dès qu'on croit le savoir. Ce temps donne l'idée des hésitations du sujet, de l'aisance plus ou moins grande avec laquelle il rappelle ses souvenirs ; il mesure en quelque sorte la netteté de la mémoire immédiate. — II résulte, de la comparaison des nombres, que la fixation des souvenirs est plus rapide avec la méthode fragmentaire. Notons que la méthode totale répugnait profondément au sujet, qui n'y était pas habitué.

8(A suivre.)                           

Haut de page

Notes

1 Travaux de la Société, Bulletin du 13 juillet 1901
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Larguier des Bancels, « Sur la mémorisation », Recherches & éducations [En ligne], Bulletin de la Société libre pour l’étude psychologique de l’enfant, mis en ligne le 15 octobre 2008, consulté le 25 mai 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/149

Haut de page

Auteur

Jean Larguier des Bancels

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org