Navigation – Plan du site
Articles
1

La « violence de genre à l’école » entre science et politique

Éric Debarbieux
p. 9-11

Texte intégral

1Lorsque nous avons lancé en janvier 2012 l’appel à contributions sur le thème « Violence de genre violences sexistes à l’école : mesurer, comprendre, prévenir » la polémique sur la pseudo « théorie du  genre » n’existait pas encore en France avec une telle intensité. Les longs cortèges d’opposantEs au « mariage pour tous » - si abusivement résumé parfois en « mariage gay » - n’avaient pas encore battu le pavé de Paris et d’ailleurs. Certes,  cette polémique n’est pas neuve et on rappellera par exemple que dans une lettre ouverte adressée le 31 mai 2011 au ministre de l’éducation nationale de l’époque, Luc Chatel,  une responsable politique, Christine Boutin, s’indignait qu’on puisse enseigner le « genre » : « Comment ce qui n’est qu’une théorie, qu’un courant de pensée, peut-il faire partie d’un programme de sciences ? Comment peut-on présenter dans un manuel, qui se veut scientifique, une idéologie qui consiste à nier la réalité : l’altérité sexuelle de l’homme et la femme ? […] Je ne peux accepter que nous trompions les adolescents en leur présentant comme une explication scientifique ce qui relève d’un parti-pris idéologique. » Bien plus récemment une pétition circule, revendiquant près de 100 000 signataires contre « l’enseignement de la théorie du genre dans l’école élémentaire». Un « observatoire de la théorie du genre »créé par l’Union Nationale Inter-universitaire prétend « ouvrir les yeux sur la théorie du genre ». Des parlementaires réclament une commission d’enquête pour étudier la « pénétration de la théorie du gender » en France.

  • 2

2Or la théorie du genre n’existe pas1. Elle n’est soutenue par aucunE scientifique et si la locution « théorie du genre » est idéologique c’est bien parce qu’elle est fabriquée de toute pièce par ceux qui l’utilisent comme un outil politique dénonçant un « complot » imaginaire pour y assimiler des adversaires.  Les études de genre ne sont pas un champ unifié, mais une science en perpétuel questionnement, dont les bases épistémologiques restent celles de toute science : méthodologies d’enquête identifiées, constitution de bases de données empiriques, lecture critique par les pairs avec organisation d’une discussion basée sur la recherche par l’intermédiaire de revues, de rencontres et de colloques. Ceux qui parlent de « théorie du genre » en opposant le bon gros sens populaire de « l’altérité sexuelle de l’homme et de la femme » à une soi-disant négation de leurs  différences participent bien sûr de cette hétéronormativité qui nie la légitimité plurielle des orientations et des identités, construites, variables, différentes dans notre commune humanité. Par là c’est une première violence de genre.

  • 2  Cf. Dagorn, J. (dir.) (2013). Lexique LGBTphobie, sexisme, racisme. Délégation ministérielle charg (...)
  • 3  Bourdieu, P. et Passeron, J .C. (1970). La reproduction. Eléments pour une théorie du système d’en (...)

3Cette hétéronormativité est à l’origine des violences perpétrées contre un individu en raison de son appartenance (réelle ou supposée) à l’un ou l’autre sexe, ou de sa non-conformité aux rôles socialement attribués à son sexe2. Elles sont genrées car elles peuvent se produire contre des garçons auxquels sont attribuées des caractéristiques du genre féminin ou des filles auxquelles sont attribuées des caractéristiques masculines. L’utilisation du terme « genre » permet ainsi de comprendre ces violences de manière plus globale en tant qu’oppression par exemple du genre féminin et pas seulement en tant qu’oppression des filles. Ces violences sont une ultime manière d’inscrire la différence entre garçons et filles dans des rapports hiérarchiques de domination. Cette domination peut s’exercer par des violences qui peuvent être aussi bien de grande brutalité physique que par l’oppression quotidienne du harcèlement, par l’ostracisme et la violence symbolique, celle que les victimes naturalisent en l’intériorisant sur le mode de la culpabilité. Cette violence symbolique a été définie comme un “pouvoir qui parvient à imposer des significations et à les imposer comme légitimes en dissimulant les rapports de force qui sont au fondement de sa force3 ». Les études de genre sont effectivement une déconstruction des significations sociales et des conséquences de l’imposition des significations. Cette déconstruction n’est pas un jeu vain, une espèce d’amusement intellectuel un peu pervers et loin du « réel » mais la révélation et la prise en compte d’une souffrance, si on l’envisage d’un point de vue subjectif.

4Ce dossier concerne les violences de genre, en tant qu’elles sont agies et subies en milieu scolaire.

5Le succès de notre appel à communications et la qualité des articles expertisés témoignent de l’intérêt grandissant de la communauté scientifique pour ce thème. Cela a conduit les éditeurs de la revue à publier deux tomes pour ce dossier. L’un est consacré à un état des lieux des violences sexuées en milieu scolaire, en France et dans d’autres pays, avec un focus particulier sur les dimensions de l’hétéronormativité, de l’homophobie et de la transphobie en milieu scolaire. Le deuxième tome sera consacré aux mécanismes et aux conséquences des violences de genre et violences sexistes à l’école.  Les éditeurs espèrent ainsi mettre à disposition un ensemble de connaissances vives, empiriques, des contributions nationales et internationales (Centrafrique, Québec, Sénégal, Suisse) aux nécessaires études sur les rapports de genre à l’école et sur la dimension de violence qu’ils peuvent présenter.  C’est sans doute ainsi que la science peut le mieux aider, sans illusion rationnelle pour autant, à la mise en place d’une politique éducative préventive des violences de genre à l’école et plus largement en éducation. Que tous les contributeur-ices en soient remerciés.

61  Husson, A.C. (2013). La théorie du genre n’existe pas. In Genre en ligne http://cafaitgenre.org/​2013/​01/​02/​la-theorie-du-genre-nexiste-pas/​.  On lira avec profit cet article bien documenté sur les origines religieuses de cette locution.

Haut de page

Notes

2  Cf. Dagorn, J. (dir.) (2013). Lexique LGBTphobie, sexisme, racisme. Délégation ministérielle chargée de la prévention et de la lutte contre les violences en milieu scolaire. A paraître.  

3  Bourdieu, P. et Passeron, J .C. (1970). La reproduction. Eléments pour une théorie du système d’enseignement.  Paris : Editions de Minuit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Debarbieux, « La « violence de genre à l’école » entre science et politique », Recherches & éducations, 8 | 2013, 9-11.

Référence électronique

Éric Debarbieux, « La « violence de genre à l’école » entre science et politique », Recherches & éducations [En ligne], 8 | Juin 2013, document 1, mis en ligne le 15 juillet 2013, consulté le 23 mars 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/1559

Haut de page

Auteur

Éric Debarbieux

Professeur en sciences de l'éducation à l'Université de Paris-Est Créteil.Délégué ministériel chargé de la prévention et de la lutte contre les violences en milieu scolaire

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org