Navigation – Plan du site
Varia
9

Élise Freinet : de l’expérience naturiste aux pratiques de l’École Freinet

Xavier et Riondet
p. 133-148

Résumés

Dans le contexte de l’École Freinet à Vence (06), Élise Freinet (1898-1983) a continuellement évoqué l’influence de Basile Vrocho (1892-1936), professeur naturiste d’origine grecque, qui la soigna dans les années 30. L’objet de notre contribution porte sur l’influence historique de l’expérience naturiste d’Élise Freinet sur l’École Freinet, sur les savoirs et les pratiques en jeu dans cette expérience.

Haut de page

Entrées d’index

Keywords :

health, struggle.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Pour reprendre des formulations propres aux excellents travaux de l’historien des sciences Klein (...)

1Afin de revenir sur les circonstances et l’arrière-plan qui rendirent possible l’alternative de la pensée Freinet1, nous étudions un système de pensée (le naturisme), des déductions pratiques (techniques corporelles) et l’influence de ce complexe sur les questions éducatives (l’influence de ces pratiques dans l’École Freinet).

2L’histoire de l’École Freinet de Vence, fondée par le couple Freinet en 1935, se caractérise aujourd'hui par la constitution d’un patrimoine, à la fois matériel et immatériel (Go & Riondet, 2013), comprenant des influences en jeu dans cette œuvre : notamment, Hébert, Carrel, Vrocho et Carton (et plus tard Violet). Cette étude veut contribuer à la compréhension de ces influences dans les pratiques éducatives dans l’histoire de cette école « réserve d'enfants » (Freinet, É, 1974 ; Go, 2007).

Problématique

  • 2 . Précisons qu'Élise réservait les droits du nom « École Freinet » à son école de Vence.

3L’enjeu étant de saisir en quoi l’École Freinet2 est singulière, nous avons choisi un arrière-plan épistémologique d’influence foucaldienne (Go & Riondet, 2013). Les travaux de Foucault permettent d’appréhender la question du corps comme résistance aux mécanismes du pouvoir, notamment au sujet des questions de santé. Ensuite, l’historiographie foucaldienne porte une grande attention à l’archive pour ce qu’elle est, pour saisir des ruptures et des discontinuités. Enfin, la référence à Foucault permet une posture philosophique à partir de l’actualité afin de la problématiser. Nous suivrons un plan en trois parties : l’expérience naturiste des Freinet, le concept de naturisme prolétarien et la question des pratiques spécifiques de l’École Freinet. En conclusion, nous dégagerons les lignes de force à l’œuvre dans notre actualité à partir de cette étude historique.

De l’expérience naturiste d’Élise aux réseaux naturistes en pédagogie

La précarité de l’école républicaine et la menace de la tuberculose

  • 3 . Le nom de jeune fille d’Élise est Lagier-Bruno.
  • 4 . Certificat médical du Docteur Audion du  30 avril 1931. AD de Nice 1T338.
  • 5 . Certificat médical du Docteur Audion du  25 mai 1931. AD de Nice 1T338.
  • 6 . Certificat médical du Docteur Plannat du  8 juin 1931. AD de Nice 1T338.
  • 7 . Certificat médical du Docteur Audion du 5 juin 1931. AD de Nice 1T338.

4Élise3 entre à l’École normale d'institutrices de Gap en 1916. Jeune enseignante, elle est très engagée, et ses contestations face aux conditions médiocres d’exercice heurtent rapidement l’administration. Lorsqu’elle rencontre Freinet en 1925, Élise hésite entre deux carrières : enseignante ou artiste. Après un premier congé pour convenances personnelles, elle retourne en classe et cherche en vain à être nommée dans la même école que Freinet à Saint-Paul-de-Vence. En avril 1931, le Docteur Audion lui prescrit repos et grand air4. Son état se dégrade rapidement (dépression générale)5 et en juin, elle présente « des signes cliniques non douteux de tuberculose pulmonaire spécialement marqués à droite dans la fosse sus-épineuse »6. Le docteur Audion précise « que le repos, l’air, la montagne si possible, lui étant nécessaires, il est indispensable que son congé maladie soit prolongé du 9 juin au 9 juillet 1931 »7. Elle obtient une série de congés de « longue durée », avant d’essayer de faire reconnaître cette maladie comme ayant été contractée pendant l’exercice de son métier.

Rencontre avec Vrocho

  • 8 . Martin Nelk, militant communiste hollandais, et Caroline Nelk,  institutrice,  habitent au Piouli (...)
  • 9 . « Vrocho » est né le 28 février 1892 à Athènes (Grèce). En janvier 1936, il tombe malade dans un (...)
  • 10 . Parmi les influences de Vrocho (1934b) : Vincenz Priessnitz (1799-1851) et Johannes Schroth (1859 (...)
  • 11 . Sur cette question du naturisme anarchiste, voir les développements dans Go & Riondet, 2013.

5Ce serait par l’intermédiaire d’amis communs8 que les Freinet rencontrent Vrocho. De son vrai nom Basile André Vrochopoulos9, « Vrocho » est un  professeur de culture physique inspiré par les méthodes de Kuhne, Kneipp, Bier, et Muller10. À partir de ces apports, il conçoit une méthode (méthode Vrocho) qui se développe principalement dans le Sud de la France dans les années 1930, et en particulier dans un Institut naturiste créé à Nice en 1928. Ce réseau naturiste est d’influence marxiste, voire anarchiste11.

  • 12 . Lettre de Roger Lallemand (1933-1934) dans le dossier Vrocho : « Ne jamais retenir [la respiratio (...)

6Outre les techniques d’hydrothérapie et de sudation, cet ensemble de pratiques corporelles s’accompagne de pratiques d’alimentation (focalisation sur la consommation de fruits) et de techniques de respiration par le nez, pour rééduquer le cœur, et également à des fins d’apaisement12. Selon Elise, c’est l’utilisation de cette  méthode qui l’aurait guéri de la tuberculose.

Vulgarisation et constitution d’un réseau naturiste en pédagogie

  • 13 . « Nous n’oublions pas, surtout, qu’il ne peut guère y avoir d’excellente éducation sans calme et (...)
  • 14 .  Lettre de Célestin Freinet à Adolphe Ferrière du 12 décembre 1933. AD de Nice 161J0063.

7La vulgarisation de cette méthode est favorisée par la publication de l’ouvrage Cultiver l’énergie, du pédagogue suisse Ferrière, aux éditions de l’Imprimerie à l’École en 1933.  La revue L’Educateur Prolétarien fait un court résumé de l’ouvrage et de ses enjeux en mai 1933. Si l’ouvrage ne traite pas directement des questions éducatives, mais de la recherche de la santé par les pratiques naturistes de la méthode Vrocho, c’est la question de l’harmonie qui intéresse ici les éditeurs, en tant que préalable aux questions éducatives13. L’hypothèse naturiste est envisagée pour rechercher les conditions physiques et psychologiques possibles de la relation éducative14.

  • 15 . « […] le prolétariat a besoin plus que jamais d’énergie et de lucidité pour mener à bien cette œu (...)

8Une rubrique spécifique, « Pour un naturisme prolétarien », apparaît en décembre 1933 dans la revue L’Éducateur Prolétarien autour de réflexions sur un lien possible entre naturisme, éducation et politique. L’idée de cette rubrique repose sur une articulation, axée sur les lois rationnelles de la nature, à penser entre conceptions naturistes et système d’éducation et de philosophie prolétariennes15. L’enjeu de ces réflexions sur le naturisme et l’éducation est d’ordre révolutionnaire, « sous l’emprise d’une civilisation qui nous étreint étrangement » (Lagier-Bruno, 1933a : p. 162).

  • 16 . Lettre de Célestin Freinet à Adolphe Ferrière  du 12 décembre 1933. AD de Nice 161J0063.
  • 17 . « L’animation était grande à l’Institut naturiste de Nice. Comme à l’ordinaire les malades arriva (...)

9La chronique naturiste se développe en octobre 1934 autour d’un appel à la recherche et au développement des lois fondamentales (alimentation, hydrothérapie, mouvement, vie mentale) à partir desquelles chacun pourra découvrir sa technique personnelle. L’enjeu étant de « faire œuvre pratique », un encart « Propos Vrocho » est envisagé pour répondre aux questions et demandes de détails éventuelles16. En janvier 1936, alors que l’enthousiasme croît autour du système Vrocho17, Freinet annonce la disparition de Vrocho et la fermeture de facto de l’Institut naturiste (Freinet, 1936 : p. 210).

Le naturisme prolétarien

Critique d’une vie humaine contre-nature

10Revenons sur ce que signifie « naturisme prolétarien ».

  • 18 . L’homme jouerait au carnivore mais sans en épouser l’exactitude des pratiques (manger cru ; dévor (...)

11« L’homme est, de par sa constitution organique, un mangeur de fruits et de graines », écrit  Vrocho (1934a : p. 222). Ses sens, sa constitution dentaire, son tube digestif, son corps  ne  le rapprochent ni des herbivores, ni des carnivores. Ce sont des conditions anormales qui ont poussé l’homme à consommer de la viande. Plusieurs facteurs expliquent la survivance de cette habitude : « ignorance », « faiblesse de caractère », « causes financières ». Or, le problème s’est complexifié car l’homme a associé à la viande d’autres produits nocifs : « alcool, tabac, alcaloïdes, sel, chaleur des plats cuisinés, etc… » (id.). Cette association contribua à une « désharmonie circulatoire »18.

12Toute la vie du civilisé moderne est « tissée d’hérésies d’un bout à l’autre de ses journées » (Freinet, É., 1936b : p. 332) et c’est ce fait qui représente « la cause de la maladie et de la stérilité intellectuelle » ; là est « le grand gaspillage d’énergie » (id.). La grande erreur du civilisé moderne est de croire à la possibilité et la pertinence du phénomène d’adaptation.

13Parmi les préjugés les plus néfastes, l’idée selon laquelle l’industrie alimentaire aurait acquis « une perfection inégalée » est légitimé par l’émergence du frigorifique, qui « paraît conserver les denrées les plus fragiles, les viandes les plus délicates, les pâtisseries les plus légères » (Freinet, É., 1937d : p. 115). Or, ces pratiques sont « contre-nature » :

14« […] pour conserver un aliment naturel, il faut le soustraire à la fermentation vers laquelle il tend, c’est-à-dire, il faut dénaturer cet aliment, en détruire le pouvoir de vie » (id.). »

Critique d’une civilisation aux mains du capitalisme

15La complexité du capitalisme réside dans sa manière de se rendre légitime en produisant des évidences dont l’individu n’arrive pas à se détacher (la consommation de viandes pour se réchauffer, les associations alimentaires, etc.). Le naturisme prolétarien veut mettre à jour un triple point de tension (usage restreint de la révolution pastorienne, dogmatisme scientifique et médecine classique) qui illustre ce processus de légitimation d’une forme de civilisation.

  • 19 . « L’esprit et surtout l’esprit du malade, est la proie et la victime d’une fausse science médical (...)

16Dans ce contexte, la découverte de la théorie microbienne de Pasteur, par exemple, s'appuie sur la conception du microbe comme responsable de la maladie et sur l’idée de santé artificielle immunisant le corps humain (ou comme solution au microbe et la maladie). Le dogmatisme scientifique aurait alors éclipsé un certain nombre de travaux s’inscrivant dans la lignée de la médecine naturelle d’Hippocrate (empiristes non scientifiques et scientifiques). Pour Vrocho, le malade va chercher un diagnostic, le médecin lui apporte une réponse et un jugement. Or, l’enjeu n’est pas de savoir « ce qu’on a » mais au contraire « ce qu’on a fait ». La conception fragmentée de la médecine constitue un premier problème (considérer les fonctions organiques comme entités indépendantes), qui en entraîne un second : le malade se trouve victime, à la fois de cette erreur de conception et de la domination à travers laquelle elle se perpétue19. Coup double : dans sa peur du microbe et de la maladie et face aux promesses de l’immunité, l’homme se dépossède de son propre corps devenu objet du savoir médical classique.

  • 20 . Pour Vrocho, la question microbienne peut être abordée différemment  que ne le fait la médecine c (...)
  • 21 . Conception cartonienne de « l’aliment toxique » (Freinet, É., 1938a, p. 140).
  • 22 . «  Cette science capitaliste dirigée contre le bonheur des hommes par quelques gangsters de marqu (...)

17Le naturisme prolétarien explique que ce processus complexe a contribué à ensevelir les diverses avancées à travers l’Histoire au sujet de la santé naturelle20. L’ensemble de l’industrie alimentaire s’est développé à partir de l’usage du toxique21 car « l’homme omnivore a voulu mangé de tout, sous toutes les latitudes et en toutes saisons de l’année » (Freinet, É., 1937d : p. 116). C’est donc l’ensemble d’un système capitaliste qui est dénoncé ici ; un système où la science est entre les mains des exploiteurs et constitue « un moyen d’oppression terrible » contre la vie22. La justification et la caution scientifique de cette idée d’adaptation contribueraient à brouiller les rapports de la civilisation à la nature « jusqu’à récuser les survivances de l’animalité » (Freinet, É., 1936d : p. 117). Pour Élise, il reste à penser un art de guérir, lequel se confondrait en fait avec un  art de vivre, à travers « une technique à l’appui d’une philosophie et tout homme est compétent en la matière qui aura assez d’intuition et de sagesse pour comprendre que tout organisme est une unité dans la grande Unité de la Nature » (Freinet, É., 1936a : p. 308).

Vers un naturisme prolétarien et matérialiste

  • 23 . « L’ouvrier n’a que trop souvent, le taudis, la rue sombre, l’estaminet, le petit restaurant bon (...)
  • 24 . « Le Naturisme se vend, s’achète, s’accommode à la mode, à la science, au commerce. Le Naturisme (...)
  • 25 . « Mais oui, camarade, il y a un naturisme bourgeois, celui qui participe à la plus-value honteuse (...)

18Le naturisme de ce réseau est d’abord prolétarien. Non qu’il s’adresse à telle ou telle population exclusivement, ce naturisme estime que les malades sont de tous milieux, mais la « dégénération » touche bien plus durement l’ouvrier23. Le naturisme, à partir des années 1920, s’est considérablement développé à partir de revues, d’ouvrages, d’instituts médicaux, de maisons d’alimentation, de restaurants et de centres de vacances, et délimite un « mode de vie » particulier (Villaret & Saint-Martin, 2004 : p. 22). Le naturisme est alors en passe d’être récupéré par le capitalisme24. Ainsi, il apparaît fondamental pour Élise de distinguer le naturisme prolétarien des naturismes bourgeois25.

19La seconde particularité est qu’il s’agit d’un naturisme matérialiste car il cherche également à se singulariser des développements idéalistes du naturisme. C’est la référence à Marx qui conditionne cette distinction :

20« Nous sommes des disciples de Marx. Nous voyons la Nature sous un autre aspect plus dialectique, plus matérialiste aussi. Oui, la Nature est aux différentes saisons une source de joies saines et vivifiantes. Elle plait à nos yeux et à notre âme, nous l’aimons. En son sein, nous retrouvons les instincts de l’animal dont nous fûmes issus. La Nature est bienfaisante. Pourtant, elle n’est pas unilatéralement bonne. Elle est le milieu indifférent, favorable ou défavorable qui fait éclore la vie et qui la broie. Les tempêtes passent comme les aubes de mai, la terre roule vers l’éternité des choses, elle crée des hécatombes d’hommes. Elle n’a de comptes à rendre à personne » (Freinet, É., 1939, p. 188).

  • 26 . Élise prend toutes ses distances des considérations naïves sur la vie dans la nature et envisage (...)
  • 27 . Pour Élise, ce qu’offre le capitalisme ne doit pas être considéré comme pur mais à purifier.

21Loin d’adhérer au mythe du retour à la nature26 et à un militantisme fermé (de type secte en marge de la société), ces réflexions et recherches se déploient à partir de deux objectifs : la reconstruction de la société et la libération de l’homme. Le naturisme prolétarien et matérialiste est donc une expérience de pensée dans une société au sein de laquelle il convient de lutter27.

Les pratiques de l’École Freinet à Vence

Un naturisme à réaliser

  • 28 . Lettre de Célestin Freinet à Adolphe Ferrière du 12 décembre 1933. AD de Nice 161j0063.
  • 29 . « Nous qui revendiquons jusqu’au sacrifice de notre vie, notre titre de matérialistes ; nous qui (...)
  • 30 . « L’homme devient prisonnier de l’excitant, comme il devient prisonnier de la sexualité déréglée, (...)

22Partie immergée de la pensée politique de Freinet, le naturisme a peu à peu modifié le quotidien des Freinet28. Élise souhaitait pousser le naturisme matérialiste vers une réalisation29. La conquête de la santé repose sur la volonté et un parcours menant à la connaissance, car l’homme est son propre ennemi30.

  • 31 . Voir sur cette question de l'agencement du milieu à l'École Freinet l'enquête de Go (2007). Noton (...)

23La contribution décisive d’Élise au naturisme consiste dans cette attention pour l’enfance « en exaltant les potentialités vitales et mentales qui résident dans tout organisme fort, vigoureux et bien équilibré » (Freinet, É., 1946/1955 : p. 221-222) car si l’homme  représente le « capital le plus précieux dans l’aventure de l’humanité », ce capital prend bien naissance dans l’enfance.  Le naturisme est envisagé pour permettre à l’enfance de découvrir et de développer des techniques de vie dans un milieu spécialement agencé à cet effet31.

Retour sur quelques pratiques dans l’histoire de l’École Freinet (1935-1966)

  • 32 . « Après vingt-cinq ans de pratiques naturistes dans notre École Freinet où sont passés des centai (...)
  • 33 . « Placés, on le voit, dans des conditions strictement prolétariennes, nous avons, à force de priv (...)
  • 34 . « Nous ne sommes pas végétariens, mais fruitariens. Nous ne mangeons qu’accidentellement des légu (...)

24L’École Freinet se présente dès sa création comme un laboratoire recherchant l’efficience des pratiques en jeu32, à travers une organisation matérielle spécifique33 et un travail sur les corps. Dès 1935, les baignades et les bains de soleil sont des pratiques quotidiennes et l’alimentation se caractérise par un régime alimentaire centré le plus possible sur la consommation du fruit34.

  • 35 . Pour avoir une vue d'ensemble de cette histoire jusqu'à nos jours, voir Go & Riondet, 2013.
  • 36  Marcel Violet (1886-1973), ingénieur des Arts et Métiers, est à l’origine de l’Eau Electro Vibrée, (...)
  • 37 . Suivant l’idée d’un lien entre audition et langage, le Docteur Tomatis (1920-2001), oto-rhino-lar (...)
  • 38 . Il faut souligner, dans les références utilisées par les Freinet, l’apport de lectures au sujet d (...)

25Il est intéressant de noter combien ces pratiques ont perduré dans l'histoire de l'École Freinet35. En 1964 par exemple, les éducateurs se devaient d’être végétariens, les matinées commençaient à 06h30 par un bain d’eau froide pour les enfants (choc froid dans la piscine) et les fins de matinée (11h30-12h) étaient consacrées aux soins  (Bonbonnelle, Faligand & Gilbert, 1966 : p. 30). Une de ces pratiques de soins était la consommation de l’Eau Electro-Vibrée de Marcel Violet36 à des fins thérapeutiques et de bien-être (Violet, 2009 : p. 120-121 et p. 165-166). Ces pratiques corporelles se sont accompagnées de techniques particulières liées à l’idée d’équilibre corporel et de rééducation des sens. Lors des années 1964 et 1965, l’École Freinet utilisait l’Oreille électronique37 du Docteur Tomatis pour expérimenter la rééducation de l’audition, du langage et de l’expression38.

Mission et public spécifiques

  • 1
  • 40 . «  En revanche, nous avons assisté à des régénérations qui ont fait brusquement d’enfants tarés, (...)
  • 41 . Aujourd'hui, la sociologie des familles à l'École Freinet est la même que celle des autres écoles (...)

26Entre 1935 et 1966, l’école semble avoir accueilli principalement trois profils d’enfants : les enfants de la famille ou des proches du réseau, mais également des enfants réfugiés (réfugiés espagnols) parfois orphelins, et des enfants malades39. Une ébauche de sociologie des premiers élèves de cette école montre que les enfants proviennent de milieux acquis aux idées naturistes et prolétariennes, ou que l’entrée dans cette école est d’une certaine manière la dernière chance pour guérir ou se régénérer40. La principale difficulté apparue dans les années 1960 est en réalité de trouver des éducateurs en accord avec ces principes de vie, puis de résister à l'envahissement de l'école par des milieux d'artistes ou bourgeois cherchant pour leur enfant une alternative à l'école classique41.

Quelle légitimité pour ces pratiques alternatives ?

  • 42 .  Notamment l’Oreille électronique.
  • 43 . Au sujet des enjeux de l’auto-santé et des questions épistémologiques autour du sujet médical, no (...)
  • 44 . L’Académie de  Médecine reconnut dès 1957 les effets possibles des procédés de l’Eau Electro-Vibr (...)
  • 1

27Si leur apport est difficilement mesurable42, une partie de ces pratiques de santé43 font pourtant référence à certaines pratiques actuellement admises44 (les bains de soleil contre la tuberculose à la base du sanatorium, l’apport du thermalisme contre le stress dans la balnéothérapie) et des postures s’inscrivant à la fois dans une tradition ancienne (médecine naturelle hippocratique) et dans un contexte scientifique établi (les critiques du darwinisme et de la réduction de la théorie microbienne de Pasteur sont des thématiques particulièrement développées en histoire des sciences et en histoire de la médecine). Cet arrière-plan permet de saisir un autre Freinet (en lien avec Élise) et d’appréhender de manière plus complexe le militantisme des Freinet et leur pensée politique, en lien avec des réseaux alternatifs et scientifiques (Carton45, Violet, Tomatis).

Conclusion : L’éducation à la santé depuis le naturisme prolétarien, repères historiques et problématiques

Arrière-plan historique et philosophique

28La fin du XVIIIe siècle voit l’apparition d’une pratique de médecine préventive (inoculation variolique) dans certains établissements scolaires, soutenue notamment par « les parents aisés et cultivés » considérant l’inoculation « comme une défense pour la vie  et une avancée médicale de leur temps » (Parayre, 2010 : p. 27-29). Durant le XIXe siècle, hommes d'état et pédagogues se confrontent à deux problèmes sanitaires importants qui touchent l’École : « l’insalubrité des locaux et les épidémies récurrentes de variole, de choléra et de fièvre typhoïde » (Ibid., p. 31).  Les questions de santé, d'hygiène et de propreté deviennent progressivement des préoccupations scolaires de premier ordre. On peut lire cette évolution autour de la santé comme l’émergence d’une régulation des populations dans le but d’accroître leur rentabilité dans un climat de rationalisation liée au libéralisme,  faisant de la santé publique « un biopouvoir essentiel à ce dispositif biologique » (Klein, 2010 : p. 55).

29Vers 1935, la tuberculose fait encore beaucoup de ravages (Villaret & Saint-Martin, 2004 : p. 26) et ce fait permet de comprendre la percée du naturisme dans l’institution scolaire, tout en situant cette percée en marge de l’évolution des questions de santé à l’École évoquée ci-dessus. On trouve, dès la fin du XIXe siècle, la trace d’une demande très forte (venant de médecins et de pédagogues) de changements à l’intérieur de l’école, et qui se traduit dans les années 30 par l’apparition et le développement des écoles de plein air (E.P.A.). C’est ici que se joue la singularité et la radicalité des débats sur le naturisme prolétarien (expérimenter ces pratiques depuis un lieu propre et en lien avec l’éducation) à travers la création et la sauvegarde de l’École Freinet (qui représente l’expérimentation d’un autre cadre scolaire, entièrement articulé autour de la question de la santé naturelle, mais à destination de tous).

La santé, un enjeu de « luttes » et une question éducative

30La santé apparaît à trois niveaux : elle est une condition de possibilité puisqu’elle permet à l’éducateur de penser autrement et avec lucidité ; elle est un moyen car il s’agit de concevoir un milieu naturel et sain ; elle est un enjeu : l’éducation doit permettre de vivre en bonne santé sans rentrer dans des dispositifs qui capteraient la vie pour alimenter une machine économique.

31L’éducation à la santé naturelle représente un enjeu pédagogique (assainir la vie scolaire), mais également politique. Pour reprendre une formulation foucaldienne, nous pouvons décrire Élise, Vrocho et leurs proches comme un réseau d’hommes et de femmes cherchant à dissocier les « biopouvoirs » du capitalisme d’une « biopolitique » subversive. Dans cette question des « techniques de vie », nous sommes devant « l’affirmation de la puissance de la vie contre le pouvoir sur la vie » (Revel, 2010 : p. 313).

  • 46 . La formulation « réserve d’enfants » est issue du titre de l’ouvrage d’Élise Freinet, L’école Fre (...)

32La prise en compte de ces enjeux permet de saisir le sens de l’École Freinet « réserve d’enfants »46  et le champ de réflexions que cette expérience peut suggérer.Le topique du naturisme, s’il peut être un outil d’analyse de l’évolution de l’éducation physique (Villaret & Delaplace, 2004 : p. 31), peut être utilisé ici pour  rendre compte des limites des pratiques éducatives institutionnelles actuelles, mais également des possibilités inexploitées de certaines propositions (école saine, bien-être à l’école, architecture, sorties scolaires, etc.).

3339 Au sujet d’une mère dont la fillette est atteinte d’entérite chronique : « Confiez votre enfant à l’École Freinet pendant un mois ou deux. Elle y sera heureuse et vous la reprendrez en excellence santé, pouvant satisfaire un robuste appétit » (Freinet, É., 1938c, p. 373).

3445 . Le Docteur Paul Carton (1875-1947) a notamment théorisé la question de la dégénérescence et vulgarisé la médecine naturelle.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Fonds Freinet (161jOO63). Archives Départementales des Alpes-Maritimes.

Fonds privé Elise Freinet.

Documents imprimés

Freinet, C. (1936). La mort de Vrocho. L’Éducateur Prolétarien, 10, 209-210.

Freinet, É. (1936a). Réflexions sur la guérison I. L’Éducateur Prolétarien, 15, 308-309.

Freinet, É. (1936b). Réflexions sur la guérison II. L’Éducateur Prolétarien, 16, 332-333.

Freinet, É. (1936c). Pour un naturisme matérialiste. L’Éducateur Prolétarien, 1, 19-21.

Freinet, É. (1936d). Pour un naturisme matérialiste. L’Éducateur Prolétarien, 5, 117-118.

Freinet, É. (1937a). Pour un naturisme matérialiste. L’Éducateur Prolétarien, 9, 198-199.

Freinet, É. (1937b). Vers un naturisme matérialiste. L’Éducateur Prolétarien, 2, 41-42.

Freinet, É. (1937c). Que manger l’hiver pour se garantir contre le froid, faut-il user d’aliments gras et azotés ? L’Éducateur Prolétarien, 5, 92-93.

Freinet, É. (1937d). Le stockage des matières alimentaires doit nous être suspect. L’Éducateur Prolétarien, 6, 115-116.

Freinet, É. (1938a). Vers un naturisme prolétarien. L’Éducateur Prolétarien, 7, 140.

Freinet, É. (1938b). Pour un naturisme prolétarien. L’Éducateur Prolétarien, 17, 347.

Freinet, É. (1938c). Pour un naturisme prolétarien. L’Éducateur Prolétarien, 18, 373.

Freinet, É. (1938d). Vers un naturisme prolétarien. L’Éducateur Prolétarien, 2, 42-43.

Freinet, É. (1938e). Pour un naturisme prolétarien. L’Éducateur Prolétarien, 3, 71-72.

Freinet, É. (1939). Conditions matérialistes de la santé. L’Éducateur Prolétarien, 8, 188-190.

Lagier-Bruno, É. (1933a). Vers le naturisme. L’Éducateur Prolétarien, 1, 54-56.

Lagier-Bruno, É. (1933b). Pour un naturisme prolétarien. L’Éducateur Prolétarien, 3, 159-162.

Lagier-Bruno, É. (1934). Qu’est-ce que la maladie ? L’Éducateur Prolétarien, 4, 219-221.

Lagier-Bruno, É. (1936). Vrocho. L’Éducateur Prolétarien, 11, 233-234.

Leroux (1936). Un projet. L’Éducateur Prolétarien, 10, 209.

Les éditeurs (1933). Cultiver l’énergie. L’Éducateur Prolétarien, 8, 419-422.

L’Educateur Prolétarien (1936a). L’organisation matérielle de l’Ecole. L’Éducateur Prolétarien,  19/20, 2-4.

L’Educateur Prolétarien (1936b). Notre régime. L’Educateur Prolétarien,  19/20, 5-11.

Vrocho, B. (1934a). Notes. L’Éducateur Prolétarien, 4, 222.

Vrocho, B. (1934b). Les naturistes empiriques au secours de la médecine officielle. L’Éducateur Prolétarien, 5, 279-281.

Références bibliographiques

Bonbonnelle, A., Faligand, M. & Gilbert, J. (1966). Contribution à l’histoire du mouvement Freinet. Paris : Imprimerie EAM.

Ferrière, A. (1933). Cultiver l’énergie. Vence : Éditions de l’imprimerie à l’Ecole.

Foucault, M. (1997). Il faut défendre la société. Paris : Éditions Gallimard et du Seuil.

Freinet, É. (1946/1955). La santé de l’enfant. Cannes : Éditions de l’Ecole Moderne.

Freinet, É. (1974). L’École Freinet,  réserve d’enfants. Paris : Maspero.

Freinet, M. (1997). Souvenirs de notre vie. Paris : Stock. .

Go, H.L. (2007). Freinet à Vence. Rennes : Presses Universitaires de Rennes.

Go, H.L. & Riondet, X. (2013). A côté de Freinet. École Freinet : les femmes de Vence. Nancy : Presses Universitaires de Nancy (à paraître).

Klein, A. (2010). Quel sujet pour l’éducation en santé ? Recherches & Éducations, 3, 47-75.

Parayre, S. (2010). L’entrée de l’éducation à la santé à l’école par la prévention (XVIIIe-XIXe siècle). Recherches & Éducations, 3, 25-46.

Revel, J. (2010). Foucault, une pensée du discontinu. Paris : Editions Mille et une nuits.

Villaret, S. & Delaplace, J-M. (2004). La Méthode Naturelle de Georges Hébert ou « l’école naturiste » en éducation physique (1900-1939). Staps, 63, 29-44.

Villaret, S. & Saint-Martin, J.-P. (2004). Ecoles de plein air et naturisme : une innovation en milieu scolaire (1887-1935). Science et motricité, 51, 11-28.

Violet, M. (2009). L’énergie cosmique au service de la santé ou Le Secret des Patriarches. La Source d’Or : Clermont-Ferrand

Haut de page

Notes

1 . Pour reprendre des formulations propres aux excellents travaux de l’historien des sciences Klein sur Binet (2008, 2011), nous essayons d’appréhender un autre Freinet en essayant de ne pas tomber dans une historiographie trop internaliste ou trop externaliste. L’enjeu est de considérer les Freinet comme des objets historiques et de saisir à nouveaux frais leurs multiples influences (médecine alternative, philosophie orientale, biologie, etc.).

2 . Précisons qu'Élise réservait les droits du nom « École Freinet » à son école de Vence.

3 . Le nom de jeune fille d’Élise est Lagier-Bruno.

4 . Certificat médical du Docteur Audion du  30 avril 1931. AD de Nice 1T338.

5 . Certificat médical du Docteur Audion du  25 mai 1931. AD de Nice 1T338.

6 . Certificat médical du Docteur Plannat du  8 juin 1931. AD de Nice 1T338.

7 . Certificat médical du Docteur Audion du 5 juin 1931. AD de Nice 1T338.

8 . Martin Nelk, militant communiste hollandais, et Caroline Nelk,  institutrice,  habitent au Pioulier, la colline en face de Vence (Freinet, M., 1997, p. 193-194). Élise se serait orientée vers le médecin naturiste niçois (Vrocho) qui aurait guéri Caroline Nelk de la tuberculose.

9 . « Vrocho » est né le 28 février 1892 à Athènes (Grèce). En janvier 1936, il tombe malade dans un bateau qui le ramenait de Grèce et décède brutalement.

10 . Parmi les influences de Vrocho (1934b) : Vincenz Priessnitz (1799-1851) et Johannes Schroth (1859-1923) ont permis par exemple de renouveler la question du naturisme curatif dans leurs régions respectives (Graefenberg et Lindewiese). Les moyens utilisés étaient l’eau, le soleil, l’air, le mouvement, ainsi que les végétaux (comme alimentation).  Vrocho cite également : Arnold Rikli (1823-1906), utilisant les cures atmosphériques et la cure de soleil à Bled en Slovénie ; Schlickeysen (1835-1901) faisant la promotion du frugivorisme via les éditions « Brot und Frucht » ; Balzer ; l’abbé Kneipp (1821-1897) avec, entre autres, la rénovation de l’usage des sandales. Vrocho se référencie aussi à Louis Kuhne de Leipzig (qui défendait l’idée que les déchets intérieurs et extérieurs étaient la cause des maladies) et à la théorie des globules blancs de Powell qui faisait des microbes les « nettoyeurs » et les « gendarmes » de l’organisme. Vrocho aborde la guérison en prenant la santé comme une paix intérieure résultant d’une lutte quotidienne et rigoureuse, au contraire de la mithridatisation, phénomène où l’homme, cherchant à s’immuniser, fait de son corps une machine qui ne réagit plus aux agressions.

11 . Sur cette question du naturisme anarchiste, voir les développements dans Go & Riondet, 2013.

12 . Lettre de Roger Lallemand (1933-1934) dans le dossier Vrocho : « Ne jamais retenir [la respiration] longtemps ; inspirer à fond, vite ou lentement, cela ne fait rien ; retenir un instant seulement le souffle ; expirer lentement et à fond ; tout par le nez » (AD de Nice 161jOO48). Ce mouvement est utilisé dans les pratiques de respiration et de méditation asiatiques, et plus précisément dans la respiration pranique et notamment l’anuloma viloma.

13 . « Nous n’oublions pas, surtout, qu’il ne peut guère y avoir d’excellente éducation sans calme et sérénité, sans joie de vivre, sans gaieté… sans harmonie » (Les éditeurs, 1933, p. 420).

14 .  Lettre de Célestin Freinet à Adolphe Ferrière du 12 décembre 1933. AD de Nice 161J0063.

15 . « […] le prolétariat a besoin plus que jamais d’énergie et de lucidité pour mener à bien cette œuvre de transition historique que l’évolution des sociétés modernes a rendue fatale. Nous pensons aussi qu’au-delà de la révolution sociale, l’homme ne sera jamais assez fort, jamais assez pur pour dégager du chaos les moyens de son propre perfectionnement dans le sens des lois naturelles que les civilisations ont progressivement voilées à nos yeux » (Lagier-Bruno, 1933b, p. 159).

16 . Lettre de Célestin Freinet à Adolphe Ferrière  du 12 décembre 1933. AD de Nice 161J0063.

17 . « L’animation était grande à l’Institut naturiste de Nice. Comme à l’ordinaire les malades arrivaient de demi-heure en demi-heure à l’heure qui leur avait été indiquée. Mais, chose inaccoutumée, une dizaine d’hommes et de femmes, l’air absorbé, se tenaient aux côtés du Professeur Vrocho, attentifs à ses gestes et à ses paroles, notant sur un papier qu’ils tenaient à la main les prescriptions du Maître. C’étaient des élèves qui venaient se perfectionner dans la connaissance de la méthode. Guéris par elle, ils voulaient la propager. Leur stage terminé, ils se répandaient dans le pays et, ardents prosélytes, ils allaient délivrer le monde de la maladie… » (Leroux, 1936, p. 209).

18 . L’homme jouerait au carnivore mais sans en épouser l’exactitude des pratiques (manger cru ; dévorer la totalité de la viande) puisqu’il la prépare avec des accompagnements et que la digestion humaine, différente de celle des carnassiers, ne lui permet pas d’aller jusqu’au stade de l’ammoniaque (ce qui permet l’élimination) mais au stade précédent, l’acide urique, qui constitue un poison pour l’organisme.

19 . « L’esprit et surtout l’esprit du malade, est la proie et la victime d’une fausse science médicale d’allure pompeusement rationnelle et déductive et qui n’est en réalité que lamentable indigence d’esprit » (Freinet, É., 1936a, p. 309).

20 . Pour Vrocho, la question microbienne peut être abordée différemment  que ne le fait la médecine classique d’influence pastorienne. La focalisation portée sur la découverte du microbe a éclipsé le fait qu’une infection se produit en réalité selon deux conditions: « un microbe et un organisme en état de réceptivité ». Une « imminence morbide » précède toujours une infection. Nos « insuffisances réactionnelles », qui constituent « les symptômes morbides des maladies », sont la conséquence de  « nos conditions illogiques de vie et de comportement » (Lagier-Bruno, 1934, p. 220). Par conséquent, en s’appuyant sur les travaux d’Hoffmann, d’Allinson et de Carton, si les symptômes pathologiques sont perçus comme  « la manifestation d’une force vitale réparatrice et conservatrice », la maladie peut être envisagée comme une « crise de nettoyage ».

21 . Conception cartonienne de « l’aliment toxique » (Freinet, É., 1938a, p. 140).

22 . «  Cette science capitaliste dirigée contre le bonheur des hommes par quelques gangsters de marque, doit tomber aux mains des masses socialistes pour être assagie et soumise aux lois de la vie heureuse » (Freinet, É., 1937a, p. 199).

23 . « L’ouvrier n’a que trop souvent, le taudis, la rue sombre, l’estaminet, le petit restaurant bon marché où l’on mange, hélas ! la nourriture bon marché qui conduit à l’hôpital. Oui, la santé aussi a un aspect de classe : les hôpitaux regorgent de cette misère prolétarienne sans issue, si poignante, si désespérée, qu’elle justifierait à elle seule la recherche d’une vérité de classe spécialement faite pour arrêter ce lamentable fléau de la maladie des prolétaires sans espoir »  (Freinet, É., 1938d, p. 43).

24 . « Le Naturisme se vend, s’achète, s’accommode à la mode, à la science, au commerce. Le Naturisme qui n’est que l’expression d’une parfaite sagesse, est devenue la spécialité de quelques praticiens hauts-placés qui le dispensent à prix d’or » (id.). Depuis, on peut dire que cette idée naturiste a été intégrée par le capitalisme et son idéologie libérale.

25 . « Mais oui, camarade, il y a un naturisme bourgeois, celui qui participe à la plus-value honteuse du moment et il y a aussi un naturisme prolétarien, celui de Vrocho, le nôtre, qui ne vise qu’à mettre inlassablement sous vos yeux, les quelques vérités essentielles, si simples, si catégoriques que si vous voulez bien faire le simple effort de la compréhension, vous aurez l’assurance quotidienne de la santé, toujours » (id.).

26 . Élise prend toutes ses distances des considérations naïves sur la vie dans la nature et envisage au contraire l’action de l’homme à partir de la nature.

27 . Pour Élise, ce qu’offre le capitalisme ne doit pas être considéré comme pur mais à purifier.

28 . Lettre de Célestin Freinet à Adolphe Ferrière du 12 décembre 1933. AD de Nice 161j0063.

29 . « Nous qui revendiquons jusqu’au sacrifice de notre vie, notre titre de matérialistes ; nous qui nous sommes jurer de pousser jusqu’à l’abnégation notre souci de la recherche, nous voulons une fois encore dans ce courant de vie en déroute, faire œuvre de réalisation » (Freinet, É., 1936c, p. 20).

30 . « L’homme devient prisonnier de l’excitant, comme il devient prisonnier de la sexualité déréglée, du cinéma américain et des dancings… Sous l’effet de la surexcitation ne se posent pas les problèmes de la durée de la vie et de son équilibre ». (Freinet, É., 1938e, p. 71). Pour approfondir cette question, voir Go & Riondet, 2013.

31 . Voir sur cette question de l'agencement du milieu à l'École Freinet l'enquête de Go (2007). Notons qu’en juin 2013, un élève de l'École Freinet devrait porter au parlement des enfants une proposition de loi sur l'architecture scolaire.

32 . « Après vingt-cinq ans de pratiques naturistes dans notre École Freinet où sont passés des centaines d’élèves, après l’élargissement de cette expérience à des milliers d’enfants, nous pensons qu’il est possible aujourd’hui de proposer sur le plan de l’expérience une synthèse simple et maniable de pratiques naturelles qui octroient à coup sûr la santé » (L’Éducateur Prolétarien,1936b, p. 6-7).

33 . « Placés, on le voit, dans des conditions strictement prolétariennes, nous avons, à force de privations et d’efforts, réalisé une installation prolétarienne : aucun luxe superflu, mais de l’air, du soleil, de l’eau, de l’espace, des champs, la tranquillité et le calme, des locaux confortables où nul n’a souffert de l’hiver, qui s’ouvrent tout grand l’été sur des terrasses et des jardins, avec des locaux scolaires spécialement conçus pour les fins que nous nous proposons et dont nous reparlerons » (L’Éducateur Prolétarien, 1936a,  p. 2-3)

34 . « Nous ne sommes pas végétariens, mais fruitariens. Nous ne mangeons qu’accidentellement des légumes, la plupart du temps comme condiment. La base de notre alimentation est le fruit, de saison autant que possible, sec à défaut, et les céréales (pain cuit à la maison), riz décortiqué non glacé, maïs, semoule, pâtes ». (L’Éducateur Prolétarien, 1936b, p. 5-6).

35 . Pour avoir une vue d'ensemble de cette histoire jusqu'à nos jours, voir Go & Riondet, 2013.

36  Marcel Violet (1886-1973), ingénieur des Arts et Métiers, est à l’origine de l’Eau Electro Vibrée, un procédé visant à garder les propriétés vitales de l’eau à partir d’un appareil électro vibratoire. En mettant l’eau dans un état vibratoire et ionisé, Violet envisageait de retrouver la « forme d’énergie organisatrice » qui caractérise les eaux d’orage (Violet, 2009). Si l’empirisme de Violet prétend décrire les conséquences de ces processus, il ne décrit pas précisément la nature de cette énergie.

37 . Suivant l’idée d’un lien entre audition et langage, le Docteur Tomatis (1920-2001), oto-rhino-laryngologiste, conçut une Oreille électronique, mécanisme visant à rééduquer l’audition et à travailler sur l’inconscient par le biais d’ondes particulièrement harmoniques. Il est fait Chevalier de la Santé Publique en 1951.

38 . Il faut souligner, dans les références utilisées par les Freinet, l’apport de lectures au sujet du yoga, de la médecine chinoise et de la philosophie indienne.

40 . «  En revanche, nous avons assisté à des régénérations qui ont fait brusquement d’enfants tarés, des gosses superbes et vigoureux, pleins de santé et d’allant » (Freinet, É., 1938b, p. 347).

41 . Aujourd'hui, la sociologie des familles à l'École Freinet est la même que celle des autres écoles de la commune.

42 .  Notamment l’Oreille électronique.

43 . Au sujet des enjeux de l’auto-santé et des questions épistémologiques autour du sujet médical, nous renvoyons le lecteur à l’ouvrage L’autosanté d’Andrieu (2012) et à la thèse en philosophie de Klein (2012) intitulée « Du corps médical au corps du sujet. Etude historique et philosophique du problème de la subjectivité dans la médecine française moderne et contemporaine ».

44 . L’Académie de  Médecine reconnut dès 1957 les effets possibles des procédés de l’Eau Electro-Vibrée.

46 . La formulation « réserve d’enfants » est issue du titre de l’ouvrage d’Élise Freinet, L’école Freinet réserve d’enfants  (1974). Élise justifie cette formulation dans l’avant-propos de l’ouvrage (pp. 7-21).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xavier et Riondet, « Élise Freinet : de l’expérience naturiste aux pratiques de l’École Freinet », Recherches & éducations, 8 | 2013, 133-148.

Référence électronique

Xavier et Riondet, « Élise Freinet : de l’expérience naturiste aux pratiques de l’École Freinet », Recherches & éducations [En ligne], 8 | Juin 2013, document 9, mis en ligne le 15 juillet 2013, consulté le 25 avril 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/1569

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org