Navigation – Plan du site
Varia
10

Tenir un blog à la préadolescence : Enjeux identitaires dans une socialisation active et singulière

Nancy Rodriguez, Claire Safont-Mottay et Yves Prêteur
p. 149-164

Résumés

Cet article propose une analyse de blogs de préadolescentes utilisés comme un journal, accompagnant le développement identitaire dans un processus de socialisation. Les filles séduites par les fonctionnalités du blog dévoilent dans leurs écrits en ligne des parts de soi privées, dans un but d'intégration sociale. Cette étude exploratoire et longitudinale s'attache à montrer certaines pratiques identitaires et sociales prisées des préadolescentes pour répondre à leur quête de soi et du sentiment de (re)connaissance.

Haut de page

Texte intégral

Le blog : De nouvelles perspectives identitaires et sociales

1Dans une culture de l’écran prédominante et sans cesse valorisée grâce à l’évolution spectaculaire des technologies de l’information et de la communication, la création et la mise à jour d’un blog contenant textes, photos, musiques et vidéos dans ce que l’on appelle des « articles » (pages ou vignette publiées) est une pratique sociale d’internet très prisée par les adolescents (Bigot & Croutte, 2008 ; Fontar & Kredens, 2010).Support personnalisé de différents modes d'expression, le blog offre à son auteur la possibilité de témoigner de ses activités, opinions, compétences, états d’âmes tout en expérimentant les réactions des pairs dont les avis sont tant attendus (Leroux, 2010). Le blog permet ainsi aux adolescents de s’exprimer en échappant au regard parental, de (re)nouer des liens avec leurs ami(e)s après chaque journée d'école, et de se faire (re)connaître tout en se découvrant soi-même.

2Le phénomène du blogging touche les adolescents, plus particulièrement les préadolescentes qui suivent les pas de leurs aînées de plus en plus précocement (Metton, 2004 ; 2010). Les filles se montrent plus assidues que les garçons et sont plus nombreuses à investir la maîtrise de cet outil de communication dans la rédaction d’un contenu individualisé (Fontar & Kredens, 2010). Les utilisatrices de ces blogs, les « blogueuses », espèrent des visites, souhaitent fidéliser les lecteurs et obtenir ainsi des réactions d’approbation de leurs ami(e)s. Cette prédilection des filles pour les blogs s’explique selon Metton-Gayon (2009) par l’éducation qu’elles perçoivent de leurs parents et éducateurs, qui les orientent davantage dans la créativité, l'épanchement de soi par l’écriture, le développement et l'expression des émotions. Tandis que les garçons sont beaucoup plus orientés sur les performances scolaires, sportives et sur le travail manuel.

3Ces jeunes filles utilisent internet et les blogs à l’entrée dans leur adolescence, alors qu’elles vivent au sein même de cette période de transition, toute une série de transformations qui s’effectuent beaucoup plus tôt que chez les garçons. Ces changements sont physiques, cognitifs, émotionnels et sociaux et impliquent un questionnement identitaire (Cloutier & Drapeau, 2008). Les filles affirment inconsciemment leur féminité, à travers leurs propres transformations vécues, devenant plus adolescentes et se positionnant en tant que telles (Monnot, 2008). Elles entretiennent des relations amicales davantage intimes et construisent de nouveaux repères face aux changements (Moser, 1994 ; Mallet & Vrignaud, 2000).

4La progression rapide de ces médias et leur influence sur les plus jeunes internautes nous interroge, en tant que psychologues, sur ces usages technologiques précoces, notamment sur celui du blog. Tenir un blog ne serait-il pas un moyen pour les préadolescentes de répondre à leurs nouvelles préoccupations identitaires, de faire progresser leur connaissance d’elles-mêmes et de leur féminité ? Un rite initiatique qui signerait leur entrée dans l’adolescence, en s’inscrivant dans de nouveaux réseaux de socialité tout en s’engageant dans un questionnement identitaire ?

Le blog comme journal « extime »

5Le blog est un outil qui présente une analogie avec le journal intime sur lequel il est possible d’écrire son histoire tout en la personnalisant à volonté (Lejeune & Bogaert, 2006).

6Selon Bruner (2002), l’objet de toute histoire ou narration serait de faire coexister le passé et l’avenir afin d’élaborer une histoire sur le soi, une version de la réalité unique, un récit autobiographique qui fabrique de la signification de notre expérience de vie au sein d’une culture. Le fait de tenir un blog, comme il est possible de tenir un journal intime, donnerait la possibilité aux préadolescentes d’avoir une emprise sur leur histoire et leur réalité. Cet outil serait le témoin de leur parcours (Niçaise et Lebfèvre, 2010), les amenant à repenser leurs expériences de vie en les mettant en scène sous forme de créations originales pour se les réapproprier et leur attribuer des significations nouvelles. Le blog constituerait en ce sens un outil de narration de soi.

7Mais à la différence d’un journal intime classique qui n’est pas sensé être lu par d’autres personnes que l’auteur lui-même (Lejeune & Bogaert, 2006), les préadolescentes écrivent sur un blog en sachant que d’autres peuvent lire et commenter leurs écrits. Ces jeunes filles deviennent des « auteurs » (Rouquette, 2008) qui se confrontent volontairement au regard d'un public de blogueuses. Dans l'attente d'échanges, elles sollicitent et proposent aux lectrices de devenir des actrices impliquées donnant leur opinion par commentaires.

8Cardon et Delauney-Téterel (2006) expliquent que le blog serait un outil de communication et d’ouverture à autrui fondé sur les narrations (appelées « productions de soi ») et à partir duquel des réseaux d’amitiés et d’affinités verraient le jour dans les commentaires publiés sur chaque récit. La rédaction d’un blog ne progresserait donc pas seulement pour soi-même mais également parce qu’autrui est le reflet d’une réflexion sur soi, sur son propre développement émotionnel et social.

9Ces contenus réunissant réflexions personnelles, sentiments et évènements quotidiens sont extériorisés comme dans un journal classique, mais ils ne sont plus simplement secrets ou privés. C’est pourquoi, Tisseron (2011) introduit la notion d’« extimité ». Le contenu d’un blog est dit « extime » car il resterait à caractère intime tout en étant exposé aux yeux de tous. Cette forme « d’intimité surexposée » (Tisseron, 2001) où les récits sur soi deviennent publics, est dévoilée aux autres telle qu’elle est pensée et ressentie par la préadolescente. Elle caractérise aussi un mode de relation extime aux pairs puisque les échanges sont fondés sur des contenus qualifiés d'extimes.

10Ce désir d'exposition serait lié à l’estime de soi et se résumerait ainsi : « l’intérêt que je me porte ne se nourrit que de celui que les autres me manifestent » (Tisseron, 2009, p. 215). En sollicitant ses ami(e)s sur ses récits, la préadolescente obtient de nombreux commentaires lui montrant l’intérêt qu’elle suscite, l’intérêt et l’estime qu’elle peut avoir pour elle-même. La blogueuse découvrirait le sens de sa pratique, c'est-à-dire : « exister et être présente pour ceux qui me portent de l’intérêt ». Cet espace que propose le blog serait pour l'auteur un moyen de se valoriser, de se (re)définir, d’avoir une emprise sur son image, car ce qui semble compter avant tout pour ces jeunes filles, c’est d’être vues, d’être reconnues, d’avoir le sentiment d’exister (Niçaise & Lebfèvre, 2010). En s’appropriant le blogging, les préadolescentes apprendraient donc à maîtriser leur image en faisant coexister différentes facettes du soi pour les tester auprès de leurs pairs.

Construction de soi active et singulière dans le processus de socialisation horizontal

11Dans sa pratique, une jeune blogueuse est souvent amenée à commenter un article d’une autre blogueuse en comparant son contenu à son vécu : « j’ai vécu ce que tu as vécu, je te comprends, je peux me mettre à ta place, mais le contexte est différent, je suis différente, voici mes différences». C’est en se comparant aux autres, en mettant en avant certaines expériences qui feront l’objet de discussion, qu'un remaniement et un questionnement sur soi deviennent possibles (Le Breton, 2005).

12Nombre de psychologues et sociologues (Tisseron, 2011 ; Leroux, 2010 ; Metton-Gayon, 2009 ; Delauney-Teterel, 2006) soulignent que le questionnement identitaire de ces préadolescentes est au centre de cette pratique et en lien avec autrui. Pour tenter d’expliquer le rôle des pairs sur la forte implication identitaire des préadolescentes dans cette pratique, nous utiliserons le modèle de la socialisation développé par Malrieu P. et Malrieu S. (1973). Ce modèle interactionniste social, privilégie l'influence d'autrui sur le développement en général et sur la construction de l'identité.

13Malrieu P. (2003, 1991, 1986) propose un modèle d’une socialisation plurielle, active et singulière, c’est-à-dire une construction de soi par l’individu lui-même acteur de son développement, dans et grâce à la relation à l’autre. La socialisation est définie comme une acculturation sous-tendue de subjectivation. L’acculturation est le processus par lequel un individu intègre socialement des groupes en se conformant aux autres et en intériorisant les normes et les valeurs des divers milieux de vie qu’il côtoie. Il peut ainsi privilégier les conduites les plus adaptées selon les situations. Ce processus d’acculturation est indissociable du processus de subjectivation qui consiste pour l’individu à restructurer tout ce qu’il acquiert et intègre comme valeurs, normes, conduites pour se les approprier et les personnaliser. Il s’agit d’une prise de recul, d’une différenciation moi-autrui pour se singulariser afin d’exercer une emprise sur le réel en lui donnant du sens.

14Ce modèle propose ainsi une explication des mouvements impliqués dans la rédaction d’un blog. De fait, la préadolescente engagée dans cette activité de blogging, se confronte à une double activité complexe d’acculturation et de personnalisation dans le blogging. La novice observe comment procèdent ses aînées et se soumet aux mêmes règles sociales qu’elles. Cette jeune blogueuse fait la connaissance d’autres blogueuses et crée des affinités avec elles en fonction de l’intensité de leurs échanges grâce aux contenus publiés sur leurs blogs respectifs (acculturation). Cette même blogueuse engagée dans une pratique régulière s’approprie les règles, les valeurs et normes véhiculées d’un blog à un autre pour personnaliser progressivement son espace, imposer sa marque et son style de rédaction (subjectivation).

15Le blogging constitue alors pour les préadolescentes une expérience sociale, une tentative d’étayage, d’affirmation identitaire et d'appartenance à des groupes. Cet engouement pour les blogs atteste que ces dernières trouvent des réponses à leurs attentes pour s’engager dans la voie d’une construction identitaire.

Objectifs de l'étude

16Notre objectif, dans cette approche exploratoire et longitudinale est d’appréhender les blogs préadolescents selon les versants suivants :

17– Que dévoilent les préadolescentes et comment leur discours est-il mis en valeur dans ce nouveau mode de relation « extime » à l'autre ?

18– Quels regards et quelles formes de retour obtiennent les blogueuses sur leurs récits, de la part des pairs ?

19– Combien de temps les préadolescentes investissent-elles cette pratique ? Le blog peut-il accompagner la transition entre l'enfance et l'adolescence ?

20Nous avons procédé au recueil de blogs à deux périodes : en mars 2010 et un an après, en mars 2011, délai conséquent pour permettre d’observer les processus évolutifs, tant des pratiques que des processus psychologiques sous-jacents.

Méthode

Procédure de recueil de données

21Durant la première phase de recueil, 10 blogs de jeunes filles âgées de 10 à 11 ans ont été sélectionnés sur une plateforme de blogging proposée aux enfants et adolescents. Il s’agit de blogs régulièrement mis à jour (le dernier article datant d’un mois maximum) que nous avons observés sans interagir avec les blogueuses.

22Nous avons sélectionné 10 articles par blog (les 5 premiers et les 5 plus récents) et réalisé une analyse thématique d’articles (vignettes rédigées par l’auteur) sur cette diversité de thèmes produits. Chaque article constitue une unité analysable. Le nombre de ces unités s’élève à 100 articles de blog, soit environ 180 pages pour le premier recueil (mars 2010). Le second temps (mars 2011), différents blogs ont été réexaminés, d’autres ont été faiblement mis à jour et enfin quelques-uns abandonnés. Par conséquent, le corpus de ce second recueil est beaucoup plus réduit (38 articles, soit moins de 50 pages).

23Toutes les informations permettant de décrire ces blogs : date de création du blog, nombre d’ami(e)s, nombre d’articles, ont été prises en compte.

24Les 2131 commentaires relevés sur les articles ont été classés par catégories (cf. Tableau 4) Un grand nombre de commentaires analysés n'ont pas de lien direct avec le contenu des articles. Ces commentaires, sous forme de sollicitations ou de remerciements, semblent marquer un dialogue continu entre les bloggeuses, la création et l’entretien des liens (« Je te mets des commentaires parce que tu m'en as mis plein sur mon blog », « Ce soir je serai pas sur les blogs, on se retrouve plus tard », « Mon blog n’a pas beaucoup de commentaires, tu peux m’en laisser ? », « Merci d’être passé sur mon blog ! »).

25Les commentaires en lien avec le contenu des articles sont très présents et comportent des jugements (« J’aime bien »), de l'approbation (« T’as raison »), des réponses aux demandes sociales (« Je vote pour toi ») et des compliments sur l'article (« Il est super ton article ! »). Cette catégorie de commentaires est celle que l'on retrouve le plus classiquement sur les blogs et qui donnerait aux bloggeuses le retour espéré à propos de ce qu'elles disent.

26Les commentaires restants représentent les marques affectives que la bloggeuse obtient, en lien ou non avec ses articles. Il s’agit de la compassion (« Ma pauvre, je te plains... »), de l'affection au sens propre (« Je t'adore ! », « Je t'M <3 »)et des compliments adressés à la bloggeuse (« T’es trop belle sur cette photo », « Tu dessines trop bien !»). Ces commentaires sont moins nombreux mais ils paraissent représentatifs des affinités, des groupes d'ami(e)s restreints et intimes dans le blogging.

Tableau 4. Catégories de commentaires

Sans lien avec l'article (hors-sujet, sollicitation, politesse)

48,20%

En lien avec l'article (réponses, approbation, jugement, compliment sur l'article)

33,50%

Marques affectives (compassion, affection, compliments sur la blogueuse)

18,30%

Total

100%

27Ces catégories de commentaires montrent que ces préadolescentes obtiendraient, en retour de leurs publications sur le blog, des avis positifs. Les commentaires sont en effet tous marqués par l’harmonie et la connivence facilitant la proximité et les échanges affectifs. Parmi tous les commentaires classés, aucun ne correspond à du rejet, à des réactions négatives ou à des insultes, aucun ne se risque à marquer la distance et le désaccord.

Discussion - Conclusion

28Malgré des différences « intrablog » et « interblog » à considérer, les résultats présentés montrent que chez certaines préadolescentes, le blogging mobiliserait de réels enjeux identitaires à l’entrée dans l’adolescence, par une socialisation active, plurielle et singulière.

Ce qui est écrit sur les blogs par ces préadolescentes suggère une réponse à la question « qui suis-je ? »

29Les bloggeuses se décrivent volontairement sur des points concrets : traits de personnalité, traits physiques, ce qu'elles aiment, ce qu'elles pensent... Cette description de soi est explicite. Elle semble nécessaire pour ces jeunes filles qui souhaitent créer des liens car la description de soi s'apparente à une technique d'intégration sociale (« on se présente pour s'intégrer ») et s'effectuerait dans une certaine soumission aux règles et principes du blogging. Autrement dit, elle traduirait un mouvement d'acculturation décrit par Malrieu P. et Malrieu S. (1973) dans leur modèle de la socialisation.

30Cette réponse à ce « Qui suis-je » s'accompagnerait d'une autre question à laquelle les bloggeuses répondent de manière indirecte : « Qui suis-je au quotidien ? Comment est ma vie ? ». Les préadolescentes présentent leur rythme de vie, les différentes activités ou milieux auxquels elles se sentent intégrées, les événements qu’elles ont pu vivre et dont elles ont une vision unique. Les bloggeuses proposent des contenus où le soi est mis en avant, indirectement décrit dans et par l'action. Il s'agit de descriptions implicites élaborées dans un mouvement de subjectivation (Malrieu, P. & Malrieu S., 1973). Ces narrations pourraient être influencées par des thèmes « tendances » que l'on retrouve d'un blog à un autre, mais les contenus ne sont jamais identiques. Grace à leur maitrise des normes du blogging les jeunes bloggeuses choisissent un contenu à personnaliser et à mettre en valeur, un contenu subjectif qui leur est propre. Plusieurs facettes de soi sont présentées dans les récits des bloggeuses, comme l'avance notre hypothèse.

31Cependant, les résultats de l'analyse thématique des narrations montrent que la description de soi (explicite et implicite) paraît plus complexe. La question « Qui suis-je ? » serait aussi en lien avec la question : « Qui sont les personnes autour de moi qui me caractérisent et font de moi ce que je suis ? ». En effet, la description de soi passe aussi par la présentation des sociabilités qui caractérisent les préadolescentes. Il s’agit de leurs ami(e)s et de certains membres de la famille auxquels elles tiennent beaucoup. Les relations mises en scènes éclaireraient les lectrices sur les figures d’identifications de l’auteur et son type de relations d’attachement avec les proches.

Le blog deviendrait un miroir dont les pairs seraient le reflet

32Les bloggeuses privilégient un mode « d'extimité relationnelle » car la question « Qui suis-je ? » n'est pas seulement posée à soi-même, mais aussi à autrui pour soi-même. Les techniques relationnelles repérées dans l'analyse thématique des narrations, laissent supposer que les lectrices ont un privilège, celui d’être « détentrices » d’avis. Les techniques de fidélisation des lectrices, de publication de demandes sociales et de publicités serviraient à lancer les discussions avec le public. Ces techniques relationnelles (Cardon et Delauney-Téterel, 2006) tendraient à favoriser l’intégration sociale des bloggeuses dans un réseau de pairs. Chacune les utilise à sa façon pour faciliter les échanges et pouvoir en retour ressentir l'intérêt qu'on lui porte.

33Les techniques relationnelles que nous avons listées accompagnant les narrations proposeraient un nouveau mode de relation « extime » à l'autre (Tisseron, 2009). Les bloggeuses questionnent très régulièrement leurs ami(e)s à propos des contenus qu'elles délivrent (« Qu'en penses-tu? »). Ces contenus sur le soi ne sont pas « intimes » ou privés, ils seraient en réalité adressés et soumis à un public ciblé de pairs.

34Ce que les bloggeuses racontent d’elles-mêmes peut être pensé comme une manière d’approcher l’autre, comme "ouverture à autrui" (Malrieu, P. & Malrieu S., 1973). Finalement, la publication d’un article est un acte lui-même relationnel, un pas vers l’autre (Cardon et Delauney-Téterel, 2006). Les réponses données par les lectrices, très attendues par les bloggeuses, définiraient la réciprocité du lien. Ces réponses étant positives, apporteraient aux préadolescentes les formes d’approbation et de reconnaissance nécessaires et recherchées pour ne pas être écartées de la norme, ne pas se sentir seule (fonction de réassurance) et continuer à « devenir soi » dans la relation à l’autre.

35Un double mouvement d’acculturation et de subjectivation (Malrieu, P. & Malrieu, S., 1973) est clairement repérable dans ce mode d’extimité relationnelle. Une bloggeuse s’intègrerait socialement pour apprendre à se personnaliser grâce à la réflexivité suscitée par le mouvement dialogique, tout en utilisant ses publications et son argumentation discursive pour se rapprocher d’autrui et développer ses liens sociaux. Cette activité dialogique entre les pairs et soi-même serait source de subjectivation. Elle permettrait également de prendre conscience de certaines caractéristiques de son identité renvoyées par les lectrices du blog ces dernières faisant fonction de « miroir de soi ». Les préadolescentes construiraient ainsi leur identité de manière inédite, en apprenant à utiliser des outils de communication nouveaux. Elles redéfiniraient les limites entre espace public et espace privé, que le contexte social ne fournit pas (Boyd, 2008).

Le blog accompagnerait la phase de transition et d'exploration identitaire entre l'enfance et l'adolescence

36Nous constatons que la quantité du contenu des blogs diminue avec le temps jusqu'à l'abandon. Certaines anciennes publications ont été ajustées, après soumission. Peut-être n'étaient-elles plus d'actualité pour leur auteur.

37L’idée que le blog serait un outil accompagnant une longue phase d’exploration (Marcia, 1966) et de questionnement sur soi-même (en fonction de l'intensité de la pratique) durant la préadolescence paraît pertinente. L’approbation et la reconnaissance que cet outil permet d’obtenir par un mode de relation extime à l’autre pourraient favoriser une définition et une représentation de soi cohérente et positive.

38Des entretiens auprès de ces préadolescentes permettraient à la fois d’approfondir les mobiles de leurs attentes lorsqu’elles sont engagées dans ses pratiques, leur niveau de satisfaction et les raisons qui les poussent, à un moment donné, à abandonner ces blogs.

39L’examen des motifs qui ont attiré les préadolescentes dans cette pratique et son évolution, pour contribuer à leur construction identitaire, fait l’objet d’une investigation complémentaire en cours de réalisation.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie

Bardin, L. (1977). L’analyse de contenu. Paris : P.U.F., Collection le psychologue.

Boyd, D. (2008). Taken out of context: American teen sociality in networked publics. Berkeley : University of California.

Bruner, J. (2006). La culture, l’esprit, les récits. Enfance, 2, 118-125.

Bruner, J. (2002). Pourquoi nous racontons-nous des histoires ? Paris : RETZ.

Cardon, D., & Delauney-Teterel, H. (2006). La production de soi comme technique relationnelle. Un essai de typologie des blogs par leurs publics. Réseaux, 138.

Cloutier, R., & Drapeau, S. (2008). Psychologie de l’adolescence. 3ème édition. Montréal : Gaëtant Morin.

Croutte, P., & Bigot, R. (2008). Diffusion des technologies de l’information et de la communication dans la société française. Réalisé à la demande du Conseil Général des Technologies de l’Information (Ministère de l’Economie, des Finances et de l’Emploi) et de l’Autorité de Régulation des Communication Electroniques et des Postes. Paris : CREDOC.

Hersent, J. F. (2003). Les pratiques culturelles adolescentes. Bulletin des Bibliothèques de France, 3, 12-21.

Fontar, B., & Kredens, E. (2010). Comprendre le comportement des enfants et des adolescents sur Internet pour les protéger des dangers. Rapport de Fréquence Ecoles pour la Fondation pour l’enfance. Paris : Fondation pour l’Enfance.

Le Breton, D. (2005). La scène adolescente : les signes d’identité. Adolescence, 3, n° 53, 587-602.

Lejeune, P., & Bogaert, C. (2006). Le journal intime : Histoire et anthropologie. Paris : Editions Textuel.

Leroux, Y. (2010). Les blogues : nouveaux terrains vagues des adolescents. Cahier de Psychologie Clinique, 35, 115-121.

Malrieu, P. (2003). La construction du sens dans les dires autobiographiques. Toulouse : Editions ERES.

Malrieu, P., Baubion-Broye, A., & Hajjar, V. (1991). Le rôle des œuvres dans la socialisation de l’enfant et de l’adolescent (pp. 163-191). In P. Tap & H. Malewska-Peyre (Eds.). La socialisation de l’enfance à l’adolescence. Paris : PUF.

Malrieu (1986). Genèse des conduites d’identité. In P. Tap (éd.), Identité individuelle et personnalisation (pp.39-51). Toulouse : Privat.

Malrieu, P., & Malrieu, S. (1973). La socialisation (pp. 5-234). In H. Gratiot-Alphandéry et R. Zazzo. (Eds.). Traité de psychologie de l’enfant : Tome 5 La formation de la personnalité. Paris : PUF.

Marcia, J. (1966). Development and validation of ego-identity status. Journal of personality and social psychology, 3, 551-558.

Moser, G. (1994). Les relations interpersonnelles. Paris : PUF.

Mallet, P., & Vrignaud, P. (2000). Une évaluation de la relation amicale dyadique pour les préadolescents et les adolescents. Psychologie et Psychométrie, 21(1), 2-32.

Metton, C. (2004). Les usages de l’internet par les collégiens : explorer des mondes sociaux depuis le domicile. Réseaux, 123, 59-84.

Metton-Gayon, C. (2009). Usages sexués d’internet chez les adolescents et modes de socialisation familiaux. Recherches et éducations, 2, 163-177.

Monnot, C. (2008). Petites filles d’aujourd’hui : L’apprentissage de la féminité. Paris : Mutations.

Nicaise, E., & Lefèbvre, A. (2010). Le blog d’adolescent : A la frontière de soi, du réel et du virtuel. Cahiers de Psychologie Clinique, 35, 93-113.

Paillé, P., & Mucchielli, A. (2012). L’analyse qualitative en sciences humaines et sociales. Paris : Armand colin.

Rouquette, S. (2008). Les blogs « extimes » : analyse sociologique de l’interactivité des blogs. Tic et Santé, vol 2, n°1. Accessible en ligne : http://ticetsociete.revues.org/412.

Tisseron, S. (2011). Intimité et extimité. Communications, n°88, 83-91.

Tisseron, S. (2009). Grandir au temps de la révolution virtuelle. In J. Aïn (Ed.). Identités. Entre être et avoir : Qui suis-je ? (pp. 211 -223). Toulouse : Eres.

Tisseron, S. (2001). L’intimité surexposée. Paris : Editions Ramsay.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nancy Rodriguez, Claire Safont-Mottay et Yves Prêteur, « Tenir un blog à la préadolescence : Enjeux identitaires dans une socialisation active et singulière », Recherches & éducations, 8 | 2013, 149-164.

Référence électronique

Nancy Rodriguez, Claire Safont-Mottay et Yves Prêteur, « Tenir un blog à la préadolescence : Enjeux identitaires dans une socialisation active et singulière », Recherches & éducations [En ligne], 8 | Juin 2013, document 10, mis en ligne le 15 juillet 2013, consulté le 24 mars 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/1570

Haut de page

Auteurs

Nancy Rodriguez

 

Claire Safont-Mottay

 

Yves Prêteur

Laboratoire Psychologie du Développement et Processus de Socialisation,Université Toulouse 2 le Mirail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org