Navigation – Plan du site
Archives Binet
11

Psychologie des cancres : Une archive inédite d’Alfred Binet

Bernard Andrieu
p. 167-183

Texte intégral

  • 2

1Nous publions ici, une archive inédite retrouvée dans l’appartement de Géraldine Binet et confié, après sa mort, à nous par le psychologue Eric Binet ; elle présente le travail préparatoire, notes manuscrites rassemblées par Alfred Binet, sans doute en 19071, dans une enveloppe titrée à l’encre et dans l’écriture de Binet « Psychologie des cancres » auquel a été ajouté au crayon bleue, même écriture attribuable à Binet, « et dépistage des anormaux ». Il est constitué de 13 pages manuscrites. Le terme de « psychologie des cancres » est bien écrit dans le manuscrit au feuillet 7 recto avec cette série d’items qui le définit :

2(Feuillet 7 RectoVerso Manuscrit Binet)

3Psychologie des cancres

4______

5pas d’aptitude au tr. intellectuel

6 Compréhension difficile lourde, bornée

7 lent à comprendre, intellig. médiocre, obtuse, insuffisante

8Défaut ou insuffisance d’intelligence : 92 fois

9Défaut ou insuffisance de mémoire : 3 fois

10Vue mauvaise : 7 fois

11Pas travailleur (mou, apathique, pas appliqué, dissipé, pas d’effort, paresseux) : 20 fois

12Surdité : 4 fois

13Ce premier dépouillement montre un fait inattendu. Sans que les instituteurs se soient concertés, ils ont signalé comme cause principale du retard de 3 ans (ou du moins comme cause inhérente à l’enfant), son défaut d’intelligence. Cela est signalé 92 fois : tandis que la paresse, l’apathie, le manque d’efforts, le manque d’application, cette cause qui paraît si banale, n’est signalée que 20 fois, c’est-à-dire 5 fois moins souvent. (Et encore, le défaut d’application est souvent compliqué d’autre chose).

14Dans 111 cas, c’est-à-dire dans la moitié des cas, l’intelligence est un facteur.

15Dans 15 cas seulement, c’est-à-dire dans le neuvième des cas, la paresse est un facteur.

16Dans 67 cas, c’est-à-dire dans le quart des cas, la maladie est un facteur.

17Dans 84 cas, dans le tiers des cas, le défaut de scolarité ne tenant point à la maladie est un facteur.

18Si on admet, (ce qui est une hypothèse, évidemment) que la fréquence d’action d’un facteur mesure sa puissance d’action, on dira donc que la moitié des retards de 3 ans est due à une déficience intellectuelle, que dans le tiers tiers des cas, cela est dû à l’insuffisance de scolarité, dans le quart des cas à la maladie.

19Soit : 14 inintelligence

2028

2150 % inintelligence

2233 % ne défaut de scolarité sans maladie

2325 % maladie

247 15 % de défaut d’application

25Mais si le terme de psychologie des cancres caractérise bien les résultats d’un examen de santé scolaire en utilisant un nouveau terme « cancre » (qui sera en titre du feuillet 11 présentant les résultats complets de l’enquête de terrain), Binet ne l’utilise jamais dans ses études précédentes sur la céphalométrie. Binet ne définit pas directement ce terme de « cancres » bien qu’il apparaisse une seule fois dans le feuillet 9 sous le sens : « Cancres (retard de 3 ans) » indique par là des enfants en retard par rapport à la norme de la mesure de l’Intelligence :

Original manuscrit Feuillet 7

Original manuscrit Feuillet 7

26Ainsi l’inintelligence est une norme négative pour laquelle l’inégalité est le principal critère de distinction entre les différents élèves. L’inégalité physique, établie grâce à l’anthropologie scolaire qu’établit Binet dans les écoles avec la mesure de la tension artérielle, de la force musculaire, de la taille du corps et du volume crânien, avait démontré comment l’intelligence et l’inintelligence ne relevaient pas d’une différence naturelle entre les sujets étudiés.

  • 2 . Recherches sur la technique de la mensuration de la tête vivante », A.P., 7, p. 317
  • 3 . Idem.

27Dans son article « Recherches sur la technique de la mensuration de la tête vivante », Binet, tout en reconnaissant que « c’est peut-être le point faible de ce travail »2, dénonce lui-même un biais méthodologique qui n’aura pas été sans conséquence sur la question de la définition de l’inintelligence et sur la volonté du psychologue, comme nous le montrons dans ces archives, de définir lui-même ces critères : dans une recherche sur la relation entre la conformation de la tête et le degré d’intelligence des élèves, « une étude des extrêmes »3 devait rendre « plus visible » la différence entre les intelligents et les inintelligents.

  • 4 . Idem.

28Or Binet ne s’appuie pas sur sa propre méthode pour sélectionner, il utilise une sélection faite par d’autres, en l’occurrence ceux qui ont déjà classé les élèves dans une des deux catégories, les intelligents et les inintelligents, en fonction de leurs propres critères, comme si Binet devait confirmer ou invalider la discrimination entre les deux, ou se placer devant une telle situation pour finalement en révéler l’inefficacité méthodologique : « Pour ce choix des extrêmes, je m’en suis entièrement remis aux directeurs et professeurs des écoles[...] j’ai donc prié les directeurs de me désigner les sujets les plus intelligents et les moins intelligents de leur école, parmi les enfants âgés de 11 à 13 ans, sans distinction de classe, et en tenant seulement compte de l’intelligence naturelle et non de l’application au travail »4.

  • 5 . Op. cit., p. 318.

29Ce biais méthodologique de la classification a priori des élèves, dont Binet est conscient et qu’il n’aura de cesse de corriger jusque dans l’élaboration de l’échelle métrique, indique bien comment le système de sélection scolaire reposait sur le jugement arbitraire et l’expérience didactique des enseignants : l’intelligence naturelle, dont les critères scientifiques n’étaient pas établis, est repérée par la projection de l’habitude de la distinction scolaire entre les élèves d’élite et les autres. Cette distinction fabrique de l’handicapabilité des élèves avant que Binet ne parvienne à préciser, à travers ses études sur les corpus, les critères de « l’hérédité morale et médicale des enfants, leurs état de santé, leur intelligence, leur caractère et leur activité physique »5. Est-ce donc l’école qui handicape l’élève ou des facteurs exogènes (familiaux, économiques et sociaux) dont l’influence doit être mesurée pour favoriser l’inclusion équitable d’enfants dit anormaux ?

30Binet demande pour sa « Recherches sur la technique de la mensuration de la tête vivante »aux Directeurs des écoles de sélectionner les élèves selon leurs intelligence naturelle pour valider dans un premier temps, l’étalonnage et la sélection des élèves intelligents par rapports aux inintelligents, comme on le comprend à travers ces deux exemples :

 « Phil…- Excellente hérédité. Milieu aisé. Père brigadier. Extrêmement intelligent, intelligence d’élite. Il atout pour lui, poli, aimable, prévenant »

  • 6 . Idem.

« Lec… -Mauvaise hérédité. Père et mère alcooliques. Milieu misérable. Père manouvrier. L’enfant n’a pas d’intelligence, il ne comprend pas, il est tout à fait arriéré. Il n’a pas un bon caractère, il est boudeur, brutal, rancunier ; il n’est cependant pas développé vers le mal »6.

  • 7 . Op. cit., p. 319.
  • 8 . Binet A., 1899, Attention et Adaptation, L’année psychologique, vol. 6, p. 248-294, ici p. 249.
  • 9 . Op. cit., p.251.
  • 10 . Op. ct., p. 258.

31Ainsi Binet voit s’esquisser « peu à peu une classification des caractères. Reste à savoir dans quelle mesure nous pouvons avoir confiance dans ce classement d’un directeur d’école primaire »7. Binet avait utilisé la même méthode à propos de son enquête sur l’attention volontaire, fin 1899, dans une école primaire de Paris mais en se refusant à demander aux maîtres d’opérer une distinction entre les élèves selon l’attention mais en faisant intervenir  déjà  l’intelligence naturelle. Pourtant Binet reconnaît la limite du jugement du maître, préférant un jugement intellectuel moyen plutôt qu’une comparaison entre deux élèves : « Un professeur nous désigne les 5 élèves les plus intelligents de sa classe et les 5 élèves les moins intelligents ; les chances d’erreur ne sont pas écartées par ce groupement, et elles résultent de causes qui pour la plupart nous échappent »8. Binet se refuse à utiliser le terme de groupe des inintelligents, « nous employons cette expression parce qu’elle est commode, mais il ne faut pas la prendre dans le sens absolu », car ils ne sont pas « inintelligents au même degré »9. L’intelligent a du retard par rapport à l’intelligent mais «  s’adapte à son tour et il finit par se rapprocher de l’intelligent »10.

  • 11 . Vaney V., 1906, Combien existe-t-il en France d’enfants arriérés de l’intelligence, Bulletin, n°3 (...)
  • 12 . Op. cit., p. 95.
  • 13 . Op. cit., p. 96.
  • 14 . Idem.
  • 15 . Idem.

32Victor Vaney, directeur de l’école de la Grange aux Belles, s’interroge en 1906 pour savoir « Combien existe-t-il en France d’enfants arriérés de l’intelligence »11 et constate que la détermination des anormaux par les instituteurs « s’est faite et ne pouvait se faire que d’après des appréciations subjectives bien difficiles à démontrer »12.  Dans cet article Vaney y fait la distinction parmi les 124.370 élèves des écoles de Paris ayant répondu à l’enquête menée par la commission des anormaux de Léon Bourgeois, de « 797 arriérés de l’intelligence » hors les anormaux médicaux et les instables qui seraient 1361. A l’évidence, et au regard des variations de chiffre entre écoles, il constate que « les maîtres ne se sont pas entendus sur le sens du mot arriéré »13 ; car sans guide scientifique (le Guide pour l’admission des enfants anormaux dans les classes de perfectionnement  ne sera rédigé par Binet et Simon que vers la fin de 1906) le retard dans l’instruction d’un enfant indique certes une faiblesse intellectuelle « quand il n’y a pas une circonstance atténuante dans une scolarité incomplète »14. A la différence de Binet, qui comme nous le verrons retient justement ces causes extérieures, Vaney définit l’arriéré selon la convention suivante : «  Il faut au moins un retard de 2 ans en calcul, au cours élémentaire, et de 3 ans au cours moyen pour qu’il y ait arriération »15. L’arriération caractérise un retard de deux ans.

  • 16 . Binet A., 1907, Allocution du Président sur les enfants anormaux, Bulletin, n°44, p. 59-60.
  • 17 . Op. cit., p. 59.

33Binet, dans son « Allocution du Président de la société sur les enfants anormaux »16, est bien conscient de cette difficulté méthodologique en reconnaissant que « ce qui manque c’est l’étude profonde de l’anormal lui-même. Je ne parle pas ici de l’idiot et de l’imbécile, mais du débile léger, qui constitue l’anormal d’école, et qui est certainement le plus intéressant de tous, parce qu’il est le plus perfectible. Pour celui-ci, on ignore encore complètement ce qui le constitue anormal, quel est le caractère essentiel qui le distingue des autres enfants, quel est le rouage de son mécanisme mental qui fait défaut ou qui ne joue plus »17.

  • 18 . Vaney V., 1908, « Le développement physique des arriérés d’écoles », Bulletin, n°46, p. 108-114.
  • 19 . Op. cit., p. 109.

34Vaney revient en 1908 dans son article sur « Le développement physique des arriérés d’écoles »18, sur 38 écoliers arriérés de l’intelligence mais issus des classes de perfectionnement créées justement en 1907. On pourrait croire, précise Vaney, que les expressions retardé intellectuel et arriéré de l’intelligence sont synonymes, or « Le retardé est un enfant qui n’a pas atteint, dans l’acquisition des connaissances scolaires le niveau des enfants du même âge, quelle que soit la cause de ce dénivellement : maladie, insuffisance de scolarité, faiblesse d’esprit. L’arriéré est aussi retardé dans ses études ; mais la cause de son intériorité est en lui, c’est la débilité de son cerveau. Le terme qui lui conviendrait- s’il était d’un usage plus courant- c’est déficient de l’intelligence »19.

35Entre 1906 et 1908 Vaney - est-ce sous l’influence de Binet ? - aura changé de position, n’appelant plus arriéré l’enfant retardé scolairement en mêlant des causes que Binet justement s’efforce dans ces manuscrits que nous présentons ici  de 1907 de démêler, maladie, insuffisance de scolarité et faiblesse d’esprit. Le terme de déficience est ici naturalisé car directement lié à une débilité cérébrale. Le terme de cancres est-il venu sous la plume de Binet dans ces manuscrits pour éviter et le terme d’arriéré et le terme de retardé ?

Qui est cancre : l’idiot, l’imbécile ou l’arriéré ?

  • 20 . PC feuillet  10

36 Ainsi si le cancre a un retard de 3 ans par rapport à son âge réel, le cancre n’est ni débile car ces élèves ont un développement intellectuel supérieur à sept ans  lors de leur scolarisation, ni un imbécile qui a un développement intellectuel supérieur à deux ans. Le cancre est un élève scolarisé dans une école normale mais qui est jugé inintelligent avec un retard de 3 ans par rapport aux 54 enfants  qui restent en dehors de l’enquête parmi lesquels Binet constate la présence de 15 arriérés «  qui ont échappés au recensement »20, de 30 instables et de 9 les deux :

Manuscrit feuillet 5

Transcription feuillet 5

37Arriérés : 15

38Instables : 30

39Les deux : 9

40Donc 54 enfants restent en dehors de l’enquête.

41Mais que sont donc ces 15 arriérés ?

42 1 retard il en faut d’un mois qu’il ait 3 ans de retard

43( 1 1 an de retard

44( 1 qui aerreur. 3 ans ½ de retard. (Renner, Louise, 11 ans ¾. 3 ans de retard)

45( 1 2 ans de retard

46( 1 1 an de retard = (Bauchet Marcelle) En résumé, sur les

47( 1 3 ans de retard mal classée 15 arriérés qui ont

48( 1 0 retard – Anseau Germaine (Parmentier) échappé au recensement,

49( 1 3 ans de retard, moins 20 jours il y a 6 erreurs.

50( Parmentier 3 2 enfants en retard de

51 2 3 ans 8 à 11 mois, sur la limite.

52Vinagrières. Camille Georgette. 2 ans de retard. 1 enfant qui est reconnu mal classé.

53Ecuries Zirah. 1 an de retard 3 enfants ayant seulement

54Marseille Valette Jean-Louis. 12 ans. 3 ans de retard ? erreur 1 an de retard.

55RecolletsBeltrandi. 4 ans de retard. erreur 2 enfants ayant

56Garçons David François. 2 ans de retard, plus 101 mois 2 ans de retard

57Velois Eugène. 4 ans de retard. erreur et 1 enfant n’ayant point

58 Dufour. 3 ans de retard. erreur de retard du tout.

59 Amey. 12 ans. 5 ans de retard. erreur

60 Maderni. 3 ans de retard. erreur

61 Goyou. retard de 2 ans. erreur

62 En distinguant les véritables retards scolaires des erreurs Binet cherche à préciser dans sa note ligne 5 du manuscrit du feuillet 5, «  Que sont donc ces 15 arriérés ? », la différence entre des arriérés mentaux et des retardés scolaires : parmi ces erreurs Binet évalue le nombre de mois en remettant en cause l’évaluation faite par les maitres de ces élèves. Binet possède donc un outil pour corriger cette évaluation du retard en se référant aux travaux de Vaney.

  • 2
  • 22 . T. Simon, 1900, Recherches céphalométriques sur les enfants arriérés de la colonie de Vaucluse, A (...)
  • 23 . Op. cit., p. 431.
  • 24 . A. Binet, 1901, Recherches de céphalométrie sur des enfants d’élite et arriérés des écoles primai (...)
  • 25 . Op. cit., p. 425.

63 Le cancre n’est donc pas un arriéré ce qui l’assimilerait à une catégorie psychiatrique. Pourtant Binet utilise le terme lorsque qu’il évalue la céphalométrie dans les écoles21 sous l’influence de Simon. Ce dernier a publié en 1900 un texte sans Binet sur les enfants arriérés de la colonie de Vaucluse22 sans parvenir à contenir ces arriérés dans la catégorie de ceux qui sont atteints de débilités intellectuelles ou morales et qui « peuvent ainsi présenter tous les degrés jusqu’à l’imbécilité ou même, par exception, l’idiotie »23. Dans son article qui expose des recherches menées dans les écoles entre décembre 1900 et janvier 1901 sur 50 élèves intelligents et 50 inintelligents, Binet justifie, à partir des renseignements recueillis auprès des  maîtres d’école, l’emploi du terme d’arriéré pour de «  vrais anormaux »24 : voulant mesurer la différence céphalométrique entre les élèves d’élite, les élèves moyens et les élèves arriérés, en ayant éliminés de ce groupe tous les élèves ayant eu des antécédents pathologique, développementaux ou de maladies ainsi que les nationalité étrangères ainsi que ceux d’origine israélite ou d’autres régions que Paris, Binet constate, avec un certain étonnement, que cette différence n’a pas d’explication sans une étude des conditions du « développement anormal »25 de ces élèves arriérés.

64 Dans l’enquête sur « la psychologie des cancres », Binet abandonne toute référence à un développement anormal de l’encéphale pour rechercher des causes sociales, morales et de travail afin de pour justifier le classement de ces élèves qui ont 3 ans de retard sans être arriérés physiologiquement. L’arriération scolaire n’est pas la même que l’arriération mentale. Le cancre doit dont être défini dans un retard scolaire de 3 ans  et sur 223 élèves étudiés ayant un retard de 3 ans, seulement 24 ont une déficience d’intelligence seule sans complication.

65 Binet met l’accent sur le très faible pourcentage, 10,31%, des cancres ayant une déficience d’intelligence sans autre complication, révélant le caractère plurifactoriel  du retard scolaire. Aussi il cherche à établir les causes psychologiques sociales morales ou économiques par une enquête beaucoup plus précise que celle des  directeurs d’écoles. Surtout cette enquête, comme le révèlent les items relevés par Binet ne concernent plus les diamètres, les mesures crâniennes et les mesures faciales.

66Mais Binet dans ses notes ici, ne s’en tient pas au jugement des maîtres pour caractériser ce qui serait les causes de l’intelligence naturelle ou les causes du manque d’intelligence et de l’arriération scolaire :

Feuillet 7

67 « L’étude porte sur 277 cas  Ce premier dépouillement montre un fait inattendu. Sans que les instituteurs se soient concertés, ils ont signalé comme cause principale du retard de 3 ans (ou du moins comme cause inhérente à l’enfant), son défaut d’intelligence. Cela est signalé 92 fois : tandis que la paresse, l’apathie, le manque d’efforts, le manque d’application, cette cause qui paraît si banale, n’est signalée que 20 fois, c’est-à-dire 5 fois moins souvent. (Et encore, le défaut d’application est souvent compliqué d’autre chose).

68Dans 111 cas, c’est-à-dire dans la moitié des cas, l’intelligence est un facteur.

69Dans 15 cas seulement, c’est-à-dire dans le neuvième des cas, la paresse est un facteur.

70Dans 67 cas, c’est-à-dire dans le quart des cas, la maladie est un facteur.

  • 26 .  PC Feuillet 7.

71Dans 84 cas, dans le tiers des cas, le défaut de scolarité ne tenant point à la maladie est un facteur »26.

Original Feuillet 7

  • 27 . Binet A., 1904, A propos de la mesure de l'intelligence, L'année psychologique. 1904 vol. 11. pp. (...)
  • 28 . Vaney, V. 1905,  Nouvelles méthodes de mesures applicables au degré d'instruction des élèves, étu (...)

72Déjà en 1904 Binet remarquait que « Malgré ses avantages, le classement par l'appréciation subjective des professeurs laisse un peu à désirer. On peut l'appeler la méthode de la cote intellectuelle. L'autre méthode, la méthode nouvelle, que je crois préférable, peut s'appeler la méthode du degré d'instruction »27. En mettant l’accent sur le degré d’instruction, Binet s’en tient aux travaux du directeur de la Grange aux Belles Victor Vaney(1859-1938)28 qui privilégiait l’évaluation des apprentissages des élèves en lecture, orthographe et calcul indépendamment de l’appréciation des professeurs. La notion de retard scolaire semble reposer sur le degré d’instruction en fonction des apprentissages selon le niveau d’enseignement : ainsi chaque élève peut être comparé au niveau d’enseignement attendu en fonction des performances réelles qu’il est capable de produire lors de l’évaluation.

73Binet se sert de ce test, comme le montre le feuillet 6 de l’archive en distinguant ce qui une question d’intelligence de ce qui relève du degré d’instruction à travers l’évaluation d’un examen :

Feuillet 6

74Lafayette2

75Mangaut Méline 12 ans. 3 ans en retard. Cours Moyen 2e année.

76Questions d’intell.

77Noël Ida. 12 a

78Macrisse. 3 à 4 ans de retard. Cours élément. 2e année.

79Questions d’intell.

80Régaud Marie Cours Moyen 2e année. Pas de retard ?

81Examen d’instruction.

82Terrage. 2 ou 3

83Clerc Valentine. acquise. Seulement 2 ans de retard.

84Examen d’instruction.

85 Cours élém.           Lecteur.     19 pommes

86Gilbert. Cours élém. 1 an de retard.

87Examen d’instruction

88Bédarride. Cours Moyen. retard énorme de 5 à 6 ans.

89 Enfant de 16 ans.

Original feuillet 6

90Or, remarque Binet, et comme l’atteste le feuillet 7 ci-dessous, l’inintelligent qu’est le cancre ne peut pas être évalué seulement à partir d’une échelle sur le degré d’instruction car des rapports même de leur maîtres prouvent que si ces élèves ont  des « difficultés pour parler et apprendre à lire, d’apprendre le français », d’autres causes se révèlent sur lesquelles Binet va justement mettre l’accent dans ses résultats d’enquête. Binet établit alors un rapport statistique en réduisant l’inintelligence a seulement 50% de la fréquence d’action ouvrant ainsi l’explication vers des causes qui ne relèvent plus de la capacité cognitive de l’élève :

Feuillet 7

91« Si on admet, (ce qui est une hypothèse, évidemment) que la fréquence d’action d’un facteur mesure sa puissance d’action, on dira donc que la moitié des retards de 3 ans est due à une déficience intellectuelle, que dans le tiers des cas, cela est dû à l’insuffisance de scolarité, dans le quart des cas à la maladie.

92Soit : 14 inintelligence

9328

9450 % inintelligence

9533 % ne défaut de scolarité sans maladie

9625 % maladie

  • 29 . PC Feuillet 7.

977 15 % de défaut d’application »29

98Comment qualifier la maladie, de défaut de scolarité sans maladie par rapport aux défauts d’application qui pourraient être attribués à des causes pédagogiques si ce n’est à l’attention de l’élève comme Binet l’a démontré précédemment dans son article sur cette question ?

La recherche des causes

99Dans « Nouvelles recherches sur la mesure du niveau intellectuel chez les enfants d'école » publié en 1910 dans L’Année psychologique à partir des notes d’enquête réalisées à l’école des filles Rue du Terrage dans le 10eme arrondissement à Paris Binet ne retiendra que les causes intellectuelles. Ici les notes de l’archive démontrent l’étendue de l’enquête qui porte aussi sur les causes personnelles, les causes extrinsèques et les causes mixtes :

Manuscrit du feuillet 8

100Les causes intellectuelles n’apparaissent plus en tant que telles dans les notes de travail que nous publions ici comme si Binet avait changé d’épistémologie en passant de la prédominance physique et intellectuelle, qui caractérise ses travaux sur la mesure des causes à une épistémologie plus structurale des causalités. Ce changement lui permet de poser la question de l’éducabilité et des conditions socioculturelles de la scolarisation au cœur de l’évaluation de la santé

101Dans cette archive Alfred Binet, qui relève184 items sur 277 cas étudiés, distingue d’abord deux types de causalité au défaut d’intelligence, les causes extrinsèques et les causes inhérentes ou personnelles puis, dans son manuscrit ajoute celui des causes mixtes. Pourquoi ?

102Les causes extrinsèques relèvent trois facteurs : d’une part la maladie provenant d’une hygiène douteuse comme les affections des yeux et d’estomac , d’autre part d’épidémie comme la typhoïde, diphtérie, la coqueluche ou la méningite, et enfin de mauvaise condition sanitaire comme la fièvre paratyphoïde des végétations, la paralysie du côté droit ou des constitutions congénitales comme la poitrine faible avec des pleurésies.  Mais il convient de séparer ce qui ne dépend pas de l’élève (dont 70 items dont la maladie(23), le logement(2), la faute des parents(3), la chétivité(1), absence de surveillance(1), changement d’école(5), début tardif (5), mauvais enseignement(2), nationalité étrangère(11), irrégularité(17), poitrine faible (1)) de ce qui ne dépendrait que de lui (en 29 items : intelligence(24), paresse(1), audition(3), vue(1)).

103Binet en montrant le nombre plus grand d’items sociaux(70) par rapport aux items cognitifs (29) accomplit une avancée dans la psychologie de l’apprentissage en prenant en compte les conditions de celui-ci : ainsi le logement, la faute des parents, le changement d’école et la nationalité étrangère posent le problème de la compréhension linguistique des élèves immigrés et celui du déménagement économique ou professionnels des parents. Les conditions sociales et les origines culturelles sont désormais des facteurs qui viennent surdéterminer les conditions de l’apprentissage. Pourtant dans les causes extrinsèques comme celles personnelles, à l’inverse des causes mixtes, Binet ne cumule pas les causes pour chaque élève en lui attribuant une seule cause unique. C’est la découverte de ce caractère cumulatif des causes qui fait ajouter aux causes uniques une causalité mixte qui mélange les facteurs en aggravant les difficultés des élèves.

104Les causes personnelles (en 29 items : intelligence(24), paresse(1), audition(3), vue(1)), soit 29 items sur 184 un pourcentage de seulement de 15,7%, perdent de leur efficacité explicative tant par le peu d’item que par une surdétermination de l’intelligence (24 sur 29 items) : Binet peut s’appuyer ici sur le test d’intelligence qu’il a mis au point d’abord chez ses filles, puis testé dans les écoles. Le faible nombre d’item de causes personnelles prouvent combien la psychologie scolaire ne repose pas sur une étiologie strictement individuelle mais toujours dans une interaction avec d’autres causes. Ce caractère multifactoriel de la causalité implique, avec les causes mixtes, que la santé scolaire d’un enfant, contre un hygiénisme sanitaire sans être aussi social, relève d’une combinaison de facteurs psychologiques et physiologiques.

105Les causes mixtes regroupent plus de 84 items mais en mêlant les causes extrinsèques avec les causes personnelles : (Maladie et inintelligence : 11 ; Chétivité et intelligence : 5 ; Maladie et paresse ; Mauvais enseignement et  inintelligence : 2 ; Mauvaise vue et scol. irrég. : 1 ; Faute des parents et inintelligence : 1 ; Irrégularité et inintelligence : 32 ;  Irrégularité et mauvais ens. : 1 ; Faute des parents et maladie ; Maladie, inint., mauvais enseignement : 1 ; Intelligence, application, maladies : 1 ; Malade et irrégulier : 5 ; Maladie, paresse, scol. Irrég. : 3 ; Maladie, inint., irrég. : 8 ; Vision et maladie, irrég. : 4 ; Inintellig. et étranger : 1 ; Irrég. et paresse : 1) :

Transcription feuillet 8

106Intelligence : 24 fois

107Paresse mot ill. : 1 fois

108Causes personnelles Mauvaise vue

109Vue

110 Mauvaise audition : 3 fois

111___ id. – et mixtes (inintelligent et dissipé, paresseux : 12 fois

112 (Intelligent et sourd ou aveugle : 1 fois

113Causes extrinsèques (Maladie : 1 (typh.) : 3 (diphtérie) : 1 (Pott) : 1 (coqueluche)  (méningite) : 2

114 (Malade : 8 paralysie mot ill. droit : 1

115 (Depuis peu à 5 ans : 5 intestinale : 1

116 (Irrégulier : 17 coxalgie : 1

117 (Faute des parents : 3

118(Nationalité étrangère : 11 aff. yeux et estomac : 1

119 (Mauvais enseignement : 2 paratyphoïde. végé. : 1

120 (Chétivité

121 (Travail pas surveillé : 1

122 (Changement d’école : 5 poitrine faible : 1

123 (Début tardif : 5 pleurésie : 1

124 (Coqueluche : 2 méningite : 1 (coxalgie : 1

125Causes mixtes (Maladie et inintelligence : 11 (végétation ad : 1 tics : 1

126 (blessure tête : 1 2e congestion céreb.: 1

127 Chétivité et intelligence : 5 Pott : 2

128typhparatyph. : 1

129 (Maladie et paresse / prévu mot ill. opér. : 1

130 albuminium : 1

131 (Mauvais enseignement et paresse inintelligence : 2 polypes : 1grippes : 1

132 (Mauvaise vue et scol. irrég. : 1

133 (Faute des parents et inintelligence : 1

134 (Irrégularité et inintelligence : 321

135 (Irrégularité et mauvais ens. : 1

136 (Faute des parents et maladie

137 (Maladie, inint., mauvais enseignement : 1

138 (Intelligence, application, maladies : 11

139 (Malade et irrégulier : 51     adénodes : 1     m sanat :       cœur : 1

140 ( Inintelligent et p : 3 anémie : 1mot ill.

141 Tuberculose : 2 mot ill. : 1

142 (Maladie, paresse, scol. Irrég. : 3(Maladie, inint., irrég. : 8 Berk : 1 yeux : 1

143 (Vision et maladie, irrég. 4

144 ( Inintellig. et étranger : 1

145 (Irrég. et paresse : 1

146Mais si l’irrégularité scolaire est l’item  dont la fréquence revient en rapport mixte avec l’intelligence, avec la paresse, avec la maladie, Binet le conçoit comme un facteur d’aggravation à la santé scolaire : ainsi il convient de faire une différence entre la santé personnelle et la santé scolaire car si la première enferme l’élève dans son étiologie strictement physiologique comme la maladie, la mauvaise vue, l’anémie ou des maladies liées au mode d’existence des corps comme la chétivité, la tuberculose, la grippe, la coqueluche, les végétations ou la congestion cérébrale. La santé scolaire doit prendre en compte l’accumulation des causes et leur mélange : ainsi mêler maladie-paresse- irrégularité scolaire vient immédiatement aggraver le cas de ces trois élèves, si bien que le traitement ne peut être seulement médical obligeant un diagnostic interdisciplinaire à partir du dossier singulier de chaque cas.

147Comme le décrit le feuillet 11, la notion d’intelligence isolée n’a que peu de signification au regard des «  complications » des autres facteurs :

Feuillet 11

148Cancres

149Dépouillement complet                          223 enfants retardés

150 de 3 ans

151Causes personnelles à l’enfant : 41

152Causes extrinsèques : 75

153L’intelligence seule en déficience : 24

154compliquée de défaut d’application 12

155compliquée de maladie                          31 43

156compliquée d’irrégularité, sans

157qu’on en dise la cause 32

158       111

159Ainsi, il y a une forte proportion d’enfants en retard de 3 ans, chez lesquels il faut incriminer le défaut d’intelligence uniquement ; mais il y en a davantage qui unissent l’irrégularité au défaut d’intel-ligence, et davantage encore chez lesquels l’inintelligence est compliquée de maladies (et naturellement d’irrégularité).

160Défaut d’application, tout seul :   1 (il est indiscipliné)

161avec inintelligence : 12

162avec paresse maladie                            1

163avec irrégularité   1

164Ce qui frappe tout de suite, c’est le nombre insignifiant des enfants retardés de 3 ans qui le doivent à leur paresse seule.

165Maladies (ayant entraîné par conséquent

166 L’irrégularité) :  

167seules…………………………………………… 24

168avec inintelligence 43

169Irrégularité Insuffisance  de 51 c’est la proportion la plus forte.

170Fréquentation scolarité

171(ou non expliquée, ou provenant de

172mauvais enseignement, changements

173d’école, débuts tardifs, nationalité

174étrangère) et non maladies.

175Irrégularité avec inintelligence 32

Manuscrit feuillet 11

Manuscrit feuillet 11

1761 . Dans PC feuillet 1 on peut lire à propos d’une élève, « Entrée à l’école le 15 septembre 1907 »

17721 . A. Binet, 1901, Recherches de céphalométrie sur des enfants d’élite et arriérés des écoles primaires de Paris (déc.1900 et janvier 1901), A.P., 7,  p. 412-429.

Haut de page

Notes

2 . Recherches sur la technique de la mensuration de la tête vivante », A.P., 7, p. 317

3 . Idem.

4 . Idem.

5 . Op. cit., p. 318.

6 . Idem.

7 . Op. cit., p. 319.

8 . Binet A., 1899, Attention et Adaptation, L’année psychologique, vol. 6, p. 248-294, ici p. 249.

9 . Op. cit., p.251.

10 . Op. ct., p. 258.

11 . Vaney V., 1906, Combien existe-t-il en France d’enfants arriérés de l’intelligence, Bulletin, n°30, p. 94-97. 

12 . Op. cit., p. 95.

13 . Op. cit., p. 96.

14 . Idem.

15 . Idem.

16 . Binet A., 1907, Allocution du Président sur les enfants anormaux, Bulletin, n°44, p. 59-60.

17 . Op. cit., p. 59.

18 . Vaney V., 1908, « Le développement physique des arriérés d’écoles », Bulletin, n°46, p. 108-114.

19 . Op. cit., p. 109.

20 . PC feuillet  10

22 . T. Simon, 1900, Recherches céphalométriques sur les enfants arriérés de la colonie de Vaucluse, A.P., 6, 430-489.

23 . Op. cit., p. 431.

24 . A. Binet, 1901, Recherches de céphalométrie sur des enfants d’élite et arriérés des écoles primaires de Paris (déc.1900 et janvier 1901), A.P.,7,  p. 414.

25 . Op. cit., p. 425.

26 .  PC Feuillet 7.

27 . Binet A., 1904, A propos de la mesure de l'intelligence, L'année psychologique. 1904 vol. 11. pp. 69-82, ici p. 72.

28 . Vaney, V. 1905,  Nouvelles méthodes de mesures applicables au degré d'instruction des élèves, étude spéciale du calcul. Bulletin de la Société Alfred Binet,

29 . PC Feuillet 7.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Andrieu, « Psychologie des cancres : Une archive inédite d’Alfred Binet », Recherches & éducations, 8 | 2013, 167-183.

Référence électronique

Bernard Andrieu, « Psychologie des cancres : Une archive inédite d’Alfred Binet », Recherches & éducations [En ligne], 8 | Juin 2013, document 11, mis en ligne le 15 juillet 2013, consulté le 22 juin 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/1571

Haut de page

Auteur

Bernard Andrieu

Faculté du sport Université de Lorraine, APEMACDirecteur de publication de Recherches & Educations

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org