Navigation – Plan du site
Recensions
12

Frédéric Yvon & Marc Durand (eds). (2012).Réconcilier recherche et formation par l’analyse de l’activité.Bruxelles : De Boeck, 190 p.

Jacques Méard
Référence(s) :

Frédéric Yvon & Marc Durand (eds). (2012).

Réconcilier recherche et formation par l’analyse de l’activité.

Bruxelles : De Boeck, 190 p.

Texte intégral

1L’ouvrage collectif dirigé par Frédéric Yvon et Marc Durand vise un but : montrer que les recherches basées sur l’analyse de l’activité constituent un courant capable de combler enfin le fossé entre chercheurs et praticiens, entre production de savoirs savants et efficacité pratique. Chacun des six chapitres rend compte d’une étude et d’une réflexion qui cherchent à étayer cette démonstration mais aussi à discuter de l’inconfort et des difficultés de ceux qui tentent de relever ce pari.

2Pour justifier leur démarche, Yvon et Durand développent en introduction une critique de ce qu’ils nomment « l’épistémologie œcuménique », basée sur l’étanchéité prétendument nécessaire du travail du chercheur et de celui du praticien. Selon eux, cette dichotomie est inopérante et conduit à une résistance des praticiens vis-à-vis des préconisations des chercheurs. Ils pointent les problèmes éthiques et ontologiques posés par une telle division du travail chercheur-acteur social mais ils insistent surtout sur l’impasse que représente à leurs yeux la logique selon laquelle une recherche fondamentale doit précéder une recherche appliquée (en vue de l’élaboration a posteriori de programmes technologiques).

3C’est à partir de cette critique qu’est proposée une épistémologie alternative, basée sur « l’analyse de l’activité ». Les recherches qui se reconnaissent dans ce courant relèvent d’une diversité de modèles et concernent des champs aussi divers que le milieu du handicap, de la formation des directeurs d’établissements scolaires, de la coopération agricole dans des pays en développement. Et, si l’ouvrage ne cherche pas à masquer le flou des contours de l’analyse de l’activité, il place néanmoins certaines bornes : d’abord est posé le principe d’une collaboration véritable entre chercheurs et praticiens, prenant souvent la forme d’une réponse à une demande de la part des professionnels ou, du moins, d’une visée explicite et partagée par les uns et les autres de transformations de pratiques. Le chercheur ne collabore plus pour valider des hypothèses mais s’immerge pour comprendre (voire pour épouser) les préoccupations des acteurs, se faire leur interprète, dans certains cas pour intervenir ; ensuite, l’objet « activité » implique une vision holistique qui rejette les facteurs explicatifs projetés en surplomb et le découpage de l’humain en variables isolées les unes des autres ; enfin, les démarches qui se revendiquent de l’analyse de l’activité mettent la focale sur les aspects processuels des phénomènes. Dès lors, l’imprévisibilité des conduites - présentée dans « l’épistémologie œcuménique » comme une scorie de la recherche – devient la clé de voûte de l’activité humaine.

4Cette importance accordée à l’imprévu est patente dès le premier chapitre. Durand et Horcik y décrivent une intervention dans le milieu médical dans un but de formation. Or, les inattendus au cours de cette intervention vont produire, du côté des professionnels, une mise en question des pratiques existantes, l’essai de nouveaux procédés et, du côté des chercheurs, une réflexion sur leur épistémologie de départ.

5Dans un tout autre domaine, le deuxième chapitre rend compte de trente ans d’intervention en Afrique. Selon une option autobiographique, Leneer montre que son intervention a relevé de perspectives successives différentes : d’abord une perspective applicationniste (pour faire bénéficier les paysans de nouveaux plants) ne répondant pas aux préoccupations des acteurs, puis une perspective « ascendante » (pour découvrir et mettre en avant les savoirs des paysans) aboutissant à réduire le rôle du chercheur à celui d’interprète, enfin une perspective « collaborationniste » (pour élaborer conjointement des objectifs d’intervention et de recherche) butant sur l’irréductibilité des différences de statuts, de conditions sociales des protagonistes.

6Le troisième chapitre concerne l’analyse du travail d’ergonome afin d’alimenter la réflexion sur la formation à ce métier. Viau-Guay discute de la spécificité de la formation professionnelle qui implique de prendre en compte là aussi des imprévus liés à la participation et au pouvoir de négociation accru des travailleurs (à la différence des formations aux techniques du métier) et conclut que cette spécificité est insuffisamment prise en compte dans la formation des ergonomes.

7Dans le quatrième chapitre, Yvon analyse l’échec d’une tentative visant à importer les concepts et méthodes de la clinique de l’activité dans une formation des directeurs d’établissements scolaires. Le chercheur-intervenant interroge autant les circonstances des impasses professionnelles, c’est-à-dire l’étanchéité de la discipline universitaire « administration scolaire » aux outils de la recherche, que les postulats et les outils de la clinique de l’activité.

8L’interrogation est encore plus aiguë dans le cinquième chapitre où, à propos de la théorie du « cours d’action », Saury pointe le problème des concepts scientifiques utilisés par le chercheur-intervenant qui, par leur précision donc leur hermétisme, le coupent des professionnels et des chercheurs d’autres disciplines. L’auteur propose la définition de « concepts minimaux » qui représenteraient une sorte de discours commun entre chercheurs et professionnels.

9Dans le dernier chapitre, à propos d’une intervention menée dans un centre de personnes handicapées mentales, De Jonckheere et Stroumza poussent au plus loin la question de l’implication des chercheurs et de l’effacement de la frontière entre leur travail et celui des professionnels.

10Ce livre riche et dense reste cohérent malgré la diversité des champs et des théories qu’il mobilise. Les auteurs ne masquent pas les difficultés de leur entreprise : articuler les discours professionnel et savant, concilier les objectifs respectifs des chercheurs et des praticiens, rendre compatibles les agendas du métier, de la formation et de la recherche. Ce n’est pas le moindre intérêt de cet ouvrage stimulant que de laisser tant de chantiers ouverts à la réflexion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Méard, « Frédéric Yvon & Marc Durand (eds). (2012).Réconcilier recherche et formation par l’analyse de l’activité.Bruxelles : De Boeck, 190 p. », Recherches & éducations [En ligne], 8 | Juin 2013, document 12, mis en ligne le 15 juillet 2013, consulté le 21 août 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/1572

Haut de page

Auteur

Jacques Méard

LAMHESSIUFM Célestin Freinet, Université Nice Sophia Antipolis

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org