Navigation – Plan du site

Éditorial

Jacqueline Descarpentries et Alix Garnier
p. 5-7

Texte intégral

1Qu’il nous soit permis de commencer cet éditorial par une affirmation provocatrice. Ces deux numéros de la revue sur la violence à l’école ne sont pas une énième édition sur ce sujet largement évoqué dans de très nombreuses revues spécialisées.  Si, depuis plus de vingt ans les études sur la violence scolaire font l'objet de travaux et de réflexions scientifiques nationales et internationales, jamais la question du genre n'avait été qualifiée, mesurée, questionnée sur le plan des sciences humaines et sociales  aux champs d'analyses et de compréhensions plurielles.  Les travaux de recherche exposés dans ces deux numéros 8 et 9 réunissent pour la première fois deux grands axes de travail : le premier est un état des lieux des violences à l'école dans lequel il est étudié les notions d'homophobie, d'hétérophobie et de transphobie, puis le deuxième - qui au-delà du questionnement - présente les mécanismes, la fabrique et les conséquences des violences sexistes et genrées. De fait, les typologies de violences exposées participent à une construction des savoirs doxiques sur les catégorisations sociales et leurs déterminismes, grâce à une démonstration scientifique propre au champ de recherche. Les contributions précisent aussi les limites de ces savoirs comme moyens de transformation sociale de la prévention comme condition d’éducation.

2Ces deux  numéros nous invitent donc à  repenser les relations sociales à l’école qui nous sont imposées par les normes genrées des sexes et qui agissent comme une grille épistémologique signifiant, symbolisant l’autodétermination du sujet dans une «  théorie du genre ». Ils  nous incitent à puiser dans d’autres valeurs que celles qui enferment les hommes et les femmes dans leur sexe et leur genre. Si le sexe comme catégorie biologique et le genre comme catégorie sociale influencent les représentations culturelles du sexe et du genre et la construction d’une identité genrée, il n’en demeure pas moins que les auteurs de ces numéros montrent aussi comment les conditions structurelles de la domination en termes de genre et de classe interfèrent  sur la construction de la violence à l’école.

3Au lieu de se centrer sur les effets de genre sur « les  garçons et les filles », certains auteurs ont cherché à étudier la façon dont les rôles de genre sont construits et normalisés, selon différentes formes d’internalisation de contenus éducatifs et selon une institutionnalisation dont le genre structure les relations sociales à l’école. Si ces  modèles de pensée amènent une incorporation du genre,  ils sont aussi  les fondements des inégalités de genre et participent ainsi aux polémiques d'une rare violence qu'elle soit psychique et/ou physique, voire à la haine et renforce contre tout attente la logique de la séparation des genres. Par ailleurs, les travaux présentés dans la revue mettent l’accent sur les structures et les dynamiques des relations de genre, dans une approche qui appréhende les inégalités à l’intersection des questions de genre, de classe et des facteurs liés au colonialisme et post-colonialisme. Ils reposent tous, sur les questions de domination de l'Homme sur l'Homme et donc de la redistribution du pouvoir du politique.

4De plus, force est de constater que ces numéros 8 et 9 composés d’articles et de textes inédits s’inscrivent dans la tradition de la revue Binet-Simon. Ces contributions reposent sur la spécificité d’un engagement d’Alfred Binet : relier les exigences de la connaissance et celles des pratiques éducatives aux avancées que la psychologie, de la pédagogie qu’Alfred Binet a imprimées aux sciences dites de l’éducation. En effet, toute la production intellectuelle d’Alfred Binet, du point de vue des méthodes et des techniques d’analyses, possède une dimension éthique dont les psychologues s’accordent à dire qu’elle constitue un apport majeur à la psychologie de l’éducation. Cette dimension éthique est ici reprise autant par les coordonnateurs des numéros 8 et 9 que par chacun des auteurs, soutenus par un nouveau comité de rédaction qui vise à rendre compte des progrès accomplis dans les recherches en sciences de l’éducation, mais aussi du chemin à parcourir au cœur de la construction épistémologique des savoirs en sciences de l’éducation.

5Eu égard à l'engagement de la revue, le pari de la science est ici réussi, dans le sens où les auteurs démontrent que ces questions autour de la violence de sexe ou de genre à l’école ne doivent pas « naître » dans une fabrique malveillante et rester entre les mains d'idéologistes furieux, empressés, face à leur crainte et leur ignorance, d'enfermer des gens et des genres dans des corps, dans des modèles d'organisation mentale, culturelle, sexuée, présupposés leur appartenir ou appartenir à une idéologie commune, que nous jugerons totalitaire. Chaque auteur a ainsi choisi  de retracer les contours de ces objets de réflexion sociale et a pris soin de redéfinir un principe d'être et de fonctionnement de chaque genre. D’autres montrent comment des  oppositions dures fabriquent elles - même un « genre » sur les études de genre, en voulant imposer à tout pris en contre - champ une notion biologique, naturée, religieuse, parfois même aux fondements de la genèse.  L'altérité  est ainsi posée comme un problème et ouvre aux réflexions eugénistes.

6Il est donc d'utilité publique et morale - oserions-nous dire - que la science, à la lumière des travaux exposés ici, puisse nous éclairer et puisse nous permettre d'en recueillir les fruits à toutes fins utiles. Au-delà des diagnostics qui sont un primat plus que nécessaires, au-delà des réseaux de professionnels, de chercheurs, de politiques qui co-construisent les actions de demain pour endiguer les violences à l'école,  au-delà de tout ce travail plus que fondamental, il nous faut agir en chacun de nous. Pour agir par nous-mêmes, pour nous-mêmes et pour les autres avec l'autre, il est souhaitable que l'accès à ces réflexions, à ces résultats soient à la portées de tous. Les intentions politiques sont louables, mais d'un point de vue micro-local, elles sont souvent complexes à mettre en œuvre, à suivre, à gérer et à appliquer. Même si de nombreux établissements s'en sortent bien sur ces questions, certains établissements eux sont dépassés, d'autres ont démissionné. Ne nous voilons pas la face, certaines institutions sont « intouchables », il faut bien le dire. S'éveiller à la connaissance, permettre que la connaissance scientifique rentre dans les écoles c'est permettre de lutter contre un des premiers principes de violence : l'ignorance ; ignorance de soi, sur soi, des autres et l'impact que cela à sur sa propre construction identitaire et sur l'environnement dans lequel on inter – agit. Lutter contre l'ignorance c'est questionner sa place dans la démocratie à l'inverse du tout totalitaire imposé par l'autre : celui qui n'est pas soi.

7In fine, dans le thème principal abordé tout au long de ces articles et de ces deux tomes, il s'agit de questionner l'humain, de questionner sans cesse la fabrique de la violence, de la comprendre dans son temps, de la projeter en des temps passés et de la sonder préventivement pour des temps futurs. Au-delà de ces torsions épistémologiques, à chaque fait, la source de la violence doit être trouvée, afin d'être analysable et plus aisée à appréhender. Questionner le sens des mots, le sens des actes, rencontrer l'autre dans ce qu'il a de différent (d) devrait faire partie des savoirs à organiser et à bien cadrer sur le plan pédagogique/éducatif pour que les représentations de chacun puissent trouver un espace où se dire, où se confronter, où se construire... En effet, l’entrée des questions de la violence de genre à l’école ne pourra changer que si et seulement si la resignification du queer puisse modifier la normativité des termes de genre, de sexe, et de violence. Ainsi, nous pourrons continuer à travailler sur l'étude de genre qui ne cessera d'évoluer sans que nous ayons à déconstruire la question de la « théorie du genre » basée sur des artifices et des enjeux de pouvoir aux connotations totalitaristes et aliénantes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacqueline Descarpentries et Alix Garnier, « Éditorial », Recherches & éducations, 9 | 2013, 5-7.

Référence électronique

Jacqueline Descarpentries et Alix Garnier, « Éditorial », Recherches & éducations [En ligne], 9 | Octobre 2013, mis en ligne le 03 septembre 2013, consulté le 17 août 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/1701

Haut de page

Auteurs

Jacqueline Descarpentries

 

Articles du même auteur

Alix Garnier

Membres du comité de rédactionRecherches & Educations

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org