Navigation – Plan du site
Varia
7

Entre la Russie, Genève et le Brésil : Helena Antipoff et l’assistance aux adolescents en risque social (1930-1940)1

Adriana Araújo Pereira Borges et Regina Helena de Freitas Campos
p. 117-127

Résumés

Cet article analyse à partir de la revue Infância Excepcional (« Enfance Exceptionnelle »), publiée entre 1930 et 1940, complétée par des documents inédits, les activités de la « Maison du Petit Marchand de Journaux » de Belo Horizonte (Brésil). Cette institution d’accueil pour enfants et adolescents des rues fut fondée en 1934 d’après les recommandations d’Helena Antipoff (1892-1974), psychologue russe invitée au Brésil, à partir de 1929, pour enseigner la psychologie et promouvoir l’Éducation Nouvelle dans les écoles de la région. Le parcours singulier de cette éducatrice qui débuta sa carrière au sein d’institutions russes destinées aux enfants et adolescents en risque social durant la période post-révolutionnaire (1917-1924) est à appréhender au regard de sa filiation intellectuelle avec le psychologue Édouard Claparède (1926-1929) dont elle fut l’assistante à l’Institut Jean-Jacques Rousseau de Genève. L’article revient sur l’engagement transfrontalier d’Helena Antipoff en faveur de ces enfants et de ces adolescents en risque social au sein d’institutions inspirées des « Républiques d’enfants » dont les principes rejoignent, pour certains d’entre eux, ceux de l’école active.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Les auteurs remercient l’agence FAPEMIG – Fundação de Amparo à Pesquisa do Estado de Minas Gerais (...)
  • 2 . Par cette expression, nous entendons les orphelins, les handicapés, les jeunes criminels et les p (...)

1Pour Dekker (2009), l’histoire des « enfants à risque »2 peut être racontée comme l’histoire d'un groupe en pleine croissance entre le XIXe et le XXe siècles. Les institutions créées pour les protéger, les éduquer et les discipliner, visaient également à les adapter aux sociétés urbaines et industrielles modernes. L’entreprise de normalisation et de contrôle des enfants pauvres et nécessiteux (considérés à risque du fait de leur tendance à la délinquance et à la marginalisation) menée par les institutions chargées de leur éducation a souvent été associée aux processus de développement et d’autonomisation des professionnels dans les domaines de la santé et de l’éducation dans plusieurs pays (Byford, 2006). D’autres institutions pensées sur un modèle plus démocratiques à l’image de la Maison d’accueil des petits marchands de journaux constituent une alternative à ce type d’organisation sociale.

2Pour comprendre les innovations éducatives et pédagogiques de cette Maison, il est nécessaire de les situer au regard de l’histoire récente des « enfants à risque social ». Au Brésil, la prise en charge de ce type de public dans le cadre de structures qui leur furent dédiées remonte aux années 1930-1940. Ces enfants mineurs désignaient celles et ceux âgées de moins de 21 ans qui ne pouvaient pas exercer les actes de la vie civile et qui devaient être représentés par leurs parents ou leurs tuteurs jusqu’à l'âge de 16 ans. Entre 16 et 21 ans, s’ils jouissaient d’une autonomie relative, ils devaient encore obtenir des autorisations pour pouvoir agir en citoyens. Considérés parfois comme des criminels pervers, ces « enfants et adolescents à risque social » firent l’objet de nombreuses classifications (Ruchat, 2010 ; Antipoff, 1992 ; Rizzini, 2004 ; Silva, 2007). Face à ce public difficile, le principal instrument employé par les autorités fut le confinement, l’internement et l’hospitalisation (Rizzini, 2004).

  • 3 . Par « pervers », il faut entendre des vagabonds, des mendiants ou des libertins.

3Il fut ainsi créé des abris pour mineurs qui recueillaient des enfants des deux sexes, âgés de 7 à 18 ans, en situation d’abandon, des écoles et des foyers pour les enfants anormaux (Carvalho, 2011), des écoles de préservation qui recevaient des adolescents dépourvus d’assistance dans le cadre d’internat et, enfin, des écoles de réforme qui accueillaient les mineurs entre 8 et 18 ans dans le but de les « régénérer ». Ce dernier public était de deux sortes : les premiers étaient des « petits pervers »3 et les seconds des délinquants juvéniles dont certains d’entre eux avaient commis un crime. Ces écoles de réforme pouvaient contenir des cellules d’isolement sans pour autant appliquer des châtiments corporels alors interdits.

  • 4 . Les auteurs ont préféré garder l’orthographe en usage au Brésil : Helena  
  • 5 . Statuts de l'association pour l’aide aux petits marchands de journaux, 1934, p.1.

4Dans sa correspondance avec Edouard Claparède, Helena Antipoff4 fit de sérieuses critiques à l’égard de ces abris et de ces écoles de réforme qu’elle avait également connu au Brésil et qui lui semblait être de tristes prisons (Ruchat, 2010; Antipoff, 1992a). C’est contre ce modèle mais aussi en vue de vérifier dans quelle mesure des propositions éducatives fondées sur la psychologie de l’enfant pouvaient être opérantes que fut fondée la  « Maison du petit marchand de journaux » en 1934. Cet établissement d'accueil pour les adolescents qui vivaient dans les rues de la ville de Belo Horizonte (Brésil) était gérée par l’association d'aide aux petits marchands de journaux (AAPMJ), organisation philanthropique qui visait à « aider le gouvernement à fournir un secours aux travailleurs les plus jeunes, leur offrir un abri pour la nuit de repos et de sommeil, ainsi que de petits ateliers pour apprendre l'artisanat »5. Lors de la planification des activités de la Maison, l’AAPMJ collabora avec la Société Pestalozzi, fondée par un groupe d'intellectuels, de médecins, d’éducateurs et de chefs religieux catholiques, sous la direction de la psychologue russe Helena Antipoff (Antipoff, 1944).

5Après avoir rappelé le parcours d’Helena Antipoff en Russie, nous présenterons l’organisation éducative de la Maison du petit marchand de journaux à partir de publications de la Société Pestalozzi et de documents inédits provenant des archives de l’institution. Enfin, nous discuterons de la nature des orientations adoptées par Helena Antipoff au regard de ses expériences antérieures afin de déterminer s’il est possible de repérer les bases d’une pédagogie nouvelle spécialement adaptée aux enfants et aux adolescents en risque social.

L'expérience d’Helena Antipoff en Russie

6Helena Antipoff quitte la Russie en 1909 pour venir étudier à Paris l’année suivante. Dans le même, temps, elle séjourne en Angleterre avant de s’installer à Genève (1912-1914). « Citoyenne du monde », comme elle aimait à le dire, elle retourne en Russie en 1916 pour revoir son père alors malade et affaibli. Elle y reste jusqu’en 1924 date à laquelle elle rencontre son mari, le journaliste Viktor Iretzky. Ils se marient en 1918 avant la naissance de leur fils, Daniel, en 1919. C’est durant cette période qu’elle commence à travailler avec des enfants orphelins et abandonnés (Antipoff, D., 1996). Ce travail qu’elle considère difficile, est, pour elle, un véritable défi :

« En cinq longues années de travail au Centre d'observation des mineurs, j’ai eu de la peine à déchiffrer leur caractère, leur tempérament, les compétences des internes, j’ai vu combien il était difficile le diagnostic psychologique de l'individu, en particulier les enfants nerveux et intelligents, dont le visage moral, comme un miroir, reflétait les moindres modifications du milieu » (Antipoff, 1992, p. 204).

7En 1924, elle accompagne son mari exilé à Berlin. Dans une lettre adressée à Edouard Claparède, elle écrit au sujet de son expérience en Russie :

« Les deux années durant lesquelles j’ai pu travailler sous votre direction m’ont permis plus tard, revenue dans mon pays natal, de m’associer à divers établissements russes, destinés à l’étude psychologique de l’enfant. Malgré la révolution, la famine et le désordre général qui caractérisent les dernières années la Russie, les institutions, ayant pour but des recherches pédologiques ont fonctionné d’une façon satisfaisante et ont recueilli un riche matériel empirique. Pour ma part, j’ai pu étudier dans différents laboratoires de St. Pétersbourg et de Viatka durant les dernières cinq années de travail quotidien plus d’un millier d’enfants, orphelins dans la majeure partie, que le gouvernement recueillait dans ses maisons d’enfants de type normal et anormal. » (Antipoff à Claparède, Berlin, 18.10.1924, in Ruchat, 2010, p. 4)

8Dans cet extrait, Antipoff fait le rapprochement entre sa formation à l’Institut Rousseau de Genève et son expérience russe. Elle apparaît optimiste en ce qui concerne le fonctionnement des institutions russes qui s’occupent de la prise en charge des enfants abandonnés. Dans la même lettre, elle attire l’attention de Claparède sur la méthode proposée par le psychologue russe Alexander Lazoursky, dans le cadre de l’examen psychologique des enfants :

  • 6 . Décédé en 1917.

« A.F. Lazoursky s’est rendu célèbre en Russie par ses recherches sur la psychologie individuelle (...) une méthode toute originale (...). Cette méthode tenant le milieu entre l’observation pure et l’expérimentation psychologique du laboratoire a l’avantage de l’une et de l’autre sans avoir leurs défauts – qui sont l’imprécision de la part du hasard d’un côté et le milieu artificiel ainsi que les problèmes artificiels de l’autre côté. Cette méthode loin de périr avec la mort de son auteur6 se trouve aujourd’hui largement appliquée dans les laboratoires russes de psychologie individuelle et dans celle de l’enfant. » (Antipoff à Claparède, Berlin, 18.10.1924, in Ruchat, 2010, p. 4-5)

9Byford (2006) a montré que les réformes de l’éducation qui se sont déroulées en Russie au début du XXe siècle ont accompagné l’expansion des études de psychopathologie de l’enfant dont certains médecins se sont fait les artisans après la révolution bolchevique. C’est ainsi, par exemple, qu’Alexander Petrovich Nechaeven mena des recherches approfondies sur les élèves du secondaire ayant des difficultés scolaires dans son laboratoire d'hygiène scolaire à Saint-Pétersbourg à partir de 1916. Antipoff travailla sous sa direction dans le cadre de recherches sur l’influence du milieu sur le développement des enfants (Masolikova, 2010). C’est par son intermédiaire qu’Antipoff pu ensuite quitter la Russie en 1924 (Antipoff, D., 1996).

10Dans un article publié dans le journal genevois « La Semaine Littéraire » (1924), Antipoff revient sur cet épisode de sa vie. Elle y témoigne de l’importance que le gouvernement soviétique accorde à l’éducation dans le succès de la révolution communiste avec l’espoir de créer une nouvelle génération, organiquement lié au régime institué en 1917. Pour cela, il fallait soustraire les enfants aux influences néfastes de leur famille considérée comme une forme sociale liée au régime capitaliste. Le gouvernement communiste engagea, dès lors, une intense propagande, en précisant que l’Etat avait le monopole de l’éducation des enfants et des jeunes puisqu’il leur fournissait de la nourriture et des vêtements. Selon Antipoff, cette intervention fut à l’origine de la création d’un nombre très important de colonies, de maisons et même de villes d’enfants (Antipoff, 1924). Caroli (1999) confirme cette perception d’Antipoff :

« Dans un premier temps, la dépénalisation des infractions des mineurs fut générale et provoque une refonte de la taxionomie pré-révolutionnaire, transformant les jeunes délinquants en enfants abandonnés, selon l’idée que « tous les enfants étaient fils de l’État ». Avec cette classification nouvelle, les jeunes délinquants rentrant, selon les sources de l’époque, dans la grande catégorie des enfants atteints de « déficience morale », mentale et physique (sous l’influence d’une vision biologique  de la délinquance encore persistante après 1917), sont alors considérés comme des enfants abandonnés aux côtés des enfants orphelins, illégitimes, trouvés, mendiants, prostitués, ou des enfants de parents privés de la puissance paternelle » (Caroli, 1999, p.390).

11Le gouvernement russe réquisitionna des maisons de l’aristocratie et les transforma en refuges pour  enfants dont le nombre dépassait celui des lits disponibles. Face au manque de personnels qualifiés pour accompagner ces enfants, de nouveaux foyers furent organisés sur le modèle des «communautés de travail » au sein desquelles les enfants étaient amenés à prendre la direction de ces établissements. Un écart important existait toutefois entre la notion abstraite de cette pédagogie idéale et sa mise en œuvre. De nombreux abus ont, en effet, été commis par des éducateurs sans expérience. L’administration centrale laissa le chaos s’installer progressivement. Les enfants les plus âgés  brutalisaient les plus jeunes alors que des maladies se développaient faute de soins.

12Pour lutter contre cette situation et ramener l’ordre, le Commissaire de l’éducation publique promut l’organisation de stations médicales et pédagogiques dans différents départements du territoire russe à partir de 1919-1920. Les enfants abandonnés pouvaient y trouver une protection jour et nuit. Situées le long des chemins de fer, ces stations constituaient, au même titre que celles des trains, une sorte de gare de triage. Selon les diagnostics posés, les enfants étaient envoyés dans diverses maisons d’éducation. Les enfants y étaient examinés et pouvaient y être isolés pendant vingt et un jours pour éviter la transmission des maladies et des épidémies. Le but de ces Stations était double. Il s’agissait, d’une part, de prendre en charge les enfants malades et, d’autre part, de les examiner avant de les regrouper dans des maisons destinées à leurs besoins. Une attention toute particulière était portée à cette prise en charge différenciée afin d’éviter que les enfants normaux soient mélangés à ceux atteints de « tares psychiques, surtout d’ordre moral » (Antipoff, 1924, p. 594).

  • 7 . La ville de Saint-Pétersbourg fut renommée « Petrograd » de 1914 à 1924 puis de « Leningrad » de (...)

13Il existait ainsi tout un réseau d’institutions d’accueil : internats pour les arriérés, asiles pour les moins doués, cliniques pour les « nerveux ou déments », instituts d’éducation sociale pour les déséquilibrés et d’éducation morale pour les vicieux. Les enfants normaux, parmi lesquels ceux qui n’avaient jamais été à l’école, étaient aussi examinés et répartis, selon leurs aptitudes, dans des institutions d’enseignement et de préparation au travail. Il semble que, dans la mesure du possible, ces « stations » faisaient appel à des médecins, des psychologues et des pédagogues pour étudier ces enfants du point de vue anthropologique, sociologique et psychologique. Dans le Centre d’Observation de Leningrad7, où Antipoff travailla et vécue durant ces années, les enfants furent regroupés entre 30 et 40. Ce Centre qui occupait l’immeuble du Grand Hôtel Europe, un des plus beaux de la ville, avait été transformé en une institution d’accueil (Masolikova, 2010). Chaque groupe occupait un appartement et trois éducateurs se relayaient par équipes de 8 toutes les 8 heures pour assurer des leçons d’histoire et de musique. Selon Antipoff, il s’agissait là d’un « kaléidoscope » où tout changeait rapidement. La tranquillité absolue alternait avec l’agressivité, les bagarres et les émeutes.  

14Cette expérience a été une des dernières que l’éducatrice connut dans son pays natal avant de partir pour Genève en 1924. Malgré toutes les difficultés, elle avait acquis une grande sensibilité au contact de ces enfants ainsi qu’une confiance accrue dans les possibilités d’une action éclairée par les sciences de l’éducation. Après un court séjour à Berlin, elle devint l’assistante d’Edouard Claparède. C’est là qu’elle fit la connaissance d’un mouvement pour la protection de l’enfance dans le respect de leurs droits. La synthèse qu’elle fit entre ses expériences soviétiques et genevoises est à l’origine de son engagement au Brésil à partir de 1929.

La Maison du petit marchand de journaux de Belo Horizonte

  • 8 . Promulgué en 1927, ce Code établi des lignes directrices en matière de réglementation du travail (...)

15Invitée par le gouvernement de l’État de Minas Gerais pour enseigner à l’École de perfectionnement des enseignants de Belo Horizonte, elle y forma des éducateurs d'élite à partir des orientations pédagogiques prônées par l’Éducation Nouvelle. Son contrat étant renouvelé au cours des années 1930, la psychologue décide de rester au Brésil en assurant la coordination de plusieurs équipes tant dans le domaine de la psychologie que dans celui de l’éducation et de l’assistance sociale (Antipoff, D., 1996 ; Campos, 2001; Ruchat, 2007, 2010). Dans le même temps, elle oriente son action en faveur d’institutions d’accueil pour les enfants pauvres des rues. Elle n’accepte pas que ces derniers soient privés de leurs droits les plus élémentaires (Antipoff, H., 1992a). Son principal objectif est alors de fournir des abris et des soins aux enfants et aux adolescents, conformément aux directives de la Déclaration des droits de l'enfant, proclamée en 1924 à Genève, d’une part, et au Code des mineurs du Brésil8, d’autre part. Pour Antipoff, la réussite de cette institution passe par un mode de fonctionnement sur le modèle des « Républiques d’enfants » dont la supervision est assurée par des éducateurs compétents (Antipoff, 1992a).

16La Maison du petit marchand de journaux a été fondée avec l’intention d'accueillir les jeunes marchands de journaux et autres travailleurs pauvres des rues de Belo Horizonte. Au début des années 1930, la situation de ces jeunes travailleurs de la ville était difficile à gérer. Il y avait des garçons qui travaillaient jusqu’à minuit pour vendre des journaux alors que d’autres se levaient dès quatre heures du matin et ce contrairement au Code du travail des mineurs 1927 (Silva, 2007). Lors de la création de la Maison en 1932, Helena Antipoff prône un modèle de prise en charge des enfants pauvres des rues différent de celui des autres pays d’Europe. Elle condamne les asiles qui favorisent certaines maladies, l’exploitation des plus jeunes par les plus âgés, le développement des jeux de hasard, les bagarres sans compter la propagation de diverses pratiques pernicieuses. Selon elle, de telles structures ne peuvent être confiées aux jeunes. Leur administration et leur supervision doivent être assurées par des professionnels de la santé et de l’éducation (Antipoff, 1992). Dans le prolongement des expériences auxquelles elle participa en Russie et en Suisse, elle propose un programme en neuf points: 1) La Maison doit être située dans un bâtiment aéré, entouré de jardins et posséder une esthétique appropriée ; 2) L’intérieur doit être harmonieux et décoré avec goût ; 3) Le système éducatif doit fonctionner comme une république d’enfants en évitant ainsi un mode de fonctionnement basé sur celui de la prison avec des gardes et une discipline stricte ; 4) L’orientation est assurée par un conseil nommé par l’association d’aide au petit marchand de journaux, responsable de l’administration, de l’entretien de la Maison et de la nomination des assistants qui doivent guider les enfants et les jeunes ; 5) Les enfants sont divisés par groupes de 8 afin de promouvoir l’harmonie et le respect des individualités ; 6) La Maison adopte les principes du scoutisme proposés par Baden Powell (Code des boy-scouts) ; 7) Son fonctionnement est basé sur peu de règles qui doivent toutefois être rigoureusement observées ; 8) Il est préféré des ordres positifs (« faire ça ») plutôt que négatifs (« ne pas faire ça ») ; 9)  Les enseignements sont dispensés sur la base des principes de l’École active : self-government, travail par groupes, administration démocratique, etc. (Antipoff, 1992).

17Rebaptisée « Pavillon de Noël », en référence à la date de sa fondation, la Maison du petit marchand de journaux accueille des jeunes gens des rues qui, dans le cadre de leur prise en charge, participent également à des activités rémunératrices. L’idée développée par cette institution est de valoriser le travail de ses résidents et ce de différentes manières. La première consiste à reconnaître l’importance des tâches liées au maintien du Pavillon (ménage, réfection, etc.). La deuxième est liée à la valeur accordée aux activités de jardinage et d’élevage qui peuvent générer des produits destinés à être vendus (fleurs, légumes, fruits). La troisième s’inscrit dans le prolongement des compétences artisanales acquises dans les ateliers de certains pavillons (menuiserie, électricité, reliure, cordonnerie, etc.). Cette formation professionnelle, encadrée par des enseignants compétents, vise ensuite, d’une part, à faire rémunérer l’activité de ces apprentis et, d’autre part, à vendre des produits confectionnés par les élèves afin d’assurer l’équilibre budgétaire de la Maison. Il s’agissait, enfin, de rendre cette institution moins dépendante des subsides du gouvernement tout en apportant les preuves de l’efficacité de ce modèle auprès de ses mécènes. Limité à 6 heures par jour conformément aux directives du Code de l’enfance et de la Constitution brésilienne, le travail quotidien des mineurs du Pavillon était organisé selon l’emploi du temps suivant:

187h-13h : École Primaire pour les plus jeunes qui n’ont pas encore terminé leurs études ; Travaux extérieurs (vente de journaux, désherbage des rues) et/ou travail d’entretien du pavillon (nettoyage, cuisine) pour les plus âgés.

1913h-15 h : Repos, bain, sports.

  • 9 . L’utilisation de la méthode Lazoursky avait pour but d’observer les activités des garçons dans le (...)

2015h-17h : Ménage, ateliers (jardin, potager, menuiserie, cordonnerie, etc.). Chaque élève choisit les activités les plus conformes à ses compétences et à ses goûts selon la méthode de l’expérimentation naturelle de Lazoursky9.

2117h-19h : Activités libres.

2219h-22h : École Primaire nocturne pour les plus âgés qui ne sont pas encore diplômés. Des « Clubs » (théâtre, musique, littérature), conférences et autres cours de préparation à l’enseignement secondaire ou supérieur pour les autres.

23Cet emploi du temps qui prévoit également des recréations et des excursions ainsi que la réception de visiteurs lors des week-end et des jours fériés pour les résidents qui ne retournent pas dans leur familles (Antipoff, 1992) atteste de la volonté de ses responsables de proposer un parcours scolaire au sein duquel est pensé la formation à un futur métier.

24Des auteurs comme Rafante (2006) considèrent que ces pratiques d’ateliers servent à maintenir le travail des enfants pauvres sous-employés. L’exemple de la Maison du petit marchand de journaux dépasse cette critique en inscrivant son projet éducatif dans un cadre plus large où les enfants sont invités à considérer leurs identités professionnelles en rapport avec les arts (littérature, théâtre, musique). Apprendre le métier de cordonnier est, à certains égards, un prétexte pour que l’enfant ou l’adolescent développe son potentiel artistique et se réalise au travers d’un projet plus global. Autrement dit, apprendre un métier n’était pas pour Antipoff une limite en soit, mais davantage un stimulateur des points forts de l’enfant. Les tâches telles que le nettoyage des chambres ou la cuisine réalisées au sein de l’institution, ne devaient pas être considérées comme humiliantes. Pour Antipoff, elles étaient dignes dans le sens où le travail manuel était une voie importante dans le développement de l’intelligence, convaincue que l’ « on pense (aussi) avec les mains » (Campos, 2001).

  • 10 . Chaque dortoir comportait ce nombre de jeunes enfant ou d’adolescents.
  • 11 . L’année de la fondation de la Société Pestalozzi de Belo Horizonte.

25Ce système de « république de mineurs » tel que le préconisait Antipoff, où les jeunes étaient encouragés à poursuivre leurs études secondaires après l’école primaire, était fondé sur une organisation démocratique qui permettait de constituer des petits groupes de 8 enfants10 sous la direction d’un garçon dont tous lui reconnaissait la capacité de les commander, d’être le leader. Chaque groupe était responsable de l’entretien du dortoir qui devenait une salle d’étude durant le temps scolaire. Ce système, basé sur les principes de l’école active, dépendait de l’émulation entre les groupes. Tous les garçons ayant les mêmes droits et devoirs pouvaient mobiliser leurs tendances naturelles à la construction, à l’harmonie, au lieu de la destruction. Chaque groupe était encouragé à faire de son mieux dans un cadre où l’émulation l’emportait sur la compétition. A cette époque, Antipoff analysait les tendances à l’agression et aux combats entre les enfants, en particulier chez les anormaux et les jeunes à risque social. Elle attribuait ces comportements à des facteurs socioculturels tels que les conflits politiques, les guerres et les révolutions qui avaient lieu au Brésil. Dans une lettre du 7 Septembre 193211 à Edouard Claparède, elle écrit :

« L’instinct combatif est de nouveau mis en jeu. Les enfants jouent à la guerre. Nos anormaux se querellent et se haïssent les uns, les autres plus qu’avant. La querelle et la haine est [sic] énorme chez les enfants lorsqu’on les laisse seuls. Nous expérimentons des méthodes diverses pour voir ce qui peut les christianiser, comme aussi tâchons de comprendre, un à un, les causes de leur asociabilité. Le travail de M. Bovet va nous aider beaucoup, sans doute » (Antipoff à Claparède, Belo Horizonte, 07.09.1932, in Ruchat, 2010, p.164)

26La référence à Bovet concerne le livre que ce dernier avait publié en 1917, relatif à la genèse des instincts combatifs chez l’homme. Dans cet ouvrage après avoir notamment expliqué les causes des actes d’agressions chez les enfants, il suggérait que pour contrôler l'instinct combatif, à l'origine duquel il identifie la nécessité de protéger la progéniture et la femelle par le mâle primitif, il fallait, plus que supprimer, canaliser l’énergie dans des activités socialement acceptables telles que le sport. Il proposait également d’éduquer les enfants sur la base de certains principes moraux (ne pas attaquer les plus faibles, par exemple) et/ou valoriser leurs sentiments spontanés de solidarité. Ces idées ont été diffusées dans des cours d’éducation à la paix promus par le Bureau international d’éducation qui était liée à la Société des Nations dont le but était de promouvoir la coopération internationale en matière d'éducation (Campos, 2010 ; Parrat-Dayan, 2007).

Conclusion

27L’expérience de la Maison du petit marchand de journaux conçu comme un espace d’accueil et de développement de l’autonomie des enfants porte, sans conteste, la marque des expériences préalables d’Helena Antipoff en Union soviétique et à Genève. Ce modèle d’organisation qui encourage la participation des enfants et des jeunes, sous la direction de professionnels compétents, sans privation de liberté, fut une innovation au Brésil dans les années 1930. Sur le plan de l’architecture, il n’y avait pas de barreaux aux fenêtres. Il ne s’agissait, dès lors, plus d’un abri comme cela était alors le cas mais d’un foyer comme en Russie. Helena Antipoff s’inspirait directement du modèle des centres d’accueil russes qui étaient, en théorie, des communautés d’enfants où ces derniers étaient responsables du fonctionnement de l’institution. Ce modèle fut celui proposé à Belo Horizonte à la différence près que leur supervision était assurée par un adulte. L’expérience précédente, observée en Russie, avait montré que pour que l’institution puisse atteindre ses objectifs, les enfants avaient besoin de la présence d’adultes. L’étude du caractère et le diagnostic des capacités de chacun des résidents selon la méthode Lazoursky nécessitaient également des activités de type formel et non formel qu’assurait cette organisation. L’héritage genevois est, enfin présent par la place accordée au dialogue, l’importance donnée à l’observation et à la connaissance de l’enfant, etc. Ces préconisations éducatives et pédagogiques devaient guider l’enseignant afin qu’il inscrive son action dans le prolongement des idées des théoriciens de l’Éducation nouvelle empreintes de psychotropie, d’humanisme et de pacifisme.

28Cette expérience permit aussi à Helena Antipoff d’affirmer sa propre identité au sein de l’école de Genève et du groupe des pionniers de l’Institut Jean-Jacques Rousseau (Hoffstetter, Ratcliff et Schneuwly, 2012). Cet « esprit de Genève » (Ruchat, 2007) était profondément ancré dans le soutien à la cause des enfants et, en particulier les anormaux. La protection des droits des enfants fut l’une des motivations les plus fortes chez Helena Antipoff qui partit en lutte contre toutes les formes d’activités qui les bafouées en terres brésiliennes (Ruchat, 2007 ; Campos, 2012). Comme toute étrangère en pays étranger, elle voulait probablement se sentir utile. Dans l’urgence d’être acceptée dans ce pays où elle avait désormais choisi de vivre (son fils viendra la rejoindre en 1938), elle dénonça les difficultés et l’abandon des enfants qui livraient des journaux pour vivre. L’alternative qu’elle proposa fut pionnière dans ce pays en matière de soins combiné à cette maison où les enfants pouvaient dormir, manger et recevoir l’éducation dont ils avaient besoin. Cette synthèse novatrice en matière d’éducation sociale s’est ensuite répandue sur le sol brésilien. Nul doute que l’influence de l'école de Genève et de la psychologie soviétique constitue, ici, le berceau de cette œuvre dont Helena Antipoff reste encore la figure emblématique.

Haut de page

Bibliographie

Antipoff, D. (1996) Helena Antipoff, sua vida, sua obra. Belo Horizonte/Rio de Janeiro: Editora Itatiaia.

Antipoff, H. (1924) L’expérience russe. L’éducation sociale des enfants. Semaine Littéraire, 32 (1615), 592-594.

Antipoff, H. (1944). Relatório da primeira Diretoria da Sociedade Pestalozzi (1932-1935), apresentado a assembleia geral no dia 17 de março de 1935 pela sua presidente, professora Helena Antipoff. Infância Excepcional (Relatórios da Sociedade Pestalozzi de Belo Horizonte) Ministério da Educação e Saúde. Departamento Nacional da Criança. Rio de Janeiro: Imprensa Nacional.

Antipoff, H. (1992). Coletânea de obras escritas de Helena Antipoff (Vol. 2 – Fundamentos da Educação). Belo Horizonte: Centro de Documentação e Pesquisa Helena Antipoff.

Antipoff, H. (1992a). Coletânea das Obras Escritas de Helena Antipoff (Vol. 3 – Educação do Excepcional). Belo Horizonte: Centro de Documentação e Pesquisa Helena Antipoff.

Associação de Assistência ao Pequeno Jornaleiro (1934). Estatutos. Non publiés.

Byford, A. (2006) Professional cross-dressing: doctors in education in late imperial Russia (1881-1917). The Russian Review 65, 586-616.

Campos, R.H.F. (2001) Helena Antipoff (1892-1974): a synthesis of Swiss and Soviet psychology in the context of Brazilian education. History of Psychology, 4, 133-158.

Campos, R.H.F. (2010) Les psychologues et le mouvement pour l’éducation pour la paix à Génève (1920-1940). In Chapuis, E. ; Pétard, J-P. ; Plas, R. (Orgs.) Les psychologues et les guerres. Paris : L’Harmattan.

Campos, R.H.F. (2012) Helena Antipoff: A quest for democracy and human rights with the help of psychological science. In Pickren, W.; Dewsbury, D.A.; Wertheimer, M. (Eds.) Portraits of Pioneers in Developmental Psychology (pp. 51-65). New York: Psychology Press.

Caroli, D. (1999) L’assistance sociale à la délinquance juvénile dans la Russie soviétique des annés 20. Cahiers du monde russe : Russie, Empire russe, Union soviétique, États indépendants40 (3) 385-414. Disponible à http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/cmr_1252-6576_1999_num_40_3_1008

Carvalho, E. V. de. (2011) Regulamento da assistência e proteção a menores abandonados e delinquentes: a classificação e a educação dos « menores » na legislação mineira de 1927. Anais do VI Congresso Brasileiro de História da Educação: Invenções, Tradições e Escritas da História no Brasil. Vitória, E.S.

Código de menores de 1927, disponible à http://www.planalto.gov.br/ccivil_03/decreto/1910-1929/D17943Aimpressao.htm.

Dekker, J.J.H. (2009) Children at risk in history: a story of expansion. Paedagogica Historica: International Journal of the History of Education, 45:1-2, 17-36.

Hoffstetter, R., Ratcliff, M., Schneuwly, B. (2012) Cent ans de vie. La Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation, héritière de l’Institut Rousseau et de l’ère piagetienne, 1912-2012. Genève : Georg Ed.

 Masolikova, N. (2010) Energetic, educated intellectuals - Brazil is for you: From the letters of psychologist Helena Antipoff. In Proceedings of the Alexander Solzenitcyn Center for the Study of the Russian Diaspora, 2010, 1, 363-384)

Parrat-Dayan, S. (2007) Piaget e as instituições: o Instituto Jean-Jacques Rousseau, o BIE e o Centro Internacional de Epistemologia Genética. InCampos, R.H.F. & Vieira, R.C. (Eds.) Instituições e psicologia no Brasil (pp.63-76). Rio de Janeiro: Nau Editora.

Rafante, H.C. (2006) Helena Antipoff e o ensino na capital mineira: a fazenda do Rosário e a educação pelo trabalho dos meninos « excepcionais » de 1940 a 1948. Dissertação (Mestrado em Educação) Universidade Federal de São Carlos.

Rizzini, I., & Rizzini, I. (2004) A institucionalização de crianças no Brasil. Rio de Janeiro : Ed. PUC-Rio ; São Paulo : Loyola.

Ruchat, M. (2007) Engagement social et esprit de l’Éducation nouvelle : Édouard Claparède, Hélène Antipoff, Marguerite Soubeyran (1929-1940). Les Études sociales 145, 7-18.

Ruchat, M. (Ed.) (2010) Édouard Claparède-Hélène Antipoff – Correspondance (1914-1940). Firenze: Leo Olschiki Editore.

Silva, W. (2007) Por uma história sóciocultural do abandono e da delinquência de menores em Belo Horizonte (1921-1941).  Tese (Doutorado em Educação) Universidade de São Paulo

Haut de page

Notes

1 . Les auteurs remercient l’agence FAPEMIG – Fundação de Amparo à Pesquisa do Estado de Minas Gerais – pour le soutien fourni à la recherche et à la production de l’article, ainsi que les experts de l’article pour leurs relectures et corrections.

2 . Par cette expression, nous entendons les orphelins, les handicapés, les jeunes criminels et les pauvres des rues.

3 . Par « pervers », il faut entendre des vagabonds, des mendiants ou des libertins.

4 . Les auteurs ont préféré garder l’orthographe en usage au Brésil : Helena  

5 . Statuts de l'association pour l’aide aux petits marchands de journaux, 1934, p.1.

6 . Décédé en 1917.

7 . La ville de Saint-Pétersbourg fut renommée « Petrograd » de 1914 à 1924 puis de « Leningrad » de 1924 à 1991.

8 . Promulgué en 1927, ce Code établi des lignes directrices en matière de réglementation du travail des enfants.

9 . L’utilisation de la méthode Lazoursky avait pour but d’observer les activités des garçons dans les ateliers ou dans leurs occupations habituelles, d’une manière systématique, pour identifier leurs qualités dans les domaines du mouvement, des sentiments, de l’imagination, de la perception et mémoire, de la pensée, de la volonté. Les points forts et les ponts faibles pouvaient ainsi être identifiés et travaillés par l’éducateur (Antipoff, 1992a).

10 . Chaque dortoir comportait ce nombre de jeunes enfant ou d’adolescents.

11 . L’année de la fondation de la Société Pestalozzi de Belo Horizonte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Adriana Araújo Pereira Borges et Regina Helena de Freitas Campos, « Entre la Russie, Genève et le Brésil : Helena Antipoff et l’assistance aux adolescents en risque social (1930-1940) », Recherches & éducations, 9 | 2013, 117-127.

Référence électronique

Adriana Araújo Pereira Borges et Regina Helena de Freitas Campos, « Entre la Russie, Genève et le Brésil : Helena Antipoff et l’assistance aux adolescents en risque social (1930-1940) », Recherches & éducations [En ligne], 9 | Octobre 2013, document 7, mis en ligne le 03 octobre 2013, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/1777

Haut de page

Auteurs

Adriana Araújo Pereira Borges

 

Regina Helena de Freitas Campos

Faculdade de Educação da Universidade Federal de Minas Gerais (FAE/UFMG)Centro de Documentação e Pesquisa Helena Antipoff (CDPHA)  

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org