Navigation – Plan du site
Recensions
9

Michel Soëtard (2011).Penser la pédagogie. Une théorie de l’action.L’Harmattan, coll. Pédagogies : crises, mémoires, repères, 117 p.

Xavier Riondet
p. 155-157
Référence(s) :

Michel Soëtard (2011).

Penser la pédagogie. Une théorie de l’action.

L’Harmattan, coll. Pédagogies : crises, mémoires, repères, 117 p.

Texte intégral

  • 1 . Si l’auteur poursuit la réflexion qu’il avait engagée dans les deux premiers chapitres de l’ouvra (...)

1Penser la pédagogie » est un énoncé qui sous-entend deux impératifs : d’une part, il suggère que la pédagogie est une action spécifique et qu’à ce tire il faudrait élucider de quelle nature est cette action ; d’autre part, cet énoncé incite à questionner la manière dont on devient pédagogue (et en particulier comment devenir un bon pédagogue). C’est en philosophe de l’éducation que Michel Soëtard aborde cette question dans l’ouvrage Penser la pédagogie. Une théorie de l’action (2011) en prolongeant à l’occasion ses travaux engagés depuis plusieurs années1.

  • 2 . Pour le pédagogue, s’il importe de former l’élève à l’écriture ou à la lecture (et à bien d’autre (...)

2L’ouvrage Penser la pédagogie est constitué de cinq chapitres. Le premier chapitre traite d’une première recommandation, « connaître le sujet à éduquer ». Il permet de poser une distinction entre la science qui observe et analyse les phénomènes (le « phénoménal ») et la pédagogie qui se prononce sur ce qui doit être (le « nouménal »). Si la science permet de connaître, en suivant un principe de rationalité, la pédagogie vise pour sa part le raisonnable, en travaillant «  à faire accéder à la raison un être qui en est seulement capable, et qui met en œuvre cette capacité en fonction d’éléments qui ne sont pas de l’ordre rationnel » (p. 23). Or, l'un des dangers repose, selon l’auteur, dans l’excès de rationalisation. L’État par exemple se préoccupe fondamentalement de rationalisation. La logique sociale se présentant de manière pragmatique peut consister dans le souhait de « fabriquer un citoyen correct » ou de « fabriquer des lecteurs », et la science peut ainsi rendre possible cette productivité. Mais ce qui importe le pédagogue, nous dit l’auteur, c’est « former l’homme qui lit, l’homme qui écrit, l’homme qui se comporte moralement » (p. 26)2.

3Le deuxième chapitre porte sur la question de la fin de l’éducation. L’auteur y clarifie nombre de termes très utilisés : « liberté », « autonomie ». De la même manière, l’auteur cherche à distinguer « fin », « finalité » et « finalisme ». L’objet de ces clarifications est de bien délimiter le problème philosophique auquel l’éducation doit faire face : « du même, faire de l’autre ». À la différence de l’animal, l’homme, par l’éducation, transmet des valeurs, mais tout en sachant que cette transmission ne pourra éviter une altération éventuelle par laquelle l’autre va transformer, ou peut-être récuser ces mêmes valeurs.

4Le troisième chapitre, « Théorie de l’action pédagogique », place l’action pédagogique entre la science et la philosophie. L’auteur envisage la pédagogie comme « une action en vue de faire advenir l’universel dans le particulier, restant entendu que le porteur de celui-ci reste maître d’adhérer ou non à celui-là, fût-il d’une évidence mathématique » (p. 60). Cette action émergera à partir de deux types de savoirs : scientifique et technique (pour la recherche des moyens) ; philosophique (pour penser a priori les conditions de mise en œuvre en vue de la fin visée).

  • 3 . Plusieurs ouvrages récents de Michel Soëtard ont porté sur la philosophie de Rousseau. Citonsen p (...)

5Dans le quatrième chapitre, l’auteur traite de l’origine historique de la pensée pédagogique. Pour cela, il s’appuie notamment sur Rousseau et Pestalozzi en partant de l’idée que l’Émile3 représente un événement culturel.  Si le premier, par L’Émile, a formulé une véritable « philosophie de l’existence », le second s’est lancé dans une « action réelle ». Pour Soëtard, c’est bien cette contradiction que nous livre l’histoire de la pensée pédagogique qu’il nous faut penser : « […] l’homme, à travers la pédagogie, s’emploie à se construire une humanité tout à la fois ancrée dans la condition et capable de s’en évader pour se vivre en liberté » (p. 88).

6Enfin, dans le cinquième chapitre, l’auteur propose une synthèse des grands principes qui ont émergé dans l’ouvrage. Dans cette cartographie de l’art pédagogique, l’auteur s’attarde en particulier sur deux thématiques que chaque éducateur rencontre dans sa tâche : la violence et la sagesse. Le pédagogue ne peut éluder les questions de lois et de transgressions. D’une part, il ne faut jamais oublier qu’ « il y a déjà un monde d’ordre avant que l’enfant n’aspire à la liberté » ; d’autre part, il ne faut pas oublier de travailler à l’humanisation de la société. En abordant enfin la sagesse, l’auteur conclut en rappelant les devoirs du pédagogue : avoir la sagesse de se mettre à distance du scientisme et du philosophisme.

7En conclusion, l’auteur met en évidence le paradoxe de nos sociétés contemporaines. Si l’éducation est devenue un enjeu pour les nations au point par exemple que l’instruction est reliée à la puissance publique, le système éducatif est néanmoins en pleine crise actuellement : « la crise de la raison scolaire accompagne la crise de la raison moderne » (p. 111). Il n’y aurait pas de retour en arrière possible (« exiger le retour à l’ancien », « restaurer les valeurs perdues ») tant « le règne de l’individu s’affirme quotidiennement avec plus de force » ; « nous sommes entrés dans l’ère de l’infini de la personne et de son désir d’accomplissement » (p. 112). Ainsi, l’éducation est au cœur des difficultés de nos sociétés contemporaines. Alors que faire ? Fonder une « ère nouvelle » à partir d’expérience éducatives telles que l’Éducation nouvelle l’envisageait déjà après la Grande Guerre ? Après « la nostalgie du bon vieux temps » et « l’utopie d’un paradis terrestre de la liberté », c’est à un autre chantier qu’il faut s’atteler selon Soëtard : il faut concevoir et assumer l’action pédagogique. Si le système éducatif est un garant et un régulateur, le pédagogue doit s’atteler à une finalité supérieure qui serait, en termes rousseauistes, « la formation de l’homme de l’homme », c’est-à-dire, un homme par-delà le citoyen utile.

  • 4 . Nous faisons référence plus particulièrement aux travaux de Soëtard dans lesquels il cerne la spé (...)

8L’incontestable mérite de Soëtard est de partir de l’Émile sans en rester à une énumération de poncifs, mais au contraire en l’envisageant comme un « événement ». Cet ouvrage prolonge fidèlement plusieurs des précédents ouvrages de l’auteur4, en réfléchissant de manière sérieuse aux enjeux de l’éducation dans notre contexte contemporain. Le lecteur pourra éventuellement regretter que l’auteur n’ait pas davantage détaillé les singularités des grands pédagogues qu’il mobilise, mais le grand mérite de cet ouvrage est de réfléchir à l’action pédagogique, sans la réduire à une connaissance scientifique ou à de la spéculation philosophique, à une époque où certains mots, « liberté » ou « autonomie », tendent à se vider de leur sens tant ils sont sur-utilisés, ou simplement mal utilisés.

Haut de page

Notes

1 . Si l’auteur poursuit la réflexion qu’il avait engagée dans les deux premiers chapitres de l’ouvrage collectif Quinze pédagogues, leur influence aujourd’hui (1994), à l’ombre de Rousseau et de Pestalozzi, il prolonge également le travail engagé dans Qu’est-ce que la pédagogie ? (2001).

2 . Pour le pédagogue, s’il importe de former l’élève à l’écriture ou à la lecture (et à bien d’autres choses) et de faire en sorte que l’élève devienne un « citoyen correct », il convient cependant de bien saisir qu’en marge de ce qui est utile pour la logique sociale, il faut former l’homme et ainsi réfléchir au sens de l’autonomie en jeu dans l’éducation.

3 . Plusieurs ouvrages récents de Michel Soëtard ont porté sur la philosophie de Rousseau. Citonsen particulierRousseau et l’idée d’éducation.Essai suivi dePestalozzi juge de Jean-Jacques (2012). Par ailleurs, précisons queStard a participé récemment au colloque, L’Emile vu d’aujourd’hui, organisé en 2012 par la SOFPHIED. À cette occasion, il communiqua sur la question de la raison éducative dans l’Emile.

4 . Nous faisons référence plus particulièrement aux travaux de Soëtard dans lesquels il cerne la spécificité de la pédagogie en la distinguant de la philosophie (dans l’ouvrage Qu’est-ce que la pédagogie ?) ainsi qu’aux réflexions régulières de l’auteur sur l’événement que représente la pensée rousseauiste et le sens du parcours (et des réalisations) de Pestalozzi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xavier Riondet, « Michel Soëtard (2011).Penser la pédagogie. Une théorie de l’action.L’Harmattan, coll. Pédagogies : crises, mémoires, repères, 117 p. », Recherches & éducations, 9 | 2013, 155-157.

Référence électronique

Xavier Riondet, « Michel Soëtard (2011).Penser la pédagogie. Une théorie de l’action.L’Harmattan, coll. Pédagogies : crises, mémoires, repères, 117 p. », Recherches & éducations [En ligne], 9 | Octobre 2013, document 9, mis en ligne le 03 octobre 2013, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/1796

Haut de page

Auteur

Xavier Riondet

Laboratoire Inter-universitaire des Sciences de l’Education et de l’Information (LISEC)Équipe Normes et ValeursUniversité de Lorraine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org