Navigation – Plan du site
Recensions
10159

Houssen Zakaria (2012). Que font les maîtres ? Pour un bilan de la rénovation pédagogique à l’école. Paris : La Dispute, 180p.

Julien Netter
Référence(s) :

Houssen Zakaria (2012).

Que font les maîtres ? Pour un bilan de la rénovation pédagogique à l’école.

Paris : La Dispute, 180p.

Texte intégral

  • 1 . Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance au ministère de l’Éducation Nat (...)

1Houssen Zakaria, docteur en sociologie, livre un ouvrage tiré de sa thèse dont le projet consiste à dresser, au travers du prisme de l’éducation prioritaire, un bilan global des pédagogies en vigueur à l’école élémentaire. Ces pédagogies ont selon lui progressivement supplanté des pédagogies « traditionnelles », dans un mouvement de « modernisation » très rapide, entre mille neuf cent soixante-dix et mille neuf cent quatre-vingt dix. L’auteur ne s’interroge pas sur leur valeur intrinsèque, esquivant ainsi à l’avance tout procès idéologique. Il entend plutôt analyser scientifiquement les dispositifs d’enseignement réellement mis en œuvre aujourd’hui dans les classes. Il en dégage ainsi méthodiquement les principales caractéristiques, pour tenter d’expliquer le paradoxe selon lequel des enseignants motivés munis d’une pédagogie rénovée aux objectifs généreux aboutissent à des résultats dont il souligne les limites, pointées par la DEPP1 ou les évaluations internationales. Le cadre méthodologique, d’orientation ethnographique, associe deux types de corpus. Le premier consiste en une série d’observations d’une semaine dans quarante classes différentes à tous les niveaux de l’école élémentaire, avec des enseignants d’ancienneté variées, dans deux Zones d’Éducation Prioritaires (l’une à Paris et l’autre dans la banlieue de Bourges). La seconde partie du corpus est issue des entretiens réalisés avec les enseignants de ces classes visant, selon une démarche proche de celle élaborée par la clinique de l’activité, à leur faire expliciter les raisons de leur action. L’auteur développe son argumentaire en trois temps d’inégale importance, qui lui permettent successivement de décrire les dispositifs d’enseignement, puis de s’interroger sur les raisons du succès de la « rénovation » pédagogique auprès des enseignants, et enfin de poser en conclusion quelques résultats sur les limites de l’efficacité des dispositifs analysés.

2La première partie qui justifie le titre de l’ouvrage se présente comme une déconstruction systématique de la classe suivant trois grilles d’analyse. La préparation des séances, la conduite de la classe, et enfin l’usage de la langue orale permettent de dégager trois vues d’ensemble complémentaires et soigneusement reliées entre elles par l’auteur. Une vision globalement homogène des convictions pédagogiques qui structurent les pratiques des enseignants ressort de ce tableau. Ils apparaissent ainsi négociant planification des apprentissages et souplesse au quotidien, soucieux de se dégager d’un enseignement frontal et livresque en s’écartant des manuels. L’auteur nous les décrit mettant en place des situations si possible ludiques, ancrées dans le vécu social supposé des élèves, ces élèves étant largement perçus selon un point de vue essentialisant comme concrets, peu motivés et difficilement capables d’entrer dans les apprentissages. Les dispositifs d’enseignement sont alors caractérisés par le recours répété à ce que les enseignants appellent « situations problèmes » et par l’importance dévolue à des « phases de découverte » préalables à l’abord de toute notion, avant tout orales et collectives, censées rendre possible l’autonomie des élèves et leur permettre de construire eux-mêmes les savoirs. Le cadrage de ces situations est plus volontiers orienté vers la prise de parole que vers les apprentissages langagiers. Cette première partie essentielle se clôt sur l’exposé de trois critères permettant de distinguer des nuances au sein des pratiques de maîtres qui adhèrent pourtant à un même cadre pédagogique de référence.

3Dans une deuxième partie plus brève, l’auteur se propose de mettre ces constats à distance en interrogeant les raisons du succès de tels choix pédagogiques auprès des enseignants du primaire. S’appuyant sur les résultats de la littérature scientifique et leur adjoignant ceux de son propre corpus, il s’attache en particulier à comprendre comment la modification rapide de la sociologie des enseignants (féminisation, élévation de leur niveau social), la modification des attentes de la société, ou la transformation des écoles normales en IUFM ont constitué un faisceau de facteurs favorisant cette adhésion.

4Enfin, la conclusion permet à l’auteur de souligner plusieurs hiatus manifestes entre les objectifs que les enseignants attribuent aux dispositifs qu’ils déploient et leurs effets observés auprès des élèves. Sont ainsi pointés la volonté et les modes de facilitation des apprentissages ou les différents modes de mobilisation qui détournent souvent les élèves des apprentissages, et la classe de son objectif d’enseignement.

  • 2 . Par exemple Deauviau, J. & Terrail, J.-P. (2005). « Les pratiques d’enseignement ». In Terrail, J (...)
  • 3 . ESCOL : Éducation, Scolarisation. Par exemple Bonnéry, S. (2007). Comprendre l’échec scolaire. Pa (...)
  • 4 . RESEIDA : Recherches sur la socialisation, l’enseignement, les inégalités, les différenciations d (...)

5L’ouvrage d’Houssen Zakaria s’inscrit dans la lignée des travaux de sociologie des inégalités qui analysent les problèmes que les dispositifs contemporains posent en particulier aux élèves de classe populaire, ceux par exemple largement cités de Jérôme Deauviau et Jean-Pierre Terrail2 ou ceux du laboratoire ESCOL3 mais également les travaux plus larges du réseau RESEIDA4. L’intérêt nouveau de cette publication réside sans doute dans le caractère global et synthétique du propos. Car il permet de dresser un tableau d’ensemble de l’enchevêtrement des logiques qui mènent à l’adoption des dispositifs observés, tant à l’échelle macro (modifications sociologiques dans la durée) que méso (prégnance des convictions pédagogiques des enseignants) ou micro (réactions situées à des publics mal connus). En contrepartie, on peut se demander parfois si l’auteur n’a pas tendance à généraliser certaines situations, ce qui découlerait peut-être en partie des contraintes imposées par le choix méthodologique d’un temps d’observation court dans chaque classe. En outre, les données méthodologiques fournies permettent difficilement d’évaluer le caractère généralisable de la recherche à l’ensemble de l’école élémentaire française, dont les élèves et enseignants sont soumis à des contraintes en partie différentes de celles qui sont décrites sur le terrain observé. Cela n’entache cependant pas le caractère solide et convaincant du portrait entrepris, ni la pertinence des questions qu’il pose aux chercheurs en sciences de l’éducation comme aux acteurs de l’école.

Haut de page

Notes

1 . Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance au ministère de l’Éducation Nationale

2 . Par exemple Deauviau, J. & Terrail, J.-P. (2005). « Les pratiques d’enseignement ». In Terrail, J.-P. (dir.) (2005) L’école en France. Crise, pratiques, perspectives. Paris : La Dispute, Terrail, J.-P. (2002). De l’inégalité scolaire. Paris : La Dispute ou Terrail, J.-P. (2009). De l’oralité. Essai sur l’égalité des intelligences. Paris : La Dispute

3 . ESCOL : Éducation, Scolarisation. Par exemple Bonnéry, S. (2007). Comprendre l’échec scolaire. Paris : La Dispute. ou Bautier, E. & Rayou, P. (2009). Les inégalités d’apprentissage. Paris : PUF.

4 . RESEIDA : Recherches sur la socialisation, l’enseignement, les inégalités, les différenciations d’apprentissage. Par exemple Rochex, J.-Y. & Crinon, J. (2011). La construction des inégalités scolaire. Rennes : PUR. ou -bien que l’article ne soit pas cité- Bautier, E. & Goigoux, R. (2004). « Difficultés d’apprentissage, processus de secondarisation et pratiques enseignantes : une hypothèse relationnelle ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Netter, « Houssen Zakaria (2012). Que font les maîtres ? Pour un bilan de la rénovation pédagogique à l’école. Paris : La Dispute, 180p. », Recherches & éducations [En ligne], 9 | Octobre 2013, document 10159, mis en ligne le 03 octobre 2013, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/1802

Haut de page

Auteur

Julien Netter

CIRCEFT ESCOLUniversité Paris 8

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org