Navigation – Plan du site
Recensions
12

Vincent Descombes (2013).Les embarras de l'identité.Gallimard, 282p.

Henri Louis Go
p. 167-169
Référence(s) :

Vincent Descombes (2013).

Les embarras de l'identité.

Gallimard, 282p.

Texte intégral

1On ne présente plus Vincent Descombes, né en 1943, dont l'œuvre en philosophie de l'esprit et philosophie sociale est mondialement connue. Malheureusement, cette œuvre est insuffisamment lue dans le champ des sciences de l'éducation, et c'est regrettable car Descombes aborde dans ses ouvrages certaines questions qui sont essentielles à ce champ, comme par exemple la question de ce que sont les institutions (Les institutions du sens, 1996), des modes d'existence pour l'individu (Le complément du sujet, 2004), de l'éducation morale (Le raisonnement de l'ours, 2007) pour n'en citer que quelques uns. Le dernier livre de Descombes nous intéresse tout particulièrement : Les embarras de l'identité, 2013. Il s'agit d'un livre issu de trois conférences prononcées en novembre 2010 à Vienne, constitué de quatre grands chapitres progressifs suivis d'une bibliographie, d'un appareil de notes, d'un index des noms et d'un index des notions.

2Comme toujours, Descombes cherche à tirer au clair les usages que nous faisons d'un concept avec toutes ses ramifications théoriques. Dans cette enquête, il travaille sur un terme essentiel pour tous ceux qui agissent aujourd'hui dans le champ éducatif : l'identité, « une véritable énigme lexicale : elle désigne tout autant l'objet de contrôles sécuritaires policiers, un retour à la religion des ses parents que, dans un guide touristique, la spécificité en voie de disparition d'un quartier ». Descombes reprend dans ce livre les questions classiques de l'identité (Qu'est-ce ? Qui est-ce ? Qui suis-je ?)en montrant qu'elles consistent à interroger le fait de posséder la vertu d'être soi-même. Or, si l'identité d'une chose c'est d'être ce qu'elle est c'est-à-dire identique à elle-même, cela n'explique rien (Descombes, 2013, p. 25). Sous la question de l'identité se cache la question des relations de l'individu à la société et la question des identités collectives, et « l'histoire du terme « identité » dans ses usages propres aux sciences sociales offre le spectacle d'une grade confusion » (ibid., p. 41). Descombes élabore donc les distinctions logiques à prendre en compte lorsque l'on parle d'identité(s).

3Dans le premier chapitre (ibid., pp. 11-56), Descombes mène une enquête indiciaire minutieuse et passionnante sur les utilisations modernes de la notion d'identité, il en suit la piste depuis ce que l'on pourrait appeler le tournant identitaire américain dans les années 1950 pour analyser le célèbre concept de crise d'identité. Ce qui apparaît dans cette enquête, c'est que tout sujet doit vivre dans des milieux qu'il incorpore « et dans lesquels il s'est formé un système d'attentes et d'habiletés » (ibid.,p. 33). Mais le contenu de cette construction d'identité doit être négocié dans une interaction avec les autres. Descombes soulève alors le problème sémantique de ce qu'il appelle un mode plural d'existence car « il y a des degrés dans le sentiment d'être soi » (ibid., p. 44). Bien sûr, il réfléchit sur ce paradoxe : l'identité peut-elle être multiple ? Et là où n'existe que le multiple, c'est-à-dire dans l'espace des affaires humaines, peut-il y avoir un sens à parler d'identité ? (ibid., p.54).

4Dans le deuxième chapitre (ibid., pp. 57-87), Descombes radicalise la question : « le concept d'identité est-il applicable dans ce monde ? » (ibid., p. 57). Peut-on lui attribuer une signification logique justifiant qu'on l'utilise dans ses applications au monde physique ? Cette question met en jeu le principe philosophique d'individuation : qu'est-ce qui nous permet de juger de l'identité d'un individu ? (ibid., p. 69), et de répondre à la question qui est-ce ? Pour que cette question ait un sens, il faut admettre qu'un individu peut rester lui-même quels que soient les changements qui ont pu affecter les qualités qui le composent au cours du temps. (ibid., p. 71). La question se transforme alors en celle de la définition du critère grammatical d'identité, c'est-à-dire celle du « sens que nous fixons pour l'application du concept d'identité à un terme individuatif, de façon à former une expression du type le même X » (ibid., p. 80).

5Dans le chapitre troisième (ibid., pp. 88-171), Descombes nous entraîne au-delà de la question logique (qui est-ce ?) pour aborder celle de l'identité éprouvée, au singulier (qui suis-je ?) et au pluriel (qui sommes-nous ?). Descombes remarque d'abord que la question identitaire met en jeu les deux conceptions modernes de la subjectivité (c'est-à-dire de la façon d'être conscient de soi), ou bien en tant qu'intériorité, ou bien en tant qu'expressivité. Il étudie les deux solutions (ibid., pp. 99-136) jusqu'à reformuler la question de l'identité en termes pragmatistes : pouvoir répondre à la question Qui suis-je ? c'est devoir répondre à la question Que faire ? : « l'homme moderne donne une réponse qui lui est propre à une question qui se pose à tout homme » (ibid., pp. 136-165). Mais cela suppose une morale du rapport subjectif à soi et un travail de détachement vis-à-vis de la préalable définition de soi comme homme social, pour accéder à une définition de soi comme individu normatif faisant des choix délibérés.

6Dans le quatrième et dernier chapitre (ibid., pp. 172-254), Descombes demande si l'on peut appliquer le concept d'identité élémentaire à des entités collectives (ce qui semble provoquer un embarras de langage), et quelle différence il y aurait alors entre l'identique et l'identitaire. Fidèle à la méthode wittgensteinienne, il commence par examiner les usages ordinaires de ces vocables. Puis il dissipe une illusion logique à propos de la possibilité ou non de s'inscrire dans la représentation d'une identité collective : pour un groupe, cette inscription relève selon Descombes d'une volonté d'être soi (ibid., p. 195). La question des critères de détermination d'une identité collective est alors posée : ou bien comme forme abstraite de la personne morale, ou bien comme forme pratique de la communauté politique. Là encore, le critère d'individuation ouvre sur le choix d'action : qu'est-ce qui fait que nous sommes telle entité collective ? C'est que nous le voulons, et que nous nous efforçons de le faire reconnaître en assumant la conscience laïque d'être une identité collective politique qui entend se gouverner par elle-même. Comment empiriquement et historiquement cela est-il possible ? Descombes trouve la réponse dans Rousseau et dans Hegel : il s'agit de transporter le moi (qui n'a pas de pluriel) dans l'unité commune, et faire que ce moi coïncide à un nous (ibid., pp.219-220).

7C'est ici que l'on s'achemine vers la conclusion très intéressante de l'ouvrage : quel peut être le critère d'identification politique, le critère du transport de chaque moi vers un nous ? Descombes répond en s'appuyant toujours sur Rousseau : c'est l'éducation, veillant à réaliser l'adhésion culturelle de chaque citoyen (en l'inscrivant dans les cœurs) aux institutions politiques du corps social dont il est membre. Mais alors comment faire pour que cette adhésion ne soit pas l'œuvre d'une institution totale ? Cela implique en pratique de segmenter la société politique dans une optique de relativité structurale, en l'inscrivant dans le temps historique et en reconnaissant la fonction de ce que Castoriadis appela le pouvoir instituant ou l'imaginaire instituant.

8Il y a là matière à penser l'action éducative dans ses institutions. L'individualisme démocratique nous a habitués à ce que le système d'enseignement respecte la construction de celui qui n'est plus simplement un écolier ou un élève mais un sujet en construction, en quête d'identité. Le processus d'individuation dans lequel se trouve engagé le jeune sujet doit être soutenu par une action éducative dans laquelle les relations sociales et la coopération sont valorisées. Depuis une vingtaine d'années, on s'efforce de penser ce processus dans l'optique de la « formation à la citoyenneté ». Le livre de Vincent Descombes peut être pour cela une source de réflexion très stimulante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henri Louis Go, « Vincent Descombes (2013).Les embarras de l'identité.Gallimard, 282p. », Recherches & éducations, 9 | 2013, 167-169.

Référence électronique

Henri Louis Go, « Vincent Descombes (2013).Les embarras de l'identité.Gallimard, 282p. », Recherches & éducations [En ligne], 9 | Octobre 2013, document 12, mis en ligne le 04 octobre 2013, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/1806

Haut de page

Auteur

Henri Louis Go

LISEC (EA 2310), équipe Normes et Valeurs, université de Lorraine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org