Navigation – Plan du site
Recensions
16

Gilbert Nicolas (2012). Quand les instituteurs répondaient au ministre, mémoires des maîtres de l’enseignement primaire sous le second Empire. Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 439 p. Eugène F.-X. Gherardi (2012). Être instituteur en Corse sous le Second Empire. Ajaccio : Albiana- Universita di Corsica, 397 p.

Séverine Parayre
p. 253-256

Texte intégral

16

  • 1 . Arrêté du 12 décembre 1860 ouvrant un concours entre les instituteurs publics sur une question de (...)

1Deux ouvrages sont sortis en 2012 (celui de Gilbert Nicolas au 1er trimestre, et celui d’Eugène Gherardi au 4éme trimestre) sur un corpus fort intéressant et déterminant pour toute recherche en histoire de l’éducation au XIXe siècle. Il s’agit de l’enquête bien connue initiée par Gustave Rouland, ministre de l’Instruction publique de 1856 à 1863, qui pour la première fois à la fin de l’année 1860 s’adressa directement aux instituteurs ruraux pour avoir leur avis sur la question suivante : « Quels sont les besoins de l’instruction primaire dans une commune rurale, au triple point de vue de l’école, des élèves et du maître ? »1.

  • 2 . D’après Paul Henri Ernest de Royer (1818-1877), premier vice-président du Sénat, il y aurait à l’ (...)
  • 3 . L’ensemble du corpus est conservé aux archives nationales à Paris (site de Pierrefitte-sur-Seine) (...)

2A l’époque 5940 instituteurs ruraux (soit à peu près 16% du corps des instituteurs publics2) sur tout le territoire (Algérie et Corse comprises) décident de s’engager dans la rédaction de mémoires plus ou moins épais3. C’est une enquête-concours caractérisée par la distribution de récompenses pécuniaires et le 1er prix non négligeable est de 1200 francs, soit l’équivalent de deux années de salaire. A côté des avantages financiers à répondre au ministre, d'autres motivations peuvent exister. En effet pour la première fois, la parole est donnée aux instituteurs du monde rural, leur avis est demandé, prend de l’importance dans la restructuration scolaire en cours, démontrant que le Second Empire durant sa phase libérale, ne se détourne pas de l’instruction populaire, comme le rappelle Eugène Gherardi (p. 15).

3La plupart des écrits des instituteurs s’organisent en trois parties : l’école, les élèves et le maître. Dans la première partie les enseignants insistent en grande partie sur le local scolaire et les améliorations à y apporter. Dans la seconde, de façon variable et inégale, ils s’attardent sur les enseignements, les relations avec les parents, l’éducation des filles, la gratuité, l’absentéisme, le rapport laïcs/congrégations, parfois l’éducation corporelle. La troisième partie concerne la carrière du maître, son traitement et sa retraite qui le préoccupe au premier plan. Ainsi tout chercheur pourra largement y trouver matière à réflexion et découverte, venant accroître les connaissances dans de nombreux domaines de l’histoire de l’éducation. Cet immense corpus se prête parfaitement aux études régionales et au comparatif entre régions.

  • 4 . Gilbert Nicolas a notamment publié Le grand débat de l’école au XIXe siècle. Les instituteurs du (...)

4Chacun des auteurs Gilbert Nicolas et Eugène Gherardi, spécialistes de l’histoire de l’éducation de leur région respective4, a en préambule produit une introduction importante remettant le corpus dans son contexte historique et régional.

  • 5 . Il resterait aux archives nationales une totalité de 4733 mémoires provenant de tout le territoir (...)
  • 6 . 80 mémoires à la cote F17 10759 sont entièrement publiés dans l’ouvrage et 10 mémoires se sont ég (...)
  • 7 . Se référer à la note 11 pour l’ensemble des contributeurs.

5Les deux ouvrages partagent le même objectif d’offrir pour la première fois la publication de l’intégralité ou d’une partie assez conséquente des mémoires des instituteurs, tels qu’ils ont été conservés aux archives nationales5. Ainsi ce sont des extraits pour l’ouvrage de Gilbert Nicolas (60 extraits sur les 288 mémoires de 7 départements de l’Académie de Rennes, Côtes-du-Nord, Finistère, Ille-et-Vilaine, Loire-Inférieure, Maine-et-Loire, Mayenne, Morbihan) et la presque totalité des mémoires6 corses pour l’ouvrage d’Eugène Gherardi, soit 80 mémoires classés par ordre alphabétique des communes. Pour les deux ouvrages nous soulignons l’important travail de retranscription du corpus, qui se trouve conservé sous forme de microfilms ou de documents manuscrits aux archives nationales. Ainsi grâce à Gilbert Nicolas et Eugène Gherardi et ses collègues corses7, nous disposons d’une partie conséquente des mémoires de l’époque.

  • 8 . Nord : F17 10776 ; Pas-de-Calais : F17 10774 (bobine 4) et F17 10777 ; Haut-Rhin et Bas-Rhin: F17 (...)
  • 9 . Parmi les plus importants mémoires se trouvent celui du directeur Hatt (94 pages) de l’école prim (...)
  • 10 . François Jacquet-Francillon, Instituteurs avant la République, La profession d’instituteur et ses (...)

6Les mémoires corses sont de plus petite taille que dans d’autres régions, le plus long faisant maximum 15 pages. Le temps laissé à l’ensemble de la profession pour répondre s’écoula du 15 décembre 1860 au 3 février 1861. Il ne semble pas que les enseignants corses aient subi de pression des inspecteurs d’académie pour répondre en plus grand nombre, comme ce fut le cas pour l’académie de Rennes (souligné par Gilbert Nicolas, p. 12). Certains autres départements, tels que le Nord (190 mémoires) et le Pas-de-Calais (264 mémoires) ont une participation plus importante en nombre de maîtres (plus de maîtres pour le Nord et le Pas-de-Calais que dans les quatre départements de Bretagne Côtes-du-Nord, Finistère, Ille-et-Vilaine et Morbihan), d’autres tels que le Haut-Rhin (62 mémoires) et Bas-Rhin (77 mémoires)8 surprennent par leur participation plus importante en nombre de pages (c’est 45% de plus pour l’Alsace, précise Gilbert Nicolas, p. 33 ; certains mémoires faisant jusque 94 pages pour le Haut-Rhin et 82 pages pour le Bas-Rhin, précisé par nous9). Il serait donc fort intéressant, à l’exemple de François Jacquet-Francillon10, de poursuivre une étude comparative des départements et peut-être aux historiens de l’éducation de différents départements et spécialistes de leur histoire régionale de travailler ensemble.

7La méthode d’analyse plus détaillée du corpus quant à elle diffère dans les deux ouvrages.

8Gilbert Nicolas a choisi une entrée par génération d’instituteur, selon qu’ils ont été formés sous la Restauration (1814-1830), au moment de la période de Guizot (1833) ou de Falloux (1850-1851). Les plus âgés, donc la première génération, celle de la Restauration, représentent 19,3% du corpus étudié par Gilbert Nicolas et sont aussi ceux ayant écrit les mémoires les plus courts. On notera l’excellent travail de recherche effectué sur les biographies des enseignants publiée à chaque début de mémoire et qui ont nécessité de se référer aux archives départementales, certains renseignements n’étant pas contenu dans les mémoires.

  • 11 . On retrouve les contributions de Vanessa Alberti, Jean-Marie Comiti, Alain di Meglio, Bruno Garni (...)

9Pour nos collègues corses, c’est une analyse par thématiques principales des mémoires qui a été privilégiée. Ainsi six collègues de l’Universita di Corsica Pasquale Paoli11, ont participé au dépouillement du corpus et ont donné leurs contributions d’analyse sur la pauvreté des écoles, les locaux et le traitement des instituteurs, l’absentéisme, l’éducation des filles, les programmes et contenus, l’enseignement du français, la place de la religion et la gymnastique.

10Chacun des auteurs nous donne matière à réflexion sur l’histoire de l’éducation et nous pensons qu’une analyse combinée par thématique et génération d’instituteurs serait tout à fait enrichissante, car selon que les enseignants proviennent de l’époque de la Restauration, de celle de Guizot, ou de Falloux, la formation enseignante a subi des modifications et les préoccupations d’éducation peuvent s’avérer différentes.

11Dans les deux ouvrages nous retrouvons des constantes dans les problèmes exposés par les instituteurs. Ainsi les plaintes des enseignants se placent en priorité sur l’état des locaux scolaires désastreux et en conséquence des conditions pédagogiques plus que médiocres. Les difficultés d’apprentissage du français apparaissent d’un côté comme de l’autre. Les difficultés de scolarisation dues à l’absentéisme sont fréquemment évoquées, ainsi que l’incompétence, l’ignorance, le manque de suivi des parents. La gymnastique, dont l’obligation scolaire ne sera décrétée qu’en 1880, ne requiert guère l’attention ni des corses, ni des enseignants de l’académie de Rennes. Alors que l’enseignement agricole fait davantage d’émules, même s’il est encore facultatif.

12Là aussi nous pensons qu’une analyse des thématiques comparative entre département serait pertinente, par exemple pourrions-nous penser que la gymnastique fera l’objet de plus de préoccupations parmi les instituteurs lorrains ou alsaciens, plus influencés par leurs collègues germaniques ou même peut-être plus sensibilisés à l’éducation corporelle ? De même pourrions-nous y voir encore nombre de variations dans les départements du Nord-Est plus alphabétisés que le Sud-Ouest ? Ce ne sont que quelques questions qui prouvent combien le corpus peut encore nous révéler des surprises.

13Pour conclure, nous précisons que les deux ouvrages sont incontournables en histoire de l’éducation d’une part pour les données brutes qu’ils fournissent (la publication des mémoires) et d’autre part pour les analyses régionales que chacun apporte.

14Initiant cette nouvelle accessibilité publique des mémoires (laissés jusqu’à présent dans les cartons des archives), gageons qu’ils pourront inspirer nombre de chercheurs dans l’étude d’autres régions inexploitées dans leur intégralité à ce jour.

Haut de page

Notes

1 . Arrêté du 12 décembre 1860 ouvrant un concours entre les instituteurs publics sur une question de pédagogie.

2 . D’après Paul Henri Ernest de Royer (1818-1877), premier vice-président du Sénat, il y aurait à l’époque 36 773 instituteurs publics, cf. Gilbert Nicolas, p 7.

3 . L’ensemble du corpus est conservé aux archives nationales à Paris (site de Pierrefitte-sur-Seine), cf. A.N. F17 10758-10798 : concours ouvert aux instituteurs 1861.

4 . Gilbert Nicolas a notamment publié Le grand débat de l’école au XIXe siècle. Les instituteurs du Second Empire, Paris, Belin, coll. histoire de l’éducation, 2004. Eugène Gherardi a notamment publié Les Lucciardi une famille corse de poètes et d’instituteurs, Ajaccio, Albiana, coll. Bibliothèque d’histoire de la Corse, 2010.

5 . Il resterait aux archives nationales une totalité de 4733 mémoires provenant de tout le territoire, car 1207 mémoires qui subirent la première sélection par les inspecteurs primaire et d’académie, ont disparu. La liste des 172 mémoires sélectionnés au final a été publiée dans le Journal des instituteurs n° 38 du 22 septembre 1861.

6 . 80 mémoires à la cote F17 10759 sont entièrement publiés dans l’ouvrage et 10 mémoires se sont égarés dans la cote  F17 10758, ce qui porte les mémoires corses à 90 au total.

7 . Se référer à la note 11 pour l’ensemble des contributeurs.

8 . Nord : F17 10776 ; Pas-de-Calais : F17 10774 (bobine 4) et F17 10777 ; Haut-Rhin et Bas-Rhin: F17 10794.

9 . Parmi les plus importants mémoires se trouvent celui du directeur Hatt (94 pages) de l’école primaire supérieure publique de Munster (arrondissement de Colmar, Haut-Rhin) et celui de l’instituteur Sorgins Michel (82 pages) de l’école à Eckwersheim (arrondissement de Strasbourg, Bas-Rhin).

10 . François Jacquet-Francillon, Instituteurs avant la République, La profession d’instituteur et ses représentations de la monarchie de Juillet au Second Empire, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 1999.

11 . On retrouve les contributions de Vanessa Alberti, Jean-Marie Comiti, Alain di Meglio, Bruno Garnier, Didier Rey et Dominique Verdoni.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Séverine Parayre, « Gilbert Nicolas (2012). Quand les instituteurs répondaient au ministre, mémoires des maîtres de l’enseignement primaire sous le second Empire. Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 439 p. Eugène F.-X. Gherardi (2012). Être instituteur en Corse sous le Second Empire. Ajaccio : Albiana- Universita di Corsica, 397 p. », Recherches & éducations, 10 | 2014, 253-256.

Référence électronique

Séverine Parayre, « Gilbert Nicolas (2012). Quand les instituteurs répondaient au ministre, mémoires des maîtres de l’enseignement primaire sous le second Empire. Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 439 p. Eugène F.-X. Gherardi (2012). Être instituteur en Corse sous le Second Empire. Ajaccio : Albiana- Universita di Corsica, 397 p. », Recherches & éducations [En ligne], 10 | mars 2014, document 16, mis en ligne le 31 mai 2014, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/1975

Haut de page

Auteur

Séverine Parayre

Université Catholique de ParisChercheure associée laboratoire ACTé Clermont-Ferrand

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org