Navigation – Plan du site
Recensions
17

Patrick Berche (2013) Le savoir vagabond. Histoire de l’enseignement de la médecine. Paris : Docis, 2013, 415 p., 30 ill.

Alexandre Klein
p. 257-260

Texte intégral

17

1Poursuivant la longue tradition des médecins se consacrant, en seconde carrière, à l’histoire de leur discipline, le Pr. Patrick Berche, chef du service de microbiologie à l’hôpital Necker-Enfants malades et actuel doyen de la faculté de médecine de Paris-Descartes, nous propose dans Le savoir vagabond de retracer l’histoire de l’enseignement de la médecine.

2Prenant pour point de départ, dans un premier chapitre, la réforme engagée en 1958 par Robert Debré pour réunir la recherche universitaire, la pratique clinique et l’enseignement au sein des Centres Hospitaliers Universitaires, il s’attache à en dévoiler les racines, et ainsi à en interroger les enjeux, au moyen d’une enquête historique sur les lieux emblématiques où s’est transmis, conservé et/ou développé le savoir médical depuis l’Antiquité.

3Suivant un découpage commun de l’histoire de la médecine, l’auteur décrit, dans les dix chapitres qui suivent, le vagabondage qu’a connu le savoir médical, en commençant par les médecins hippocratiques qui l’ont sécularisé, mis à l’écrit, et inscrit dans une perspective éthique. L’École d’Alexandrie puis le médecin romain Claude Galien de Pergame, en favorisant l’étude anatomique et en redoublant l’apprentissage clinique d’une formation théorique livresque, marquent une seconde étape essentielle. Le quatrième chapitre revient ensuite sur l’exil de ce savoir médical antique vers la terre d’Islam, son installation dans l’école perse de Gundishapur au cours des VIe et VIIe siècles après notre ère, puis sa conservation et son développement par les médecins arabes, puis arabo-andalous du IXe au XIIIe siècles. En Occident, seule l’école de Salerne, fondée au IXe siècle, semble résister au sommeil millénaire qui s’est imposé avec l’Église : sa grande bibliothèque, son hôpital et ses enseignements menant à un diplôme préfigurent les universités modernes. Il faut en effet attendre le XIIIe siècle pour que naisse, à Bologne, puis à Paris et Montpellier, un espace d’enseignement libre et indépendant où la formation médicale va s’institutionnaliser progressivement, notamment par l’attribution de diplômes obtenus suite à des examens codifiés. Mais, comme le précise le septième chapitre, c’est à l’université de Padoue en Italie que le savoir médical connaîtra finalement son évolution majeure depuis l’Antiquité, grâce d’une part aux découvertes anatomiques et botaniques qui y sont réalisées et d’autre part à la création de la première école d’enseignement clinique moderne qui concrétise la rupture avec l’enseignement antique majoritairement livresque et s’impose comme un modèle pour les autres pays européens jusqu’au XVIIIe siècle. Il faut dire qu’à la veille de la Révolution, ainsi que le précise la chapitre suivant, la France est encore empêtrée dans un enseignement scholastique essentiellement fondé sur les commentaires des textes anciens et peu harmonisé, malgré l’édit de Marly de 1717 qui codifia le contenu des examens. Partout ailleurs en Europe - c’est l’objet du chapitre neuf -, l’enseignement clinique est pourtant devenu la norme. Il faudra finalement attendre la Révolution pour que la France sorte de sa situation peu enviable : l’abrogation de toutes les facultés, puis la refondation complète de l’enseignement autour de la clinique et de l’anatomie pathologique assure alors au Paris des premières années du XIXe siècle une renommée sans pareil. Mais dès 1850, cette orientation clinique, qui favorise une réticence à l’égard des sciences naturelles et biologiques alors en plein essor, conduit les écoles de santé à ignorer la recherche au profit de la formation pratique. C’est ce qui entrainera la médecine française vers sa propre décadence, au cours de la première moitié du XXe siècle, nécessitant alors une réforme profonde qui interviendra en 1958.

4Pour compléter cet historique et interroger le modèle français fondé sur la réforme Debré, l’auteur se propose ensuite d’explorer d’autres modèles d’enseignements médicaux modernes. Il explicite ainsi le modèle allemand fondé par W. von Humboldt pour favoriser la recherche scientifique universitaire, puis le modèle anglais plus utilitariste qui conduit à une diversité de point d’entrée dans le cursus et des formations pré-médicales dès 13 ou 14 ans. Il s’attarde ensuite sur le modèle américain, réclamé par le rapport Flexner et que concrétise l’université John Hopkins, se résumant à une école de médecine affiliée à l’université et rattachée à un hôpital où des enseignants à plein-temps sont des chercheurs libres et soutenus par leur administration.

5Dans un dernier chapitre, Berche propose finalement des pistes pour une nouvelle réforme de l’enseignement médical français digne de celle de 1958 et qui permettrait renouveler le cursus à l’aune des principes d’excellence mis en évidence par son enquête historique (importance de l’enseignement clinique hospitalier, de la recherche et de la formation scientifique universitaire et d’un cursus multidisciplinaire).

6Ainsi, l’étude que nous propose le doyen Patrick Berche s’inscrit dans une volonté de renouveau et d’originalité. Tout d’abord par sa thématique : l’histoire de l’enseignement de la médecine n’a fait l’objet, en France, d’aucune monographie qui lui soit entièrement consacrée, bien que cette perspective soit particulièrement pertinente pour analyser la genèse de la discipline médicale. Ensuite, par sa forme : pour aborder sa thématique, l’auteur opte pour le suivi d’une problématique spécifique, redoublant ainsi son panorama sur l’histoire de la médecine par des analyses complémentaires géographiquement localisées, ce qui lui permet de rendre compte de la multiplicité des traditions au sein d’un savoir médical occidental pourtant unifié dans ses normes et ses contenus. Enfin par son approche : si on ne s’étonne pas qu’en médecin Berche adopte une perspective historiographique récurentielle, étudiant la rationalité médicale victorieuse par une démarche majoritairement hagiographique, on apprécie le fait qu’il complète cette approche traditionnelle par une perspective contextuelle large. Sans se limiter à une histoire érudite des textes médicaux, Berche réintègre les évolutions du savoir médical dans le contexte au sein duquel il a pris forme, en détaillant les conditions politiques, économiques et socioculturelles de son émergence. Ces trois sources d’originalité, auxquelles s’ajoutent une plume facile et agréable, une bibliographie sérieuse ainsi qu’un appareil de notes conséquent, dessinent un ouvrage accessible, agréable à lire et qui pourrait combler un vaste lectorat, s’il ne manquait finalement pas son but.

7Si globalement on retrouve bien l’histoire du vagabondage du savoir médical dans les pages de ce volume, on peine malheureusement à y voir un véritable traité d’histoire de l’enseignement médical. Sous couvert d’une histoire de l’enseignement médical, l’auteur propose en fait une synthèse de travaux historiques retraçant une histoire générale de la rationalité médicale assez classique. Le thème des études médicales, qui sert à l’écriture de cette histoire assez peu originale, semble simplement être justifié par la volonté de l’auteur d’affirmer ses propositions de réformes du cursus médical français. De même, l’originalité de la construction de l’ouvrage reflète finalement un manque de problématique suivie. Le projet, qui semble prendre forme à la fin de l’ouvrage, d’une enquête historique permettant d’interroger la pertinence de la réforme de 1958 et de justifier des propositions de renouvellement du cursus actuel n’est en fait jamais réalisé. En l’absence de fil rouge explicitement tenu, l’impression persistante du lecteur est celle d’une désorganisation du propos. Les fondements de la réforme de 1958 ne sont jamais étudiés pour eux-mêmes, tandis que les conclusions de l’étude historique et géographique ne sont ni explicitées, ni utilisées pour justifier les pistes de réforme futures. Ainsi, loin d’offrir à proprement parler l’histoire de l’enseignement de la médecine annoncée en sous-titre, l’ouvrage de Berche se contente de proposer une histoire connue des grandes étapes du savoir médical abordée du point de vue de la question de l’enseignement. C’est en tout cas le principe d’écriture des chapitres. Ainsi, à plusieurs reprises, on ne peut que regretter que le fond du problème abordé soit éludé ou seulement esquissé, l’enseignement ne faisant dans certains chapitres l’objet que d’une ou deux pages seulement sur vingt. Berche se laisse en fait prendre au piège de sa propre approche socioculturelle : noyée dans des considérations générales d’histoire culturelle, l’analyse de la transmission du savoir médical passe bien souvent à la trappe, notamment dans les premiers chapitres.

  • 1 . Trois erreurs notables sont à relever, la première est une mauvaise orthographe (Vicq D’Azir) du (...)

8Finalement, bien qu’il soit sans surprises, ni apports fondamentaux pour l’historien, se contentant de compiler des éléments bien connus, et parfois plus mythiques qu’historiques, concernant l’évolution du savoir médical et de sa transmission, l’ouvrage de Patrick Berche présente néanmoins une synthèse claire, accessible, bien écrite, et majoritairement exacte1 des périples du savoir médical et de sa transmission. Et, parce qu’il raconte une histoire, plus qu’il ne fait de l’histoire, cet ouvrage, devrait tout à la fois passionner un vaste public et inviter les spécialistes, historiens de la médecine ou de l’éducation, à s’emparer de ce champ de recherche en jachère qu’est l’histoire de l’enseignement médical.

Haut de page

Notes

1 . Trois erreurs notables sont à relever, la première est une mauvaise orthographe (Vicq D’Azir) du nom de Félix Vicq d’Azyr qui persiste tout au long de l’ouvrage (notamment p. 203-204 ; p. 238-240 ; p. 245), la seconde une mauvaise orthographe de W. von Humboldt (p. 273-277), et la troisième est une citation (p. 46 et 364) inexacte du premier aphorisme d’Hippocrate (il débute par « la vie est vraie » au lieu de « la vie est courte »).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Klein, « Patrick Berche (2013) Le savoir vagabond. Histoire de l’enseignement de la médecine. Paris : Docis, 2013, 415 p., 30 ill. », Recherches & éducations, 10 | 2014, 257-260.

Référence électronique

Alexandre Klein, « Patrick Berche (2013) Le savoir vagabond. Histoire de l’enseignement de la médecine. Paris : Docis, 2013, 415 p., 30 ill. », Recherches & éducations [En ligne], 10 | mars 2014, document 17, mis en ligne le 31 mai 2014, consulté le 28 juin 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/1976

Haut de page

Auteur

Alexandre Klein

Université d’Ottawa

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org