Navigation – Plan du site
Recensions
19

John Dewey (2013). Expérience et Nature. Paris : Gallimard, 478 pages.

Pierre Gégout
p. 267-268

Texte intégral

19

1Publié en 1925, il aura fallu attendre près d’un siècle pour que paraisse une édition française d’Expérience et Nature. C’est pourtant l’une des œuvres majeure du philosophe et pédagogue américain John Dewey (1859-1952). Majeure parce que le cœur de l’ouvrage traite du concept clé de la pensée de cet auteur : l’expérience.

2L’expérience est, selon Dewey, le seul moyen dont l’homme dispose pour interagir et comprendre le monde. Elle est autant au principe de la connaissance ordinaire que de la connaissance scientifique. Mais parce qu’il est « naturel », inné, ce rapport a tendance à être oublié et les catégories, les classements qu’il produit sont alors conçus comme des préalables à l’expérience et non comme ses résultats. Dès lors, ces distinctions finissent par paralyser la pensée au lieu de la développer.

3Composé de dix chapitres, Expérience et Nature montre en quoi des objets habituellement distincts entrent tous en rapport avec l’expérience.

4Dès le premier chapitre, Dewey rappelle que l’expérience est à l’origine de la méthode scientifique et que c’est à la philosophie que l’on doit l’oubli de ce fait : en partant des produits des expériences et non en les menant, la philosophie perd de vue la genèse véritable de nos connaissances. C’est parce que les catégories sont fixes, les repères rassurants et utiles à la vie ordinaire qu’il peut être tentant d’oublier l’évolution permanente du monde et l’expérience au profit de ses seuls résultats. De même, concevoir la Nature comme portant en elle certaines fins, c’est imaginer qu’il existe une finalité dernière, un but ultime à l’expérience. Cette tentation de la fixité apaisante mais mortelle pour la recherche de la vérité est au cœur du second et du troisième chapitre. Le quatrième chapitre revient d’ailleurs sur la longue émancipation des sciences de la scolastique pour qui expérience et connaissance véritable étaient incompatibles.

5Le cinquième chapitre dévoile l’aspect social de l’expérience en montrant combien celle-ci ne fonctionne que si la communication et le partage des significations entre les hommes est possible. Dewey souligne alors à quel point le langage, pour les besoins de la communication, suppose une certaine fixité qui ne doit pas tromper : ce n’est pas parce que le langage (y compris scientifique) fige et identifie des « essences » que celles-ci sont « données » ; elles sont sociales parce que construites socialement.

6Mais l’expérience permet également de revenir sur des dichotomies classiques de la philosophie comme celles du sujet et de la société ou de l’esprit et du corps. C’est ce que l’on peut voir dans les sixième, septième et huitième chapitres. Dans le premier, Dewey propose une définition de l’individu et de la société qui refuse autant la radicale autonomie de l’un par rapport à l’autre qu’une stricte détermination ou réduction de l’un à l’autre. Son caractère à la fois privé et social fait de l’expérience un facteur déterminant tout autant la singularité du sujet et ses liens avec son milieu social. Dewey esquisse, dans les deux chapitres suivants une théorie de l’esprit de type émergentiste qui rétablit la continuité entre le matériau de la vie et la spiritualité du sujet. Dans cette théorie, la conscience est le produit de la complexité croissante des interactions entre l'organisme et son milieu, donc de l’expérience, sans pour autant s'y réduire.

7Le neuvième chapitre s’attaque ensuite à la distinction toujours vivace aujourd’hui entre sciences et arts. Pour Dewey la science dérive de l’art (au sens d’artisanal et d’artistique) parce que les techniques, les outils, les méthodes des sciences dérivent des techniques, outils et méthodes des artisans et des artistes pour résoudre des problèmes pratiques. De plus, toute théorie scientifique peut être envisagée comme une œuvre c’est-à-dire comme une création dont l’objectif est d’accroître notre compréhension et notre pouvoir sur le monde.

8Le dernier chapitre est consacré à une contestation vigoureuse de la distinction radicale entre la connaissance et la croyance, et le fait que la valeur ne serait pas affaire de connaissance. Selon Dewey, une telle position conduit à amputer l’expérience de champs d’investigations pourtant essentiels (morale, esthétique…).

9C’est donc sur un appel à ne pas restreindre l’expérience que se termine Expérience et Nature. La raison en est simple : l’expérience humaine est ce qui fait l’homme ; vouloir la brider, c’est vouloir brider les potentialités humaines elles-mêmes.

10Avec Reconstruction en Philosophie (1920/2003), Human Nature and Conduct (1922) et, plus tard, Logique : la théorie de l’enquête (1938/1993), Expérience et Nature marque un déplacement des problématiques deweyennes du champ de la philosophie de l’éducation et de la pédagogie vers celui de l’épistémologie.

11A notre sens, quoique les questions éducatives ne soient pas traitées dans l’ouvrage, il y au moins deux bénéfices pédagogiques à en tirer. Le premier est relatif à la compréhension de la pédagogie de John Dewey en tant que celle-ci est largement fondée sur le concept d’expérience. Le second est plus pédagogique. La contestation deweyenne des dualismes fonctionne comme un puissant outil de remise en cause des dualismes éducatifs (sujet/objet, connaissance/savoir, savoir scientifique/savoir ordinaire, manuel/intellectuel…). L’expérience est donc un instrument incontournable à tout éducateur désireux de réformer réellement sa pratique.

  • 1 . Quoique déjà émises et diffusées durant tout le XXe siècle, ces idées restent « nouvelles » au re (...)
  • 2 . En tant que construisant un rapport au monde et à la connaissance fort différent (sinon opposé) d (...)

12Expérience et Nature n'est ni un manuel ni même un livre de philosophie de l'éducation. Mais il constitue le terreau fertile pour la croissance d'idées pédagogiques et didactiques « nouvelles1» voir « subversives2». Il fournit un arrière-plan théorique solide et efficace à toute production pédagogique novatrice.

13Expérience et Nature est un livre exigeant parce que son objectif est le renversement des manières habituelles de penser les problèmes philosophiques, éthiques, épistémologiques, logiques donc pédagogiques. Pour un lecteur peu habitué à la philosophie ou la pensée de Dewey, nous n'hésiterons pas à dire qu'il s'agit d'un livre difficile et nous lui recommanderons de commencer par Reconstruction en philosophe, ouvrage dont la teneur fait échos à Expérience et Nature. Pour les autres, nous ne saurions trop indiquer cet ouvrage que l'on peut qualifier de majeur.

Haut de page

Notes

1 . Quoique déjà émises et diffusées durant tout le XXe siècle, ces idées restent « nouvelles » au regard de la pratique scolaire effective.

2 . En tant que construisant un rapport au monde et à la connaissance fort différent (sinon opposé) de celui construit par l'école d'aujourd'hui.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Gégout, « John Dewey (2013). Expérience et Nature. Paris : Gallimard, 478 pages. », Recherches & éducations, 10 | 2014, 267-268.

Référence électronique

Pierre Gégout, « John Dewey (2013). Expérience et Nature. Paris : Gallimard, 478 pages. », Recherches & éducations [En ligne], 10 | mars 2014, document 19, mis en ligne le 31 mai 2014, consulté le 17 août 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/1978

Haut de page

Auteur

Pierre Gégout

Université de LorraineLISEC EA 2310, équipe Normes et Valeurs

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org