Navigation – Plan du site
Recensions
20

Cécile Duvignac-Croisé (2012). L’école de la banlieue. L’enseignement féminin dans l’Est parisien 1880-1960. Rennes, Presses universitaires, 359 p.

Jacques Girault
p. 271-274

Texte intégral

1Préfacée par sa directrice Florence Bourillon, professeur à l’Université de Paris Est, cette thèse constitue le premier travail universitaire de doctorat d’Histoire sur l’enseignement en banlieue parisienne. Il ne s’agit que d’une partie du territoire. L’auteur parle souvent de Sud-Est dans son développement, et non de l’Est parisien comme l’indique le titre du livre. L’étude porte essentiellement sur l’actuel Val-de-Marne, avec quelques prolongements dans des départements voisins. Et c’est bien suffisant ! N’est traitée qu’une partie de l’enseignement et des enseignés, les filles et femmes. L’auteur délaisse, comme sources, la presse syndicale – et plus largement les syndicats évoqués avant 1945 seulement pour les enseignants pendant la Seconde Guerre mondiale - et sans doute les publications pédagogiques, la « presse idéologique », communiste et socialiste « pourtant très prolixe » (p. 21), selon le jugement de l’auteur, et ajoutons fort riche sur la vie des communes. L’auteur se contente du contenu de l’ouvrage La République des instituteurs, alors que les réponses des institutrices à l’enquête menée par Jacques Ozouf étaient accessibles. Elle utilise peu les monographies communales de 1901 conservées dans le Val-de-Marne alors qu’elles ont été composées dans toutes les communes de banlieue et furent rédigées essentiellement par les instituteurs locaux avec des instructions très précises pour traiter des situations scolaires.

2Ces limites ne doivent pas constituer un motif de rejet de la recherche. Au contraire, car la maîtrise avec laquelle le sujet est traité en fait un modèle pour d’autres travaux sur l’enseignement en banlieue dans son rapport avec le développement de celle-ci. Pour chaque étape, l’auteur, dans une introduction, aborde la question comme si elle étudiait l’ensemble de la banlieue, pour mieux comprendre les données de l’espace choisi et conclure en soulignant les acquis. L’ampleur de la documentation, le souci comparatif, le désir d’analyser les composantes de cette pluralité des situations et de leurs évolutions montrent que choisir l’approche du seul volet sexué ne constitue pas une fausse route pouvant réduire la situation générale d’autant que l’accent est mis sur les conditions de vie des populations concernées. Voulant s’inscrire dans le courant très productif de l’histoire des femmes, l’auteur apporte aussi beaucoup sur les luttes laïques des Républicains contre l’enseignement congréganiste en examinant une partie de la banlieue parisienne, territoire en construction.

3Le plan chronologique choisi met en place dans la fin du XIXe siècle les choix politiques républicains et anticléricaux des décideurs, qu’ils soient administrateurs ou édiles. La qualité des enseignantes formées dans les écoles normales varie selon les difficultés rencontrées par celles-ci et résultent parfois des désavantages des enseignantes de banlieue par rapport au personnel parisien. Enseigner aux filles en banlieue et non à Paris, où parfois les meilleures sont aspirées par d’autres établissements (Paris ou privés), enseigner à des non-citoyennes, constitue un handicap qui s’atténue progressivement. Au début du XXe siècle, l’expansion des structures d’enseignement fait apparaître les premières spécificités de choix différenciés (quelle école pour les filles ?, quelles matières enseignées, la couture, la cuisine, l’entretien domestique) pour répondre aux caractères construits pour le genre féminin. Par la suite, des années 1920 aux années 1950, la diversification des établissements d’enseignement prépare ce qui devient « l’explosion scolaire » ; un enseignement de masse, dans la décennie suivante, avec ici un effet de rattrapage du retard de la scolarisation des filles dont le développement est mis en rapport avec la dynamique spécifique des tissus socio-économiques et démocratiques. Le phénomène touche surtout l’enseignement des filles en banlieue où pourtant de fortes inégalités scolaires demeurent.

4Reste à situer pendant cette période les liens avec les courants qui traversent les modifications de la société banlieusarde. D’emblée la part accordée aux mouvements féminins chrétiens appartenant au catholicisme social, pris en compte à juste titre, nous paraît surévaluée à la différence de la place de l’enseignement confessionnel, surtout à la fin du XIXe siècle. Perdure le rapport établi avec les besoins des milieux sociaux plus favorisés et le maintien de ces établissements. Le comportement très laïque des institutrices, des directrices d’écoles notamment est redevable des mouvements féministes de l’entre-deux-guerres, selon l’auteur, qu’il s’agisse du projet d’école des mères de Florence Halévy ou du réseau féministe « modéré », d’inspiration protestante animé par Marguerite Beaudouin, influençant surtout les couches aisées de la population banlieusarde. On pourrait y ajouter d’autres inspirations aussi essentielles, la galaxie laïque - que l’auteur évoque trop rapidement, à l’exception des associations de parents d’élèves - se construit et se renforce dans cette période, phénomène aux multiples causes et conséquences sur l’école.

5La dynamique de la scolarisation féminine apparaît différente selon l’éloignement de Paris et la composition sociale des communes. Toujours les structures de l’enseignement masculin apparaissent en avance, mais il faut y regarder de plus près. L’offre scolaire féminine de diversifie et s’élargit à partir de la fin de la Première Guerre mondiale. Par exemple la faible présence de lycées d’enseignement secondaire caractérise toute la banlieue populaire, surtout la banlieue Nord et prolonge la répartition des établissements dans la capitale (carte XIII). Y a-t-il vraiment retard des lycées féminins comme le souligne la thèse à la différence des écoles primaires supérieures (devenues collèges) et surtout des établissements techniques ? Il y aurait un handicap supplémentaire, tenant au sexe, pour la fréquentation des établissements parisiens, qui aggrave le phénomène essentiel du retard touchant toutes les jeunesses de la banlieue populaire. D’où l’ancien succès durable des institutions religieuses ou privées correspondant aux conséquences des attentes sociales qui expliquent les différences des demandes des familles en matière d’enseignement féminin post-primaire, d’autant que souvent rien n’a vraiment été prévu pour enseigner aux filles. Mais le développement de l’accueil dans des filières professionnelles féminines change les données en faveur de l’enseignement public. La demande scolaire concernant les filles s’élargit régulièrement. L’appartenance politique des municipalités, radicales-socialistes avec Benjamin Raspail et sa famille, puis socialistes et communistes explique les avancées laïques, les luttes contre l’enseignement confessionnel féminin et souvent les choix d’orientation des écoles, embryon des cours complémentaires. Mais dans les communes les plus pauvres, les écoles de filles restent en retard. Plutôt que d’encourager les cours complémentaires généraux, Ivry, Vitry, communistes et Champigny, socialiste, préfèrent encourager une orientation plus professionnelle, déjà bien développée comme l’illustre la carte XVI (enseignement ménager, dactylographie, couture, métiers du commerce). Parfois aussi le choix du politique explique le développement des établissements publics d’enseignement primaire (ainsi dans le canton scolaire de Villejuif).

6Le cloisonnement selon le genre se traduit par un retard général des établissements publics, de leur personnel d’enseignantes. Dans le modèle républicain, l’éducation du futur citoyen semble prioritaire jusqu’en 1945. La mixité introduite peu à peu fait figure de solution compatible avec l’évolution économique et annulant les diverses discriminations touchant l’enseignement féminin. L’auteur émet un doute sur la portée exacte de cette évolution qui ne fait que refléter l’inégalité territoriale.

7Cet ouvrage, dans lequel il aurait été utile d’introduire un index nominatif et un index des communes, comporte des choix dans les facteurs examinés. Un décalage, notamment dans les sources de la dernière période, nuit à l’équilibre d’ensemble des analyses. Pourtant l’ensemble de l’étude bien conduite donne une explication cohérente du retard progressivement comblé de l’enseignement féminin dans un territoire large et dilaté présentant un sous-équipement éducatif qui se résorbe là aussi. Mais restent toujours des particularités territoriales qu’il faudra continuer à analyser dans l’ensemble de la région parisienne. Le travail de Cécile Duvignac-Croisé apporte un modèle pour étudier l’histoire globale du phénomène scolaire. On ne peut plus se contenter d’analyser les règlements, les établissements et les institutions pour aller vers une analyse sociale et politique en rapport avec le développement urbain. Modèle donc pour des études qu’il faudra contribuer à affirmer et à élargir !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Girault, « Cécile Duvignac-Croisé (2012). L’école de la banlieue. L’enseignement féminin dans l’Est parisien 1880-1960. Rennes, Presses universitaires, 359 p. », Recherches & éducations, 10 | 2014, 271-274.

Référence électronique

Jacques Girault, « Cécile Duvignac-Croisé (2012). L’école de la banlieue. L’enseignement féminin dans l’Est parisien 1880-1960. Rennes, Presses universitaires, 359 p. », Recherches & éducations [En ligne], 10 | mars 2014, document 20, mis en ligne le 31 mai 2014, consulté le 27 juin 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/1979

Haut de page

Auteur

Jacques Girault

Centre Espaces, Sociétés, Cultures

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org