Navigation – Plan du site
Recensions
21

Sandra L. Christenson, Amy L. Reschly, Cathy Wylie (Eds.) (2012). Handbook of research on student engagement. Traité de recherche sur l’engagement de l’élève New York: Springer Science, 840 p.

Damien Tessier
p. 275-277

Texte intégral

21

1Au moment où la question des rythmes scolaires est d’une actualité brulante, et suscite la controverse quant à leurs effets sur le niveau de fatigue, de concentration, ou la réussite scolaire, le traité de recherche sur l’engagement de l’élève est de nature à éclairer le débat en montrant, qu’en la matière, tout n’est pas qu’une affaire d’opinion. Sur plus de 800 pages, cet ouvrage expose les résultats établis, les zones d’ombres, les questions en suspens et les perspectives de recherche sur le concept d’engagement scolaire, ses relations avec la motivation, ses déterminants, ses conséquences et les outils utilisés pour le mesurer.

2Les six chapitres qui constituent la première partie du livre sont consacrés à définir le concept d’engagement scolaire. L’engagement s’est imposé comme un objet de recherche à la fin des années 80s. D’abord utilisé pour caractériser les comportements des élèves à risque dans une perspective de prévention du décrochage, il a ensuite été repris et étendu à l’ensemble de la population scolaire par les spécialistes de la motivation. Néanmoins, sa définition est loin de faire consensus. Si tous s’accordent sur le fait que l’engagement est un construit multidimensionnel, le débat entre les soixante-treize contributeurs du livre reste vif en ce qui concerne le nombre des dimensions qui le composent. Ce nombre varie entre 2 et 4, mais la majorité en propose 3 : l’engagement comportemental (e.g. effort, intensité du comportement, et persévérance face aux obstacles), l’engagement émotionnel (e.g. enthousiasme, plaisir et satisfaction vis-à-vis de l’école), et l’engagement cognitif (e.g. degré d’attention et de concentration dans l’apprentissage). Les divergences portent en outre sur les différences à établir entre les indicateurs, les facilitateurs et les conséquences. Par exemple, si certains considèrent les notes comme une conséquence de l’engagement, d’autres les intègrent dans les indicateurs.

3La deuxième partie du livre consacre 8 chapitres aux relations entre l’engagement et la motivation. Si sur ce point également les conclusions des chercheurs divergent (e.g. certains considèrent la motivation et l’engagement comme deux construits distincts, alors que d’autres assimilent la motivation à la dimension émotionnelle de l’engagement), il se dégage néanmoins une idée forte partagée par la majorité : l’engagement est la manifestation externe et visible de la motivation. La motivation renvoie à l’ensemble des forces qui dynamisent et dirigent le comportement vers un but ; elle relève de l’intention. Quant à l’engagement il revoie au comportement observable et relève de l’action. Motivation et engagement sont intimement liés et s’influencent mutuellement. En effet, s’il est aisé de comprendre que la motivation se situant en amont de l’engagement transmet l’énergie qui déclenche, dynamise et oriente le comportement, il est tout autant important de saisir que l’apprentissage, les progrès, ou la réussite qui résultent de l’engagement, nourrissent en retour la motivation pour s’engager davantage.

4Les parties 3 et 4 du livre, composées respectivement de 9 et 10 chapitres, abordent les déterminants et les conséquences de l’engagement. Concernant les conséquences, l’engagement est une variable qui façonne les expériences scolaires des élèves. C’est une condition de la réussite parce qu’il favorise les bonnes performances scolaires, mais également parce qu’il constitue une ressource adaptative face au stress et aux défis qui jalonnent le parcours scolaire. L’engagement de l’élève favorise le développement d’un état d’esprit positif vis-à-vis de l’école (i.e. identification), d’un sentiment de compétence élevé, et d’interactions constructives avec les pairs et les enseignants ; autant de ressources qui aident l’élève à faire preuve de résilience face aux difficultés, frustrations ou échecs potentiels. L’une des parties les plus intéressantes de l’ouvrage est celle qui traite des facilitateurs de l’engagement. Les études présentées accordent une attention toute particulière au rôle de l’enseignant et à la nature des activités proposées. Ces travaux montrent que les tâches authentiques, celles porteuses de sens, de valeurs, et de pertinence sont cruciales pour induire l’engagement de l’élève. Néanmoins, elles représentent une condition nécessaire mais pas suffisante. L’activité de l’enseignant est tout aussi essentielle : de par le soutien affectif qu’il apporte, le niveau de structure qu’il propose et les comportements proactifs qu’il induit, le style pédagogique de l’enseignant est à même de décupler l’engagement des élèves. L’une des avancées les plus significatives des récents travaux sur l’engagement concerne la dynamique des relations entre le style pédagogique et l’engagement. Le chapitre de Reeve notamment montre que si le style pédagogique de l’enseignant façonne l’engagement de l’élève, la réciproque est également vraie : les élèves les plus engagés qui posent des questions, expriment leur opinion, communiquent leur intérêt génèrent un style incitatif de la part de l’enseignant, et à contrario, ceux qui le sont moins, qui font preuve de passivité, ou adoptent des comportements perturbateurs induisent un style contrôlant.

5Enfin la dernière partie de l’ouvrage, consacrée à la mesure, souligne les difficultés de faire avancer les connaissances sur l’engagement tant que sa définition ne sera pas stabilisée. De nombreuses perspectives sont proposées pour aller vers une plus grande convergence entre les approches (e.g. favoriser les méthodes mixtes, étudier l’évolution de l’engagement au cours de la leçon, ou examiner ses effets à long terme).

6En définitive, il s’agit d’un traité d’une grande qualité qui propose une revue large et approfondie de l’état des recherches internationales sur l’engagement de l’élève. Il en ressort notamment l’idée que l’engagement constitue la pierre angulaire de la réussite scolaire : c’est un prédicteur robuste de l’apprentissage, des notes mais aussi du développement des capacités de résilience, c’est une caractéristique de l’élève malléable et sensible au climat instauré par l’enseignant, et c’est également un déterminant important susceptible de créer une dynamique vertueuse renforçant la motivation à apprendre et un style pédagogique positif. Au final, le contenu de cet ouvrage est de nature à éclairer les politiques éducatives actuelles et la réflexion des décideurs qui se questionnent sur les solutions à mettre en œuvre pour relancer le système scolaire français.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Damien Tessier, « Sandra L. Christenson, Amy L. Reschly, Cathy Wylie (Eds.) (2012). Handbook of research on student engagement. Traité de recherche sur l’engagement de l’élève New York: Springer Science, 840 p. », Recherches & éducations, 10 | 2014, 275-277.

Référence électronique

Damien Tessier, « Sandra L. Christenson, Amy L. Reschly, Cathy Wylie (Eds.) (2012). Handbook of research on student engagement. Traité de recherche sur l’engagement de l’élève New York: Springer Science, 840 p. », Recherches & éducations [En ligne], 10 | mars 2014, document 21, mis en ligne le 31 mai 2014, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/1981

Haut de page

Auteur

Damien Tessier

Université de Grenoble-AlpesLaboratoire SENS – EA 3742

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org