Navigation – Plan du site
Archives Binet
15

Le prisme des hallucinations : Les débuts d’expérimentateur d'Alfred Binet à la Salpêtrière et à Sainte-Anne

Loig le Sonn
p. 235-245

Résumés

Cet article est consacré aux toutes premières expérimentations conduites par Alfred Binet durant la première moitié de la décennie 1880. Il recruta ses sujets d’expérience à la Salpêtrière et, dans une moindre mesure, à l’asile Sainte-Anne. Il se consacra à l’étude des hallucinations visuelles, au carrefour de l’aliénisme et de la neurologie. Il mobilisa l’hypnose et des instruments d’optique (écran, prisme, miroir, lorgnette) pour mener ses expériences.

Haut de page

Texte intégral

15

« Pour achever, allez à la Salpêtrière : là, des hallucinations persistantes, d’une netteté accablante, indestructibles à la conscience la plus éclairée et à la raison la mieux avertie, vous montreront l’idée représentative dans toute sa plénitude et dans tout son ascendant. » (Taine, 1860, p. 43-44)

1Dès ses tous premiers articles, Alfred Binet (1857-1911) faisait le récit des rencontres frappantes et des comportements parfois exubérants qu’il observait lorsqu’il visitait un hôpital ou un asile. Son œuvre est émaillée d’anecdotes piquantes sur ses relations d’enquête. Il n’hésitait pas à mettre en scène l’envolée verbale d’un malade au bout du rouleau, la réaction à brûle-pourpoint d’un sujet dont la patience était mise à rude épreuve au cours d’une expérience. La restitution de ces dialogues entre le psychologue et ses sujets d’expérience faisait partie intégrante du style d’écriture de Binet.

2Lorsqu’il fréquentait le service de Jean-Martin Charcot (1825-1893) durant les années 1882-1887, Binet se rendit aussi à l’asile Sainte-Anne. La provocation d’hallucinations, chez des sujets réceptifs, a été la porte d’entrée qu’il privilégia pour aborder l’hypnose. Comment s’y prenait-il pour hypnotiser les patientes et les faire halluciner ? Quels instruments mobilisait-il durant les séances d’expérience ? Dans quelles dispositions se présentaient les femmes hystériques soumises à ces expérimentations ? Explorer l’expérimentation en train de se faire, à travers les problématiques savantes de l’époque, les stratégies de l’expérimentateur, sans négliger le point de vue des patientes, apportera quelques éléments de réponse à la genèse de la relation expérimentale chez Alfred Binet.

3Après avoir brièvement restituer la place du concept d’hallucination dans la pensée aliéniste française du XIXe siècle, notre étude s’attache à dégager l’originalité des recherches de Binet, qui procède de son usage de l’expérimentation pour aborder les questions décisives de son époque : l’hallucination, l’hypnose et l’hystérie. Lors de ses toutes premières investigations dans les hôpitaux parisiens, Binet entrait ainsi en contact direct avec deux maladies nerveuses et mentales, typiques du XIXème siècle, l’hystérie d’une part et la monomanie d’autre part.

L’hallucination : énigme de la perception malade

4En psychiatrie tout comme en neurologie, les hallucinations constituaient un symptôme majeur des affections mentales tout comme des maladies nerveuses, depuis la célèbre définition donnée par Esquirol. Symptôme transversal aux manifestations multiformes, l’expérience hallucinatoire était devenue un domaine d’étude décisif pour les aliénistes fondateurs de la Société médico-psychologique et des Annales médico-psychologiques, Alexandre Brierre de Boismont (1797-1881) et Jules Baillarger (1809-1890) en tête.

Un symptôme transversal

5Les hallucinations étaient en effet présentes parmi les folies les plus fréquentes à l’asile, comme la manie et la mélancolie, la démence et l’idiotie ; mais aussi dans d’autres formes de folie moins courantes mais de mieux en mieux connues, notamment la folie « circulaire » ou « à double forme » (Baillarger, Falret) et la folie alcoolique (Magnan). Les maladies neurologiques étaient aussi concernées par les phénomènes hallucinatoires (la paralysie, l’épilepsie et l’hystérie).

6Lorsque Binet s’empara de la thématique des hallucinations, peu avant d’atteindre la trentaine, les phénomènes hallucinatoires étaient devenus une préoccupation savante constante de la part des médecins, des philosophes et des romanciers français. Toutes les fractions du champ intellectuel semblaient avoir leur mot à dire sur ce phénomène aussi mystérieux qu’insaisissable. Du latin alucinator (substantif « allucinatio »), halluciner signifiait divaguer, délirer, fabuler dans la langue latine classique (James T., 1997, 73 ; Lanteri-Laura, G., 1991, 12sq). Ce n’est qu’au XIXe siècle que le terme connut un succès croissant auprès des milieux médicaux et littéraires, jusqu’à devenir synonyme de folie (Chevrier, 2012).

L’inflation de ses usages

7Les relations entre l’esprit et le corps, l’unité et la transparence supposée du moi, la frontière entre la folie et la raison, la ligne de démarcation entre philosophie, physiologie et psychologie, les rapports entre sensation, perception et imagination : autant d’interrogations cliniques et épistémologiques fondamentales qui n’ont cessé d’étayer les discussions des médecins et des philosophes. Malgré l’effort d’Esquirol pour circonscrire le phénomène hallucinatoire en tant que concept opératoire, ses disciples, en labourant toujours plus profondément le champ des hallucinations (Moreau, 1845, p. 170-171), ont contribué à l’expansion et à la dispersion de ses usages. La polysémie du terme, depuis ses acceptions les plus courantes (entendre des voix, être un visionnaire, rêver tout éveillé) jusqu’à ses ramifications les plus savantes, a multiplié ses usages pour qualifier des opérations cognitives de plus en plus variées. Victime de son succès, le terme a reçu une telle extension de ses usages, que le travail hallucinatoire en vint à regrouper pêle-mêle la reviviscence d’un paysage lors d’une rêverie solitaire, le défilé d’images qui surprend le spectateur en phase d’endormissement, les apparitions éprouvées par un extatique au cours d’une ascèse, la communication instaurée avec des esprits invisibles, l’exercice quotidien de son imagination par un écrivain ou un musicien, etc. Entre le penchant intellectualiste pour l’introspection d’une part, et l’avalanche d’observations qui peuplaient les traités sur les hallucinations, Binet opta pour une troisième méthode, l’expérimentation.

8Dans son rapport consacré au mémoire de Binet sur la perception extérieure, le philosophe Charles Lévêque (1818-1900) soulignait les qualités d’observateur et d’expérimentateur du jeune chercheur en psychologie, attaché à la recherche clinique et expérimentale. « C’est l’œuvre d’un esprit ouvert, curieux, chercheur. Il a non seulement l’aptitude à observer au moyen de la conscience, mais encore, l’expérience de l’homme qui a fréquenté les laboratoires, les hôpitaux, qui non content de regarder attentivement les faits, institue des expérimentations méthodiques, sur des sujets tantôt sains, tantôt malades à divers degrés. La Salpetrière est son champ d’études » (Andrieu, 1995).

Illustration n°1 : L’étape initiale de l’hypnotisation d’une patiente, la capture du regard par la fixation de l’attention, a donné lieu à la confection et à la mise en vente, par la maison Verdin (spécialisée dans la fabrication d’instruments chirurgicaux), d’un appareil à hypnotiser, composé d’un bandeau et muni d’une boule à fixer (Verdin, 1890, 64).

L’hypnose : une méthode d’exploration des états de conscience modifiés

9Les hallucinations faisaient partie des symptômes typiques de la condition hystérique qu’Alfred Binet et Charles Féré (1852-1907) s’employaient à faire revivre durant leurs séances d’hypnose. Dans le premier texte d’Alfred Binet consacré aux techniques hypnotiques employées à la Salpêtrière, les sujets n’étaient qu’au nombre de trois. Binet n’eut aucune difficulté à les endormir en suivant les deux méthodes en vigueur, par la fixation du regard ou par une légère pression sur les paupières. « Lorsque le sujet est convenablement préparé, qu’il est à point, il suffit de lui dire avec autorité : voilà un serpent ! Pour qu’il voit le serpent ramper devant lui. » (Binet, 1886, p. 33) « On dit à la malade : «  Regardez ; vous avez un oiseau sur votre tablier ». Aussitôt que ces simples paroles ont été prononcées elle voit l’oiseau, elle le sent sous ses doigts, et quelquefois même elle l’entend chanter » (Binet et Féré, 1887, p. 149).

Les expériences à point de repère

10Après avoir déclenché sous hypnose des hallucinations visuelles chez son sujet, Binet interposait un écran opaque entre lui et l’endroit de la pièce où se trouvait l’objet imaginaire suggéré, pour vérifier si la suggestion persistait à leur réveil. Binet s’en remettait ensuite aux impressions de ses trois sujets d’élection pour décider du bien-fondé de leurs réactions. Tandis que Blanche Wittman ne voyait plus rien au réveil, les deux autres sujets hypnotisés et hallucinés déclaraient qu’elles continuaient de percevoir l’hallucination, malgré la présence de l’écran opaque.

11Cad. et Charp. assuraient à l’expérimentateur qu’elles continuaient de voir le chapeau, le livre, la souris et tous les autres objets imaginaires suggérés. Face à face devant une table, Binet essayait même de mélanger des objets réels et des objets suggérés. Puis il interposait à nouveau son écran opaque. Il recevait de Cad. et de Charp. invariablement la même réponse : « elles continuaient à percevoir l’objet imaginaire malgré l’interposition d’un écran » (Binet, 1884b, p. 480). La répétition des séances était même invoquée par Binet comme un gage de véracité des phénomènes étudiés.

12L’écran opaque n’était pas le seul instrument mobilisé par Binet à ses débuts. Il utilisait le prisme, suite aux conseils de son ami Féré, et aussi le miroir et la lorgnette. Lors de ses premières tentatives d’expérimentation centrées sur les phénomènes d’hallucination, Binet utilisait des appareils d’optique pour façonner l’interaction expérimentale. Il interrogeait les patientes sur leurs hallucinations visuelles. Ils stimulaient leurs réactions à l’aide de ces instruments qui dédoublaient, déformaient ou déviaient leurs perceptions des objets imaginaires suggérés. Les expériences d’optique étaient en vogue lorsque Binet intégra la Salpêtrière. En 1881, lors d’une séance de la Société de Biologie, Féré exposait des expériences où il plaçait un prisme devant ses patientes. Il en concluait que la patiente voyait deux fois l’hallucination. La surface de projection de la deuxième hallucination apparaissait déviée, conformément aux lois de l’optique (Binet, 1886, p. 59-60).

L’utilisation d’instruments d’optique

13Féré et Binet n’accordaient pas pleinement leur confiance aux témoignages subjectifs des malades. Les femmes hystériques qu’ils utilisaient pour leurs expériences approuvaient souvent immédiatement les injonctions d’hallucination des deux opérateurs. C’est pourquoi ils initièrent au cours de leurs séances d’hallucinations provoquées l’utilisation d’instruments d’optique variés. Ils s’en servaient, à première vue, pour contrôler la sincérité des réactions des hallucinées. En plaçant un prisme, une lorgnette, un miroir entre le patient et son hallucination, les expérimentateurs cherchaient à vérifier que les patientes hallucinées percevaient bien deux fois l’image suggérée.

14Mais ce procédé de contrôle était passible d’une « objection fondamentale » d’après Féré lui-même :

« L’objet qui figure dans l’hallucination n’est pas projeté dans l’espace vide ; or dès que le sujet peut fixer l’image à un point de repère extérieur, que le sujet soit sincère ou non, il pourra déclarer qu’il la voit double, lorsque le prisme ou le déplacement mécanique d’un œil aura doublé le point de repère » (1892, p. 383).

15Après la pression oculaire, l’interposition du prisme ou la présence d’un miroir, l’ensemble du monde visible par l’hallucinée était dédoublé tout entier. Il était aisé pour le sujet d’en déduire que l’objet halluciné, tout comme le monde externe, était perçu à deux reprises. Par exemple, l’expérience du miroir sur Blanche Wittman parvenait à ses fins en ce sens que la malade percevait deux fois l’hallucination d’un papillon suggérée par l’opérateur, à la fois sur la table et sur le miroir.

16Le miroir, posé à l’autre coin de la table, donnait l’illusion d’un deuxième papillon. D’après Binet, la patiente voyait un premier papillon imaginaire, suggéré par lui. Elle l’attrapait et l’accrochait à son corsage, tandis que le deuxième papillon, réfléchi dans le miroir, était lui aussi bel et bien aperçu par la patiente qui cherchait à s’en emparer. La main de Blanche Wittman buttait désespérément contre le miroir, tandis qu’elle s’écriait à chaque tentative manquée : « Je ne peux pas ! Je ne peux pas ! ». Par la suite, Binet renouvela l’expérience en plaçant cette fois entre la patiente et l’oiseau suggéré une lorgnette qui grossissait ou qui diminuait la grandeur des objets.

17Binet arrangeait sa mise en scène de sorte que les trois patientes ne puissent pas découvrir les instruments d’optique (prisme, miroir, lorgnette) qu’il manipulait devant elles. A chaque expérience nouvelle, Binet réitérait en conclusion le postulat initial qu’il cherchait à vérifier et qui structurait sa recherche. A la suite de son plus proche collaborateur Féré, il faisait remarquer invariablement que « l’objet imaginaire qui figure dans l’hallucination est perçu dans les mêmes conditions qu’un objet réel » (Binet, 1887, p. 169 ; Binet, 1892, p. 274-5). Ils confirmaient ainsi l’hypothèse (défendue par Taine et Brierre de Boismont) d’une étroite analogie entre le mécanisme de la perception normale et le phénomène de l’hallucination.

L’hystérie : un chaos de symptômes

18Provoquer des hallucinations d’animaux (serpent, souris, oiseau) était un lieu commun des expériences hypnotiques à la Salpêtrière. Elles avaient lieu lorsque la patiente, les paupières ouvertes et le regard fasciné, était en possession du sens de la vue. L’hypnotiseur mimait les gestes évocateurs que la patiente se réappropriait.

Zoopsie

19Les médecins de la Salpêtrière observaient les mêmes hallucinations à l’état spontané chez les patientes, durant leurs crises convulsives et leurs délires consécutifs. Les femmes somnambules étaient d’autant plus sensibles aux suggestions d’animaux effrayants que leurs attaques répétées les prédisposaient à de telles visions. Leurs crises commençaient ou se terminaient par des visions terrifiantes d’animaux plus ou moins imaginaires, aux couleurs chatoyantes (un phénomène nommé zoopsie : du grec zôon, animal et opsis, vision). Ces visions effrayantes de petites bêtes répugnantes étaient très présentes, non seulement durant l’attaque hystérique, mais aussi dans le délire alcoolique aigu (delirium tremens) et les autres formes d’hallucinations psychédéliques (Colin, 1890, p. 17 ; Brierre de Boismont, 1865, p. 174 ; Tourette (de la), 1895, p. 55).

20Pour lutter contre les sensations d’oppression et l’agitation des malades en crise, Charcot et les médecins du service leur prescrivaient des inhalations d’éther (et aussi d’autres agents chimiques comme le bromure d’éthyle, l’iodure d’éthyle, le valérate d’amyle, l’ammoniac, le nitrite d’amyle). Les agents chimiques qu’ils leur administraient quotidiennement amplifiaient souvent leurs troubles de la perception (Didi-Huberman, 1982, p. 47).

21Augustine se laissait emporter par des hallucinations marquées par des visions zoopsiques terrifiantes. Elle voyait « des bêtes noires, semblables à de gros rats, qui se promènent à 4 ou 5 mètres d’elle, ou des bêtes plates, noires, à coquilles » (Bourneville et Regnard, 1878, p. 146-147). Ses logorrhées étaient parfois interrompues par la vision soudaine de rats, de grenouilles, de paons qui couraient derrière elle, au pied de son lit, et qui la mordaient. Les inhalations d’éther attisaient sa volubilité, provoquaient des céphalées et des nausées, des vertiges et des malaises, des hallucinations et des confusions. Blanche Wittman voyait un lion rouge traverser la pièce lors de ses visions. L’administration d’éther ne la calmait pas et ne stoppait pas ses crises. Bien au contraire, l’éther avait tendance à accentuer ses phases délirantes et ses visions hallucinatoires. Quant au chloroforme, outre ses vertus d’endormissement, il provoquait chez elle une insensibilisation de ses membres, des nausées, des vertiges, des bourdonnements auditifs et une désorientation spatio-temporelle (Bourneville et Regnard., 1879-1880, p.17). Quant à Geneviève, elle aussi était « assaillie par des vipères et des corbeaux. » (Richer, 1881, p.134).

Provoquer des hallucinations

22« L’oiseau qui s’envole », « le serpent qui menace », « les bêtes qui grouillent » étaient des schèmes hallucinatoires récurrents durant les crises hystériques avant de devenir des suggestions hypnotiques mobilisées par les médecins et les psychologues. Il était d’autant plus facile pour eux d’attiser sous hypnose des hallucinations d’animaux effrayants que les patientes les développaient déjà durant leurs crises convulsives. Quelle valeur scientifique accordée à la suggestion d’hallucinations chez des patientes sous l’emprise de l’hypnose ? Elles apportaient à l’hypnotiseur la satisfaction de pouvoir reproduire artificiellement l’un des symptômes de la pathologie, au risque de perturber la malade, de renforcer sa confusion, d’accentuer sa perte de contact avec les réalités, de l’isoler un peu plus de ses semblables, de l’enfermer dans son vécu sensoriel immédiat.

23Les troubles de la sensibilité comme les contractures, les hémiplégies, les anesthésies et les paresthésies figuraient parmi les manifestations neurologiques typiques de l’hystérie. Elles étaient associées à des troubles de la perception, notamment des hallucinations de tous les sens qui exacerbaient leur agitation jusqu’à provoquer des déchaînements de peur intérieure et de fureur extérieure. Les hallucinations n’étaient pas seulement cultivées artificiellement sous hypnose à l’aide d’injonctions verbales ou d’instruments d’optique. Elles s’enracinaient dans les profondeurs de la crise hystérique. Elles en formaient l’un des symptômes majeurs.

24L’hypnose n’était pas la seule intervention médicale employée pour reproduire les symptômes de la crise hystérique. L’hypnose s’articulait à l’ensemble des possibilités thérapeutiques des médecins de la Salpêtrière. Dans le quotidien de la vie hospitalière, la compression ovarienne, les anesthésiques, la camisole et, en dernier recours, le confinement en cellule, étaient les moyens les plus employés pour interrompre les crises, enrayer l’agitation du patient. Dans les faits, les traitements thérapeutiques en question produisaient des effets souvent contraires aux objectifs affichés. Par exemple, les agents chimiques provoquaient non seulement une pharmacodépendance entretenant l’agressivité des patientes, mais aussi un état de somnolence et de confusion qui les rendait plus réceptives aux hallucinations, notamment visuelles et auditives. Les hallucinations dont souffraient les patientes étaient le résultat de leur maladie et, indissociablement, le produit des interventions thérapeutiques. L’administration d’anesthésiques et les expérimentations hypnotiques concouraient à part égale à renforcer les hallucinations des patientes. Avant de devenir un thème expérimental prisé des performances hypnotiques à la Salpêtrière, les hallucinations étaient avant tout un symptôme envahissant au cœur des tourments éprouvés par ces femmes hospitalisées.

Illustration n°3 : Durant la phase des attitudes passionnelles, les hallucinations du malade se déployaient à travers un large spectre d’émotions, allant de l’angoisse à l’extase. Des scènes de guerre, des disputes, des ébats sexuels, des viols et des courses-poursuites reprenaient vie lors de ces « chorégraphies hystériques ». Cette période de la crise s’achevait par la vision d’animaux effrayants, comme des rats ou des araignées. Les croquis de P. Richer, reproduits ici (Richer, 1881, p. 113), ornaient les murs des salles qui servaient aux séances d’hypnose (Nicolas, 2000).

Une visite à l’hôpital Sainte-Anne

25Au cours de ses recherches sur les hallucinations, la lecture d’un article de Valentin Magnan (1835-1916) dans les Archives de neurologie intrigua vivement Binet. Interne des hôpitaux, spécialisé dans la classification des maladies mentales, élève de J. Baillarger et de Jean-Pierre Falret (1794-1870), Valentin Magnan dirigeait le bureau des admissions à l’hôpital Sainte-Anne. Binet lui demanda la permission de réaliser quelques expériences sur l’une des patientes de l’hôpital. La dénommée Célestine, lingère de son état, âgée de 36 ans, venait d’être hospitalisée à Sainte-Anne, pour la quatrième fois, en janvier 1880. Elle incarnait le « délire chronique à évolution systématique » tel que Magnan l’avait conceptualisé. L’inquiétude, la persécution, la grandeur, puis la démence rythmaient l’aggravation progressive et irréversible de cette psychose dégénérative.

Célestine et Grippeau

26Epileptique régulièrement frappée par des vertiges et des crises de fureur, Célestine plongea peu à peu dans un délire chronique et systématique marqué par la paranoïa et la folie des grandeurs. Le diagnostic de Magnan mettait tout d’abord l’accent sur « l’hérédité morbide » de la domestique, c’est-à-dire les antécédents familiaux défavorables. L’histoire des proches parents de Célestine dévoilait un chapelet de tragédies. Suicides et morts violentes se succédaient sans interruption (pendaison, noyade). Lors de sa quatrième hospitalisation à Sainte-Anne, le tableau clinique présentait une nouvelle dégradation. Après les vertiges, les accès de fureur et de mélancolie, le sentiment d’être persécuté et empoisonné, le délire de grandeur fit son apparition : « elle se dit princesse de l’univers, elle règnera sur le monde et c’est à cause de sa grande position qu’on la persécute » (Magnan, 1880, p.14).

27Lorsqu’il rencontra Célestine, Binet découvrit qu’un personnage-fantôme était vivant et présent en permanence à ses côtés, plus précisément à côté de son hémicorps gauche paralysé. Ce petit homme nommé Grippeau ne la quittait point, de jour comme de nuit, posté à son flanc gauche. Binet s’employa à tester sur Célestine les mêmes instruments d’optique qu’il utilisait à la Salpêtrière (l’écran, le prisme, le miroir et la lorgnette). L’hallucination faisait appel à toutes les fonctions sensitives de Célestine, notamment l’ouïe, la vue et le toucher. Binet cherchait à prouver qu’une telle hallucination répondait à des lois objectives et impliquait non seulement les fonctions imaginatives mais aussi l’appareil sensoriel de la malade.

L’écran, le prisme, le miroir et la lorgnette

28Lorsqu’elle fermait les yeux ou lorsqu’elle était plongée dans l’obscurité, Célestine continuait de ressentir la présence de Grippeau. Néanmoins, si Binet plaçait un écran entre elle et Grippeau, Célestine ne le voyait plus. Binet lui demanda alors de fermer alternativement l’œil droit et l’œil gauche. Célestine continuait de voir Grippeau. Son œil gauche souffrant d’achromatopsie, elle ne percevait pas la couleur rouge vif de son accoutrement, lorsqu’elle fermait l’œil droit. Grippeau lui apparaissait alors plus lointain, flou et gris, sous la forme d’un fantôme de fumée « enveloppé dans un léger brouillard ». Après avoir demandé à la patiente de fermer les deux yeux simultanément, Binet pressa ses yeux l’un après l’autre. Célestine percevait Grippeau dédoublé à chaque fois.

29Le prisme déviait et dédoublait l’hallucination. Binet plaça alors le miroir de sorte que Célestine y voyait l’image réfléchie de Grippeau. Et il lui posa de nouvelles questions. Il lui demanda de pointer du doigt sur le miroir l’endroit où elle apercevait la cicatrice de Grippeau, au-dessus de son arcade sourcilière droite ; puis Binet renouvela son questionnement à propos du poignard, accroché à sa ceinture droite. Il semble que Célestine répondit avec justesse et précision, en montrant sur le miroir le côté opposé à la réalité, conformément aux lois de la symétrie. Binet n’était pourtant pas convaincu de la sincérité de l’hallucinée.

30C’est le moment qu’il choisit pour se lancer dans des explications savantes sur la différence de perception que devrait sentir la patiente entre le Grippeau qu’elle avait sous les yeux et son image inversée réfléchie par le miroir. Bien décidé à pousser Célestine dans ses derniers retranchements, Binet insinua qu’elle essayait de le piéger. Binet se rendait ici complice de la hantise de tous les médecins aliénistes de l’époque (tout spécialement face à la folie féminine par excellence, l’hystérie). La principale angoisse du médecin (et du psychologue) était en effet d’avoir affaire à des patientes qui simulaient leurs symptômes, mettant ainsi en péril la possibilité pour le savoir-pouvoir médical de discerner le vrai du faux dans son approche de la malade et de la maladie (Foucault, 2003, p. 134).

« Ces faits une fois bien constatés, nous essayons de faire comprendre à la malade qu’il y a désaccord et contradiction entre le Grippeau qu’elle voit directement et celui qu’elle voit dans la glace. Nous essayons même d’insinuer qu’elle cherche à nous tromper. Mais ce soupçon la met hors d’elle, elle nous accuse de sorcellerie, de magie et de physique (à cause du miroir et surtout du prisme dont nous nous sommes servis) et finit par déraisonner complètement » (Binet, 1884b, p. 501).

31La dernière expérience, menée à l’aide de la lorgnette qui grossissait ou rétrécissait, approchait ou éloignait l’objet halluciné, s’interrompit brutalement. L’accusation lancée par Binet incita Célestine à rompre sur le champ une expérience dans laquelle elle était assurément mal à l’aise. Rien ne pouvait la rendre plus irritable que d’être soupçonnée de mensonge ou de duplicité. Binet l’apprit à son corps défendant. Elle le disqualifia en le traitant de saltimbanque, de sorcier, de magicien et d’illusionniste. Les expériences de Binet venaient de confirmer la folie de Célestine, emportée une nouvelle fois dans une crise de furie ponctuée de divagations étranges. A la manière de l’aliéniste pratiquant l’intimidation, Binet tentait vainement de débusquer les « folies » et les extravagances de son sujet d’expérience.

32Les premières expériences de Binet et de Féré reçurent un accueil bienveillant. Pierre Janet confirma, dans son doctorat de philosophie, les résultats auxquels Binet et Féré étaient parvenus dans leurs expériences d’hallucinations à l’aide de points de repère comme la lorgnette, le miroir, le prisme.

« J’ai répété leurs expériences avec plusieurs sujets, surtout avec Lucie, et mes observations ont toujours été d’accord avec les leurs. Si on lui a montré, par exemple, un serpent enroulé autour de la lampe, elle voit dans la glace un second serpent aussi bien qu’une seconde lampe. En un mot, l’acte ou l’hallucination suggérés peuvent être rattachés à une certaine sensation qui sert de signal ou de point de repère et en dépendent alors absolument » (Janet, 1889, p. 120).

33Leurs expérimentations tendaient à démontrer l’extériorité et l’objectivité des hallucinations suggérées sous hypnose, qui répondaient aux mêmes lois de fonctionnement que les mécanismes ordinaires de la perception et de la représentation. De plus, leurs expérimentations accréditaient l’origine mixte des hallucinations, qui impliquaient à la fois l’appareil sensoriel et les fonctions intellectuelles (Baillarger, 1846).

34Fin connaisseur de la littérature philosophique et médicale de son temps, formé à l’hypnose en compagnie des meilleurs élèves de Charcot, Binet a su entrelacer des problématiques savantes appartenant à des disciplines voisines : la philosophie (la pluralité des états du moi), la psychiatrie (l’hallucination comme perception et comme représentation), la neurologie (l’hypnose comme technique d’exploration de l’hystérie). Il n’aurait cependant jamais réussit à élaborer une méthode inédite d’expérimentation des phénomènes d’hallucinations, à l’intersection entre l’hypnose et l’hystérie, sans l’accès illimité à des sujets d’expériences.

35Tout au long de sa carrière, Binet conserva un œil attentif sur cette thématique décisive pour appréhender les mécanismes de la perception et du jugement. En témoigne la liste des comptes rendus d’ouvrages ou d’articles consacrés à la question des hallucinations dans L’Année Psychologique entre 1895 et 1912 (par exemple Binet A., 1895). Les références persistantes à la question des hallucinations atteste que Binet n’avait pas perdu de vue ce sujet de prédilection, par lequel il débuta sa carrière de psychologue. Dans ses recensions, il ne manquait jamais une occasion de rappeler l’antériorité de ses découvertes sur les « hallucinations à point de repère ».

Andrieu, B. (1999). L’homme naturel : la fin promise des sciences humaines, préf. de Guy Avanzini, Lyon : Presses universitaires de Lyon.

Baillarger, J. (1846). Des hallucinations. Des causes qui les produisent et des maladies qu’elles caractérisent. Paris : J.-B. Baillière.

Binet, A. (1884a). L’hallucination. I. Recherches théoriques. Revue Philosophique de la France et de l’Etranger, 17, avril, 377-412.

(1884b). L’hallucination. II. Recherches expérimentales. Revue Philosophique de la France et de l’Etranger, 17, mai, 473-502.

(1884c). La rectification des illusions par les sens. Mind, 9, 206-222.

(1884d). Visual hallucinations in hypnotism. Mind, 9, 413-415.

(1886). La psychologie du raisonnement. Paris : Alcan.

(1892). Les altérations de la personnalité. Paris : Alcan.

(1895). Notice à propos d’un article de Sigdwich H. Année Psychologique, vol. 1, 494-500.

(1995). Edité par B. Andrieu. La perception extérieure. Mont-de-Marsan : Editions Interuniversitaires.

Binet, A., & Féré, C. (1885). La théorie physiologique de l’hallucination. Revue Scientifique, 35, 10 janvier, 49-53.

(1887). Le magnétisme animal. Paris : Alcan.

Bourneville, D.-M., & Regnard P. (1878 & 1879-1880). Iconographie Photographique de la Salpêtrière. Volume II & III. Paris : Bureaux du Progrès médical.

Brierre de Boismont, A. (1845) Des hallucinations, ou Histoire raisonnée des apparitions, des visions, des songes, de l’extase, du magnétisme et du somnambulisme, Paris : Germer Baillière.

Briquet, P. (1859). Traité clinique et thérapeutique de l’hystérie, Paris : J.-B. Baillière.

Carroy, J. (1991). Hypnose, suggestion et psychologie. L’invention des sujets. Paris : PUF.

Castel, P. H. (1998). La Querelle de l’hystérie. La formation du discours psychopathologique en France (1881-1913). Paris : PUF.

Chevrier, J.-F. (2012). L’hallucination artistique : de William Blake à Sigmar Polke. Paris : l’Arachnéen.

Colin, H. (1890). Essai sur l’état mental des hystériques. Préfacé par J. M. Charcot. Paris : J. Rueff et Cie.

Dheur, P. (1899). Les Hallucinations volontaires. Paris : Société d’éditions scientifiques.

Didi-Huberman, G. (1982). Invention de l’hystérie. Charcot et l’Iconographie photographique de la Salpêtrière. Paris : Macula.

Ey, H. (1973). Traité des hallucinations. Tome 1 & 2. Paris : Masson.

Féré, C. (1892). La pathologie des émotions : études physiologiques et cliniques, Paris : Alcan.

Foucault, M. (2003). Le pouvoir psychiatrique. Cours au Collège de France, 1973-1974. Paris : Hautes Études/Gallimard/Seuil.

James T. (1995). Vies secondes (Dream, creativity, and madness in nineteenth-century France). Trad. de l’anglais par S. Doizelet. Coll. « Connaissance de l’inconscient ». Paris : Gallimard,

Janet, P. (1889). L’automatisme psychologique. Essai de psychologie expérimentale sur les formes inférieures de l’activité humaine, Paris : Alcan.

Lanteri-Laura, G. (1991). Les hallucinations. Coll. « Médecine et psychothérapie » : Paris-Milan-Barcelone-Bonn. Masson.

Lélut, L. F. (1836). Du Démon de Socrate, spécimen d’une application de la science psychologique à celle de l’histoire, Paris : Trinquart.

Magnan, V. (1880). De la coexistence de plusieurs délires de nature différente chez le même aliéné. Archives de Neurologie. Bureaux du Progrès médical & Delahaye et E. Lecrosnier : Paris.

Maury, A. (1861). Le Sommeil et les rêves, études psychologiques sur ces phénomènes et les divers états qui s’y rattachent, Paris : Librairie académique Didier.

Moreau (de Tours), J. (1845). Du haschich et de l’aliénation mentale. Paris : Fortin, Masson et Cie.

Nicolas, S. (2000). L’école de la salpêtrière en 1885. Psychologie et Histoire, Vol. 1, 165-207.

Plas, R. (1994). La psychologie pathologique d’Alfred Binet. In Fraisse P. & Ségui J., Les origines de la psychologie scientifique : centième anniversaire de L’Année psychologique (1894-1994). Paris : PUF, 229-245.

Postel, Jacques, & Quétel, Claude (éd.). (2012). Nouvelle histoire de la psychiatrie. Paris : Dunod.

Richer, P. (1881). Etudes cliniques sur l’hystéro-épilepsie ou Grande Hystérie. Préfacé par J.-M. Charcot. Paris : Delahaye & Lecrosnier.

Taine, H. (1857). Les philosophes français du XIXe siècle. Paris : Hachette.

(1870). De l’Intelligence. Tome 1 & 2, Paris : Hachette.

Verdin, C. (1890). Catalogue des instruments de précision pour la physiologie et la médecine. Paris : Charles Verdin.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Illustration n°1 : L’étape initiale de l’hypnotisation d’une patiente, la capture du regard par la fixation de l’attention, a donné lieu à la confection et à la mise en vente, par la maison Verdin (spécialisée dans la fabrication d’instruments chirurgicaux), d’un appareil à hypnotiser, composé d’un bandeau et muni d’une boule à fixer (Verdin, 1890, 64).
URL http://rechercheseducations.revues.org/docannexe/image/2031/img-1.png
Fichier image/png, 99k
Légende Illustration n°2 : Parmi les motifs hallucinatoires les plus couramment provoqués sous hypnose, les médecins de la Salpêtrière privilégiaient les apparitions d’oiseau et de serpent. (Bourneville, Regnard, 1879-1880, p. 164-165).
URL http://rechercheseducations.revues.org/docannexe/image/2031/img-2.png
Fichier image/png, 116k
URL http://rechercheseducations.revues.org/docannexe/image/2031/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende Illustration n°3 : Durant la phase des attitudes passionnelles, les hallucinations du malade se déployaient à travers un large spectre d’émotions, allant de l’angoisse à l’extase. Des scènes de guerre, des disputes, des ébats sexuels, des viols et des courses-poursuites reprenaient vie lors de ces « chorégraphies hystériques ». Cette période de la crise s’achevait par la vision d’animaux effrayants, comme des rats ou des araignées. Les croquis de P. Richer, reproduits ici (Richer, 1881, p. 113), ornaient les murs des salles qui servaient aux séances d’hypnose (Nicolas, 2000).
URL http://rechercheseducations.revues.org/docannexe/image/2031/img-4.png
Fichier image/png, 40k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Loig le Sonn, « Le prisme des hallucinations : Les débuts d’expérimentateur d'Alfred Binet à la Salpêtrière et à Sainte-Anne », Recherches & éducations, 10 | 2014, 235-245.

Référence électronique

Loig le Sonn, « Le prisme des hallucinations : Les débuts d’expérimentateur d'Alfred Binet à la Salpêtrière et à Sainte-Anne », Recherches & éducations [En ligne], 10 | mars 2014, document 15, mis en ligne le 31 mai 2014, consulté le 17 août 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/2031

Haut de page

Auteur

Loig le Sonn

Secrétaire général Société Binet-Simon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org