Navigation – Plan du site

Texte intégral

1La revue Recherches et éducations est heureuse de présenter ce numéro bien situé dans l’esprit qu’elle tente d’insuffler à la recherche en éducation. Pour le comité de rédaction de cette revue (R&E, 2014), il s’agit moins de s’intéresser à l’innovation voire même à la « nouveauté », la plupart du temps postulée ou support de « communication », que d’identifier le changement en cours sous l’apparente permanence et continuité des choses. Avec les CPE, on ne peut trouver objet et sujet aussi symptomatique de cette émergence : un « métier méconnu » et pourtant proprement historique, un agent fondateur de l’institution et finalement caractéristique des tensions que traverse aujourd’hui le champ éducatif.

Un « métier méconnu »

2Qu’y a-t-il de plus mal connu que ce qui est méconnu ? Alors même qu’il a sans conteste bien plus changé que celui d’enseignant depuis un siècle, le métier de CPE continue d’être relativement peu connu, caché dans les interstices d’une institution qui mobilise de très nombreuses qualifications professionnelles, internes et externes aux établissements scolaires, pour assurer son fonctionnement quotidien. Ce dossier illustre de multiples manières le rôle éminent que joue cet acteur méconnu, ce corps professionnel « caricaturé » (cf. Focquenoy-Simonnet, infra), notamment par la persistance de souvenirs de jeunesse malheureux.
Les CPE ont un métier qui mérite d’être mieux connu de la part des acteurs de l’institution, mais également des chercheurs qui, à travers lui, comprendront sans doute beaucoup mieux les difficultés que cette institution rencontre et le sens des voies qu’elle dessine pour tenter de les dépasser. A l’interface entre les enseignants et la direction, entre l’établissement et son environnement immédiat, mais toujours « du côté de l’élève », le CPE est porteur de missions mouvantes, incertaines et plus ou moins inattendues. Le profil des candidats à ce concours est assez éloigné de celui des enseignants du second degré et c’est rarement par défaut qu’est choisie cette orientation.…
Ce métier mérite sans doute encore davantage d’être re-connu ! Longtemps issu de la promotion au mérite de celles et ceux qui avaient fait leurs preuves dans l’exercice de la discipline du travail scolaire, il s’est trouvé assez tardivement infiltré par le pédagogique. Le modèle de la qualification ne s’y est finalement imposé qu’avec l’apparition du concours et peut-être plus encore, symboliquement, par l’intégration de ces fonctionnaires dans la grille de rémunération des enseignants certifiés du second degré (cf. Vitali, infra).
S’il reste « méconnu », c’est que la méconnaissance, cela sert à quelque chose : elle est au fondement des croyances qui autorisent le fonctionnement du système, pas nécessairement son bon fonctionnement (Bourdieu, 1980). La méconnaissance, c’est l’ignorance utile ; c’est à la fois la condition de reproduction de l’ordre social et l’obstacle à la connaissance, ce qu’il convient de dépasser par la critique, mais également ce qu’il convient de préserver si l’on ne veut pas voir les choses se transformer. En somme, la méconnaissance de ce métier exprime simultanément la difficulté et les limites de sa reconnaissance : il résiste à la définition de ses fonctions alors même qu’il est censé travailler au plus près de la règle, il a un rôle historique alors même qu’il est l’objet de réformes institutionnelles incessantes (cf. Chauvigné, infra).

Une approche historique

3Le CPE, et plus nettement encore son prédécesseur « surveillant général », est un acteur historique majeur du système scolaire secondaire français ; des images détestables s’attachent encore à ces serviteurs de la discipline, pur signifiant de la violence, symbolique et réelle, de l’institution scolaire. Pour nous, il est avant tout un objet historique porteur de significations pour comprendre l’évolution du système d’enseignement.
Le « bilan critique », plus de 40 ans après la création du corps des CPE, s’imposait. C’est un acteur de l’histoire de l’Ecole de la République, de l’évolution d’une institution qui, en France notamment, n’en finit pas d’hésiter entre l’instruction et l’éducation, de promouvoir l’autonomie de l’élève en multipliant règlements et consignes, dispositifs de sanction et d’évaluation, d’exprimer sa volonté d’ouverture à son environnement tout en continuant de pratiquer une collaboration compliquée et rétive, notamment avec son principal « partenaire », les familles. C’est dans cet enchevêtrement de signes et de faits souvent contradictoires, de dispositions et de dispositifs porteurs de tensions, que bricolent les surveillants généraux devenus CPE.
Aujourd’hui, les CPE sont peut-être un symptôme de la « surmodernité » si caractéristique de la « solitude contemporaine » d’un individu en construction (Augé, 1992). Cette surmodernité semble inspirer les fonctions dont on habille trop facilement le métier de CPE aujourd’hui : médiation, interface, régulation, coordination de projets, conseil (« consultant interne »)… Il s’inscrirait, plus que tout autre professionnel de l’éducation, dans « l’établissement » et le « local » : des « territoires » plus symboliques que réels, des « non-lieux », abstraits mais strictement aménagés, qui permettent de protéger la transmission des savoirs dans un espace circonscrit et de rejeter à l’extérieur de la classe la « gestion » des « problèmes de discipline » (cf. Grimault-Leprince, infra). L’intégration des CPE dans la grille de classification des professeurs des lycées – collèges, si elle paraît consacrer une identité formelle, statutaire, justifiant un même niveau d’accès au concours, n’a pas produit l’égalité professionnelle, parce qu’une division du travail éducatif scolaire consacre une différence de position et de positionnement dans « la communauté éducative ».
Ce métier en construction permanente - en ce sens à la pointe extrême des « démarches compétences » promues aujourd’hui par le système scolaire - se situe dans l’au-delà de la performance : le projet pour un élève et ses dispositifs, la micro-régulation locale, au plus fin du processus d’évaluation, de sélection et d’orientation des élèves. C’est ce processus que gèrent les CPE ; gérer, pour dire très pauvrement que, en la matière, tout peut arriver, l’incident critique est la norme. Ce professionnel tente de répondre à sa mission, dans le flou d’une institution débordée par la surenchère de ses propres finalités, l’explosion des attentes sociales et le débat de normes instituant le « malentendu » comme trame relationnelle entre les membres de la « communauté éducative ». Tout naturellement, cela débouche aujourd’hui sur une économie « collaborative » de ce travail et les nouveaux habits du care à l’école : l’accompagnement social des élèves et la « santé » des jeunes – la vie comme équilibre précaire (Canguilhem, 2005), avec des outils qui, même informatisés, restent essentiellement ceux de la discipline.

Un objet problématique au cœur des questions d’éducation aujourd’hui

  • 1 . Discipline : le Dictionnaire de la langue pédagogique (Foulquié, P.U.F), dont la 1ère édition dat (...)

4La thématique des CPE et de leur métier permet d’aborder trois questions au centre des problématiques de l’éducation aujourd’hui : la discipline, la professionnalisation, l’institutionnalisation …et leur renversement respectif, avant leur résurgence probable mais renouvelée.
La discipline. C’est une notion clivée, un concept infiniment problématique. Est-ce un signe ? Le mot perd sa signification dominante d’ordre et de respect des règles pour désigner des matières scolaires à l’époque où le surveillant général se fait CPE1. Pourtant, il reste urgent de préserver les deux significations, de faire circuler la pensée, la critique et l’action qu’elles peuvent inspirer entre ces deux pôles sémantiques (cf. Barthélémy, infra).
La discipline n’est pas un simple contenu de savoirs ; c’est un mode d’organisation et de structuration du savoir afin de lui permettre de remplir une fonction d’influence sur le devenir des individus à l’exercice de laquelle ils sont soumis, en somme l’instrument d’un pouvoir social (Chervel, 1992). L’autre discipline, historiquement antérieure, est l’articulation de l’externe, l’ordre dans un espace donné, et de l’interne, l’intériorisation des règles de vie commune, le poids de la norme et la mise en œuvre de la normativité dans un contexte institutionnel particulier. Le CPE est a priori plutôt du côté de la deuxième acception, mais ce serait une erreur de penser qu’il n’est pas également de l’autre côté de la discipline : il a à gérer la sécularisation des savoirs de référence et l’irrémédiable dé-sanctuarisation des établissements qui les abritent.
Remarquons que la figure historique du « maître répétiteur » qui finira par engendrer le « surveillant général » (cf. Condette, infra) exprime beaucoup plus étroitement l’unité des deux acceptions ; sans doute parce que, à cette époque, la notion si actuelle et si décisive de discipline scolaire n’a pas encore véritablement émergé ; mais ce qui semble déjà compris est que l’apprentissage scolaire exige des conditions matérielles et comportementales qui appellent elles-mêmes une attention particulière pour rendre le système efficient.
La professionnalisation. Celle-ci s’exprime en particulier par un statut renouvelé, explicitement centré sur l’éducation dans un univers de transmission de savoirs mais également de « vie scolaire » qui n’est pas que le vécu de cette transmission : c’est l’espace de l’exercice de la normativité, de la socialisation autorisée par l’école. Ce mouvement est révélé par la multiplication des fonctions des CPE, une formation renforcée pour l’accès à un concours effectivement sélectif, des éléments d’identité forts, même si c’est au moins autant contre que par rapport à d’autres groupes professionnels que cette identité résiste : les enseignants, les directions d’établissement, les parents…. L’ambivalence de ces déterminations ne peut être masquée : supports de la professionnalisation, elles pourraient finir par perdre leur acteur.
Il est peut-être temps de sortir de la professionnalisation. Quand la professionnalisation, dernier feu de la modernité tardive, dernier cri managérial, s’épuise en épuisant l’acteur qui la meut, il ne reste plus que l’intelligence au travail : pour « exister au travail, tout travailleur mène en permanence deux activités, distinctes mais totalement liées : l’une qui répond directement à sa mission productive et l’autre qui consiste à exister personnellement dans et par son travail » (Jobert, 2014). Pas facile alors de garder l’unité de son être professionnel ; la déprofessionnalisation guette.
L’institutionnalisation. Au moment historique où l’éducation est « étatisée », laïcisée, obligatoire, et dite « instruction » pour cacher son jeu, le système scolaire atteint les sommets de son institutionnalisation. Mais aujourd’hui, le « sens de la scolarité » se perd dans la « vie scolaire » ; il revient au CPE de la vivifier pour faire oublier que « l’allongement de la jeunesse » est irrémédiable. De même, l’institution s’étiole dans le « climat de l’établissement », considéré comme la condition d’un apprentissage scolaire efficace et d’une socialisation mieux ajustée au fonctionnement actuel des activités sociales ; en fait, un « microclimat » largement tributaire de l’engagement conjoint des acteurs locaux, des « parties prenantes » génératrices d’une valeur ajoutée commune, la réussite de l’élève.
Dans la « communauté éducative », en fait la recherche d’un consensus entre acteurs aux intérêts objectivement partagés mais subjectivement distincts voire opposés, la discipline serait désormais une « responsabilité partagée ». Mais quel recours quand l’autorité n’est plus suffisante ?… Car tel est bien le problème : l’institution scolaire ne peut avoir de sens et de portée que si ses mandants soutiennent l’autorité qui la confirme : les enseignants, bien sûr, mais aussi les parents…. En réalité, le CPE travaille quotidiennement à compenser le recul de l’autorité dans et de l’institution ; il instrumentalise l’autorité, en fait un artefact à coups de « colles » et de projets pour les élèves, d’actions de formation des délégués et de présentation devant le Conseil de discipline.
L’institution préexiste à l’activité de ses acteurs et en fixe les finalités : pour autant, ces finalités ne déterminent ni la définition d’objectifs précis, ni, surtout, la réalisation effective de ces objectifs. Le retour de l’institution peut être formel quand des objectifs quantifiés concernant « le climat de l’établissement » ou les chiffres de la violence en milieu scolaire viennent expliciter et formaliser le discours institutionnel. En fait, c’est « le déclin de l’institution » (Dubet, 2002), qui marque notamment les professions du travail social et l’enseignement secondaire. Dans cet ordre indécis et souvent brouillon de l’institution centralisatrice, le CPE risque fort de tomber, ou de retomber, dans son rôle de « pacificateur » (cf. Clavier, infra). « Il y a désinstitutionalisation quand l’institution est réduite, pour l’essentiel, à sa dimension organisationnelle et gestionnaire » (Aballéa, 2013). Il faut qu’il y ait contrainte pour qu’il y ait institution, même si la contrainte « peut être faiblement ressentie ». Dans cette situation, l’effet, pour le professionnel, peut être démobilisateur, entre le sentiment de “ne plus savoir où l’on va“ et celui de “n’être pas soutenu“, et le constat d’une autonomie à laquelle on n’a pas été préparé et pour laquelle on est dépourvu d’outils efficaces… Le risque de « l’anomie professionnelle » est bien réel.
En somme, le CPE condense et doit porter (et supporter) quelques contestations assez radicales de l’institution scolaire : les « éducations transversales » (« éducation à »…) dont le pluriel autant que le qualificatif signalent que la transmission des savoirs ne suffit plus à justifier l’école ; la « communauté éducative », où l’on postule la primauté de l’horizontale du partenariat là où l’institution appelle résolument la verticale de l’autorité ; « l’élève au centre », i.e. l’élève n’est plus le produit de l’institution, mais l’acteur d’un parcours personnel et scolaire sur lequel l’institution n’a plus qu’une prise très relative ; c’est parce que les professionnels auront réussi à transférer sur le jeune lui-même la charge de « gérer » ce parcours qu’ils auront fait leur travail : là est l’éducation scolaire dans un monde individué et globalisé. C’est dans cette triple contestation de l’institution que le CPE doit construire sa place.
L’objet de l’activité des CPE est évolutif et infiniment divers ; son sens reste en grande partie indéterminé. Merci à l’équipe de chercheurs réunie par Sylvie Condette de nous donner quelques repères pour connaître mieux et reconnaître un peu plus ce métier.

Haut de page

Bibliographie

Références

Aballéa, F. (2013). L’anomie professionnelle, Recherche et formation [En ligne], 72 | 2013. URL : http://rechercheformation.revues.org/2014.
Augé, M. (1992). Non-lieux. Introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris Seuil.
Bourdieu, P. (1980). Le sens pratique, Paris, Minuit.
Canguilhem, G. (2005). Le normal et le pathologique (1943), Paris, PUF.
Chervel, A. (1988). Histoire des disciplines scolaires. Réflexions sur un domaine de recherche, Histoire de l’éducation, 38, 59-119.
Dubet, F. (2002), Le déclin de l’institution, Paris, Seuil.
Jobert, G. (2014). Exister au travail, Toulouse, Erès.Recherches et éducations (2014). Héritage des travaux d’Alfred Binet et promotion de recherches innovantes en éducation, Communication dans le symposium « Les revues en sciences de l’éducation » (dir : J. Fijalkov), Journées EFTS, Toulouse, 4-6 juin 2014.

Haut de page

Notes

1 . Discipline : le Dictionnaire de la langue pédagogique (Foulquié, P.U.F), dont la 1ère édition date de 1971, ne comporte pas d’autre définition de la discipline que celle renvoyant au respect des règles et à l’ordre dans la classe. Le Dictionnaire encyclopédique de l’éducation et de la formation (dir. Champy et Étévé, Nathan, 1996), paru après l’introduction du « CAPES CPE », ne comporte plus que le sens de matière, de subdivision des savoirs scolaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Triby, « Editorial », Recherches & éducations, 11 | 2014, 5-10.

Référence électronique

Emmanuel Triby, « Editorial », Recherches & éducations [En ligne], 11 | juin 2014, mis en ligne le 18 février 2015, consulté le 17 août 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/2048

Haut de page

Auteur

Emmanuel Triby

Recherches & Educations
Membre du comité de rédaction

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org