Navigation – Plan du site
dossier

Conseiller(e) principal(e) d’éducation
Evolutions et enjeux professionnels d’un métier méconnu

Sylvie Condette
p. 13-15

Texte intégral

1Lorsque l’on étudie le système scolaire français, et plus particulièrement l’organisation et le fonctionnement des établissements secondaires, on ne s’aperçoit pas tout de suite qu’il existe un métier spécifiquement dédié à l’éducation des élèves. Plusieurs raisons peuvent ici être avancées. Tout d’abord, la notion même d’éducation est à considérer comme un bien collectif et un objectif partagé, correspondant en principe au dénominateur commun de l’ensemble des métiers différents et complémentaires qui s’exercent au sein des établissements scolaires ; ensuite, le conseiller/la conseillère principal(e) d’éducation est paradoxalement une personne généralement bien identifiée, soit par son nom d’usage (Monsieur/Madame…) soit par l’acronyme « le/la CPE », mais il reste pour autant difficile à placer de manière satisfaisante dans un organigramme censé situer les fonctions de chacun des professionnels. C’est un personnel appartenant à la catégorie A de la fonction publique d’Etat, ce qui en fait un professionnel doté de responsabilités de haut niveau et amené à participer à la prise de décisions. C’est donc un cadre éducatif, mais il ne fait pas partie de l’équipe de direction même si ses missions le conduisent à collaborer étroitement avec le chef d’établissement et le principal ou proviseur adjoint ; il n’appartient ni au corps des enseignants ni au personnel médico-social.
Le/la CPE semble alors se définir non pas en relation avec un statut clairement défini et bien établi, mais plutôt en fonction de son utilité et son opérationnalité qui se traduisent par une présence constante, la rapidité et la pertinence des actions menées au quotidien, et les projets qu’il souhaite insuffler.
Le conseiller principal d’éducation est officiellement apparu dans le paysage scolaire français en 1970. S’il s’agit d’un nouveau métier, il porte en réalité l’héritage du surveillant général, figure emblématique des collèges et lycées, créé en 1847, assurant le maintien de l’ordre et de la discipline, et que la littérature décrit souvent à travers des personnages aux caractéristiques bien peu flatteuses. Le passage du surveillant général aux conseiller d’éducation (CE) et conseiller principal d’éducation (CPE) n’est pas qu’un changement d’appellation. Il correspond en effet à un changement de cap politique et institutionnel au sein de l’Éducation nationale. Les réformes adoptées à la suite des événements de 1968 vont associer davantage les personnels et les usagers de l’école à la prise de décisions. Dans ce contexte, le conseiller principal d’éducation voit son action redéfinie dans un cadre large, celui de la vie scolaire, qui vise à promouvoir la participation et le plein épanouissement des jeunes accueillis à l’école. Plus de 40 ans désormais après sa création, un bilan critique peut être mené sur cette fonction spécifique du secondaire français, qui n’existe dans aucun autre pays du monde. Mais si le métier a changé de nom depuis le temps des ancêtres, surveillants généraux, et si les conseillers d’éducation ont eux aussi disparu, quelles évolutions majeures a connu le métier de CPE à la fois dans les textes officiels, dans les pratiques au sein des établissements et dans les caractéristiques mêmes de ses titulaires ? En d’autres termes, on peut se demander si le conseiller principal d’éducation est porteur et médiateur des évolutions sociétales. Ce métier semble en effet se situer dans un mouvement continu, certains diront dans une dynamique professionnelle, qui demande l’acquisition d’une souplesse, d’une adaptabilité constante des pratiques. Comment dès lors établir des formes de stabilité qui permettent de fixer les normes nécessaires à la construction d’une identité professionnelle, pour un métier qui se veut quotidiennement en phase avec son temps, accueillant la nouveauté et l’ajustant aux besoins évolutifs des élèves ? La circulaire de 1982 qui définit les missions du CPE tente de ce point de vue un compromis plutôt bien réussi entre stabilité et mouvement. Elle établit trois grands domaines de responsabilité qui orientent les missions du CPE tout en ménageant des ouvertures. Ces domaines concernent le fonctionnement de l’établissement, la collaboration avec le personnel enseignant et l’animation éducative auprès des élèves. Il faut ici constater qu’il n’y a pas eu de modifications officielles de la circulaire initiale depuis 1982, hormis un ajout en 1989 concernant l’accompagnement à l’orientation des élèves auquel le CPE contribue depuis. Est-ce à dire que la fonction ait rapidement trouvé sa stabilité institutionnelle et fonctionnelle ? Il n’en demeure pas moins cependant que ce métier, aux contours larges, reste difficile à cerner et demeure mal connu des acteurs éducatifs eux-mêmes et des familles – malgré la série télévisée « Victoire Bonnot » qui a tenté de populariser la fonction.
Les contributions proposées dans ce numéro thématique développent, chacune, des pistes originales de réflexion et d’analyse sur le métier de conseiller principal d’éducation, se situant dans la complémentarité du numéro 35 de la revue Carrefours de l’éducation coordonné en 2013 par Yves Verneuil et Philippe Savoie sur l’encadrement éducatif et la vie scolaire depuis le XVIIIe siècle. L’approche historique développée dans la contribution de Jean-François Condette met clairement en évidence la figure emblématique du surveillant général qui incarne l’ordre et la discipline, et dont la mission principale, au quotidien, est de combler les manques (administratifs, organisationnels, disciplinaires) et d’exécuter le travail considéré comme peu gratifiant par les autres personnels. Christine Focquenoy-Simonnet et reprend et prolonge cette image professionnelle dégradée en s’appuyant sur une littérature abondante qui illustre bien les pratiques scolaires d’une époque révolue mais encore très tenace dans l’imaginaire collectif. L’héritage semble donc bien lourd à porter pour les conseillers principaux d’éducation venus succéder aux surveillants généraux. Agnès Grimault-Leprince montre que l’image disciplinaire qui colle à la peau des CPE actuels influe considérablement sur la division du travail au sein de l’établissement scolaire. La sanction, qui devrait être une question éducative partagée, fait en réalité problème, certains enseignants sollicitant le CPE pour qu’il prenne systématiquement le relais en cas de manquement à la règle. Véronique Barthélémy, pour sa part, analyse le rôle d’interface du conseiller principal d’éducation qui, grâce à sa connaissance très fine du fonctionnement de l’établissement, du climat scolaire, et du comportement des élèves, se révèle être un conseiller de tout premier ordre pour l’équipe de direction. On distingue ici encore ce grand écart professionnel entre le règlement des difficultés quotidiennes dont personne ne souhaite particulièrement s’occuper et la mission d’expertise que le CPE est amené à assumer. Le métier de conseiller principal d’éducation se situe dans l’adaptabilité constante, prenant en compte le contexte de l’établissement, les besoins des élèves mais aussi les évolutions sociétales. Pour autant, Loïc Clavier explique bien que les modalités d’évaluation de son travail restent en-deçà de la complexité inhérente au métier. La formation des CPE produit, de ce point de vue, des apports considérables permettant de construire une professionnalité de qualité. Les contributions de Céline Chauvigné et de Christian Vitali mettent chacune en exergue le recrutement exigeant par la voie des concours, mais aussi les contenus évolutifs et particulièrement riches de la formation en lien très étroit avec la construction du métier.
Au final, le métier de conseiller principal d’éducation est porteur des transformations du système scolaire français, de sa complexité organisationnelle et fonctionnelle mais aussi de ses ambiguïtés, interrogeant ainsi le sens de l’acte éducatif par rapport aux injonctions diffuses ou affirmées de performance, interrogeant aussi l’intérêt partagé, la volonté marginale ou la nécessité de travailler de manière concertée et collaborative pour construire un projet destiné à promouvoir la réussite collective (des élèves bien sûr mais aussi de l’ensemble des acteurs de l’école) étayée par des valeurs communes et défendues.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Condette, « Conseiller(e) principal(e) d’éducation
Evolutions et enjeux professionnels d’un métier méconnu
 », Recherches & éducations, 11 | 2014, 13-15.

Référence électronique

Sylvie Condette, « Conseiller(e) principal(e) d’éducation
Evolutions et enjeux professionnels d’un métier méconnu
 », Recherches & éducations [En ligne], 11 | juin 2014, mis en ligne le 23 février 2015, consulté le 16 août 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/2065

Haut de page

Auteur

Sylvie Condette

Université de Lille 3
CIREL/PROFEOR

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org