Navigation – Plan du site
dossier

Entre figures littéraires et données archivistiques :L’image mythique du surveillant général, « ancêtre » du conseiller principal d’éducation, à l’épreuve des traces historiques

Christine Focquenoy-Simonnet
p. 39-50

Résumés

L’imaginaire collectif retient du surveillant général, acteur du monde scolaire français, des XIXe et XXe siècles, l’image d’un personnage rigide faisant fermement régner ordre et discipline dans les établissements secondaires. L’implacable Monsieur Viot du Petit Chose d’Alphonse Daudet en constitue le parangon. Cet archétype fait partie de l’héritage encombrant des conseillers principaux d’éducation dont le corps a été créé en 1970. Nous proposons d’interroger ce mythe et de le confronter aux traces historiques. Nous remonterons à sa source au travers, notamment, de l’œuvre de Daudet et Vallès. Puis, nous tenterons de cerner ce qui relève de la part du mythe du ‘surgé’ dans les établissements de l’académie de Lille. Même si d’autres sources sont mobilisées, l’analyse repose essentiellement sur un travail de prosopographie historique, mené aux Archives. Nous esquisserons ensuite, brièvement, les rémanences actuelles du mythe.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Dans le sens extensif du mot ‘mythe’, tel que le définit le Dictionnaire culturel en langue franç (...)

1L’usage actuel des termes « surgé » ou « surveillant général » dans le langage courant témoigne de la persistance de l’image mythique de cet acteur scolaire des XIXe et XXe siècles. Le stéréotype du personnage rigide, suscitant crainte et répulsion, survit à la disparition de ces personnels, lors de la création du corps des conseillers principaux d’éducation en 1970. Cette image peu flatteuse transcende les siècles sans susciter de questionnement. Il nous semble intéressant de déconstruire ce qui s’apparente à un mythe1, de remonter à sa source en revisitant les écrits emblématiques qui ont contribué à faire du surveillant général le symbole d’une discipline d’airain, peu soucieuse du bien-être des élèves. Un travail d’investigation aux Archives nationales et départementales du Nord permet de confronter le cliché aux profils des surveillants généraux de l’académie de Lille (1850-1950).Ce travail de prosopographie historique est complété par une analyse de la presse professionnelle et le recueil de témoignages d’anciens surveillants généraux. La recherche étant en cours, cet article s’appuiera sur la soixantaine de dossiers de carrière déjà dépouillés. Enfin, nous ouvrirons le débat en abordant la pesanteur du mythe pour les conseillers principaux d’éducation, héritiers des « surgés ».

Le « surgé », genèse littéraire d’un mythe

2Le surveillant général, dans la littérature, apparaît invariablement comme un personnage antipathique, grand ordonnateur d’une discipline scolaire implacable et injuste. Les écrivains puisent leur inspiration dans leurs douloureux souvenirs scolaires.

Monsieur Viot, l’archétype du « surgé » terrifiant

  • 2 . Surnom qui vient du mépris d’un professeur lyonnais qui s’adresse, sans cesse, à Daniel Eyssette (...)
  • 3 . Daudet, A. (n.d.) Le Petit Chose. Histoire d’un enfant. Paris : Alphonse Lemerre. (Œuvre original (...)
  • 4 . Ibid., pages : 58, 59, 62, 67, 71, 86, 93, 94 et 165
  • 5 . Ibid., p. 164
  • 6 . Ibid., p. 58
  • 7 . Ibid., p.94
  • 8 . Ibid., p. 108
  • 9 . Ibid., p. 110-111
  • 10 . Ibid., p.70
  • 11 . Ibid., p.62

3Alphonse Daudet, écrivain français du XIXe siècle, a lui-même défini son talent comme « un singulier mélange de fantaisie et de réalité ». Sa propre expérience de « pion » (surveillant en établissement scolaire) lui inspira la rédaction du Petit Chose, publié en 1867. Ainsi, Daniel Eyssette, le narrateur, que ses camarades du collège lyonnais ont surnommé « le Petit Chose »2 est obligé d’abandonner ses études pour devenir, à seize ans, maître d’études dans un collège cévenol. La description du monde scolaire, précise et incisive, constitue un précieux témoignage de la vie quotidienne d’un collège, à la fin du XIXe siècle. On y retrouve, en particulier, l’architecture scolaire, les conditions de vie des maîtres d’études, les tensions entre les personnels, et le régime disciplinaire imposé aux élèves, décrits par les historiens (Grezes-Ruef. et Leduc, 2007 ; Prost, 1968 ; Verneuil, 2013). Mais le talent littéraire de Daudet élève le portrait de Monsieur Viot, le surveillant général, au rang de figure mythique. Dès son arrivée dans l’établissement, D. Eyssette fait la connaissance de Monsieur Viot, et surtout de son double maléfique : le trousseau de clefs. Le portrait physique du personnage est à peine esquissé : « un long personnage à favoris rouges [et] une tête penchée sur l’épaule à l’ecce homo »3 mais la couleur rouge des favoris suggère, de manière balzacienne, le caractère trouble du personnage qui s’est introduit dans le cabinet « sans qu’on l’eût entendu ». Par contre, le trousseau de clefs s’impose : « c’est un formidable bruit de ferraille ». Ce « bruit terrible », résumé en trois interjections » Frinc ! frinc ! frinc ! »4, va ponctuer les différentes rencontres entre le Petit Chose et son supérieur hiérarchique, et hanter ses nuits. Ces clefs suscitent la peur pour le Petit Chose mais aussi pour les élèves ; ainsi, lors de la première étude des Petits, le surveillant général ne prononce pas de discours mais « ses clefs, frinc ! frinc ! Frinc !, parlèrent pour lui, d’une façon si terrible, frinc ! frinc ! frinc !, si menaçante, que toutes les têtes se cachèrent sous les couvercles des pupitres et que le nouveau maître lui-même n’était pas rassuré ». Plus qu’un simple attribut, le trousseau de clefs se substitue au surveillant général pour imposer son autorité. Daudet le dote de parole : » M.Viot ne parlait pas, mais ses clefs s’agitaient d’un air féroce : ‘Frinc ! frinc ! Frinc ! Tas de drôles, on ne travaille donc plus ici !’« . Elles parlent, portent des jugements et, même, menacent. D. Eyssette les entend, dans l’ombre, gronder d’un air méchant. La crainte ne quitte pas le maître d’études et entrave toute relation humaine avec son supérieur hiérarchique : « Je ne l’aimais pas, je ne pouvais pas l’aimer ; ses clefs me faisaient trop peur. ». Cette vision le poursuit, en permanence, dans le collège : « Je craignais toujours de voir apparaître M. Viot avec ses clefs frinc ! frinc ! frinc ! ». Celles-ci constituent un personnage à part entière. Elles savent se faire caressantes, pousser des sanglots, frétiller de plaisir ou d’un air lugubre, s’agiter d’un air ironique et méchant. Contrairement à leur propriétaire qui rase les murs et s’introduit dans les pièces en silence, les clefs, elles, s’animent bruyamment et continuellement. Leur mouvement s’accélère quand elles dégringolent et rebondissent sur les parois du puits dans lequel le Petit Chose les a jetées. Cet épisode marque la fin de la danse frénétique et macabre de ce « trousseau de ferraille » qui a tant fait souffrir le Petit Chose. Ce dernier vit d’ailleurs le vol de ces terribles clefs avec « une sorte de terreur religieuse » en ayant conscience de commettre « un sacrilège »5 .Ce terme montre l’impact maléfique de ces clefs, double fantastique de M. Viot qui contribue à le rendre effrayant. Cette impression est amplifiée par la description du quotidien du surveillant général, crispé sur l’ordre et la discipline. Cette crispation se lit dans le discours d’accueil de D. Eyssette, placé « sous la tutelle spéciale » de M. Viot, chargé de lui « inculquer ses précieuses idées sur l’enseignement, l’ordre et la discipline de la maison »6. La pesanteur hiérarchique se devine derrière le verbe « inculquer » et se confirme dans la relation entre les deux hommes réduite à des injonctions. M. Viot, lui, à l’image de sa continuelle inclinaison corporelle, se comporte en exécutant soumis face à sa hiérarchie et en serviteur obséquieux des parents qu’il salue « jusqu’à terre. »7 Contrairement à l’abbé Germane, professeur, qui incarne le savoir, M. Viot ne s’ancre pas dans la culture mais dans le contrôle permanent. Il fait sa ronde, inspecte, ou se place, dès huit heures, à la porte, son lieu de prédilection pour surveiller élèves et personnels. Le règlement dont il est l’auteur constitue le cœur de son travail, sa raison de vivre. « Il l’a recopié avec amour et de sa propre main » et l’a glorifié en rédigeant « une idylle toute virgilienne »8 bannissant la liberté inféconde. Règlement et trousseau de clefs constituent donc, pour le surveillant général, ses moyens d’existence et, métaphoriquement, le symbole de son approche éducative. L’injonction remplace le dialogue et la compréhension. L’uniformité et l’ordre imposent leur rythme. Daudet dépeint, dans un registre à la fois militaire et religieux, la vie au collège, sous la férule du surveillant général : « Des litanies d’enfants roides comme des soldats de bois défilent au son de la cloche »9. Le surveillant général est garant de cet engrenage bien huilé. Sa seule apparition, dans l’étude des Moyens suffit à remettre les élèves chahuteurs au pas. Il a détruit les relations affectives que Daniel avait nouées avec les Petits. Deux styles éducatifs opposent profondément le Petit Chose et son supérieur hiérarchique : « Moi, je ne les menai pas à la baguette. J’essayai d’être toujours bon, voilà tout ».10 L’imaginaire et la connivence sont bannis de cet univers impersonnel et mécanique ; le sacro-saint règlement a tout prévu « depuis le carreau brisé jusqu’ aux deux mains qui se lèvent en même temps à l’étude ; tous les détails de la vie des maîtres y étaient consignés, depuis le chiffre de leur appointements jusqu’à la demi-bouteille de vin à laquelle ils avaient droit à chaque repas »11.L’initiative est proscrite et toute transgression implique des sanctions impitoyables. Daniel est ainsi humilié devant ses élèves car il a osé punir « le seul échantillon de la noblesse cévenole du collège » qui faisait régner la terreur dans la cour. Le père de l’élève, un notable, assiste à la scène. L’éducation s’éclipse face aux enjeux économiques locaux. Le maître d’études répugne à vivre dans ce collège sinistre, » enfumé, fait de vieux fer et de pierres noires », dans lequel la candeur des Petits se mue en méchanceté cynique des Moyens.
Daudet nous fait partager cette répugnance et l’effroi du Petit Chose, qui atteignent leur paroxysme dans l’épisode parisien de l’enterrement de son frère. M. Viot réapparaît alors en grande sauterelle noire, apparition fantasmagorique de la mort. L’écrivain a donc finement brossé un portrait d’un surveillant général, figé dans l’ordre et la discipline, dont le cliquetis des terribles clefs résonne encore à l’oreille du lecteur…La relation éducative, basée sur la crainte, se limite strictement à l’imposition d’un règlement codifié et sacralisé. Ce M. Viot et son trousseau de ferraille, double maléfique, inspiré par le vécu scolaire de l’écrivain, scelle avec brio le mythe du surgé qui semble hanter encore la mémoire collective en France.

Le surveillant général, chef de l’armée des « vieux pions à brisques », dans la trilogie vallésienne (1877-1886)

4M .Viot constitue l’archétype inégalé du « surgé ». D’autres écrivains ont contribué à modeler notre imaginaire collectif par la richesse de leur œuvre, comme Jules Vallès au travers de sa trilogie romanesque, Jacques Vingtras, (L’Enfant, Le Bachelier et l’Insurgé). L’écrivain applique au monde universitaire du XIXe siècle, la critique acérée du révolté politique, ardant défenseur de la Commune. Il campe, avec humour et dérision, une série d’acteurs scolaires : professeurs, pions, maîtres d’études, maîtres de pension, proviseurs, élèves. Il dépeint collèges et lycées comme des univers carcéraux où la relation éducative se réduit à la contrainte pour les élèves, et où la structure hiérarchique s’impose, ponctuée de mépris et d’humiliation, pour les personnels. La vigueur de la critique puise sa force dans les souffrances personnelles endurées par l’écrivain. Vallès devient « pion » en 1862. Cette expérience et celle de son père lui permettent de brosser un tableau de cette fonction, cruel et percutant. La satire tire sa force des images empruntées à l’animalité (le chien couchant) et à l’univers militaire. Le pion est le fantassin au service d’une discipline abêtissante. Vallès se considère « parjure en étant pion ». (Vallès, 1972c, p. 16). « Je ne veux pas être enchaîné à cette galère. Coucher au dortoir, subir le proviseur, martyriser à mon tour les élèves pour qu’ils ne me martyrisent pas ! Non. » (Vallès, 1972b, p. 214). L’image de la galère ouvre le dernier livre de la trilogie, L’Insurgé. Jacques est pion depuis plusieurs semaines et analyse : « Je suis en train de gagner l’insouciance des galériens, le cynisme des prisonniers, de me faire à mon bagne, de noyer mon cœur dans une chopine d’abondance. Je vais aimer mon auge ! » Cette exclamation concentre le champ lexical de la privation de liberté, rappelle l’animalité avec la substantive « auge », et suggère, avec le mot « chopine », une thématique récurrente dans le portrait des pions : l’alcool. Le « petit pion » de L’Enfant, ne quitte pas sa « topette d’eau-de-vie, son péché mignon, sa marotte humide, son dada jaune. » (p. 119). L’alcool s’impose comme échappatoire à la misérable condition matérielle et humaine. Jacques, avec une pointe d’autodérision confie à un professeur à quel point il se sent « envahi, résigné à [son] sort, heureux de la discipline, content de vivre, la main sur le tire-bouchon à cidre ou sur la cuiller à fayots. » (Vallès, 1972c, p. 9-10). Il détonne dans le milieu du « pionnage » et se distingue de l’armée de « vieux pions à brisques, plus bêtes que des sergents de chambrée ». Dans une inénarrable scène de L’Insurgé (p. 13), il participe à une insurrection dans le dortoir, criant, avec les élèves ‘A bas le pion !’. Il a séduit les collégiens et n’est pas haï « par ce monde de jeunes prisonniers ». La haine est, en effet, le sentiment courant des élèves vis-à-vis des maîtres d’études, cibles privilégiées des quolibets et caricatures. Les dessins des élèves dans les corridors ne sont pas sans rappeler les caricatures de Daumier. Chez Vallès, comme chez Daudet, l’activité professionnelle du pion se réduit au maintien de l’ordre et de la discipline, suscitant crainte et répulsion. La fonction est endossée par différents personnages alors que dans Le Petit Chose, elle est focalisée sur M. Viot. Dans la trilogie vallésienne, le surveillant général n’apparaît nommément qu’une fois, dans Le Bachelier, quand Jacques se retrouve devant la grille de son ancien collège et se remémore son enfance :

« Les samedis, le proviseur, le censeur et le surveillant général venaient proclamer les places, écouter les notes. Est-ce qu’ils ne se permettaient pas, les niais, de branler la tête en signe de louange, quand j’étais premier encore une fois ! Niais, niais, niais ! Blagueur plutôt, je le sais maintenant, vous n’ignoriez pas que c’était un cautère sur une tête de bois cette latinasserie qu’on m’appliquait sur le crâne ! (…) Plutôt que de repasser sous ces voûtes, de rentrer dans ces classes, plutôt que de revoir ce trio et de recevoir ses caresses de cuistres, je préférerais, dans cette cour qui ressemble à un cirque, me battre avec un ours, marcher contre un taureau en fureur, même commettre un crime qui me mènerait au bagne ! Oh ! Ma foi, oui ! » (p. 139)

5Le surveillant général est associé au proviseur et au censeur pour constituer un trio de niais et de cuistres abhorrés. Le bagne est donc préférable à l’arène scolaire… L’intensité de la comparaison est proportionnelle aux blessures infligées dans l’enfance, à l’école comme à la maison. Son père, marqué par une carrière universitaire humiliante, s’avère incapable d’exprimer de la reconnaissance à son fils qui s’est battu en duel pour laver l’injure qu’il a subie. Il déclare à sa femme :

« Toi, tu as su lui dire, moi je ne saurais pas. J’aurais peur de blesser la discipline. Je craindrais que les élèves, je veux dire que mon fils ne rie de moi. J’ai été pion, et il m’en reste dans le sang. Je lui parlerai toujours comme à un écolier, et je le confondrai avec les gamins qu’il faut que je punisse pour qu’ils me craignent et qu’ils n’attachent pas des rats au collet de mon habit …Il vaut mieux qu’il parte ». (L’Enfant, p. 402-403)

6Le passé de pion de M. Vingtras l’a marqué au fer rouge et a annihilé toute affection paternelle. Il est devenu « une vielle bête qui a besoin d’avoir l’air méchant, et qui le devient, à force de faire le croquemitaine » et a le « cœur tanné » par la discipline qui l’a piégé dans une spirale répressive. Il se résout douloureusement à la séparation : « Tu l’embrasseras pour moi. Je suis sûr que j’aurais encore l’air chien sans le vouloir. […]. Tu l’embrasseras…et tu lui diras, en cachette, que je l’aime bien…Moi, je n’ose pas ». Cet épisode pathétique cristallise la critique vallésienne dénonçant la piètre condition matérielle et humaine du pion, mais aussi, plus largement, d’un système scolaire qui broie et contraint élèves et personnels. Le surveillant général, qui fait figure de ‘super pion’ en constitue à la fois la victime et le bourreau.

‘Poules, rats et vipères’, le bestiaire imagé du « surgé », fragments littéraires contemporains

7D’autres œuvres ou mémoires (Balzac, Du Camp etc.), témoignent du traumatisme ressenti, et contribuent à pérenniser l’image du surveillant général, exécutant honni de l’appareil disciplinaire scolaire. Le cadre de cet article ne nous permet ni de les détailler, ni d’aborder les dimensions filmiques et iconographiques du mythe (Focquenoy, 2011). Citons, deux romans, plus récents. Le naïf aux quarante enfants de Paul Guth, dénonce la « toute-puissante Stras, aux lâchetés de sérail » (p. 96), l’administration contre laquelle le jeune enseignant et ses élèves font front. L’écrivain file la métaphore militaire pour décrire la vie au lycée et caricaturer le « trio de niais » vallésien, le proviseur, le censeur et le surveillant général. L’extrait suivant illustre la satire :

« Dans la cour, autour de la statue du grand homme, toute l’administration était massée. Le proviseur, ses feuilles de composition flottant au vent crispé du matin. Le censeur, un sourire englué sous le nez. A distance réglementaire, comme des maréchaux autour de Napoléon à Austerlitz, le chapeau à la main et indiquant du doigt les bataillons qui manœuvraient, les trois surveillants généraux ». (p. 101).

8Daniel Pennac (2007, p. 32-34), lui, savoure encore l’effet de ses blagues de potache, exutoire à un univers scolaire qui l’oppressait. Le « chef des pions » en est une victime favorite. Il découvre, au retour d’un weekend, sa chambre transformée en poulailler. L’écrivain décrit, avec truculence, le carnage laissé par la trentaine de poules, instruments de vengeance suite à une consigne. Injustice, mépris et rigueur militaire sont les trois caractéristiques du surveillant général dont D. Pennac garde le souvenir. Le chanteur, M. Sardou (1972), mobilise un autre bestiaire pour fustiger le surveillant général, qualifié de « vieux rat au regard de vipère » mais, comme pour les écrivains, c’est l’essence répressive du « surgé » qui est dénoncée.

La figure littéraire du surveillant général à l’épreuve des traces historiques

9La matière littéraire cristallise l’image des surveillants généraux qui perdure. Il semble intéressant de soumettre ce portrait mythique à l’aune de l’investigation historique. Ce passage s’appuie sur l’étude d’une soixantaine de dossiers de carrière de surveillants généraux de l’académie de Lille (1850-1950).Certes, les sources utilisées focalisent l’approche sur le point de vue de l’institution mais ces dossiers recèlent une variété de documents, des lettres personnelles en particulier, qui permet de nuancer l’analyse.

Le surveillant général, détour linguistique et législatif

10L’expression ‘surveillant général’ n’est pas anodine et révèle d’emblée deux caractéristiques fondatrices de ces personnels : leur mission principale, surveiller, et leur omniprésence dans l’établissement. L’argot scolaire a concentré dans « surgé » ces deux attributs en ne gardant que les deux premières syllabes. C’est le ministre de l’instruction publique Salvandy qui officialise la fonction qui existait déjà dans certains établissements, parfois sous l’appellation de « sous-directeur ». Il précise, dans ce Règlement général sur les maîtres d’études du 16 novembre 1847 (Savoie, p. 284-291) les modalités de nomination, de suspension et de distinction. Il les place dans l’échelle hiérarchique, sous l’autorité du censeur (Instruction du 20 décembre 1847), devant les maîtres d’études mais après les professeurs. Concernant la tenue, le noir ‘colore’ le quotidien et la robe s’impose pour les cérémonies (Art.35). Leur participation s’impose « aux représentations officielles, aux conférences, aux solennités » (Art.34), si leur « présence n’est pas nécessaire auprès des élèves ».Les occasions de représentation du trio administratif (proviseur, censeur, surveillant général), brocardé par les écrivains, sont nombreuses : distribution des prix, proclamation des notes etc. Dans ce texte législatif, les surveillants généraux sont liés aux maîtres d’études dont ils émanent pour la plupart comme le confirme l’étude de la cohorte de l’académie de Lille. Ils sont d’anciens maîtres d’études, ou répétiteurs (nouvelle appellation, en 1853), plus rarement instituteurs ou professeurs. Tschirhart (2013, p. 86-88) décrit la genèse du corps en la resituant dans la bataille du Monopole. Dans ce contexte conflictuel entre l’Église et l’État, Salvandy légifère pour renforcer le personnel d’encadrement et améliorer la qualification des maîtres d’études

Diversité des situations : de la précarité au prestige parisien

  • 12 . AD. du Nord, 2 T 145
  • 13 . A. N. F/17/26743

11On retrouve des traces de la guerre entre les deux écoles, réactivée avec les lois de laïcisation, dans les dossiers de carrière. Ainsi, L.A.12 dans une lettre de 1891 à l’inspecteur Combette se dit complètement « usé » d’avoir été sans cesse « exposé aux tracasseries continuelles des cléricaux ». Mais la « géographie »scolaire qui est au cœur des carrières des surveillants généraux est tout autre : une échelle de prestige classe les établissements et place la capitale au sommet. Les fiches de vœux pour « le cadre de Paris » sont pléthoriques et peu de fonctionnaires obtiennent cette précieuse nomination. Etre nommé à Paris est une consécration ou une « récompense » pour services rendus. En province et pour la recherche qui nous concerne, les jugements tranchés des chefs, inspecteurs d’académie et recteur répartissent les fonctionnaires des « petits » établissements aux plus convoités, ceux de Lille et de Douai. Les travers professionnels sont rédhibitoires pour l’obtention de ces deux villes mais acceptables pour d’autres… En 1894, l’inspecteur E. Agaudier, aux appréciations souvent cassantes, veut déplacer le surveillant général du lycée de Lille : « Je doute que M. F., avec son air et son allure tristes et timides, ait une suffisante autorité sur les répétiteurs et sur les élèves. Il serait mieux dans un petit lycée ». Le recteur confirme : « Comme il a de la bonne tenue j’estime qu’on pourrait le nommer surveillant général faisant fonction de censeur dans un petit lycée »13. La fonction de censeur et celle de surveillant général apparaissent interchangeables. Des personnels passent de l’une à l’autre au fil de leur carrière ; la qualité de « faisant fonction » permet à l’institution de s’adapter aux besoins du terrain. Cette cartographie du prestige recouvre des situations très variées depuis la condition misérable similaire à celle décrite par Vallès jusqu’à la position du surveillant général parisien, reconnu, dont l’annonce du décès remonte jusqu’au ministre…

Au-delà du sacro-saint règlement

  • 14 . AD. 2 T 224 A
  • 15 . AD. 2 T 205
  • 16 . A. N. F/17/26563
  • 17 . AD. 2 T 413

12Les surveillants généraux de fiction vouent leur vie professionnelle à l’application du règlement. C’est effectivement le socle professionnel commun des surveillants généraux. Maintien de l’ordre et discipline rythment le quotidien. Le « service des retenues » doit fonctionner efficacement. Mais les documents d’archives révèlent également d’autres tâches : les écritures, que négligent certains fonctionnaires, et la bibliothèque. En 1895, le surveillant général du lycée Faidherbe de Lille « fournit des livres à près de 300 élèves. Il remplit sa double tâche avec intelligence et dévouement. Il s’occupe bien des élèves sous le rapport de la conduite, du travail et de l’éducation. Il veille à leur propreté et à leur tenue »14. Le surveillant général veille au bon déroulement des études, cruciales dans l’enseignement secondaire, et peut également remplir un rôle pédagogique en étant chargé d’enseignement. La gestion des maîtres d’études monopolise beaucoup de temps et s’avère trop rigide15 ou trop laxiste16. Les documents soulignent la lourdeur de la tâche. L’emploi du temps porte la mention : « illimité ». En 1926, le proviseur d’Amiens écrit : « M. sait être ce qu’il doit être avant tout : surveillant général, c’est-à-dire qu’il n’épargne ni son temps ni sa peine ; qu’il n’hésite pas à faire des rondes, qu’il s’intéresse au détail de la vie scolaire. »17. L’omniprésence mythique du « surgé » s’avère fondée.

Bonne tenue dans la Maison et dans la ville

  • 18 . AD. 2 T 282
  • 19 . A. N. F/17/27830
  • 20 . AD. 2 T 263
  • 21 . A. N. F/17/24291

13Le surveillant général est attaché à « la Maison », centre de son existence privée et professionnelle. L’attache est physique et morale. Son logement, présenté comme un avantage, s’avère souvent « triste et insuffisant »18. Le lien s’apparente parfois à une servilité qui se devine dans le lexique utilisé : « bonne acquisition », « appartient à la maison » etc. Le vocabulaire trahit également les valeurs prônées par l’institution : « dévouement », « zèle », « tact » dont les occurrences sont frappantes. La pesanteur hiérarchique est patente. Le « dévouement sans limite »19 est récompensé par une distinction honorifique ou une accélération de carrière. L’Université ne tolère aucune transgression et sanctionne, le moindre écart professionnel ou politique20. L’image littéraire de M. Viot, serviteur obséquieux des familles, reflète le poids réel de celles-ci pour les carrières. Le surveillant général apprécié sait acquérir du prestige auprès des parents mais aussi des notables qui font et défont des carrières. Les douaisiens obtiennent ainsi une mutation, avec l’appui des autorités académiques21. Les dossiers de carrière fourmillent de lettres de recommandation qui s’avèrent souvent efficaces.

De la discipline de la peur vers une nouvelle relation éducative

  • 22 . A. N. F/17/25125
  • 23 . AD 2 T 224 A
  • 24 . A. N. F/17/26540

14La discipline de la peur (Caron, 2003) transparaît dans plusieurs documents. Obéissance et soumission sont au cœur de la relation avec les élèves. Pour certains surveillants généraux, les supérieurs hiérarchiques réclament même « plus de souplesse dans les méthodes disciplinaires »22. Néanmoins, les notices individuelles montrent que l’Institution souhaite une discipline basée sur la fermeté et la crainte. La palette de styles éducatifs apparaît plus nuancée et certains surveillants généraux font même figure de précurseurs, prônant une relation éducative bienveillante à l’écoute de l’élève. L’inspecteur général Piéron note, en 1903, que M.D. « joint à la fermeté nécessaire la plus grande affection pour les enfants et il s’attache à prévenir les fautes pour ne pas avoir à les réprimer »23. Une surveillante générale, M.B., « bienfaisante, affectueuse, maternelle » voue sa vie aux élèves, « les aime, les comprend, les aide dans toute la mesure de ses moyens »24. Elle apparaît comme une conseillère d’éducation avant la lettre.

Conclusion : autopsie d’un corps caricaturé…

15Les documents d’archives opposent donc à l’image mythique du « surgé », dont M. Viot est le parangon, des figures de surveillants généraux prisonniers d’une institution rigide prônant obéissance et ordre, pour les élèves et pour les personnels. L’étude des dossiers de carrière révèlent des profils variés depuis le surveillant général méprisé jusqu’à son collègue du cadre de Paris, respecté et honoré. Dépassant leur rôle de garde-chiourme, certains surveillants généraux, sans doute de manière marginale, ont développé une nouvelle relation éducative annonçant la création du corps des conseillers principaux d’éducation, en 1970. La filiation est parfois difficile…Y. Verneuil (2013) a montré comment l’identité professionnelle des professeurs, fondée sur l’attachement à la compétence disciplinaire et au refus des tâches subalternes, avait affecté la collaboration avec les répétiteurs ; ce qui explique en partie les difficultés actuelles à modifier la mission des professeurs. Ces difficultés sont au cœur de la division du travail éducatif (Tardif, Levasseur, 2010). Au poids des héritages identitaires, s’ajoute la pesanteur du mythe, suscitant tensions et malentendus entre conseillers principaux d’éducation (CPE) et professeurs nostalgiques du « surgé » (Rayou, 2004).

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie

Caron J.-C. (2003). Maintenir l’ordre dans les collèges et les lycées : théories et pratiques disciplinaires dans l’enseignement secondaire français (1815-1870). In J-P. Barbet, J.-N. Luc, I. Robin-Romero et C. Rollet (dir.), Lorsque l’enfant grandit ; entre dépendance et autonomie. (p.605-617). Paris : Presses de l’université de Paris-Sorbonne.
Daudet A. (n.d.) Le Petit Chose. Histoire d’un enfant. Paris : Alphonse Lemerre. (Œuvre originale, 1868).
Focquenoy C. (2011, à partir de). Du surveillant général au conseiller principal d’éducation. L’évolution d’une fonction éducative au service des élèves (XXe siècle). Thèse de doctorat en cours, sous la direction de J.-F. Condette, Université d’Artois et de S. Condette, Université de Lille 3.
Focquenoy C. (2012). Le CPE pédagogue, éclairage historique et sociologique. Conseiller d’éducation, ANCPE, 185, 6-9.
Gerbod P. (1968). La vie quotidienne dans les lycée et collèges du XIXe siècle. Paris : Hachette.
Grezes-Rueff F. et Leduc J. (2007). Histoire des élèves en France, de l’Ancien Régime à nos jours. Paris : Armand Colin.
Guth P. (1955). Le naïf aux quarante enfants. Paris : Albin Michel.
Pennac D. (2007). Chagrin d’école. Paris : Gallimard.
Prost A. (1968). Histoire de l’enseignement en France 1800-1967. Paris : Armand Colin.
Rayou P. et Van Zanten A. (2004). Enquête sur les nouveaux enseignants ; changeront-ils l’école ? Paris : Bayard.
Savoie P. (2000). Les enseignants du secondaire. Le corps, le métier, les carrières. Tome 1 : 1802-1914. Paris : INRP.
Sardou M. (1972). Le surveillant général. Paroles d’une chanson Album Danton. Paris. Musique : Jacques Revaux.
Tardif M., Levasseur L. (2010). La division du travail éducatif. Une perspective nord-américaine. Paris : Presses Universitaires de France.
Tschirhart A. (2013). Des surveillants généraux aux conseillers principaux d’éducation : histoire d’un héritage. Carrefours de l’éducation, 35(1), 85-103.
Vallès J. (1972a). L’enfant. Paris : Librairie Générale Française. (Œuvre originale publiée en 1879, Paris : Bibliothèque Charpentier).
Vallès J. (1972b). Le bachelier. Paris : Librairie Générale Française. (Œuvre originale publiée, en 1877, en feuilleton, sous le titre Mémoires d’un révolté).
Vallès J. (1972c). L’insurgé. Paris : Librairie générale française. (Œuvre originale publiée, posthume, en 1886).
Verneuil Y. (2013). Rôles et identités professionnelles des répétiteurs et des professeurs de lycée (1880-1940) : un conflit récurrent. Carrefours de l’éducation, 35(1), 49-67.

Haut de page

Notes

1 . Dans le sens extensif du mot ‘mythe’, tel que le définit le Dictionnaire culturel en langue française. Le Robert (Tome 3, p.850) :« Représentation de faits ou de personnages dont l’existence historique est réelle ou admise, mais qui ont été déformés ou amplifiés par l’imagination collective, la tradition littéraire. »

2 . Surnom qui vient du mépris d’un professeur lyonnais qui s’adresse, sans cesse, à Daniel Eyssette en lançant : « Eh ! Vous là-bas, le petit Chose ! »

3 . Daudet, A. (n.d.) Le Petit Chose. Histoire d’un enfant. Paris : Alphonse Lemerre. (Œuvre originale, 1868). p.57.

4 . Ibid., pages : 58, 59, 62, 67, 71, 86, 93, 94 et 165

5 . Ibid., p. 164

6 . Ibid., p. 58

7 . Ibid., p.94

8 . Ibid., p. 108

9 . Ibid., p. 110-111

10 . Ibid., p.70

11 . Ibid., p.62

12 . AD. du Nord, 2 T 145

13 . A. N. F/17/26743

14 . AD. 2 T 224 A

15 . AD. 2 T 205

16 . A. N. F/17/26563

17 . AD. 2 T 413

18 . AD. 2 T 282

19 . A. N. F/17/27830

20 . AD. 2 T 263

21 . A. N. F/17/24291

22 . A. N. F/17/25125

23 . AD 2 T 224 A

24 . A. N. F/17/26540

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Focquenoy-Simonnet, « Entre figures littéraires et données archivistiques :L’image mythique du surveillant général, « ancêtre » du conseiller principal d’éducation, à l’épreuve des traces historiques », Recherches & éducations, 11 | 2014, 39-50.

Référence électronique

Christine Focquenoy-Simonnet, « Entre figures littéraires et données archivistiques :L’image mythique du surveillant général, « ancêtre » du conseiller principal d’éducation, à l’épreuve des traces historiques », Recherches & éducations [En ligne], 11 | juin 2014, mis en ligne le 23 février 2015, consulté le 21 août 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/2086

Haut de page

Auteur

Christine Focquenoy-Simonnet

Doctorante
Laboratoires CREHS Université d’Artois/CIREL Lille 3

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org