Navigation – Plan du site
Recherches

Aux sources de l'effet pygmalion

Gérard Ambroise

Texte intégral

1Nos croyances, un peu comme les vœux dans les contes de fées, ont tendance à se réaliser. En 1948, le sociologue Robert Merton, qui étudie leur rôle dans la vie sociale, forge le concept de "prophétie auto-réalisante" pour rendre compte de ce phénomène. Jusqu'aux années 60 il reste pratiquement ignoré et ce n'est qu'après les recherches effectuées par le psycho-sociologue R.A. Rosenthalà la Oak School, école élémentaire située dans un quartier très populaire au sud de San Francisco, que la notion acquiert une véritable notoriété. Après avoir fait passer une série de tests à tous les élèves d'une classe, Rosenthal désigne à l'enseignant qui va les recevoir ceux qui sont susceptibles de faire des progrès fulgurants. Avec raison semble-t-il, puisque leurs résultats s'améliorent nettement plus que ceux des autres enfants dans les mois qui suivent. Or ces élèves, soi disant doués, avaient été choisis de façon tout à fait arbitraire. Mystérieusement la croyance du maître "ils sont bons" s'est vérifiée. Ils se sont, en quelque sorte, moulés dans les attentes et les espoirs qu'il avait à leur égard au point d'y correspondre parfaitement.

2Rosenthal va appeler "effet Pygmalion" ces croyances sur l'autre à réalisation quasi-automatique, réactivant ainsi une vieille légende crétoise. Un jour, Pygmalion sculpte une statue si belle qu'aussitôt il en tombe éperdument amoureux. Il s'arrête de boire, de manger, et passe l'essentiel de son temps à la contempler. Aphrodite, déesse de l'amour, émue par cette passion démesurée transforme la statue en une femme, Galathée, qu'il peut épouser. Telle est la fable. Faut-il lui attribuer la même signification que le psychologue Américain ? Nos croyances sur l'autre peuvent-elles vraiment se réaliser en lui ? L'élève finit-il toujours par correspondre aux préjugés que son maître a sur lui ?

3Depuis la publication de Pygmalion à l'école, les discussions dans la communauté pédagogique tournent principalement autour de cette question : l'effet mis en évidence dans les expériences réalisées à Oak School existe-t-il vraiment ?  Presque personne n'a songé à approfondir les indications fournies par Rosenthal lui-même pour expliquer les phénomènes un peu magiques qu'il avait constatés. Pour lui, en effet, c'est parce qu'un enseignant croit énormément dans les possibilités d'un élève qu'inconsciemment il exige et attend beaucoup de lui et, surtout, qu'il l'observe positivement détectant et renforçant immédiatement ses plus petits progrès. "L'effet Pygmalion" exprime l'influence de ce regard admiratif sur le développement de l'enfant. C'est tout ceci que je voudrais analyser davantage en mobilisant des références historiques.

J.J. Rousseau, un précurseur

4En 1762, juste après avoir publié Emile ou de l'éducation, Jean-Jacques Rousseau compose une petite scène lyrique “Pygmalion”1, monologue chanté par le sculpteur contemplant sa statue qui, à la fin, s'anime comme dans la légende antique. Et si son grand roman pédagogique peut se lire comme le gigantesque portrait d'un enfant en devenir fait par son gouverneur qui, lui, reste pratiquement invisible, la scène lyrique, elle, révèle le désir qui l'anime. En étudiant la relation gouverneur – Emile et en contemplant cette analyse par ce que nous apprend ce Pygmalion chanté, nous pourrions peut-être mieux comprendre ce qui a poussé Rosenthal à entreprendre ses recherches ainsi que les résultats merveilleux qu'il a cru obtenir.

5Avec Rousseau, au début de l' Emile, on quitte le réel et on bascule entièrement dans la fiction :

 «J'ai donc pris le parti de me donner un élève imaginaire ; de me supposer l'âge, la santé, les connaissances et tous les talents convenables pour travailler à son éducation, de la conduire depuis le moment de sa naissance jusqu'à celui où, devenu homme fait, il n'aura plus besoin d'autre guide qui lui-même ».

6Justement, ce détour par l'imaginaire permet peut-être de découvrir, à l'état naissant en quelque sorte, les hypothèses qui ont conduit Rosenthal à "inventer" ses expériences, et il nous confronte à des interrogations qui se situent en amont et en aval des recherches effectuées à la Oak School : que regarde exactement un maître dans un élève qu'il admire ? Cette contemplation recèle-t-elle vraiment des pouvoirs démiurgiques ? Ceux-ci produisent-ils des effets durables ? Et surtout cette soumission totale de l'enfant aux attentes de l'adulte ne comporte-t-elle pas aussi des aspects inquiétants ?

L'Emile comme seconde robinsonnade

7« Puisqu'il nous faut absolument des livres, il en existe un qui fournit, à mon gré, le plus heureux traité d'éducation naturelle. Ce livre sera le premier que lira Emile ; seul il composera durant longtemps toute sa bibliothèque, et il y tiendra toujours une place distinguée … Quel est donc ce merveilleux livre ? Est-ce Aristote ? Est-ce Pline ? Est-ce Buffon ? Non : c'est Robinson Crusoé ». Le roman de D. Defoe a, véritablement le statut de livre dans le livre chez Rousseau. Mais si "l'Emile" s'étaye sur les aventures du naufragé Anglais, presque personne n'a souligné que celles-ci, dans leur dernière partie qui commence avec l'arrivée de Vendredi sur l'île, esquissent ce que l'ouvrage de Rousseau développe : l'éducation totale d'un homme par un autre en marge de toute société. Et ce qui se joue entre Robinson et Vendredi permet de mieux comprendre le lien qui unit le gouverneur à Emile.

8Defoe est explicite sur la nature de la relation qui s'instaure entre le naufragé et le sauvage. C'est celle d'un parent éducateur à un être qui est assimilé à un enfant vierge de toute empreinte culturelle : « Mais retournons à mon nouveau compagnon. J'étais enchanté de lui, et je m'appliquais à lui enseigner à faire tout ce qui était propre à le rendre utile, adroit, entendu, mais surtout à me parler et à me comprendre, et je le trouvais le meilleur écolier qui fût jamais »(p. 341). Et cet élève parfait  est aussi un  enfant  obéissant  et  affectueux. « … jamais homme n'eut un serviteur plus sincère, plus aimant, plus fidèle que Vendredi. Sans passions, sans obstination, sans volonté, complaisant et affectueux, son attachement pour moi était celui d'un enfant pour son père »(p. 339).

9Sur son île déserte, dès sa rencontre avec Vendredi, Robinson occupe une position qui sera celle du gouverneur auprès d'Emile. Un autre élément vient renforcer l'analogie entre ces deux couples où se condensent les relations parentales et pédagogiques, dans chaque cas il y a une génération d'écart entre l'ego éducateur et l'alter ego élève. Nous l'avons vu c'est une donnée de départ chez Rousseau et Defoe livre assez d'indications temporelles dans son roman pour qu'on s'aperçoive que Vendredi a environ 26 ans quand il débarque sur l'île où Robinson s'est échoué 25 ans plus tôt alors qu'il avait un peu plus de 27 ans.

L'éducation négative et la magie du regard

10Le roman anglais n'a pas en prétention d'être un traité de pédagogie alors que chez Rousseau, au contraire, la réflexion sur l'action éducative est centrale. Comment procède donc le gouverneur chez lui ? D'une manière très paradoxale puisque sa pédagogie est « purement négative»(Emile, 70). Jamais il n'enseigne explicitement, il laisse Emile se débrouiller tout seul dans la construction de ses savoirs. «… qu'il pense être Robinson lui-même »(Emile, 203). Mais si le gouverneur n'enseigne pas, il est toujours présent et perpétuellement, a son élève à l'œil. Il regarde Emile et admire en lui, dès que son élève commence à les esquisser, les attitudes qu'il souhaite lui faire acquérir.

11Sur quoi débouchent ces éducations faites en marge de toute société ? Chez Defoe, Vendredi devient très vite le compagnon fidèle et le serviteur dévoué de Robinson. Chez Rousseau c'est différent, en apparence, Emile devient adulte, épouse Sophie et quitte son gouverneur. Pourtant peu de temps avant son mariage il fait à ce dernier cet étrange aveu: « Maintenant je suis sûr de devenir ce que vous avez voulu que je sois ». Dans les deux cas, le processus éducatif produit des êtres dépourvus de volonté propre. Et ce que Robinson et le gouverneur admiraient dans leur alter ego n'était rien d'autre que leurs propres idéaux qu'ils y avaient progressivement déposés.

12La dernière strophe du "Pygmalion" que Rousseau compose au moment de la sortie de l'Emile confirme ceci : «Oui, cher et charmant objet : digne chef d'œuvre de mes mains, de mon cœur et des Dieux. C'est toi, c'est toi seule : je t'ai donné tout mon être, je ne vivrai plus que par toi»(Emile, 203).Voilà ce que le sculpteur fredonne à la statue qui vient de s'animer. Et quand l'un dit : « je ne contemple que toi » et que l'autre répond : « je veux ce que tu veux », on peut se demander : où est désormais le modèle? Qui est la copie, le double de l'autre ?  Et même où sont les frontières entre l'un et l'autre ? Mais surtout ce chant de Pygmalion révèle peut-être la face cachée, l'envers des phénomènes merveilleux que Rosenthal a cru mettre en évidence dans les classes de la Oak School. Et si c'est son idéal personnel que le maître admire dans l'élève qu'il fait réussir, n'importe quel enfant peut-il servir de support à ces projections ? Ne doit-il pas remplir certaines conditions inaperçues par le chercheur Américain pour que ce qu'il appelle "l'effet Pygmalion" puisse se manifester.

L'envers du miroir

13Revenons un instant sur les deux fictions que nous avons longuement évoquées et interrogeons les réussites paradoxales qu'elles proposent. Vendredi et Emile sont éducables mais cette qualité semble, chez eux, se réduire en la capacité d'accueillir adéquatement des perfections désirées par un autre. Leur éducabilité n'est rien d'autre que la perfection de leur maître en creux. Relisons la première description que Robinson fait de Vendredi. « C'était un grand beau garçon, svelte et bien tourné et à mon estime d'environ vingt-six ans. Il avait un bon maintien, l'aspect ni arrogant ni farouche et quelque chose de très mâle dans la face » (Robinson Crusoé, 334). Ainsi le bon sauvage est d'abord un beau sauvage et ses qualités physiques vont fonctionner comme un miroir-réceptacle  où Robinson va progressivement déposer sa propre culture. Cette condition est exprimée encore plus nettement chez Rousseau. Voilà ce qu'il dit du contrat qui va lier l'orphelin Emile à son gouverneur : « Ce traité fait d'avance suppose un accouchement heureux, un enfant bien formé, vigoureux et sain »(Emile, 23). Le gouverneur réclame donc un bébé parfait pour pouvoir se lancer dans son entreprise. Et quelques lignes plus loin Rousseau met les points sur les i : « Celui qui se charge d'un élève infirme et valétudinaire change sa fonction de gouverneur en celle de garde-malade; il perd à soigner une vie inutile le temps qu'il destinait à en augmenter le prix » (Emile, 24).

14La psychanalyste Simone Sausse(1996) souligne fort justement que le handicap transforme le bébé en miroir brisé où personne ne songe à se reconnaître. L' alter ego peut devenir miroir de l'ego quand l'absence de tares physiques permet la projection de l'un sur l'autre. Chez Defoe et chez Rousseau cette condition, clairement exprimée, est renforcée par l'isolement radical des protagonistes. Sur l'île déserte aucun tiers ne vient séparer le sauvage et le civilisé. Et Emile, pour ne pas être contaminé par la perversion sociale, se développe dans la seule compagnie de son gouverneur. Jamais, jusqu'à la fin de son adolescence, on lui donne l'occasion de se frotter à des individus de son âge.

15Dans un tel contexte, les jeunes "alter ego" sont totalement dépendants des "ego" plus âgés qui peuvent, véritablement, n'en faire qu'à leur tête comme un souverain absolu. Ecoutons Robinson se décrire peu avant l'arrivée des navires qui mettront fin à ses aventures sur l'île : « … et il me vint et je fis l'agréable réflexion, que je ressemblais à un roi. Premièrement, tout le pays était ma propriété absolue, de sorte que j'avais un droit indubitable de domination ; secondement mon peuple était complètement soumis. J'étais souverain seigneur et législateur ; tous me devaient la vie et tous étaient prêts à mourir pour moi si besoin était » (Robinson Crusoé, 387). Et le gouverneur ne dit pas autre chose quand pour se lancer dans son entreprise il demande les pleins pouvoirs. « Emile est orphelin. Il n'importe qu'il ait son père et sa mère. Chargé de leurs devoirs, je succède à tous leurs droits. Il doit honorer ses parents ; mais il ne doit obéir qu'à moi. C'est ma première ou plutôt ma seule condition »(Emile, 23).

De l' imaginaire au réel

16La toute puissance d'un ego, renforcée par l'exclusion de tout tiers, fait que son alter ego ne peut que devenir sa copie conforme. Sans alternative celui-ci ne peut que redoubler celui-là. L'élève n'a pas d'autre solution que de répondre au désir du maître. Les résultats observés par Rosenthal dans les classes élémentaires de la Oak School ne sont peut-être qu'un écho très atténué des processus aussi purs que fictifs décrits par Defoe et Rousseau. Echo atténué, estompé même parce qu'il se propage dans une réalité infiniment plus complexe que le pur face à face d'un modèle et de sa copie. Le psychologue Américain lui-même constate que "l'effet Pygmalion" décline quand l'âge de l'élève augmente au point de devenir pratiquement négligeable à l'adolescence.

17De plus, dans les écoles deux facteurs viennent limiter le poids du regard du maître sur l'élève. D'abord il y a les programmes qui, niveau par niveau, indiquent des objectifs précis. De ce fait les observations de l'enseignant ne peuvent plus être entièrement narcissiques. Elles sont en grande partie délimitées par les Instructions Officielles. Le maître ne peut pas que se regarder dans l'élève, il doit aussi veiller à ce que celui-ci acquière les savoirs et les compétences qui correspondent au niveau d'enseignement qu'il a en charge. Pour le dire autrement, un enseignant dans une école ne peut pas se comporter comme Robinson sur son île et n'en faire qu'à sa tête. Sa volonté est en grande partie médiatisée par la société. Il doit d'abord faire ce pour quoi on le paye.

18De plus dans une classe le regard du maître sur l'élève s'entrecroise avec d'autres regards. Et si un enfant cherche à répondre aux attentes de l'enseignant, il doit aussi s'efforcer de plaire à ses copains, de nouer des liens avec ses pairs. Et aujourd'hui, les théories socio-constructivistes de l'apprentissage insistent, à juste titre, sur le rôle irremplaçable de ces autres-là dans l'élaboration et l'appropriation des savoirs et même, c'est particulièrement manifeste à l'adolescence, dans la construction, par chacun, de son identité personnelle.

19Ainsi donc le pur face à face d'un élève avec son Mentor où le second imprimerait intégralement ses souhaits sur le premier est une chimère. Dans la réalité, chaque enfant est confronté à une multitude d'adultes, d'enseignants, dans des contextes très diversifiés. Imaginons cependant la possibilité d'une telle utopie. Sur quoi pourrait-elle déboucher ? Quel avenir attendrait un élève entièrement façonné par la volonté d'un seul maître ? Rousseau, lui-même, semble s'être posé cette question. Après sa mort, on a retrouvé dans ses affaires le manuscrit d'un roman épistolaire inachevé Emile et Sophie ou les solitaires. Les deux longues lettres terminées, que l'élève parfait devenu adulte envoie à son ancien maître, permettent de cerner ses intentions. Emile, après avoir abandonné femme et enfant, et être devenu, un peu comme le Rousseau réel, un errant solitaire, décline cette longue plainte : « Je n'y arrive pas, je suis incapable de correspondre à l'idéal qui m'a été assigné.». Ainsi, séparé de son gouverneur, l'élève imaginaire s'est rapidement effondré pour laisser place à un solitaire velléitaire, ne parvenant pas à trouver d'ancrage dans la société, glissant d'aventure en aventure, fondamentalement indifférent à ce qui lui arrive.

Conclusion

20Nos croyances sur l'autre peuvent-elles vraiment se réaliser ? L'élève peut-il se mouler intégralement dans les attentes et les idéaux de son maître ? A la racine des hypothèses que Rosenthal a cherché à vérifier n'y a-t-il pas le fantasme d'un ego démesuré qui s'imagine pouvoir créer l'alter ego comblant ses désirs ? "L'effet Pygmalion" qu'il prétend avoir mis en  évidence  traduirait  bien ceci. Au «deviens ce que je souhaite » du maître répondrait en écho le « je veux ce que tu veux » de l'élève. Or ce fameux effet ne se retrouve que sous des formes très atténuées et même, pratiquement indécelables dans les classes ordinaires. Faut-il le regretter ? Non car d'abord on pourrait légitimement s'interroger sur la solidité d'un élève qui ne serait que la création de son maître. Que deviendrait-il à la disparition de son mentor ? Ensuite, et surtout, force est de constater qu'une classe n'est pas un huis clos narcissique où l'un se mire dans le regard de l'autre. C'est, avant tout, une institution sociale régulée par des textes et aussi un groupe élargi où chaque sujet est confronté à une multitude d'autres porteurs de différences sexuelles, générationnelles et culturelles. Et c'est dans ce creuset que chacun doit peu à peu forger sa personnalité.

Haut de page

Bibliographie

Defoe D., Robinson Crusoé, Paris, Ed. Garnier.

Rousseau J.J., Emile ou de l'éducation, Paris, Ed. Garnier, 1972.

Rousseau J.J., Emile et Sophie ou les solitaires, Paris,  Rivages poche, 1994.

Rosenthal R.A., Jacobson J., 1971, Pygmalion à l'école, Paris, Casterman.

Sausse S., 1996, Le miroir brisé, Paris,  Calmann-Lévy.

Haut de page

Notes

1 On peut lire les paroles (sans la musique) de cette scène dans le tome 2 des Œuvres complètes de Jean-Jacques Rousseau. Bibliothèque de la Pléiade p. 1224 à p. 1231.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Ambroise, « Aux sources de l'effet pygmalion », Éduquer [En ligne], 5 | 2e trimestre 2003, mis en ligne le 15 octobre 2008, consulté le 22 mars 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/218

Haut de page

Auteur

Gérard Ambroise

Professeur certifié de philosophie à l'IUFM de Lorraine.

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org