Navigation – Plan du site
Recensions

Brigitte Frelat-Kahn, Pragmatisme et éducation
Librairie J. Vrin, 2013, 205 p.

Eirick Prairat
p. 197-199
Référence(s) :

Brigitte Frelat-Kahn
pragmatisme et éducation
Librairie J. Vrin, coll. Philosophie de l’éducation, 2013, 205 p.

Texte intégral

1Il manquait assurément un ouvrage dans la grande bibliothèque de Philosophie de l’éducation, ouvrage qui éclaire de manière historique et actuelle les liens entre éducation et pragmatisme. C’est aujourd’hui chose faite avec la publication de Pragmatisme et éducation de Brigitte Frelat-Kahn (Vrin, 2013). Si le pragmatisme a, dans un premier moment, souffert de sa forte inscription dans une culture américaine jugée trop matérialiste, il ne pouvait à terme que gagner des suffrages dans des sociétés marquées par la sécularisation, l’individualisation et la privatisation de la vie sociale. Brigitte Frelat-Kahn a choisi de s’intéresser non à l’ensemble de la tradition pragmatiste mais à trois auteurs emblématiques -James, Dewey et Rorty- trois philosophes impliqués dans les débats politiques de leur temps. L’enjeu de ce travail est de montrer que le pragmatisme en articulant étroitement théorie de la connaissance et théorie politique fournit les bases d’une nouvelle perspective philosophique en éducation.
La première partie de Pragmatisme et éducation (l’ouvrage est structurée en trois parties) est consacrée à examiner la réception du pragmatisme et plus particulièrement de la pensée deweyienne en France et, au-delà, dans l’aire francophone européenne. Ce sont les novateurs qui feront connaître à l’aube du XXe siècle (dès 1909) les écrits de Dewey. Moment de révérence qui est aussi un moment d’occultation : Dewey réduit à quelques propositions pédagogiques. On assiste en effet à une étonnante entreprise de reformulation puisqu’il s’agit d’exhiber des principes et des pratiques (pédagogiques) en les isolant de l’arrière-plan philosophique qui les porte et leur donne sens. « Aucune théorie de la connaissance, pas de prise en compte de la question de la vérité […] qui constitue pourtant, comme le note Brigitte Frelat-Kahn, le point de ralliement des fondateurs du pragmatisme » (p. 27). Les années trente (1930) signent alors la lente et longue éclipse de la référence à Dewey dans la rhétorique des novateurs. Lente car celle-ci s’estompe au fur et à mesure que les tendances socialistes et communistes se font sentir au sein d’un mouvement originellement inspiré par le christianisme libéral. Longue enfin, parce qu’il faut attendre les années soixante pour redécouvrir en France la pensée de John Dewey.
Cette première partie montre, de manière précise, pourquoi et comment Dewey a été appréhendé tantôt comme un pédagogue, tantôt comme un psychologue, mais jamais comme un philosophe. Comment comprendre que l’on ait pu se revendiquer du pragmatisme tout en le coupant de ce qui en a été la matrice – et qui aurait dû retenir l’attention des pédagogues – une nouvelle théorie de la connaissance ? Théorie radicale qui entend congédier le dualisme (esprit/matière) qui n’a pourtant cessé de structurer la pensée continentale. Brigitte Frelat-Kahn consacre alors, dans une seconde partie réservée à cette question de la connaissance, de belles pages à présenter l’hypothèse jamessienne du monisme neutre, les critiques russellienne et rortyenne de celle-ci et l’interprétation réductrice du physicalisme contemporain avec l’essor, au tout début des années 1980, des neurosciences. L’élimination du dualisme, dans ce dernier moment marqué par des neurosciences jeunes mais conquérantes, a conduit finalement contre le vœu pragmatiste à une véritable « ontologisation de la gnoséologie » (p. 80). La seconde partie de l’ouvrage présente également la fameuse critique que Rorty adresse aux conceptions spéculaires de la connaissance (conceptions reposant sur le triple présupposé de l’immutabilité, de l’atomisme et de la commensurabilité). Est également présenté le faillibilisme épistémologique de Dewey préférant à la notion toute métaphysique de Vérité la notion plus modeste mais plus assurée d’assertabilité garantie. Ces pages, proprement philosophiques, se closent en évoquant les conséquences pédagogiques d’une telle révolution ; l’enquête, le problème et le projet sont les nouveaux leviers de l’apprentissage au sein d’une communauté éducative où le maître a renoncé à incarner l’improbable figure du médiateur. N’aurait-il pas été intéressant de poursuivre la réflexion avec d’autres notions, plus contemporaines, à commencer par celle de compétence. Car nous avons bien affaire à un concept pragmatiste, concept qui non seulement privilégie à la notion figée de « contexte » celle plus dynamique de « situation » mais qui, aussi et surtout, subvertit le dernier dualisme de la pensée pédagogique (savoir versus action). Car ce prétendu dualisme est aussi un trompe-l’œil. Savoir ou agir, ce n’est pas là encore une question d’orientation mais une question de points de vue. La compétence est tout autant savoir qu’action, mieux, elle est indifféremment savoir et action.
Brigitte Frelat-Kahn voit dans le pragmatisme non une simple méthode mais la philosophie des temps démocratiques. Pas seulement parce que le pragmatisme est né sous des cieux démocratiques mais parce qu’il épouse le mouvement de la démocratie par le souci et l’attention qu’il porte au concret et au singulier. Le pragmatisme se méfie des désirs effrénés de globalité et d’unification, il fait tout au contraire le choix du pluralisme qui est la marque même du réel. Assumer le pluralisme ce n’est pas seulement reconnaître la multiplicité et la diversité d’un donné que l’on ne saurait subsumer en un tout superbe, c’est aussi accepter l’incomplétude du monde. « Ce n’est pas seulement un monde multiple qu’exige le pragmatiste, c’est un monde incomplet qui affirme la réalité du temps, du changement et du développement (p. 141). Le monde n’est pas un monde « ready made », déjà fait et disponible à une saisie, il est mouvement, flux continu d’évènements, « incessante création ». On comprend dès lors que l’organisation de la communauté apparaisse comme une question décisive et pour le vivre ensemble et pour la diffusion des savoirs. On peut de manière classique penser le lien sociopolitique comme adhésion à des valeurs et à des principes déjà-là, c’est-à-dire sous le signe de ce que l’on a pu appeler universitas. Ce qui fédère les membres d'une communauté dans une telle perspective est leur commune adhésion à des principes extérieurs ou à une instance qui transcende les réalités socio-économiques au sein desquelles ils sont immergés. On peut aussi, et telle est l’orientation pragmatiste, le penser comme societas. Le lien sociopolitique est alors le résultat des échanges, de la complémentarité des compétences et des besoins et, plus largement, de la réciprocité qui tisse et organise la vie sociale. Ce qui relie les individus n'est plus l'ouverture à une transcendance axiologique ou principielle mais le jeu quotidien des échanges et des activités. L'association -qui n’est plus simple agrégation- tient aux chemins existentiels, au hasard des rencontres et aux engagements effectifs et ponctuels des personnes qui le constituent. Ce qui règle la relation sociopolitique « n’est plus un terrain d'entente préalable fondée sur des valeurs extérieures, transcendantes à la communauté comme telle : c’est la discussion, l'échange et la circulation des intérêts, des convergences et des divergences des individus » (p. 146-147). Il y a dans ce second modèle une valorisation des enjeux présents et à venir puisque le lien se construit dans l'immanence des échanges et dans l’effectivité des rapports de coopération engagés pour faire face aux inévitables problèmes qui s’imposent à toute multitude humaine.
On ne peut que recommander la lecture de ce beau petit livre suite heureuse, sur le terrain de l’éducation, au maître-livre de Jean-Pierre Cometti (Qu’est-ce que le pragmatisme ? Gallimard, 2010). Pragmatisme et éducation examine dans ses pages conclusives les raisons du succès actuel de la pensée pragmatiste en Europe. Nous aurions tort de le chercher, nous dit Brigitte Frelat-Kahn, dans ce qu’il est convenu d’appeler la globalisation et dans l’homogénéisation des conditions de vie qui l’accompagne. Il faut plutôt se tourner vers le défi politique qui est aujourd’hui le nôtre et en France et en Europe : être ensemble tout en étant pluriels.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eirick Prairat, « Brigitte Frelat-Kahn, Pragmatisme et éducation
Librairie J. Vrin, 2013, 205 p.
 », Recherches & éducations, 11 | 2014, 197-199.

Référence électronique

Eirick Prairat, « Brigitte Frelat-Kahn, Pragmatisme et éducation
Librairie J. Vrin, 2013, 205 p.
 », Recherches & éducations [En ligne], 11 | juin 2014, mis en ligne le 24 février 2015, consulté le 29 juin 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/2180

Haut de page

Auteur

Eirick Prairat

Université de Lorraine
LISEC, Normes et Valeurs, IUF

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org