Navigation – Plan du site
Recensions

André Turmel, Une sociologie historique de l’enfance
Pensée du développement, catégorisation et visualisation graphique1.
Laval : Presses Universitaires de Laval, 2013, 352 p.

Séverine Parayre
p. 197-199
Référence(s) :

André Turmel, Une sociologie historique de l’enfance
Pensée du développement, catégorisation et visualisation graphique2.
Laval : Presses Universitaires de Laval, 2013, 352 p.

Texte intégral

  • 1 . Publication initiale en anglais :A Historical Sociology of Childhood. Developmental Thinking, cat (...)
  • 3 . Dans le sens où ils finissent par transformer le monde (p. 54).
  • 4 . Pour plus d’informations, on renvoie au site de la Société Binet-Simon, http://binet.hypotheses.o (...)
  • 5 . Bernard Andrieu, « Psychologie des cancres : Une archive inédite d’Alfred Binet », Recherches & E (...)
  • 6 . Le Normal et le Pathologique, (1966, 9e rééd. PUF/Quadrige, Paris, 2005).
  • 7 . Arnold Lucius Gesell (1880-1961) psychologue et pédiatre américain. Alfred Binet (1857-1911) psyc (...)

1L’ouvrage couvre principalement trois pays, les Etats-Unis, la France et l’Angleterre et selon les avancées techniques, d’autres pays européens sont évoqués. Dès l’introduction l’auteur explique sa démarche de recherche, ainsi que justifie les choix effectués et les termes employés en titre et sous-titre de l’ouvrage. Une sociologie historique est privilégiée, afin de percevoir sur un long terme (XIXe et XXe siècles) les modèles de changement à l’égard de l’enfance, aussi bien politique, économique, scientifique et social. Nous allons revenir sur les cinq chapitres denses proposés par l’auteur.
Le premier chapitre installe la théorie de la recherche. Le XIXe siècle promeut l’enfant comme un acteur social à part entière et accroît les connaissances pédiatriques et hygiéniques. Les sciences par le biais de nouvelles techniques, génèrent une transformation du regard, des connaissances et de la prise en charge de l’enfance. Les second, troisième et quatrième chapitres vont détailler les nouveaux instruments scientifiques de mesures et la nouvelle catégorie d’enfant normal.
Une transition fondamentale, présentée avec précision dans le second chapitre, est le passage de l’observation personnelle (sur quelques individus proches des observateurs) à des observations scientifiques à grande échelle. A la fin du XVIIe siècle et au XVIIIe siècle quelques philosophes, naturalistes ou pédagogues, avec à leur tête les philosophes anglais John Locke (XVIIe) et suisse Jean-Jacques Rousseau (XVIIIe), préconisent des observations pour étudier le cours de la santé physique infantile. La plupart du temps les observations sont domestiques, ainsi le pédagogue suisse Johann Heinrich Pestalozzi (XVIIIe) tient un journal sur son fils de trois ans et demi. Même avec l’avènement des techniques graphiques et statistiques, certains psychologues à l’instar d’Alfred Binet (XIXe), préfèrent se limiter à de petits échantillons et à l’observation pratiquée sur leurs propres enfants. C’est au début du XXe siècle que les recherches sur l’enfance se généralisent et sortent de l’observation domestique. Le psychologue américain G. Stanley Hall étudie scientifiquement le développement de l’enfant et organise les premiers questionnaires de masse. Les institutions scolaires deviennent des lieux d’enquête, où s’effectuent des études longitudinales de plusieurs centaines d’enfants sains et normaux de la naissance à six ans. On s’attarde sur la croissance physique (le poids demeurant un indice de santé plus concret), puis sur le développement mental. Or tous ces « médiateurs techniques »3, tableaux et graphiques, contribuent en retour à accentuer le désir de standardisation physique et comportementale des parents de classes moyennes et supérieures préoccupés par les normes de développement, la mère devenant plus soucieuse de la santé infantile à mesure des consultations. L’auteur nous livre peu d’informations sur les parents de la classe ouvrière, qui résisteraient encore à l’influence normative. Mais les archives manquant, il n’est pas aisé de retrouver ces résistances culturelles.
La fin du troisième chapitre revient sur l’avènement de la psychologie et les tests d’intelligence, depuis le premier laboratoire de psychologie expérimentale de Wundt à l’université de Leipzig en 1883, à l’échelle de mesure de l’intelligence établie par le médecin Théodore Simon et le psychologue Alfred Binet en 1905 et qui permet de distinguer âge mental et âge chronologique4. Ces tests classent l’enfant dans des cases (une distinction apparait entre crétin, imbécile et idiot, p. 177)5, ils réorganisent la vie de l’enfant le dirigeant vers une éducation appropriée à ses aptitudes, mais aussi ils peuvent contribuer à socialement le stigmatiser.
La question de la normalité infantile est développée dans le quatrième chapitre. Elle apparait d’autant plus durant la seconde moitié du XIXe siècle, qu’elle est influencée par la fréquence de l’usage des mesures et des statistiques sur l’enfant. Trois catégories de normalité sont distinguées : le normal comme une moyenne, le normal en santé et le normal acceptable. A la suite du mathématicien Adolphe Quételet en Belgique et du réformateur social Edwin Chadwick en Angleterre dans les années 1830, les enquêtes concentrées sur les tailles et poids des enfants se répandent en Europe, élaborant une notion de moyenne dans le développement et reliant conditions sociales et problèmes physiques. La moyenne pour Emile Durkheim indique la norme, et tout écart constitue de l’anormalité. Dans la mesure où le bien-être physique peut plus facilement se mesurer, il devient une attention première. Les maladies, venant entraver le développement et la croissance, peuvent donc introduire des écarts par rapport à la norme, ce que Georges Canguilhem6 qualifie de pathologies et le concept de normal se trouve donc aussi associé à la santé. Or le pathologique peut aussi être associé aux variations de comportements, à la délinquance par exemple, qui menace l’ordre social et nous arrivons à la catégorie normal acceptable. C’est aussi le glissement qui est étudié de la délinquance coupable à la délinquance inadaptée, depuis la répression et les maisons de correction vers l’éducation, l’orientation et la réadaptation.
Le dernier chapitre concerne la percée de la pensée développementale portée par l’avènement de la psychologie au XXe siècle, la croissance de l’enfant étant perçu dans une perspective globale et non plus seulement physique. Quelques théories de figures emblématiques sont présentées : Gesell, Binet, Hall, Piaget, ainsi que leurs critiques7. Dans l’ensemble, nous pouvons regretter le manque de repères biographiques des personnalités présentées, notamment des américains moins connus du lectorat francophone, ce qui n’enlève rien à l’important travail effectué sur les théories exposées.
Nous n’avons pu aborder que quelques-uns des points fondamentaux de cet ouvrage passionnant et très riche. Il peut être considéré comme une étude de référence théorique sur l’enfance et son développement et la catégorie d’enfance normale « complexe, culturelle et technique » (p. 256).

Haut de page

Notes

1 . Publication initiale en anglais :A Historical Sociology of Childhood. Developmental Thinking, categorization and Graphic Visualization, Cambridge University Press, 2008.

3 . Dans le sens où ils finissent par transformer le monde (p. 54).

4 . Pour plus d’informations, on renvoie au site de la Société Binet-Simon, http://binet.hypotheses.org/

5 . Bernard Andrieu, « Psychologie des cancres : Une archive inédite d’Alfred Binet », Recherches & Educations, n° 8, 2013, p. 167-183.

6 . Le Normal et le Pathologique, (1966, 9e rééd. PUF/Quadrige, Paris, 2005).

7 . Arnold Lucius Gesell (1880-1961) psychologue et pédiatre américain. Alfred Binet (1857-1911) psychologue et pédagogue français. Granville Stanley Hall (1884-1924) philosophe et psychologue américain. Piaget (1896-1980) psychologue, biologiste et épistémologue suisse.

2 . Publication initiale en anglais :A Historical Sociology of Childhood. Developmental Thinking, categorization and Graphic Visualization, Cambridge University Press, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Séverine Parayre, « André Turmel, Une sociologie historique de l’enfance
Pensée du développement, catégorisation et visualisation graphique.
Laval : Presses Universitaires de Laval, 2013, 352 p.
 », Recherches & éducations, 11 | 2014, 197-199.

Référence électronique

Séverine Parayre, « André Turmel, Une sociologie historique de l’enfance
Pensée du développement, catégorisation et visualisation graphique.
Laval : Presses Universitaires de Laval, 2013, 352 p.
 », Recherches & éducations [En ligne], 11 | juin 2014, mis en ligne le 24 février 2015, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/2181

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org