Navigation – Plan du site
Recensions

Jean-Marie Barbier & Joris Thievenaz (eds),
Le travail de l’expérience,
Paris : L’Harmattan, 2013, 319 p.

Eric Flavier
p. 187-190
Référence(s) :

Jean-Marie Barbier & Joris Thievenaz (eds),
Le travail de l’expérience,
Paris : L’Harmattan, 2013, 319 p.

Texte intégral

1Coordonné par Jean-Marie Barbier et Joris Thievenaz, cet ouvrage collectif s’attache à défendre l’idée selon laquelle le travail de l’expérience réside dans la répétition, l’articulation et l’imbrication entre le vécu, l’élaboration et la communication de l’expérience. Cette thèse constitue également l’un des axes de travail de l’équipe « Activité, expérience, apprentissage » du Centre de Recherche sur la Formation du CNAM. Pour relever ce défi, l’ouvrage est construit autour de dix chapitres contribuant chacun, sur la base de la présentation d’une étude de cas, à la réflexion d’ensemble.
En introduction, Jean-Marie Barbier s’engage dans un effort de délimitation visant d’abord à circonscrire le concept d’expérience puis plus précisément celui du travail de l’expérience. Le vécu de l’expérience est défini comme ce qui reste de l’activité d’un sujet, c’est-à-dire de ses interactions avec l’environnement dans lequel il évolue. Ce vécu de l’expérience se révèle indissociable du cours de l’activité : il est situé, porte l’empreinte des expériences antérieures et participe des expériences à venir. Il est constitutif des sujets-mêmes. L’élaboration de l’expérience est appréhendée comme des constructions mentales de donation de sens par l’individu agissant dans un flux d’activité continu et dans lesquelles il se reconnait. Plus encore que pour l’activité et le vécu, la question de l’accès à l’élaboration de l’expérience se fait vive dans les courants de recherche s’y intéressant, notamment parce que cette élaboration est associée à des processus mentaux faits d’engagements, d’affects ou d’interprétations. Enfin, la communication de l’expérience, au-delà de l’évidence, dépasse le simple caractère discursif pouvant devenir une activité nouvelle en elle-même. Elle implique systématiquement la participation d’autrui(s), notamment comme facilitateur de cette communication, qu’elle soit menée à des fins de narration ou de transmission de l’expérience.
Les trois premiers chapitres de l’ouvrage questionnent les démarches méthodologiques d’accès à l’expérience. De toute évidence, l’inventaire n’est pas exhaustif, mais il offre un regard complémentaire de diverses méthodes s’appuyant, tantôt sur des traces d’activité directement accessibles au chercheur (enregistrement audio-visuel de l’activité), tantôt sur des traces mnémoniques privées de l’acteur (le souvenir de son activité). Séphora Boucenna, sur fond d’une recherche menée auprès de conseillers pédagogiques défend l’entretien de rétrospection comme méthode d’investigation de l’activité, qualifiée ici de subjective et significative. La contribution apporte notamment un intérêt dans l’émergence de la notion d’espace temporel, défini comme l’articulation par l’acteur de ses espaces d’activités, échappant ainsi à un découpage classique selon une stricte logique temporelle. Il s’agit dès lors d’une séquentialisation du temps qui répond à une construction personnelle et subjective.
Dans le deuxième chapitre, Angelo Greco privilégie une voie d’accès à l’expérience à partir d’entretiens qu’il a nommé « discours interactifs d’expériences significatives » (DIES) qui sont basés, principalement sur les traces mnémoniques que les expériences ont laissées chez les acteurs (en l’occurrence des sauveteurs en montage). Greco s’intéresse à l’expérience au sens allemand d’Erfahrung, c’est-à-dire chargée de l’ensemble du vécu d’un acteur à un instant t. Le DIES n’en est alors que le reflet, l’expression par le truchement du récit d’un épisode d’activité bien délimité dans le temps.
Sylvaine Martin poursuit le débat des liens que l’on peut identifier entre d’une part « avoir de l’expérience » et d’autre part « se faire une expérience ». La distinction, subtile et perméable, entre les notions d’Erlebnis, c’est-à-dire l’expérience propre liée à un événement, et d’Erfahrung, c’est-à-dire inhérente à l’accumulation des vécus antérieurs, est discutée par l’auteure. Pour elle, le matériau de l’entretien d’aide à l’explicitation (inspiré des travaux de Vermersch) constitue un outil ad hoc à l’identification de cette perméabilité, notamment dans l’alternance et l’articulation entre un discours en première et troisième, voire en deuxième, personne.
En ouverture de la deuxième partie, Martha Arcinegas aborde la question de l’association d’espaces d’activités à partir d’une étude portant sur la manière dont des vacataires de l’université rapatrient leur expérience professionnelle dans leur activité d’enseignement. Le propos, en s’appuyant sur une démarche inspirée de la clinique de l’activité mais s’en détachant en ce qu’elle met au premier plan l’explicitation de l’expérience professionnelle passée plus que son développement, vise à révéler les liens qui se tissent entre une expérience vécue, une expérience traversée et une expérience rapportée. Néanmoins, l’auteure montre également que cette communication de l’expérience dépasse le seul caractère langagier et implique l’acteur dans une réélaboration de son expérience professionnelle.
Dans le chapitre 5, Fabienne Saboya appréhende le travail de l’expérience en interrogeant la place qu’y occupe le langage, notamment dans les liens entre les espaces discursifs et les espaces mentaux. Pour ce travail, elle s’appuie sur une méthodologie empruntant à Bronckart (1997) la distinction de quatre mondes discursifs (discours interactif, récit interactif, discours théorique, narration).
Considérée comme un outil heuristique d’analyse de pratiques à des fins de formation professionnelle, cette démarche est discutée sur la base de deux hypothèses. Selon la première, les déplacements langagiers d’un monde à l’autre sont liés aux déplacements de pensée, et réciproquement. La deuxième hypothèse postule que la compréhension du processus de réélaboration de l’expérience à partir de l’activité langagière est rendu possible par l’identification de ces déplacements de pensée.
Les chapitres 6 et 7 abordent la question de la participation d’autrui dans le travail de l’expérience et l’élaboration de cette dernière. Ils offrent un regard complémentaire en ce sens qu’ils accordent à cet autrui une place radicalement différente, mais néanmoins essentielle.
Martine Dutoit construit sa réflexion en analysant l’impact d’un autrui invisiblement, voire indirectement, présent dans l’activité étudiée. En effet, la problématique centrale de cette contribution est celle de l’effet que produit l’étiquetage par autrui sur le vécu et l’élaboration de l’expérience d’un individu. Cela passe par un triple phénomène d’intériorisation, puis d’intégration et enfin d’affiliation de cette étiquette. La démonstration est particulièrement éloquente au travers de l’étude présentée, menée auprès de patients d’hôpitaux psychiatriques. Néanmoins, loin de relever d’une certaine forme de fatalité ou de déterminisme, l’endossement de cet étiquetage fait l’objet d’un apprentissage par l’individu comme un acte singulier et social ouvrant un travail d’élaboration de l’expérience personnelle.
Rendre compte (au sens commun du terme) de son expérience et des acquis qu’elle a permis n’est pas chose aisée. Aussi, dans un tout autre registre, Vanessa Rémery s’intéresse aux processus d’interactions, in situ, entre les individus dans le travail de l’expérience. Elle montre comment, dans le cadre d’un accompagnement VAE (validation des acquis de l’expérience), en s’appuyant sur les postulats théoriques des travaux de Vygotski, le processus d’élaboration de l’expérience se réalise conjointement par le candidat et l’accompagnateur. Elle révèle ainsi l’existence d’une responsabilité partagée entre les deux interlocuteurs dans une activité interprétative qui ne reste plus de l’ordre de l’individuel mais devient sociale et distribuée. L’acte langagier y occupe alors une place prépondérante.
Au début de ce remarquable huitième chapitre, André Zeitler pousse plus loin encore qu’en introduction, la délimitation et la définition des concepts d’expérience et d’habitude d’activité. Se détachant de leur sens commun sujet à ambiguïté, il nous interpelle sur la réciprocité de l’actualisation de l’un par l’autre. En d’autres termes, l’habitude sert au développement de l’expérience et en retour l’expérience invite à la l’évolution et la transformation des habitudes. Déployant une enquête deweyenne autour de l’activité d’une infirmière, il analyse l’ambivalence du concept d’expérience tout à la fois produit et processus. André Zeitler rompt avec certaine orthodoxie des approches situées en ce sens qu’il défend que toute activité n’est pas exclusivement émergente. Le poids de l’habitude, sans constituer pour autant une prédisposition stricte, oriente l’engagement de l’acteur selon des formes qui présentent une certaine similitude eu égard à la récurrence de situations-types.
Joris Thievenaz inscrit sa contribution dans le prolongement direct du chapitre précédent en poursuivant la discussion sur les processus de transformation des habitudes de l’activité, toujours en référence à une conception deweyenne. Au centre de son propos, l’hypothèse d’un couplage structurel entre habitudes et expériences est défendue. Si les habitudes constituent le caractère pérenne de l’expérience, en en assurant la continuité et la persistance, en retour, l’activité, dans ce qu’elle a d’imprévu et de singulier, porte en elle les fondements d’une transformation de ces habitudes.
Enfin, Patrick Mayen conclue cet ouvrage collectif par un chapitre (constituant à lui seul la partie 5) consacré à une discussion critique des rapports qu’entretiennent (travail de l’) expérience et formation. Reprenant nombre des thèses et concepts abordés tout au long de l’ouvrage, il s’efforce d’en pointer les limites : limites de l’expérience elle-même, limites dans la communication de l’expérience, limites dans la transmission de l’expérience pour ne citer que ces quelques pistes. Il montre comment la problématique de la formation/apprentissage cristallise les trois dimensions du travail de l’expérience, à savoir le vécu, l’élaboration et la communication de l’expérience.
Ainsi, à l’image de ce dernier chapitre, l’ensemble de l’ouvrage sonne comme une invitation à la poursuite de la réflexion sur le travail de l’expérience, posant au moins tout autant de questions qu’il n’apporte de réponses. Le jeu de l’adossement systématique à des études de cas pour alimenter les débats n’y est pas étranger, permettant ainsi de véritablement donner sens à cette double référence, l’expérience : d’abord comme concept professionnel en formation, ensuite comme objet d’étude dans une perspective de recherche. Le débat scientifique s’impose logiquement pour donner lieu à un ouvrage, avant tout, de fond. Les cas concrets ne permettant pas toujours au lecteur de saisir comment se construit le passage des données empiriques présentées aux conclusions énoncées inhérentes au travail de l’expérience. Dans le même sens, le recours à des démarches faisant appel principalement à des traces mnémoniques de l’activité oriente inéluctablement la nature des analyses qui sont proposées. Développant une réflexion fortement circonscrite dans le périmètre dessiné par l’introduction, un débat quelque peu plus ouvert aurait pu faire l’objet d’une conclusion venant questionner les contributions à partir de conceptions de l’expérience voisines. Au final, les coordonnateurs nous livrent un ouvrage pertinent et au rythme soutenu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eric Flavier, « Jean-Marie Barbier & Joris Thievenaz (eds),
Le travail de l’expérience,
Paris : L’Harmattan, 2013, 319 p.
 », Recherches & éducations, 11 | 2014, 187-190.

Référence électronique

Eric Flavier, « Jean-Marie Barbier & Joris Thievenaz (eds),
Le travail de l’expérience,
Paris : L’Harmattan, 2013, 319 p.
 », Recherches & éducations [En ligne], 11 | juin 2014, mis en ligne le 24 février 2015, consulté le 17 août 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/2182

Haut de page

Auteur

Eric Flavier

Université de Strasbourg
LAMHESS, EA 6309, Université Nice Sophia Antipolis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org