Navigation – Plan du site
Recensions

Henri Peyronie, Le mouvement Freinet : du fondateur
charismatique à l’intellectuel collectif.
Caen : Presses Universitaires de Caen, 2013, 254 p.
Sylvain Wagnon, Ovide Decroly, un pédagogue de l’Education nouvelle 1871-1932.
Bruxelles : P.I.E. Peter Lang, 2013, 272 p.

Xavier Riondet
p. 191-196
Référence(s) :

Henri Peyronie, Le mouvement Freinet : du fondateur charismatique à l’intellectuel collectif. Caen : Presses Universitaires de Caen, 2013, 254 p.

Sylvain Wagnon, Ovide Decroly, un pédagogue de l’Education nouvelle 1871-1932.Bruxelles : P.I.E. Peter Lang, 2013, 272 p.

Texte intégral

  • 1 . Citons deux articles publiés dans nos colonnes : Wagnon, S. (2011). Ovide Decroly et Alfred Binet (...)
  • 2 . A partir d’une réflexion théorique sur la question du jeu dans les apprentissages, Decroly a élab (...)
  • 3 . On pourrait ici parler également de sciences de l’enfant et/ou de sciences pédagogiques.
  • 4 . Le postulat de l’ouvrage repose sur l’idée préalablement formulée par Jean Vial selon laquelle un (...)
  • 5 . Ce fait s’expliquerait par trois raisons : « cette pédagogie n’est pas l’œuvre d’un penseur isolé (...)
  • 6 . Nous renvoyons le lecteur à un article récent portant sur Élise Freinet publié dans nos colonnes  (...)
  • 7 . Citons le seul travail universitaire publié jusqu’ici portant spécifiquement sur l’école originel (...)
  • 8 . Peyronie note à juste titre que Freinet utilisait le terme de « techniques Freinet », et non le t (...)

1Qu’il s’agisse de l’ouvrage d’Henri Peyronie ou de celui de Sylvain Wagnon, nous sommes ici en présence de deux approches assez différentes portant néanmoins sur des objets proches : le cas de “figures” souvent célébrées de l’Éducation nouvelle (Freinet et Decroly), la réception et le prolongement possible de leur pensée.
Spécialiste de Decroly (1871-1932), Wagnon a régulièrement publié sur le pédagogue belge, sa pédagogie et ses réalisations1. Cet ouvrage représente le point d’orgue des multiples pérégrinations de cet historien de l’éducation. Il se compose d’une préface, signée par l’historien Antoine Savoye, et de cinq parties. C’est à partir de la question « qu’est-ce qu’un pédagogue de l’Éducation nouvelle ? » que l’auteur a abordé l’histoire d’Ovide Decroly, psychologue et pédagogue belge. Il faut préciser que le pari biographique tenté par Wagnon n’est pas animé par une conviction inébranlable dans ce genre historiographique mais par la volonté de comprendre la pensée decrolyenne en s’appuyant sur des données variées (notamment les textes et communications publiés de Decroly, des films, des jeux éducatifs et les réseaux de sociabilité).
La première partie de l’ouvrage a pour intérêt de mettre en évidence l’enjeu du livre : « contribuer à une réflexion concernant l’étude de l’histoire des pédagogies nouvelles » (p. 19). Wagnon cherche à envisager une étude socio-historique de ce courant, à partir du cas de Decroly. Ainsi, dès la deuxième partie, les lecteurs pourront saisir le « tournant éducatif » de Decroly, « c’est-à-dire la mutation d’un médecin-neurologue en pédagogue de l’enfance anormale, puis de l’enfance dans son ensemble » (p. 33). L’approche biographique permet alors de saisir tout un jeu d’influences dans le parcours de Decroly, de comprendre la formation du jeune médecin étudiant à l’Université de Gand puis à Berlin et Paris, mais d’appréhender également Decroly dans un contexte particulier de « prise de conscience de la mutation sociale et politique de la révolution industrielle » (p. 34). Dans cette description, Wagnon insiste sur deux moments importants : le rôle de la société de protection de l’enfance anormale créée en 1901, ainsi que la création d’une première école pour enfants irréguliers (l'Institut d’enseignement spécial) puis d’une seconde (l' « école-laboratoire » de l’Ermitage). C’est dans la troisième partie que Wagnon étudie les conceptions decrolyennes (et leurs fondements théoriques) en revenant sur la manière dont Decroly ambitionna d’élaborer un nouveau paradigme pédologique, participant aux réflexions envisageant une science de l’enfant qui constitue, d’une certaine manière, « une des racines des sciences de l’éducation actuelle » (p. 65). Dans cette partie, Wagnon revient notamment sur le développement de la psychométrie auquel a participé Decroly et sur l’attention portée par le pédagogue belge sur différents objets comme l’orientation professionnelle et la théorie des aptitudes. La quatrième partie porte sur l’ambition réformatrice de Decroly au sujet des questions d’enseignement. L’auteur revient alors sur le programme d’une école dans la vie, la question de la formation des enseignants et des « jeux Decroly »2. Enfin, l’objet de la cinquième partie est la question des réseaux de Decroly. Wagnon décrit ici la manière dont va se diffuser internationalement la pédagogie decrolyenne, ainsi que le rôle joué par la Ligue Internationale de l’Éducation Nouvelle dans l’accueil des travaux de Decroly en France. Autre élément important apporté par cette partie : Wagnon voit dans la correspondance de Decroly le « reflet d’une internationale de la psychologie européenne ». Le lecteur pourra consulter une série de cartes rendant compte de « constellation » de correspondances à partir desquelles l’auteur met en exergue la géographie des sociabilités de Decroly, mais également les jeux précis d’influences dans la pensée decrolyenne.
En conclusion, suite à ce travail, Wagnon met en évidence trois axes d’invariants chez Decroly : « la foi dans la science et la raison », les finalités de l’éducation (« l’émancipation, la mise en valeur des aptitudes et développer la promotion socioprofessionnelle ») et « l’épanouissement de l’individu en en faisant un acteur social et un futur citoyen » (p. 224-225). Ces trois axes devant se lire dans la cartographie minutieusement décrite page après page par l’auteur, restituant l’évolution de la pensée historique decrolyenne et sa contribution à une histoire de l’Éducation Nouvelle, « des pratiques scolaires » et des sciences de l’éducation3. Les lecteurs trouveront en fin d’ouvrage une bibliographie, par année, des publications de Decroly et un inventaire des sources utilisées.
L’ouvrage de Peyronie ne se revendique pas comme étant un livre d’histoire, mais plutôt comme un travail se situant au croisement de différentes approches sociologiques (sociologie de l’éducation, sociologie des professions, sociologie historique). L’auteur s’intéresse à ce qu’ont fait les instituteurs du mouvement Freinet dans le sillon de son fondateur. Autre singularité : cet ouvrage se constitue de différents textes parfois publiés par ailleurs, que l’auteur a retravaillé au fil de deux problématiques, chacune évoquée dans une partie spécifique. Cet ouvrage est donc une synthèse problématisée des nombreux travaux de l’auteur au sujet du mouvement Freinet.
La première partie cherche à rendre compte du mode de fonctionnement du mouvement Freinet. Peyronie explique qu’il faut rappeler, même rapidement, la biographie de Freinet (1896-1966), le « père fondateur » du mouvement. Il revient alors sur le parcours de Freinet (de la Grande guerre au second conflit mondial en passant par ses différents voyages, l’affaire de Saint-Paul et l’ouverture de l’École Freinet de Vence) ainsi que sur les aspects majeurs qui caractérisent la « pédagogie Freinet » (« l’école doit être l’école du peuple », « le tâtonnement expérimental et la méthode naturelle », « la libre expression », « l’éducation du travail »). Après s’être attardé sur les différents visages historiques des instituteurs Freinet, l’auteur s’interroge sur les raisons d’un engagement dans le mouvement Freinet. Peyronie contribue à baliser quelques repères dans l’histoire de l’Institut Coopératif de l’École Moderne (ICÉM) tout en mettant en exergue les éléments d’une posture professionnelle composite. L’analyse se complexifie par la suite en envisageant le mouvement Freinet comme le moment et le lieu d’une « élaboration collective et coopérative » des idées et techniques en jeu4. Rendant compte de l’évolution du réseau du mouvement (avant et après la disparition de Freinet en 1966), Peyronie estime que le concept gramscien d’« intellectuel organique » caractérisait bien le fonctionnement originel du mouvement mais qu’actuellement c’est sans doute le concept bourdieusien d’« intellectuel collectif » qui sied le plus au fonctionnement actuel du mouvement. Après avoir travaillé sur l’intrigue historique de l’épisode tumultueux de la revue Techniques de Vie (1959-1964) pendant lequel la coopération intellectuelle entre instituteurs, enseignants du second degré et universitaires échoua, Peyronie décrit les processus d’écriture à l’intérieur et à l’extérieur du mouvement en mettant en évidence certaines collaborations entre les différents mondes évoqués précédemment. L’auteur ponctue cette partie par ses observations au sujet de ce que représente un congrès de l'ICÉM. Conclusion provisoire, originale, où se donnent à voir de manière pragmatique les questions d’élaboration collective et de collaborations entre mondes éducatifs et militants différents.
Dans la seconde partie, Peyronie s’interroge sur les effets, sociaux et humains, de la « Pédagogie Freinet ». L’auteur part d’un problème très important : comment évaluer certaines pratiques pédagogiques alternatives ? Après avoir rappelé brièvement l’histoire de ce problème au sujet des techniques Freinet et des pratiques en jeu dans les pédagogies nouvelles, Peyronie se demande si cette pédagogie représente une pédagogie à destination des enfants des nouvelles classes moyennes ou si elle peut être considérée comme une pédagogie alternative en milieu populaire. Il s'agit là d'une question incontournable. Le propos de l’auteur se déplace donc de la sociologie historique du mouvement Freinet à une « analyse des pratiques pédagogiques et des manières d’être au métier, rapportées aux identités sociales et professionnelles des enseignants et au statut social de leurs élèves » (p. 151). En identifiant des lieux d’exercice des instituteurs Freinet, Peyronie montre que ces derniers ne succombèrent pas au « charme discret des élèves bourgeois » (p. 155). Il montre également que la philosophie et les stratégies professionnelles des éducateurs Freinet divergent, à bien des égards, du système de valeurs des classes moyennes et des classes supérieurs.
En conclusion, Peyronie observe que la pédagogie Freinet est à la fois très enracinée dans le passé tout en apparaissant de manière protéiforme dans des contextes extrêmement différents (France, Belgique, Suisse, Amérique du Sud, Afrique, etc.)5. Mais surtout, ce qui apparaît dans les propos de Peyronie, c’est la conviction que cette pédagogie a encore du sens en certains contextes et qu'elle reste toujours une alternative éducative et pédagogique se préoccupant des milieux populaires.
Saluons ces deux ouvrages, qui regroupent, chacun, des données précieuses. Le sens du détail et l’érudition de Wagnon au sujet de l’histoire de Decroly impressionneront les lecteurs, tout comme le souci de Peyronie de montrer l’actualité d’un mouvement et l’effectivité des pratiques ne laisseront pas indifférent. En croisant les lectures de ces ouvrages, on se prend à rêver à des formes de travail relativement inédites qui auraient pour objet la question complexe du fil dynastique d’œuvres ayant marqué l’histoire de la pédagogie et de leur apport pour faire face aux problèmes contemporains. Comme l’énonce Savoye en préface, l’ouvrage de Wagnon (2013) cherche à comprendre la pédagogie Decroly à partir de son inventeur sans tomber dans un jeu biographique construisant « un personnage-objet hyperstasié » (p. 14). Decroly est évoqué comme « un homme à l’interface de plusieurs « histoires » qui s’entremêlent : histoire de l’Éducation nouvelle, histoire de l’éducation démocratique, histoire de la libre-pensée, histoire des Sciences de l’éducation, histoire des pratiques pédagogiques » (p. 15). Or, jusqu’à présent, la figure de Freinet n’a finalement pas été abordée de ce point de vue. « Beaucoup reste à faire pour situer plus exactement, dans les débats et les réseaux intellectuels et politiques de son temps, l’inventeur de l’imprimerie à l’école » (p. 12), explique d’ailleurs Savoye dans sa préface. Si l’objectif de l’ouvrage de Peyronie n’était pas de faire la biographie de Freinet mais de rendre compte de l’évolution du mouvement Freinet, il reste néanmoins étonnant que jusqu’alors, peu de productions historiques aient porté sur Freinet, mais également sur Elise, son épouse6, et à plus forte raison sur l’École Freinet de Vence7. Cependant, n’oublions pas qu’un des mérites de l’ouvrage de Peyronie est dans le panorama qu’il offre pour saisir une pensée Freinet sur une longue durée historique et se déclinant dans des pratiques observables dans notre actualité. Qu’en est-il des effets de ces pratiques dérivées d’œuvres de pédagogues célébrées et quelle est l’actualité de ces œuvres ? Telle est la question fondamentale qui traverse ce livre.
En croisant les ambitions différentes de Wagnon (l’histoire biographique derrière la figure mythifiée) et de Peyronie (la réflexion collective menée par les praticiens au sujet des pratiques effectives à déployer), un programme original pourrait envisager de faire l’histoire de ces pédagogues, de leur pensée, de leur réception, des glissements qui en ont parfois découlé8 (et des controverses qu’elles occasionnèrent), et de voir en quoi les systèmes de pensée de ces pédagogues ont précédé et influencé les futures sciences de l’éducation, mais également ce qui a été enseveli dans ce processus de disciplinarisation universitaire et scientifique. Croisant histoire, philosophie, mais également sociologie et didactique, ce programme nous permettrait de voir systématiquement le vivier possible de ces boîtes à outils dans notre actualité et de donner un sens fort, et vivifiant, à l’idée d’école expérimentale et d’alternatives pédagogiques.

Haut de page

Notes

1 . Citons deux articles publiés dans nos colonnes : Wagnon, S. (2011). Ovide Decroly et Alfred Binet : deux itinéraires aux racines de la pédagogie expérimentale et des sciences de l’Éducation. Recherches & Educations, 5 et Wagnon, S. (2013). La correspondance d’Ovide Decroly (1871-1932) : reflet d’une « internationale » de la psychologie européenne dans la première moitié du XXe siècle ? Recherches & Éducations, 9.

2 . A partir d’une réflexion théorique sur la question du jeu dans les apprentissages, Decroly a élaboré plusieurs jeux éducatifs qui intéressent rapidement les Editions Nathan à partir de 1924. Pour Decroly, Il ne s’agissait pas seulement de créer des outils pédagogiques mais de favoriser le développement de l’enfant (p. 149-165).

3 . On pourrait ici parler également de sciences de l’enfant et/ou de sciences pédagogiques.

4 . Le postulat de l’ouvrage repose sur l’idée préalablement formulée par Jean Vial selon laquelle un des plus grands mérites de Freinet fut d’avoir créé un mouvement.

5 . Ce fait s’expliquerait par trois raisons : « cette pédagogie n’est pas l’œuvre d’un penseur isolé mais l’œuvre d’acteurs de terrain » (p. 222) : elle est produite par divers réseaux se succédant ou se superposant ; et elle est restée « ouverte », « vivante », en se renouvelant sans cesse.

6 . Nous renvoyons le lecteur à un article récent portant sur Élise Freinet publié dans nos colonnes : Riondet, X. (2013). Élise Freinet : de l’expérience naturiste aux pratiques de l’École Freinet. Recherches & Educations, 8.

7 . Citons le seul travail universitaire publié jusqu’ici portant spécifiquement sur l’école originelle des Freinet : Go, H.L. (2007). Freinet à Vence. Rennes : Presses Universitaires de Rennes. Il s’agit d'un travail essentiellement didactique.

8 . Peyronie note à juste titre que Freinet utilisait le terme de « techniques Freinet », et non le terme « pédagogie Freinet ». Il serait pertinent d’étudier la complexité de ce glissement conceptuel et certainement épistémologique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xavier Riondet, « Henri Peyronie, Le mouvement Freinet : du fondateur
charismatique à l’intellectuel collectif.
Caen : Presses Universitaires de Caen, 2013, 254 p.
Sylvain Wagnon, Ovide Decroly, un pédagogue de l’Education nouvelle 1871-1932.
Bruxelles : P.I.E. Peter Lang, 2013, 272 p. », Recherches & éducations, 11 | 2014, 191-196.

Référence électronique

Xavier Riondet, « Henri Peyronie, Le mouvement Freinet : du fondateur
charismatique à l’intellectuel collectif.
Caen : Presses Universitaires de Caen, 2013, 254 p.
Sylvain Wagnon, Ovide Decroly, un pédagogue de l’Education nouvelle 1871-1932.
Bruxelles : P.I.E. Peter Lang, 2013, 272 p. », Recherches & éducations [En ligne], 11 | juin 2014, mis en ligne le 24 février 2015, consulté le 27 juin 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/2184

Haut de page

Auteur

Xavier Riondet

Université de Lorraine
LISEC, Normes et Valeurs, IUF
ERHISE Equipe de Recherches en Histoire Sociale de l’Education, Université de Genève

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org