Navigation – Plan du site
Dossier

Présentation

Résumé

Au moment des suppressions des emplois-jeunes et des surveillants dans les établissements scolaires et leurs remplacements par des assistants d’éducation, le conseiller principal d’éducation occupe une place et une fonction qu’il convient de protéger et de revaloriser.
Dans ce numéro spécial consacré aux CPE, Conseiller Principal d’Education, nous allons ainsi tenter de mieux comprendre comment, à partir de recherches, de pratiques et de réflexions, ils pourraient arriver à une certaine clarification de leur statut.
Au travers des différentes contributions, nous verrons notamment comment sortir de ce cloisonnement des corps enseignants/CPE. Quelques éléments peuvent d’ores et déjà être énoncés à savoir l’importance accordée à la construction d’un travail en équipe, la nécessité de diffuser des informations, et l’utilisation d’indicateurs quantitatifs et qualitatifs afin d’assumer cette fonction de conseiller.

Haut de page

Texte intégral

1L’abondance des publications sur la violence et l’insécurité pourrait à bon droit dissuader d’en ajouter une. Comment, en effet, face au nombre croissant de recherches sur ce thème, prétendre à la nouveauté des apports et à l’originalité des analyses et des interprétations proposées ? Et cependant, les textes réunis ici peuvent sans doute pour deux raisons espérer ne pas être redondants.

2La première est que, en dépit des apparences, ils ont en commun de se situer non pas du côté de la violence telle qu’elle est exercée, mais de celui du sentiment d’insécurité, tel qu’il est vécu. Ils ne s’attachent pas d’abord au phénomène objectif des incivilités et de la délinquance mais se placent délibérément dans la perspective de leurs victimes éventuelles, en étudiant le phénomène subjectif de l’appréhension qu’il suscite.

3La seconde est qu’ils ne se contentent pas, comme trop souvent, d’une exaltation vertueuse d’une citoyenneté à restaurer, mais qu’ils posent une problématique proprement kantienne, et par là beaucoup plus pertinente, celle des conditions de possibilité et de significativité d’une éducation dont ils n’attendent nul effet magique mais sur l’efficacité potentielle de laquelle ils s’interrogent.

4Telle est, esquissée assez succinctement pour ne pas édulcorer l’intérêt de leur lecture, l’intention commune aux quatre contributions qui suivent :

  • Dans la première, par une approche que nous avons voulue de type phénoménologique, nous nous sommes efforcé de différencier, pour ne les relier qu’après les avoir distingués, le sentiment justifié d’insécurité et l’inquiétude proprement anthropologique qui est le sort de l’Homme, ce qui appelle une éducation aussi éloignée de la poltronnerie que de la témérité, et ordonnée à l’éveil de la vertu de prudence ;

  • Due à Arnaud Siméone, la deuxième analyse, d’ordre psychosociologique, met remarquablement en évidence que le sentiment d’insécurité ou, plus précisément, « la peur du crime » n’est pas réductible à la seule probabilité du risque encouru mais suppose, pour être compris, d’identifier un sentiment de vulnérabilité qui le déborde ; et l’auteur propose une approche « transactionnelle » de nature à rendre compte de cette complexité ;

  • Le Professeur François Galichet pose le problème de fond de la valeur à accorder à la sécurité. Sa démarche philosophique, alternant approche politique et approche éthique, tend à préciser la signification du lien social ; étudiant le cas des conflits interpersonnels ou internationaux qui ne trouvent pas leur solution, il souligne comment la négociation suppose que les protagonistes acceptent, à leurs risques et périls de se consentir une confiance sans laquelle la discussion ne peut entre eux ni s’engager ni aboutir, encore faut-il pour cela une éducation appropriée ;

  • Introduisant alors une réflexion qui reprend la thématique du contrat social, la Professeur Charles Hadji cherche comment la revivifier et situe pour cela le rôle d’une éducation qui exclut d’excuser, sous prétexte de comprendre de tolérer ce qui n’est pas tolérable. Il propose avec clarté et fermeté une éthique exigeante de la responsabilité.

5Enfin, le Professeur Guy Avanzini propose quelques remarques de conclusion qui, à partir de rapprochements entre les thématiques des quatre chapitres précédents, portent sur les questions qu’ils lui paraissent poser et les interrogations auxquelles ils lui semblent conduire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Présentation », Éduquer [En ligne], 7 | 2004, mis en ligne le 15 octobre 2008, consulté le 26 juin 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/222

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org