Navigation – Plan du site
Dossier

Sentiment d’insécurité et éducation

Alain Mougniotte

Texte intégral

1Le thème de ce texte peut sembler étrange : les problèmes liés au sentiment d’insécurité ne relèvent-ils pas soit d’une approche politique, soit d’une approche psychologique, voire psychothérapeutique, plutôt que pédagogique ? L’éducation peut-elle donc, en ce domaine, avoir aussi un rôle et une portée ? C’est ce que nous nous efforcerons de préciser, d’abord en distinguant divers registres du sentiment d’insécurité, puis en cherchant, pour chacun d’eux, quels rapports ils entretiennent avec l’éducation.

2Le sentiment d’insécurité s’avère très hétérogène et complexe, car porteur de significations irréductibles : il peut en effet être vécu sur trois registres.

  • Sur un mode objectif :
    C’est l’acception banale du terme, qui désigne le sentiment suscité par l’éventualité de dangers liés à la représentation de possibles agressions, c’est-à-dire à autrui, ou à des circonstances aussi diverses que des catastrophes naturelles ou des conjonctures socio-économiques défavorables. Alain disait : « la peur, c’est la peur de la peur », cela signifie qu’elle procède de la représentation anticipée de ce que l’on éprouverait en étant victime de l’une ou l’autre de ces situations. Dans la mesure où les dangers objectifs s’accroissent ou sont estimés probables, cela renforce un sentiment d’insécurité dont l’intensification caractérise l’anxiété.

    Sur un mode subjectif :
    Cependant, Duprez et Hedli, dans leur enquête publiée en 1992 sur la ville de Roubaix1, soutiennent que « le lien entre le sentiment d’insécurité et la violence objective est généralement très faible. Il n’y a que très rarement de relation directe entre cette peur de l’agression et la violence vécue par soi-même ou ses proches ». Quelle que soit sa validité, fonction des modalités de l’enquête qui y conduit, cette thèse introduit au sentiment d’insécurité comme fantasme, c’est celui qu’on éprouve sans qu’aucun danger objectif ne se profile nécessairement, mais qui est induit et dramatisé par l’éventuelle insécurité objective, tout en le précédant et le débordant.
    Ce sentiment émane de sources profondes, voire archaïques, c’est le cas du sujet qui, tôt dans son histoire personnelle, singulièrement dans son enfance, a connu des expériences traumatisantes : guerre, disparition des parents, violences dues à ceux-ci ; accidents, maladies, drames, etc… En outre, il est développé actuellement de manière paradoxale par l’insistance, si justifiée puisse-t-elle sembler, auprès des enfants et des adultes, spécialement des personnes âgées, sur les risques encourus. Il s’agit alors de fantasmes et de « rumeurs », qui se diffusent selon les modalités mises en évidence par Pierre Marc. Alors, le sentiment d’insécurité s’installe de manière chronique et devient une sorte de hantise, une préoccupation permanente, qui déborde infiniment ce qui pourrait le susciter. A la limite, s’il prend une dimension pathologique, il caractérise la « névrose d’angoisse », telle que Juliette Boutonnier l’a analysée. En outre, il acquiert une dimension collective et peut s’emparer de toute une population. Il est amplifié aujourd’hui, intensément, par la violence objective et l’exploitation médiatique dont celle-ci est l’objet.

  • Sur un mode métaphysique :
    Il n’est plus seulement fonction des avatars de la vie personnelle, mais il tient à une raison beaucoup plus profonde et inéluctable : l’insécurité est en effet le propre de l’Homme, en tant qu’il n’est pas le maître souverain de sa destinée et qu’il ignore son avenir. Il est donc une expression de sa précarité, de sa mortalité. Il exprime la condition humaine en tant que telle et a, à cet égard, un statut véritablement anthropologique. Il s’agit ici de l’inquiétude métaphysique. Et, si celle-ci se combine à celle qu’a entraînée l’histoire personnelle, on se trouve face à une angoisse qui revêt un caractère pathologique.

3Ces trois registres sont particulièrement illustrés par la façon dont l’être humain vit l’expérience de la nuit, qui est en effet l’objet de ressentis distincts et parallèles à ceux que nous venons de différencier.

  • L’on peut éprouver d’abord de la peur dans la nuit, par une estimation des risques auxquels elle expose, en ce sens que celle-ci renforce les dangers objectifs ; ainsi, elle favorise la dissimulation, notamment celle des cambrioleurs (« Minuit, l’heure des crimes »). C’est pourquoi on a l’habitude, à l’approche de la nuit, de fermer portes et volets, comme de se méfier des agressions, en évitant de circuler seul ou de rentrer après qu’elle soit tombée.

  • Mais il est aussi la peur de la nuit, qui va au-delà des dangers objectifs et consiste dans le sentiment diffus d’un danger indéfinissable, source d’une angoisse spécifique ; c’est la « pavor nocturnus », syndrome identifié en tant que tel. Elle est souvent l’effet de situations traumatiques oubliées, par exemple dans le cas de l’enfant qu’un train en panne a retenu longtemps dans un tunnel. Elle procède aussi de la contagion qui émane de personnes adultes, elles-mêmes étreintes par la même angoisse.

  • L’inquiétude métaphysique, qui procède de ce que la nuit est la symbolique confuse de l’incertitude et du caractère imprévisible de l’avenir et, au total, de la mort. Elle correspond ici au statut anthropologique, à la destinée de l’homme en ce qu’elle a de mystérieux.

4Il va de soi que, si ces trois vécus du sentiment d’insécurité, comme de la nuit, sont à dissocier logiquement quant à leur origine et à leur sens, ils sont psychologiquement interdépendants. Cependant, dans tel ou tel contexte, l’un d’entre eux peut prévaloir. C’est aujourd’hui le cas du premier, qui tient à la fréquence des agressions constatées et à la publicité qui leur est donnée. Mais il faut d’autant plus les identifier et les différencier que la situation actuelle amènerait facilement à ne discerner que le premier. En outre, cela peut paradoxalement provoquer une violence défensive, c’est-à-dire susciter l’insécurité chez ceux qui en soupçonnent la menace. Un politique n’avait-il pas dit : « il faut terroriser les terroristes » ? Comment alors, assurer une sécurité respectueuse de la liberté de chacun sans compromettre les Droits de l’Homme ?

5Face à cela, quel est le rôle de l’éducation ? Et d’abord vis-à-vis des dangers objectifs ? On peut dire que l’expérience proprement physique de l’insécurité due à autrui est, d’une certaine manière, à l’origine du politique, c’est-à-dire de toute organisation sociale et juridique, donc de l’élaboration du droit. Selon la formule de Hobbes, « homo homini lupus », chacun craint autrui et ses pulsions agressives et c’est sur cette peur première que Rousseau fonde sa théorie du contrat social : chacun renonce à l’exercice anarchique de sa liberté, pour ne pas encourir le péril dû à l’exercice anarchique de la liberté d’autrui. Le politique a donc pour fonction première de mettre en place toutes mesures propres à réduire l’insécurité. Et une série d’institutions aussi diverses que la police, l’armée, les assurances, les systèmes de retraite, les pompiers, etc… ont pour objet de restreindre autant que faire se peut les risques liés à la vie sociale.

6Mais – l’actualité le montre – il est impossible d’éliminer toute insécurité, c’est-à-dire de juguler tout danger, tout imprévu. Les catastrophes naturelles, l’évolution économique et le chômage, les pulsions perverses et les troubles psychiatriques de certains, l’essor de la violence que manifestent divers sujets réactivent inévitablement le sentiment d’insécurité.

7D’où le rôle de l’éducation, selon les modalités les plus diverses. Ainsi, former des personnes aux sports de combat ou, tout simplement, développer leur vigueur physique, ce sont bien des moyens de les mettre en mesure de surmonter certains dangers. Initier les enfants à la sécurité routière, c’est les amener à dominer l’impression de danger que peut provoquer chez eux la circulation automobile. Munir les élèves d’une formation professionnelle et de diplômes qualifiants, c’est les aider à maîtriser l’insécurité socio-professionnelle et favoriser leur intégration.

8Mais l’éducation a encore un autre rôle, inverse : en effet, il ne faut pas toujours combattre le sentiment d’insécurité. Il convient au contraire, parfois, de le développer, de le cultiver, pour amener à percevoir les dangers et à susciter la prudence, pour rendre capable d’appréhender les périls et savoir s’y adapter. Toutefois, la difficulté tient à ce que l’on doit viser deux objectifs apparemment incompatibles : développer prudence et sagesse, mais aussi cultiver à bon escient le goût du risque. Il faut faire en sorte que l’expérience de l’insécurité ne conduise pas à la pusillanimité, à la lâcheté, à l’adoption d’une attitude timorée. Mais il faut aussi que la culture du risque ne dégénère pas en témérité aberrante. L’éducation comporte donc une formation à l’estimation des risques, c’est-à-dire à une évaluation de ceux auxquels il est raisonnable, ou absurde, de s’exposer.

9Aussi bien, cela introduit à une question de fond qui, au-delà de la conjoncture, renvoie elle aussi à un registre proprement anthropologique. L’Homme est par nature inéluctablement exposé aux risques, sans qu’il puisse y échapper ou s’y dérober. C’est la condition humaine elle-même, et elle exige de se comporter à la fois en fonction de la valeur de la fin poursuivie  (s’agit-il d’un enjeu qui justifie ou non de s’exposer à l’insécurité ?) et en fonction d’une appréciation, toujours aléatoire, de l’intensité du danger. S’il est vrai que l’éducation a intrinsèquement pour but d’autonomiser le sujet, c’est-à-dire de supprimer peu à peu l’état de dépendance dans lequel il se trouve en venant au monde, l’éducateur est astreint à résoudre empiriquement et intuitivement le problème qui consiste à tenter d’échapper à un dilemme : autonomiser trop tôt, ou trop tard. Quelle insécurité inciter l’enfant à assumer, sans le rendre ni poltron ni téméraire ? Il faut simultanément lui apprendre à oser et aussi à réfléchir à la pertinence de son audace.

10Si l’on voit bien le rôle complexe de l’éducation par rapport à la perspective des insécurités objectives, il est plus difficile de le mesurer dans sa relation avec tout ce qui relève de l’angoisse ou achemine vers elle. Il faut surtout, en la matière, distinguer entre l’éducation initiale, non formelle, et l’éducation formelle. C’est le climat éducatif global, d’ordre familial, qui suscite plus ou moins fortement le sentiment d’insécurité. L’enfant doit trouver dans son père ou dans sa mère une protection, un rempart. Il revient donc  aux parents de lui donner l’expérience de la sécurité et de doser ses initiatives. Il leur revient aussi de l’aider à acquérir confiance en lui. De ce fait, les frustrations affectives et les dislocations familiales développent l’impression diffuse d’insécurité, ce qui situe et signifie a contrario le rôle de l’éducation.

11Les travaux d’ordre psychanalytique, les recherches de Bettelheim comme, d’une autre manière, la théorie de l’attachement de Bowlby ont mis en évidence le rôle déterminant des premiers mois de la vie et des premières expériences relationnelles. Ce sont elles qui, selon la manière dont elles s’organisent, auront suscité l’adoption d’une certaine attitude devant autrui, devant la vie, devant le monde extérieur, perçu comme foncièrement insécurisant ou comme accueillant à l’homme. Ce sont elles aussi qui auront provoqué et cultivé un sentiment écrasant de peur de soi et de sa propre faiblesse, entrant en composition avec la peur d’autrui et la crainte de la force menaçante de l’adulte, ou au contraire une saine évaluation de ses propres capacités et de sa propre force.

12Néanmoins, les expériences ultérieures, spécialement celles de la vie scolaire, pourront renforcer cette expérience initiale : se sentir victime des agressions des camarades, par exemple le racket, ou de la violence, physique ou symbolique, de l’enseignant ou, tout simplement, se voir immergé dans une conjoncture élitiste et sélectionniste, où l’emporte la lutte pour la vie, cela va accroître le sentiment d’insécurité. Maria Montessori a beaucoup insisté sur ce point, en montrant comment l’école, lorsqu’elle est impositive et brutale, creuse un sentiment d’insécurité, dont l’enfant va se défendre par l’agressivité, comme pour prévenir et précéder le danger dont il se sent l’objet.

13Enfin, une expérience très précoce, très violente ou très frustrante de l’insécurité peut donner lieu à des troubles d’ordre névrotique, qui requièrent une approche proprement psychothérapique. On rencontre ici le lien complexe entre psychothérapie et éducation. Il faut donc se méfier d’une vision essentiellement rationaliste, qui estimerait que tout sentiment d’insécurité peut être contrecarré par l’approche éducative. Sans doute celle-ci n’est-elle pas tout à fait vaine car elle peut aider l’intéressé à maîtriser sa peur. Mais sa portée demeure parfois réduite. C’est donc là que l’éducation formelle a le rôle le plus limité.

14Quant à l’insécurité d’ordre métaphysique, indissociable du sentiment confus et irritant de l’ignorance de l’avenir, elle se présente et se vit de manière très complexe. Elle est proprement existentielle et, en ce sens, elle précède toute éducation, car elle est contemporaine de l’expérience de la vie, c’est-à-dire de l’inéluctabilité de la mort. Corrélativement, le besoin de sécurité est également existentiel. Il est la facette psychologique de l’instinct de conservation.

15Néanmoins, l’éducation n’est pas sans prise sur ce donné : l’éducation familiale d’abord, en ce sens que, au-delà de la sécurité psychologique qu’elle doit fournir, il lui revient aussi de donner des repères et des valeurs, s’il est vrai que toute éducation implique nécessairement des valeurs. Or celles-ci sont un élément très fort de sécurité, en ce sens qu’elles donnent une signification ultime à l’existence ainsi que des principes de conduite. Inversement, l’obscurcissement des valeurs et l’absence de références stables sont durement insécurisantes pour un enfant ou un adolescent. C’est dire l’influence négative de familles défaillantes qui, elles-mêmes incertaines de leurs propres valeurs, sont incapables de les communiquer. C’est ce qu’exprime très bien le récent ouvrage de Madelin, Jeunes sans rivage2 ; cela signifie que beaucoup, aujourd’hui, se sentent entraînés par un courant qui les déborde, sans pouvoir aborder ou accoster où que ce soit.

16Au-delà de cette éducation morale, l’éducation proprement intellectuelle a aussi un rôle à tenir, en ce sens qu’il lui faut à la fois exploiter mais aussi nourrir et approfondir l’inquiétude métaphysique. L’initiation philosophique comme, dans un autre contexte, l’éducation religieuse trouvent un substrat et une motivation dans cette expérience métaphysique de l’insécurité, qui appelle d’être explicitée, affinée et approfondie par sa mise en relation avec des doctrines qui proposent une interprétation du sens de la vie. Il leur revient même de creuser cette inquiétude, pour éviter que les esprits demeurent superficiels, enfantins, immatures, naïvement euphoriques, incapables de percevoir le dramatique, sinon le tragique, de l’existence et s’abandonnent au divertissement, au sens Pascalien. L’éducation a donc bien, ici, à affiner l’esprit, sans névrotiser la personnalité. Il lui revient de faire passer de l’expérience psychologique de l’insécurité à sa compréhension proprement intellectuelle.

17Cependant, l’inéluctabilité de risques imprévisibles semble magiquement ignorée ou niée par certains au nom du postulat du « risque zéro ». Tout se passe en effet, comme si, désormais de façon croissante, le sentiment d’insécurité n’était plus seulement lié à la crainte de certaines personnes d’être agressées dans la rue ou à celle des enfants et du corps enseignant de l’être à l’Ecole. Il atteint de plus en plus gravement des responsables d’institutions et établissements de statuts divers, d’entreprises, de services publics. Il gagne plus encore quiconque exerce une tâche d’inspection, de direction, d’évaluation ou de contrôle. Contrairement aux opinions vagues qui les présentent comme de plus en plus libérales, les sociétés contemporaines sont en réalité de plus en plus étroitement réglementées et soumettent les personnes à mille contraintes, nationales ou européennes. Celles-ci ont trait aux modalités d’équipement et de gestion des collectivités, en particulier dans le domaine de l’alimentation. Or, elles procèdent de l’intention chimérique de prévenir tout risque et d’assurer inconditionnellement la sécurité des usagers.

18Quoi qu’il en soit de la pertinence éventuelle de telle ou telle d’entre elles, l’application littérale de ces dispositions a d’abord, en réalité, pour moteur et pour signification de projeter l’insécurité des responsables, qui ont eux-mêmes peur d’être tenus pour coupables de tout incident. C’est leur propre sécurité qu’ils veulent assurer. Ils essaient par tous moyens d’échapper à l’accusation de négliger la sécurité de ceux dont ils ont la charge. Au-delà, cette hantise caractérise les diverses commissions officielles d’inspection, de contrôle ou d’évaluation, qui imposent des mesures dont on veut espérer qu’ils n’ignorent ni l’inapplicabilité, ni même l’absurdité. Mais leur volonté est de se mettre elles-mêmes à l’abri de tout reproche.

19La « démarche-qualité », dont la mise en œuvre est de plus en plus souvent imposée, procède de la même intention. Quoi qu’il en soit de sa validité intrinsèque et sans la réduire aux excès auxquels elle donne lieu, ses stipulations abusives procèdent du même motif. Les organismes compétents pour en vérifier la mise en œuvre le font souvent avec une méticulosité obsessionnelle et une littéralité vétilleuse qui projettent le souhait de leur propre sécurité face aux supervisions dont ils seraient eux-mêmes l’objet. Cela est bien illustré par la démarche actuelle de certains établissements sanitaires ou hospitaliers : l’accréditation dont ils ont besoin requiert de leur part de satisfaire à certaines clauses manifestement contraires au bon sens et au confort des personnes, mais dont l’administration leur prescrit l’observation pour leur dispenser cette homologation. Mais, si la commission habilitée à l’accorder s’avère si minutieuse, c’est bien d’abord pour assurer sa propre sécurité.

20C’est dire que le sentiment de l’insécurité connaît de nos jours un processus ascendant, qui le fait remonter des usagers de base aux responsables. Mais la conséquence possible, et déjà ici ou là constatable, c’est la fuite des responsabilités, que manifeste la diminution des candidatures à des fonctions dont les titulaires courent le risque d’être accusés de n’avoir pas suffisamment veillé à la sécurité de ceux sur qui ils ont autorité. Par une sorte d’effet pervers, le souci obsessionnel de la sécurité des usagers devient une conséquence du sentiment d’insécurité des détenteurs de pouvoirs, quels qu’ils soient.

21En définitive, entre les trois registres que nous avons distingués, il s’insère une sorte de continuité : l’incertitude des adultes sur les valeurs rend instable leur fonction éducatrice et, par là, insécurise des adolescents sans repère, souvent exposés, en outre, aux frustrations affectives engendrées par la décomposition de la famille. Cela entraîne chez eux des comportements agressifs qui trahissent leur propre insécurité mais qui induisent dans l’opinion un sentiment global d’insécurité, intensifié par la publicité dont l’insécurité objective qui en résulte est l’objet.

22Ainsi, en dépit des apparences, le rôle de l’éducation est, en la matière, premier et décisif. Ce sont les carences qui l’atteignent qui, en définitive, intensifient dans l’opinion le sentiment d’insécurité.

Haut de page

Notes

1 Duprez (D.) et Hedli (M.), Le mal des banlieues : sentiment d’insécurité et crise identitaire, Paris, L’Harmattan, 1992, 240 p.
2 H. Madelin, Jeunes sans rivage, Paris, Desclée de Brouwer, 2001, 118 p.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Mougniotte, « Sentiment d’insécurité et éducation », Éduquer [En ligne], 7 | 2004, mis en ligne le 15 octobre 2008, consulté le 26 mars 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/223

Haut de page

Auteur

Alain Mougniotte

Professeur des Universités, Université de Franche-Comté I.U.T. de Belfort-Montbéliard, Département Carrières Sociales.

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org