Navigation – Plan du site
dossier

L’observation du jeu comme geste professionnel des entraîneurs

Alain Mouchet
p. 43-56

Résumés

La mobilisation de la psychophénoménologie et de l’entretien d’explicitation, croisé avec d’autres méthodes, nous permet de valoriser le point de vue des sujets pour comprendre leur expérience vécue en situation. En l’occurrence nous documentons finement le phénomène de l’œil de maquignon, chez des entraîneurs de rugby experts, en train d’observer et d’analyser le jeu en match. Nous mettons en évidence la structuration du champ d’attention et la dynamique attentionnelle des entraîneurs, qui articulent des indices significatifs in situ, des connaissances préalables et des expériences antérieures. Pour terminer, nous proposons des pistes en matière de formation, notamment l’utilisation de la verbalisation pour optimiser l’attention expérientielle. Il s’agit d’un geste professionnel important, au cœur de l’activité des sujets, que ce soit en sport ou dans d’autres domaines professionnels, notamment dans des situations complexes et dynamiques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Le Diplôme d’État et le Diplôme d’État Supérieur en rugby à quinze, récemment modifiés, ne mentio (...)
  • 2 . Le savoir d’expérience est défini par Tardif et Lessard (2000, p. 395) comme « l’intériorisation (...)
  • 3 . La conscience préréfléchie est mobilisée principalement par les sujets au moment où ils sont en t (...)

1L’un des axes de notre programme de recherche sur l’expérience vécue par les sujets en situation réelle, en cours de formalisation (Mouchet, 2014), concerne le coaching dans le sport de haut niveau, défini comme l’activité des entraîneurs qui interviennent en match, pour maximiser la performance de l'équipe compétition (Mouchet et Bouthier, 2008). Nous nous sommes ainsi intéressés aux actions mises en œuvre par des entraîneurs de sélections nationales, pour communiquer avec les joueurs, gérer les remplacements, observer et analyser le jeu. Nous considérons qu’il s’agit là de gestes professionnels (Bucheton, 2008) inhérents à la fonction voire au métier d’entraîneur.
Ces travaux prennent du sens dans le contexte institutionnel, professionnel et scientifique. En effet, ces dernières années ont vu l'émergence d’un cadre européen pour la reconnaissance des compétences des entraîneurs et des qualifications ; le coaching en compétition a été identifié comme un élément important (International Council for Coaching Excellence and the Association for Summer Olympic International Federations, 2012). Cette affirmation est également suggérée dans les modèles de coaching (Gilbert et Trudel, 2000). Néanmoins, en dépit de la centralité de la compétition dans le processus de coaching, peu d’éléments ont été formalisés, que ce soit dans le discours professionnel1 ou dans des études scientifiques, en tout cas en ce qui concerne les matchs en sports collectifs. Ainsi, les compétences des entraîneurs semblent souvent reposer sur l'instinct, les sensations, l'expérience et l'apprentissage informel (Fleurance et Pérez, 2009), sous forme de compagnonnage avec des tâtonnements visant à établir les bonnes pratiques. De plus, il y a très peu d’études ciblées sur ce thème (Cloes, Lenzen et Trudel 2009), avec quelques exceptions comme par exemple Bouthier et Durey (1995), Debanne et Fontayne (2012) ou Mouchet, Harvey et Light (2013). Par conséquent, il y a un besoin évident d'examiner le discours professionnel et les comportements des entraîneurs en match, avec les implications possibles pour la formation initiale et continue. En cela nos préoccupations rejoignent celles de la didactique professionnelle, car nous analysons l’activité des entraîneurs en situation de travail pour faire ensuite des propositions visant à optimiser la formation (Pastré, 2002). En même temps que cet enjeu professionnel, il y a également un enjeu scientifique car il reste nécessaire d’investiguer finement les savoirs d’expérience (Tardif et Lessard, 2000)2 et de rendre intelligible l’activité en situation écologique.
A cet égard, nous avions également caractérisé avant la compétition, les conceptions de ces entraîneurs à propos de leur rôle en match de rugby (Mouchet, 2008). Tous les entraîneurs ont mentionné notamment l'importance de l'observation du jeu, avec la nécessité d'être conscient et lucide dans l'analyse du rapport de force entre les deux équipes. Toutefois, ces conceptions ont révélé l’absence de cadre conceptuel clair et commun, ainsi que le rôle de « l’expérience », de « l’instinct », du « feeling », via l’œil de maquignon, tels que déclarés par plus de la moitié des entraîneurs. C’est révélateur des savoirs d’action incorporés et implicites pour les sujets eux-mêmes. Un entraîneur déclarait ainsi : « C'est la partie sombre que nous avons des difficultés à définir, c'est l'intuition ... Parfois nous sentons quelque chose » (G.). L’usage de l’entretien d’explicitation présenté dans le présent article est alors pertinent pour documenter ces savoirs d’action.
En effet, cette observation silencieuse ne correspond pas à une absence d’activité ; elle a au contraire été identifiée comme une stratégie délibérée de coaching, qui occupe une part importante du temps (Smith et Cushion 2006). Elle n’a pas pour autant été documentée dans ses aspects privés, comme la dynamique de l'attention, les pensées, les décisions et intentions… De manière plus générale, le peu de travaux in situ sur le coaching en match de sport collectif révèle une difficulté méthodologique. Les méthodes privilégient le point de vue en troisième personne, où la dimension subjective de la cognition est documentée uniquement par inférence à partir des traces et des observables. Ces chercheurs ne s’occupent pas directement de ce qu’un sujet peut dire de son expérience, ou bien ils utilisent des méthodes d’entretien qui ne permettent pas d’accéder à la conscience préréfléchie (Vermersch, 2012)3. D’où l’intérêt d’une analyse plus approfondie, en prenant en compte le point de vue des sujets concernés.
Par conséquent dans cet article, l’objectif est de rendre intelligible l’expérience subjective vécue en situation, en ce qui concerne la structuration du champ d’attention et la dynamique attentionnelle des entraîneurs. La problématique de recherche consiste à documenter les facettes privées et publiques de ce geste professionnel si important, car placé au cœur de l’activité des entraîneurs ; il participe en effet à des ajustements en ce qui concerne la stratégie prévue ou les remplacements des joueurs. La mobilisation de la psychophénoménologie et de l’entretien d’explicitation (Vermersch, 2012) participe à notre volonté d’éclairer l’attention expérientielle. Nous tenterons dans cet article de répondre aux questions suivantes : à quels indices significatifs les entraîneurs sont-ils attentifs ? Quelles sont les stratégies d’observation utilisées ?

Cadre théorique : approche psychophénoménologique de l’attention

  • 4 . Le point de vue en première personne correspond à ce qui apparaît au sujet qui a vécu l’action se (...)

2Nous étudions l’attention dans une perspective phénoménologique, selon laquelle le sujet tout entier est engagé dans sa relation pratique au monde (Merleau-Ponty, 1945). L’attention dans son acception husserlienne (1991) est ainsi conçue comme une modulation de la conscience en termes de visée et de formes de saisie. Elle permet d’appréhender la structure intentionnelle et les propriétés fonctionnelles de la conscience. Cet éclairage théorique original est développé par ailleurs (Mouchet, 2013) et présenté ici dans ses grandes lignes. L’expérience dont il est question est prise au sens psychophénoménologique (Vermersch, 2012) de vécu subjectif dans une situation singulière et spécifiée, avec une centration sur la description détaillée de l’action vécue, c'est-à-dire les aspects procéduraux relatifs aux prises d’information et de décision, aux processus cognitifs et aux opérations motrices, en valorisant le point de vue en première personne.4

Structure du champ attentionnel : feuilletage et emboîtement

  • 5 . Nous utilisons les guillemets simples pour trois expressions peu courantes et spécifiques au voca (...)

3La conscience est caractérisée par l’intentionnalité ; toute conscience est structurée par un pôle sujet, qui vise à travers un acte, un contenu particulier. Vermersch (2012) précise que chaque acte est lui-même modulé par ce qui l'oriente, ce qu'il vise, ce qui le capture, c'est-à-dire par l'attention.
En ce qui concerne le noème, c’est à dire le contenu de la visée attentionnelle, nous retenons dans les travaux d’Husserl (1991) la structuration du champ d’attention, en structure feuilletée avec une multiplicité de couches simultanément présentes. Il est ainsi possible de distinguer autour de ce qui fait la focalisation attentionnelle, des remarqués secondaires qui sont perçus avec moins de force. De plus, toute situation vécue est inclue dans une structure d’horizon interne comprenant l’expérience, le jugement et l’environnement. Cette structure d’arrière-plan est à la fois présente et inactuelle, non visée en tant que telle mais présente à un degré zéro d’activité c’est à dire ré activable par le changement de visée. Ce qui signifie aussi que tout ce qui est secondaire, ou à la marge, reste actif dans le moment vécu.
Du point de vue noétique qui concerne les actes attentionnels, Husserl (1991) distingue deux aspects dans la fonction sélective du choix de la visée. La première fonction de l’attention correspond en termes husserlien au fait de ‘prendre pour thème’5, de ‘porter son intérêt vers’. Le thème ou l’intérêt est un principe organisateur de l’attention et concerne les objectifs réels de la personne qui agit. La visée comme intérêt est une saisie basée sur un maintenir en prise, explorant l’objet ou les relations entre objets, qui suppose une durée élargie, une poursuite du but jusqu’à sa satisfaction. La deuxième fonction sélective est une attention en terme de ‘remarqué’, c'est-à-dire quelque chose qui se donne, qui se présente et est momentanément saisi, même si cela n’alimente pas l’intérêt du sujet. Il y a en effet toujours la possibilité que des saillances externes, comme un son plus fort qu’un autre, un mouvement, ou internes comme une pensée qui surgit, sollicitent l’attention en dehors de ce qui est pertinent au thème en cours. Ce qui est du domaine du ‘remarqué’ est donc une source de distraction pouvant interrompre la continuité de la visée thématique, mais aussi une source d’alerte pour prendre en compte autre chose que ce qui nous absorbe et qui peut être important.
Il conviendra de caractériser les indices significatifs pour le sujet en distinguant les aspects les plus importants à un moment donné et ceux qui le sont moins, mais susceptibles d'être réactivés plus tard. De plus, cette structure de l’attention soutient notre volonté d’étudier diverses facettes de l'expérience subjective. Il y a des aspects inhérents à la situation vécue dans l’instant et des éléments qui dépendent d’un horizon temporel plus éloigné, touchant à l’arrière-plan décisionnel (Mouchet, 2010) et à la dimension sédimentée de l’expérience (Depraz, Varela et Vermersch, 2011).

Dynamique des changements de saisie : les modulations attentionnelles

4La métaphore de fenêtre attentionnelle avec une acception psychophénoménologique (Vermersch, 2001, 2012) permet de délimiter un cadre de saisie au sein de laquelle l’attention est mobile, avec le contenu le plus prégnant situé au centre et des frontières. Ce cadre ne doit pas être compris comme une annulation totale de ce qui n’est pas au centre puisque le champ et la périphérie restent présents sur un mode d’activité distinct, toute saisie se faisant sur le fond de ce qui n’est pas saisi. En plus de la mobilité au sein d’une fenêtre attentionnelle, existe une mobilité faisant passer d’une fenêtre à l’autre, au sein du champ d’attention.
Dans le domaine de l’attention visuelle qui nous intéresse particulièrement, Vermersch (2012) propose une catégorisation en cinq fenêtres visuelles, par ordre croissant de taille spatiale : le bijou, la page, la salle, la cour, le paysage. Cette typification repose sur le fait que l’attention visuelle se déploie dans un univers culturel structuré par la mémoire des objets, des outils, des espaces pratiques, autant d’aspects d’une mémoire portée par la forme du contexte. Dans le langage de la phénoménologie la rétention désigne cette forme de mémoire passive, la constitution en permanence à l’insu du sujet, des traces mnésiques reliées au vécu.
Nous pensons qu’il est intéressant de rapprocher cette catégorisation à visée pragmatique, des différents plans d'opposition en rugby (Deleplace, 1979). Nous avions ainsi identifié en ce qui concerne les prises d’information de joueurs en match (Mouchet, 2013) un cadrage serré, se concentrant sur des détails corporels sur un joueur par exemple. Il y a également un cadrage qui correspond à l’opposition homme contre homme élargie, c'est à dire le porteur de ballon, ses partenaires et les opposants proches. Enfin, il existe un cadrage large qui est relié au plan collectif partiel (deux sous-groupes qui s’affrontent), ou au plan collectif total (toute l'équipe contre l’équipe adverse). Il est alors intéressant sur le plan méthodologique, de documenter comment ce qui est en dehors de la fenêtre en cours, notamment si elle est locale, est pris en compte par le sujet. Il conviendra de voir si cette catégorisation est pertinente en ce qui concerne les entraîneurs.
Par ailleurs, au sein de chaque cadrage il est possible de distinguer le mode focal et le mode distribué. Le premier consiste à ne saisir qu’une partie restreinte du contenu de la fenêtre type, sur certains indices ; il accroît l’intensité de ce qui est saisi et tend à occulter temporairement le contenu situé en périphérie du champ attentionnel. Alors que dans le mode distribué, il y a quand même une saisie au passage, mais sans nécessiter un maintien en prise, le champ visuel restant ouvert aux distracteurs comme les mouvements qui peuvent kidnapper l’attention.

Méthodologie

Participants

5Sept participants (six hommes, une femme, avec un âge moyen de 27,16 ans) ont été volontaires pour participer à l'étude. Il y avait un entraîneur de l’équipe féminine de rugby à sept et deux de chacune des équipes nationales suivantes en rugby à 15 : (a) moins de 21 ans, (b) France A Féminines, (c) France amateurs. Les équipes étaient donc composées de joueurs ou de joueuses selon le cas.

Recueil des données

6La méthodologie a pour ambition de fournir un portrait approfondi de l’activité des entraîneurs en contexte réel. Nous avons effectué des études de cas avec une triangulation des données (Van Der Maren, 1995), en articulant les méthodes suivantes :

  • L'enregistrement vidéo de la rencontre afin d’avoir un point de vue extérieur sur les évènements susceptibles d’être observés. Il est complété par le scénario du match, qui est un outil d’observation du déroulement du jeu ;

  • L’enregistrement audiovisuel des comportements des entraîneurs ;

  • Un entretien d’explicitation, effectué le lendemain du match, pour explorer l'expérience subjective lors des moments importants repérés par l’entraîneur lui-même. Nous avons investigué la structure feuilletée et la dynamique attentionnelle, par exemple avec des questions du type « Et quand tu regardes la défense adverse… à quoi es-tu attentif ? Y a-t-il d’autres choses encore auxquelles tu es attentif ? » Ou encore « et juste au moment où tu tournes la tête vers ton camp, qu’est-ce qui t’apparaît ? ».

7Le mode de traitement des données est développé ailleurs, la même méthodologie ayant été utilisée pour plusieurs objets de recherche relatifs au coaching en match (Mouchet, Harvey et Light, 2013).

Résultats

8Nous présentons quelques résultats issus d’une étude de cas avec un entraîneur lors d’un match de Championnat du Monde des moins de 21 ans contre le Pays de Galles, puis une synthèse partielle des différentes études de cas.

Étude de cas

Verbalisations en entretien d’explicitation

9Les phrases entre parenthèse et en italiques sont des extraits du verbatim obtenu à partir de l’entretien d’explicitation.
Les verbalisations nous amènent à considérer que l’entraîneur évalue la partie au regard de ses prévisions (« j’évalue euh… par rapport à ce qui était escompté, ce qui se produit »). Ses propos mettent en évidence plusieurs aspects.
Tout d’abord le fait que la structuration de son champ d’attention s’élabore par la combinaison d’indices observés en situation sur l’état du rapport de force, de données d’arrière-plan et de communications avec le manager dans les tribunes. Par exemple ses propos révèlent que l’absence de répétition d’erreurs constitue un indicateur important pour lui dans l’analyse qu’il fait à propos du jeu (« Il y a des fois des fautes, mais qui sont jamais enchaînées par une deuxième ou une troisième faute. C’est toujours euh… rattrapé par quelqu’un d’autre »). Cet indice est important pour l’entraîneur qui se réfère aux caractéristiques de ses joueurs et du fonctionnement de l’équipe lors de matchs antérieurs (« on a une équipe, par moments, qui va… quand on commence à perdre pied… qui commence à se désagréger… »). L’absence de répétition d’erreurs (« et là on sent pas, y’a pas ça ») constitue pour lui un indicateur important, tel qu’il l’avait déclaré dans l’entretien préalable, et qui est ici mobilisé dans ce match.
Par ailleurs cet entraîneur intègre des éléments du contexte local relatifs à la météo avec la présence du vent contre les Français, ainsi que la stratégie de remplacement des joueurs (« en sachant qu’on allait faire pas mal de coaching après la mi-temps »). Ces éléments restent présents en marge dans sa conscience.
Enfin les verbalisations mettent en évidence le mode de fonctionnement du sujet. Il fait une analyse systémique du rapport d’opposition, en mettant en rapport les indices relatifs aux actions de l’équipe adverse (« je regarde beaucoup l’adversaire en fait ») et ceux relatifs à sa propre équipe. Sur l’équipe adverse il souligne les éléments suivants :

  • La défense avec notamment son placement, sa mobilité et l’intensité défensive (« leur réaction, comment ils se placent, se déplacent… Ils nous mettent pas trop de pression »).

  • L’attaque en notant son impuissance et l’absence d’exploitation des espaces libres (« là des gens en face qui… qui n’ont pas trop de solutions... qui sont jamais dans les espaces… »).

  • Le manque de maîtrise émotionnelle Galloise avec de nombreux incidents et une agressivité non contrôlée (« ah si oui ! Oui, oui, y’a un truc… Les signes d’agressivité de l’adversaire, qui commence à agresser, provoquer… »). Cet indice le préoccupe beaucoup.

10En ce qui concerne sa propre équipe l’entraîneur procède à une appréciation globale de la dynamique de production du jeu (« J’analyse par rapport à ce qu’on met en place, nos petites carences… On sent qu’il y a une sorte de petit retard à l’allumage mais… qui n’est pas très gênant »). Le contenu attentionnel porte sur une attitude collective marquée par un excès de précipitation, sans doute lié au statut de favori dans cette rencontre. Mais aussi sur des repères spatio-temporels concernant le soutien offensif sur le plan homme contre homme élargi (« les premiers soutiens sont un petit peu en retard… »). L’entraîneur porte aussi son attention sur d’autres secteurs de jeu qui sont satisfaisants pour lui.
La mise en rapport de ces indices sur les deux équipes l’amène à juger que le bilan est favorable aux Français, même si le score est serré. Cela le conforte dans sa décision de ne pas intervenir auprès des joueurs en ce début de match (« y’a pas besoin d’intervenir réellement »).

Relations avec la vidéo du match et le scénario

11Le point de vue extérieur sur le déroulement du match, en troisième personne, confirme les verbalisations du sujet en entretien d’explicitation, sur plusieurs aspects. Nous repérons ainsi :

  • La production de quatre séquences longues de jeu aboutissant à des petites erreurs avec perte de ballon côté français ;

  • Une bonne défense française avec aucun point encaissé et aucune pénalité ;

  • L’agressivité galloise : une bagarre, trois pénalités pour brutalités, trois entrées du staff médical français ;

  • La conservation du ballon pour chaque équipe sur ses propres phases statiques, notamment mêlée et touche, ainsi que lors des phases de fixations (mauls et rucks). Cela traduit un état d’équilibre dans le rapport de force.

  • La nécessité d’utiliser beaucoup de phases de fixations pour l’équipe de Galles en attaque, ce qui témoigne des difficultés à déstabiliser la défense française.

Relations avec les communications et comportements de l’entraîneur

12L’enregistrement audiovisuel de l’entraîneur met en évidence notamment les deux faits suivants :

13- Il n’effectue que quatre interventions auprès des joueurs en 20’. Trois d’entre elles sont tactiques et une concerne l’agressivité adverse ;

14- L’entraîneur fait cinq réflexions à lui-même ou à un autre membre du staff, toutes sur le problème d’agressivité galloise. Ainsi il parle avec l’autre entraîneur à la 19è minute : « ça rentre par les côtés, y en a partout !... Il faut pas qu’on réponde à la provoc. »

15Ces données confirment les verbalisations de l’entraîneur en entretien d’explicitation et sont en accord avec les évènements du match.

Synthèse des études de cas

16Nous présentons quelques éléments en les regroupant en deux catégories relatives à nos deux questions initiales.

Indices significatifs

17Tout d’abord, la structuration du champ d’attention témoigne d’une même organisation en structure : des configurations d’indices auditifs et visuels avec un élément au centre de l’attention, par exemple un joueur, ainsi que des co remarqués en termes de positionnements et mouvements des partenaires et adversaires proches. Les indices concernent l’organisation corporelle (positionnement dans l’espace de jeu, mouvement des pieds, attitude, visage et regard) et parfois la voix, combinés avec la trajectoire du ballon, l’organisation du soutien offensif (convergence du soutien vers le point de chute présumé du ballon), la montée défensive. En vision centrale, les entraîneurs semblent scanner les joueurs, d’une appréhension globale sur le corps vers des indices précis sur le visage : positionnement général de profil, placement des coudes, indices sur la tête.
Ensuite, les entraîneurs comparent des indices significatifs en situation sur les joueurs et l’arbitre, avec des références d’arrière-plan décisionnel : stratégie d’avant match, connaissances technologiques sur les fondamentaux du rugby et du règlement, représentations initiales sur l’adversaire, connaissance de ses joueurs et du fonctionnement habituel de son équipe. Dans certains cas interviennent aussi des informations contextuelles, comme la météo et la stratégie initiale de remplacement, ainsi que les communications avec le manager dans les tribunes, via un système radio.
Enfin, les entraîneurs mettent en place à la fois une observation de la séquence de jeu dans son ensemble et une combinaison d’indices significatifs qui portent sur les procédures mises en œuvre comme la trajectoire de course du porteur de ballon, et sur le résultat de l’action à la fois sur le plan individuel et collectif (perte de terrain, conservation très difficile du ballon).

Stratégies d’observation

18Premièrement, ils fonctionnent avec une logique de vérification des consignes données aux joueurs avant le match. Ils sont alors en posture d’attente de certaines actions. Par exemple, le contenu attentionnel concerne la reconnaissance d’une volonté de produire du jeu de mouvement et la difficulté de l’équipe à être efficace. Les indices significatifs pour l’origine du problème sont ici la forme du premier rideau défensif adverse, sa densité et sa vitesse.
Deuxièmement, les entraîneurs mettent en œuvre une analyse systémique du rapport d’opposition, avec une organisation personnelle du champ d’attention. Soit en regardant les points forts et faibles des équipes en attaque et en défense, par exemple la mobilité et l’intensité défensive, soit en étudiant les différentes phases de jeu (conquêtes, fixations, mouvement général).
Troisièmement, l’attention sur la défense porte à la fois sur des aspects globaux et structurels, ainsi que sur une zone particulière d’affrontement ou des détails relatifs aux plaquages. Elle articule donc des cadrages attentionnels au plan collectif total, au plan collectif partiel et au plan homme contre homme.
Quatrièmement, la dynamique attentionnelle est organisée au fur et à mesure du déroulement de l’action. Elle est guidée par un enchaînement de sous-buts, par exemple pour un entraîneur qui observe la réception d’un coup d’envoi adverse : observer d’abord la réceptionneuse du ballon et la zone autour, puis déplacement vers la joueuse qui s’apprête à déclencher l’attaque et les premières attaquantes, puis les conditions de libération du ballon au sol… Cette dynamique est également caractérisée par des actes au service de ces sous-buts. Il y a ainsi des déplacements successifs du rayon attentionnel par mouvement de la tête et des yeux vers des zones précises liées à ces sous-buts, tout en gardant dans le champ d’attention le déroulement temporel de l’action dans sa globalité.
Cinquièmement, cette forte activité perceptive est associée chez plusieurs entraîneurs à une activité cognitive sur l’analyse de la situation de jeu et l’évaluation des intentions des joueurs. Il s’agit d’un mode de fonctionnement qui semble privilégier la pensée logique, rationnelle, délibératoire, pour analyser un problème dans le jeu au regard d’une théorie de l’opposition en sports collectifs. L’entraîneur le plus expérimenté mobilise aussi des connaissances sur les moyens de coaching pour résoudre le problème (changements de joueurs ou changement de stratégie par l’apport de consignes).

Discussion

  • 6 . Phases de jeu où le ballon et les joueurs sont en mouvement (Deleplace, 1979).
  • 7 . Acte mental d’évocation du vécu de référence implicite, en faisant appel à la mémoire concrète.

19Il n’est pas aisé d’observer et d’analyser le système complexe du jeu dans sa totalité, sa structure et son fonctionnement, notamment lors des phases de mouvement général6 où les situations sont complexes et évolutives. L’approche psychophénoménologique permet de souligner comment la subjectivité imprègne ce geste professionnel relatif à l’observation du jeu, tout en offrant une grille d’analyse originale permettant de rendre intelligible ce geste en contexte réel. L’œil de maquignon est à ce titre fortement sollicité, notamment en début de match ; il est ensuite remobilisé fréquemment en cours de match. Il correspond à des cadrages attentionnels subjectifs, qui articulent l’expérience personnelle et les connaissances, avec les facteurs d’influence contextuels susceptibles d’imprégner le vécu en situation. Nous rejoignons sur ce point les résultats de Gouju et Carlier (2004) à propos des enseignants d’EPS.
Pour diminuer cette difficulté à observer, les entraîneurs utilisent par exemple une analyse vidéo préalable de l’adversaire, et élaborent des attentes et stratégies pour leur propre équipe. Au-delà de l’objectif premier visant à élaborer un plan de match pertinent, cette démarche contribue ensuite à l’orientation de l’attention sur des thèmes particuliers, vers des zones cibles. Notons également qu’à l’heure actuelle, dans les staffs techniques des équipes d’élite, le manager et/ou un entraîneur s’installent en hauteur, dans les tribunes, tout en étant reliés par un système audio à l’entraîneur au bord du terrain. Ils disposent ainsi d’un plus grand recul à la fois sur le plan visuel et affectif par rapport au jeu ; ou encore une fenêtre attentionnelle plus panoramique sur les placements et déplacements des joueurs dans l’espace, ainsi qu’une plus grande maîtrise émotionnelle qui serait favorable à une meilleure lucidité dans l’observation. De plus, leur observation visuelle est assistée par l’apport d’un analyste statisticien qui travaille au traitement de données sur le jeu. Notons toutefois deux éléments. D’une part, l’exploitation par l’entraîneur de ces données en troisième personne, reste imprégnée de sa subjectivité et de sa logique propre. D’autre part, un tel dispositif ne concerne que dix pour-cent des entraîneurs en France ; les autres continuent à observer à l’œil, du bord du terrain. D’où la nécessité de proposer des pistes pour la formation des entraîneurs.
Dans cet article nous soulignons notamment l’intérêt de les sensibiliser à l’analyse de leur propre expérience en situation. Nous pensons à cet égard qu’il est judicieux d'utiliser la verbalisation du vécu subjectif comme un outil pour le développement des compétences des entraîneurs. Du point de vue méthodologique, il est donc essentiel de se pencher sur l’expérience humaine en tant qu’elle est effectivement incarnée. Concrètement, cela signifie que l’on aborde le réfléchissement de l’expérience7, la description d’un moment vécu singulier de l’engagement dans une situation finalisée (Depraz et al., 2011). Une analyse de pratique individuelle avec entretien d'explicitation, est tout à fait adaptée pour accéder avec une granularité fine de description, aux aspects procéduraux du vécu. Soulignons que l’usage de l’entretien d’explicitation permet de solliciter le processus de réfléchissement de son vécu, sans lequel il n’est pas forcément possible d’accéder aux savoirs d’expérience. Il s’agit donc d’une particularité au regard de méthodes de verbalisation plus classiquement utilisées dans le cadre du modèle du praticien réflexif (Schön, 1998), comme par exemple en situation de débriefing. En effet, ces méthodes pourraient sous-estimer la conscience préréfléchie et la possibilité d’y accéder. Il convient également de se pencher sur les dispositifs de formation à mettre en œuvre pour discuter et capitaliser l'expérience formalisée et partagée entre entraîneurs.

Conclusion

20Cette intelligibilité des phénomènes attentionnels des sujets en compétition sportive, ouvre des possibles en recherche, dans d’autres milieux professionnels où il s’agit d’observer et d’analyser des situations dynamiques, évolutives, complexes, chargées émotionnellement, avec un souci d’efficacité ou d’optimisation des performances individuelles et collectives. Nous pensons notamment à tous les métiers de la relation et à l’enseignement en particulier.
De plus, cette approche centrée sur l’expérience subjective possède une utilité sociale pour les praticiens, en permettant d’envisager un renouvellement des pratiques professionnelles et des démarches de formation. Cela permet de rendre intelligible les logiques intrinsèques des sujets, de comprendre les facteurs d’efficacité et les sources d’erreur ou les obstacles. Il est ainsi envisageable d’optimiser l’observation fine des conduites typiques des élèves en classe, leur interprétation et les décisions régulatrices in situ.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie

Bouthier, D., & Durey, A. (1995). La compétence d'un entraîneur de rugby. Éducation Permanente, 123, 65-77.
Bucheton, D. (2008). Didactique professionnelle, didactiques disciplinaires : le rôle intégrateur du langage. In Y. Lenoir & P. Pastré (Eds.), Didactique professionnelle et didactiques disciplinaires en débat (pp. 285-310).Toulouse : Octarès.
Cloes, M., Lenzen, B., & Trudel, P. (2009). Analyse de la littérature francophone portant sur l'intervention de l'entraîneur sportif, publiée entre 1988 et 2007, STAPS, 83, 7-23.
Debanne,T., & Fontayne, P. (2012). Étude des discours d’entraîneurs professionnels durant une rencontre de Handball selon la perspective du Coaching Model, Movement & Sport Sciences, 76, 11-23.
Deleplace, R. (1979). Rugby de mouvement, rugby total. Paris : EPS.
Depraz, N., Varela, F., & Vermersch, P. (2011). A L’épreuve de l’expérience. Pour une pratique phénoménologique. Bucarest : ZETA Books.
Fleurance, P., & Pérez, S. (Eds.), Interrogations sur le métier d'entraîneur : interroger les entraîneurs au travail ? Revisiter les conceptions qui organisent l'entraînement pour repenser le métier d'entraîneur(e), Les Cahiers de l'INSEP, 39, Paris : INSEP Publications.
Gilbert, W., & Trudel, P. (2000). Validation of the Coaching Model (CM) in a team sport context. International Sports Journal, 4, 120-128.
Gouju, J.L., & Carlier, G. (2005). Le phénomène de « l’œil de maquignon » chez les enseignants : intérêt d’une approche psycho phénoménologique. In G. Carlier, & J.P. Renard (Eds.), Formation continue. Expertise des formateurs et identité professionnelle des formés (pp. 129-159). Namur : Editions modulaires européennes.
Husserl, E. (1970/1991). Expérience et jugement. Paris : PUF.
International Council for Coaching Excellence and the Association of Summer Olympic International Federations (2012). The International Sport Coaching Framework. Champaign : Human Kinetics.
Merleau-Ponty, M. (1945).
Phénoménologie de la perception. Paris : Gallimard.
Mouchet, A. (2008). Le coaching des sélections nationales en rugby. Rapport de recherche pour une étude financée par la Cellule Recherche de la Direction Technique Nationale de la Fédération Française de Rugby.
(2010). La subjectivité dans les décisions des joueurs de rugby en match. Caractérisation et perspectives pour l’intervention. Sarrebruck : Éditions universitaires européennes.
(2013). L’expérience subjective en sport : éclairage psycho phénoménologique de l’attention, Movement & Sport Sciences, 81, 5-15.
(2014). L’explicitation pour documenter l’expérience vécue et optimiser la formation. In R. Etienne (Président du comité de pilotage), Actes du congrès de l’Actualité de la Recherche en Éducation et Formation (AREF), Université de Montpellier, août 2013, http://www.aref2013.univ-montp2.fr/cod6/ ?q =content/actes-du-congr %C3 %A8s.
Mouchet, A., & Bouthier, D. (2008). Le coaching des sélections nationales en rugby. In P. Fleurance & S. Pérez (Eds.), Interrogations sur le métier d'entraîneur : interroger les entraîneurs au travail ? Revisiter les conceptions qui organisent l'entraînement pour repenser le métier d'entraîneur(e) (pp. 281-288). Paris : INSEP Publications.
Mouchet, A., Harvey, S., & Light, R. (2013). Match coaching : communications with players during the game.
Physical Education and Sport Pedagogy. iFirst DOI : 10.1080/17408989.2012.761683.
Pastré, P. (2002). L’analyse du travail en didactique professionnelle. Revue Française de Pédagogie, 138, 9-17.
Schön, D. A. (1998). A la recherche d’une nouvelle épistémologie de la pratique et de ce qu’elle implique pour l’éducation des adultes. In J.M. Barbier (Ed.). Savoirs théoriques et savoirs d’action (pp. 201-225). Paris : PUF.
Smith, M., & Cushion, C. J. (2006). An investigation of the game behaviours of professional, top level youth soccer coaches.
Journal of Sports Sciences, 24, 355-366.
Tardif, M., & Lessard, C. (2000). Le travail enseignant au quotidien. Bruxelles : De Boeck.
Van Der Maren, J. M. (1995). Méthodes de recherche pour l’éducation. Bruxelles : De Boeck.
Vermersch, P. (2001). Dynamique attentionnelle et lecture-partition, Expliciter, 41, 18-27.
(2012). Explicitation et phénoménologie. Paris : PUF.

Haut de page

Notes

1 . Le Diplôme d’État et le Diplôme d’État Supérieur en rugby à quinze, récemment modifiés, ne mentionnent pas les compétences requises par les entraîneurs en compétition.

2 . Le savoir d’expérience est défini par Tardif et Lessard (2000, p. 395) comme « l’intériorisation des règles implicites d’action acquises avec et dans l’expérience de l’action… ». Une proximité existe avec les savoirs cachés dans l’agir professionnel (Schön, 1998), composés de gestes, d’identifications et de jugements que nous savons faire très spontanément, sans avoir à y réfléchir.

3 . La conscience préréfléchie est mobilisée principalement par les sujets au moment où ils sont en train d’agir, sans qu’ils en soient conscients au sens habituel du terme. C’est une conscience non loquace, dont les contenus et les actes n'ont pas encore été mis en mots, mais accessible a posteriori par la saisie rétrospective permettant la prise de conscience.

4 . Le point de vue en première personne correspond à ce qui apparaît au sujet qui a vécu l’action selon lui, alors que le point de vue en troisième personne est un point de vue extérieur fourni par exemple par l’observation effectuée par un entraîneur ou un chercheur. Notons que ces deux points de vue ne sont pas exclusifs l’un de l’autre en recherche. Pour affiner les nuances sur les plans épistémologiques et méthodologiques, cf. Vermersch (2012).

5 . Nous utilisons les guillemets simples pour trois expressions peu courantes et spécifiques au vocabulaire psychophénoménologique dans cette page 3, alors que nous utilisons plus loin les guillemets doubles pour tous les extraits de verbalisation.

6 . Phases de jeu où le ballon et les joueurs sont en mouvement (Deleplace, 1979).

7 . Acte mental d’évocation du vécu de référence implicite, en faisant appel à la mémoire concrète.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Mouchet, « L’observation du jeu comme geste professionnel des entraîneurs », Recherches & éducations, 12 | 2014, 43-56.

Référence électronique

Alain Mouchet, « L’observation du jeu comme geste professionnel des entraîneurs », Recherches & éducations [En ligne], 12 | octobre 2014, mis en ligne le 25 février 2015, consulté le 22 juin 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/2241

Haut de page

Auteur

Alain Mouchet

Université Paris Est, Département STAPS Créteil
LIRTES (EA 7313)

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org