Navigation – Plan du site
varias

Rôle du parcours scolaire dans l’acte entrepreneurial : cas du contexte tunisien

Sarhan Abdennadher et Sami Boudabbous
p. 147-162

Résumés

Cette recherche vise à comprendre la relation entre le parcours scolaire et l’acte entrepreneurial en tentant d’étudier le rôle du système éducatif tunisien en matière d’entrepreneuriat. Pour ce faire, nous menons une étude exploratoire qualitative portant sur des entretiens de parcours de 30 entrepreneurs. Nos résultats montrent que le système éducatif tunisien ne favorise pas l’acte entrepreneurial et souffre de plusieurs insuffisances. Quel est alors le rôle du parcours scolaire dans l’acte entrepreneurial et comment est mobilisé le système éducatif tunisien dans les parcours des entrepreneurs ? Les résultats auxquels nous sommes parvenus illustrent que le parcours scolaire favorise indirectement l’acte entrepreneurial et prouvent certaines insuffisances du système éducatif tunisien.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis plusieurs années, des chercheurs ont étudié le rôle des variables liées à l’éducation et à l’enseignement dans le développement des perceptions portant sur la désirabilité et la faisabilité du comportement entrepreneurial (Shapero et Sokol, 1982). Selon les auteurs, la désirabilité représente le degré d’attrait qu’un individu ressent envers la création d’entreprise. La faisabilité, quant à elle, fait référence au degré avec lequel il pense pouvoir mener à bien la création d’une entreprise.
Le rapport de la Commission Européenne (2004) avance que l’attitude entrepreneuriale peut être encouragée chez les jeunes, tout au long de leur parcours éducatif. Ce type d’enseignement s’avère néanmoins particulièrement efficace lorsque, dûment structuré, il est introduit dans le système éducatif dès le plus jeune âge puisqu’en favorisant très tôt le développement d’attitudes entrepreneuriales chez les élèves, il y aura un apprentissage actif faisant appel à la créativité et à l’imagination des enfants (Commission Européenne, 2004).
Selon Wtterwulghe (1998), l’environnement socioculturel, le contexte familial, l’expérience ou le milieu professionnel et le système scolaire constituent les déterminants du comportement entrepreneurial chez un individu. Nabli (2009) avance que le processus de socialisation primaire expérimenté pendant les premières années émane des institutions qui contribuent à éduquer l’enfant, comme l’école. D’ailleurs, en se référant aux travaux de Dubar (2000) sur la construction de l’identité, nous constatons qu’elle se présente comme le produit de socialisations successives, la socialisation étant envisagée comme un ensemble de transactions entre l’individu et les instances sociales qui l’entourent. Ajoutons à cela, le processus de socialisation secondaire qui se présente comme « tout processus postérieur qui permet d’incorporer un individu déjà socialisé dans des nouveaux secteurs du monde objectif de la réalité » (Berger et Luckmann, 2006, p. 225).
Il n’en demeure pas moins que la création d’entreprises reste encore un phénomène peu adopté comme choix de carrière désirable en Tunisie. En effet, l’existence de conditions favorables à l’entrepreneuriat ne signifie pas l’absence de problèmes pouvant inhiber la création d’entreprises. Quel est alors le rôle du parcours scolaire dans l’acte entrepreneurial et comment est mobilisé le système éducatif tunisien dans les parcours des entrepreneurs ? C’est autour de ces questions que s’articule notre problématique à laquelle nous avons voulu donner des éléments de réponse. L’objectif étant de trouver des pistes à la fois scientifiques et professionnelles pouvant contribuer à une meilleure diffusion de la culture entrepreneuriale, et ce, à travers le rôle que peut jouer le parcours scolaire.
L’originalité de cette contribution réside dans l’objet de recherche qui reste peu exploré dans les sciences de l’éducation, tout en représentant un thème à fort développement en sciences de gestion. À cela s’ajoute la période socio-historique particulière par laquelle passe la Tunisie où certaines mesures favorisant l’entrepreneuriat seront inévitablement prises (révision du secteur financier, ouverture des marchés, etc.).

Le parcours scolaire : un catalyseur entrepreneurial

2Le parcours scolaire joue un rôle primordial pour la promotion de la culture entrepreneuriale puisque, dans la plupart des pays du monde, les gens passent une grande partie de leur temps à l’école ou dans un contexte similaire ce qui correspond donc à un lieu propice pour transmettre les valeurs entrepreneuriales. Selon Fortin (2002), la culture entrepreneuriale se situe au niveau :

  • Des attitudes et des valeurs comme l’autonomie, la responsabilité, la créativité et la solidarité .

  • Des connaissances appropriées pour relever correctement les défis comme entrepreneur ou employé.

  • Des compétences de savoir-faire, de savoir-être et de savoir-agir appropriées à sa situation de vie.

3Selon Fortin (2002), les acteurs du milieu de l’éducation doivent jouer un rôle capital dans la valorisation de la culture entrepreneuriale ; les écoles, en plus de joindre les élèves et de les sensibiliser directement par le contenu des programmes d’enseignement autour de la culture entrepreneuriale, peuvent également toucher les parents d’élèves par le truchement de leurs enfants afin de leur faire comprendre le bien-fondé de l’éducation entrepreneuriale.
En effet, le parcours scolaire peut être envisagé pour remplacer le rôle que jouent les familles d’entrepreneurs en se donnant les moyens de démontrer que le fait d’être entrepreneur est un choix de carrière envisageable et qu’il ne s’agit pas d’une aventure inévitablement vouée à l’échec (Filion, 1997).
Laviolette et Loue (2006, p. 4) considèrent l’entrepreneuriat comme : » une dynamique de création et d’exploitation d’une opportunité d’affaires par un ou plusieurs individu(s) via la création de nouvelles organisations à des fins de création de valeur ».
Pour sa part, Fayolle (1999) stipule que l’entrepreneuriat peut être défini, simplement, par des situations particulières, créatrices de richesses économiques et sociales, caractérisées par un degré élevé d’incertitude, par l’existence de risques, dans lesquelles des individus sont impliqués très fortement et doivent y développer des comportements basés sur l’acceptation du changement et des risques associés, la prise d’initiative et le fonctionnement autonome. Ces situations concernent :

  • La création d’entreprises ou d’activités par des individus indépendants ou par des entreprises .

  • La reprise d’entreprises ou d’activités, saines ou en difficulté, par des individus indépendants ou par des entreprises .

  • Le développement et le management de certains projets « à risque » dans des entreprises .

  • Le cadre et l’esprit d’exercice de certaines responsabilités ou fonctions dans des entreprises.

4Pour Katz (1990), l’enseignement de l’entrepreneuriat est l’une des formes les plus évidentes préparant les individus pour accéder à la création d’entreprises. Dans ce sens, Fayolle (1999) pousse les institutions publiques et privées de l’enseignement supérieur à avoir comme objectif essentiel le développement des attitudes et des intentions entrepreneuriales chez les étudiants. Fayolle (2007) ajoute que l’enseignement de l’entrepreneuriat peut rendre une société donnée plus tolérante en matière de prise de risques, d’acceptation de l’innovation et de reconnaissance de l’initiative individuelle. Au-delà même du développement du goût d’entreprendre et de l’esprit d’entreprise, l’enseignement peut contribuer à l’amélioration de l’image de l’entrepreneuriat et de l’entreprise, et à mettre en valeur le rôle de l’entrepreneur dans la société (Fayolle, 2007).
Certes, l’entrepreneuriat est un processus où certaines aptitudes et attitudes sont hautement exigées. Bon nombre d’entre elles peuvent s’acquérir en suivant des enseignements, des programmes ou des formations (Tounés, 2003). Dyer (1994) confirme l’importance des aptitudes entrepreneuriales dans le passage à l’acte de création. Même si l’individu possède les qualités psychologiques nécessaires et détient une opportunité d’entreprise, l’acquisition des connaissances et du savoir est nécessaire pour la concrétisation d’un projet (Greenberger et Sexton, 1988). Les formations en entrepreneuriat sont susceptibles de fournir ces aptitudes et de nourrir la confiance dont on a besoin pour passer à l’acte (Dyer, 1994). Ainsi, dans un contexte d’éducation entrepreneuriale, il ne s’agit pas seulement d’acquérir des connaissances intellectuelles et cognitives, mais surtout des compétences et des activités d’apprentissage qui guideront l’individu dans sa propre démarche entrepreneuriale (Carrier, 2000).
Au sein de l’université, Verstraete (2000) distingue entre quatre niveaux d’actions en faveur de l’entrepreneuriat : la sensibilisation, la formation, l’accompagnement et le conseil (Jaziri et Paturel, 2008). La sensibilisation consiste à démontrer qu’entreprendre est une carrière possible et accessible pour les membres de l’université. La formation consiste à développer et renforcer les capacités et les potentiels entrepreneuriaux des individus sur les plans cognitifs et comportementaux. L’accompagnement correspond au suivi d’un processus de création en cours par une mise à disposition par l’université de différentes ressources matérielles et immatérielles. Le conseil concerne les entrepreneurs incubés ou hébergés dans les pépinières d’entreprises.
Ainsi, selon ces auteurs, l’école, et d’une façon générale le système éducatif, joue un rôle de premier ordre dans la construction de la société. En fait, l’école est l’un des plus importants lieux où s’effectue la transmission des connaissances générales, mais aussi et surtout qui véhicule des valeurs, des attitudes et des croyances qui influenceront les jeunes pendant toute leur vie. Ainsi, pour développer une véritable culture entrepreneuriale au sein des différentes collectivités, l’implication du milieu scolaire demeure essentielle, si non indispensable (Fortin, 2002).

La méthodologie de la recherche

5Selon Gartner et Birley (2002, p. 387), « de nombreuses questions importantes en entrepreneuriat ne peuvent être posées qu’à travers des méthodes et des approches qualitatives ». Dans les recherches qualitatives, les chercheurs se préoccupent de mécanismes ou de phénomènes encore peu étudiés à travers des enquêtes de caractère plus exploratoire, avec un fort accent sur la description, une focalisation sur la compréhension des phénomènes et le développement de théories visant à comprendre de la manière la plus complète possible les données recueillies (Bühlmann et Tettamanti, 2007). Ainsi, et afin de comprendre le rôle du parcours scolaire dans l’acte entrepreneurial, nous avons opté pour une recherche exploratoire en s’inscrivant dans les approches qualitatives.
Pour répondre à notre problématique, nous avons adopté une méthode compréhensive par entretiens. Nous avons interviewé 30 créateurs d’entreprise sur leur parcours et leurs motivations d’entrée dans l’entrepreneuriat. Les entrepreneurs ont été identifiés grâce à nos relations personnelles. En ce qui concerne le choix des cas, Miles et Huberman (2003) avancent que l’échantillonnage doit être orienté, c’est-à-dire non aléatoire. En effet, le choix des cas doit se faire pour une finalité de théorisation et non pas pour dégager des résultats de type statistique. Notre objectif étant l’exploration et la compréhension du rôle du parcours scolaire dans l’acte entrepreneurial à partir d’une analyse qualitative et non pas pour objectif de généralisation.
Les données de notre étude ont été collectées par des entretiens semi-directifs. La durée moyenne de chaque entretien est de 30 minutes. La grille de l’entrevue est composée des questions suivantes :

61. Pouvez-vous me décrire votre parcours scolaire (enseignement, formation, spécialité, etc.) ?
2. Au cours de ce parcours, avez-vous l’intention de créer une entreprise ?
Pensez-vous que ce parcours vous a encouragé à opter pour la création de votre propre entreprise ? Si oui, comment ?
3. Avez-vous suivi un enseignement en entrepreneuriat ou en relation avec la création d’entreprise ?
4. Comment jugez-vous la qualité des enseignements reçus en matière d’entrepreneuriat (idée de projet, choix et orientations, compréhension du phénomène, etc.) ?

7Pour l’analyse des données, nous avons opté pour la méthode décrite par Baribeau (2009). Selon lui, coder, catégoriser, décrire puis modéliser ou théoriser constituent les actions auxquelles tout chercheur doit s’astreindre pour comprendre le phénomène qu’il investigue. Cette méthode est composée de trois étapes : faire ressortir les principaux thèmes de l’analyse (ou encore le codage), les catégoriser de manière descriptive ou causale, et enfin établir le lien avec la théorie (Coutelle, 2005). Toutefois, nous avons jugé utile de faire tout d’abord recours à une première étape qui est celle de la retranscription des enregistrements (Sanséau, 2005).
L’analyse peut se faire avec un logiciel ou sur papier (Coutelle, 2005). Pour notre part, nous avons choisi d’effectuer une analyse sur papier qui reste, selon Wanlin (2007), une tâche réservée au chercheur. Le volume des données qualitatives collectées est énorme ce qui nécessite une simplification de cette masse de données. Ainsi, le processus de codage des données consiste à décomposer les contenus d’un discours ou d’un texte en unités d’analyse (mots, phrases, thèmes, etc.) et à les intégrer dans des catégories définies en fonctions de l’objectif de la recherche (Allard-Poesi et al., 2001). Dans notre cas, nous avons opté pour la démarche continue où les thèmes s’ajoutent les uns aux autres et se fusionnent ensuite (Coutelle, 2005). Concernant le choix de l’unité de codage, et en nous basant sur la théorisation enracinée (Coutelle, 2005), nous avons jugé que le mot, soit la plus petite unité, est la plus convenable pour notre recherche.

Présentation et interprétation des résultats de la recherche

Présentation des cas retenus

8Les 30 entrepreneurs retenus dans notre travail de recherche se présentent comme suit :

Entrepreneur

Genre

Âge au moment de la création

Activité

Temps de gestation du projet

Homme

47 ans

Vente de moquettes et de rideaux

5 mois

Homme

32 ans

Agence générale de communication

6 mois

Femme

30 ans

Garderie

7 mois

Homme

36 ans

Fabrication des produits en inox

6 mois

Homme

45 ans

Menuiserie générale

9 mois

Homme

27 ans

Agence de design

8 mois

Homme

29 ans

Installation de produits à énergie solaire

8 mois

Homme

30 ans

Construction et installation de piscines

12 mois

Femme

26 ans

Librairie

5 mois

Homme

35 ans

Vente de produits et matériels d’impression

9 mois

Homme

27 ans

Photocopie

4 mois

Homme

30 ans

Publinet

3 mois

Homme

30 ans

Fabrication de cuisines, salles de bain et dressing

6 mois

Homme

29 ans

Société de service de nettoyage

2 mois

Homme

29 ans

Restaurant – pizzeria

4 mois

Homme

27 ans

Installation du réseau de gaz de ville

1 an

Homme

36 ans

Fabrication des produits de nettoyage

4 mois

Homme

22 ans

Travaux de photocopie

3 mois

Homme

27 ans

Vente de produits pâtissiers

7 mois

Homme

26 ans

Librairie

6 mois

Femme

28 ans

Traitement de texte et autres services

1 mois

Femme

36 ans

Usine de couture

10 mois

Femme

19 ans

Fabrication de confiseries

1 mois

Homme

26 ans

Agence de publicité

1 mois

Homme

25 ans

Travaux de photocopie

4 mois

Homme

25 ans

Vente et réparation de matériel informatique

6 mois

Homme

23 ans

Photographe

3 mois

Homme

29 ans

Service de fêtes

7 mois

Homme

29 ans

Vente de matériel informatique

5 mois

Homme

23 ans

Vente de jus de fruits

7 mois

Tableau 1 : présentation des cas retenus dans l’étude

Le parcours scolaire et l’intention entrepreneuriale

9L’intention de poursuivre un parcours entrepreneurial peut naître à des moments différents de la vie des entrepreneurs. Dans les sciences psychologiques, l’intention représente une étape nécessaire au cheminement motivationnel vers le comportement (Neveu, 1996). Pour Crant (2001), l’intention entrepreneuriale est définie par les jugements de l’individu sur la probabilité de posséder sa propre entreprise. Certes, l’intention entrepreneuriale peut émerger lors du parcours scolaire. Voyons ce que disent les interviewés à ce propos :

« Pendant mes études, non. Mais c’est quand j’ai pris la décision de mettre fin à mon parcours scolaire, j’ai pensé à faire une formation en pâtisserie. C’est en rejoignant cette formation que j’ai eu l’intention de faire mon propre projet. Le stage que j’ai effectué m’a encouragé énormément ». (Entrepreneur 15)

10Le suivi d’une formation est une source d’inspiration entrepreneuriale. L’intention de partir en affaire et de créer sa propre entreprise naît quand l’entrepreneur opte pour une formation. En effet, la décision de faire une formation dans un domaine bien déterminé est généralement accompagnée par une intention de partir en affaire.

« Quand j’ai obtenu mon bac avec un score faible, j’étais convaincu que je ne pouvais pas obtenir la spécialité souhaitée. À ce moment, j’ai trouvé que la meilleure solution pour moi était de créer ma propre entreprise dans le domaine de l’informatique, et c’est par la suite que j’ai rejoint cette formation ». (Entrepreneur 26)

11L’échec dans le parcours scolaire constitue ainsi une source de motivation (indirecte) pour mener une carrière d’entrepreneur. La propension entrepreneuriale augmente dans ce cas, car c’est plus facile pour l’individu de créer son propre projet que de trouver un emploi pouvant répondre à ses ambitions. La formation, généralement à vocation pratique, encourage l’individu à s’installer pour son propre compte. D’une façon presque identique, les stages menés dans le cadre des études encouragent l’individu pour monter son propre projet.

« Au cours de mes études, sincèrement non, mais quand j’ai effectué des stages j’ai trouvé que la meilleure façon avec laquelle je puisse exploiter le mieux mes compétences, c’est de m’installer pour mon propre compte. D’ailleurs, lors de mon dernier stage effectué en Allemagne, j’ai proposé l’idée à mon encadreur de stage qui l’a beaucoup appréciée et c’est à partir de ce moment que j’ai commencé à collecter les informations nécessaires ». (Entrepreneur 7)

12Les bons exemples sont aussi des sources de motivation. Nous revenons ici à l’entrepreneur (23). Ce dernier, qui a suivi son frère ainé dans son parcours universitaire, l’a fait parce qu’il n’a pas été uniquement intéressé par les arts, mais aussi parce qu’il voulait suivre les traces de son frère qui s’est installé pour son propre compte.

Le parcours scolaire comme source de motivation entrepreneuriale

13Partir en affaires nécessite la présence de certains éléments liés à l’entrepreneur et à son contexte. Parmi ces éléments, la motivation demeure essentielle pour mener une carrière d’entrepreneur. Selon Nuttin (1985), la motivation ne constitue pas l’élément déclencheur du besoin, mais elle est une direction active du comportement vers un but. La motivation de l’entrepreneur désigne son engagement (Shane et al., 2003). Elle est considérée comme l’un des éléments les plus importants influençant non seulement le démarrage de la nouvelle entreprise, mais également ses caractéristiques, sa survie et sa performance (Shane et al. 2003).
Le parcours scolaire constitue, entre autres, un élément important dans l’alimentation de la propension entrepreneuriale. À ce propos, Boudabbous (2011) avance que le système éducatif a pour mission de sensibiliser, préparer et former à l’entrepreneuriat Il favorise, d’une part, la création d’entreprises à travers la nature des spécialités disponibles, la qualité des enseignements, les stages effectués dans le cadre des études, les projets de fin d’études, etc. D’autre part, ce parcours peut être une source de motivation indirecte à la création d’entreprises, comme le notent les déclarations suivantes :

« J’ai choisi de joindre l’école des beaux arts car j’étais doué et j’ai voulu améliorer ce don par des études spécialisées. Mon niveau m’a permis de faire un DEA afin d’approfondir mes connaissances. En réalité, mes études ont eu une vocation entrepreneuriale : m’installer pour mon propre compte soit en tant qu’artiste indépendant, soit en ouvrant une agence de design ». (Entrepreneur 6)

14Certaines études comme les beaux-arts ont une vocation entrepreneuriale. Toutefois, l’intention entrepreneuriale naît avant les études et se nourrit dans le temps. En effet, les études effectuées ne font que réveiller cette intention inconsciemment présente pour lui donner une présence plutôt active. Saporta et Verstraete (2000) avancent que l’enseignement de l’entrepreneuriat peut modeler la cognition de l’étudiant en favorisant la combinaison de trois dimensions irréductibles et indissociables : réflexion, réflexivité et apprentissage. Cependant, l’absence d’un avenir prometteur, étant donné la nature des études suivies connues par le nombre élevé de ses diplômés, constitue elle-même une motivation entrepreneuriale. C’est pour cette raison que nous considérons que le parcours scolaire peut favoriser soit directement soit indirectement la création d’entreprises.

« Indirectement, oui. En effet, toutes les spécialités en relation avec les sciences économiques et de gestion sont connues par leur avenir incertain et qu’elles mènent au chômage. Pour cette raison, je me suis préparé à l’avance, depuis les études, pour créer mon propre projet ». (Entrepreneur 28)

15Dans le cas de certains diplômes relatifs à certaines spécialités (économie, gestion, etc.) et qui ne sont pas trop demandés dans le marché d’emploi, la création d’entreprise devient une solution pour éviter le chômage. Dans certains cas, les individus ne donnent pas beaucoup d’importance aux domaines à suivre car ils avaient déjà l’intention de créer leurs propres projets, et l’objectif de poursuivre des études, ce n’est que pour avoir un diplôme.

Parcours de formation

16Aucun des entrepreneurs rencontrés ne considère avoir suivi un enseignement en entrepreneuriat, sauf pour les entrepreneurs qui ont effectué des études à l’étranger. La déclaration de l’entrepreneur (17) est plus qu’éclairante à cet égard :

« Non, pas du tout. Je n’ai reçu aucun enseignement en relation avec l’entrepreneuriat ».

Études en Entrepreneuriat

Oui

Non

Études effectuées

En Tunisie

0

27

A l’étranger

3

0

Tableau 2 : répartition des entrepreneurs selon les études

17Les enseignements offerts ne permettent pas de produire des entrepreneurs, ce qui explique que l’acte entrepreneurial reste encore une démarche professionnelle très marginale chez les étudiants (Boudabbous, 2011). Les entrepreneurs ayant suivi des études à l’étranger (les entrepreneurs (1), (2) et (7)) expriment avoir obtenu une formation excellente répondant aux besoins du marché :

« J’ai eu la chance d’avoir une excellente formation. J’ai senti ça surtout quand je suis passé à la pratique. Et malgré que j’aie opté pour une formation qui est un peu loin du domaine économique, j’ai eu la chance d’avoir un enseignement en culture entrepreneuriale. Cette expérience m’a beaucoup aidé dans mon expérience entrepreneuriale surtout dans la préparation de mon plan d’affaire. Je dois noter l’importance des stages effectués qui m’ont inspiré l’idée de mon projet actuel ». (Entrepreneur 7)

18En fait, et contrairement aux entrepreneurs qui ont poursuivi des études à l’étranger, nous avons remarqué que les interviewés affirment l’absence d’un enseignement d’entrepreneuriat pour les entrepreneurs ayant fréquenté des établissements tunisiens. Dans le même sens, Boudabbous (2011) stipule que le système éducatif tunisien ne stimule pas l’intention des jeunes diplômés tunisiens à créer leurs propres entreprises. D’ailleurs, l’auteur se demande pourquoi engager, au niveau des écoles et des universités, tant de moyens pour l’apprentissage de l’entrepreneuriat, alors que le résultat escompté ne va pas dans le sens de la stimulation, ni de l’intention entrepreneuriale, ni de la création d’entreprise proprement dite.
En Europe, les universités offrent un contenu d’études riche et adapté aux besoins du marché. La culture entrepreneuriale est intégrée dans la plupart des programmes offerts dans ces universités. Ces enseignements ont beaucoup aidé les entrepreneurs dans leurs parcours entrepreneuriaux. Notamment, les stages effectués dans le cadre des études ou des projets de fin d’études sont des sources d’inspiration d’idées de projets :

« Je n’ai pas reçu un enseignement en entrepreneuriat ni au cours de mes études ni au cours de la formation. Toutefois, c’est dans le cadre de la formation que j’ai parfait mon idée de projet ». (Entrepreneur 26)

19Ces formations sont importantes surtout dans le choix de l’idée du projet (sa nature). L’absence des modules d’entrepreneuriat a été, jusqu’à une date très proche, une des faiblesses de l’université tunisienne.

« Les enseignements reçus surtout au cours de mes études universitaires sont d’une qualité moyenne car ils sont trop théoriques. Sur le terrain je me suis senti déphasé. Cette défaillance relève du contenu des enseignements offerts et du manque de spécialisation des enseignants. En ce qui concerne l’entrepreneuriat, alors là ça n’a rien à voir. Le contenu des enseignements mérite une révision pour l’adapter aux demandes du marché ». (Entrepreneur 3)

20Cette carence en matière de l’enseignement de l’entrepreneuriat peut être compensée, nous disent les interviewés, par les bases de données géantes existantes sur Internet :

« … Mais l’outil Internet m’a permis de compenser ce manque. La base de données existantes sur Internet est riche en information et comprend des réponses sur toutes les questions ». (Entrepreneur 4)

21L’outil Internet permet de compenser la défaillance des établissements tunisiens. Il garantit une autoformation, étant donné la facilité de l’accès et la simplicité de ses interfaces. En accédant aux sites des différentes structures, l’entrepreneur peut se procurer de l’information dont il a besoin comme il le souligne l’entrepreneur (24) :

« … Le point faible est le système éducatif, mais l’outil Internet permet de combler cette défaillance. Nous trouvons une base de données riche en informations et qui permet une certaine familiarisation à l’esprit d’initiative ». Une large majorité des entrepreneurs interrogés ont d’ailleurs un accès à Internet (fig. 1).

Figure 1 : répartition des entrepreneurs selon l’accès à Internet

22Les entrepreneurs interrogés critiquent le système éducatif tunisien qui n’offre pas, selon eux, une formation entrepreneuriale qui répond aux nouvelles tendances de la société. Toutefois, ils apprécient les changements qui se sont survenus ces dernières années sur la scène éducative :

« L’environnement tunisien lié aux conditions économiques est très favorable, sauf que le système d’enseignement ne répond pas aux nouvelles tendances des jeunes qui voient leur avenir dans un parcours entrepreneurial. Ce système mérite beaucoup plus d’attention pour qu’il s’adapte aux besoins de la société ». (Entrepreneur 29).
« Les conditions générales sont encourageantes. Certes, le maillon faible dans ce contexte reste le système éducatif. Mais on espère mieux faire vu qu’il y a eu ces dernières années une amélioration en matière d’entrepreneuriat ». (Entrepreneur 15)

Figure 2 : attitude des entrepreneurs face au système éducatif

23Il s’avère que pour les interviewés le contexte entrepreneurial tunisien est prometteur. Toutefois, l’inconvénient majeur dudit contexte reste le système éducatif (fig. 2). Ce dernier ne répond pas aux nouvelles orientations des jeunes qui sont devenues beaucoup plus entrepreneuriales (Gharbaoui, 2011). À ce niveau, l’outil Internet joue un rôle de compensation. Cet outil apporte « l’éducation entrepreneuriale » nécessaire pour les gens intéressés. Certes, l’accès à cet outil et son utilisation reste encore un peu limité pour l’ensemble de la population (d’où l’intérêt de mettre en lumières les origines sociales des ces entrepreneurs !), ce qui limite, par la suite, la propagation et le développement de la culture entrepreneuriale.

Conclusion

24Les résultats de notre recherches montrent que les interviewés qui n’ont pas pu aller jusqu’au bout dans leurs parcours scolaires ont opté pour une formation dans un domaine bien déterminé. Cet « échec » peut être une source d’inspiration entrepreneuriale. La décision de faire une formation dans un domaine bien déterminé est généralement accompagnée par une vocation entrepreneuriale. C’est dans cette mesure que nous pouvons dire que l’échec scolaire constitue, indirectement, une source de motivation entrepreneuriale. Les bons exemples sont aussi des sources de motivations pour les entrepreneurs. L’imitation peut se présenter non seulement dans le choix d’une carrière entrepreneuriale, mais aussi dans les études à suivre. En effet, pour les personnes interrogées le parcours scolaire contribue à augmenter la propension entrepreneuriale chez les individus à travers la nature des spécialités disponibles, la qualité des enseignements, les stages effectués dans le cadre des études, les projets de fin d’études, les formations effectuées, etc. Pour Rasmussen et Sorheim (2006), l’enseignement de l’entrepreneuriat dans les écoles et les universités peut modifier les attitudes, changer les comportements et les croyances des jeunes étudiants quant à l’entrepreneuriat, et leur faciliter l’assimilation et l’accessibilité au phénomène entrepreneurial.
Certaines études comme les beaux-arts ont une vocation entrepreneuriale. Toutefois, l’intention entrepreneuriale nait avant les études et se nourrit dans le temps. Les études effectuées ne font que réveiller cette intention inconsciemment présente pour lui donner une présence plutôt active. Saporta et Verstraete (2000) avancent que l’enseignement de l’entrepreneuriat peut modeler la cognition de l’étudiant en favorisant la combinaison de trois dimensions irréductibles et indissociables : réflexion, réflexivité et apprentissage. Cependant, l’absence d’un avenir prometteur, étant donné la nature des études suivies et le nombre élevé des diplômés menacés par le chômage, peut constituer aussi une motivation pour la création d’entreprise. C’est pour cette raison que nous considérons que le parcours scolaire peut favoriser soit directement soit indirectement la création d’entreprises.
Pour certains diplômés (économie, gestion, etc.) ayant suivi des formations peu demandées sur le marché d’emploi, la création d’entreprise devient une solution pour éviter le chômage. C’est pour cette raison que certains individus ne donnent pas beaucoup d’importance aux domaines à suivre, car ils ont déjà l’intention de créer leurs propres projets et l’objectif de la poursuite d’études est l’obtention d’un diplôme. Ce constat peut être illustré par la théorie de « push-pull » élaborée par Shapero et Sokol (1982) (Reix, 2006). Selon cette théorie, les individus qui s’engagent dans l’aventure entrepreneuriale le font pour des motivations « négatives » ou « positives ». Les uns créent leur entreprise suite à un licenciement, à la perspective d’un plan de restructuration ou à une période de chômage qui les poussent (« push ») à prendre en main leur propre destinée. Les autres créent plutôt dans une dynamique de recherche d’autonomie, de désir d’indépendance qui les tirent (« pull ») hors de l’entreprise qui les emploie.
Nos résultats montrent l’absence d’un enseignement d’entrepreneuriat pour les entrepreneurs ayant fréquenté des établissements tunisiens, et ce, contrairement aux entrepreneurs qui ont poursuivi des études à l’étranger. En guise de conclusion, et avec tout ce qui précède, nous pouvons dire que le contenu des enseignements offerts aux entrepreneurs interviewés ne permet pas une familiarisation avec la création d’entreprises. Cette carence informationnelle est compensée par l’outil Internet qui permet à l’entrepreneur de trouver des réponses à d’éventuelles questions en rapport avec l’entrepreneuriat et la création d’entreprises.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie

Allard-Poesi. F., Drucker-Godard, C., & Ehlinger, S. (2001). Analyzing representations and discourse. In R.A., Thiétart, (Ed.), Doing management research, a comprehensive guide (pp. 579-616). Thousand Oaks, Sage Publications.
Baribeau, C. (2009). Analyse des données des entretiens de groupe. Recherches Qualitatives, vol. 28, n° 1, 133-148.
Berger, P., & Luckmann, T. (2006). La construction sociale de la réalité. Paris, Armand Colin.
Boudabbous, S. (2011). L’intention entrepreneuriale des jeunes diplômés. Revue Libanaise de Gestion et d’Economie, 6.
Bühlmann, f., & Tettamanti, M. (2007). Le statut de l’approche qualitative dans des projets de recherche interdisciplinaires. Recherches Qualitatives, hors series, n° 3, 191-213.
Carrier, C. (2000). L’exploration d’une idée d’affaires: première stratégie à maîtriser par le futur entrepreneur. IXème Conférence de l’AIMS. Montpellier, mai, 24-26.
Commission Européenne. (2004). Vers la création d’une culture entrepreneuriale, Promouvoir des attitudes et des compétences entrepreneuriales au travers de l’éducation - Guide de bonnes pratiques. Publications DG Entreprises.
Coutelle, P. (2005). Introduction aux méthodes qualitatives en Sciences de Gestion. Cours du CEFAG. IAE, Université de Tours.
Crant, J.M. (2001). The proactive personality scale as predictor of entrepreneurial intentions. Journal of Small Business Management, vol. 34, n° 3, 42-47.
Dubar, Cl. (2000). La socialisation, construction des identités sociales et professionnelles. 3ème éditions, Paris, Armand Colin.
Dyer, W.G. (1994). Toward a Theory of Entrepreneurial Careers.
Entrepreneurship Theory and Practice, winter, vol. 19, n° 2, 7-21.
Fayolle, A. (1999). L’enseignement de l’entrepreneuriat dans les universités françaises: analyse de l’existant et propositions pour en faciliter le développement. Rapport MENRT, E.M. Lyon, mai.
Fayolle, A. (2007), De l’artisanat à la science : modèles d’enseignement et processus d’apprentissage dans les enseignements en entrepreneuriat. 5ème Congrès de l’Académie de l’Entrepreneuriat. Sherbrooke, octobre, 4-5.
Filion, L.J. (1997). Le métier d’entrepreneur. Revue Organisation, vol. 6, n° 2, 29-45.
Fortin, P.A. (2002). La culture entrepreneuriale: un antidote à la pauvreté. Québec, Les Éditions de la Fondation de l’Entrepreneurship.
Gartner, W.B., & Birley, S. (2002). Introduction to the special issue on qualitative methods in entrepreneurship research. Journal of Business Venturing, vol. 17, n° 5, 387-396.
Gharbaoui, E. (2011). Baromètre Intention Entrepreneuriale. La semaine Mondiale de l’Entreprenariat. CJE, IACE, Tunis, novembre, 18.
Greenberger, D.B., & Sexton, D.L. (1988). An interactive model of new venture initiation. Journal of Small Business Management, vol. 26, n° 3, 1-7.
Jaziri, R., & Paturel, R. (2008). Peut-on être entrepreneur quand on est membre de l’université? Vers une délimitation de l’acadépreneuriat. 1ère Conférence Internationale. Université de Sfax, Monastir, mars, 27-30.
Katz, J.A. (1990). Longitudinal analysis of self-employment follow-through. Entrepreneurship And Regional Development, vol. 2, 15-25.
Laviolette, E.M., & Loue, C. (2006). Les compétences entrepreneuriales: définition et construction d’un référentiel. 8ème CIFEPME, HEC Fribourg, Suisse, octobre, 25-27.
Miles, M.B., & Huberman, M.A. (2003). Analyse des données qualitatives. Bruxelles, Les Éditions De Boeck, 2ème Edition.
Nabli, R. (2009). Les paradoxes de l’entrepreneuriat familial: le cas des entrepreneurs sfaxiens. 11ème Journées Scientifiques du Réseau Entrepreneuriat. INRPME, Trois-Rivières, Canada, mai, 27-29.
Neveu, J.P. (1996). La Démission du Cadre d’Entreprise: Étude sur l’Intention de Départ Volontaire. Paris, Les Éditions Economica.
Nuttin, J. (1985). Théorie de la motivation humaine. Paris, PUF.
Sanséau, P.Y. (2005). Les récits de vie comme stratégie d’accès au réel en sciences de gestion: pertinence, positionnement et perspectives d’analyse. Recherches Qualitatives, vol. 25, n° 2, 33-57.
Saporta, B., & Verstraete, T. (2000). Réflexions sur l’enseignement de l’entrepreneuriat dans les composantes en sciences de gestion des universités françaises. Gestion 2000, n° 3, 97-121.
Shane, S., Locke, E.A., & Collins, C.J. (2003).
Entrepreneurial motivation. Human Resource Management Review, vol. 13, 257-279.
Tounés, A. (2003). Un cadre d’analyse de l’enseignement de l’entrepreneuriat en France. Cahiers de recherche de l’Agence Universitaire de la Francophonie. Réseau Entrepreneuriat, n° 03-69, juin.
Wanlin, P. (2007). L’analyse de contenu comme méthode d’analyse qualitative d’entretiens: une comparaison entre les traitements manuels et l’utilisation de logiciels. Recherches Qualitatives, Hors-série, n° 3, 243-272.
Wtterwulghe, R. (1998). La P.M.E.: une entreprise humaine. Paris–Bruxelles, Les Éditions De Boeck & Larcier s.a.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sarhan Abdennadher et Sami Boudabbous, « Rôle du parcours scolaire dans l’acte entrepreneurial : cas du contexte tunisien », Recherches & éducations, 12 | 2014, 147-162.

Référence électronique

Sarhan Abdennadher et Sami Boudabbous, « Rôle du parcours scolaire dans l’acte entrepreneurial : cas du contexte tunisien », Recherches & éducations [En ligne], 12 | octobre 2014, mis en ligne le 26 février 2015, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/2284

Haut de page

Auteurs

Sarhan Abdennadher

Université de Sfax Tunisie
Assistant-Docteur en Sciences de Gestion

Sami Boudabbous

Université de Sfax Tunisie
Professeur en Sciences de Gestion

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org