Navigation – Plan du site
Dossier

Peur du crime et caractéristiques du voisinage

Arnaud Siméone

Texte intégral

1Tant en Amérique du Nord qu’en Europe, la peur du crime est devenue une préoccupation sociale majeure, qui transparaît tant dans les discours des médias et que dans les témoignages des résidents eux-mêmes. Le souci d’agir sur ce sentiment d’insécurité apparaît souvent pour les politiques aussi important que la lutte contre la criminalité elle - même (Roché, 1993, 1999 ; Roché, Blatier & Four, 1996). La problématique de la peur du crime a ainsi attiré l’attention de nombreux chercheurs, issus des sciences comportementales, criminelles ou sociales. Par exemple, elle est devenue l’un des sujets de recherche les plus exploités en criminologie (Hale, 1996).

2Les très nombreuses études conduites des deux côtés de l’Atlantique ont conclu que la peur du crime a des répercussions sur le bien-être d’une large proportion de la population (voir pour exemple, Chambers & Tombs, 1984 ; Hough & Mayhen, 1983 ; Maxfield, 1987 ; Mayhew, Elliott & Dowds, 1989 ; Skogan, 1990). Il a été montré que ce sentiment est exprimé par un nombre élevé de résidents de grandes villes occidentales (Chambers & Tombs, 1984 ; Hough, 1995), et qu’il est constaté couramment comme plus important en zone urbaine qu’en milieu rural (Kennedy & Krahn, 1984). De nombreux individus sont ainsi profondément perturbés par l’idée qu’un criminel pourrait surgir à tout moment, dans la rue ou dans leur foyer, et venir les voler, les blesser, ou même les violer. La peur du crime peut être associée à une forte anxiété, ou à des troubles psychopathologiques plus conséquents (dépression, psychose, …), nécessitant une véritable prise en charge thérapeutique. Néanmoins, la peur du crime ne saurait être réduite à une manifestation individuelle d’anxiété, comme certains discours pseudo-scientifiques ou politiques réducteurs le soutiennent. Elle est avant tout un phénomène social majeur, dont les répercussions vont bien au-delà d’un mal-être individuel. Box, Hale & Andrews (1986) identifient plusieurs conséquences possibles de la peur du crime :

  • elle fragilise le sentiment d’appartenance à la communauté et les liens de voisinage ;

  • elle peut transformer certains espaces publics en zones désertées ;

  • elle conduit les résidents les plus aisés financièrement à prendre des mesures de protections pour eux-mêmes ou pour leurs propriétés, ou à quitter la zone insécure (Sampson & Wooldredge, 1986). La peur du crime est d’ailleurs la raison la plus souvent évoquée par les citadins désireux de déménager en zone rurale (Fisher, 1986). Indirectement, elle accentue ainsi les processus de ségrégation sociale, et conduit des citoyens déjà socialement et économiquement démunis à supporter les conséquences les plus directes des phénomènes d’incivilités, de criminalités et des perceptions qui leurs sont associées (Lea & Young, 1984). En ce sens, elle reste probablement l’une des plus importantes sources d’injustice économique et sociale.

  • elle réduit considérablement l’attrait des mesures pénales libérales, telles que les condamnations alternatives à l’emprisonnement, les condamnations avec sursis, la libération anticipée, ou encore les programmes de réinsertion ou de réhabilitation. A l’inverse, elle favorise l’émergence de discours répressifs prônant des condamnations judiciaires plus lourdes et un recours plus élargi à l’incarcération (Hough, 1995 ; Langworthy & Whitehead, 1986) ;

  • elle génère un sentiment de mécontentement et de suspicion à l’égard du système judiciaire, dont la légitimité peut être contestée, en particulier lorsque les tribunaux sont perçus comme manifestant plus de compassions ou de compréhensions pour les agresseurs que pour les victimes (Scheingold, 1984). Ainsi, la peur du crime contribue à valider des pratiques d’auto-défense, ou des discours politiques extrémistes ;

  • elle s’accompagne de l’existence d’une restriction volontaire de certaines activités (Dubow, Mc Cabe & Caplan, 1979 ; Krahn & Kennedy, 1985 ; Lavrakas, 1982). Les individus qui ont peur d’être victime d’un acte criminel tendent à rester plus que les autres dans leur domicile, ou dans des environnements qu’ils ont tentés de rendre plus sécurisés dans la mesure de leurs moyens financiers (poses de verrous, de chaînes, d’alarmes, de barrières ; recours à des chiens de garde, …). Lorsqu’ils sortent de chez eux, ils évitent les activités qu’ils perçoivent comme potentiellement dangereuses, comme marcher dans certaines rues, s’approcher d’individus présentant un type ethnique ou une tenue vestimentaire particulière, circuler dans les transports en communs, ou encore se rendre à certains types de manifestations culturelles ou ludiques. De fait, la peur du crime est associée à un fort sentiment d’impuissance face à d’éventuelles agressions (Roberts, 1977).

3Cependant, quoique largement observé, ce phénomène urbain ne semble pas avoir d’origine clairement identifiable (Moser & Lidvan, 1991). En effet, bien que la peur du crime puisse en partie être expliquée par le niveau réel de l’activité criminelle, en particulier dans la zone à proximité du lieu d’habitation, celui-ci est loin de pouvoir rendre compte en totalité de la variance de ce phénomène. La peur du crime n’est pas liée de manière directe et univoque aux statistiques officielles sur la criminalité ou à la probabilité d’être la victime d’un crime. Elle apparaît comme un sentiment polymorphe, aux contours flous qui varient selon les contextes situationnels et la subjectivité de chacun (Bernard, 1991). Plusieurs courants de recherches, marqués de manière épistémologique et idéologique, ont pourtant tenté d’étudier la genèse de la peur du crime et d’isoler des facteurs prédictifs de ce sentiment. Dans une première partie, le projet de cet article est de présenter de façon détaillée deux de ces courants. Le premier considère que la peur du crime est principalement générée, directement ou indirectement, par l’environnement physique et social du lieu de vie. Le deuxième considère qu’elle est étroitement liée à la perception que les individus ont de leur vulnérabilité. Dans une seconde partie, ce document proposera un modèle synthétique susceptible d’offrir un cadre d’analyse transactionnel au phénomène de la peur du crime.

Des modèles explicatifs de la peur du crime

Les Théories de la désorganisation sociale ou de la cohésion sociale et du désordre territorial

4Les théories de la désorganisation sociale et de la cohésion sociale s’inscrivent dans la tradition de la sociologie structuraliste. Elles postulent que les caractéristiques d’une communauté ont un effet sur les niveaux de crime et de délinquance observés en son sein, via l’impact de ces caractéristiques sur l’organisation et la cohésion de cette communauté.

5Aux Etats-Unis, dès 1942, Shaw & McKay ont découvert que les zones urbaines qui réunissaient une plus grande proportion de familles bénéficiant de l’aide sociale, un plus fort taux de mortalité infantile, de plus importantes populations de nouveaux migrants, des loyers moins coûteux, et moins d’individus propriétaires de leur logement, présentaient aussi des taux de criminalité et de délinquance plus élevés. Ces auteurs ont aussi remarqué que les taux de criminalité dans ces zones qualifiées de désorganisées étaient relativement stables, alors même que les compositions ethniques de ces quartiers étaient plutôt mouvantes. De fait, les niveaux de criminalité de ces zones urbaines restaient élevés, qu’elles soient peuplées de migrants originaires d’Europe de l’Est, de l’Ouest, ou du Sud, de latino-américains ou d’afro-américains. Shaw & Mc Kay (1942) en ont conclu que la structure de la communauté, plus que les individus eux-mêmes, constituait un prédicteur d’apparition de problèmes sociaux. Par la suite, cette approche centrée sur l’influence de la désorganisation sociale a reçu un support empirique important (Bursik & Grasmick, 1993 ; DeFronzo, 1996, 1997 ; Rountree & Land, 1996 ; Rountree, Land & Miethe, 1994 ; Warner & Rountree, 1997).

6Pour ce courant théorique, l’hétérogénéité ethnique et le turn over rapide des résidents ne favorisent pas la formation de liens sociaux entre ceux-ci, limitant leurs capacités à se découvrir ou à se constituer des valeurs communes ou une organisation collective de contrôle, formel ou informel, susceptible de limiter de manière adéquate la survenue de comportements anti-sociaux dans la zone de résidence (Bursik, 1988). La plupart des auteurs de ce courant insistent sur l’importance des groupes de jeunes adolescents non contrôlés dans l’apparition des phénomènes de délinquance et de peur du crime dans ces zones socialement désorganisées. De fait, les actes de petite délinquance produits par ces groupes ne sont pas régulés par les adultes du voisinage, d’une part parce que ceux-ci répugnent à intervenir auprès d’enfants appartenant à d’autres communautés ethniques, dont ils ne discernent pas clairement les valeurs ou les règles, et d’autre part parce qu’ils considèrent que ces adolescents sont sous la responsabilité de leurs parents (Maccoby, Johnson & Church, 1958). L’absence de cohésion sociale et de valeurs partagées réduirait fortement la possibilité de contrôle social informel de ces actes incivils, qui sont perçus comme se produisant dans une relative impunité. Plus que les comportements criminels eux-mêmes (souvent peu significatifs), c’est la perception par les résidents de cette absence de contrôle sur le territoire du voisinage qui serait à l’origine de la peur du crime.

7Ce schéma illustre la façon dont les caractéristiques socio-démographiques d’un quartier (principalement, l’hétérogénéité et la stabilité des résidents) ont un impact sur les comportements et/ou les cognitions des résidents (principalement, la production d’actes inciviles et le sentiment de peur). Il montre clairement le rôle central de facteurs perceptivo-cognitifs (perception de la cohésion sociale et/ou du contrôle territorial), qui médiatisent cette relation. Par ailleurs, il souligne la possibilité de rétroactions entre les différents termes du modèle. Par exemple, si la stabilité des résidents d’un quartier influence leurs sentiments de cohésion sociale, l’inverse est aussi envisageable. Ce phénomène peut expliquer en partie le processus de déclin social et environnemental observé dans certains quartiers.

8Plus récemment, un courant de recherche, principalement américain, s’est intéressé à l’impact des marqueurs physiques de l’absence de contrôle territorial sur la peur du crime. Cette approche environnementaliste n’a connu qu’un développement réduit en France ou en Europe, à de rares exceptions près (Augoyard & Leroux, 1991 ; Hermand, Siméone & Delbarre, 1997 ; Hermand, Siméone, Delbarre, 1999 ; Moser, 1989 ; Moser & Lidvan, 1991 ; Van der Voordt & Van Wegen, 1979). Ce courant est parti du constat largement établi que les résidents des grandes villes expriment une peur du crime plus élevée que les habitants des petites villes ou des zones rurales (Sacco, 1985). Ainsi, des études corrélationnelles trouvent une relation positive entre la peur du crime et la taille de l’agglomération (Clemente & Kleiman, 1976 ; Lebowitz, 1975). Certes, il est possible d’expliquer ces différences en invoquant la rationalité des individus : les niveaux de peur du crime plus élevés seraient le reflet d’une perception juste des taux de victimisation plus importants en zones fortement urbanisées (Sacco, 1985). Cependant, il est aussi possible de postuler que le sentiment d’insécurité soit per se genere par les caractéristiques de l’environnement urbain et de la vie en ville : architecture, densité, hétérogénéité des modes de vie, rapidité des changements de l’environnement, présence de comportements anti-sociaux, ou sentiment de solitude (Merry, 1981). Bien que parfois basé sur des méthodologies différentes, l’ensemble des travaux de cet axe de recherche situe de manière centrale la notion de désordre, qui relie les concepts d’incivilités et de fonctionnement territorial à l’insécurité réelle et au sentiment d’insécurité (Lewis & Maxfield, 1980 ; Lewis & Salem, 1985 ; Skogan & Maxfield, 1981 ; Taylor, 1987 ; Wilson & Kelling, 1982).

9Les incivilités peuvent être appréhendées à travers deux grandes catégories de stimuli : les incivilités physiques (par exemple, la présence de détritus, de graffitis ou d’actes de vandalisme) et les incivilités sociales (par exemple, l’ivresse publique, la présence de personnes sans domicile fixe ou de prostituées). Elles sont perçues par les individus (et en particulier les résidents) comme des signes d’un déclin du contrôle social dans une zone géographique circonscrite. L’idée essentielle des thèses environnementalistes est que si les incivilités se multiplient :

  • la sensibilité des résidents aux problèmes liés à la criminalité dans leur quartier augmente, et ils perdent confiance dans les capacités de leur voisinage et de la police de prévenir ou de contrôler l’anarchie ; 

  • les contrôles sociaux non-officiels des résidents s’affaiblissent, et ces derniers deviennent plus craintifs ;

  • les délinquants éventuels du territoire et ceux des zones connexes se regroupent sur le quartier, accentuant le processus de dégradation du paysage urbain et de la sécurité.

10Les chercheurs qui se sont intéressés aux liens entre le sentiment d’insécurité et les incivilités ont porté presque exclusivement leur attention sur les perceptions des incivilités par les résidents (Lewis & Maxfield, 1980 ; Lewis & Salem, 1985 ; Skogan & Maxfield, 1981). Dans leur ensemble, ces études concluent que le sentiment d’insécurité des résidents est significativement plus élevé dans les quartiers aux incivilités perçues les plus importantes. Par ailleurs, Hope & Haugh (1988) trouvent un lien positif entre les niveaux d’incivilités ou d’insécurité perçues et la détérioration de la qualité des relations de voisinage. Plusieurs études récentes ont eu recours à la fois à des mesures objectives et à des mesures subjectives des incivilités (Maxfield, 1987 ; Perkins, Meeks & Taylor, 1992 ; Perkins & Taylor, 1996 ; Perkins, Wandersman, Rich & Taylor, 1993 ; Taylor, Shumaker & Gottfredson, 1985). Ainsi, après avoir contrôlé les facteurs socio-économiques et démographiques de la population interrogée, Taylor, Shumaker & Gottfredson (1985) rapportent l’existence d’un impact modéré des incivilités matérielles et sociales sur le sentiment d’insécurité. Cette relation n’est cependant effective que dans les quartiers dont l’évolution à venir est incertaine. Ces résultats sont confirmés aux USA par les études de Perkins & al. (1992, 1993, 1996). En France, à l’aide d’une méthodologie similaire, des résultats convergents sont isolés par Hermand & al. (1997, 1999). De plus, ces derniers constatent que la sensibilité des individus aux différentes catégories d’incivilités fluctue en fonction de la familiarité avec le lieu. Ainsi, les résidents d’un quartier sont plus sensibles à la présence d’incivilités sociales, alors que les non résidents repèrent en priorité les incivilités physiques. Taylor, Shumaker & Gottfredson (1985) soulignent que la qualité des relations dans le voisinage peut être conditionnée non seulement par le niveau d’insécurité perçue, mais aussi par les taux objectifs d’incivilités observés dans le quartier.

11Ces auteurs avancent également que la qualité de l’organisation communautaire dans le quartier, officielle ou non, peut modérer l’impact des incivilités sur le sentiment d’insécurité des résidents. Hermand, Siméone & Delbarre (1999) aboutissent aux mêmes conclusions à partir de données issues d’une étude menée à Lille. Ils remarquent que les habitants des quartiers caractérisés par la présence d’incivilités et par l’absence de marqueurs territoriaux entretiennent plus de relations conflictuelles avec leur voisinage que ceux des autres quartiers. Par ailleurs, les résidents de ces zones dégradées perçoivent moins que les autres leurs voisins comme des sources d’aide potentielle en cas de cambriolage ou d’agression. Ces auteurs concluent que les zones urbaines où les incivilités sont les plus importantes sont aussi celles où les relations entre voisins sont les moins codifiées et les moins empreintes d’urbanité. Aux Etats - Unis et en Grande-Bretagne, Maxfield (1987) corrobore l’existence d’un lien entre les mesures objectives de la détérioration du quartier et le sentiment d’insécurité de ses habitants. De plus, il indique que les mesures objectives des incivilités semblent corrélées aux niveaux de vulnérabilité et de victimisation perçues des résidents. Enfin, à la suite de Wilson & Kelling (1982), Skogan (1990) suggère que les résidents infèrent l’importance des incivilités sociales et des problèmes de criminalité de leur environnement immédiat à partir des taux d’incivilités matérielles présents dans leur quartier. De fait, Perkins & Al. (1992, 1996) trouvent une forte corrélation entre la présence d’incivilités matérielles et les incivilités sociales ou l’activité criminelle perçue par les résidents. Par ailleurs, cet auteur rapporte l’existence de corrélations entre des indicateurs objectifs de fonctionnement territorial ou de propriétés de l’espace défendable et les niveaux d’incivilités sociales ou de criminalité perçus par les résidents.

12Le terme de fonctionnement territorial regroupe un ensemble de caractéristiques physiques d’un environnement urbain et de conduites de ses habitants. Il s’agit, par exemple, de la qualité de l’entretien extérieur des propriétés, des signes de personnalisation des habitations et d’enrichissement du cadre de vie, ou encore de symboles directs de protection (Taylor, 1988). Le fonctionnement territorial a principalement pour rôle de permettre la distinction entre les espaces publics et privés au sein d’un territoire comme le quartier. De fait, il sert à la régulation de la privacité, essentiellement par l’intermédiaire de marqueurs physiques qui portent des messages non verbaux de propriété et qui établissent une séparation entre le territoire des intimes et celui des étrangers (Brown & Altman, 1983). La qualité du fonctionnement territorial d’un quartier s’avère un indicateur du contrôle exercé par ses résidents sur les espaces publics ou semi-publics. Toutefois, le fonctionnement territorial d’un quartier peut ne pas être homogène sur l’ensemble de sa superficie : Merry (1981), puis Taylor (1988) signalent l’existence de rupture dans le fonctionnement territorial, notamment le long des limites des quartiers et dans les vides de la topographie résidentielle (par exemple, les parcs, les terrains vagues, les parkings ou les espaces semi-publics désertés comme les stades ou les églises). Ces espaces territoriaux, dont le statut peut évoluer dans le temps, s’accompagnent le plus souvent d’une faille dans le contrôle social exercé par les habitants du quartier (Taylor, 1988, 1996 ; Taylor & Gottfredson, 1986). Ils sont qualifiés d’espaces troubles [confused space]. Or théoriquement, les individus deviennent plus craintifs aux endroits et aux moments où ils perçoivent une rupture dans leur contrôle territorial. Taylor, Gottfredson & Brower (1984) rapportent que la perception d’un manque de contrôle territorial contribue presque à la moitié de la variance constatée dans le sentiment d’insécurité. Perkins (1986), puis Perkins & al. (1992, 1993, 1996) confirment ces résultats et trouvent en particulier que les signes de personnalisation et d’enrichissement du cadre extérieur de l’habitat sont plus courants dans les quartiers où les niveaux de crainte exprimés par les résidents sont les moins élevés. Par ailleurs, la perception par les individus de l’importance des problèmes de criminalité semble corrélée avec la présence des marqueurs territoriaux sur la zone (Perkins & al., 1992, 1993). Brown & Altman (1983) signalent que les quartiers préservés des vols montrent plus de signes matériels de territorialité et de signes d’activités par rapport à ceux qui subissent des cambriolages. Des observations similaires sont effectuées par Taylor (1988) et par Perkins & al. (1992). Enfin, Hermand, Siméone & Delbarre (1999) observent que le maintien d’une « privacité », ou du moins d’un contrôle spatial et comportemental vis-à-vis des voisins est la condition de l’établissement de relations de voisinage policées et non conflictuelles.

13L’idée que certains principes d’organisation de la cité peuvent réduire la criminalité au sein des zones résidentielles urbaines est introduite par Jacob (1961). Cependant, c’est Newman (1972) qui a précisé et identifié ces principes de modèles architecturaux, réunis sous le terme d’espace défendable. Il souligne que certaines caractéristiques physiques de l’environnement urbain peuvent inciter les résidents à exercer un contrôle, formel ou informel, sur leur territoire. Des délimitations réelles ou symboliques de l’espace urbain, de même que des opportunités de visibilité extérieure, seraient à même de réduire la criminalité et la peur du crime chez les résidents (Cisneros, 1995). De fait, Taylor & Al. (1980, 1984) indiquent que la présence de barrières symboliques (par exemple, un jardinet ou des petites barrières) et réelles (par exemple, des grilles, des barreaux de sécurité ou des murs) est associée à un sentiment d’insécurité plus faible. Cependant, des résultats plus nuancés sont obtenus par Perkins & Al. (1992), qui trouvent que la présence de barreaux aux fenêtres peut être accompagnée d’une perception intense des problèmes d’insécurité, ces barrières réelles ayant une fonction de moyens concrets de protection contre le crime. En France, Augoyard & Leroux (1991) rappellent l’importance de la qualité de l’éclairage urbain, public ou privé, dans la genèse du sentiment d’insécurité. Des recherches américaines (Perkins & Al. 1992, 1993) constatent le même type de relation entre la perception du désordre urbain et l’éclairage résidentiel. Enfin, Merry (1981), dans une étude sur une zone résidentielle multi-ethnique, rapporte que beaucoup d’espaces d’observations ne remplissent pas leur fonction défensive, du fait du manque de contacts et de possibilités d’échange entre les différents groupes ethnolinguistiques.

14L’intérêt principal du modèle exposé ci-dessus est de proposer un cadre d’analyse complexe qui distingue,

  • la criminalité réelle des signes du désordre (présence d’incivilités ou absence de marqueurs territoriaux ou d’espace défendable),

  • les signes du désordre des processus individuels de perception et d’évaluation du désordre,

  • les processus de perception et d’évaluation des conséquences psychologiques et comportementales de cette évaluation.

15Même si elle reste faiblement définie, ce schéma comporte donc une dimension subjective, susceptible de modérer sensiblement la relation entre les stimuli de l’environnement urbain et les réponses de l’individu. Il ne s’inscrit pas dans une perspective associationniste. Par ailleurs, il décompose les mécanismes psychosociologiques du déclin territorial, et souligne que la présence d’incivilités ne peut se résorber sans intervention volontariste de la communauté. Enfin, si ce modèle différence la criminalité de la présence d’incivilités, il ne nie pas la possibilité de liens entre ces phénomènes. De fait, si pour ce modèle la peur du crime est avant tout générée par un processus évaluatif des caractéristiques de la zones urbaine, cela ne signifie pas qu’elle soit un phénomène complètement irrationnel.

16En résumé, l’ensemble des recherches présentées aborde les problèmes de l’insécurité en ville et du sentiment d’insécurité du citadin par une approche environne-mentaliste ou sociale du désordre (Skogan, 1990 ; Wilson & Kelling, 1982). Ces recherches, essentiellement américaines, privilégient trois types d’indicateurs pour rendre compte du sentiment d’insécurité : les incivilités physiques ou sociales, les indices du fonctionnement territorial et les caractéristiques de l’espace défendable. Leur originalité est de confronter des patterns environnementaux, définis de manière objectivante, avec des données subjectives recueillies auprès des résidents des sites explorés. Ce type d’approche méthodologique et théorique a permis d’expliquer une part non négligeable de la variance de la peur du crime exprimée par des résidents de grandes villes. Son intérêt principal est de positionner le désordre perçu comme une variable transactionnelle, intervenant entre les caractéristiques de l’environnement physique ou social et la peur du crime. Cette relation semble pouvoir être modérée par la qualité des relations de voisinage. Cependant, une limite importante de ce modèle est d’accorder peu de poids aux facteurs individuels dans la genèse du sentiment de peur. Or, une littérature nombreuse souligne l’importance de l’implication individuelle dans la détermination de l’impact de l’environnement.

17De fait, il semble que certaines caractéristiques individuelles puissent influencer les perceptions de la sécurité individuelle. Ne serait-ce qu’intuitivement, il est envisageable que certaines personnes se sentent particulièrement vulnérables ou incapables de faire face à une agression, par exemple parce qu’elles ne peuvent pas fuir rapidement, parce qu’elles ne peuvent pas assumer une confrontation physique violente, parce qu’elles n’ont pas les moyens d’assurer la protection de leur lieu de vie, ou encore parce qu’elles mettront plus longtemps que la moyenne des individus à se rétablir d’une blessure physique ou à compenser un préjudice matériel. Des enquêtes, américaines ou européennes, ont ainsi constaté empiriquement que le sentiment d’insécurité est beaucoup plus fort dans certains groupes sociaux que dans d’autres. Ce phénomène est repéré principalement chez les personnes âgées (Clémente & Kleiman, 1976 ; Lagrange & Ferraro, 1987), chez les femmes (Braungart, Braungart & Hoyer, 1980), et les individus socialement défavorisés ou appartenant à des minorités ethniques (Flynn, Slovic & Mertz, 1994). Par exemple, deux importantes études centrées sur le thème de la peur du crime, le rapport américain Figgie (1980) et le rapport canadien CRAC (Brillon, 1983), soulignent que 46% des américaines et 45 % des canadiennes relatent des situations concrètes de peur, contre respectivement 36 % et 28 % de leurs compatriotes masculins. Des écarts comparables entre les personnes âgées et les autres groupes d’âge ont été repérés par Fattah & Sacco (1989) dans une très large revue de la littérature. Toutefois ces groupes sociaux apparaissent en première analyse plutôt moins exposés aux périls réels que la moyenne de la population. Par exemple, comme le souligne Bernard (1992), les femmes âgées ont une peur élevée du crime et un risque relativement faible d’être victimes d’agression. Cet écart entre insécurité réelle et insécurité perçue est particulièrement significatif lorsque la situation spécifique de l’agression sexuelle est envisagée : 55 % des femmes américaines ont peur d’être violées, alors que seules 0,06 % déclarent avoir été victime de violences sexuelles (Figgie report, 1980). Il n’est donc pas étonnant que de nombreux chercheurs aient invoqués le caractère irrationnel du sentiment d’insécurité rapporté par les sujets interrogés (Bernard, 1992). Néanmoins, cette hypothèse a fait l’objet d’importantes controverses, et plusieurs courant de recherche ont avancé que le sentiment d’insécurité éprouvé pouvait être justifié par le contexte social ou les violences vécues (Brillon, 1983 ; Figgie Report, 1980 ; Junger, 1987 ; Lagrange & Ferraro, 1987 ; Smith, 1988 ; Stafford & Galle, 1984).

La Théorie de la vulnérabilité

18Le paradoxe de la peur des femmes ou des personnes âgées a été expliqué par Killias (1990) à l’aide du concept de vulnérabilité. Pour cet auteur, le niveau de vulnérabilité perçue dépend de trois facteurs clés :

  • le degré d’exposition à un risque non négligeable,

  • le sentiment de perte de contrôle, qui se traduit concrètement par un manque de moyens de défense efficaces, de mesures de protection et / ou de possibilités d’évitement du risque, et

  • l’anticipation de conséquences négatives importantes.

19Ces trois conditions sont nécessaires, mais individuellement insuffisantes, pour générer un sentiment de vulnérabilité chez les individus. Dans une série d’articles consacrés à l’étude de ce phénomène, Warr suggère plus précisément que seule l’interaction entre l’occurrence perçue du risque et la gravité perçue de ses conséquences, c’est-à-dire la conscience du risque, est susceptible de produire de façon décisive un sentiment de vulnérabilité (Warr, 1984, 1987). Ce postulat est particulièrement important pour rendre compte des différences de niveau de vulnérabilité perçue observée entre les hommes et les femmes ou entre les personnes âgées et les jeunes adultes. De fait, lorsque les différents facteurs associés dans le cadre du concept de vulnérabilité sont considérés, il est tout à fait compréhensible que les variables Sexe et Age apparaissent de manière consistante comme les meilleurs prédicteurs de la peur du crime.

20Ainsi, le degré d’exposition au risque criminel des femmes et des personnes âgées ne serait pas aussi réduit que pourraient le laisser penser les statistiques officielles. Par exemple, Walklate (1994) suggère que si l’ensemble des violences contre les femmes était effectivement pris en compte, leurs peurs seraient justifiées. Deux grandes origines à cet écart entre les taux des agressions réelles et de celles statistiquement recensées sont identifiées par Sacco (1990) :

  • Premièrement, les femmes et les personnes âgées seraient les cibles d’une large étendue de violences cachées, aussi bien dans les espaces publiques que privés (Stanko, 1988). Elles subiraient ainsi une grande étendue d’agressions, plus ou moins socialement tolérées (injures, harcèlement, …), qui ne sont pas définies par un cadre légal ou qui ne donnent pas lieu à la mise en place d’une procédure judiciaire (par exemple, les violences sexuelles ou familiales). Ce type d’actes incivils ou violents n’apparaît donc pas dans les statistiques officielles ou les études de victimisation. Cependant, cette expérience continue de harcèlement peut conduire les individus concernés à considérer a) que leur environnement quotidien n’est pas secure, et b) qu’ils doivent adopter des styles de vie et des limitations comportementales susceptibles de les protéger.

  • Deuxièmement, les écarts de taux de victimisation constatés entre les hommes et les femmes, ou entre les personnes âgées et les autres groupes d’âge pourraient renvoyer à des styles de vie et des activités routinières différents. En fait, le plus faible taux de victimisation de ces populations serait tout à fait explicable par leur moindre degré d’exposition aux risques. Par conséquent, lorsque les niveaux de victimisation observés dans ces populations sont ajustés à l’aide de leurs comportements déclarés, le décalage entre les niveaux de victimisation et de peur se trouve considérablement réduit (Miethe, Stafford & Long, 1987 ; Stafford & Galle, 1984). En d’autres termes, au regard de leur faible niveau de prise de risque, les femmes et les personnes âgées sont relativement beaucoup plus victimes d’actes criminels que les hommes ou les jeunes adultes, et leur sentiment de peur serait tout à fait justifié.

21L’anticipation de conséquences négatives importantes associées à une éventuelle agression peut aussi en partie expliquer l’important sentiment de vulnérabilité éprouvé par les femmes et les personnes âgées. Ainsi, il est possible que la peur associée au risque de violences sexuelles majore chez les femmes la peur liée au risque global d’agressions criminelles. Ce type de crime se caractérise, d’une part par une situation de menace extrême, et d’autre part par des répercussions médicales (blessures, grossesses non désirées, Interruption Volontaire de Grossesse, Maladies Sexuellement Transmissibles,…) et/ou sociales (jugement social des proches, difficultés du témoignage, …) non négligeables. Il est compréhensible que son éventualité, même faible, soit susceptible de générer un sentiment d’insécurité très élevé chez les victimes potentielles. War (1985) montre que l’auto-évaluation de peur du viol effectuée par les femmes de son échantillon est clairement prédictive des niveaux de peur associés aux autres crimes. La peur du crime observée chez les femmes serait en réalité le reflet d’une peur plus spécifique des agressions sexuelles. Cet argument est largement développé théoriquement et empiriquement par la littérature criminologique féministe (Gordon & Rieger, 1989 ; Junger, 1987 ; War, 1984, 1985). De la même manière, la peur de tomber et de se fracturer la hanche est très présente chez les personnes âgées. Ces dernières peuvent légitimement considérer qu’elles mettront plus de temps à se rétablir de blessures physiques ou que ces dernières auront des séquelles plus invalidantes. Ainsi, il est possible que la peur du crime repérée chez les personnes âgées soit en réalité une crainte de répercussions importantes sur leur autonomie ou sur leur qualité de vie.

22Enfin, la perception d’une perte ou d’une absence de contrôle sur la situation menaçante peut amplifier le sentiment de peur du crime. Ce phénomène, qui se traduit concrètement par un manque de moyens de défense efficaces, de mesures de protection et/ou de possibilités d’évitement du risque, peut rendre compte en partie des niveaux de peur exprimés par les femmes ou les personnes âgées. Concrètement, celles-ci peuvent considérer qu’elles ont des aptitudes physiques inférieures à celles de l’agresseur moyen, et qu’elles n’ont pas de moyens de protection, de défense, ou de fuite efficaces. Ainsi, Rieger, Gordon & Lebailly (1978) trouvent que les femmes qui se sentent capables de faire face à une agression sont aussi notablement moins craintives. Il faut noter que la différence sexuelle observée dans les mesures de vulnérabilité est liée à des facteurs physiques, mais aussi psychologiques. De nombreux auteurs soutiennent l’hypothèse que la plus grande peur du crime reportée par les femmes pourrait être due à des sentiments de dépendance et de passivité (Garofalo, 1979), ou encore d’impuissance (Normoyle & Lavrakas, 1984 ; Sacco & Glackman, 1987). Ces sentiments seraient le reflet du plus grand pouvoir possédé par les hommes dans une société sexuellement hiérarchisée (Stanko, 1988). Plus concrètement, ces différences de vulnérabilité perçue seraient la conséquence de processus de socialisation distincts entre les sexes (Hagan, Gillis & Simpson, 1988). L’éducation et la socialisation des filles encourageraient la passivité et décourageraient la prise de risque, les préparant à leur futur rôle social centré sur le foyer et la consommation.

23A l’inverse des filles, les garçons sont encouragés à prendre des risques, les prédisposant à affronter la sphère publique et le domaine de la production. Pour Sacco (1990), cette appréhension différenciée et acquise de la prise de risque expliquerait les différences sexuées de niveau de peur du crime. Le sens commun intègre d’ailleurs ce type d’interprétation, puisqu’il est généralement admis qu’un attrait pour la prise de risque est inversement associé à une prédisposition pour la peur. De plus, pour Sacco (1990), cette approche a l’avantage de fournir une explication au paradoxe masculin, qui conduit de jeunes hommes, objectivement plus susceptibles d’être victimes d’agressions criminelles graves, à exprimer de faibles niveaux de préoccupation vis-à-vis de leur propre sécurité.

24Le modèle proposé par Killias (1990) suggère donc que la peur du crime et les comportements adaptatifs qui lui sont associés (par exemple, l’évitement de certaines activités) sont les conséquences directes de l’évaluation que l’individu fait de sa propre vulnérabilité. Celle-ci dépend essentiellement de la conscience [occurrence x gravité] que l’individu à du risque potentiel d’agression. Toute fois, l’impact de cette dernière peut être sensiblement modéré par l’évaluation que l’individu fait de ses capacités de contrôle sur la situation menaçante. A travers ces différents types de facteurs explicatifs, il convient de remarquer que la vulnérabilité perçue est la conséquence d’expériences de victimisation, réelles ou potentielles, précisément identifiées et définies. Killias (1990) est donc bien loin d’accréditer l’hypothèse d’un sentiment de peur totalement irrationnel et inconsistant. Simplement, la rationalité individuelle ne concorde pas toujours avec celle des données statistiques officielles. Par ailleurs, le modèle explicatif développé par Killias (1990) a le mérite de souligner que la perception de la vulnérabilité est probablement le résultat d’un processus d’éducation et de socialisation, même si ce dernier légitime des différences individuelles qui pourraient en partie être considérées comme quasi-naturelles. Enfin, ce schéma tient compte des liens éventuels entre les dimensions subjectives et comportementales. De fait, si la peur peut entraîner un comportement de retrait, ce dernier peut en retour accentuer la crainte éprouvée.

25De manière globale, les tentatives d’explication de la peur du crime peuvent être réparties en deux catégories : celles qui s’intéressent aux perceptions et aux sentiments liés à l’environnement proche, physique et social, et celles qui insistent sur le sentiment de vulnérabilité, réelle ou potentielle, des individus. Chacun de ces types d’approche offre un cadre d’analyse susceptible d’expliquer une partie de la variance du phénomène de peur du crime. Le premier permet de rendre compte de l’influence des caractéristiques de l’environnement proche du lieu d’habitation sur la genèse du sentiment de peur. Il souligne le rôle néfaste des signes du désordre (incivilités) et le rôle protecteur des signes du contrôle (marqueurs territoriaux). Cependant, il fait peu de cas des facteurs individuels et des différentes formes de réactions des acteurs à ces stimuli environnementaux. Or, il est clair que l’intégration passive et le repli ne sont pas les seuls faire face possibles. Le second tente de préciser les mécanismes à l’origine des différences d’expression de la peur du crime couramment constatées entre diverses catégories socio-démographiques (Age, Sexe, Origine ethnique). Il soutient que les processus précoces de socialisation et d’éducation sont susceptibles de favoriser l’apparition d’un sentiment de vulnérabilité chez les acteurs, et donc secondairement de la peur. Toutefois, ce type de modèle ne prend pas en considération l’effet que les conditions de vie peuvent avoir ici et maintenant sur les comportements ou les cognitions des acteurs. Or, il est évident qu’il n’est possible pas d’analyser finement le phénomène de la peur du crime sans prendre en compte l’individu dans son milieu physique et social. Les intérêts et les limites inhérents à de chacun des modèles détaillés ci-dessus dépendent clairement de l’origine disciplinaire de ces derniers : psychologiques, sociologiques ou urbanistiques. Toute nouvelle avancée conceptuelle dans ce champ d’étude devrait pouvoir dépasser ces clivages épistémologiques et de disciplines.

26Or, il existe des modèles qui essaient d’examiner à la fois les ressources physiques, psychologiques ou sociales dont disposent les individus et les influences potentiellement néfastes ou bénéfiques de l’environnement physique, biologique et social, pour comprendre les issues comportementales ou cognitives produites par ces individus. Il s’agit du modèle transactionnel de stress et de faire face de Lazarus & Folkman (1984) [Transactionnal stress and coping model] et du modèle de santé des exigences et des ressources intégrées de Becker (1992) [Integrated demand-resource model of health and ill-health]. Bien qu’initialement conçu pour aider à la compréhension de l’élaboration des comportements ou des issues de santé, ce type de modèle peut tout à fait être transféré et contribué à l’analyse du phénomène de peur du crime.

Une proposition de conceptualisation transactionnelle de la peur du crime

27L’approche transactionnelle de Lazarus & Folkman (1984) est une tentative de conceptualisation du phénomène de stress, et de ses conséquences sociales ou sanitaires. Ce modèle s’intéresse plus particulièrement aux transactions « actuelles » entre individu et environnement, c’est-à-dire aux efforts cognitifs, émotionnels et comportementaux déployés par les individus pour s’ajuster à des situations aversives (Bruchon-Schweitzer, 2002). Le terme de situations aversives désigne aussi bien des événements de vie majeurs (deuil, maladie, accident, agression, …) que des tracas quotidiens à caractère chronique (surcharge de travail, environnement bruyant et/ou dégradé, harcèlement, injures,…).

28Structuralement, l’approche transactionnelle différencie trois grandes catégories d’événements : les antécédents, les transactions et les issues. La notion d’antécédent rassemble à la fois les ressources personnelles ou organisationnelles dont dispose l’individu et les exigences sociales ou environnementales auxquelles il est confronté. Ces exigences, que l’on qualifie aussi de stresseurs, peuvent être décrites à l’aide de critères objectifs (gravité, fréquence, durée). La notion de transaction essaie de clarifier la manière dont l’individu interagit avec son environnement. Elle identifie les processus qui jouent un rôle de tampon entre les antécédents et les réponses aux stresseurs. Elle distingue deux phases essentielles : une phase d’évaluations et une phase d’élaboration de stratégies d’ajustement (ou coping). La phase d’évaluation a une position centrale dans ce modèle. Elle va déterminer le niveau de stress de l’individu. De fait, le stress résulte de la perception par l’individu d’un écart défavorable entre les exigences de la situation qu’il rencontre (évaluation primaire ou stress perçu) et l’évaluation des ressources dont il dispose et de ses capacités à contrôler cette situation (évaluation secondaire ou contrôle perçu). Ces évaluations sont subjectives. Les contraintes liées à une même situation peuvent donc être perçues de façon extrêmement différente par plusieurs individus.

29La phase d’élaboration de stratégies d’ajustement désigne l’ensemble des processus qu’un individu interpose entre lui et l’événement perçu comme menaçant, pour maîtriser, tolérer ou diminuer l’impact de celui-ci sur son bien-être physique ou psychologique (Lazarus & Launier, 1978). Lazarus & Folkman (1984) définissent le coping comme l’ensemble des efforts cognitifs et comportementaux destinés à maîtriser ou réduire les exigences internes ou externes qui menacent ou dépassent les ressources d’un individu. Le coping prend des formes différentes suivant l’évaluation que l’individu fait de la situation. Il est ainsi largement orienté par les caractéristiques personnelles antérieures et les variables environnementales (Guillet, 2002). Néanmoins, il n’y a pas de lien univoque entre antécédents et stratégies d’ajustement, et il est bien établi que les processus transactionnels modèrent l’impact des antécédents environnementaux et dispositionnels sur les issues. La notion d’issues réfère à l’ensemble des effets à court terme ou à long terme d’une exposition à une situation aversive. Les effets à court terme correspondent aux émotions positives ou négatives associées aux éléments de la situation. Par exemple, ces émotions négatives peuvent prendre la forme de la peur, de la colère ou de la tristesse. Les effets à long terme peuvent concerner trois dimensions : la santé somatique, le moral (bien-être, satisfaction) et le fonctionnement social.

30Globalement, l’approche transactionnelle se fonde sur deux présupposés principaux : (1) les stratégies de faire face aux situations (coping) sont liées à des processus cognitifs (phases d’évaluations), eux-mêmes en partie déterminés par des antécédents individuels et environnementaux, et (2) les processus d’échange entre un individu et son environnement sont responsables du maintien ou non de l’état d’équilibre physique, psychologique et social de cet individu. Ces deux présupposés conduisent à considérer les issues comme les résultats d’un processus dynamique : un individu peut être considéré comme responsable de son état physique, psychologique ou social, à condition que son « environnement » lui permette d’agir et de faire face au stresseurs qui le menacent.

31Le modèle présenté ci-dessus différencie deux grandes catégories d’antécédents : d’une part les antécédents situationnels (environnementaux, sociaux, criminels), d’autre part les antécédents individuels (socio-démographiques, socio-économiques, psychologiques). La première catégorie définit la situation, aversive ou non, à laquelle l’individu est confronté. Elle précise les caractéristiques matérielles du voisinage (par exemple, la présence d’incivilités physiques et/ou sociales, de marqueurs territoriaux, ou d’indicateurs de l’espace défendable), ses caractéristiques sociales (par exemple, la composition ethnique/culturelle du quartier, la stabilité des habitants, la qualité des relations de voisinage, le degré de tolérance aux transgressions des règles d’urbanité), et ses caractéristiques criminelles (par exemple, l’occurrence des actes de délinquance ou criminels vécus, observés ou communiqués). Une technique d’observation armée utilisant la méthode des juges et l’analyse des traces peut permettre de décrire une zone urbaine (quartier ou rue) à partir de ces dimensions objectivables et mesurables (Hermand, Siméone, Delbarre, 1999 ; Perkins & Taylor 1996 ; Perkins, Meeks & Taylor 1992). La seconde catégorie spécifie les dispositions de l’individu. Ces dernières peuvent être d’ordre socio-démographique (par exemple, l’âge, le sexe, l’origine ethnique ou culturelle, la Catégorie Socio–Professionnelle de rattachement,…), socio-économique (par exemple, le niveau de revenu, un statut de locataire ou de propriétaire du lieu d’habitation, …), relationnel (par exemple, la densité du réseau social) ou psychologique (par exemple, l’histoire de vie, des antécédents négatifs comme l’anxiété-trait, le névrosisme, le lieu de contrôle externe, ou des antécédents positifs comme l’auto-efficacité perçue, le soutien social perçu, le lieu de contrôle interne, l’optimisme, l’endurance, la compétence sociale,…). Des interactions existent entre ces deux grandes catégories d’antécédents. Par exemple, le niveau de revenu (antécédent individuel) contribue en partie au choix du quartier de résidence (antécédent situationnel), et la qualité des relations de voisinage (antécédent situationnel) influence la perception du soutien social (antécédent individuel).

32Les processus d’évaluation participent à la transaction de l’individu avec l’environnement urbain, et en particulier celui à proximité de son lieu de vie. Ils se déroulent en deux étapes. Dans un premier temps, l’individu prend plus ou moins conscience du risque criminel auquel il est exposé, en évaluant la fréquence et la gravité des agressions potentielles. Cette évaluation primaire se fait principalement à partir de la perception des antécédents environnementaux, et plus spécifiquement à partir de la présence perçue d’incivilités physiques ou sociales près du lieu de résidence. Cependant, des antécédents individuels, tels que l’anxiété-trait ou l’optimisme, peuvent accroître ou au contraire diminuer la sensibilité des individus à ces signes du désordre. Dans un second temps, l’individu estime les ressources dont il dispose pour faire face et éventuellement contrôler le risque d’agression (évaluation secondaire). Ces ressources sont essentiellement associées à des antécédents individuels, tels que le niveau de revenu, les aptitudes physiques (sexe et âge) ou encore le soutien social perçu comme disponible. Néanmoins, des antécédents situationnels (par exemple, la qualité des relations dans le voisinage) peuvent venir peser sur la perception que l’individu a du contrôle qu’il peut exercer sur la situation. Ces évaluations primaire et secondaire comportent bien sûr une dimension subjective importante : un même lieu ou une même situation peut être appréciés de manière très diverse par différentes personnes. A partir du moment où l’évaluation de la menace excède celle des capacités de contrôle, l’individu se perçoit comme vulnérable. Il va alors tenter de s’ajuster aux exigences de la situation, dans le but d’estomper ou d’annuler cet écart.

33Plusieurs types de faire face sont possibles pour une même situation. Tout d’abord, l’individu peut essayer d’éviter une situation aversive telle que l’agression, en contournant les zones d’espace trouble, en renonçant à certaines activités (par exemple, sortir le soir), en se repliant sur son foyer, ou en déménageant. Ensuite, il peut décider de renforcer ses moyens personnels de défense (par exemple, en achetant une arme) ou la protection de ses biens (par exemple, en plaçant des barreaux à ses fenêtres ou en posant un système d’alarme). Il peut aussi essayer d’inciter la communauté du voisinage à se mobiliser contre la menace (par exemple, en étant plus vigilante, en organisant la surveillance des résidences, en s’autorisant mutuellement et explicitement à condamner les actes incivils des enfants ou des adolescents du quartier, en participant à la diffusion des informations, et plus globalement en contribuant au renforcement du lien social). Enfin, l’individu peut aussi alerter les institutions ou les collectivités administratives de la présence d’une menace criminelle ou tenter de faire évoluer les politiques locales ou nationales de sécurité (par exemple, en créant ou en adhérant à des mouvements associatifs militants, en intégrant un parti politique, en diffusant des discours idéologiques, ou plus simplement en votant). L’adoption de telle ou telle autre stratégie d’ajustement dépend largement du niveau de vulnérabilité perçue. Si cette dernière est faible, l’individu peut envisager de réduire l’écart entre la menace perçue et les capacités perçues de contrôle en procédant à quelques aménagements ponctuels de comportement (par exemple, éviter certains lieux à certaines heures). Par contre, si la vulnérabilité perçue est très importante, des stratégies plus radicales peuvent être recherchées (par exemple,  déménager ou acheter une arme). Il faut aussi souligner que ce choix stratégique découle partiellement des antécédents environnementaux et individuels. Par exemple, la surveillance concertée de la zone d’habitation peut être favorisée par l’existence de bonnes relations entre voisins, alors que la décision de déménager peut être entravée par des facteurs économiques.

34Du niveau de vulnérabilité perçue et du choix de la stratégie d’ajustement vont résulter toute une série d’issues subjectives, comportementales ou sociales. Par exemple, à court terme, un individu qui se sent vulnérable peut éprouver de nombreuses émotions, la peur n’étant que la plus médiatisée d’entre elles (colère, honte, tristesse, ..). Il est aussi possible qu’il ait le sentiment de ne pas être protégé par les corps institutionnels, et en particulier par la police, ou qu’il doute des capacités du voisinage à le secourir en cas d’agression. Les effets à plus long terme sont largement associés au mode adopté de faire face. Par exemple, le choix d’une stratégie d’évitement peut contribuer à transformer la réaction émotionnelle immédiate en sentiment dépressif ou d’impuissance chronique. Socialement, le départ des habitants les plus aisés de la zone dégradée peut provoquer un processus de ségrégation sociale. Le recours au militantisme ou aux mouvements politiques  peut aussi bien rassembler que diviser la communauté. En particulier, il peut entraîner la progression des discours extrémistes et le rejet des mesures judiciaires ou sociales libérales.

35Enfin, il faut souligner que certaines de ces issues concourent en retour à l’évolution des antécédents environnementaux (par exemple, la qualité des relations de voisinage ou la stabilité des résidents) et des antécédents individuels (par exemple, le soutien social perçu ou le sentiment d’auto-efficacité). Une boucle de déclin et de dépréciation d’un quartier peut ainsi se créer.

36Pour conclure, l’approche transactionnelle a pour intérêt de montrer la complexité du phénomène de peur du crime, qui ne saurait être réduit ni au résultat d’un simple processus associationniste de type Stimulus => Réponse, ni à la conséquence d’un processus biaisé ou irrationnel d’évaluation. Elle essaie d’identifier et de particulariser les multiples facteurs et processus susceptibles d’intervenir. De fait, chacun des éléments du modèle ne contribue que pour une part minoritaire à l’explication de la variance du phénomène, et une approche unidimensionnelle ne peut pas véritablement aider à sa compréhension.

37Par ailleurs, une méta-dimension semble se présenter sous diverses formes dans les trois composantes principales du modèle (antécédents, transactions, issues) : le soutien social, perçu ou réel, qui provient de la communauté. Cette variable, relativement plastique, peut se prêter aux interventions sociales ou éducatives. Cependant, sa manipulation apparaît en première analyse plutôt délicate, et de nombreuses conséquences indésirables peuvent survenir à la suite d’une manipulation non strictement contrôlée. Néanmoins, cette méta-dimension offre un axe novateur d’investigation, fondamentale ou appliquée, aux chercheurs en Sciences Humaines et Sociales qui se préoccupent du phénomène de peur.

Haut de page

Bibliographie

Augoyard, J. F. & Leroux, M. (1991). Les facteurs sensoriels du sentiment d'insécurité. in Bernard, Y., Segaud M. (Eds), La ville inquiète: habitat et sentiment d'insécurité. La Garennes-Colombes: Editions de l'Espace Européen.

Bernard, Y. (1991). Les sciences sociales et le sentiment d'insécurité. In Y. Bernard & M., Segaud (Eds), La ville inquiète : habitat et sentiment d'insécurité. La Garennes-Colombes: Editions de l'Espace Européen.

Bernard, Y. (1992). North American and European Research on Fear of Crime. Applied Psychology : An International Review, 41, 1, 65 - 75.

Box, S., Hale, C. & Andrews, G. (1988). Explaining fear of crime. British journal of criminology, 28, 340 - 356.

Braungart, M., Braungart, R. G. & Hoyer, W. (1980). Age, sex and social factors in fear of crime. Sociological Forms, 13, 55- 66.

Brillon, Y. (1983). Les attitudes de la population à l’égard du système pénal : une perception négative de la justice criminelle. Revue Internationale de Criminologie et de Police Technique, 34, 76-89.

Brown, B. B. & Altman, I. (1983). Territoriality, defensible space and residential burglary : An environmental analysis. Journal of Environmental Psychology, 3, 203 - 220.

Bruchon-Schweitzer, M. (2002). Psychologie de la santé : Modèles, concepts et methods. Collection « Psyco Sup ». Paris : Dunod.

Bursik, R. J. (1988). Social disorganization and theories of crime and delinquency. Criminology, 26, 519 – 551.

Bursik, R. J. Jr. & Grasmick, H. G. (1993). Neighborhoods and crime : The dimensions of Effective Community Control. London : Lexington Books.

Chambers, G. & Tombs, J. (1984). The British crime survey Scotland. HMSO, Edinburgh.

Cisneros, H. G. (1995). Defensible Space : Deterring crime and building community. U. S. Department of Housing and Urban Development. Washington D. C.

Clémente, F. & Kleiman, M. (1976). Fear of crime among the aged. Gerontologist, 16, 207-210.

DeFronzo, J. (1996). Welfare and burglary. Crime and Delinquency, 42, 223 – 230.

DeFronzo, J. (1997). Welfare and homicide. Journal of Research in Crime and Delinquency, 34, 395 -406.

Dubow, F. L., Mc Cabe, F. & Kaplan, G. (1979). Reactions to crime : A critical review of the litterature. Washington D. C. : U. S. Government Printing Office.

Fattah, E. A. & Sacco, V. F. (1989). Crime and victimization of the elderly. Springer-Verlag, New York.

Figgie Report (1980). America Afraid. The Figgie Report on Fear of Crime, New - York.

Fisher, S. (1986). Stress and Strategy. London : Lawrence Erlbaum Associates Ldt.

Flynn, J., Slovic, P., Mertz, C. K. (1994). Gender, race, and perception of environmental health risks. Risk Analysis, 14 (6), 1101-1108.

Garofalo, J. (1979). Victimization and fear of crime. Journal of research in crime and delinquency, 16, 80 - 97.

Gordon, M. T. & Rieger, S. (1989). The female fear. The Free Press, New - York.

Guillet, L. (2002). Processus cognitifs impliqués dans l’évaluation du stress. Document de Thèse de Psychologie présentée et soutenue publiquement le 19 décembre 2002. Université de Nantes

Hagan, J., Gillis, A. R. & Simpson, J. (1988). Feminist scholarship, relational and instrumental control and power - control theory of gender and delinquency. British journal of sociology, 39, 301 - 336.

Hale, C. (1996). Fear of crime : A review of literature. International review of victimology, 4, 79 - 150.

Hermand, D., Siméone, A. & Delbarre, C. (1997). Désordre urbain et sécurité résidentielle perçue. Psychologie Française. Numéro spécial de Psychologie de l'environnement, 42 (2), 173 - 183.

Hermand, D., Siméone, A. & Delbarre, C. (1999). Incivilités, insécurité perçue et relations de voisinage. Villes en Parallèles. Numéro spécial “ Ville et environnement - Approche psychosociologique ”, 28/29, 248 - 271.

Hope, T. & Hough, M. (1988). Area, crime, and incivility : a profile from the British Crime Survey. In T. Hope & M. Shaw (Eds.), Communities and Crime reduction. London : H. M. S. O.

Hough, M. (1985). The impact of victimisation : Findings from the BCS. Victimology, 20, 1-4, 488-497.

Hough, M. (1995). Anxiety about crime : Findings from the 1984 British crime survey. Home office research study 147. Home office research and statistics directorate, London.

Hough, M. & Mayhew, P. (1983). The British crime survey : First report. Home office research study 76. H.M.S.O., London.

Jacobs, J. (1961). The death and life of great american cities. New York, Random House.

Junger, M. (1987). Women’s experience of sexual harassment. British Journal of Criminology, 27, 358-383.

Kennedy, L. W. & Krahn, H. (1984). Rural - Urban origin and fear of crime : the case for “ rural baggage ”. Rural Sociology, 49, 247 - 260.

Killias, M. (1990). Vulnerability : Towards a better understanding of a key variable in the genesis of fear of crime. Violence and victims, 5, 97 - 108.

Krahn, H. & Kennedy, L. W. (1985). Producing personal safety. Criminology, 23, 697-710.

Lagrange, R. L. & Ferraro, K. F. (1987). The elderly’s fear of crime : a critical examination of the research. Research on aging, 9, 372-391.

Langworthy, R. M. & Whitehead, J. T. (1986). Liberalism and fear as explanations of punitiveness. Criminology, 24, 575-591.

Lavrakas, P. J. (1982). Fear of crime and behavioral restrictions in urban and suburban neighborhood. Population and Environment, 5, 4, 242 - 264

Lazarus, R. S. & Folkman, S. (1984). Stress, appraisal, and coping. New York : Springer.

Lazarus, R. S. & Launier, R. (1978). Stress-related transactions between person and environment. In Pervins L. A., & Lewis, M. (Eds.), Perspectives in interactional psychology. New York : Plenum.

Lea, J. & Young, J. (1984). Law & order. Harmondsworth : Penguin.

Lebowitz, B. (1975). Age and fearfulness : Personal and situational factors. Journal of gerontology, 30, 696 - 700.

Lewis, D. A. & Maxfield, M. G. (1980). Fear in the neighborhoods. An investigation of the impact of crime. Journal of research in crime and delinquency, 17, 160-189.

Lewis, D. A. & Salem, G. W. (1985). Fear of crime: incivility and the production of a social problem. New Brunswick, NJ: Transaction.

Maccoby, E. E., Johnson, J. P. & Church, R. M. (1958). Community integration and the social control of juvenile delinquency. Journal of Social Issues, 14, 38 – 51.

Maxfield, M. (1987). Explaining fear of crime : evidence from the 1984 british crime survey. London : Home office research and planning unit, paper 43.

Mayhew, P., Elliott, D. & Dowds, L. (1989). The 1988 British crime survey. Home office research study n° 111. HMSO, London.

Merry, S. E. (1981). Defensible space undefended, social factors in crime control through environmental design. Urban affairs quarterly, 16, 397-422.

Miethe, D., Stafford, M. C. & Long, J. S. (1987). Social differentiation in criminal victimization : A test of routine activities / lifestyle theories. American sociological review, 52, 184 - 194.

Moser, G. (1989). Contenu spatial et temporel de la représentation de l’insécurité. Paris, LPE.

Moser, G. & Lidvan, P. (1991). Environnement et sentiment d'insécurité. in Bernard, Y., Segaud M. (Eds), La ville inquiète: habitat et sentiment d'insécurité. La Garennes-Colombes: Editions de l'Espace Européen.

Newman, O. (1972). Defensible Space: Crime Prevention through urban design. New York, Macmillan.

Normoyle, J. & Lavrakas, P. J. (1984). Fear of crime in elderly women : Perceptions of control, predictability, and territoriality. Personality and social psychology bulletin, 10, 191 - 202.

Perkins, D. D. (1986). The crime-related physical and social environmental correlates of citizen participation in block associations. Paper presented at the annual meeting of the American Psychological Association, Washington, D. C.

Perkins, D. D., Meeks, J. W. & Taylor, R. B. (1992). The physical environment of street blocks and resident perceptions of crime and disorder: Implications for theory and measurement. Journal of environmental psychology, 12, 21-34.

Perkins, D. D. & Taylor, R. B. (1996). Ecological assessments of community disorder - Their relationship to fear of crime and theoretical implications. American Journal of Community Psychology, 24, 1, 63 - 107.

Perkins, D. D., Wandersman, A., Rich, R. C. & Taylor, R. B. (1993). The physical environment of street crime: defensible space, territoriality and incivilities. Journal of environmental psychology, 13, 29-39.

Rieger, S., Gordon, M. & Lebailly, R. (1978). Coping with urban crime : Women’s use of precautionary behaviours. American journal of community psychology, 10, 369 - 386.

Roberts, C. (1977). Stressful experiences in urban places : Some implication for design. 8th EDRA Conference Proceedings.

Roché, S. (1993). Le sentiment d'insécurité. P.U.F., Paris.

Roché, S. (1999). Prévention et répression en France : transformation de l’action publique dans les villes (1975 - 1999). Revue internationale de criminologie et de police technique, 2 (4), 387 - 413.

Roché, S., Blatier, C. & Four, P. A. (1996). Les incivilités vues du côté des institutions : perceptions, traitements et enjeux. Les cahiers de la sécurité intérieure, 23 (1), 86 - 99.

Rountree, P. W. & Land, K. C. (1996). Burglary victimization, perceptions of crime risk, and routine activities. Journal of research in crime and delinquency, 33, 147 -180.

Rountree, P. W., Land, K. C. & Miethe, T. D. (1994). Macro-micro integration in the study of victimization: A hierarchical logistic model analysis across Seattle. Criminology, 32, 387 - 414.

Sacco, V. F. (1985). City size and perceptions of crime. Canadian journal of sociology, 10, 277 - 293.

Sacco, V. F. (1990). Gender, fear and victimization : A preliminary application of power - control theory. Sociological Spectrum, 1, 485 - 506.

Sacco, V. F. & Glackman, W. (1987). Vulnerability, locus of control and worry about crime. Canadian journal of community mental health, 6, 99 - 111.

Sampson, R. J. & Wooldredge, J. D. (1986). Evidence that high crime rates encourages migration away from central cities. Sociology and Social Research, 70, 310 - 314.

Scheingold, S. A. (1984). The politics of law and order : Street crime and public policy. New York : Longman.

Shaw, C. R. & McKay, H. D. (1942). Juvenile delinquency and urbans areas. Chicago : University of Chicago Press.

Skogan, W. G. (1990). Disorder and Decline. New York : Free Press.

Skogan, W. G. & Maxfield, M. G. (1981). Coping with Crime. Beverly Hills : CA Sage.

Smith, M. D. (1988). Women’s fear of violent crime : an exploratory test of feminist hypothesis. Journal of family violence, 3, 29 - 38.

Stafford, M. & Galle, O. (1984). Victimization rates, exposure to risk, and fear of crime. Criminology, 22, 2, 173 - 185.

Stanko, E. (1988). Hidden violence against women. In M. Maguire & J. Ponting (Eds.), Victims of crime : A new deal ? Open university press, Milton Keynes.

Taylor, R.B. (1987). Towards an environmental psychology of disorder. In D. Stokols and I. Altman (Eds), Handbook of environmental psychology. New York: Wiley.

Taylor, R.B. (1988). Human Territorial Functioning: An Empirical, Evolutionary Perspective on Individual and Small Group Territorial Cognitions, Behaviors and Consequences.

Cambridge, U.K: Cambridge University Press.

Taylor, R. B. (1996). Neighborhood responses to disorder and local attachments - The systemic model of attachment, social disorganization, and neighborhood use value. Sociological Forum, 11, 1, 41 - 74.

Taylor, R.B. & Gottfredson, S. D. (1986). Environmental design, crime and prevention: an examination of communities dynamics. in A. Reiss & M. Tonry (Eds.), Communities and crime. Chicago: University of Chicago Press, p. 163-202.

Taylor, R. B., Gottfredson, S. D. & Brower, S. M. (1980). The defensibility of defensible space: a critical review and a synthetic framework for future research. in T. Hirschi and M. Gottfredson (Eds.), Understanding Crime. Bervely Hills : Sage.

Taylor, R. B., Gottfredson, S. D. & Brower, S. M. (1984). Understanding block crime and fear. Journal of Research in Crime and Delinquency, 21, 303 - 331.

Taylor, R.B., Shumaker, S. & Gottfredson, S. D. (1985). Neighbourhood level links between physical features and local sentiments. Deterioration fear and confidence of crime. Journal of architectural and planning research, 2, 261-275.

Walklate, S. (1994). Risk and criminal victimization : A modernist dilemma ? Paper presented at the annual conference of the American Society of Criminology, Miami, November.

Van der Voordt, D. J. M. & Van Wegen, H. B. R. (1979). Feelings of anxiety and environmental design. Delft progress report, 4, 234-254.

Warner, B. D. & Rountree, P. W. (1997). Local social ties in community and crime model : Questioning the systemic nature of informal social control. Social Problems, 44, 520- 536.

Warr, M. (1984). Fear of victimisation : Why are women and the elderly more afraid ? Social science quarterly, 65, 681 - 702.

Warr, M. (1985). Fear of rape among urban women. Social Problems, 32, 238-250.

Warr, M. (1987). Fear of victimization and sensitivity to risk. Journal of quantitative criminology, 3, 29 - 47.

Wilson, J. Q. & Kelling, G. L. (1982). Broken windows : The police and neighborhood safety. The atlantic monthly, 249, 3, 29 - 38.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arnaud Siméone, « Peur du crime et caractéristiques du voisinage », Éduquer [En ligne], 7 | 2004, mis en ligne le 15 octobre 2008, consulté le 26 mars 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/229

Haut de page

Auteur

Arnaud Siméone

Maître de Conférences, Institut des Sciences et Pratiques de l’Education et de la Formation, Campus Berges du Rhône16, quai Claude Bernard - F 69365 Lyon Cedex 07Tél : 04. 78. 69. 72. 08. / Fax : 04. 78. 58. 74. 77.

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org