Navigation – Plan du site
varias

Situation de handicap et rang de naissance :
Les facteurs favorisant le changement hiérarchique

Ludovic Blin
p. 168-177

Résumés

Utilisant une approche ethnographique, notre recherche s’est orientée sur le changement hiérarchique fraternel lorsqu’un des pairs est en situation de handicap. Tout le long de l’article, nous verrons qu’être frère ou sœur en situation de handicap au sein d’une fratrie complexifie et change la place hiérarchique de l’enfant au sein de la fratrie. Ainsi, le rang de naissance peut être bouleversé pour un rang « donné » par la fratrie et les parents. Cependant, il n’y a pas toujours modification de la place de l’enfant de par sa naissance. En effet, pour qu’il y ait changement de rang, il faut que l’on soit en présence de deux facteurs : une situation de handicap importante et une injonction parentale de type : « aide ton frère ou ta sœur ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Gary-Bobo, R. ; Pietro A., Rang de naissance Frère et sœurs, origine sociale et réussite scolaire (...)

1La relation enfant-parent est habituellement valorisée et souvent mise en avant au détriment d’un rapport horizontal entre frères et sœurs. Ainsi, le développement psychique, la transmission d’apprentissages ou les soins donnés à l’enfant ne dépendraient que des figures parentales. Le frère ou la sœur n’aurait aucun ou peu de rôles à jouer. Tout découlerait simplement de la structure œdipienne. Ne sommes-nous pas là en présence d’une vision essentiellement « adultocentriste » ? Il y a pourtant au sein de la cellule familiale, dans l’intimité familiale, la présence de frères et de sœurs qui vont construire ensemble un lien fraternel souvent composé de jalousies, de conflits, de joies partagées et d’amour aussi. Dans son ouvrage, Peille (2005) relate aussi les relations fraternelles parfois difficiles. Il est essentiel de comprendre que l’autre, la sœur ou le frère va ainsi introduire de l’altérité et il devra reconnaitre cet autre, ce frère ou cette sœur non pas comme un objet, mais comme un sujet. L’ensemble des sujets constituant la fratrie existe bien entendu sur le plan de la réalité, mais bien évidemment aussi sur le plan psychique. En l’absence du frère et de la sœur, cet autre est toujours présent en moi d’une façon consciente ou inconsciente. Il ne faut pas non plus oublier la dimension psychologique de cette relation, de ce lien fraternel fondé sur des représentations multiples de l’autre. Dans notre culture, ce lien fraternel est associé, dans notre imaginaire collectif, à des meurtres comme dans le mythe d’Abel et Caïn ou dans le parricide primitif du mythe freudien (Freud, 1985). Penchons-nous maintenant sur le rang de naissance des frères, des sœurs et sur son importance dans la fratrie. Tout d’abord, Bourguigon (2006) nous rappelle que les expériences fraternelles sont variables selon le sexe et l’âge. Ensuite, le rang de naissance pour Gary-Bobo et Preto1 a également des effets sur le plan de la réussite individuelle et Adler (1961), lui, attribue au rang de naissance un rôle essentiel dans le devenir psychique de l’enfant. Pour Godrick et Gerson (1985) même s’ils nuancent un peu leurs propos, le devenir d’un sujet dépend de la morphologie de sa famille d’origine, de l’évolution de chacun des membres de la famille, de la transmission de rôle dans les générations et des divers événements traumatiques présents dans la sphère familiale. Toman (1987) propose la notion de théorème de la duplication pour parler du fait que les sujets ne se sentent bien auprès de leurs amis que lorsqu’ils vivent des interactions vécues dans l’enfance. Le rang de l’enfant dans la fratrie joue donc un rôle dans la construction de son devenir. Cependant, nous rejoignons Peille (2005) lorsqu’elle précise que le rang dans la fratrie n’est qu’un élément dans la construction du sujet et dans son devenir.
Notre propos, ici, n’est pas de développer plus en avant une approche psychanalytique du lien fraternel. Mais plus humblement de mettre en avant les jalons de ce qui peut se passer dans la hiérarchie de la fratrie lorsqu’un de ses membres est en situation de handicap. Dans cet article, nous nous sommes interrogés sur ce que pouvait engendrer l’arrivée d’un enfant en situation de handicap, et ce, sur le rang même de chaque membre de sa fratrie. Néanmoins, nous rejoignons Laboto (1983) sur le fait que nous ne considérons pas non plus la situation de handicap comme « nocive ». Nous voulons éviter bien évidemment l’écueil d’une forme de « pathocentrisme » de la recherche. Dans cet article, nous nous interrogerons plus précisément sur le rang hiérarchique qu’occupe réellement l’enfant en situation de handicap. Cet article veut prendre en compte la dimension horizontale (enfant à enfant) pour comprendre ce qu’il se passe lorsqu’un des membres de la fratrie est en situation de handicap.

Contexte de la recherche

2Pour construire un recueil de données dans le cadre d’une recherche ethnographique, nous utilisons l’observation participante et les entretiens semi-directifs. L’observation participante périphérique (Brougère, 2006) a eu lieu dans le cadre de plusieurs rencontres ludiques en 2011, 2012 et 2013 organisées par des associations de parents d’enfants en situation de handicap et également au sein de centres de loisirs en 2011, 2012 et 2013. » L’observation participante consiste à récupérer des données en participant à la vie quotidienne du groupe, mais cette participation peut s’effectuer selon diverses modalités. Pour analyser la situation de participation, on peut se référer aux travaux de Lave et Wengers (1991), développé dans un autre but, celui de comprendre les modalités sociales de l’apprentissage, mais l’observateur n’est-il pas celui qui a pour but d’apprendre de la situation en participant » (Brougère, 2006). En tant qu’observateurs, nous étions un participant parmi les autres, situation qui nous permettait de comprendre les fratries et les enfants en situation de handicap sans simuler une intégration au groupe et sans risquer de ne plus être observateur (Brougère, 2006). Cette modalité de participation périphérique légitime nous a permis d’observer sur plusieurs périodes et sur deux lieux d’observation plusieurs fratries composées d’enfant en situation de handicap jouer à des jeux à l’initiative de l’adulte. L’idée était de regarder, d’étudier leurs activités ludiques avec un degré minimum d’implication. Cela nous a permis de partager les moments du groupe observé tout en ayant d’autres objectifs que les leurs. Les observations ont été ensuite retranscrites dans un journal de recherche soit dans le moment de l’observation ou après. Les échanges ludiques, les observations de terrains et les mots échangés ont permis de commencer à construire une réflexion autour du rang réel ou donné dans une fratrie à un enfant en situation de handicap. Ainsi, pendant plusieurs rencontres ludiques, et ce, sur ce plusieurs années, on a pu observer diverses fratries jouer ensemble et être ensemble. Cet article relate l’observation et le suivi de cinq fratries en 2011 et 2012 sur des rencontres qui avait lieu une fois par mois. Ces familles viennent d’horizons sociaux différents. Le schéma fraternel n’est pas non plus identique. Les prénoms ont été changés pour conserver l’anonymat des enfants. C’est du terrain qu’est venu le souhait, le désir d’élaborer un travail de recherche autour de ce sujet. Les entretiens ont fait suite aux observations de terrain. Nous avons ainsi élaboré des entretiens semi-directifs auprès des enfants (dix-neuf entretiens concernant trente-trois enfants). Notre choix s’est porté sur des entretiens semi-directifs, car ils laissent à l’interviewé la possibilité de développer en toute liberté son discours. Au départ, ils ont été réalisés individuellement, puis nous nous sommes rendu compte lors des premiers entretiens que les frères et sœurs de l’enfant en situation de handicap avaient aussi des choses à nous dire. Les entretiens ont été ensuite réalisés auprès d’un enfant en situation de handicap avec la présence de son frère ou de sa sœur. Lors de nos entretiens semi-directifs en binôme, les enfants d’une même fratrie pouvaient échanger, s’interroger et remettre parfois en cause les dires de l’un ou de l’autre. Le frère et la sœur devenant aussi parfois l’enquêteur. Ce moment de l’entretien était également un moment d’observation de l’entre-soi enfantin entre les membres d’une même fratrie. Ce choix méthodologique n’a, en aucun cas, était dicté par le fait qu’un des enfants était en situation de handicap. La demande de participation aux entretiens était faite directement aux enfants et lorsque nous obtenions leurs accords, nous faisions ensuite une demande auprès des parents pour obtenir une autorisation parentale. Les raisons de cet ordre, enfant puis parent, étaient de tenter de limiter les interactions des adultes intermédiaires « qui s’immiscent dans la relation que l’on cherche à créer avec les enfants et présentent parfois le chercheur aux enfants alors qu’il aurait souhaité le faire lui-même ou ne pas le faire formellement » (Danic, Delalande et Rayou, 2006, p. 113). L’échantillon de cet article ne se veut pas être représentatif sur le plan statistique, car « la représentativité en recherche qualitative n’est pas une représentativité statistique » (Danic, Delalande et Rayou, 2006, p. 171). Le choix des enfants pour les entretiens s’est fait d’une façon aléatoire sur le plan de l’âge, du sexe et du milieu socioculturel, mais en tentant cependant, sans prétendre être évidemment exhaustif, d’appréhender diverses situations de handicap. Cet échantillon a été construit au fil des observations de terrains. La sincérité de notre action a été acquise au travers de nos attitudes et des rencontres avec eux sur leurs terrains ludiques. « La confiance se gagne quand on se frotte aux situations » (Danic, Delalande et Rayou, 2006, p. 109). Lorsque nous parlons d’entretien, nous faisons directement référence à un type d’entretien, l’entretien compréhensif de Kaufmann (2011) où le chercheur au travers de cette approche tente de comprendre la manière dont la personne pense et agit afin de mettre en évidence les processus sociaux à l’œuvre.

Appréhender les dynamiques en jeu dans les relations fraternelles grâce aux contes et mythes

3Les relations fraternelles au travers des sentiments de jalousie, d’amour, d’entraide et de haine sont une source d’inspiration pour les contes populaires et pour les textes bibliques. Tout d’abord, dans l’histoire de Cendrillon des frères Grimm le thème central est la jalousie entre sœurs. Les deux sœurs tyrannisent Cendrillon et ce sobriquet fait d’ailleurs référence à la cendre, symbole d’humiliation. En revanche, dans le conte le petit Poucet de Charles Perrault, la notion d’entraide est présente entre les membres de la fratrie. Car, le dernier de la fratrie âgé de sept ans, le plus malingre, le petit Poucet, va venir en aide à ses six frères grâce à des petits cailloux blancs qu’il va avoir l’idée de semer derrière lui. En outre, dans le conte de Barbe bleu, la fratrie va être unie et solidaire devant l’adversité. Sur la tour de guet, lorsque la sœur pose la question suivante : « Anne ma sœur Anne, ne voit tu rien venir » et que la réponse est négative. La sœur se charge de faire patienter le mari violent en attendant l’arrivée des deux frères qui vont la sauver en tuant le mari à la barbe bleue. La sœur héritera et fera la fortune des membres de sa fratrie. Aucune jalousie entre ses membres et beaucoup de solidarité. Dans la littérature, le roman de Renard intitulé « Poil de carotte » met en scène Felix et sa sœur qui vont persécuter « Poil de carotte » en devenant complice de la mère. Dans ce conte, il y a toute la violence avec son cortège d’humiliations et de violences que peut générer, malgré lui, un enfant singulier au sein d’une fratrie. L’histoire d’Abel et Caïn donne une vision biblique du lien fraternel. Caïn est le fils aîné d’Adam et d’Ève. Abel est le préféré de Dieu. Caïn par jalousie va tuer son frère. La naissance de Seth qui est le troisième enfant d’Adam et d’Ève va remplacer Abel, assassiné par Caïn. Dans cette histoire extraite de l’Ancien Testament, il y a la notion de préférence parentale, le fratricide et l’enfant de remplacement. Le fratricide est également présent dans la mythologie romaine avec le meurtre de Remus par Romulus qui tua par colère son frère jumeau.

Les relations fraternelles 

4Mais, qu’est-ce qu’une fratrie ? Pour Bourguignon (1999, p. 5) « trois éléments donnent à chaque fratrie son caractère unique : la succession des naissances, la distribution des sexes et la dimension, soit le nombre d’enfants qui la constituent. À ces traits morphologiques spécifiques, s’ajoutent ce que sont les enfants, de par leur constitution et leur tempérament. Également ce qui résulte de l’activité psychique des parents : imago de l’enfant et de la fratrie dans la psyché parentale, projections, identifications aux enfants, anticipations créatrices, exigences d’origines surmoïques, souvent liées à la propre expérience fraternelle des parents. » Dans son acceptation la plus courante, « la fratrie est constituée des frères et sœurs issus du couple parental avec lequel ils forment la famille biologique » (Larousse, 2013). Dans une famille de trois enfants, il y a l’ainé, le premier, le cadet qui est le second et enfin le dernier, le benjamin. L’ainé est celui qui va permettre à un couple de fonder une famille. L’ainé de sexe masculin au sein d’une famille a un rôle important sur le plan symbolique, mais également au sein des diverses sociétés, et ce depuis l’antiquité. Il suffit par exemple de se référer en Europe à la loi salique et au fait que seul un ainé masculin pouvait prétendre au trône. Le prénom de l’ainé correspondait souvent à celui du père ou bien d’un être cher défunt. L’ainé était pensé et désiré comme étant du sexe masculin ce qui entraine encore aujourd’hui les infanticides de filles dans des pays comme la chine, et ce, en lien avec la politique de l’enfant unique. Enfin, l’ainé va disposer aussi d’un droit d’ainesse et son talent est mis en exergue par les parents qui peuvent projeter sur lui entre autres leurs désirs, leurs craintes et leurs positions œdipiennes. Cela va générer chez cet enfant, le premier de la famille, des bénéfices narcissiques indéniables. Il sera ainsi l’enfant de l’amour et une référence pour les membres de la fratrie qui suivront. Ce tableau n’est pas aussi idyllique, car l’ainé pourra épouser aussi les névroses parentales et devra parfois répondre aux désirs parentaux. Le cadet est le deuxième enfant de la fratrie. Dans le cas où l’écart d’âge est peu important, il entrera en rivalité avec son frère qui aura lui aussi encore des besoins affectifs de contenance, de portage, etc. Son arrivée va mettre l’ainé dans une position de sevrage affectif. Pour Almodovar (1996), si l’ainé est âgé de moins deux ans lors de la naissance de ce puîné, cela lui permettra de faire la différence du « moi-autrui » au travers de cette intrusion qui sera alors vécue comme structurante. Cette rivalité favorise la construction de l’identité et l’ainé va s’identifier au cadet qui est parfois considéré comme l’enfant de la désillusion. Le troisième enfant est nommé, lui, le benjamin. Lorsqu’il est le dernier de la fratrie, il est souvent plus gâté et les parents ont déjà au travers des autres enfants, vécus l’expérience de la parentalité. La relation entre l’ainé et le benjamin permet parfois à ce dernier d’éviter de se confronter directement à ses parents et devient ainsi un « avantage » dans la relation œdipienne. Le benjamin est parfois l’enfant de la séparation. Il faut noter que la projection parentale par rapport au rang de naissance peut générer une préférence qui va entrainer chez les autres membres de la fratrie des sentiments comme la jalousie. Chaque enfant a ainsi une place différente au sein de sa fratrie et son expérience fraternelle propre est importante pour la construction de sa personnalité, et ce, grâce au processus de différenciation de la fratrie. L’autre, le frère, permet ainsi de faire l’expérience de l’altérité au travers des processus d’identification, de différenciation et d’individuation. Dans sa théorie du miroir, Lacan (1936) met en avant que ce stade est le formateur de la fonction sujet, le « je » et qu’il permet la structure imaginaire du moi. Lacan (1938) s’est également penché sur la relation fraternelle. Il distingue trois complexes familiaux qui ont un rôle indéniable sur l’organisation des liens et de la réalité psychique du sujet : les complexes du sevrage, de l’intrusion et d’Œdipe. Dans le complexe de l’intrusion qui est en lien avec notre approche de la fratrie, le frère (ou la sœur) va avoir un rôle structurant dans la formation du moi. L’identification narcissique du moi est le processus majeur du complexe de l’intrus. Pour Lacan, l’agressivité nait de l’identification narcissique aliénante alors que pour Freud elle est due à une frustration liée à la perte de l’amour maternel. Selon Freud, la compétition au sein de la fratrie est une défense contre la réalité œdipienne et le frère (ou la sœur) a d’une façon inconsciente, le plus souvent, des désirs de mort pour les autres sujets de la fratrie qui se réaliseront en rêves (Freud, 1900). La fratrie peut permettre également une réparation de la déception œdipienne. L’interdiction de l’inceste est au cœur de la relation fraternelle (Freud, 1913). Le lien fraternel représente un lien psychique qui peut être défini comme « une activité de l’appareil psychique incluant d’une part l’activité pulsionnelle, liée aux processus primaires et secondaires et aux principes de plaisir, de réalité et d’inertie, et d’autre part les perceptions et actes préconscients et conscients, dont la fonction est de soutenir par différents moyens (paroles, gestes, attitudes) le contact avec autrui sous différentes formes (échange de mots, jeux de présence et d’absence, expression de sentiments, silence, etc.) » (Bourguignon, 1999, p. 90). Mais comment la fratrie fait-elle face à la situation de handicap d’un frère ou d’une sœur ? Pour Ben Soussan (2009, p. 40) « dans des situations très déstabilisantes, l’équilibre de la famille tout entière est menacé, alors que c’est elle qui constitue le soutien primordial. » Pour Romano (2001, p. 109) « frères et sœurs peuvent alors se sentir réellement abandonnés, voire rejetés » du fait que les parents sont psychiquement indisponibles pour eux, car, ils sont pris par l’angoisse liée à la situation de handicap du frère ou de la sœur. La situation de handicap génère une relation particulière de la par des parents pour cet enfant. Ils peuvent être dans une surprotection, qui peut parfois aller jusqu’à un état fusionnel est mal vécu par les autres membres de la fratrie qui ne comprennent pas pourquoi eux ne génèrent pas la même attention parentale (Gremy, Grémy et Lamour, 1997). Les frères et les sœurs de l’enfant en situation de handicap peuvent développer divers sentiments parfois contradictoires comme la jalousie, l’envie, la colère, l’agressivité, le rejet, les témoignages exagérés d’affection, la gêne, l’indifférence active, l’irritation et la confusion entre réalité et fantasme (Romano, 2001). Les membres de la fratrie face à ce frère ou cette sœur en situation de handicap peuvent souffrir du fait que ce frère ou cette sœur soit en situation de handicap. Pour Ringler (2004), lors de l’annonce du handicap, les membres de la fratrie vont ressentir la détresse psychique du parent avant même de conscientiser la différence chez ce frère ou cette sœur. Les autres membres de la fratrie de l’enfant en situation de handicap peuvent par ailleurs être dans une dissimulation de leur mal-être, ce qui peut révéler une faible estime de soi et des dépressions plus élevées que la moyenne de la population (Gold, 1993). Wintgens (2008) met en avant, lui, un phénomène de parentification chez les sœurs ainées. Et, pour Wintgens et Hayez (2003), la construction identitaire des frères et sœurs peut varier, et ce, selon leur rang de naissance par rapport à l’enfant en situation de handicap. Ainsi, pour le premier enfant, l’aîné de la fratrie, l’arrivée de l’enfant en situation de handicap va changer la dynamique familiale et risque d’engendrer une rupture dans son développement psychologique. Pour le second, le puîné, il va entrer dans une dynamique d’identification au frère aîné en situation de handicap ce qui risque d’entraver, de limiter son processus d’autonomisation. Toujours selon Wintgens et Hayez (2003), les frères et sœurs d’enfants autistes souffrent du comportement de leur frère (ou de leur sœur) et de devoir surveiller leur frère (ou leur sœur) en situation de handicap. « Leurs choix professionnels sont bien souvent déterminés par leurs préoccupations infantiles au sujet de ce frère ou de cette sœur handicapé(e), et motivés par le souhait de soigner ou de comprendre » (Korff-Sausse, 1996, p. 80).

Quand le rang dans la fratrie change…

  • 2 . Expression de la maman de Valérie lors d’une rencontre en juin 2011.
  • 3 . Propos tenus par le papa lors d’une rencontre ludique en mars 2011.
  • 4 . Informations tenues par Sophie, sa sœur lors d’un entretien en juillet 2011.

5Lors d’une rencontre ludique de type jeux de ballons, deux sœurs entrent ensemble dans la même activité. L’une des deux sœurs est en situation de handicap et elle est porteuse d’une aberration chromosomique de type trisomie 21. Elle se prénomme Angélina. Sa sœur, elle, s’appelle Valérie. Ce qui nous frappe en tout premier lieu est que celle qui semble être la plus jeune dans l’ordre de la fratrie — Valérie — aide constamment sa grande sœur. Elle l’aide pour jouer, pour comprendre les règles, pour enlever une veste, pour lui trouver à boire, etc. Valérie est une enfant de 10 ans. Sa sœur Angélina a 13 ans. Valérie est toujours dans le désir d’apporter une aide immédiate et de protéger à sa sœur pourtant plus âgée qu’elle. Pour Valérie pas de doute, lorsqu’on lui demande de nous parler de sa sœur, son ainée, elle nous rétorque tout simplement : « C’est ma sœur. Je dois aider ma sœur, c’est mon rôle de sœur. » Valérie se fait donc un devoir d’aider sa sœur. Elle doit le faire. Pour Peille (2005), c’est une réaction normale de la part de la fratrie que de vouloir aider ses parents lorsqu’un des pairs est en situation de handicap.
Que pense la mère de cette relation entre les deux sœurs ? La mère présente au moment de cet échange verbal nous parle de l’aide offerte continuellement à Angélina par Valérie en ces termes : « Elle aime bien jouer à la grande sœur, elle l’aide toujours. On doit parfois la freiner. Il faut la canaliser aussi. Elle n’est pas là pour l’aider… un peu, mais pas trop. C’est vrai qu’elle a aussi besoin d’aide, de nous. » Tout serait dans la mesure. La petite sœur peut assister son ainée, mais pas trop. Dans d’autres fratries où il n’y a pas d’enfants en situation de handicap, l’aide entre sœurs et frères est courante, mais elle est le plus souvent ponctuelle et ne mobilise pas un des éléments de la fratrie pour venir en aide à l’autre, et ce, continuellement. Dans ce cas précis, cette petite fille, la cadette, endosse le rôle de sœur ainée en protégeant cette sœur ainée différente et fragile à ses yeux. La maman nous dit qu’elle « freine », pour reprendre son expression, sa fille, mais elle nous confie également qu’elle demandait à « Valérie lorsqu’elle était plus jeune d’aider sa grande sœur, de lui venir en aide ». Ce rôle protecteur est ainsi induit par la mère et invite Valérie à venir aider sa grande sœur. Elle vient l’aider aussi parce qu’à son arrivée, ses parents ont dû faire face au handicap et à tout le cortège d’angoisses et de questions qui en découle. La cadette a dû ainsi endosser un rôle qui lui a été « imposé » par ses parents. Outre le poids à porter de la « souffrance parentale »2, cette petite fille s’est occupée de sa sœur ainée non pas comme une sœur, mais comme un parent « bis ». Elle est dans le rôle de maman. Elle ne joue pas à la maman, elle est une seconde maman. Nous ne sommes pas là dans le second cadre de l’expérience, mais bien dans le premier cadre : la réalité et non la fiction (Goffman, 1991). Les caractéristiques intrinsèques du jeu mises en avant dans le travail de Brougère (2005) ne sont pas là présentes. Valérie n’est pas là non plus dans une attitude mentale ludique, elle ne se dit pas « ceci est un jeu ». Elle est aussi prise dans cet état de mère « bis » qui ne devrait pas être le sien. Valérie ne peut pas en sortir. Ce phénomène de « parentification » a d’ailleurs été étudié par les thérapeutes familiaux systémiques et notamment par Minucchin (1983). Boszormenyi-Nagy (1987) estime lui que dans ce processus de parentification, il peut y avoir un renversement temporaire ou continu des rôles. On ne sait pas encore si ce renversement de rôle va se pérenniser ou non. En outre, Valérie est une enfant faisant preuve d’une grande maturité. Korf-Sausse (2006) parle elle d’enfance volée à propos de ces frères et de ses sœurs trop responsables. Et Gardou (1997), frère d’un enfant en situation de handicap précise lui aussi qu’il a eu une enfance volée. Ce terme revient souvent chez les frères et les sœurs qui ont été contraintes à une hyper maturité. Valérie est vite devenue responsable de soi et de sa sœur pour assurer pleinement son rôle de parent « bis » comme a pu nous le préciser sa mère. Valérie enfant de 10 ans et sœur d’Angelina enfant trisomique de 13 ans est toujours dans le désir d’apporter une aide immédiate et de vouloir protéger sa sœur pourtant plus âgée qu’elle. Il ne faut pas oublier comme le précise Marcelli (1983) que les réactions possibles ainsi que les souffrances des membres de la fratrie sont en corrélation avec la capacité parentale de gestion psychique de la présence de leur enfant en situation de handicap.
Intéressons-nous maintenant à une autre fratrie, celle d’Amélie, 11 ans, et de Christophe 16 ans, enfant en situation de handicap porteur d’une trisomie 21. L’ainée est une fille de 18 ans qui se prénomme Ophélie. Amélie aide son frère dans la vie quotidienne3. Il suffit pour s’en convaincre de les regarder évoluer quelques instants dans leur quotidien ludique. Christophe veut jouer à l’ordinateur. Soudain, Amélie vient l’aider, l’assister dans son souhait d’entrer dans l’univers numérique. Lorsque Christophe veut quelque chose qu’il ne peut obtenir seul, Amélie arrive et tente de satisfaire son désir ludique. La sœur, la benjamine, soutient le frère cadet parce qu’il est tout simplement en situation de handicap. Christophe peut-il faire seul ? C’est la question que l’on est en droit de se poser. La réponse vient du papa et elle est laconique : « oui, il sait souvent faire tout seul, pas toujours. Mais il préfère être aidé. » Amélie nous dit d’ailleurs en parlant de son frère : « Christophe a besoin qu’on l’aide. Il est lent, il ne fait pas les choses assez vite. » La sœur vient aider son frère sans que celui-ci en ait vraiment réellement besoin. Elle semble vouloir compenser sa lenteur… Mais d’autres enfants sans situation de handicap sont eux aussi lents et eux on les « houspille » gentiment, mais on ne les aide pas ou alors pas toujours. Christophe nous dit : « J’aime que ma sœur m’aide, c’est bien. Cela m’aide bien. Elle est gentille avec moi. Sans elle, c’est plus dur. » Christophe s’y retrouve aussi dans cette relation d’aide où la petite sœur aide le plus grand. Il nous dit qu’il trouve « cela gentil de sa part ».
Autre fratrie maintenant, celle de Sophie 14 ans et de son frère Kevin âgé de 16 ans, pair en situation de handicap. Il parle peu et il a souvent besoin d’un tiers pour les tâches de la vie quotidienne4. On constate qu’il y a peu de différence d’âge entre eux. Sophie nous dit lors d’un entretien : « Je suis la plus jeune, la plus petite, mais mes parents me demandent souvent de garder mon grand frère. C’est vrai c’est étrange. Lorsque je parle de Kevin à mes amis, je dis que je surveille mon grand frère. Il est pourtant plus âgé que moi. Mais je le surveille quand même. Je suis sa petite sœur, mais c’est moi qui le garde même si avec moi c’est très cool. » Elle nous stipule qu’elle est la « petite » sœur, mais elle nous fait comprendre à mi-mots qu’elle est dans un autre rôle, celui de celle qui est en capacité de le garder, lui, qui est plus âgé. Mais elle doit, elle, le surveiller tout en étant que la benjamine. Elle, la benjamine, veille sur lui notamment lors des absences parentales. La sœur plus jeune, la benjamine, prend de fait sur l’injonction parentale le rôle d’une grande sœur. Là encore, la hiérarchie fraternelle est changée, bouleversée. La situation de handicap change le rôle dévolu aux membres d’une même fratrie selon leur date de naissance. Comme on a pu tout simplement le constater, l’arrivée dans une fratrie d’un enfant en situation de handicap engendre « des répercussions profondes et importantes et celles-ci sont le plus souvent minimisées voire méconnue (Korff-Sausse, 2006). » L’enfant en situation de handicap va transformer l’univers familial. Les cadets dans la fratrie ont dû ainsi endosser un rôle qui leur a été « imposé » par les parents. Outre le poids à porter de la souffrance parentale, ces benjamines se sont occupées de leurs ainés non pas comme une sœur, mais comme un parent « bis ». La situation de handicap semble avoir le pouvoir d’inverser l’ordre de la fratrie au travers du regard fraternel porté sur le frère ou la sœur en situation de handicap. La relation fraternelle est construite dans ce type de rapport où le benjamin ou la benjamine vient aider et accompagner l’ainé dans la vie quotidienne. L’ordre dans la fratrie est là aussi tout simplement changé, modifié par la simple présence de la situation de handicap. Mais est-ce toujours le cas ?

Quand le rang dans la fratrie ne change pas…

  • 5 . Précisions données par elle après l’entretien.
  • 6 . Expression utilisée par la maman lors d’une rencontre sur le jeu en juin 2011.

6Jimmy enfant en situation de handicap mental, est l’ainé d’une fratrie de trois enfants. Lors d’une rencontre autour du jeu, on lui a demandé de nous parler de ses sœurs. « Je suis le plus grand et j’ai deux sœurs. La plus petite a 12 ans et l’autre a 13 ans. Elles sont au collège toutes les deux. La plus petite fait des bêtises et je dois m’en occuper. Avoir des petites sœurs ce n’est jamais facile. Il faut faire avec. » Lorsqu’on lui demande si ses sœurs l’aident, il répond : « Des fois, mais pas souvent… Pour faire ce que je n’aime pas faire. » Il est l’ainé et semble assumer pleinement ce rôle dans la fratrie. Ses deux sœurs sont plus jeunes que lui et il sait nous le faire comprendre. Lorsque nous demandons au père quelle est la place de Jimmy au sein de la fratrie, il nous confirme ses dires par ces mots : « c’est lui le plus grand, les deux sœurs doivent l’écouter. Jimmy veut toujours contrôler ses sœurs et il les surveille un peu, je crois, aussi. » Dans ce cas, Jimmy, l’ainé est resitué dans son rôle de grand frère par son père. Les deux sœurs ne discutent pas sa place dans la hiérarchie familiale et elles n’entrent pas dans une dynamique pour venir aider ce grand frère. Le père n’a jamais demandé aux deux plus jeunes sœurs de lui venir en aide. Au contraire, il semble conserver Jimmy dans son rôle d’ainé malgré sa situation de handicap. Il est important de noter que Jimmy est certes porteur d’une situation de handicap, mais il est de plus très à l’aise avec autrui. Il est plutôt très efficient dans les tâches quotidiennes et il est très autonome aux dires de son père.
Aurore est, elle, une jeune fille autiste. C’est l’ainée dans la fratrie. Elle a un frère et une sœur plus jeunes qu’elle. Lorsqu’on lui demande de nous parler de ses relations avec ses pairs. Elle nous dit en parlant de la cadette5 : « Elle est chiante. Elle me gonfle. Je ne veux pas qu’elle vienne trop me voir. Elle est petite encore. » Sa sœur — Christelle, la cadette, est plus jeune qu’elle d’environ deux ans. Aurore est âgée de 14 ans. Dans ces propos on comprend que sa relation avec sa sœur est tendue comme bien souvent dans les autres fratries. Cependant, il faut noter qu’elle la replace dans sa situation de cadette lorsqu’elle nous dit qu’elle « est petite encore ». On demande à sa maman de nous parler de leur relation. Elle nous précise qu’Aurore « joue6 » à la grande sœur. Elle nous notifie aussi qu’elle est la grande sœur. Lorsque l’on observe Aurore en présence de sa sœur, on voit bien qu’ils ne sont pas dans une forme de parentisation, que sa sœur n’est pas un parent « bis ». Elle évolue à ses côtés, joue avec, mais elle n’est en aucun cas dans un rôle autre que celui de la cadette de la fratrie. La situation de handicap change parfois la hiérarchie dans le rang des naissances, mais pas toujours. Aurore reste la grande sœur, l’ainée, Christelle demeure la petite sœur, la cadette. Aurore nous le dit et on l’observe aussi lorsqu’ils sont ensemble en train de jouer. La hiérarchie du rang de naissance dans cette fratrie où un des pairs est en situation de handicap est également conservée. Dans ces deux dernières fratries, pas d’inversement dans la hiérarchie fraternelle.

En guise de conclusion

  • 7 . Un troisième facteur pourrait être le genre du pair, mais il nous impossible de mettre cet élémen (...)
  • 8 . Comme a pu nous le préciser Sophie lors de l’entretien semi-directif en 2011.

7Dans les cas cliniques exposés venant d’observations de terrain et d’entretiens, l’aide apportée à l’ainé par un des membres moins âgés de la fratrie est avant tout en corrélation avec la situation de handicap vécue par l’enfant. D’ailleurs, des auteurs comme Basquin et Braconnier (1982) mettent en avant que le vécu de la fratrie est différent selon la nature de la situation de handicap et de l’atteinte, de son point d’impact, de son éventuelle évolution et du degré d’autonomie de la personne. Dans les cas où il y a inversement dans le rang de naissances, les enfants en situation de handicap étaient moins autonomes dans la vie quotidienne. Lors des observations de terrain ou lors d’entretiens, ce rôle de parent « bis » était souvent induit par les dires ou les faires des parents. Cet inversement dans l’ordre de la fratrie est la résultante pour nous de deux facteurs indissociables7. Tout d’abord, une situation de handicap relativement importante avec une autonomie moindre et le souhait conscient ou pas des parents que l’enfant « normal » aide son frère ou sa sœur en situation de handicap. C’est dans le cas où ces deux éléments se rencontrent et entrent en relation dialogique que l’inversement dans l’ordre de la fratrie s’élabore. Il est important de voir que cette inversion est une construction de l’environnement familial et non pas un état « naturel » en lien direct avec la situation de handicap. Cet inversement de l’ordre du rang hiérarchique est donc une construction de la part des membres de la cellule familiale, plus précisément une co-construction, car l’ensemble des membres de la fratrie y participe. Les parents induisent le comportement du frère ou de la sœur plus jeune, mais ce frère ou cette sœur sont aussi acteurs dans leurs rôles comme d’ailleurs l’est également l’enfant en situation de handicap. Nous sommes donc là en présence d’une co-construction où chacun va participer à la modification de la hiérarchie fraternelle. Le parent crée l’injonction, le frère ou la sœur inscrite dans la normalité s’exécute, participe, y trouve une certaine satisfaction puis s’y enferme dans ce rôle. L’enfant en situation de handicap accepte, lui, consciemment ou inconsciemment cet inversement dans la hiérarchie de la fratrie. Tous s’y retrouvent et participent activement à cette co-construction. Les parents se « déchargent » un peu des obligations matérielles liées à la situation de handicap, l’enfant en situation de handicap a lui toujours quelqu’un prêt à l’aider. Enfin, la sœur ou le frère joue le rôle gratifiant, « parfois un peu lourd8, » de parent « bis » et Romano (2011) précise d’ailleurs que cette « sur-responsabilisation » peut entrainer si elle perdure un épuisement chez l’enfant.

Annexe

Fratrie (codé : FR)

Composition de la fratrie

Protocole suivi

1 FR

Trois enfants :

  • Éric, 5 ans.

  • Valérie, 10 ans.

  • Angélina, 13 ans, enfant en situation de handicap (trisomique)

  • Observation de la fratrie lors d’une rencontre ludique en juin 2011.

  • Entretiens des enfants et des parents à la suite de cette rencontre ludique.

  • Éric est absent ce jour-là

2 FR

Trois enfants :

  • Amélie, 11 ans

  • Christophe 16 ans, enfant en situation de handicap porteur d’une trisomie 21.

  • Ophélie, 18 ans.

  • Observation de la fratrie lors d’une rencontre ludique en mars 2011.

  • Observation s’est faite dans le cadre de leur quotidien familial.

3 FR

Deux enfants :

  • Sophie, 14 ans

  • Kevin âgé de 16 ans, en situation de handicap.

  • Entretien semi-directif en juin 2011 auprès des deux enfants.

  • Observation de la fratrie lors d’une rencontre ludique en mars 2011.

4 FR

Trois enfants :

  • Claire, 12 ans.

  • Marie, 13 ans.

  • Jimmy, 16 ans, enfant en situation de handicap.

  • Propos tenus lors d’une rencontre ludique en mars 2011.

  • Lui seul était présent lors des observations de terrain

  • Entretien semi-directif en juillet 2011 auprès des deux sœurs

5 FR

Trois enfants :

  • Marc, 9 ans

  • Christelle, 12 ans

  • Aurore, 14 ans, en situation de handicap (autiste).

  • Observation lors d’une rencontre ludique en mars 2011.

  • Marc était absent ce jour-là.

  • Entretien semi-directif en juillet 2011 auprès des deux sœurs

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie

Adler, A., (1961), Pratique et théorie de la psychologie individuelle, Paris, Payot.
Almodovard, J.P., (1996), Les expériences fraternelles, un champ conceptuel à investir, Génération N° 8.
Angel S., (1996), Des frères et des sœurs, Paris, Éditions Laffont, Collection Réponses.
Angel S., (2003), Ah, quelle famille, Paris, Éditions Laffont, Collection Réponses.
Basquin, M. ; Braconnier, A., (1982), L’enfant handicapé dans sa famille et sa fratrie, in Le jeune handicapé et sa famille : l’apport de la psychiatrie de l’enfant, Paris, ESF.
Boszormenyi-Nagy, I., (1987), Dictionnaire des thérapies familiales, in (sous la dir.) de Miermont, J., Paris, Payot.
Bourguignon, O., (1999), Le fraternel, Paris, Dunod.
Bourguigon, O., (2006), Le lien fraternel, p. 19, in Bert, C., La fratrie à l’épreuve du handicap, Paris, Éditions Erès.
Brougère, G., (2005), Jouer/Apprendre, Paris, Anthropos.
Brougère, G., (2006), Les enfants, les adultes et l’observateur, in Hess, R et Weigand G (sous la dir.), L’observation participante, Paris, Economica.
Danic, I., Delalande, J., et Rayou, P., (2006), Enquêter auprès d’enfants et de jeunes. Objets, terrains de recherche en sciences sociales, Rennes, Presse Universitaires de Rennes.
Ferrari, P., (2000), Le fraternel psychanalytique. Journal de la psychanalyse de l’enfant, 27, 47-63.
Ferrari, P., Crochette A. et Bouvet M., (1988), La fratrie de l’enfant handicapé. Approche clinique. Neuropsychiatrie de l’Enfance et de l’Adolescence, 36 (1), 19-25.
Freud, S., (1900), L’interprétation des rêves, trad. Gr., Epicouros, Athènes.
Freud, S., (1913), Totem et tabou, interprétation par la psychanalyse de la vie sociale des peuples primitifs, Paris, PUF (2010).
Freud, S., (1985), L’inquiétante étrangeté et autres essais, Paris, Éditions Gallimard.
Gardou, C., (1997), Frères et sœurs de personnes handicapées, Toulouse, Erès.
Gary-Bobo, R. ; Pietro A., Rang de naissance Frère et sœurs, origine sociale et réussite scolaire : nouvelles données françaises. Article en ligne sur le site http://team.univ-paris1.fr/teamperso/rgbobo/GaryBoboPrieto06.pdf.
Goffman, E., (1991), Les cadres de l’expérience, Paris, Éditions de minuit.
Grémy, F., Gremy, F., et Lamour, S., (1997), Les liens du sujet adulte avec sa famille, 375-382 in Misès, R., et Grand, P., (sous la dir.), Parents et professionnels devant l’autisme, Paris, Éditions du CTNERHI, Flash Information, numéro hors Série.
Gold, N., (1993), Depression and social adjustment in siblings of boys with autism. Journal of autism and Développemental Disorders, 23, 1, 147-163.
Kaufmann, J.C., (2011), L’enquête et ses méthodes. L’entretien compréhensif, Paris, Armand Colin, 3es éditions.
Korff-Sausse, S., (2006), Un double étrange : handicap et relation fraternelle. L’apport de la psychanalyse, p. 129, in Bert, C., La fratrie à l’épreuve du handicap, Paris, Erès.
Korff-Sausse, S., (1996), Le miroir brisé : L’enfant handicapé et sa famille. Paris,
Calman-Lévy.
Laboto, D., (1983), Siblings of handicapped children: a review, Journal of Autism and Development Disorders, vol. 13, n° 4, p. 347-363.
Lacan, J., (1936), Le stade du miroir, Paris, Seuil.
Lacan, J., (1938), Les complexes familiaux dans la formation de l’individu, Paris, Navarin.
Marcelli, D., (1983), Étude clinique de la fratrie de l’enfant handicapé, sem.hôp, Nº 12.
Peille, F., (2005), Frères et sœur, chacun cherche sa place, Paris, Hachette.
Ringler, M., (2004). Comprendre l’enfant handicapé et sa famille. Paris, Dunod.
Romano, H., (2011), La maladie et le handicap à hauteur d’enfant. Perspectives de prise en charge pour les proches et les intervenants, Paris, Éditions Fabert.
Vial-Courmont, M., (2009), Accueil d’un nouveau-né différent à la maternité, in Ben Soussan, P., (sous la dir.), Naître différent, Toulouse, Erès.
Wintgens A., (2008), Le vécu des parents et des fratries d’enfants avec autisme. Approche neuropsychologique des apprentissages chez l’enfant, 100, 317-322.
Wintgens A., et Hayez J.-Y. , (2003), Le vécu de la fratrie d’un enfant souffrant de handicap mental ou de troubles autistiques : Résilience, adaptation ou santé mentale compromise. Neuropsychiatrie de l’enfance et de l’adolescence, 51, 7, 377-384.

Haut de page

Notes

1 . Gary-Bobo, R. ; Pietro A., Rang de naissance Frère et sœurs, origine sociale et réussite scolaire : nouvelles données françaises. Article en ligne sur le site http://team.univ-paris1.fr/teamperso/rgbobo/GaryBoboPrieto06.pdf

2 . Expression de la maman de Valérie lors d’une rencontre en juin 2011.

3 . Propos tenus par le papa lors d’une rencontre ludique en mars 2011.

4 . Informations tenues par Sophie, sa sœur lors d’un entretien en juillet 2011.

5 . Précisions données par elle après l’entretien.

6 . Expression utilisée par la maman lors d’une rencontre sur le jeu en juin 2011.

7 . Un troisième facteur pourrait être le genre du pair, mais il nous impossible de mettre cet élément en avant faute d’avoir pu observer des frères aidant ou pas le pair en situation de handicap.

8 . Comme a pu nous le préciser Sophie lors de l’entretien semi-directif en 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ludovic Blin, « Situation de handicap et rang de naissance :
Les facteurs favorisant le changement hiérarchique
 », Recherches & éducations, 12 | 2014, 168-177.

Référence électronique

Ludovic Blin, « Situation de handicap et rang de naissance :
Les facteurs favorisant le changement hiérarchique
 », Recherches & éducations [En ligne], 12 | octobre 2014, mis en ligne le 26 février 2015, consulté le 30 mars 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/2295

Haut de page

Auteur

Ludovic Blin

Doctorant en sciences de l’éducation, Université de Paris 13
Laboratoire Experice

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org