Navigation – Plan du site
Recensions

Eirik Prairat , « La morale du professeur ».

Jean-François Dupeyron
p. 187-189
Référence(s) :

Eirick Prairat
P.U.F., 2013, 271 p.

Texte intégral

1Tout enseignant le sait et le revendique : sa tâche prioritaire est de transmettre un savoir qui socialise et émancipe, autrement dit qui unit et qui libère. C’est cette activité d’enseignement qui donne sens à l’existence de l’école, ce lieu « où les hommes deviennent égaux », selon le mot de Condorcet.
Le dernier ouvrage d’Eirick Prairat affirme d’emblée ce caractère fondamental de l’idée d’école et de l’activité d’enseignement, ce qui place son travail sur une trajectoire clairement philosophique. Il ne s’agit donc pas ici principalement d’analyser les difficultés de l’école, ni d’emprunter à différentes sciences humaines et sociales des constats désenchantés sur l’affaiblissement de l’institution scolaire en tant qu’institution. L’objectif de l’auteur est tout autre : analyser les conceptions, les modèles, les normes, les raisons à l’œuvre dans le lieu scolaire et au cœur des métiers de l’enseignement, plus spécifiquement quant à leur dimension morale et déontologique.
On retrouve donc dans cette livraison récente le même élan général que celui qui a animé les précédents travaux d’Eirick Prairat, depuis qu’il a délivré la question de la sanction éducative du purgatoire où elle croupissait dans les années 70-80 et entamé ainsi un cheminement philosophique centré sur le sens des concepts en éducation et sur leur application à la réalité scolaire. Il n’a dès lors de cesse de clarifier les concepts, d’ordonner les arguments, de hiérarchiser les raisons et de calibrer des propositions pour les métiers de l’enseignement et de l’éducation, ce qui rend sa lecture aisée et fort constructive.
Comme l’indique sans surprise son titre, La morale du professeur est un texte consacré à la question morale dans l’acte d’enseignement. Plus précisément, Prairat part du constat d’un déficit de réflexion et donc de formation sur cette question – « la professionnalisation des métiers de l’enseignement s’est pensée dans l’oubli des questions morales » (p. 5) – pour aller vers des propositions ancrées dans quelques idées claires et distinctes : la primauté d’une conception déontologique pour définir la morale du maître, le souci de tempérer ce déontologisme dans l’exercice effectif du métier d’enseignant, la mise en avant de trois vertus professionnelles majeures (le tact, le sens de la justice et la sollicitude), la revendication d’un cadre déontologique propre à la communauté enseignante – « il est aujourd’hui professionnellement utile et éthiquement pertinent d’expliciter le cadre déontologique de l’activité d’enseignement. » (p. 131) – et pour finir l’examen d’exemples de textes déontologiques propres à inspirer la formation morale et professionnelle des enseignants, au même titre que la clarification des théories morales ou que la délibération sur les dilemmes éthiques.
L’ouvrage est construit en quatre parties, abordant successivement les questions de l’art d’enseigner, de l’éthique enseignante, du cadre déontologique et de la formation à l’éthique et à la déontologie. Pratiquant avec dextérité l’art de l’argumentation, Prairat sait également intéresser potentiellement des lecteurs très différents, dont l’intérêt plus marqué sur tel ou tel passage de la démonstration conduira facilement vers les autres horizons du texte : le philosophe trouvera son bonheur dans la discussion sur les conceptions morales normatives ou sur la théorie foucaldienne des hétérotopies, appliquée au lieu scolaire ; l’enseignant lira avec profit l’éloge marqué de sa fonction et examinera avec intérêt les vertus professionnelles exhibées par Prairat ; le formateur pourra s’inspirer des dilemmes et des expériences de pensée pour nourrir ses dispositifs pédagogiques ; les administrateurs de l’enseignement (les corps d’inspection, par exemple) y puiseront de nombreuses indications propres à donner de la consistance à l’exigence éthique et déontologique qui figure désormais dans les référentiels de compétences pour l’enseignement et l’éducation. On conseillera enfin à tous les étudiants se destinant aux métiers de l’Éducation nationale (et pas simplement aux futurs enseignants) de lire cet ouvrage pour nourrir la construction de leur identité professionnelle et comprendre qu’être responsable de ses actes, qu’ils soient professionnels ou non, c’est avant tout « se tenir soi-même pour responsable » (selon l’expression de Bernard Williams), c’est s’affirmer comme tel, se vouloir en tant qu’agent moral voué à agir en éducateur responsable et selon des principes éthiques, comme l’indique la norme ministérielle.
La contribution la plus prometteuse du livre est d’ailleurs celle qui fait nettement avancer la nécessaire réflexion en vue de l’adoption d’un cadre déontologique qui demeure encore en chantier dans l’institution scolaire française.
On dira pour finir que le travail d’Eirick Prairat a tout d’un jardin à la française, soigneusement rangé et cultivé ; on y circule avec facilité et agrément. Est-ce à dire que les mauvaises herbes du raisonnement (les difficultés, les apories, les doutes) en ont été autoritairement écartées et que le rangement conceptuel auquel l’auteur procède a produit un agencement qui ne s’est pas voulu trop dérangeant ? Certains points trahissent en effet çà et là le caractère trop lisse d’un raisonnement si abouti ; Prairat en a clairement conscience, par exemple lorsqu’il reconnaît que sa présentation du lieu scolaire minimise sans doute l’empreinte de l’économie sur l’école, ou encore quand sa présentation du principe d’autorité fait silence sur les critiques que ce principe continue à subir dans le débat sur la nature de la socialisation scolaire et de la relation éducative. Il appartient d’ailleurs au lecteur, si ça lui chante, de bousculer l’ordre des raisons qui lui est proposé et de reconfigurer partiellement le paysage conceptuel en s’inspirant du modèle du jardin anglais. Je crois savoir que ce n’est pas Eirick Prairat qui s’offusquera de cet usage de son travail, puisque justement il écrit pour que sa production puisse être utilisable sur le terrain scolaire, fût-ce au prix d’une appropriation par les enseignants. Ainsi, tout comme un enseignant conduit l’élève vers son émancipation, La morale du professeur est un livre enseignant, un transmetteur de savoir, un instituteur de liberté pédagogique et de formation éthique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Dupeyron, « Eirik Prairat , « La morale du professeur ». », Recherches & éducations, 12 | 2014, 187-189.

Référence électronique

Jean-François Dupeyron, « Eirik Prairat , « La morale du professeur ». », Recherches & éducations [En ligne], 12 | octobre 2014, mis en ligne le 25 février 2015, consulté le 22 juin 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/2308

Haut de page

Auteur

Jean-François Dupeyron

Université de Bordeaux
EA 4574 SPH

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org