Navigation – Plan du site
Dossier

La pertinence d'une éducation

Guy Avanzini

Texte intégral

1Les pages qui suivent ne se situent pas dans le même registre que les précédentes. Elles ne sont pas à considérer comme une contribution qui s’ajouterait aux autres, mais comme une réflexion sur celles-ci, en vue d’en dégager certaines conclusions et d’identifier certaines interrogations. En outre, elles ne sont mues ni par la volonté délibérée de dégager un unanimisme qui prétendrait percevoir des convergences factices ou de vérifier a priori une théorie sous-jacente, ni par le désir inverse d’exploiter des divergences en vue de créer un débat assimilable à un exercice scolaire. Elles se présentent seulement comme de libres propos, suscités par des textes dans lesquels il est fondé de discerner à la fois des problématiques parentes et des approches différentes tant du sentiment d’insécurité que des traitements auxquels le soumettre. Cela nous conduira à des remarques d’ordre épistémologique à son propos, puis à quelques observations de type socio-politique sur le pacte social, enfin à des considérations proprement pédagogiques sur la pertinence d’une éducation.

2Aux yeux de l’opinion commune, il semble évident que le sentiment d’insécurité soit globalement l’effet de l’accroissement objectif de l’insécurité. Or, les quatre études ici réunies montrent toutes, par des voies diverses, qu’il n’en est rien ou du moins que leur relation est beaucoup plus complexe et subtile. Le premier n’est pas simplement proportionnel à la seconde, dont il serait la réfraction ou le décalque. Et cet écart tient à plusieurs raisons.

3François Galichet et Charles Hadji, chacun à leur manière, ont d’abord montré combien le phénomène lui-même est difficile à mesurer, son inventaire étant fonction des instruments de mesure. Est-il sûr que la sécurité était naguère plus forte ? Mais le sentiment du contraire, lui, s’est amplifié car, si les crimes de sang ont diminué, les incivilités et agressions mineures sont devenues plus nombreuses. De la même manière que, à la limite, les notes attribuées à un paquet de copies renseignent davantage sur la psychologie du correcteur que sur le niveau des élèves, les statistiques officielles informent surtout de la vigilance et de l’activité des services de police et de gendarmerie.

4Il reste qu’il ne s’agit pas seulement d’un fantasme ou d’une production névrotique mais de la réaction complexe à un phénomène social, inséparable de la recherche sociologique, laquelle n’en est pas seulement la photographie mais un révélateur et un amplificateur, renforcés par une information médiatique qui, en s’en saisissant, le dramatise. Cependant, la même incivilité n’est pas vécue semblablement dans un milieu frustre, où elle serait à peine repérée comme telle, et dans un milieu choisi, où elle heurte et scandalise. Plus précisément, et très paradoxalement, l’on supporte d’autant moins l’agression que l’on en a peur et que l’on en soupçonne partout mais, simultanément, on s’en offusque d’autant moins qu’on y est plus accoutumé et résigné. Au total, le sentiment d’insécurité émerge lorsque l’attaque ou son éventualité sont perçues comme insupportables soit pour la sauvegarde physique, soit pour la dignité personnelle. Aux mêmes risques ne correspond pas chez tous la même appréhension ; c’est dire qu’il existe un seuil de tolérance et un taux de sensibilité, infiniment variables selon les contextes et les personnes car, comme le disait Alain : « la peur n’est-elle pas la peur de la peur ? ».

5Cette relation complexe est analysée par Arnaud Siméone qui, de façon aussi fine qu’érudite, a étudié les facteurs et composantes de « la peur du crime ». Sans reprendre ici l’exposé des deux modèles qu’il a distingués, ni l’articulation qu’il en a subtilement élaborée, on retiendra que des variables de type environnemental se combinent avec un sentiment de vulnérabilité qui y sensibilise diversement. Il reste que cette peur connaît aujourd’hui, ainsi que le note François Galichet, une amplification et une dramatisation telles que la sécurité devient une sorte de valeur absolue et prioritaire, condition exigible au déploiement des autres valeurs puisque c’est à elle qu’est suspendue la liberté personnelle de promouvoir celles que chacun a choisi d’honorer et de servir. Or cela implique, sans suffisance ni des uns ni des autres, des dispositifs juridiques et des dispositions morales telles que chacun soit reconnu par l’autre dans son droit à être ce qu’il est.

6Pour le même auteur, en amont du juridique et en aval de l’éthique, le sentiment de sécurité ou d’insécurité est précisément lié à la confiance que chacun croit pouvoir consentir ou devoir refuser à l’autre. Ce problème de la confiance est décisif car, paradoxalement, le sentiment d’insécurité n’est pas seulement celui qu’éprouvent les victimes « officielles » mais, bien plus encore, celui de quiconque se sent agressé par un ordre social dont il s’estime victime et, pour s’en défendre ou s’en venger, devient agresseur. Quels qu’en soient les épisodes historiques ou les formalisations théoriques, c’est bien la volonté de prévenir les risques qui est à l’origine du politique : chacun renonce à la violence et à l’arbitraire parce qu’il espère bénéficier du renoncement semblable consenti par autrui. C’est la perspective d’un avantage réciproque qui engendre le politique. Chacun n’accepte à renoncer à sa propre violence que s’il a acquis la conviction ou, du moins, l’espoir que l’autre fera de même et qu’aucun d’eux ne sera victime de la mauvaise foi d’autrui. Si, en revanche, à tort ou à raison, on craint d’être perdant, on récusera ce pacte social et, selon ses capacités, on y réagira en agressant les possédants ou ceux qui utilisent le droit, ou la culture, à leur seul profit. Et l’on n’envisagera de s’engager à nouveau dans la négociation d’un pacte que si l’on a des raisons de croire à la parole de l’interlocuteur. De toute évidence, c’est bien ainsi que se pose tout problème de réconciliation entre adversaires ou ennemis : chacun, tout à la fois, la désire et craint d’en être dupe. Or le problème de la confiance, c’est qu’elle relève nécessairement et intrinsèquement d’un postulat : pour en venir à négocier, il faut faire confiance, mais sans savoir d’ores et déjà si celle-ci est justifiée ou naïve. Et cependant, on ne le saura que si on l’accorde, sans savoir préalablement si elle est fondée ou crédule. Elle ne se vérifie qu’à posteriori et ; si l’on voulait être sûr qu’elle est bien placée, on ne le saurait jamais. Elle est un saut dans le vide. C’est pourquoi, entre vieux ennemis, elle n’est consentie qu’avec autant d’hésitation en cherchant sans cesse, par des démarches soupçonneuses, si l’on peut avancer davantage sans tomber dans les pièges que la perversité de l’adversaire aurait disposés. Qu’il s’agisse de personnes privées qu’opposent de longs contentieux ou d’Etats liés à de longues années de guerre, c’est bien, malgré leur commune aspiration douloureuse à la paix, la méfiance qui retarde les pourparlers et les fait trébucher. Quand la volonté de conclure existe, l’on arrive à inventer les formules de compromis. Si elle n’existe pas, mille alibis patriotiques ou autres, en occultent l’absence.

7A tort ou à raison, l’expérience montre trop souvent que le seul exposé rationnel d’une frustration par qui s’en estime victime ne suffit pas à convaincre l’interlocuteur en position de force d’entrer dans la négociation. Dans la vie familiale, sociale ou politique, intra ou internationale, les victimes ont plus ou moins la conviction que, si elles s’en tiennent à la présentation courtoise de leurs souffrances, l’adversaire se dérobera et ne consentira à discuter que s’il s’y sent contraint par une violence qui lui devient insupportable. Or, d’interminables et sanglants jeux de coquetterie précédent cette étape ; pendant de longs délais, le dominateur assure qu’il ne négociera jamais sous la contrainte du terrorisme, mais son adversaire se convainc que c’est au contraire en renforçant la violence qu’il l’amènera à entrer dans la discussion. D’où ses efforts pour susciter chez lui, par l’intensification des agressions, un sentiment insupportable d’insécurité, pour le terrifier.

8Telle devient aujourd’hui la conjoncture : au sein d’une société délitée, où le pacte social est de facto multilatéralement menacé, voire éclaté, comment concevoir, définir et mettre en place une organisation politique telle que nul ne se sente exclu ou désavantagé et que tous aient intérêt à accepter la loi ? Quel en est le modèle philosophique ? Il ne suffit pas, certes, pour répondre à cette question, de bavarder dogmatiquement sur « les valeurs de la République » ou « la laïcité », ni de vouer aux gémonies le « communautarisme » :car tout cela consiste un peu naïvement à supposer résolu un problème qui se pose en des termes singulièrement plus difficiles. Aussi bien, on doit se garder de méconnaître le danger éventuel d’une insistance abusive sur l’éducation à la citoyenneté car elle pourrait – et elle comporte déjà chez certains de ses zélateurs – une tentation d’exaltation inconditionnelle de l’Etat et de sa législation, au détriment de valeurs morales dont il faut rappeler, au risque de choquer, qu’elles sont supérieures à la législation et ont compétence pour la juger, voire pour la condamner et la récuser. Une distinction rigoureuse doit être maintenue entre la légalité, qui est conformité à des textes, et la légitimité, qui est fidélité à des valeurs. Une disposition légale, pour « républicaine » qu’elle soit, n’est pas nécessairement légitime si elle est contraire à la morale. C’est la conscience – non pas la conscience capricieuse mais la conscience éclairée – qui est l’ultime juge en la matière. Antigone, les martyrs ou la résistance illustrent cette tension, qui peut conduire au devoir de désobéissance. Au total, l’éducation à la citoyenneté ne doit pas s’absolutiser au point d’inhiber l’éducation morale.

9Est-il donc raisonnable, ou euphorique, d’envisager une issue pacifique ? Et l’éducation peut-elle y concourir ? Dans une société plurielle, la coexistence suppose l’acceptation de la différence. Mais, comme se le demande à bon droit Charles Hadji, « la volonté de vivre ensemble triomphera-t-elle des forces conduisant à l’éclatement de la société ». A cet égard, la première étape d’une telle éducation, c’est de faire bien comprendre que le respect exigible de la différence suppose logiquement la reconnaissance antérieure d’une similitude : « je ne pourrai être différent que si, d’abord, je suis semblable à tout autre dans son droit à être différent ». L’auteur énonce alors les principes d’un programme inéluctable : saisir que les droits sont inséparables des devoirs, amener les adultes au courage d’éduquer et, pour cela, à la volonté d’intervenir pour empêcher que les adolescents s’autodétruisent, comme à oser dire non, à ne pas tout excuser et à ne pas tolérer l’intolérable. Or, l’intolérable, c’est tout ce qui manifeste et signifie le mépris d’autrui.

10La difficulté, néanmoins, c’est de faire de ces objectifs un objet d’éducation et non pas de dressage. On pourrait, à la limite, avec des moyens appropriés, les imposer par une contrainte policière. Mais, éduquer, c’est susciter l’adhésion libre par conviction, et non point forcer par la menace. En ce sens, c’est nécessairement, si l’on est fidèle à son intention constitutive, un pari, c’est-à-dire l’espoir de parvenir à susciter une adhésion libre. Mais, qu’est-ce qui permet d’estimer sans euphorie que ce pari puisse être gagné ? L’éducation, c’est nécessairement un processus aléatoire.

11Encore n’est-ce pas une raison pour faire n’importe quoi, et certaines méthodes offrent plus de chances d’obtenir le but recherché. C’est en ce sens que François Galichet émet l’hypothèse que, par exemple, les classes coopératives, des rituels comme les « quoi de neuf », la mise en place institutionnelle de lieux de parole, l’implication des élèves dans la vie scolaire sont propices à l’instauration d’un climat de sécurité.

12Certes, quelques classes et établissements peuvent, en ce domaine, se prévaloir de belles réussites. Mais celles-ci sont dues au dévouement héroïque ou au charisme de tel ou tel directeur ou éducateur, de sorte qu’elles sont aussi rares que remarquables. C’est pourquoi, dans la plupart des cas, l’on risque de demeurer enfermé « dans le cercle vicieux de l’insécurité et de l’agressivité ». Quoi qu’il en soit, on ne le brisera pas par l’invocation naïve d’une école sanctuaire dont on ferait semblant d’ignorer qu’elle est elle-même en proie à une violence que, tout à la fois, elle subit et engendre. Et on ne le brisera pas davantage, et moins encore, au sein d’un « collège unique » compris comme uniforme, géré comme unificateur et vécu comme sélectionniste et rejetant. Aussi bien, comme l’a montré sans succès le rapport Kriegel, les adolescents continuent d’apprendre à la télévision que la violence, est le mode normal, banal, du traitement des problèmes, voire la condition de l’efficacité.

13Mais, pour que l’adhésion à ces valeurs puisse s’effectuer librement, c’est-à-dire rationnellement, ne faut-il pas déjà et préalablement que la société politique soit organisée de manière telle qu’elle soit perçue comme juste et respectueuse de chacun ? Et peut-elle l’être si l’on n’y a pas déjà été formé ? D’où une sorte de cercle vicieux. Ce qui frappe en effet d’emblée, à la lecture des textes de Ch. Hadji et de F. Galichet, c’est la rencontre de deux thématiques : l’une d’ordre socio-politique, l’autre d’ordre pédagogique. Ils retrouvent ici cette vieille problématique qui traverse l’histoire de la pensée : du politique ou de l’éducatif, lequel est prioritaire ? Est-ce par l’éducation que l’on restaurera un pacte social ou faut-il que celui-ci ait d’abord été instauré pour que l’éducation soit recevable et féconde, c’est-à-dire que la conviction soit acquise.

14Quoi qu’il en soit, ne nous plaignons pas trop du sentiment d’insécurité qui nous assaille, si lourd soit-il parfois. En effet, il nous distrait, nous « divertit », nous détourne, nous dispense de préoccupations bien plus graves, d’ordre anthropologique. Comme l’a observé Alain Mougniotte, l’anxiété liée à des causes objectives détourne et dispense de l’angoisse d’ordre métaphysique. On peut supposer que l’un et l’autre varient en sens inverse. Quand l’anxiété sera maîtrisée, on ne sera pas plus heureux car sans doute sera-ce l’angoisse qui nous étreindra. On n’aura plus peur dans la nuit mais on aura peur de la nuit. La peur du crime, centrée sur l’instant, écarte la peur de l’imprévisible, qui est le propre de l’Homme. Craindre l’incertitude de l’avenir, c’est une situation de vérité, parce qu’elle porte sur l’essentiel ; elle est d’ordre anthropologique. Or, l’insécurité physique dispense de l’inquiétude métaphysique. Mais, psychologiquement, celle-ci n’est-elle pas plus dure à supporter que la crainte de dangers susceptibles d’une certaine représentation ? Dans une société où la sécurité serait totale, on verra au psychosociologique succéder le métaphysicien et au gendarme le théologien, à la peur du crime succédera celle de l’au-delà, à la terreur de la guerre civile se substituera celle de la fin du monde et à l’appréhension de l’indulgence du juge celle de la sévérité du jugement dernier. Alors, peut-être, l’Homme regrettera le temps où l’insécurité du quotidien le distrayait d’éprouver l’incertitude de l’éternité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guy Avanzini, « La pertinence d'une éducation », Éduquer [En ligne], 7 | 2004, mis en ligne le 15 octobre 2008, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/231

Haut de page

Auteur

Guy Avanzini

Professeur émérite Sciences de l'éducation, Université Lyon 2, Président de la Société Binet-Simon.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org