Navigation – Plan du site
Recherches

Absentéisme et sécurité des élèves

Roberto Manca

Texte intégral

1L’absentéisme scolaire fut l’objet de vifs débats lors de l’été 2002. À l’origine du retour inattendu de ce sujet, le projet de pénaliser les parents des adolescents absentéistes dans les collèges et les lycées. Constatant l’absence de consensus, les réactions des associations de parents d’élèves, le gouvernement actuel forma, le 1er octobre 2002, un groupe de travail composé, d’experts chargés de définir des réponses pour résoudre ce phénomène récurrent1.

2Il nous paraît justifié de rattacher la problématique de l’absentéisme et les récentes réponses que certains acteurs y ont apporté, à un thème beaucoup développé lors des mois qui ont précédé les campagnes électorales législatives et présidentielle : la sécurité en tant qu’objectif à atteindre dans une société devenue pour beaucoup incertaine et instable. La sécurité des adolescents est bel et bien en jeu : pour eux-mêmes (à travers les risques liés au défaut de surveillance) mais aussi pour des adultes inquiets de devenir leurs victimes. Absents à l’école, mais présents dans la rue, ceux-ci représentent une menace pour d’autres qui redoutent une dérive de cette jeunesse vers d’autres modèles sociaux, vers la délinquance.

3Comment garantir la sécurité de ces jeunes ? Faudrait-t-il durcir les sanctions à leur égard ? Pénaliser plus sévèrement et plus systématiquement des parents dont les enfants ne respectent pas un des principes essentiels (l’obligation) du système scolaire ? En d’autres termes les établissements scolaires devraient-ils mener une politique plus répressive ?  

4Afin de répondre, nous présenterons d’abord l’absentéisme à travers l’histoire du système éducatif français, ainsi que ses causes profondes. Ensuite, nous tenterons d’examiner la pertinence d’un modèle plus répressif et nous formulerons des pistes de réflexion en faveur de la sécurité des élèves.   

Un phénomène connu

5Labsentéisme est un phénomène qui est apparu avec la massification à la fin des années 70. Son développement a conduit les CPE, les personnels enseignants et de direction à interroger les politiques d’accueil des élèves et de suivi des absences dans les établissements scolaires. La lutte contre l’absentéisme s’est développée, améliorée au fil des années, au point de revêtir différentes formes qui permettent aujourd’hui de s’adapter aux diverses situations que rencontrent les élèves. Des textes réglementaires ont été élaborés dans le but de mettre fin à l’absentéisme ou d’en limiter les dégâts. La persistance du problème s’explique par la nature des causes essentielles de l’absentéisme qui ne trouvent jamais de solutions toutes faites.

6L’obligation de recevoir un enseignement institué par la loi Ferry sur l’école obligatoire du 28 mars 1882 pour les enfants de 6 à 12 ans fut successivement prolongée en 1937 puis en 1959 avec la loi Berthoin. L’instruction est un des droits fondamentaux de l’enfant selon la circulaire du 14 mai 1999 sur le renforcement du contrôle de l’obligation scolaire. La loi Haby sur le collège unique (1975), puis l’objectif de 80 % d’une classe d’âge au niveau du Baccalauréat, affirmé par le ministre Chevènement (1985) entraînèrent une massification du système éducatif. De 1965 à 1975, 2354 collèges ont été construits. Entre 1984 et 1995 le nombre d’élèves scolarisés au niveau du Bac a explosé : le pourcentage d’une classe d’âge est passé de 35 % à 70%2 De plus en plus d’enfants d’origines modestes, non intégrés auparavant dans les établissements scolaires, ont été accueillis par des personnels peu préparés au défi de la démocratisation, au principe de l’égalité des chances (loi de 1989) qui supposait de permettre  aux enfants de tous les milieux la réussite sociale par l’école. Une mutation sans précédent du système éducatif allait s’amorcer.

Massification et absentéisme

7Les nouveaux publics non préparés à l’école ne disposaient pas du capital scolaire3 requis (présent dans la culture des classes plus aisées) pour réussir dans l’école. Le capital scolaire désigne les avantages cognitifs, culturels, matériels, et méthodologiques dont disposent un ou plusieurs enfants, acquis grâce à l’héritage culturel des parents. Ce concept fut élaboré pour expliquer en partie l’écart constaté entre les élèves en terme de résultats scolaires et d’épanouissement personnel dans le système éducatif. Il est possible d’y opposer le concept de handicap socioculturel. Selon la théorie du handicap socioculturel, un rapport de cause à effet existe entre les conditions d’existence (difficultés matérielles, insuffisances éduca-tives) et les difficultés d’apprentissage. Les faits relatifs au contexte socio-familial et socioculturel de l’élève ont des incidences sur le plan cognitif, qui induisent des résultats scolaires négatifs.4 Toutefois, il serait exagéré d’en faire un facteur unique des difficultés d’apprentissage.

8La massification du système éducatif a engendré l’apparition du problème de l’hétérogénéité des élèves. Pour en juguler les effets, l’institution scolaire a dû développer la pédagogie différenciée : afin de faciliter la progression de chaque élève quel que soit son niveau scolaire. Mais les efforts des personnels enseignants n’ont pas pu répondre à tous les besoins des nouveaux publics. Progressivement, l’institution scolaire a perdu de son prestige, notamment du fait qu’elle ne protège plus du chômage (même si, théoriquement, la détention d’un diplôme est encore un avantage pour la recherche d’emploi). Les familles et leurs enfants appréhendent l’avenir après école. L’école est jugée, paradoxalement, à la fois nécessaire et inutile dans une société en mutation rapide.

Des causes multiples

9Après analyse, l’absentéisme a été considéré comme le symptôme de l’incapacité à trouver sa place dans le cadre scolaire, à trouver un sens à la scolarité ; il se traduit par des comportements d’évitement scolaire. Défini par le caractère répété, volontaire et injustifié des absences, ce phénomène, qui concerna d’abord les L.P. (Lycées Professionnels), toucha également bon nombre de collèges durant les années 90. Aujourd’hui, tous les établissements doivent y faire face : qu’il soit de longue durée, perlé (concernant certains cours), de consumérisme, de confort, ou d’une quelconque autre nature.5 Ce phénomène, révélateur de souffrance, va malheureusement souvent de pair avec des conduites à risque (consommation de drogue, conduites violentes, fugues).

10Les causes de l’absentéisme peuvent être classifiées en quatre catégories. Nous pouvons distinguer les causes scolaires, psychologiques, contingentes et sociales.

11Les causes scolaires désignent les difficultés d’apprentissage, d’acquisition des savoirs scolaires. L’échec scolaire, le manque de méthode, d’autonomie dans le travail peuvent conduire l’élève à la phobie scolaire ou à son rejet. La résolution de ces causes dépend des compétences des personnels des établissements scolaires : les capacités de repérage, d’alerte, d’analyse et de résolution des problèmes de méthodologie ; mais aussi, d’organisation dans l’apprentissage des leçons, de mémorisation ou de concentration.

12Les causes psychologiques désignent des blocages qui entravent la bonne intégration et l’épanouissement de l’élève au collège. Qu’il s’agisse de perte de confiance en soi, d’estime de soi, de la peur de l’inconnu, ces sentiments conduisent l’individu à une certaine forme d’isolement, se traduisant, selon la personnalité et le vécu de l’élève, par la solitude, les rapports conflictuels ou la rébellion systématique à l’autorité. Certains facteurs de rupture impliquent des difficultés psychologiques (déménagement, changement d’établissement). L’importance des causes psychologiques varie d’un individu à l’autre, en fonction des caractéristiques de son cadre familial, de sa personnalité propre et de la qualité de son intégration dans la classe.

13Au collège, le moment le plus sensible pour la grande majorité des élèves est l’arrivée en 6ème où les enfants passent d’un univers à un autre. Issus de l’école primaire, n’ayant évolué qu’en compagnie d’un seul référent adulte, ils doivent s’adapter à une structure nouvelle à l’organisation complexe. En effet, les personnels sont nombreux et occupent différentes fonctions qu’il faut appréhender. L’élève doit apprendre à gérer de nouvelles contraintes : les devoirs à la maison, les changements de salle à chaque cours, la multiplicité et la fréquence des évaluations. La transition du primaire au secondaire ne va pas de soi. Mais, même si elle s’effectue correctement, les exigences scolaires sont telles que certains élèves rencontrent rapidement d’importantes difficultés. De mauvais résultats scolaires peuvent entraîner une perte de confiance en soi et de motivation qui amène l’élève à fuir l’école. La fuite révèle parfois un malaise profond, la perte du sens de l’école qui peut conduire à la déscolarisation.

14Par l’expression « causes contingentes », nous désignons les problèmes et incidents particuliers ponctuels qui peuvent conduire l’élève à fuir le collège (problèmes relationnels avec un personnel enseignant ou d’éducation, problèmes de socialisation, racket, etc.)

15Les « causes sociales » sont définies par les facteurs qui concernent la place des individus dans la société, dans la « hiérarchie sociale ». Distinguons les familles de primo arrivants de celles dont le faible niveau économique et le capital culturel ont des incidences sur la place et la réussite des élèves dans l’école.

16Les jeunes primo arrivants sont confrontés au problème de la langue du pays d’accueil que très peu d’entre eux maîtrisent. Ne comprenant qu’un français rudimentaire, ils ne peuvent profiter des enseignements tels que les maths, l’histoire ou la technologie. Le manque ou l’absence de maîtrise de la langue est un obstacle à l’apprentissage, à la motivation, à la scolarité. Les jeunes des familles touchées par la pauvreté réussissent statistiquement moins que ceux qui ne sont pas pénalisés par le manque de ressources.

Absentéisme et accompagnement 

17La connaissance générale d’un phénomène ne suffit pas à la compréhension d’un adolescent dans toute sa singularité. Les professionnels des établissements scolaires sont amenés à mettre en œuvre un accompagnement de l’élève absentéiste. Cet accompagnement implique la mise en œuvre de sanctions dans certaines situations.

18L’accompagnement peut se définir ainsi : un suivi constant, régulier, approfondi et adapté à l’étude de l’origine de l’absentéisme de l’élève. Il ne s’agit plus seulement d’assurer le contrôle des présences, de comptabiliser des absences, d’informer les familles, mais d’agir avec l’élève et sa famille dans la durée pour analyser les causes profondes du malaise et y apporter des solutions.

19Plusieurs raisons justifient l’apparition et le développement du concept d’accompagnement, l’introduction de la psychologie de l’adolescent, la précarisation des familles et la complexité des problèmes rencontrés par les élèves.

20Les courants pédagogiques tels que « l’école nouvelle », l’institut coopératif de l’école moderne fondée par Célestin Freinet, mais aussi Françoise Dolto, ont fait évoluer la perception de l’adolescence. Ils ont révélé la psychologie de l’adolescent au système éducatif. Grâce à ces mouvements, de nouvelles approches de l’enfant allaient influencer les pédagogues : le développement de l’autonomie, la mise en valeur de la créativité des élèves, la pédagogie individualisée.

21Depuis la crise de 1968, qui a révélé l’affirmation de la jeunesse et celle de la liberté comme idéal, la prise en compte de la dimension psychologique des élèves s’est progressivement imposée. La loi d’orientation sur l’éducation de 1989 a placé l’élève au centre du système éducatif. Elle a légitimé la reconnaissance de chaque élève dans sa singularité et dans sa globalité. Cette connaissance approfondie de l’élève implique une adaptation des pratiques éducatives ; la nature du suivi (on parle dès lors d’accompagnement)6 sera conditionnée par l’analyse et la compréhension de la situation de l’élève dans toutes ses dimensions. La circulaire de 1996 sur la prévention de l’absentéisme réclame la prise en compte des éléments individuels, une analyse aussi approfondie que possible et « la mise en œuvre de mesures d’aide et d’accompagnement des élèves ». Il est désormais nécessaire de prendre en compte la totalité des composantes de l’élève : intellectuelle, affective, physiologique et sociologique.7 Ces quatre composantes correspondent à celles de tout individu « à savoir ses aptitudes mentales ou cognitives, son équilibre émotionnel ou affectif, sa capacité d’intégration sociale et enfin sa maturité physiologique ». Comme point de départ de toute action pour remédier aux difficultés de l’élève, pour « créer les conditions favorables pour un bon apprentissage », Roger Didat propose de procéder à un inventaire complet de sa personnalité.

22D’autres facteurs légitiment l’élaboration et le développement d’un suivi personnalisé des situations : les difficultés socio-économiques des familles. Le chômage ne s’est pas résorbé et tend aujourd’hui à progresser en raison du ralentissement de la croissance, mais aussi, des choix économiques des pays développés. La nature et les stratégies des entreprises ont évolué. L’économie de marché exige une mise en concurrence accrue dans laquelle chaque entreprise est poussée à devenir la plus compétitive possible, en réduisant au maximum sa masse salariale, et en faisant appel plus systématiquement à l’intérim, à la flexibilité. Les transformations économiques et industrielles se sont accompagnées de l’explosion du travail temporaire, qui installe les familles dans une précarité grandissante. Beaucoup de jeunes sont, de fait, placés dans des conditions peu propices à l’apprentissage et à la réussite scolaire.8

23L’école est le seul lieu structuré pour certains jeunes dont la famille, en situation d’échec, parfois dépressive, n’est pas ou plus en mesure de fixer les limites nécessaires à la construction de l’identité adolescente. Certaines familles délèguent à leurs enfants la responsabilité des petits frères et des petites sœurs. D’autres se déchirent et confient à la grand-mère la responsabilité de l’hébergement, du suivi des devoirs. Certaines adolescentes de 15 à 17 ans sont confrontées aux responsabilités parentales.

24En conséquence, il n’est plus envisageable de faire abstraction des difficultés extra scolaires des adolescents.

La sanction protectrice

25La pratique de la sanction doit être pleinement intégrée à l’accompagnement. Elle rend la loi réelle et effective. Pour l’élève qui ne reconnaît pas l’autorité des principes établis  par les règles, il est indispensable de les porter à  sa connaissance de manière claire et explicite. L’élève absentéiste évolue moins à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’établissement scolaire, il n’a pas conscience du caractère dangereux que revêt sa conduite. Occasionnée par la transgression, la sanction est une mise en rapport avec la loi en général. La transgression permet à l’élève de faire concrètement l’expérience de la limite, de l’interdit. La loi, la norme et la sanction constituent des repères qui empêchent de dévier, qui déterminent tout comportement social, toute vie en société.

26Les sanctions et les punitions varient en fonction de la durée et de la fréquence des absences injustifiées. Un chef d’établissement peut décider de sanctionner l’élève absentéiste par un ou plusieurs jours d’« inclusion », plutôt que de l’exclure, ce qui aggraverait son retard scolaire. Mais l’objectif pédagogique, certes louable, de vouloir faire progresser l’élève, se heurte aux limites relatives à l’encadrement de l’établissement scolaire. Un élève « inclus » une journée suppose la présence d’un adulte en mesure d’assurer une surveillance continue, mais aussi, un soutien pédagogique pour lui venir en aide dans son travail.

27Le signalement à l’inspection académique, par le chef d’établissement à compter de quatre demi-journées d’absences non justifiées, répond à la nécessité de protéger les enfants contre les risques que représentent la déscolarisation, l’errance, la délinquance. Il intervient lorsque l’établissement constate que les manquements à l’assiduité de la part de l’élève persistent, et que la famille ne répond plus aux sollicitations des personnels.9 Si l’Etat a l’obligation de scolariser tous les enfants, les parents se doivent de leur faire respecter l’assiduité requise à l’apprentissage des connaissances enseignées. Par conséquent, interprétant le manquement à l’assiduité comme une carence éducative de la part des responsables légaux, l’Inspecteur d’Académie adresse alors à la famille un avertissement écrit. Si cette action reste sans effet, il engage alors une procédure de sanction financière et, le cas échéant, de signalement au Procureur de la République.

28Doit-on penser que le phénomène de l’absentéisme ne peut se résoudre que par l’accompagnement en reléguant la sanction au second plan ? Dans le contexte actuel, serait-ce compatible avec les attentes de notre société qui met l’accent sur les mesures répressives ? Nous tenterons de répondre à ces questions en examinant la pertinence d’un modèle plus répressif.

La pénalisation comme modèle ?  

29Le non respect de la loi sur l’obligation d’assiduité implique la mise en œuvre de mesures de sanction. En effet, l’obligation scolaire implique une action qui pénalise les responsables légaux de l’élève, lorsque ceux-ci ne respectent pas la loi : c’est-à-dire lorsqu’ils ne veillent pas à ce que leur enfant respecte l’obligation d’assiduité. Les annonces faites par le gouvernement, la tonalité des débats actuels10, prônant un retour à l’autorité, sous-entendent que le remède à l’absentéisme devrait être un retour à l’ordre et à la pénalisation. Mais la répression peut-elle être un mode d’éducation ? A quelles conditions ? Il convient de questionner le sens et l’efficacité de la sanction dans le cadre réglementaire, d’évaluer le degré de « pertinence pédagogique » dans l’accompagnement et enfin de définir quelle est sa place.

30La sanction, rendue légitime par la loi, fait partie intégrante des notions d’accompagnement et d’éducation. Son usage, subordonné à une exigence éducative, n’est cependant ni mécanique ni uniforme, il vise un objectif pédagogique.

31Toute société s’organise en posant des règles (et des interdits) qui régissent de manière obligatoire les rapports entre les individus. Aussi, l’Etat ne peut affirmer sérieusement l’obligation scolaire sans assumer la phase de la sanction. Une sanction n’atteint son objectif d’intimidation qu’à condition d’être effective. Au contraire, l’inexécution des peines fragilise l’interdit de l’infraction (qui perd de son sens). Par nécessité, la sanction préserve l’ordre social, et par là même, protège les élèves (parfois contre leur gré), en rendant effective la limite entre le permis et l’interdit.

32Cependant, elle ne suffit pas à résoudre la situation de certains élèves, notamment à chaque fois que plusieurs sanctions de degré différent ont été prises à l’encontre d’un élève sans qu’il ne modifie son comportement. Une escalade ne peut conduire qu’au conseil de discipline qui provoque éventuellement l’exclusion définitive de l’élève. Il ne s’agit pas de proscrire, de condamner l’exclusion définitive, qui est nécessaire dans certaines situations, mais constater que cette sanction, dans le cas de l’absentéisme, est un échec.

Sanctionner les parents ?

33Lorsqu’elle est adressée aux parents, la sanction prend une toute autre signification. Il ne s’agit plus de punir l’action d’un élève mais de réprimer les responsables légaux. Même si cette disposition est légalement légitime, sa portée symbolique peut s’avérer désastreuse du point de vue de la famille. Certaines familles se sentent totalement démunies, dans l’incapacité d’agir ; elles s’avèrent, de surcroît, fragilisées par la crainte du jugement que les professionnels pourraient porter sur leur situation. Il arrive que les parents et leurs enfants se sentent humiliés par la pénalisation qui est alors ressentie de manière dramatique. Le contact avec les assistants sociaux est, a priori, jugé désagréable, voire humiliant, par certaines familles. Ces dernières perçoivent parfois l’action de ces professionnels comme un pouvoir d’ingérence dans leur vie privée. Ce qui provoque d’emblée de la méfiance.  

34La suppression des allocations familiales provoque dans certains cas le désarroi des familles les plus démunies financièrement et aggrave la situation de l’élève. De plus, cette mesure qui est de moins en moins appliquée, ne suscite guère l’émotion des familles dont la montant des allocations ne constitue qu’une faible part de leurs ressources. Pour ces deux raisons, le groupe de travail sur les manquements à l’obligation scolaire propose d’abroger le dispositif actuel de suspension/suppression des allocations familiales11 qui est jugé discriminatoire, contraire au principe d’égalité. Le rapport formule des propositions concrètes et circonstanciées, de soutien aux parents pour les aider à assumer leurs responsabilités parentales. Les propositions sont articulées autour de trois axes : de l’information et de la sensibilisation de l’ensemble des acteurs concernés, de la responsabilisation des familles, et, dans une phase ultime uniquement, de la sanction.12     

35Le rapport conclut que les mesures répressives ne peuvent apparaître qu’après la mise en œuvre de toutes les tentatives d’aide de la part de l’institution, et en ultime recours : « la sanction doit s’appliquer aux seules familles qui refusent explicitement toute prise de conscience de l’importance de l’obligation scolaire, toute proposition d’accompagnement dans l’exercice de leur autorité parentale ». Ainsi, l’amende ne devrait être retenue que dans les cas extrêmes.

36Ainsi, si la sanction risque de détruire, de compromettre durablement les rapports entre les familles et l’institution, elle constitue pourtant un outil nécessaire. Cependant, elle n’atteint pas systématiquement son but. Pour y parvenir, il convient de lui donner une forme éducative.

La sanction éducative

37Toute sanction doit être expliquée, justifiée et décidée en fonction de l’élève dans sa singularité. Cela n’exclut pas de privilégier le dialogue avec l’élève et ses responsables légaux, de prévenir les situations d’absentéisme. Pour être acceptée, une sanction doit être légitimée par le sens. Ce sens, formalisé par écrit dans le règlement intérieur de l’établissement, doit être aussi constamment exprimé de manière orale par les personnels.

38Les adolescents ont besoin d’explication et de fermeté de la part des adultes dans ce monde où tout semble permis, accessible, facile en apparence. La « parole accompagnatrice » décrite par Eirick Prairat13 nous démontre tout l’enjeu de l’autorité en éducation qui repose aujourd’hui plus sur la cohérence, la constance que sur la hiérarchie statutaire, considérée comme arbitraire par bien des élèves. Dans La sanction, E. Prairat écrit : « Toute sanction appliquée doit être une sanction expliquée […] sanctionner sans s’assurer  qu’elle soit comprise (ou puisse tôt ou tard être comprise), c’est tout simplement sévir ».   

39L’adhésion des parents demeure un facteur fondamental de l’acceptation de la sanction. Au contraire, sans cette adhésion, la sanction risque de perdre toute crédibilité aux yeux de l’élève qui profitera alors d’une incohérence pour se réfugier derrière un discours irresponsable. Le soutien des parents est essentiel pour aider l’adolescent à prendre conscience de la légitimité du rappel à l’ordre.  

40La seconde condition pour que la sanction éducative se réalise peut se résumer en un principe : l’individualisation. Il s’agit d’une action éducative à destination de l’individu, adaptée à sa singularité, par opposition à la généralisation, qui s’adresse à un collectif. La sanction doit s’adresser à l’élève considéré comme une personne dont il faut prendre en compte la personnalité et le comportement. Ces éléments peuvent constituer des circonstances aggravantes ou atténuantes.  Les professionnels sont donc appelés à s’adapter à l’élève en prenant en considération son degré de maturité, son niveau de compréhension, son degré d’implication, d’effort, de bonne volonté.   

41Malgré ces précautions nécessaires, la sanction révèle l’échec des actions de prévention mises en place voire l’absence de mesures préventives. La prévention14 constitue un enjeu de taille pour notre société car elle implique le déploiement de l’autonomie de l’individu. Réussir une politique de prévention dans l’établissement permet, en outre, d’écarter le danger avant d’imposer des solutions curatives qui risquent d’intervenir trop tard. Du dialogue avec les jeunes peut émerger une réflexion sur le sens de l’école et sur le sens de ses procédures, voire une sensibilisation aux risques liés à l’errance des adolescents. Certains élèves n’adhèrent pas aux méthodes de transmission des savoirs : ils doivent néanmoins « s’approprier » la méthodologie des apprentissages scolaires, de même qu’assumer les différentes contraintes inhérentes à leurs études. En développant la prévention, les personnels sont naturellement amenés à aider les élèves dans le but de leur faire comprendre les raisons de leurs difficultés, et d’y remédier avant qu’elles ne deviennent insurmontables.

42La sécurité représente la stabilité alors que l’absentéisme renvoie au désordre potentiel, à la perte des repères de la norme fixée par l’institution (respect des horaires, du principe d’assiduité). La nature des réponses est sujette à controverses. Les tenants de la prévention s’opposent à ceux de la répression, bien que cette opposition soit moins marquée aujourd’hui. L’absentéisme est un problème polymorphe dont les racines sont souvent profondes, parfois complexes : aucune mesure systématique, stéréotypée, ne saurait le résoudre.

43Au nom de la sécurité, il convient de mettre en œuvre des réponses à la fois pour préserver la société d’éventuels préjudices (vols, agressions) mais en premier lieu, protéger les adolescents eux-mêmes des dangers auxquels ils s’exposent. À cette fin, gardons nous de tout jugement hâtif et n’oublions pas que dans certaines situations, l’absence est le moyen pour l’adolescent d’expérimenter une liberté, d’échapper à ce qu’il peut interpréter momentanément comme une impasse dans sa vie d’élève, de jeune en devenir.

44Si la répression semble, aujourd’hui, au goût du jour pour son apparente simplicité, son aspect spectaculaire, il est souhaitable qu’elle ne devienne pas prioritaire dans les pratiques éducatives. Car, bien qu’ayant sa place dans l’éducation, la sanction n’est pas un mode d’éducation au sens strict ; elle serait plutôt un moyen au service de l’éducation et non une fin. Les réponses répressives s’attaquent aux conséquences et non aux causes des problèmes. Elles protègent plus le groupe, le corps social qu’elles ne viennent réellement en aide à certains élèves.

Haut de page

Notes

1 Le groupe de travail sur les manquements à l’obligation scolaire était composé de représentants de différentes institutions : du ministère de l’E.N. (Education Nationale) et du ministère délégué à la famille, des partenaires sociaux, des associations de parents d’élèves ainsi que des associations familiales.
2 Jean-Louis Auduc, Le système éducatif  français, 6ème édition, CNDP réseau,  p. 10-11.
3 Agnès Van Zanten, « Stratégies utilitaristes et stratégies identitaires des parents vis-à-vis de l’école : une relecture critique des analyses sociologiques », Lien social et politiques, numéro « Familles et école », n° 35, p. 125-126.
4 Fijalkow Jacques, Mauvais lecteurs. Pourquoi ? , PUF, 3ème édition, 1996, p. 135 à 137.
5 B.O. n° 42 du 27 novembre 1997, L’absentéisme des élèves,  p. 2827-2828.
6 Circulaire n° 96-247 du 25 octobre 1996, prévention de l’absentéisme.
7 Roger Didat, Pour une approche globale de l’élève, CRDP de l’académie d’Amiens, 1997, p. 10-11.    
8 Conclusions du recensement de mars 1999 réalisé par l’I.N.S.E.E. (Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques), in  La France dans le miroir de l’Insee, Le monde du 10 novembre 2000.
9 Décret n° 66-104 du 18 février 1966.                          
10 E. Davidenkoff, La menace qui fait tollé, in Libération du 11 juillet 2002, p. 4 ; F. Lemoine, « Mon fils ne va plus à l’école ? Et alors ? ». [En ligne]. In Le Figaro du 11 octobre 2002 [17 octobre 2002]. Disponible à l’adresse :  http: //www.lefigaro.fr/France/20021011.FIG0015.html.
11 Ordonnance 59-45 du 6 janvier 1959, article 5.
12 Rapport du groupe de travail sur les manquements à l’obligation scolaire du 21 janvier 2003. [En ligne]. Deuxième partie : propositions, p. 73 à 128 [20 février 2003].    
13 Eirick Prairat, La sanction, L’Harmattan, 1997,  p. 125 à 129.
14 Circulaire n° 96-247 du 25 octobre 1996. Op. cit. p. 6.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roberto Manca, « Absentéisme et sécurité des élèves », Éduquer [En ligne], 7 | 2004, mis en ligne le 15 octobre 2008, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/234

Haut de page

Auteur

Roberto Manca

C.P.E. Académie Nancy-Metz

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org