Navigation – Plan du site
Dossier

Présentation du dossier

Texte intégral

1CPE, qui êtes-vous ? Voici, en plagiant le titre d’une enquête d’identité (Durand, 1996), la question que l’on pourrait encore se poser trente ans après la création de ce corps de métier. En effet, en s’intéressant aux typologies des figures du CPE (Bouvier, 1997), ce dernier apparaît tour à tour comme un adulte bienveillant, le gendarme de l’établissement, le gentil organisateur ou l’avocat des élèves. Par ailleurs, souvent associé à l’équipe administrative mais se considérant comme partie prenante de l’équipe éducative, il semble bien difficile de décrire le rôle de cet acteur. Certes, les décrets successifs définissent sa mission, trop selon certains, trop peu selon d’autres. Les conséquences d’un tel flou au niveau de la définition de leurs attributions peuvent être diverses. Mais nous n’en présenterons que quelques unes à savoir :

  • Limitation de son rôle à une seule dimension, administrative la plupart du temps car répondant aux attentes des chefs d’établissement et des professeurs.

  • Hiérarchisation des fonctions entre enseignants et CPE.

  • Manque de reconnaissance de la spécificité de cet acteur spécifiquement français. 

2De ce fait, les CPE se sentent obliger de composer selon différentes variables afin de se situer dans un établissement scolaire et justifier ses actions. Lesquelles ? Pourquoi ? Comment ?

3Dans ce numéro spécial consacré aux CPE, nous allons ainsi tenter de mieux comprendre comment, à partir de recherches, de pratiques et de réflexions, ils pourraient arriver à une certaine clarification de leur statut. Au travers des différentes contributions, nous verrons notamment comment sortir de ce cloisonnement des corps enseignants/CPE. Quelques éléments peuvent d’ores et déjà être énoncés à savoir l’importance accordée à la construction d’un travail en équipe, la nécessité de diffuser des informations, et l’utilisation d’indicateurs quantitatifs et qualitatifs afin d’assumer cette fonction de conseiller.

4Ainsi, un premier groupe d’articles va nous amener à réfléchir à la (re)conquête d’une profession. Les auteurs vont essayer d’expliciter la dichotomie professeurs/CPE en montrant, d’une part, selon quelles logiques les CPE se positionnent dans des établissements scolaires considérés comme des organisations éducatives à visée collégiale (Véronique Barthélémy) et en faisant référence, d’autre part, à la légitimation de la hiérarchisation des corps en fonction des qualifications scolaires et des origines sociales (Noëlle Monin). De ces contributions émergent les mutations du statut des CPE : nous pouvons relever une volonté affichée d’accentuer la dimension éducative dans les textes mais elle s’avère très peu reconnue dans la réalité.

5Néanmoins, des CPE en poste, tentent dans leur quotidien d’amener des changements dans leurs pratiques. C’est le cas présenté, par exemple, par Laurent Belin, qui nous explique comment cet acteur peut s’accaparer des pratiques évaluatives pour engager la communication avec l’ensemble de la communauté éducative et plus particulièrement les enseignants. Ceci suppose alors de ne plus uniquement de juger l’élève au travers de ses performances scolaires, mais de le considérer dans sa globalité. Il est essentiel, dans cette perspective, de formaliser tout un ensemble d’indicateurs ou de données relatives à l’élève dans une fiche de suivi et d’évaluation. Mais les changements ne proviennent pas uniquement des acteurs ; ils peuvent être imposés par des réformes. L’exemple pris ici concerne la toute récente loi Perben, loi qui n’est pas sans conséquence, non seulement, sur la politique judiciaire à mener envers les jeunes, mais aussi sur le rôle des éducateurs comme le souligne Damien Durand. Ces deux contributions, en présentant deux exemples de questions auxquelles les CPE sont confrontés, mettent en avant la nécessité pour les CPE de “ sortir de leur cuisine traditionnelle pour se poser des questions ” (Obin, dans Bouvier, 1997).

6Certes les CPE diront que la difficulté de leur travail relève de l’obligation de traiter des urgences avant d’envisager d’autres actions à plus ou moins long terme. Cependant, ne peut-on pas utiliser ces savoirs implicites issus de l’expérience pour en faire des savoirs explicites formalisés ? Il semble alors important d’adopter une attitude réflexive par rapport à sa pratique. Alain Bouvier propose, en se situant dans cette dynamique, de penser l’établissement scolaire comme un système apprenant dans lequel le CPE se perçoit comme un acteur de changement capable de penser son action. Ne serait-ce pas un premier pas vers une démarche permettant aux CPE d’entrer dans un processus de professionnalisation ?

7E. Triby et P. Politanski vont, à partir d’une approche économique, nous aider à saisir les dispositifs et les dispositions mis en œuvre par les acteurs scolaires, en fonction des contraintes du contexte, pour assurer le fonctionnement des établissements en mobilisant des ressources afin de produire des effets suffisamment remarquables pour que la question du sens de l’activité n’ait pas à se poser.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Présentation du dossier », Éduquer [En ligne], 15 | 2007, mis en ligne le 16 octobre 2008, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/242

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org