Navigation – Plan du site

Patronymes médicaux des établissements scolaires parisiens : un enjeu patrimonial ?

Séverine Colinet
p. 109-121

Résumés

Le présent article exploratoire étudie la patrimonialisation d’acteurs emblématiques de la santé à travers les patronymes des établissements scolaires parisiens. À partir de données quantitatives, il entend montrer comment s’opère le processus de patrimonialisation des noms d’acteurs de la santé au sein de l’École, de la maternelle au lycée. Notre enquête révèle une très faible patrimonialisation des médecins au sein de l’institution scolaire parisienne, la médecine expérimentale du XIXe siècle et sa figure emblématique Claude Bernard en étant les principaux représentants. Cette recherche a conduit à opérer une distinction entre les processus de patrimonialisation par choix direct et indirect. Alors que la médecine et la santé occupent une large place dans la société, elles sont minoritairement représentées dans l’institution scolaire. Celle-ci privilégie les savoirs enseignés valorisés par l’institution, les sciences non expérimentales, la défense de valeurs ou de domaines appelés à conjurer les menaces pesant sur la société, marquant des choix politiques consensuels dominés par les affects et qui priment largement l’enjeu éducatif dont le patronyme constitue un opérateur. En cela, on peut se demander si la patrimonialisation ne s’adresserait pas davantage aux adultes électeurs qu’aux élèves formés.

Haut de page

Texte intégral

Contexte de la recherche et problématisation

  • 1 Archive. Direction régionale des affaires culturelles Ile de France et lycée Chaptal. (1994). Cent- (...)
  • 2 Source orale. Clairon, E. (2005). « Le symbole : les noms des écoles françaises ». Emission du 20 f (...)

1L’École et la Santé constituent deux institutions majeures de notre société, cette dernière constituant à elle seule un enjeu sociétal déterminant dans la mesure où elle est porteuse de l’amélioration de la constitution physique et du bien-être de la population. Les médecins en sont des représentants, et nous considérons comme « médecins », dans cet article, toutes les personnes ayant exercé au cours de carrières souvent polyvalentes, une pratique médicale. Nous élargissons ce premier champ à tous les acteurs de la santé, intervenants de la charité publique, biologistes, chimistes et pharmaciens ayant contribué aux progrès. On peut se demander quelle place occupe la santé dans la mémoire nationale, régionale ou départementale, et ici à l’École. Alors que l’éducation de la société par le patronyme s’opère dans les rues, comment cette éducation des élèves par le patronyme s’opère-t-elle à l’École ? Nous estimons que les patronymes constituent un mémorial organisé, qu’ils obéissent à des logiques éducatives dans la mesure où ils constituent les opérateurs d’un programme d’éducation dans l’espace public. Notre hypothèse est qu’au sein de l’École, il y a patrimonialisation par le patronyme dans la mesure où ce dernier associe les élèves à un imaginaire de l’École de la République, par le biais d’une figure emblématique, symbolique et tutélaire. La patrimonialisation se fonde sur cette figure bienfaitrice ainsi que sur la vision du progrès, à travers celle de l’histoire et du passé. Comme l’énonce Dominique Poulot (1997), « la représentation du passé comme patrimoine est d’abord au service d’un culte laïc des personnages historiques » (Poulot, 1997 : p. 375) et des « grands hommes » (Bonnet, 1998 ; Poulot, 1997 ; Ozouf, 1984). À travers le choix des patronymes, se dégage une figure porteuse d’affects favorisant une attitude de réception chez les acteurs présents et futurs de la société que l’on éduque. La présence de scientifiques dans le patrimoine de l’École constitue à ce titre une action de valorisation des progrès de la science. Il s’agit ainsi non seulement de moraliser l’avenir, mais aussi de former les « grands scientifiques » de demain, en développant chez les élèves une sensibilité à l’imaginaire national, certains acteurs de la santé – les médecins comme sous-catégorie à part entière – figurant parmi les scientifiques. La santé présentant la particularité de toucher directement les acteurs eux-mêmes, ce qui n’est pas le cas des autres sciences, est en mesure de porter un espoir national fort.
La patrimonialisation matérielle de l’École parisienne a été étudiée avant tout sur le plan architectural1. Même si plusieurs travaux portent sur l’hygiène à l’École (Parayre, 2011 ; Tschirhart, 2008) et sur l’éducation à la santé à l’École (Berger, Eds, 2010 ; Jourdan, 2007 ; Jourdan, Eds, 2004), l’exploration des acteurs de la santé à travers le patronyme reste encore largement à mener. Notre recherche a d’ailleurs mis en évidence un vide bibliographique, au-delà des enquêtes d’Elsa Clairon2(2005) et de Claude Lelièvre (2010) qui ont travaillé sur les patronymes à l’École, mais au niveau national et non exclusivement sur le territoire géographique parisien.
En premier lieu, cet article se propose d’examiner l’entreprise de patrimonialisation à travers le patronyme. Nous présentons une série d’analyses quantitatives portant sur les patronymes des différentes catégories puis plus spécifiquement des médecins pénétrant l’institution scolaire. Elles aident à mettre en lumière les caractéristiques de la patrimonialisation de la médecine dans l’École parisienne. En second lieu, au-delà de la médecine, nous élargissons notre réflexion au champ de la santé. Mettre en évidence la patrimonialisation patronymique implique l’éclairage des patronymes non-patrimonialisés. Les résultats discutés et les perspectives de cette recherche sont présentés en fin d’article.

La patrimonialisation par le patronyme

2L’enjeu de cette première partie vise à comprendre en quoi l’onomastique constitue un axe de patrimonialisation.

Le patronyme : un médiateur d’affects entre le local et le global

3« Pour qu’il y ait patrimoine, il faut des processus (sociaux au sens complet du terme) de patrimonialisation, soit des modalités bien précises de transformation d’un objet, d’une idée, d’une valeur en son double symbolique et distingué, raréfié, conservé, frappé d’une certaine intemporalité, […] soigneusement sélectionné… » (Di Méo, 2008, p. 2). Ce que nous désignons par « patrimonialisation » peut être éclairé par des études historiques portant sur les pratiques du patrimoine, par exemple sur l’entreprise muséographique et le Panthéon (Nora, 2010 ; Poulot, 1997 ; Chastel, 1986 ; Ozouf, 1984). La notion de patrimoine national suggère « un stock d’expériences à consulter afin de nous trouver moins démunis devant l’avenir » (Chastel, 1986, p. 446). Elle vise à constituer une « unité symbolique » et « identificatoire » (Nora, 2010, p. 112). Sa justification par le bien commun et la rationalité savante accompagne l’élaboration d’une légitimité administrative (Poulot, 1997). Le patrimoine est donc bien une « priorité idéologique, politique et pédagogique » (Nora, 2010, p.  205), également destinée « à reconstruire un lien entre le local et le général » (Davallon, Micoud & Tardy, 1997, p. 10). La patrimonialisation opérée par l’inscription d’un patronyme sur le bâtiment scolaire vient alimenter le récit de l’école, de la ville et de la société et articuler ainsi le local et le général.

Le patronyme : une fonction sociale par la transmission de valeurs

4Les figures emblématiques patrimonialisées exercent une fonction sociale qu’il s’agit de cerner dans la mesure où leur patronyme véhicule des savoirs et des valeurs implicites. Le choix du patronyme est hautement symbolique et pose la question de son impact sur la conscience individuelle. L’École est un lieu de passage de valeurs au moyen non seulement de pratiques sociales, mais aussi de la dimension matérielle du bâtiment scolaire qui porte le nom patronymique censé constituer un élément structurant. La patrimonialisation par le patronyme traduit un accord social implicite (souvent territorialisé et institutionnalisé) sur des valeurs collectivement admises, témoignage tacite d’une indéniable identité partagée.

Méthodologie

5À partir de la liste des établissements scolaires parisiens et des patronymes des personnalités, l’objectif de départ a été d’identifier les établissements dont le nom fait référence à un acteur de la santé ; puis de les classer dans la hiérarchie des catégories socio-professionnelles patrimonialisées, en distinguant le niveau scolaire des établissements de la maternelle au lycée. Notre intention était double : hiérarchiser quantitativement ces catégories et dégager la proportion des acteurs de la santé aux différents niveaux scolaires. Le traitement des données s’est fait au moyen à la fois d’une catégorisation, d’un dénombrement des catégories et d’un tri croisé en fonction des critères retenus : type d’établissement (public ou privé, polyvalent ou non-polyvalent), niveau scolaire, arrondissement, genre, nationalité, spécialité médicale et période. Ce codage sélectif a rendu possible la mise en relation réciproque des critères validant l’interprétation des résultats. Les données quantitatives ont contribué à l’analyse de ce qui est patrimonialisé mais elles ont aussi permis de mettre en relief ce qui ne l’est pas. Sachant que les dates auxquelles des noms d’acteurs de la santé ont été patrimonialisés sont tout aussi importantes que le choix du patronyme, et en vue de reconstituer ce processus de patrimonialisation patronymique, nous avons rédigé de nombreux courriers pour accéder aux archives relatives aux décisions d’attribution des noms, et nous nous sommes adressée aux établissements scolaires et aux mairies pour prendre connaissance des délibérations des conseils d’arrondissements. Nous avons procédé à des recherches aux archives nationales, à celles de Paris, de la région, à la commission du vieux Paris et dans les bibliothèques spécialisées de Paris. Nous avons également sollicité les instances institutionnelles scolaires. Malgré ces nombreuses recherches, nous n’avons pu découvrir que quelques délibérations concernant les établissements portant des noms de médecins. Nous n’avons donc pu établir, quand cela s’avérait possible et pertinent, que des hypothèses de travail quant aux choix de ces noms d’établissements. Parallèlement, afin de découvrir les axes politiques relatifs à la patrimonialisation parisienne, nous avons mené des entretiens auprès du conseiller du cabinet du Maire de Paris chargé du patrimoine, ainsi qu’à la direction des affaires scolaires de la ville de Paris.

Patrimonialisation par choix direct et indirect

  • 3 Journal Officiel de la République Française, Loi n° 86-972 du 19 août 1986 portant dispositions div (...)

6La reconstitution du processus de patrimonialisation du patronyme nous a amenée à élaborer une distinction entre choix direct et choix indirect. Pour les établissements publics, la patrimonialisation par choix indirect concerne les niveaux maternelle et élémentaire, la dénomination de l’établissement se faisant alors par une récupération du nom de la rue, de la voirie, sauf dans quelques cas exceptionnels. Pour les établissements publics, la patrimonialisation par choix direct est relative aux niveaux collège et lycée, ce qui signifie qu’un processus propre d’attribution du nom est mis en œuvre par les acteurs de l’institution scolaire.
Au-delà de l’organisation administrative et territoriale, encadrée par la loi n° 86-972 du 19 août 19863 qui régit la dénomination des collèges et des lycées, la patrimonialisation par choix direct va de pair avec l’âge des élèves et leur développement intellectuel. En effet, on peut considérer qu’à partir du collège et du lycée, l’élève est arrivé à un âge et à un niveau de connaissances qui lui permettent d’appréhender la biographie de la figure patrimonialisée, ainsi que les valeurs et les ambitions associées au patronyme. Par conséquent, la patrimonialisation par choix indirect n’implique pas les mêmes enjeux, en raison des niveaux scolaires concernés.

Patrimonialisation et non-patrimonialisation des patronymes de médecins et d’acteurs du champ de la santé

Répartition par niveau et par catégorie des patronymes parisiens

7Le tableau ci-dessous élaboré à partir de la liste des établissements figurant sur le site de la mairie de Paris présente la répartition par niveau et par catégorie des patronymes parisiens.

Tableau . Répartition par niveau et par catégorie des patronymes des établissements parisiens

  • 4 Source orale. Entretien réalisé avec la directrice des affaires scolaires de la ville de Paris, 201 (...)
  • 5 Archive. Extrait du procès-verbal du conseil d’administration du collège Pyrénées du 07 mars 1989, (...)
  • 6 Source orale. Entretien réalisé auprès du conseiller du maire de Paris chargé du patrimoine qui a s (...)
  • 7 Archive. Maire de Paris, (1990), courrier de Jacques Chirac à madame Dolto Tolitsch, Paris, le 3 av (...)
  • 8 Cela est indiqué dans l’archive du Bulletin municipal officiel du 30 août 1962, séance du 5 avril 1 (...)

8On constate que moins de 3 % d’établissements parisiens portent un nom de médecin. La proportion de patronymes de médecins est donc extrêmement faible. La catégorie majoritairement représentée – soit 26% du total – regroupe des établissements dont le nom renvoie à la dénomination géographique de l’emplacement. La médecine apparaît en 7ème position sur 9 catégories identifiées.
On notera également que la proportion de médecins au regard des autres catégories varie peu entre les différents niveaux et est comprise entre 2% et 4%, en patrimonialisation directe (attribution du nom à l’établissement scolaire) ou indirecte (récupération du nom de la voie). La répartition géographique par arrondissement des établissements ainsi dénommés reste assez homogène, avec un maximum de 4 établissements dans le 13ème très certainement lié à la présence de deux institutions médicales majeures : l’Hôpital Sainte-Anne et la Salpêtrière. Par ailleurs, les médecins patrimonialisés sont tous de nationalité française, à l’exception du Dr. Jenner de nationalité anglaise, ce qui est cohérent avec l’idée que l’École parisienne privilégie la transmission du patrimoine national. De plus, tous ces médecins français sont des hommes, ce qui tient au fait que l’exercice de la médecine reste interdit aux femmes jusqu’à la fin du XIXe siècle.
C’est dans l’enseignement public – majoritaire à hauteur de 82% en nombre d’établissements – que se trouvent la plupart des médecins patrimonialisés. Cela semble s’expliquer par le fait que les établissements privés choisissent très largement la transmission de patronymes de l’histoire religieuse alors que l’École de la République opte pour les figures emblématiques qui ont marqué l’histoire de l’État.
Au-delà des spécificités relatives à l’histoire du quartier ou de l’arrondissement, l’École entend valoriser des domaines qu’elle considère comme bénéfiques pour la société, comme la défense des libertés, la lutte contre le racisme, et ses choix vont alors porter sur des figures emblématiques, tel Aimé Césaire, poète et homme politique adopté pour un collège dans le 18ème arrondissement4, son patronyme s’associant à la lutte contre la discrimination. Ces éléments qui relèvent du sens commun révèlent bien l’enjeu politique consensuel relatif au choix des patronymes.
Nous avons pu reconstituer le processus d’attribution à un collège5 du nom de Françoise Dolto, pédiatre et psychanalyste d’enfants. Le choix d’une femme illustre la volonté de dépasser la hiérarchisation sexiste de genre6. En outre, elle a défendu la cause des adolescents, cause en lien avec l’âge des collégiens, niveau scolaire où son nom a été patrimonialisé : « La parole novatrice, l’authenticité de cette psychanalyste chaleureuse et charismatique7». Quant à Arnold Netter, patrimonialisé à l’Ecole indirectement, ce sont le courage, le dévouement et la découverte scientifique qui justifient le choix de son nom8. Le fait que les médecins patrimonialisés ne soient pas uniquement des praticiens de la médecine montre que le choix du patronyme est bien un enjeu qui dépasse l’unique reconnaissance scientifique. C’est bien souvent la légitimité politique qui constitue un enjeu, au-delà de la légitimité scientifique. Ainsi, on peut se demander si la patrimonialisation des patronymes est vraiment pensée dans une visée éducative et si la constitution d’un tel mémorial ne s’opère pas majoritairement à des fins politiques. Cette interprétation laisse entendre que la patrimonialisation par le patronyme à l’École serait davantage destinée aux adultes électeurs qu’aux élèves formés, simples futurs électeurs, ces derniers constituant pourtant les acteurs privilégiés de l’École. Du fait que la patrimonialisation est un instrument politique, un outil d’éducation par la transmission de valeurs, et que les autorités décisionnaires en a une visée utilitariste par le patronyme, le faible recours aux acteurs de la santé témoigne du peu d’intérêt qu’offre, dans cette perspective, un nom de médecin. En effet, il se peut que l’École considère que la médecine est trop clairement institutionnalisée, connue et reconnue par les acteurs de la société pour nécessiter sa patrimonialisation dans l’institution scolaire. De plus, la médecine n’ayant pas de liens directs avec les savoirs enseignés à l’École, l’institution préfère se confier à des figures emblématiques en lien avec les savoirs enseignés. Aussi, l’École porterait-elle moins l’ambition de former de « grands médecins » que des hommes de lettres, des politiques ou encore d’autres catégories professionnelles.
À la lumière de ces éléments, la médecine est loin d’être jugée prioritaire pour une patrimonialisation à l’École alors qu’elle occupe une place privilégiée dans la société. Il existerait bien une certaine dichotomie entre les représentations sociétales et l’École. De plus, la patrimonialisation des établissements s’est faite, dans les siècles passés, sous le signe d’un dualisme entre le corps et l’esprit (Detrez, 2002 : p. 49), ce dernier s’identifiant à la sphère des idées et de la réflexion. Le rapport au corps et à la maladie étant en constante évolution dans notre société, il serait pertinent d’observer si, dans les prochaines années, la part de la patrimonialisation des acteurs de la santé augmente ou si les sciences se rapportant au corps, objet social, continuent de rester un élément relativement étranger à l’École.

Proportion des médecins comme sous-catégorie des scientifiques

9L’analyse de la patrimonialisation des patronymes est un indicateur de la hiérarchisation des sciences à patrimonialiser à l’École. Alors que la médecine est très faiblement représentée par rapport à l’ensemble des catégories (voir tableau 1), elle occupe une place non négligeable dans la catégorie des scientifiques. Sur 53 scientifiques (pour les établissements polyvalents), on trouve 22 médecins, soit 41%, avec une majorité de scientifiques ayant une carrière polyvalente, des inventeurs et ingénieurs (26), puis des figures relatives aux sciences enseignées à l’École : 19 (mathématiciens, physiciens, chimistes, scientifiques exerçant dans le cadre des sciences de la vie et de la terre). Néanmoins, cette proportion non négligeable de médecins est à relativiser dans la mesure où la patrimonialisation s’est opérée dans les ¾ des cas par choix indirect, c’est-à-dire pour les établissements du 1er degré et plus spécifiquement pour les écoles élémentaires.
Ce sont les sciences « dures » qui sont les plus patrimonialisées. Le fait que la médecine le soit faiblement montre que l’École ne valorise pas sur ce plan les sciences expérimentales, ce qui marque qu’il existe un champ de forces opposées entre sciences dures et sciences expérimentales, d’où le privilège à l’École des savoirs non pratiques. Il est vrai que la République et l’École ont une tradition de prestige liée aux humanités, à la littérature, à l’art et, à partir de la fin du XIXe siècle, à la science.

Des médecins physiologistes et une carrière polyvalente

  • 9 Archive. Conseil de Paris (1976). Extrait du registre des délibérations, secrétaire général du cons (...)

10La physiologie étant la spécialité médicale qui se rapproche le plus des savoirs enseignés en biologie, notamment pour ce qui concerne le fonctionnement du corps humain, celui du système digestif ou encore le mouvement de l’activité nerveuse dans les conditions normales ou pathologiques, l’École parisienne a mis l’accent sur la patrimonialisation de cette spécialité. Un des critères qui revient pour la sélection de noms patrimonialisés est la contribution à des découvertes majeures dans l’histoire des sciences biologiques, chimiques et de la médecine. Ce sont également les médecins ayant mené une carrière polyvalente qui sont les plus représentés (médecin et député ou médecin et chimiste par exemple), dont en particulier Claude Bernard et Chaptal, tous deux étant à l’origine de découvertes importantes, Claude Bernard avec le concept fondamental de milieu intérieur et Chaptal par ses travaux sur l’acide chlorhydrique. On pourra constater que les médecins recensés sont surtout connus dans d’autres champs d’exercice que celui de la médecine, ce qui affaiblit d’autant l’importance déjà relative de la patrimonialisation de cette discipline à l’École. Ainsi, le choix du patronyme Georges Duhamel pour un collège a tenu à ce qu’il s’agissait d’un ancien élève de l’établissement en 18969 et non au fait de sa carrière médicale, sa célébrité s’attachant avant tout à sa qualité d’écrivain et de poète.

Patrimonialisation de la médecine expérimentale : la médecine du XIXe siècle

11L’École a connu au XIXe siècle un changement de paradigme avec le passage des humanités à la science moderne, cette dernière y étant aujourd’hui largement valorisée. Aussi, la médecine comme science expérimentale incarne-t-elle à sa façon la science moderne, même si sa patrimonialisation reste très relative. Ce sont les médecins du XIXe siècle qui, au nombre de 9, sont les plus représentés, avant ceux du XXe siècle : 4. L’évolution significative de l’instruction primaire et de l’enseignement secondaire au XIXe siècle (Napoléon - décret de 1808 ; Loi Guizot - 1833 ; Loi Falloux - 1850 ; Loi Ferry - 1882) ou encore la création du nombre d’établissements secondaires au cours du XIXe siècle sont à mettre en parallèle avec la patrimonialisation plus marquée de cette époque. Celle-ci, dans le domaine de la médecine expérimentale, a pour figure emblématique Claude Bernard, qui a d’ailleurs reçu des funérailles publiques en 1878. C’est alors, avec les méthodes anatomo-clinique et expérimentales, que la médecine s’est constituée comme champ légitime, autonome et lieu de pouvoir. S’imposent à ce moment l’expertise et la culture médicale (Foucault, 1963), et s’opère un mouvement de laïcisation de la médecine (Mathieu, 2002). Le médecin diffuse l’idée que la guérison s’obtient par des moyens rationnels, par une pratique codifiée. La médecine devient une science progressiste en un siècle qui annonce la médicalisation qu’ébauchera la Troisième République. La mutation du paradigme est manifeste avec le passage de la médecine curative à la médecine préventive. Le médecin est porté par un mouvement de foi dans la science et dans le progrès (Goubert, 2010, p. 144).

Champ de la santé

12Au-delà des 22 médecins précités, on ne trouve que 4 établissements dont le nom se rapporte au champ de la santé, plus spécifiquement à celui de l’hôpital (Hospitalières St-Gervais, l’Hôpital Saint-Louis) et à celui de la pharmacie et de la chimie (Nicolas-Vauquelin et Raspail). Là encore, c’est en majorité pour les niveaux maternelle et élémentaire que l’on a fait appel aux patronymes du champ de la santé, et dans des cas de choix indirect. Ces éléments témoignent à nouveau du non-intérêt de l’Ecole pour la patrimonialisation de ce domaine qu’est la santé.

Non-patrimonialisation

13Mettre en évidence la patrimonialisation patronymique entraîne la mise en lumière des patronymes non patrimonialisés. Bien que Pasteur ait assuré le triomphe de la science avec la vaccination, qu’il ait opéré une distinction entre science et foi et que son patronyme soit habituellement très répandu en France, il n’apparaît pas au niveau des établissements scolaires parisiens. Pourtant, c’est le 6ème nom le plus souvent cité en France, selon une enquête de Claude Lelièvre (2010) qui a mené une recherche sur les noms d’établissements scolaires sur le territoire national. À Paris, un institut et une station de métro portant déjà son nom, l’École parisienne a dû estimer que la patrimonialisation de Pasteur était suffisante.
Par ailleurs, on constate que les hygiénistes ne sont quasiment pas représentés, excepté Arnold Netter ou Parmentier, mais il s’agit alors d’une patrimonialisation par choix indirect. Pourtant, l’hygiène scolaire a occupé une place prépondérante dans l’enseignement secondaire de l’Instruction publique entre 1800 et 1910 (Tschirhart, 2008). En 1882, Jules Ferry range l’hygiène parmi les matières obligatoires à enseigner (Goubert, 2010, p. 144), hygiène souvent associée à la morale, si bien que le XIXe siècle voit la naissance de l’hygiène moderne. Mais on ne voit pas apparaître les noms de médecins tels que Simon de Metz, Pavet de Courteille, Hallé, Fleury, Rollin, Gallard, qui incarnent cette discipline. Rien ne montre mieux la distance prise, surtout à partir de la seconde moitié du XXe siècle par l’École parisienne par rapport à une forme d’hygiène autrefois dispensée, quand la propreté et l’ordre étaient censés entretenir la santé (Goubert, 2010, p. 152). Il est également à noter que l’hygiène scolaire appréhendée comme une pratique obéissant à la logique des recommandations était jadis une matière enseignée à l’école primaire mais n’était pas référencée.

Discussion

  • 10 Source orale. Clairon, E. (2005). Op. Cit.

14À notre connaissance, il n’existe à ce jour aucune recherche portant sur la patrimonialisation patronymique des établissements scolaires à Paris. Notre recherche voudrait contribuer à combler ce manque par le biais d’une enquête originale au niveau d’une ville et même d’un département. Nous avons voulu savoir si la faible représentativité des médecins et du champ de la santé était propre à Paris en regard du territoire national et nous avons cherché à déterminer les similitudes et les différences de la patrimonialisation en fonction du niveau territorial. Des recherches antérieures réalisées au niveau national par Elsa Clairon (2005)10, nous ont aidée à mieux comprendre ce qui caractérise la patrimonialisation dans les établissements scolaires. Elle a travaillé sur les noms des écoles françaises et a recensé 59 457 écoles publiques en France et présenté les 10 noms les plus souvent attribués, écoles élémentaires, collèges et lycées confondus. Parmi ces dix personnalités n’apparaît aucun nom de médecin, comme c’est le cas dans notre enquête. Elle a constaté que la patrimonialisation s’établit essentiellement et proportionnellement sur les noms d’hommes politiques, d’écrivains, de poètes, de scénaristes et de scientifiques, à nouveau comme dans notre recherche. Par ordre décroissant, les dénominations des établissements sont les suivantes : en premier lieu, Jules Ferry avec 600 écoles, Jean Moulin, Jacques Prévert : 400 écoles, Antoine de Saint-Exupéry, Jean Jaurès, Louis Pasteur, Victor Hugo, Pierre et Marie Curie, Irène et Frédéric Joliot Curie avec plus de 300 écoles et, avec un peu moins de 300, Jean de la Fontaine.
L’Éducation Nationale met plus volontiers à l’honneur les hommes politiques et les écrivains. Les noms d’écrivains sont presque tous affectés aux établissements de l’enseignement public. Claude Lelièvre (2010) précise que les peintres sont moins nombreux que les écrivains, les musiciens moins encore et les scientifiques, eux, rarement mentionnés. Bien que la catégorisation de ces chercheurs diffère de la nôtre, nous montrons que les noms de voies prédominent. Le territoire parisien comme le territoire national voient les patronymes d’écrivains, d’artistes et de politiques l’emporter largement sur ceux des scientifiques. On notera que la faible représentativité des acteurs de la santé par rapport aux autres catégories n’est pas propre à Paris, ce qui vient étayer notre hypothèse que le choix politique d’attribution des patronymes est dicté par les affects de la population, la proportion de patronymes attribués reflétant les sentiments attachés aux figures tutélaires des catégories.

Conclusion

15Alors que la santé occupe une large place dans la société, elle n’est que marginalement représentée à l’École. Celle-ci privilégie les savoirs enseignés, valorisés par l’institution, les sciences non expérimentales, la défense de valeurs qui constituent les fondements de la République, telles que la liberté ou la lutte contre les discriminations et marque ainsi des choix politiques consensuels qui priment largement l’enjeu éducatif, le patronyme constituant un opérateur, voire un porteur d’affects. En cela, on peut se demander si la patrimonialisation ne serait pas davantage à destination des adultes électeurs que des élèves formés.
Dans une deuxième étape de notre recherche, il s’agirait d’évaluer, par le moyen d’entretiens, la réception sociale et plus spécifiquement les modes d’appropriation de ces figures par les élèves pour comprendre le rapport qu’ils entretiennent avec celle qui a donné son nom à leur établissement scolaire. L’objectif viserait à appréhender comment ces figures sont promues par le corps éducatif auprès des élèves, afin d’évaluer si elles peuvent être susceptibles de constituer un facteur significatif dans les projections professionnelles et l’orientation de ces derniers. Il conviendrait de travailler sur la manière dont les traces de la patrimonialisation du nom de l’établissement scolaire et le rapport des acteurs à la figure tutélaire de l’École influent sur leur construction identitaire et sur leurs pratiques sociales. De plus, une extension géographique à la région Ile de France voire au niveau national pourrait être réalisée. Les premiers éléments quantitatifs de cette enquête au sein de l’École seraient mis en perspective par une étude de la panthéonisation des acteurs de la santé au-delà de l’École. Enfin, étudier les processus de renomination, de débaptisation et les contestations associées à l’attribution des patronymes aux établissements scolaires, offrirait des indicateurs pertinents de la manière dont l’École de la République perpétue ou réitère un choix antérieur en une relation avec l’imaginaire de l’École et les affects.

Haut de page

Bibliographie

Berger, D. (Eds) (2010). Éducation à la santé : Enjeux et dispositifs à l’Ecole, Actes du 2ème colloque national du réseau des IUFM pour la formation en éducation à la santé et prévention des conduites addictives. Paris 19-20 mars 2008. Toulouse : Éditions universitaires du Sud.

Bonnet, J.-C. (1998). Naissance du Panthéon, Paris : Fayard.

Chastel, A. (1986). « La notion de patrimoine ». In : Nora, P. Les lieux de mémoire, II, La nation, 2, Paris : Gallimard, p. 405-450.

Davallon, J., Micoud, A., & Tardy, C. (1997). « Vers une évolution de la notion de patrimoine ? Réflexions à propos du patrimoine rural ». In : D. Grange & D. Poulot, L’esprit des lieux, Le patrimoine et la Cité. Grenoble : Presses Universitaires de Grenoble, 195-205.

Detrez, C., (2002). La construction sociale du corps. Paris : Editions du Seuil.

Di Méo, G. (2008). « Processus de patrimonialisation et construction des territoires », 1-19, Colloque « Patrimoine et industrie en Poitou-Charentes : connaître pour valoriser », Poitiers-Châtellerault, 2007, http://www.ades.cnrs.fr/IMG/pdf/GDM_PP_et_CT_Poitiers.pdf, consulté le 24 octobre 2012.

Foucault, M. (1963). Naissance de la clinique. Paris : Presses Universitaires de France.

Goubert, J.-P. (2010). Une histoire de l’hygiène, Eau et salubrité dans la France contemporaine, Mayenne : Pluriel.

Jourdan, D. (Eds.) (2004). La formation des acteurs de l’éducation à la santé en milieu scolaire. Toulouse : Editions universitaires du Sud.

Jourdan, D. (2007). L’éducation à la santé à l’école. Apprendre à faire des choix libres et responsables. n°16, Presses de Sciences Po, 53-59.

Lelièvre, C. (2010). « Du nom des écoles », 27 décembre 2010, http://blogs.mediapart.fr/blog/claude-lelievre/271210/du-nom-ecoles, consulté le 24 octobre 2012.

Mathieu, S. (2002). « Quelle laïcisation de la médecine française au XIXe siècle ? Éléments de comparaison avec la Grande-Bretagne », EPHE-GSLR, http://histoire-sociale.univ-paris1.fr/Collo/laicite/MATHIEU.pdf, consulté le 24 octobre 2012.

Nora, P. (2011). Présent, nation, mémoire. Paris : Gallimard.

Ozouf, M. (1984). « Le Panthéon, L’École normale des morts ». In : Nora, P. (Eds). La République, I, Paris : Gallimard, p. 139-166.

Parayre, S. (2011). L’hygiène à l’école, une alliance de la santé et de l’éducation, XVIIIe-XIXe siècles, Saint-Étienne : PUSE.

Poulot, D. (1997). Musée, nation, patrimoine, 1789-1815, Paris : Gallimard.

Tschirhart, A. (2008). « Rôle et évolution de l’hygiène scolaire dans l’enseignement secondaire de 1800 à 1910 ». Carrefours de l’Éducation, 2, (26), 201-213.

Haut de page

Notes

1 Archive. Direction régionale des affaires culturelles Ile de France et lycée Chaptal. (1994). Cent-cinquantenaire du lycée Chaptal (1844-1994), n°1, Edition Patrimoine Protégé, mairie de Paris, 1985.

2 Source orale. Clairon, E. (2005). « Le symbole : les noms des écoles françaises ». Emission du 20 février 2005, http://www.arte.tv/fr/746372,Cmc=746376.html, Dernière mise à jour le 10 septembre 2009. Arte, consulté le 24 octobre 2012.

3 Journal Officiel de la République Française, Loi n° 86-972 du 19 août 1986 portant dispositions diverses relatives aux collectivités locales, Parution 22 août 1986. Article 15 p. 10191.

http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=5FA549686218915BE87748D046797499.tpdjo02v_2?cidTexte=JORFTEXT000000317541&dateTexte=, consulté le 24 octobre 2012.

4 Source orale. Entretien réalisé avec la directrice des affaires scolaires de la ville de Paris, 2013.

5 Archive. Extrait du procès-verbal du conseil d’administration du collège Pyrénées du 07 mars 1989, Reçu le 21 mars 1989.

6 Source orale. Entretien réalisé auprès du conseiller du maire de Paris chargé du patrimoine qui a souligné la volonté d’équilibrer les noms d’hommes et de femmes.

7 Archive. Maire de Paris, (1990), courrier de Jacques Chirac à madame Dolto Tolitsch, Paris, le 3 avril 1990.

8 Cela est indiqué dans l’archive du Bulletin municipal officiel du 30 août 1962, séance du 5 avril 1962, conseil municipal de Paris, 1ère session ordinaire de 1962 - 1960. C. 217 et 1956. 64 L.XXXII Année- n° 5.

9 Archive. Conseil de Paris (1976). Extrait du registre des délibérations, secrétaire général du conseil de Paris, « Attribution du nom de Georges Duhamel au collège d’enseignement secondaire municipal, 13 rue des Volontaires, 13ème, n°5 », séance du 15 mars 1976.

10 Source orale. Clairon, E. (2005). Op. Cit.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://rechercheseducations.revues.org/docannexe/image/2427/img-1.png
Fichier image/png, 287k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Séverine Colinet, « Patronymes médicaux des établissements scolaires parisiens : un enjeu patrimonial ? », Recherches & éducations, 14 | 2015, 109-121.

Référence électronique

Séverine Colinet, « Patronymes médicaux des établissements scolaires parisiens : un enjeu patrimonial ? », Recherches & éducations [En ligne], 14 | Octobre 2015, mis en ligne le 07 juin 2016, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/2427

Haut de page

Auteur

Séverine Colinet

Maître de Conférences, École, Mutations, Apprentissages (EMA)
Université de Cergy-Pontoise

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org