Skip to navigation – Site map

Les 108 enquêtes d’Alfred Binet :
Le corpus des expérimentations menées entre 1884 et 1911

Loig Le Sonn
p. 165-202

Abstracts

Actor-key in the emergence of academic psychology in France, promoter of a work at the intersection between social and medical sciences, kaleidoscope of observation and experimentation techniques of his time, personnality at the center of intellectual controversies of a time, inventor of intelligence test: the decisive work of Alfred Binet (1857-1911) in the constitution of the psychological field in France is no longer in doubt. In order to allow all researchers, sociologists and historians of education psychology among others, to better navigate the maze of Alfred Binet publications, the Binet Archive offers readers a tool that brings together majority of investigations (numbering 108) conducted by Binet in his career investigator from 1883 to 1911. Special attention was paid to restore the institutions in which Binet was operating the instruments and tests that it mobilized, the test subjects on which he passed the tests.

Top of page

Full text

  • 1 La quasi-totalité des articles et des œuvres d’Alfred Binet sont aujourd’hui disponibles sur le Web (...)

1Alfred Binet (1857-1911) publia 15 livres (dont un en anglais) entre 1886 et 1909, soit un livre tous les ans et demi (3985 pages imprimées et des volumes de 265 pages en moyenne). Le contributeur le plus prolifique de la Revue Philosophique y publia 64 articles et recensions entre 1880 et 1907 (933 pages cumulées ; des articles de 15 pages en moyenne). Il ralentira sa production pour la Revue Philosophique au moment de créer et de diriger L’Année Psychologique au milieu des années 1890. Binet ne ménageait jamais ses efforts pour produire toujours plus de mémoires originaux et d’analyses bibliographiques pour la revue qu’il dirigeait. On dénombre 119 articles et comptes-rendus parus entre 1895 et 1911, soit un peu plus de 7 articles et une moyenne de 213 pages par volume et par an (pour un total de 3405 pages publiées dans L’Année Psychologique). Avec un total de 10 000 pages publiées, A. Binet était incontestablement l’un des psychologues les plus prolifiques de son temps1.

L’élaboration du corpus

2Plusieurs publications font parfois référence à une même série d’expériences identifiables. À l’inverse, une publication unique expose parfois plusieurs séries d’épreuves et développe des méthodes d’approche distinctes (questionnaire, interrogatoire, épreuve de test, mesures anthropométriques...). Nous avons été attentif à dénombrer toutes les expériences pratiquées par Binet, en les regroupant d’après les échantillons de sujets, les sites d’expérimentation, les instruments mobilisés et enfin l’objet et les thèmes de la recherche. Lorsqu’une même enquête est citée à plusieurs reprises dans des publications variées (livres ou articles), on s’est efforcé de recouper les informations et de mentionner toutes les références à une seule et même enquête. Le nombre de références dédiées à une même enquête est un indice de la place qu’elle occupait dans la réflexion de l’expérimentateur.
Le tableau fait apparaître l’ensemble des publications de Binet axées sur une démarche de terrain, quantitative ou qualitative, expérimentale ou clinique, sur grande échelle ou en face-à-face, sur la base d’un échantillon de quelques sujets, ou de plusieurs dizaines voire de plusieurs centaines de candidats. Au départ de chaque article, Binet déroulait une problématique, un protocole d’expérimentation minutieusement explicité, des méthodes de travail souvent associées à des appareils de mesure et à des épreuves. Il décrivait la passation des épreuves, le comportement des candidats, les variations apportées à la mise en scène ; il photographiait les candidats ; il établissait des moyennes, des tableaux et des graphiques ; il s’appuyait sur des sources annexes, les dossiers médicaux et scolaires par exemple ; enfin, il esquissait des ébauches d’interprétation des résultats.
Ce travail de recensement des expérimentations permet d’affirmer que la majorité des travaux publiés par Binet impliquait une démarche empirique. Binet était incontestablement un expérimentateur, qui méritait d’être étudié en tant que tel. Le premier enseignement de ce tableau confirme la priorité donnée par Binet à l’expérimentation. La méthode expérimentale, sous ces différentes facettes : que ce soit l’hypnose, la psychométrie (esthésiométrie et dynamogénie), l’anthropométrie (anatomie et céphalométrie), arrive largement en tête des méthodes d’investigation psychologiques promues par Binet. Les autres méthodes, comme l’introspection provoquée, l’entretien ou encore le questionnaire, sont des méthodes d’expérimentation mineures, souvent utilisées en appoint. La question centrale que ce tableau laisse entrevoir est de comprendre comment Binet a transformé progressivement son cadre expérimental au fur et à mesure de sa trajectoire, afin de dépasser les apories inhérentes à l’utilisation des deux méthodes en concurrence pour le monopole de la production et de l’interprétation des faits psychologiques : la démarche clinique d’une part et l’approche expérimentale de l’autre. Une grande partie de l’originalité et de l’indépendance des recherches d’A. Binet tenaient justement à sa capacité à ne pas se laisser enfermer dans l’un ou dans l’autre des deux paradigmes dominants.Toutes les études cliniques, se présentant comme une synthèse d’observations médicales de deuxième main, ainsi que les rares études philosophiques publiées par Binet, qui avaient en commun de ne pas reposer sur une enquête de terrain, un protocole d’expérimentation, la passation d’épreuves standardisées et la constitution d’un échantillon de sujets, ont été exclus de ce corpus. Les études érudites de psychopathologie et de philosophie ne représentaient du reste qu’une part infime des travaux publiés par Binet. L’expérimentation occupait l’essentiel de ses préoccupations. La psychopathologie du fétichisme sexuel, la philosophie du corps-esprit et le théâtre médical lui offraient un exutoire pour donner libre cours à sa créativité intellectuelle débordante. Quant aux techniques de l’entretien ou du questionnaire, elles faisaient parfois partie intégrante de la démarche expérimentale. L’entretien oral permettait à Binet de recueillir le ressenti de ses sujets de laboratoire après les épreuves. Quant aux personnalités culturelles comme les dramaturges, Binet engageait sa recherche par une « causerie » qui donnait lieu, dans un second temps seulement, à des mensurations et à des tests. La méthode du questionnaire a été, à un petit nombre de reprises, associée à la passation de quelques épreuves. Un questionnaire était ainsi mené après une épreuve d’exposition à une gravure afin de demander au candidat ce qu’il pouvait décrire de ce qu’il avait vu.

Stratégie éditoriale et polyvalence méthodologique

3Hormis son premier livre La psychologie du raisonnement et son opuscule de philosophie L’âme et le corps, tous ses ouvrages font référence à un ou à plusieurs terrains d’enquête. Chaque livre de Binet peut donc être référencé plusieurs fois d’après la diversité des terrains d’enquête abordés. Multiplier les publications dans des registres variés (articles universitaires, articles en direction d’un public lettré, livres, bulletins de sociétés savantes) faisait partie de la stratégie éditoriale du psychologue. Les publications multiples décrivant ses expériences permettent de compléter les recoupements et d’identifier toujours plus précisément les terrains d’enquête dans leurs spécificités (lieu, échantillon, méthode et type d’épreuves). Binet avait en effet l’habitude de publier ses enquêtes dans des revues diverses. Il réservait l’exclusivité de ses travaux à la Revue Philosophique ou à L’Année Psychologique, sans pour autant négliger les revues des sociétés savantes et des académies, les revues de vulgarisation scientifique, les revues littéraires.
Il est délicat de parvenir à une comptabilité rigoureuse des expériences menées par Binet. Une partie d’entre elles n’a donné lieu à aucune publication. Certaines expériences sont mentionnées furtivement sans faire l’objet d’une monographie détaillée. C’est notamment le cas dans certains ouvrages où Binet évoque, sans s’y arrêter longuement, certaines expériences, dont les résultats alimentent son argumentation. La plupart des articles recensés correspondent à une monographie détaillée d’une expérimentation. Mais il faut envisager l’idée que certains articles rassemblent une myriade d’épreuves et évoquent quantité d’expériences menées sur des publics distincts et sur des sites éloignés.
La polyvalence méthodologique d’Alfred Binet consistait à combiner plusieurs méthodes d’approche et à varier la grandeur de ses échantillons de sujets. L’article intitulé « l’intensité des images mentales » de 1887, au carrefour du somnambulisme et de la psychométrie, recourait à l’hypnose et à la suggestion verbale, au dynamomètre et au chronomètre, sur trois femmes hystériques (Binet, 1887). Les études de 1894 combinaient à nouveau plusieurs méthodes pour étoffer l’hypothèse d’une mémoire visuelle géométrique chez les joueurs d’échecs d’exception : le questionnaire, les expériences de laboratoire et enfin l’observation directe. Binet observait en effet des parties de jeu « à l’aveugle » au Cercle des Echecs du café de la Régence (Binet, 1894, p. 222).
À d’autres reprises, Binet menait une épreuve unique ou quelques rares épreuves sur un public identique à des intervalles de temps donnés, qui se comptaient en semaine ou en mois. Binet se concentrait alors sur une analyse diachronique des résultats donnés par un petit nombre de sujets, suivis dans la durée. Binet n’était pas seulement attentif à la structure des résultats de ses tests. Il s’intéressait aussi à l’évolution dynamique des performances des candidats au fur et à mesure de la répétition des épreuves. En 1892, il réunit quelques cas d’audition colorée à son laboratoire, notamment un professeur d’université, un jeune avocat et une aquarelliste pour leur faire passer une batterie de tests (mémoire des chiffres, temps de réaction, association d’une voyelle et d’une couleur) qui sont autant de prétextes pour analyser en profondeur l’alphabet coloré des différents candidats. Les mêmes épreuves furent répétées à six mois d’intervalle pour contrôler les résultats (Beaunis, Binet, 1892). Les épreuves du test de 1900, « Attention et Adaptation », furent répétées tous les jours pendant 2 mois (Binet, 1900). L’étude menée sur ses deux filles fonctionne ici comme un cas-limite de cette orientation (Andrieu, 2011).
À d’autres moments, Binet jugeait plus pertinent d’élargir le nombre des épreuves à faire passer et le nombre de candidats. Sa recherche prenait alors une tournure synchronique et quantitative. À l’école primaire, il optait alors pour une passation collective des épreuves en classe, orchestrée par le directeur de l’école. Les élèves étaient alors plusieurs centaines à passer l’épreuve collectivement.
Dans les écoles, l’échantillon variait donc d’une dizaine à plusieurs centaines de sujets selon la question posée et la méthode adoptée. Lorsqu’il faisait passer une épreuve de mémoire des chiffres, de mémoire des mots ou de mémoire d’un texte dans les années 1894-1895, Binet mobilisait respectivement 380 et 510 écoliers candidats (Binet, Henri V., 1895a & 1895b). Seules les épreuves de mesures anatomiques, particulièrement rapides à effectuer, notamment les études céphalométriques, rassemblaient plus d’une centaine de sujets. En 1906, au moment de l’ouverture du laboratoire de pédagogie de la rue Grange-aux-Belles, dans le cadre de la création d’un carnet sanitaire pour chaque écolier, Binet fit réaliser une série de mesures (la taille, le poids, la largeur d’épaule et la tête) sur près de 553 garçons et filles des deux écoles primaires voisines (Binet, Simon, 1906).

La souplesse du dispositif expérimental

4Grâce à ce corpus, on peut embrasser ainsi du regard la disparité des thèmes et des terrains de recherche et, en même temps, la cohérence des quatre unités principales d’étude du psychologue au cours de sa carrière : la psychopathologie de l’hystérie sous hypnose, la psychométrie du corps et de l’esprit (des fonctions organiques et des aptitudes psychiques), la psychologie de l’enfant et enfin la psychiatrie des aliénés. Ces unités de recherche relativement homogènes ne signifient pas que chacune d’entre elles associe exclusivement un terrain, une méthode, un instrument et un public d’expérimentation. Les publics ou les instruments d’expérimentation sont utilisés dans des objectifs de recherche variés. Les filles de Binet lui ont permis d’approcher la psychologie du développement et de l’enfance durant leurs premières années ; elles ont ensuite servi de sujets d’expérience parmi d’autres au sein de son vaste programme de psychométrie individuelle ; au seuil de leur adolescence, le projet de Binet s’est affiné et il a alors condensé tout son travail vers l’établissement d’une typologie des formes d’intelligence en rupture avec l’associationnisme (Huteau, 2003). Les femmes hystériques servirent à Binet pour ses expériences d’hypnose puis, une fois la vogue de l’hypnotisme sur le déclin, elles furent mobilisées pour des expériences de dédoublement de la conscience d’une part et de psychométrie d’autre part.
Les écoles primaires furent ensuite un terrain d’expérimentation où Binet s’employa à affiner de multiples méthodes dérivées de l’anatomie, de la physiologie, de l’anthropométrie et de la psychométrie avant d’aboutir à l’échelle métrique de l’intelligence – aboutissement de 25 ans d’expérimentations. En quatrième lieu, les visites d’Alfred Binet dans les asiles de province où officiait son collaborateur T. Simon donnaient lieu à des interrogatoires multiformes avec les aliénés. Les entretiens semi-directifs qu’il menait recouraient sans distinction à toutes les méthodes précédemment employées : manœuvres d’hypnose et épreuves de psychométrie, expériences tirées du test d’intelligence, questions de culture générale et observations in situ.
Ce sens pratique de l’expérimentation le portait à manier avec souplesse le choix des lieux d’enquête, la mise en scène des expériences, le traitement des résultats, la construction des échantillons de sujets. Ce qui lui a permis d’inventer un dispositif à la fois clinique et expérimental pour approcher les performances et les lacunes cognitives des enfants. Loin de chercher à clôturer et enfermer le travail entrepris en son temps par A. Binet, gageons que cette tentative de rassembler l’ensemble de ses expérimentations permette de rendre justice à la richesse et à la souplesse d’une démarche empirique inédite puis, dans un deuxième temps, de construire les paramètres fondamentaux du dispositif expérimental inauguré par le psychologue français.

  • 2 (table, chaise, bouteille, cheval, parties du corps humain), aux gravures et aux photographies de L (...)
  • 3 (couteau, cheval, lampe, pendule, pain, table, oiseau, maison, poupée, chien, loup, eau, voiture, o (...)
  • 4 chagrin, faim, soif, colère, jalousie, amour, malheur, fatigue, sommeil, froid, chaud, peur

Titre de la publication

Les lieux d’expérimentation

Les problématiques : thèmes et concepts

Les méthodes : instruments et épreuves

Le raisonnement dans les perceptions (1883) ; L’hallucination : a) Recherches théoriques ; b) Recherches expérimentales (1884) RP

Hôpital Sainte-Anne ;

Hôpital de la Salpêtrière.

Psychiatrie et psycho-pathologie de l’hystérie.

Perception ; sensation ; association ; illusion et hallucination de la vue.

Epreuves de perception ; interposition d’un écran opaque, d’un prisme, d’un miroir et d’une lorgnette ; suggestions d’hallucinations visuelles (oiseau, serpent, enfant…).

L’hypnotisme chez les hystériques : le transfert (1885) ; Hypnotisme et responsabilité (1885) ; La polarisation psychique (1885) RP

Avec C. Féré

Hôpital de la Salpêtrière.

Psycho-pathologie de l’hystérie.

Transfert et polarisation.

Hypnose et suggestion ;

Utilisation d’agents modifiant la sensibilité (esthésiogènes) : diapason, tambour, gong, lampe, paquet de fulmicoton, aimant.

Recherches expérimentales sur la physiologie des mouvements chez les hystériques (1887) RP

Avec C. Féré

Hôpital de la Salpêtrière ;

Hôpital de Bicêtre.

Psycho-pathologie de l’hystérie et psychométrie.

Kinesthésie et proprioperception ; Double personnalité et inconscience.

Hypnose ;

Bander les yeux, interposer l’écran opaque ; Epreuve du poids ; dynamomètre ;

courants électriques ; Exercice d’écriture à l’aide d’un crayon.

Recherches sur les altérations de la conscience chez les hystériques (1889) RP

Hôpital de la Salpêtrière.

Psycho-pathologie de l’hystérie et psychométrie.

Kinesthésie et proprioperception ; Double personnalité et inconscience.

Sans hypnose ;

Bander les yeux, interposer l’écran opaque ;

Epreuves à l’aide d’une boite d’allumette, d’une épingle, d’un porte-monnaie, d’une plume ; dynamomètre ; compas de Weber.

L’intensité des images mentales (1887) RP

Hôpital de la Salpêtrière.

Psycho-pathologie de l’hystérie et psychométrie.

Hypnose et suggestion ;

Dynamomètre ;

Présentation d’un disque rouge, d’une clef ;

Temps de réaction (Jastrow).

La vision mentale (1889) RP

Hôpital de la Salpêtrière.

Psycho-pathologie de l’hystérie : la perception.

Association entre l’excitation périphérique d’une zone anesthésique et les impressions visuelles sous forme d’images.

Suggestion d’une croix rouge sur une feuille blanche.

Ecran opaque ; piqûre avec la pointe d’un compas ; placer dans la main anesthésique du sujet une clef, un dynamomètre, un porte-plume.

Recherches sur les mouvements volontaires dans l’anesthésie hystérique (1889) RP

Hôpital de la Salpêtrière.

Psycho-pathologie de l’hystérie.

Hémianesthésie.

Dynamomètre ; méthode graphique ; temps de réaction.

La concurrence des états psychologiques (1890) RP

Laboratoire de la Sorbonne

Hôpital de la Salpêtrière.

Psychologie individuelle

Dédoublement du moi.

L’épreuve associe une pression musculaire répétée en rythme (un tube en caoutchouc est relié à un appareil enregistreur) avec la réalisation d’une opération arithmétique à voix haute.

Recherches sur les mouvements chez quelques jeunes enfants (1890) RP

Au domicile, dans la chambre des petites filles.

Psychologie de l’enfant et du développement.

La coordination des mouvements de la marche ; la bilatéralité des mouvements ; l’automatisme ; les temps physiologiques de réactions (à l’aide d’un signal sonore donné par un métronome ou un diapason).

La perception des longueurs et des nombres chez quelques petits enfants (1890) RP

Au domicile.

Psychologie de l’enfant et du développement.

Exposition aux gravures et aux photographies de L’expression des émotions de Darwin.

Leçon de choses ou de mots.

Perception d’enfants (1890) RP

Au domicile.

Psychologie de l’enfant et du développement.

Perception des couleurs et des formes ; étude des rêves d’enfant entre fiction et réalité ; genèse du sentiment du moi.

Identifier des couleurs : éducation de la sensibilité chromatique.

Matériel : écheveaux de laine de différentes couleurs.

Exposition à des dessins2 ; leçon de choses3 et d’impressions4.

La psychologie des auteurs dramatiques (1894) AP

Au domicile des dramaturges.

Les conditions de l’imagination créatrice.

Entretien directif sous la forme d’un questionnaire.

La psychologie de la prestidigitation (1894) AP

Au Laboratoire de la Sorbonne : démonstrations des prestidigitateurs.

A la Station physiologique de Paris : photographie des tours.

Illusion des sens.

Les procédés de la prestidigitation (prise de l’attention, escamotage, substitution et dissimulation d’objets).

Entretiens, correspondances et observations.

Collaboration de Georges Demeny pour photographier les tours à l’aide d’un chronophotographe.

La mémoire des joueurs d’échecs qui jouent sans voir (1894) AP

Retranscription d’un témoignage écrit.

Les grandes mémoires.

Un questionnaire par correspondance publié dans le journal d’échec La Stratégie.

Enquête sur le caractère des enfants (1894)

Ecoles primaires.

Données recueillies par correspondance. Dans le cadre de la S.L.E.P.E.

Psychologie de l’enfant. Les renseignements demandés concernent :

L’âge, le sexe, le développement physique, la mémoire, l’intelligence (à travers les « notes générales »), l’attention volontaire, la conduite, l’esprit d’observation, le jugement, l’imagination, les aptitudes particulières, la moralité, la sensibilité, la personnalité active ou passive, égoïste ou altruiste.

Un questionnaire à remplir par les instituteurs.

De la suggestibilité naturelle chez les enfants (1894)

Ecole primaire.

Psychologie de l’enfant. L’impressionnabilité des enfants en fonction de leur âge.

Epreuve de la longueur des lignes.

Recherches sur le développement de la mémoire visuelle des enfants (1894)

Ecoles primaires de Paris.

Psychologie de l’enfant.

Mémoire visuelle des longueurs

Présentation d’un ligne sur un carton blanc à reproduire de mémoire à la main ou à identifier par une série de longueurs (méthode des gammes).

Reverse illusions of orientation (1894) Psy. Review

Correspondances et entretiens.

Illusions des sens. Désorientation dans l’espace.

Observations et témoignages de première main recueillis auprès de collègues de laboratoires en psychologie et en physiologie.

La mesure des illusions visuelles chez les enfants (1895)

Ecole primaire.

Psychologie de l’enfant.

Illusion des sens.

Procédé de Müller-Lyers.

La mémoire des mots (1895) AP

Avec V. Henri

Ecoles primaires de Paris.

Laboratoire de la Sorbonne.

Psychologie de l’enfant et de l’adulte : la mémoire.

Méthode collective, en classe, supervisé par le directeur de l’école. Celui-ci dicte une liste de mots que les élèves doivent mémoriser et écrire sur papier ensuite.

Faite par Binet, l’expérience consistait à lire 7 séries de 7 mots puis à demander au sujet de se remémorer le maximum des 49 mots entendus.

La mémoire des phrases (1895) AP

Avec V. Henri

4 écoles primaires élémentaires de Paris.

Psychologie de l’enfant et de l’adulte : la mémoire.

Méthode collective en classe. Après la lecture d’un texte par le professeur, les élèves le réécrivent de mémoire.

La peur chez les enfants (1896) AP

Ecoles primaires.

Sentiment de la peur et caractéristiques physiques et psychiques des enfants.

Questionnaires adressés à des centaines d’instituteurs via les inspecteurs d’académie ; entretiens avec des adultes ; observations personnelles auprès de proche et de la famille.

Le paradoxe de Diderot (1897) AP

Visites à domicile de 9 comédiens.

La thèse de Diderot consiste à considérer que les acteurs brillants demeurent insensibles dans l’interprétation de leur personnage, tandis que les acteurs médiocres sont sensibles et affectés par le personnage qu’il joue. Binet fait réagir divers comédiens sur cette opinion controversée.

Entretiens oraux et correspondances écrites.

La psychologie à l’école primaire (1898) AP

Avec N. Vaschide

Ecole primaire du 5ème arrondissement (Directeur M. Michel). Février-mars-avril 1897.

Mesure de la force physique et recherche de corrélation avec les données anatomiques.

40 épreuves.

Expériences de force musculaire et de fond chez les jeunes garçons (1898) AP

Avec N. Vaschide

Ecole primaire du 5ème arrondissement (Directeur M. Michel).

Mesurer la force musculaire au repos et à l’effort. Variation du contexte de réalisation des épreuves au dynamomètre : dans le cabinet du directeur le matin, sur l’estrade après l’école.

Pression de la main (simple et répétée) au dynamomètre (ordinaire de Régnier) ; prise du pouls mesure de la taille ; souffler une bougie à distance ; traction verticale du dynamomètre ; soulever un poids de 2 kg 40 fois par minute (rythme donné par le métronome) à l’ergographe de Mosso ; la corde lisse.

Epreuves de vitesse chez les jeunes garçons (1898) AP

Avec N. Vaschide

Ecole primaire du 5ème arrondissement (Directeur M. Michel).

Mesurer la rapidité d’exécution des mouvements demandés.

Les épreuves au programme :

- Les temps de réaction simple au chronomètre de d’Arsonval ;

- Les temps de réaction de choix (presser si le bruit correspond à celui-ci de la boîte, à écarter s’il s’agit du bruit du livre) ;

- L’épreuve des petits points ;

- La course.

La mesure de la force musculaire chez les jeunes gens. La force de la pression de la main, la traction, la corde lisse, le saut (1898) AP

Avec N. Vaschide

Ecole primaire du 5ème arrondissement (Directeur M. Michel) ; école normale d’instituteurs de Versailles.

Mesurer la force et l’effort musculaire.

Force de pression de la main (le dynamomètre ordinaire, le dynamomètre de puissance), traction verticale ; corde lisse ; saut en hauteur.

Épreuves de vitesse chez les jeunes garçons (1898) AP

Avec N. Vaschide

Ecole primaire du 5ème arrondissement (Directeur M. Michel).

Mesure de la vitesse.

Les temps de réaction (simple et au choix) à l’aide du chronomètre de D’Arsonval ; la course ; l’expérience des petits points ; les temps de réaction à l’aide du dynamomètre.

Expériences sur la respiration et la circulation du sang chez les jeunes garçons (1898)

Av. Vaschide

Ecole primaire du 5ème arrondissement (Directeur M. Michel)

La fonction respiratoire et la fonction circulatoire. Recherche sur les données anatomiques et les performances respiratoires et cardiaques des écoliers

Battements respiratoires, pouls et saturation.

Périmètre de la poitrine à nu et amplitude respiratoire à l’aide du ruban métrique ; capacité vitale à l’aide du spiromètre (de Dupont) ; extinction d’une bougie par le souffle ;

Mesure du pouls radial (pendant 15 secondes) ; le pouls émotionnel ; le dynamomètre 5 fois main droite, cinq fois main gauche ; prise du pouls après diverses épreuves : comme la corde lisse, la course.

Mesure de la saturation à l’aide du pléthysmographe à transmission de Marey (appareil de Hallion et Comte).

Mesures anatomiques chez 40 jeunes garçons (1898) AP

Avec N. Vaschide

Ecole primaire du 5ème arrondissement (Directeur M. Michel).

Mesure des données anatomiques de base.

Poids ; taille ; amplitude du pas ; mesure des caractères physiques généraux : le poids, la taille, la grandeur de la main, de la tête et de différentes parties du corps.

Corrélation des épreuves physiques (1898) AP

Avec N. Vaschide

Ecole primaire du 5ème arrondissement (Directeur M. Michel).

Mise en correspondance de toutes les épreuves précédentes et des données anatomiques.

Dynamomètre main droite ; traction verticale ; flexions à l’ergographe ; temps de réaction simple et au choix ; petits points ; mémoire des chiffres ; ordre intellectuel (rang dans la classe) ; course ; perche ; petits points ;

Poids, taille, périmètre du poignet et du bras et du thorax, capacité vitale, amplitude respiratoire, pouls émotionnel.

La physiologie du muscle dans les expériences de vitesse (1898) AP

Avec N. Vaschide

Ecole primaire du 5ème arrondissement (Directeur M. Michel).

L’intensité des flexions et des contractions musculaires à l’effort.

Ergographe.

L’effort respiratoire pendant les expériences à l’ergographe (1898) AP

Avec N. Vaschide

Ecole normale d’instituteurs de Versailles (Inspecteur d’académie M. Pestelard).

Mesurer l’intensité de l’effort en croisant les résultats de deux instruments.

L’ergographe comptabilise les flexions tandis que le pneumographe enregistre les respirations.

Description dense de la relation d’expérimentation à travers les expressions du visage, la coloration de la figure, de la peau et des mains, le tremblement ; et aussi : les changements d’amplitude de la pupille, les changement du rythme respiratoire et cardiaque.

Réparation de la fatigue musculaire (1898) AP

Avec N. Vaschide

Ecole Normale d’instituteurs de Versailles (Inspecteur d’académie M. Pestelard).

Corrélation entre la fatigue physique et l’épuisement musculaire.

Soulever un poids à l’ergographe jusqu’à l’épuisement. Le nombre de soulèvement et les valeurs extrêmes sont mesurés.

Un nouvel ergographe, dit ergographe à ressort (1898)

Ecole Normale d’instituteurs de Versailles (Inspecteur d’académie M. Pestelard) : prison pour femmes de Clermont (inspecteur Granier).

Présentation des avantages du nouvel appareil de mesure sur une série d’élèves ayant déjà expérimenté l’ergographe à poids de Mosso.

Expérience l’ergographe à ressort (et non à poids) conçu par Binet.

La consommation de pain oendant une année scolaire (1898)

Ecole Normale d’instituteurs de Versailles (Inspecteur d’académie M. Pestelard) : prison pour femmes de Clermont (inspecteur Granier).

Saisir la variation de la consommation de pain suivant les saisons.

Calculé par l’économe ou l’inspecteur des établissements.

La suggestibilité du point de vue de la psychologie individuelle 

(1899)

Ecole primaire du 5ème arrondissement (Directeur M. Michel).

Suggestibilité et suggestion des enfants.

(Reprise de l’enquête commencée avec V. Henri).

Méthode collective (en classe) dirigée par le directeur de l’école.

Epreuves de longueur de lignes.

Attention et adaptation (1900)

Ecole primaire de Paris (directeur de l’école M. Baltenweck). Novembre 1899-janvier 1900.

Mesurer l’attention volontaire à travers des expériences menées chaque jour pendant 2 mois.

Les 10 épreuves au programme :

1) la relation entre la sensibilité tactile et l’intelligence. Compas de Weber ; 2) Temps de réaction au chronomètre de d’Arsonval ; 3) les petits points ; 4) & 5) Comptabiliser les battements du métronome et percevoir les variations de rythme ; 6) Copier des séries de chiffres et de phrases à l’obturateur 7) Mémoriser une série de consonnes 8) Mémoriser une liste de dessin à l’obturateur 9) barrer des lettres dans un texte 10) Réaliser plusieurs addition en même temps.

Recherches sur la sensibilité tactile pendant l’état de distraction (1900)

A domicile.

L’influence de la distraction sur la finesse de la sensibilité tactile.

Méthode du compas de Weber. Le sujet est invité à calculer des additions pendant l’épreuve.

Technique de l’esthésiométrie (1901)

Ecole primaire.

Mesure de la sensibilité de la peau.

Compas de Weber : la méthode mixte des variations minima et des cas vrais et faux.

Recherches sur la technique de la mensuration de la tête vivante (1901)

Ecoles primaires de Paris et de province. Juillet 1900.

Céphalométrie.

Dimensions de la tête.

Le compas-glissière et le compas d’épaisseur (Maison Collin) : la malette anthropométrique Topinard.

Études préliminaires de céphalométrie sur 59 enfants d’intelligence inégale, choisis dans les écoles primaires de la ville de Paris (1901)

Ecoles primaires de Paris et de province. Juillet 1900.

Céphalométrie.

Dimensions de la tête.

Le compas-glissière et le compas d’épaisseur (Maison Collin) : la malette anthropométrique Topinard.

Recherches complémentaires de céphalométrie sur 100 enfants d’intelligence inégale (1901)

Ecoles primaires de Seine-et-Marne.

Céphalométrie.

Dimension de la tête et d’autres indicateurs.

Le compas-glissière et le compas d’épaisseur (Maison Collin) : la malette anthropométrique Topinard ; la taille ; la force musculaire au dynamomètre.

Recherches de céphalométrie sur 26 enfants d’élite et arriérés des écoles de Seine-et-Marne (1901)

Ecoles primaires de Seine-et-Marne.

Céphalométrie.

Dimensions de la tête.

Le compas-glissière et le compas d’épaisseur (Maison Collin) : la malette anthropométrique Topinard.

Recherches de céphalométrie sur 50 enfants d’élite et arriérés (1901)

Ecoles primaires de Seine-et-Marne.

Céphalométrie.

Dimensions de la tête.

Le compas-glissière et le compas d’épaisseur (Maison Collin) : la malette anthropométrique Topinard.

Recherches de céphalométrie sur 60 enfants d’élite et arriérés (1901)

Ecoles primaires de Paris.

Céphalométrie.

Dimensions de la tête.

Le compas-glissière et le compas d’épaisseur (Maison Collin) : la malette anthropométrique Topinard .

L’observateur et l’imaginatif (1901)

A domicile. Reprise de l’investigation en juillet 1899.

Psychologie individuelle. Herméneutique des types d’intelligence

Description des penchants de la personnalité vers l’observation, vers l’imagination.

Un nouvel appareil pour la mesure de la suggestibilité (1901)

Laboratoire de la Sorbonne

Psychométrie.

Mesurer la suggestibilité et l’automatisme des mouvements.

Un appareil graphique à roues.

La croissance du crâne et de la face chez les normaux, entre 4 et 18 ans (1902)

Ecoles maternelles, écoles primaires élémentaires de Paris, école primaire supérieure et écoles normales d’instituteurs. Aide de l’inspecteur M. Flamant.

Céphalométrie.

Le développement de la taille du crane de 4 à 18 ans.

Le compas-glissière et le compas d’épaisseur (Maison Collin) Les mesures réalisées sont celles du « système de Broca » : taille ; diamètre antéro-postérieur, métopique, transversal, vertical, frontal biauriculaire, bizygomatique ; hauteur du nez et du menton, rayon mentonnier, sous-nasal, nasal, ophryaque, métopique.

Les proportions du crâne chez les aveugles (1902)

L’Institution nationale des jeunes aveugles des Invalides (octobre-novembre 1901) ; l’école Braille à Saint-Mandé (décembre 1901).

Céphalométrie.

Dimensions de la tête de jeunes aveugles de deux écoles et comparaison avec les élèves des écoles primaires de Paris.

Le compas-glissière et le compas d’épaisseur (Maison Collin) Diamètre antéro-postérieur et transversal ;

A l’école de Braille : diamètre biauriculaire, frontal, vertical, bizygomatique, bigoniaque, hauteur du nez, hauteur du menton.

Les proportions du crâne chez les sourds-muets (1902)

L’Institut national d’Asnières des sourds-muets (Directeur M. Baguer).

Céphalométrie.

Dimensions de la tête de jeunes sourds et muets.

Le compas-glissière et le compas d’épaisseur (Maison Collin) Diamètre antéro-postérieur, transversal, biauriculaire, frontal, vertical, bizygomatique, bigoniaque, métopique, hauteur du nez, hauteur du menton, rayon ophryonique-auriculaire.

Le vocabulaire et l’idéation (1902) AP

Au domicile.

Psychologie individuelle. Formes d’intelligence et types d’idéation (observateur et imaginatif) sont étudiés à travers la richesse du vocabulaire employé par les candidates.

Les candidates sont invitées à énumérer vingt mots et sont ensuite interrogées sur les associations entre les mots.

L’écriture pendant les états d’excitation artificielle (1903) AP

Au laboratoire de la Sorbonne (novembre 1902)

Psychométrie.

Changement de l’écriture en fonction de la nervosité et de l’excitation du sujet.

Formuler une phrase et transposer les voyelles (changer le a par le e, le e par le i, le i par le u…).

Les simplistes (1903) AP

Elèves du primaire et adultes. Février 1901

Esthésiométrie. Description du type simpliste.

Le compas-glissière et le nouvel esthésiomètre conçu par Binet.

Les distraits (1903) AP

Au laboratoire, à domicile.

Esthésiométrie. Description du type distrait.

Le compas-glissière et le nouvel esthésiomètre conçu par Binet

Les interprétateurs (1903) AP

Au domicile (cabinet de travail à Meudon) ; au laboratoire de la Sorbonne.

Esthésiométrie. Description du type interprétateur.

Le compas-glissière et le nouvel esthésiomètre conçu par Binet.

De la sensation à l’intelligence (1903) RP

Au domicile ; au laboratoire de la Sorbonne.

Esthésiométrie.

Perception et comparaison des sensations tactiles.

Le compas-glissière (de Weber).

La création littéraire. Portrait psychologique de M. Paul Hervieu (1904) AP

Au domicile de l’enquêté.

Une enquête sur les conditions de l’imagination créatrice commencée il y a 12 ans en compagnie de son ami et collaborateur, feu Jacques Passy.

Une étude de cas d’un dramaturge. Méthode anthropologique de Broca : mesure de la tête, de la taille, de la force musculaire, épreuves sur la suggestibilité et l’idéation. Et surtout entretien. Sous la forme d’une « causerie ».

La graphologie et ses révélations sur le sexe, l’âge et l’intelligence (1904) AP

Par correspondance.

Eprouver la fiabilité scientifique de la graphologie en confrontant des experts graphologues à des lettres où ils doivent découvrir le sexe de l’épistolier.

Crépieux-Jamin et Eloy ont bien voulu se plier à l’exercice en tant qu’«  experts ». Les adresses ont aussi été étudiées par une quinzaine de personnes, dont des enfants et des instituteurs (avec la collaboration de M. Belot, inspecteur primaire de la Seine).

Recherches sur la fatigue intellectuelle scolaire et la mesure qui peut en être faîte au moyen de l’esthésiomètre (1905) AP

Ecoles primaires de Paris (rues Grange-aux-Belles, Louis-Blanc, Saint-Maur, des Récollets, des Ecluses Saint Martin, de la Jusienne, Vicq d’Azir, av. de la République, des Minimes, des Jeûneurs).

Est-ce que la fatigue produit un émoussement de la sensibilité tactile ?

Ecran opaque ; le compas de Weber est remplacé par des aiguilles plantées dans du carton.

Les instituteurs candidats à l’utilisation de l’esthésiomètre ont été formé au maniement de l’instrument dans trois groupes distincts (sous la direction de l’inspecteur M. Belot et de l’inspectrice Mme Rauber et de la directrice de l’Ecole normale d’institutrices de la Seine Mlle Billotey).

Entre deux séries d’épreuves de sensibilité tactile, les élèves s’attelaient à un exercice exigeant une concentration intellectuelle prolongée.

Enquête sur le mode d’existence des sujets sortis d’une école d’arriérés (1905) AP

Avec T. Simon

Ecole des filles arriérées de la Salpêtrière (Mme Meusy, directrice).

Psychologie des enfants « anormaux ». Enquête administrative.

Qu’est ce que deviennent les enfants sortant de l’école d’arriérées de la Salpêtrière en termes professionnelles ?

Les enfants sortants se partagent entre ceux exerçant une profession (12), ceux rendues à leur famille (28) et les enfants transférés dans un autre service (60).

Méthodes nouvelles pour le diagnostic du niveau intellectuel des anormaux de l’intelligence ; Application des méthodes nouvelles au diagnostic du niveau intellectuel chez des enfants normaux et anormaux d’hospice et d’école primaire (1905) AP

Avec T. Simon

A la Salpêtrière : l’école des filles arriérées (Mme Meusy) et les arriérés profonds du service Voisin. Ecoles primaires de Paris.

Psychologie des enfants « anormaux », diagnostic et dépistage. Première version du test d’intelligence.

Présentation des 30 épreuves du test d’intelligence.

Coordination des mouvements de la tête et des yeux, préhension, imitation de gestes simples ;

Indiquer certaines parties du corps, désigner les objets sur une gravure, nommer des objets désignés ;

Comparer deux lignes d’inégale longueur, répéter trois chiffres, comparer deux poids, épreuves de suggestibilité (sur une gravure : « Où est le patapoum ? »), définir des objets familiers du quotidien, répéter des phrases, comparer des objets ;

Mémoriser des images, dessiner de mémoire des figures géométriques, répéter une liste de chiffres, comparer des objets, comparer des lignes, ordonner cinq poids ;

Trouver des rimes ; texte à trou ; construire une phrase à partir de trois mots ; répondre à une question abstraite ; donner l’heure en intervertissant les deux aiguilles, dessiner des formes géométriques, définir des termes abstraits.

La misère physiologique et la misère sociale (1906) AP

Av T. Simon

Ecole primaire de garçons et laboratoire de pédagogie de la rue Grange-aux-Belles (M. Vaney, directeur) ; école primaire de filles du même quartier (directrice Mme Nespoulous).

Psychologie scolaire. Examiner les enfants dans le cadre du carnet sanitaire individuel, au triple point de vue : médical, anthropologique et physiologique.

Quatre mesures au programme :

Taille, poids, diamètre biacromial (avec le compas d’épaisseur), tête (crâne : diamètre antéro-postérieur, transversal, frontal minimum, biauriculaire, hauteur verticale ; face : distance ophryo-sous-mentonnière, et sous-naso-sous-mentionnière, diamètre bizygomatique).

Recherches de pédagogie scientifique (1906) AP

Avec V. Vaney et T. Simon

Laboratoire-école du 36, rue Granges-aux-Belles. Ecoles primaires de Paris. Ecoles normales d’instituteurs.

Présentation des premières expériences menées par le laboratoire : l’examen pédagogique de la vision, de l’audition, de l’attitude correcte pour écrire

Avec le concours de Pierre Bonnier.

Les appareils dont dispose le laboratoire : la toise, le dynamomètre, le spiromètre, le compas d’épaisseur, le tambour et le cylindre enregistreur de Marey, les tableaux pour la mesure de l’acuité visuelle, les instruments pour la mesure de l’acuité auditive, les méthodes qui permettent d’étudier l’attention, la mémoire, l’imagination, le jugement. Une balance automatique.

Une enquête sur l’évolution de l’enseignement de la philosophie (1908) AP

Avec T. Simon

Correspondance.

L’intérêt et la place de l’enseignement de la philosophie dans les lycées.

Questionnaire.

Le développement de l’intelligence chez les enfants (1908)

Asile Saint-Anne, La Salpêtrière, écoles primaires et écoles maternelles de Paris.

Présentation de la version longue du test d’intelligence.

57 épreuves au programme pour diagnostiquer l’âge mental des candidats.

L’intelligence des imbéciles (1909) AP

Avec T. Simon

Colonie agricole de Perray-Vaucluse.

Psychopathologie des « anormaux ».

Recueil d’observations et d’expérimentations sur une série d’enfants et d’adultes internés.

Des épreuves tirées des expériences de psychométrie et de plusieurs versions du test d’intelligence ; des entretiens semi-directifs ; des observations.

Epreuves consacrées à l’attention volontaire :

- Poser pour une photographie ;

- Vitesse des mouvements (à l’aide d’une boîte à musique)

- Temps de réaction : répondre le plus tôt possible à un signal ;

- Evocation libre du plus grand nombre possible de mots ;

- Répétition immédiate d’une série de chiffres.

Autres

- Inviter les enfants à écrire ;

- Ordonner des poids (5 boîtes de 10 à 15 grammes)

- Examen de la sensibilité à la douleur : piqûres.

- Examen des associations d’idées : pour un mot prononcé par l’opérateur, le candidat doit en répondre par un autre ;

- Présentation d’une gravure ;

- Définition de mots ;

- Puzzle avec des figures géométriques ;

- Epreuve de suggestibilité : le remplissage d’une sébille ; confusion entre chaise et tire-bouchon ; suggestion d’un chien, d’un général, d’un vol ;

- Questions de culture générale (Pasteur, Gambetta, Victor Hugo, Thiers etc.).

Nouvelle théorie psychologique et clinique de la démence (1909) AP

Avec T. Simon

Colonie agricole de Perray-Vaucluse.

Psychopathologie des « anormaux ». Démence paralytique et démence sénile.

Recueil d’observations et d’expérimentations sur une série d’enfants et d’adultes internés.

35 épreuves de l’échelle métrique de l’intelligence ; des entretiens semi-directifs ; suggestions de vol et de reconnaissance de dette.

La psychologie artistique de Tade Styrka (1909)

Au laboratoire de la Sorbonne. Au domicile et à l’atelier du sujet.

Les conditions de l’imagination créatrice : étude approfondie d’un peintre.

Epreuve de psychométrie ; entretiens semi-directifs ; observation à l’atelier de l’artiste.

Etude sur l’art d’enseigner la parole aux sourds-muets (1909)

Institution nationale des sourds-muets ; institut départemental d’Asnières.

Le devenir des enfants sourds-muets après leur scolarité et les vertus de l’enseignement oral.

Enquête administrative pour évaluer le nombre d’enfants qui ont acquis le langage parler à l’issue de leur scolarité.

La folie maniaque dépressive (1910) AP

Avec T. Simon

Asile de Saint-Yon.

Psychopathologie de la folie. Description clinique de la pathologie.

Observations de malades.

La folie systématisée (1910) AP

Avec T. Simon

Asile de Saint-Yon.

Psychopathologie de la folie. Description clinique de la pathologie.

Une observation de malade.

Les démences (1910) AP

Avec T. Simon

Asile de Saint-Yon.

Psychopathologie de la folie. Description clinique de la pathologie.

Les épreuves du test d’intelligence ; des observations de malades.

Les 79 enquêtes d’Alfred Binet :
tableau récapitulatif des lieux, des thèmes, des méthodes et des sujets d’expérience

Top of page

Bibliography

Andrieu, B. (2011). Madeleine ou Marguerite, quel sujet psychologique chez Alfred Binet ? Bulletin de psychologie, tome 64 (3), 513, 213-218.

Avanzini, G. (1969). Alfred Binet et la pédagogie scientifique. Paris : J. Vrin.

Bonah C. (2007). L’expérimentation humaine. Discours et pratiques en France, 1900-1940. Préfacé par Susan E. Lederer. Paris : Les Belles Lettres.

Binet, A. (1887). L’intensité des images mentales, La Revue Philosophique de la France et de l’Etranger, 23, 473-497.

Binet, A., & Beaunis H. (1892). Recherches expérimentales sur deux cas d’audition colorée, La Revue Philosophique de la France et de l’Etranger, 34, 448-461.

Binet A. (1894). La mémoire des joueurs d’échec qui jouent sans voir. La Revue Philosophique de la France et de l’Etranger, 37, 222-228.

Binet A. (1900). Attention et adaptation. L’Année Psychologique, 6, 248-404.

Binet A., & Henri V. (1895a). La mémoire des mots. L’Année Psychologique. 1, 1-23.

Binet A., & Henri V. (1895b). La mémoire des phrases. L’Année Psychologique. 1, 24-59.

Binet A., & Simon T. (1905). Application des méthodes nouvelles au diagnostic du niveau intellectuel chez des enfants normaux et anormaux d’hospice et d’école primaire, L’Année Psychologique, 11, 245-336.

Binet A., & Simon T. (1906). La misère physiologique et la misère sociale. L’Année Psychologique, 12, 1-24.

Carroy J. (1991). Hypnose, suggestion et psychologie. L’invention des sujets, Paris : P.U.F., 1991.

Klein A., (2009). La philosophie scientifique d’Alfred Binet, Revue d’histoire des sciences, 62/2, juillet-décembre, pp. 29-50.

Huteau M. (2002). Psychologie, psychiatrie et société sous la troisième République. La biocratie d’Edouard Toulouse (1865-1947), Paris : L’Harmattan, coll. « Histoire des sciences humaines », 2002.

Huteau M. (2007). L’étude de l’intelligence : nouveauté et portée de l’œuvre d’Alfred Binet. Bulletin de psychologie, 490, 357-370.

Muchielli L. (1998/2004). Aux origines de la psychologie universitaire en France (1870-1900) : enjeux intellectuels, contexte politique, réseaux et stratégies d’alliance autour de la Revue Philosophique de Théodule Ribot. Annals of science, 55, 263-289 ; In Mythes et histoire des sciences humaines, Paris : La Découverte, 199-232.

Nicolas, S. (2000). A. Binet et l’enseignement supérieur. Cahiers Alfred Binet, 662, 37-62.

Ohayon A. (1999). L’impossible rencontre. Psychologie et psychanalyse en France, 1919-1939, Paris : La Découverte.

Pinell, P. (1995). L’invention de l’échelle métrique de l’intelligence. Actes de la recherche en sciences sociales, 108, 19-35.

Plas, R. (2000). Régine, Naissance d’une science humaine : la Psychologie. Les Psychologues et le « merveilleux psychique », Rennes : PUR.

Top of page

Notes

1 La quasi-totalité des articles et des œuvres d’Alfred Binet sont aujourd’hui disponibles sur le Web. Bernard Andrieu (2011) et Serge Nicolas (2000) ont construit un site (https://www.sites.google.com/site/alfredbinet18571911-/home/œuvre) où ils recensent dans l’ordre chronologique toutes les publications du psychologue. Les liens hypertextes renvoient généralement vers Gallica (le site de la BNF), Archive.org ou le site de la Bibliothèque Interuniversitaire de Santé Paris-Descartes. Les abréviations retenues font références aux trois principales revues où publiait A. Binet : R. P. pour La Revue Philosophique de la France et de l’Etranger, A. P. pour L’Année Psychologique et enfin S. L. E. P. E. pour Bulletin de la Société Libre pour l’Etude Psychologique de l’Enfance.

2 (table, chaise, bouteille, cheval, parties du corps humain), aux gravures et aux photographies de L’expression des émotions de Darwin

3 (couteau, cheval, lampe, pendule, pain, table, oiseau, maison, poupée, chien, loup, eau, voiture, omnibus, fauteuil, bouteille, crayon, ballon, chapeau, fleur, ver de terre, village, colimaçon, bottines, boite, morceau de sucre, mouchoir, bouche, doigt, ficelle)

4 chagrin, faim, soif, colère, jalousie, amour, malheur, fatigue, sommeil, froid, chaud, peur

Top of page

References

Bibliographical reference

Loig Le Sonn, « Les 108 enquêtes d’Alfred Binet :
Le corpus des expérimentations menées entre 1884 et 1911
 », Recherches & éducations, 14 | 2015, 165-202.

Electronic reference

Loig Le Sonn, « Les 108 enquêtes d’Alfred Binet :
Le corpus des expérimentations menées entre 1884 et 1911
 », Recherches & éducations [Online], 14 | Octobre 2015, Online since 07 June 2016, connection on 23 September 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/2457

Top of page

About the author

Loig Le Sonn

Doctorant, EA 3626 TEC
Université Paris Descartes

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org