Navigation – Plan du site

Léopold Paquay, Philippe Perrenoud, Marguerite Altet, Richard Etienne, Julie Desjardins (2014, eds).
Travail réel des enseignants et formation.

Louvain la Neuve : De Boeck, 255 p.
Eric Flavier
p. 205-208

Texte intégral

1Que font les enseignants dans leurs classes ? Comment les enseignants agissent-ils au quotidien pour parvenir à concilier, dans un même temps et dans un même lieu, des apprentissages multiples, divers et variés à destination d’un public, qui en dépit de la constitution de classes censées apporter un minimum d’unité, se caractérise par son immense hétérogénéité et ses besoins tout aussi singuliers ? Plus ardue encore semble être la mission des formateurs ayant la charge de préparer les enseignants de demain à l’exercice de leur métier. Faisant très rapidement leur le postulat, aujourd’hui largement accepté, selon lequel le travail réel des enseignants ne recouvre ni totalement ni exclusivement le travail prescrit, les coordonnateurs et contributeurs de cet ouvrage collectif interrogent les pratiques de formation dans la manière dont elles appréhendent et intègrent cette irréductibilité. Cet écart, dont il n’est ni possible ni souhaitable qu’il soit irrémédiablement comblé, impacte significativement la formation et l’apprentissage du métier d’enseignant de par la complexité qu’il engendre. Ainsi, cet ouvrage interroge la faisabilité de former à un métier dont, encore aujourd’hui, on ne connait que partiellement le réel des pratiques professionnelles. Cette complexité est appréhendée par une diversité de regards.
D’abord celle des contextes. Les contributions font référence aux curriculums et aux cursus de formation en vigueur dans la francophonie : Suisse, Belgique, France ou encore Québec. Partout les récentes réformes de la formation des enseignants ont imposé la compétence comme un axe central de réflexion. Partout l’universitarisation de la formation professionnelle se révèle être une tendance forte faisant de la prise en compte du travail réel un défi majeur. Ainsi, cette diversité des contextes offre à chacun l’opportunité de sortir de l’isolement dans lequel pourraient le plonger les spécificités inhérentes au système éducatif et formatif local. Cette diversité est aussi celle des entrées et de la manière de poser la question de l’articulation entre le réel et le prescrit. La place de la recherche n’est pas toujours centrale : tantôt comptes rendus de recherche, les chapitres proposés prennent aussi parfois la forme de témoignages de formateurs ou de synthèse visant à défendre une conception ou un courant de pensée. Cette diversité est enfin celle des approches et cadres théoriques auxquels sont sous-tendues les thèses défendues par les auteurs. Néanmoins, nombreuses sont les références à la didactique professionnelle (Pastré) ou à la clinique de l’activité (Clot) en comparaison d’autres orientations, moins présentes dans cet ouvrage, qui revendiquent également cet intérêt marqué pour une analyse du travail réel des professionnels.
L’ouvrage compte douze chapitres, comme autant de contributions individuelles et singulières, réunies dans deux parties : « Construction de cursus de formation et références au travail enseignant » (cinq chapitres) et « Analyser le travail enseignant pour former les enseignants : dispositifs et questionnements » (sept chapitres). Cette structuration en deux parties se caractérise tout à la fois par une relative étanchéité entre les parties, mais aussi une certaine perméabilité. En effet, en se centrant d’abord sur les cursus, puis sur la place de l’analyse du travail enseignant en formation, l’ouvrage offre deux regards bien distincts sur l’articulation entre le prescrit et le réel dans le métier d’enseignant : une entrée par les attentes et les objectifs et une entrée par ce qui se fait en situation de travail. Néanmoins, le lien étroit, voire l’indissociabilité, entre ces deux regards confère une forte cohérence à l’ensemble des chapitres de cet ouvrage.
Le texte s’ouvre par une introduction conséquente qui s’attache à repositionner le sujet dans le paysages des débats actuels sur la place que peut/doit occuper la dimension pratique du métier d’enseignant dans les cursus de formation. Elle reprend les principaux objets de controverse du moment : l’universitarisation des formations professionnelles d’enseignants, l’impact d’un adossement de plus en plus marqué à des référentiels de compétences pour penser, concevoir et réaliser la formation des enseignants ou encore la place de l’analyse du travail en formation initiale. Les dernières pages de l’introduction présentent de manière synthétique et claire les idées forces de chacun des douze chapitres.
La première partie porte la focale sur les cursus de formation et appréhende plus particulièrement la mise en tension entre le travail réel et le travail prescrit sous l’angle des référentiels de compétences et des objectifs visés par les formations. Trois des cinq chapitres de cette partie sont directement adossés à des dispositifs ou cursus de formation des enseignants faisant la part belle à la prise en compte du travail réel des enseignants. Dans cette perspective, le chapitre 4 montre le processus d’élaboration d’un cursus de formation intégrant, en articulation étroite les dimensions pratique et théorique ainsi que la pratique par les stages. Les chapitres 2 et 3 se positionnent sur le niveau des dispositifs, c’est-à-dire des modalités concrètes de mise en œuvre admettant l’introduction du travail réel des enseignants dans les pratiques de formation selon des entrées radicalement différentes : le recours à la vidéo présentant des séquences d’enseignement pour l’un, le truchement des représentations sociales pour l’autre. Dans les deux cas, il s’agit de faire réagir les enseignants en formation à ce qui leur est donné à voir, à interpréter, à analyser en relation avec les pratiques d’enseignement. Enfin, cette première partie propose également deux chapitres qui prennent un peu plus de recul. Patrick Rayou et Philippe Perrenoud nous y présentent une analyse fine et scrupuleuse de ces rapports compliqués qu’entretient le métier d’enseignant dans ses réalités avec les prescriptions qui l’organisent et le délimitent. Face à l’enthousiasme presque sans limite qui caractérise le discours, parfois militant, qui est celui de cet ouvrage, le chapitre 5 apporte la nuance nécessaire dans la possibilité de prendre en compte le travail réel de l’enseignement en formation. En dépit de volontés fortes soutenant ce processus, l’auteur s’attache à identifier les obstacles liés à cette prise en compte du travail réel faisant de celle-ci une pratique pas aussi sérieusement et rigoureusement ancrée qu’il ne semble y paraitre.
La seconde partie de l’ouvrage est plus développée. Comptant sept chapitres, elle est également plus proche des pratiques d’enseignement et de formation au travers de comptes rendus de recherches présentant de nombreuses données, notamment des verbatim d’entretiens avec des enseignants, conférant ainsi dynamisme, vitalité et sentiment « d’être dans la classe ». Au final, ce sont six dispositifs de formation centrés sur le travail réel des enseignants que le lecteur découvrira tout au long de cette seconde partie. Dépassant la seule description fonctionnelle, la présentation de ces dispositifs s’inscrit dans le cadre d’analyses minutieuses indexées à des démarches de recherche ou de recherche-action. Le chapitre 6 échappe néanmoins quelque peu à cette logique en positionnant le débat sur des questions de fond. Il développe ainsi une analyse critique à l’égard des modèles de formation dominant jugés comme porteur d’une « image idéale, voire irréaliste du métier » d’enseignant, et fait de l’analyse ergonomique de l’activité une alternative heuristique. Plus largement, cette seconde partie de l’ouvrage laisse entrevoir deux questions centrales et récurrentes. La première est celle de l’accessibilité du travail réel des enseignants à des enseignants en formation. Leur expérience professionnelle encore faible opère comme une limite à leur capacité d’identification du réel du métier d’enseignant. En d’autres termes, est posée la question de savoir à quel réel ces enseignants en formation ont-ils accès. Il en découle directement la seconde question relative au choix du réel auquel la formation va confronter ces enseignants en formation. Dans quelle mesure le travail réel d’un enseignant expérimenté est-il intelligible pour un enseignant en formation ne disposant pas du même bagage expérientiel ? La confrontation à des pratiques enseignantes de pairs offre alors de meilleures perspectives susceptibles de soutenir l’apprentissage du métier et le développement professionnel ?
Dépourvu de conclusion générale, l’ouvrage pourra nourrir le sentiment d’une réflexion inachevée ou tout au moins celui du manque d’une clôture temporaire chez le lecteur qui le parcourra du début à la fin, suivant l’ordre des chapitres. Néanmoins, cet écueil n’est que d’apparence pour deux raisons. La première tient à l’objet même qui est au centre de cet ouvrage. En effet, la question, d’actualité comme nous avons pu le relever plus haut, tend à s’affirmer comme l’un des axes majeurs de réflexion dans le champ de la formation des enseignants. Elle est encore aujourd’hui en pleine effervescence et ne saurait être circonscrite totalement dans un texte qui se voudrait en offrir une lecture exhaustive. La seconde raison est liée à la structure même de l’ouvrage : chaque contribution pouvant être lue indépendamment des autres.
En conclusion, une lecture stimulante qui saura intéresser tout autant le chercheur soucieux d’élargir son champ de connaissances sur le sujet, que le formateur souhaitant faire évoluer ses pratiques. Ce dernier y trouvera des pistes de réflexion, mais aussi des inspirations plus concrètes au travers des exemples de dispositifs qui sont proposés et analysés tout au long de l’ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eric Flavier, « Léopold Paquay, Philippe Perrenoud, Marguerite Altet, Richard Etienne, Julie Desjardins (2014, eds).
Travail réel des enseignants et formation.
 », Recherches & éducations, 14 | 2015, 205-208.

Référence électronique

Eric Flavier, « Léopold Paquay, Philippe Perrenoud, Marguerite Altet, Richard Etienne, Julie Desjardins (2014, eds).
Travail réel des enseignants et formation.
 », Recherches & éducations [En ligne], 14 | Octobre 2015, mis en ligne le 07 juin 2016, consulté le 28 juin 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/2462

Haut de page

Auteur

Eric Flavier

Université de Strasbourg, LISEC EA 2310

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org