Navigation – Plan du site

Alexandre Fontaine (2015).
Aux heures suisses de l’école républicaine.

Paris : Demopolis, 310 p.
Xavier Riondet
p. 209-212

Texte intégral

  • 1 La fin de cette partie traite des références mêlées de la revue L’Educateur et rappelle tout l’inté (...)
  • 2 Repères biographiques d’Alexandre Daguet (1816-1894), autobiographie inédit de Daguet, chronologie (...)
  • 3 Transferts culturels et histoire globale ; transferts éducationnels, éducation comparée et circulat (...)

1Historien suisse formé aux transferts culturels, Alexandre Fontaine est actuellement membre associé de l’UMR 8547 "Pays germaniques - Transferts culturels" de l’ENS-Ulm et enseigne à l’Université de Genève (FPSE). L’ouvrage en présence, prolongement d’une thèse menée en cotutelle internationale, invite à considérer l’émergence de l’école républicaine à la fin du XIXe siècle non comme un début mais comme un résultat, et plus particulièrement comme un produit complexe.
Avec la préface de l’historien Michel Espagne, le lecteur pourra rapidement saisir la spécificité de l’objet qu’il aura entre les mains : le livre de Fontaine se distingue par sa sensibilité à différents processus (resémantisations, réinterprétations, constitutions de manuels et circulation de conceptions pédagogiques) dont la mise en évidence permet de défendre l’idée que la construction des systèmes nationaux est le résultat d’ « absorptions » et de « réinterprétations ». Les amateurs reconnaîtront ici les jeux de langage propres à l’épistémologie des transferts culturels, mais les néophytes devront bien comprendre qu’il ne s’agit pas d’une manière spécifique de parler mais d’un positionnement très spécifique.
L’épistémologie des transferts culturels repose sur la prise en compte d’un objet ou d’une pratique a dans un contexte A qui va circuler d’un espace à un autre, dans un contexte B, sous l’action d’un passeur x dans des conditions y (lecture d’un ouvrage, compréhension d’un fait ou usage particulier). Dans ce contexte B particulier, soumis à des déterminations particulières, l’objet ou la pratique a va être reçu d’une certaine manière, interprété, re-traduit, et donner lieu à un objet ou une pratique a’, qui ne sera jamais identique, puisqu’émergeant à travers un processus de re-sémantisation, s’adaptant à un nouveau contexte, se mêlant à d’autres éléments (c’est le cas de la diffusion d’une œuvre après une traduction, c’est la cas de l’importation d’une technique pédagogique, etc.). Par conséquent, cette fine grille d’analyse et de lecture exige une ouverture culturelle et linguistique, une approche particulière des sources, des phénomènes de circulation, et une connaissance exigeante des contextes en jeu, ainsi qu’une grande attention. Cette attention consiste à ne pas essentialiser, réifier, chosifier, une œuvre ou une pratique, mais de penser en termes de re-traduction, de prolifération et de déclinaison. Cette attention prend garde à ne pas faire revenir, sous une autre forme, le règne de l’origine et de la grande figure, au bénéfice d’un regard sur les nuances, les flux, les multiplicités, ainsi que les commencements, parfois fruits du hasard et des circonstances.
Cet ouvrage, dont le postulat de départ est de considérer la pédagogie comme un transfert culturel, se compose de trois parties. La première partie est intitulée « Relier les espaces pédagogiques ». Dans un premier temps, l’auteur rappelle comment Jullien de Paris tente, dans la première partie du XIXe siècle, de relier les esprits éclairés en éducation et de constituer un inventaire international des méthodes et usages scolaires dans l’Ouest Européen. L’échec dans son projet d’imposer une même éducation internationale pour tous serait dû à une conception lacunaire du transfert. Tout l’ouvrage va mettre en exergue comment un transfert fonctionne et réussit. Pour ce faire, Fontaine évoquera d’innombrables réseaux et voyages pour rendre compte des différentes déclinaisons de l’enseignement mutuel, cette méthode venue de Madras, retraduits selon les besoins, les contingences politiques, dans des contextes bien différents. Puis, à travers l’itinéraire du pédagogue suisse Alexandre Daguet, l’auteur nous mène vers des thématiques comme la réciprocité : d’une part, ce que certains français vont chercher à reprendre de la Suisse mais, d’autre part, ce qui localement va être possible grâce à ces arrivées et ces passages.
L’arrivée des républicains français en Suisse suite au Coup d’Etat du 2 décembre 1851 est un événement majeur pour saisir le titre du livre et sa richesse (montrer qu’un des événements majeurs de l’histoire française – l’Ecole de la IIIe République – a émergé suite à divers transferts culturels avec la Suisse). Ces républicains français vont s’inscrire dans ce déjà-là traversé de circulations et d’effervescence pédagogique. Si Quinet, Buisson et Barni, exilés en Suisse sous le Second Empire, ont joué un rôle fondamental dans le transfert de pratiques scolaires vers Paris (en tant que spectateur attentif d’une expérience plurielle suisse), d’autres passeurs, médiateurs, ont également œuvré. L’ouvrage trace sous nos yeux le fil de la circulation d’idées, d’objets et de pratiques d’un contexte à un autre.
La deuxième partie traite des internationalismes et du métissage des savoirs scolaires. Dans un premier temps, la focal est portée sur l’organisation de réseaux, d’associations et d’espaces d’expression1 mettant en lien les personnes et les idées, et induisant progressivement une réflexion au sujet d’une éducation internationale. Puis, en creux de ces échanges intensifs, Fontaine décrit les multiples connexions pédagogiques à l’œuvre dans l’espace franco-romand, évoquant le recrutement made in Switzerland de certains intellectuels et pédagogues romands en France (Rod, Tissot, Vuillet, Gauthey, Guillaume, etc.) et les visites françaises en Suisse. A cette occasion, le lecteur en saura davantage sur les Suisses du Dictionnaire Buisson, événement majeur de notre mémoire scolaire française.
Dans la troisième partie (« Réinterpréter ad usum Galliae ») Fontaine se demande quels transferts ont été favorisés par les éducateurs français de la Suisse à la France. Cette partie fait émerger des problématiques stimulantes. Différentes études de cas montrent la réinterprétation des éléments de morale laïque de l’espace helvétique vers la France. L’auteur traite également de la circulation du Cours du Père Girard en France et l’ « inévitable transformation sémantique » (p. 181) à l’œuvre sous l’action de médiateurs (aménagement du propos, constitution d’un nouvel objet) faisant ressortir l’impossible question d’ « un import terme à terme » dans un autre contexte. L’auteur procède ensuite de la même manière par rapport à la gymnastique et l’éducation physique. Le lecteur en apprendra davantage sur la formation des bataillons scolaires et l’institutionnalisation des colonies de vacances. La spécificité de cette partie est de réfléchir à l’emprunt. Cette pratique ne semble pas poser de problèmes jusque la moitié du XIXe siècle où l’enjeu devient alors de revendiquer un soi-disant particulier en développant des stratégies pour se défaire d’une origine toujours trop bavarde.
En conclusion Fontaine évoque un enjeu crucial pour l’historien : remettre la figure de l’étranger au centre des débats. S’ensuivent de nombreuses pages stimulantes autour de la critique de l’idée de « modèle » qui fige, essentialise, épure et déhistoricise l’approche des systèmes scolaires. Partisan d’une attention aux connections et aux métissages, il propose un regard critique sur le paradigme comparatiste, qui par sa spécificité épistémologique participe à cette concurrence entre nations au détriment d’un regard favorable envers l’Autre, l’étranger. L’ouvrage repose sur une variété de sources (archives publiques, archives privées, situées en France, en Suisse) et le lecteur se réjouira des annexes fournies2 et des nombreuses indications bibliographiques, regroupées en plusieurs thématiques3 à la fin de l’ouvrage.
Ce livre ouvre un espace de réflexions non négligeable sur l’histoire de l’Ecole Républicaine française en constituant une invitation à ne pas considérer les espaces nationaux comme des entités déconnectées du monde (et des mondes). En cela, de nombreuses recherches resteraient à mener pour rendre compte de l’histoire de l’Ecole républicaine émergeant dans un empire colonial (renvoyant à différents espaces : en Afrique du Nord, dans la Caraïbe, etc.). C’est donc toute une multitude de connexions et d’emprunts qu’il resterait à décrire dans ce contexte ainsi que des débats, des tensions et des luttes.
Il y a bien des destinées différentes pour un livre : il peut procurer un effet immédiat (plaisir ou agacement), puis être rangé rapidement dans un coin de bibliothèque ou avoir d’autres utilités (équilibrer une table bancale). Tout en renvoyant chacun à sa propre étrangeté dans un monde complexe, la grande force du livre de Fontaine est de nous ouvrir les yeux sur le réel (les multiples facettes des individus, les bigarrures du quotidien, la coexistence sous-estimée de différentes références, la complexité des problématiques) dans un contexte où les débats contemporains manquent souvent de profondeur historique et de subtilité, empêchant de fait de tracer une ligne de démarcation entre les idées vraies et les idées fausses. C’est là sans doute l’immense espoir qui émerge de ce livre.

Haut de page

Notes

1 La fin de cette partie traite des références mêlées de la revue L’Educateur et rappelle tout l’intérêt que doit porter l’histoire de l’éducation à l’étude des presses pédagogiques pour saisir à sa juste mesure les phénomènes de circulations transnationales des savoirs pédagogiques.

2 Repères biographiques d’Alexandre Daguet (1816-1894), autobiographie inédit de Daguet, chronologie de la pédagogie franco-romande.

3 Transferts culturels et histoire globale ; transferts éducationnels, éducation comparée et circulations des savoirs pédagogiques ; littératures nationales, construction culturelle, identités nationales et régionales ; Société et éducation en France ; Société et éducation en Suisse ; Articles et études consacrées à Daguet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xavier Riondet, « Alexandre Fontaine (2015).
Aux heures suisses de l’école républicaine.
 », Recherches & éducations, 14 | 2015, 209-212.

Référence électronique

Xavier Riondet, « Alexandre Fontaine (2015).
Aux heures suisses de l’école républicaine.
 », Recherches & éducations [En ligne], 14 | Octobre 2015, mis en ligne le 07 juin 2016, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/2463

Haut de page

Auteur

Xavier Riondet

Université de Lorraine
Laboratoire Inter-universitaire des Sciences de l’Éducation et de l’Information (LISEC) Équipe Normes et Valeur

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org