Navigation – Plan du site
DOSSIER

Processus d’émancipation et mise en récit de l’expérience migratoire clandestine

Letitia Trifanescu
p. 141-153

Résumés

Cet article se propose d’associer l’émancipation à l’expérience sociale et, plus particulièrement aux parcours de vie. Ce qui nous intéresse c’est le processus émancipatoire et ses liens de co-construction avec l’expérience vécue, tels qu’ils apparaissent au travers des procédés de narrativité. Notre ancrage empirique est celui d’une recherche sur les parcours biographiques de migration clandestine de femmes. Nos repères épistémologiques sont ceux de Paulo Freire, Rancière et Alfred Schütz, qui nous permettront de traiter de l’émancipation au niveau de sa dynamique de construction tout au long du parcours de vie. Les récits de migration seront donc analysés au travers de leurs modalités d’organisation narrative, qui peuvent mettre en exergue des logiques émancipatoires. Processus d’émancipation et processus de formation et transformation de soi peuvent dès lors être associés dans une même dynamique de construction de soi de l’individu, mise en évidence lors du travail narratif autour de l’expérience.

Haut de page

Texte intégral

1L’émancipation sera explorée ici en tant que processus, que nous tenterons de décrire et d’argumenter à partir de l’expérience sociale. Nous analyserons l’expérience de migration clandestine en tant qu’espace d’émancipation et de (trans)formation de soi. Pour cela, nous avons privilégié la narrativité comme prisme à travers lequel la migration prend les contours d’un projet de soi, un projet d’émancipation, à l’encontre d’une logique dominante (Trifanescu, 2014). Nous commencerons par clarifier le contexte empirique de recueil des données, ainsi que les positions épistémologiques au regard desquelles nous formulons cette réflexion. Il s’agit d’une philosophie éducative et sociale qui place l’émancipation en lien étroit avec l’agir humain et ses finalités. De même, un des principaux piliers théoriques utilisés ici est le paradigme biographique en éducation, qui s’est constitué en angle d’analyse pertinent des processus émancipatoires liés aux parcours clandestins de femmes, tels qu’ils apparaissent au travers des dispositifs narratifs. Enfin, nous nous appuierons sur cette analyse de l’organisation des récits de migration pour explorer les rapports possibles entre émancipation et (trans)formation de soi tout au long de la vie.

Contexte empirique

  • 1 . Toutes ayant une maitrise suffisante de la langue française pour que cela ne constitue pas un bia (...)
  • 2 . Ils ont été complétés par des données supplémentaires, qui ne seront pas exploitées dans le cadre (...)

2Les réflexions privilégiées ici sont issues d’une recherche de terrain sur les parcours féminins de migration clandestine. Réalisée dans le cadre d’une thèse de doctorat en Sciences de l’éducation, celle-ci s’est articulée autour des dynamiques formatives liées aux parcours biographiques de migration précaire et à l’émergence - dans ce contexte de précarité - des formes de subjectivité. Plus précisément, comment les individus se positionnent-ils en tant que sujets, lorsqu’ils sont en situation de migration précaire ? En quoi cette expérience et ses enjeux individuels et sociétaux, contribue-t-elle à développer un processus de (trans)formation de soi et de ses univers de référence ? Nous avons choisi de travailler avec des femmes en situation irrégulière, arrivées en France du continent africain, des demandeuses d’asile, femmes « sans-papiers » et en régularisation temporaire1, sans droit d’accès au travail ni à la formation, avec la modeste ambition de tracer le portrait de migrantes clandestines autrement qu’à travers leur vulnérabilité face au système sociopolitique. Car une fois cette vulnérabilité établie, nous nous posions la question de son appropriation par l’individu, de la manière dont elle s’inscrit dans une histoire personnelle. Aucun autre critère d’âge ou de nationalité n’a donc été retenu, car l’objectif était de faire prévaloir une posture qualitative de recherche et ainsi se focaliser sur la teneur compréhensive que peut avoir la parole subjective. Pour y parvenir il fallait aller à la rencontre de personnes vivant dans l’ombre et en permanence préoccupées à ne pas faire sentir leur présence sur un territoire où elles n’ont pas le droit légal de vivre. Il fallait également créer la possibilité de recueillir leur parole dans un cadre adapté où ce sentiment d’illégitimité perturbe le moins possible une expression de soi véritable. Ce sont deux associations d’aide aux migrants qui nous ont facilité la démarche, en nous accueillant dans leurs locaux. Durant neuf mois de présence sur le terrain, onze récits de vie individuels ont été recueillis au moyen d’entretiens de recherche biographique2, réalisés en deux temps. Premièrement, ces entretiens non directifs approfondis, nous ont permis de retracer les expériences de migration précaire, sous le sens et la forme narrative de leur appropriation par les sujets. Dans un deuxième temps - et dans une posture de considération des subjectivités individuelles - nous avons voulu interroger les participantes à la recherche sur les éventuels aspects formateurs qu’elles associeraient au parcours migratoire qu’elles ont choisi.
Le point qui nous intéresse ici concerne la dimension émancipatoire qui se révèle être associée à ces parcours. Notre propos s’articule autour de conclusions que nous avons relevées suite à l’analyse des dispositifs narratifs et qui rejoignent nos questions de recherche initiales, tout en les dépassant. Il est fondé par une première observation, qui nous est apparue dès les premiers temps du travail sur les récits. Les femmes rencontrées ont choisi de quitter leurs pays d’origine pour des raisons qui se sont toutes avérées être liées à des formes de domination masculine et familiale, à caractère sociopolitique. Les conditions maritales, familiales, juridiques et administratives dans lesquelles elles vivaient, s’apparentaient à des configurations de domination et de privation de pouvoir d’agir. Dans cet article nous poserons l’idée que se positionner comme sujet au regard de ce vécu signifie inverser ces rapports de domination et s’approprier les contraintes imposées de telle manière à reprendre le pouvoir sur sa propre existence. Être sujet serait donc ici une posture d’émancipation, qui se construit par des postures d’action et de résistance.

Facettes épistémologiques de l’émancipation

3Avant de regarder de plus près le concept d’émancipation dans les processus d’expérience qu’il peut imprégner, commençons par nous intéresser à ce qu’il traduit sur le plan épistémologique en sciences humaines et sociales. Dans notre perspective d’analyse des processus formateurs liés aux parcours de vie, la théorisation de Rancière sur l’émancipation intellectuelle constitue un point de départ intéressant, en ce qu’elle pose l’idée des rapports entre intelligences et volontés, ayant lieu dans des espaces de pratique et d’expérience (Rancière, 1987). Sa réflexion se déploie en deux étapes. La première est d’aborder les relations d’apprentissage et d’éducation en tant que rapports sociaux, inégalitaires de fait. Cette idée n’est pas nouvelle, la philosophie kantienne l’ayant déjà formulée avec une approche élitiste, selon laquelle ces rapports étaient obligatoirement verticaux, hiérarchisés (Kant, [1776-1787] 1993). Cependant, dans un deuxième temps, Rancière la déconstruit et s’en appuie pour définir par la même occasion ce qu’il entend par émancipation. Si pour Kant, les élites étaient les seules à pouvoir transmettre un savoir et, ce faisant, à reproduire des élites, la position de Rancière est de dire qu’il n’y a pas de rapport de subordination entre les différentes intelligences. En ce sens, il propose le concept d’émancipation comme relevant de la non obéissance, de la non soumission d’une intelligence à une autre. Malgré l’existence et la prise en compte de rapports socio-individuels inégalitaires, c’est la manière dont l’individu s’y inscrit qui détermine son entrée dans un processus émancipatoire. Il s’agit d’un positionnement adopté vis-à-vis de soi et vis-à-vis d’autrui, fondé sur des croyances au regard de soi-même, de sa place dans le monde et de ses rapports sociaux et culturels aux autres et aux sociétés. Il constitue le fondement de l’émancipation individuelle. C’est probablement pour cela que, dans ses propos ultérieurs sur le partage du sensible, Rancière associe l’émancipation aux processus de construction identitaire (Rancière, 2009). Il finit par étendre les contours de ce concept au-delà d’une forme de non-soumission à une intelligence supérieure, au-delà d’une libération de pensée ou de l’acquisition d’un savoir.

En travaillant sur l’histoire de l’émancipation ouvrière, je me suis rendu compte que celle-ci ne traduisait nullement le passage d’une ignorance à un savoir, ni l’expression d’une identité et d’une culture propres, mais plutôt une manière de traverser les frontières qui définissent les identités (Ibid., p. 572).

4S’émanciper signifie désormais plus qu’une prise de conscience sur sa condition et une volonté de s’en défaire. Cela s’apparenterait davantage à un processus pour redonner une forme nouvelle à son identité, un processus continu, qui transforme en permanence, qui adapte les contours de qui nous sommes en fonction des contextes que nous traversons.
Mais n’évacuons pas trop vite la notion de non-soumission, car si s’émanciper veut dire être dans un processus de transformation de soi, que cela dit-il de l’individu et de sa volonté, de ses motivations, de ses choix ? S’affranchir des frontières identitaires dont parle Rancière implique de choisir d’être dans la dynamique, dans le mouvement et non pas dans la stagnation ou dans l’acceptation passive d’un état de fait. Cela implique de porter un regard critique sur son passé et son présent et, sur cette base, d’anticiper l’avenir. Ce lien analytique entre les dimensions temporelles nous semble incontournable pour l’enclenchement de toute dynamique et encore plus, d’une dynamique émancipatoire et transformative. L’acceptation d’une condition donnée entraine un effort moindre que l’engagement dans une telle dynamique. Si cet engagement a lieu, cela est donc lié au surgissement d’une incohérence dans la condition respective. Schütz éclaire ce phénomène d’une manière particulièrement pertinente, en se référant précisément à la notion de choix délibéré, dans le cadre de son propos plus large sur la rationalité dans les comportements ordinaires (Schütz, 2007).

Les hommes ne s’arrêtent et ne pensent que lorsque l’enchainement d’une action est interrompu et lorsque l’absence de cohésion dans la présentation d’un problème les contraint à s’arrêter, et à penser aux voies alternatives que leur suggère leur expérience passée (Ibid., p. 50-51).

  • 3 . Celui-ci est un des points sur lesquels nos positions se rapprochent du paradigme constructiviste (...)
  • 4 . Ce qui n’équivaut pas au « choix rationnel » de Schütz (Schütz, 2007, p. 53).

5Nous n’allons pas nous attarder ici sur la notion de choix, mais la clarification qu’apporte Schütz nous est utile dans l’exploration de l’émancipation en tant que dynamique de l’individu et en tant que processus. Dans ce cadre, s’intéresser au choix permet de replacer la focale sur ce qui est au cœur de l’émancipation - l’individu, avec ses expériences passées, présentes, ses contraintes, ses rapports aux autres et ses projections d’avenir. La dimension temporelle renforce la caractéristique processuelle et transformative, car elle rappelle la présence d’étapes et de moments de bilan et de réflexion aux alternatives à envisager.
Transformation et émancipation sont donc associées dans le cadre d’un processus à travers lequel l’individu construit sa vie, sa réalité et, de manière indissociable, son identité3. Paulo Freire rappelle lui aussi que l’émancipation s’inscrit dans un processus d’aboutissement de soi de l’individu, mais il lui rajoute les notions d’autonomie et de liberté (Lenoir, 2007). L’être humain se construit tout au long de sa vie, à travers ses expériences et ce travail de construction de soi est un travail de construction de son autonomie. Pour les migrantes rencontrées, celle-ci comporte une dimension politique et idéologique. Opérer une transformation, tendre vers une subjectivation et une autonomisation, à travers une démarche émancipatoire, est pour elle indissociable d’une dénonciation politique des systèmes socioculturels et religieux de leurs pays d’origine. C’est en cela que les propos de Rancière sur la non soumission ne sont pas à écarter, car procéder à son détachement d’autrui ou d’une norme imposée socialement, dans un acte d’autonomisation, signifie refuser la soumission, l’obéissance. Pour Freire, l’individu construit son autonomie dans le but d’aboutir à une émancipation. Cette dernière est donc une finalité de l’autonomisation et, en cela, elle s’apparente à une forme de liberté. C’est une liberté (re)prise dont le fondement est l’autonomie, elle-même nourrie dans le cadre d’un processus continu de construction identitaire et de transformation de soi et de sa réalité. À travers une réflexivité ciblée4 et organisée selon des critères temporels, l’individu oriente ses actions de manière émancipatoire, c’est-à-dire de manière à donner à son parcours et à son existence future une forme cohérente, avec laquelle il puisse s’identifier.

De la narrativité : travail biographique et construction de sens

  • 5 . L’action et la praxis étant des moyens de l’émancipation.

6Cette proposition est aussi celle du paradigme biographique en éducation, qui a constitué un de nos principaux outils théoriques dans l’analyse de la mise en narrativité des parcours migratoires clandestins. Si les positions de Schütz et Freire ont tendance à se centrer autour de l’action et de la praxis5, le paradigme biographique s’inscrit dans une épistémologie de l’expérience et du sujet. La quête de cohérence de l’individu subsiste et - si elle est moins attachée au dépassement d’une perturbation dans les schémas de fonctionnement de l’existence, comme chez Schütz - elle reste néanmoins dépendante de l’expérience. Cette dernière est appropriée et réorganisée par l’individu en fonction du contexte présent donné. A travers ce travail de biographisation, l’expérience est transformée, elle change de contours, pour prendre une forme avec laquelle l’identification soit possible. En travaillant sur son expérience passée, l’individu œuvre à une reconfiguration de sa réalité présente. Il faut que les expériences passées se retrouvent dans le présent sous une forme cohérente aux yeux de l’individu tel qu’il est devenu. Construction de soi et construction du monde sont donc interdépendantes. L’individu opère une reconfiguration de son monde d’expériences, de sa réalité, mais dans un rapport de conformité identitaire avec soi-même. Inversement, transformer son expérience s’associe à une transformation de soi.
Il s’agit d’une posture herméneutique qui lie la construction identitaire aux expériences vécues, dans un mouvement d’aller-retour continu, qui s’effectue tout au long de la vie. Freire précisait que le processus d’autonomisation, en cours tout au long de la vie, était basé sur des expériences passées de liberté, de responsabilité, de décision (Lenoir, 2007). Dilthey, avant lui, avait également fait mention d’une sélection des expériences qui entrent en jeu lors du processus de transformation de soi et de construction identitaire, car toutes les expériences ne vont pas résonner de la même manière pour l’individu, dans sa quête de cohérence (Dilthey, [1883]1992). Rappelons donc la distinction entre l’allemand Erlebnis qui « désigne l’expérience vécue, celle qui advient lorsque l’on fait une expérience, [et] Erfahrung [qui désigne] l’expérience que l’on a, celle que l’on tire des expériences que l’on a faites » (Delory-Momberger, 2009, p. 23). Ce qui permet de les distinguer et de d’en identifier certaines comme étant Erfahrung est le sens attribué par l’individu concerné. Le moteur de ces allers-retours entre soi et ses expériences passées est l’attribution de sens et, de ce fait, la sélection des expériences qui intégreront la future configuration de la réalité individuelle, en cohérence avec la nouvelle configuration de soi à laquelle elle doit correspondre. Si nous suivons donc le raisonnement de Freire, dans son processus d’autonomisation, les expériences qui feront sens pour l’individu seront les expériences de responsabilité et de décision. En s’appuyant dessus, il poursuivra son travail d’achèvement en tant qu’être humain autonome, dont la finalité est l’émancipation.
Bien sûr, ces perspectives relèvent d’une épistémologie de la subjectivité et du sensible. Les processus que nous venons de citer se configurent et s’organisent différemment pour chaque individu. Leurs enjeux dépendent des contextes de vie et des expériences vécues et investies subjectivement (Erfahrung). Ce qui va déterminer leur agencement sous la forme d’un travail d’émancipation et de transformation de soi sera donc le sens que chaque individu leur attribuera. Pour le chercheur qui s’y intéresse, le sens subjectif n’est pas accessible directement. Pour y accéder, il faut traverser la frontière de la parole, de la parole partagée, communiquée dans le cadre d’un dispositif dialogique de type entretien. En ce sens, l’analyse de la narrativité présente un grand intérêt, essentiellement pour deux raisons. Premièrement, car l’organisation narrative du discours sous-tend des rapports subjectifs et de sens aux moments, aux évènements, aux contextes et à autrui. Et deuxièmement, car celle-ci renseigne sur la dynamique de mise en cohérence du passé au regard des contraintes du présent et des objectifs pour l’avenir. Elle met en scène un travail sur l’expérience qui témoigne d’un travail sur soi. Faire le récit de son expérience implique se remémorer et remettre en forme le vécu. Cela signifie identifier des moments particuliers en leur attribuant un sens par rapport au processus de construction identitaire.


C’est par le récit, [que] nous transformons les évènements, les actions et les personnes de notre vie en épisodes, en intrigues et en personnages […] Par le récit, nous nous faisons le propre personnage de notre vie et nous donnons à celle-ci une histoire. Autrement dit, nous ne faisons pas le récit de notre vie parce que nous avons une histoire ; mais au contraire, nous avons une histoire parce que nous faisons le récit de notre vie. (Delory- Momberger, 2004, p. 552). 

7C’est dans le cadre de l’histoire ainsi formulée par l’individu qu’il faut aller explorer les logiques transformatives et d’émancipation, car elles ne peuvent être identifiées qu’au niveau du sens pris par les expériences passées et par leurs configurations nouvelles.

Mise en récit de la migration clandestine des femmes

  • 6 . Ce que nous associons à la (re)construction de soi.
  • 7 . Modèle développé par Delory-Momberger (2009) à partir des catégories d’analyse de Walter H. Heinz (...)
  • 8 . Dans notre échantillon, deux cas de figure de femmes en situation irrégulière se côtoient : celle (...)
  • 9 . « C’est mon père avec la famille, ils m’ont obligée à me marier avec un homme de plus de quarante (...)
  • 10 . Terme employé par une des demandeuses d’asile rencontrées.
  • 11 . Par exemple, le mariage arrangé, l'excision ou l'interruption des études pour les femmes mariées.
  • 12 . Néanmoins, certaines figures féminines contribuent à la domination exercée par les hommes. Nous n (...)

8La migration clandestine n’en fait pas exception. En tant qu’expérience subjective racontée dans des récits biographiques, elle doit être étudiée au niveau des modalités individuelles de construction de sens qui s’opèrent lors des processus narratifs. Ces narrations sont dès lors des espaces dans lesquels les migrantes cherchent à trouver une place aux évènements vécus, une place cohérente par rapport à l’ensemble du parcours et à ses dimensions temporelles. La cohérence se présente comme un vecteur pour la construction de soi, car le parcours de vie ainsi constitué est un repère identitaire, qui fait sens. Pour elles, la (re)construction identitaire6 implique des dimensions socioculturelles et idéologiques fortes et le rapport à l’expérience se fait d’une manière territorialisée et politisée. L’analyse des narrations s’est appuyée sur une technique contextualisante, où chaque élément est interrogé après avoir été « mis en rapport avec les différents contextes constitutifs » (Paillé & Muchielli, 2008, p. 99). Les catégories d’analyse7 ont été associées aux événements biographiques, dont la réorganisation singulière à chaque récit, nous a permis de retracer les parcours dans leur forme biographiée. Ces nouvelles temporalités des parcours - qui ne correspondent pas à une chronologie factuelle - ont mis en exergue dans la structuration narrative, des postures d’action avec des enjeux identitaires.
La migration s’inscrit dès lors dans une expérience subjective d’ensemble, dans laquelle elle n’est qu’une des trajectoires qui se rencontrent dans le parcours de vie. Les matériaux recueillis rappellent les nombreuses imbrications existantes au sein d’un parcours individuel et leur agencement narratif permet d’en faire une lecture en tant que parcours de transformation de soi et d’émancipation. L’expérience migratoire des femmes est fortement dominée par la trajectoire maritale. Mariage et migration apparaissent comme indissociables, au sens où elles s’articulent autour d’une fonction de mise en mouvement de l’individu. Des moments précis dans l’expérience maritale, comme le mariage et/ou le divorce, marquent des points de non-retour, de prise de conscience et le passage vers une nouvelle posture identitaire8. Autour de ces moments s’opère une transformation de soi et un changement de logique orienté vers un besoin d’autonomie, de liberté9. Pour éclairer les mécanismes de cette transformation, il faut rappeler que la période du mariage, depuis son organisation jusqu’à sa fin, se caractérise par une absence de véritable place pour les femmes concernées. À ce stade, cela correspond à la soumission ou l’obéissance dont parlait Rancière pour décrire ce qui va à l’encontre de l’émancipation. Le pouvoir de décision et d’action est ailleurs, situé dans la famille ou la belle-famille. Les femmes ont dès lors une identité assignée (Vinsonneau, 2011), au rôle d’épouse ou de belle-fille. Cette configuration semble porteuse d’une grande précarité morale dont l’absence d’autonomie, financière et physique, est le plus souvent mentionnée. Des formes de violence physique et psychologique s’y ajoutent et font émerger un sentiment d’anormalité10 de la situation. Cet instant de prise de conscience est le premier où le vécu prend sens, le sens d’une condition subie et d’une impossible autonomie, et où la narration change d’organisation. Il s’opère un passage vers des postures et des logiques d’action. Cela se formule non pas comme un ajustement, mais comme une nécessité de rupture.
Pour certaines - les demandeuses d’asile en l’occurrence - les déclencheurs du processus émancipatoire ont une connotation culturelle encore plus forte, à travers des traditions perçues comme injustes au regard des femmes. La menace de l’organisation coutumière de mariages forcés est suffisante pour marquer la nécessité d’y échapper. La migration fait dès lors irruption dans le parcours de vie et se noue à la trajectoire maritale. Elle constitue une première entreprise personnelle, où elles agissent et décident seules, malgré le risque de la clandestinité. Dans les récits, le passage opéré vers des postures d’action équivaut au moment de basculement dans la migration. Le constat de l’anormalité de la condition précédemment vécue constitue un moment d’incohérence, où le présent n’a plus de sens au regard du passé subi et du futur envisagé. Cela engendre des questionnements quant à la définition de soi et à la place à laquelle on est assigné, des discordances et le sentiment d’une impossible identification avec les valeurs culturelles de ceux qui ont entrainé l’état de soumission. Échapper au mariage signifie alors se définir selon des règles propres, indépendantes, en tant que sujet ayant la volonté de s’attribuer un autre rôle social que celui qu’on lui a assigné. Devenir migrante signifie dès lors une mise en action vers l’autonomisation et le versant opérationnel d’une prise de décision. Cette démarche s’appuie sur deux principaux éléments, associés malgré les formes subtilement différentes qu’ils prennent dans le récit. Le premier est la dénonciation directe - à travers des formes narratives évaluatives - de croyances et de valeurs des pays d’origine, condamnées aujourd’hui par les femmes. L’histoire de vie et de migration sert à ce moment de scène pour transmettre un message au chercheur, celui d’une prise de position. Cette opposition idéologique traverse l’intégralité des récits, à des moments différents. Dans le même temps, en général indirectement, la dénonciation apparait à un autre niveau et concerne la place muette et inactive que l’on attribue à la femme, dans les sociétés d’origine, cette privation de moyens d’autonomie et d’action. Le récit biographique, devient alors performatif (Alheit & Dausien, 2005) et traduit sous forme de mots, un acte, celui d’un affranchissement, d’une non-soumission.
Il est question de s’affranchir d’une condition socioculturelle avec laquelle l’identification n’est plus possible et, au niveau narratif, cette condition est incarnée aussi par des figures marquantes. En observant la place narrative qu’elles occupent dans l’organisation du récit, il apparait que la prise de conscience dénonciatrice qui enclenche la volonté d’émancipation est ancrée sur des bases considérablement antérieures à l’émigration. L’opposition idéologique est constitutive pour l’individu et s’est construite avec lui, depuis l’enfance ou l’adolescence. Les deux processus ont avancé conjointement et la prise de distance morale avec la communauté d’origine s’est faite progressivement. À travers l’organisation narrative, le passé est convoqué dans le présent sous une forme reconfigurée dans laquelle cette construction progressive, d’une position idéologique propre, est dévoilée à la fois à l’individu et au chercheur. Les étapes de cette construction sont balisées sous la forme de ces figures qui, à travers des évènements les mettant en avant, sont devenues les vecteurs du processus de prise d’autonomie. En premier lieu, il s’agit des figures de domination, opprimantes pour la condition féminine. Pour s’y référer, les narrations dévoilent des souvenirs anciens, à caractère traumatique. L’oppression est associée généralement aux hommes, aux pères et aux oncles. Ils incarnent et appliquent des valeurs socioculturelles qui sont perçues comme allant à l’encontre de l’autonomie et du libre choix d’action des femmes11. Les configurations narratives dans lesquelles ces figures apparaissent montrent qu’autour de chaque figure masculine dominante, les figures féminines s’effacent, deviennent silencieuses et absentes. Si cela est le cas pour le passé pré-migratoire, le moment de basculement dans la migration donne aux figures féminines un rôle différent. Dans l’organisation narrative du parcours migratoire, l’émancipation semble dès lors s’enclencher non seulement pour les protagonistes principales, mais aussi pour les autres femmes ayant partagé le même sort socioculturel12. Il s’agit des mères, des sœurs, des cousines ou amies, convoquées dans les récits en tant que figures d’une identification possible. Elles sont présentées au travers d’histoires enchâssées, qui fonctionnent comme des piliers pour soutenir l’histoire principale. Les expériences de ces autrui significatifs et semblables, servent à appuyer la nécessité d’agir et de s’affranchir. Leurs histoires sont rappelées pour situer l’expérience des narratrices dans un continuum temporel, où elle devient l’objet d’une transmission trans-générationnelle, marquée par les mêmes figures masculines de domination, essentiellement les pères.
L’histoire individuelle devient collective et témoigne ainsi de tout un contexte socioculturel, historique et politique. Elle ne prend sens que dans ces rapports avec les expériences d’autrui. Cela met en exergue le travail de reconfiguration de l’expérience, à travers lequel l’individu choisit ce qu’il va retenir de sa vie et convoquer dans l’ici-et-maintenant, pour se définir auprès de celui à qui il s’adresse. Ici, les femmes ont choisi de se définir aux côtés d’autres femmes et au cœur de ce qui apparaît enfin comme une problématique sociétale. Ce mode de configuration narrative donne un caractère politique et historique aux récits, témoins de l’état social et culturel d’une société, à un moment donné de son histoire. Ils placent les femmes dans une logique d’opposition à un système, qui est constitutive d’une nouvelle forme identitaire. Le caractère politique des récits met en évidence une transformation de l’individu vers un état d’émancipation, qui le conduit à organiser son vécu de façon à faire émerger et consolider des prises de position. Cette sélection d’expériences, essentiellement inconsciente, ainsi que la manière dont elles intègrent la narration, la place et la fonction qu’elles occupent, témoignent de la présence d’un sujet politique, qui refuse de rester subalterne.

Conclusion : L’émancipation comme processus transformateur

  • 13 . Ceci est encore plus visible lorsque l’action prend la forme de démarches migratoires.

9C’est le mode d’organisation narrative de l’expérience vécue qui permet de mettre en évidence l’émancipation en tant que processus. Il se constitue d’un enchainement de prises de conscience et d’actes qui se manifestent à travers des formes narratives, comme les évènements biographiques, les histoires enchâssées ou se condensent autour de figures marquantes. Analysés dans leur ensemble processuel, ces moments traduisent des postures, des prises de position, à caractère émancipatoire. Ils témoignent d’une manière de s’inscrire dans les rapports inégalitaires qui sont ceux de la migration internationale clandestine, une manière qui donne une nouvelle forme identitaire. Car dans le contexte que nous présentons ici, le processus d’émancipation s’apparente à cela, à une transformation de soi, à un travail biographique d’affranchissement d’une condition pour passer vers une autre. L’action migratoire permet de laisser derrière soi un territoire, mais également une identité soumise à des paramètres socioculturels et familiaux perçus comme dominants. La transformation est longue et balisée par des étapes et des repères identitaires. Dans le même sens, l’émancipation s’étale sous la forme d’un processus qui revendique une reconstruction identitaire, la formation d’un nouveau soi. Pour revenir aux propos de Rancière, celle-ci est de l’ordre d’un refus de la soumission et ne s’y limite pas. Comme pour la classe ouvrière à laquelle il s’intéressait jadis, pour les migrantes clandestines, la posture émancipatoire ne se fonde pas uniquement sur l’accès à une connaissance de leur condition de soumission. Le travail de construction de cette posture, le travail de transformation de soi, est plus complexe et relève davantage de la réflexion décrite par Schütz au sujet de la notion de choix et d’action. Il est bâti sur la compréhension d’incohérences identitaires, mais qui se poursuivent par une recherche de sens, de remise en contexte biographique, et finissent par se traduire en actions13.
Ce travail, mis en scène dans le récit, élabore l’expérience de façon à ce qu’elle reflète l’individu, tel qu’il devient au fur et à mesure de la construction du sens. Car cette dernière est peut-être l’action la plus émancipatoire : trouver du sens à son expérience signifie s’y retrouver soi et donc s’affirmer en tant que sujet, similaire à certains et distinct des autres, adoptant des points de vue sur sa vie. Trouver de la cohérence entre soi-même et son vécu participe d’une forme d’achèvement de soi et de prise d’autonomie et de liberté. Car cela permet de choisir les positions adoptées, de choisir de se définir, de s’opposer, de rester ou de partir. C’est une autonomie amenée par la construction du sens, qui l’accompagne et l’alimente. A mesure de l’avancement du processus, la nécessité d’autonomie s’impose et, dans le même sens, celle-ci se construit au même temps que l’individu réorganise une expérience qui lui ressemble. Si - pour revenir à Dilthey - reconfigurer son expérience équivaut à un travail de construction de soi, nous pourrions ajouter que, pour des catégories d’individus comme les migrantes clandestines, la construction identitaire va de pair avec la construction d’une émancipation, par le biais de l’autonomie. La construction d’un soi libre, non soumis à des conjonctures socioculturelles, va de pair avec des prises de distance et de position, avec des dénonciations et des postures militantes, qui organisent les récits. L’émancipation que ce travail préfigure est dès lors à caractère politique, presque réalisée au nom collectif d’un ensemble de femmes partageant des expériences initiales similaires.

Haut de page

Bibliographie

Alheit, P. & Dausien, B. (2005). Processus de formation et apprentissage tout au long de la vie (trad. Delory-Momberger, C. L’orientation scolaire et professionnelle, 34(1), 57-83.

Delory-Momberger, C. (2004). Biographie, socialisation, formation. Comment les individus deviennent des individus. L’Orientation scolaire et professionnelle, 4, 551-570.

Delory-Momberger, C. (2009). La condition biographique. Essais et récits de soi dans la modernité avancée. Paris : Téraèdre.

Dilthey, W. ([1883] 1992). Critique de la raison historique. Introduction aux sciences de l’esprit et autres textes. Paris : Editions du Cerf.

Heinz, W. H. (2000). Selbstsozialisation im Lebenslauf. Umrisse einer Theorie biographischen Handelns (Autosocialisation dans le cours de la vie. Esquisse d’une théorie de l’agir biographique). In Hoerning, E. M. Biographische Sozialisation. Stuttgart : Lucius & Lucius.

Kant, E. ([1776-1787] 1993). Réflexions sur l’éducation. Paris : Vrin.

Lenoir, Y. (2007). Le concept de situation existentielle chez Paulo Freire : au cœur d’une pédagogie critique et émancipatoire. Document de la CRIE et CRCIE, 3, août 2007.

Paillé, P. & Mucchielli, A. (2008). L’Analyse qualitative en sciences humaines et sociales. Paris : Armand Colin.

Rancière, J. (2009). Et tant pis pour les gens fatigués. Entretiens. Paris : Ed. Amsterdam.

Rancière, J. (1987). Le maitre ignorant. Cinq leçons sur l’émancipation intellectuelle. Paris : 10/18.
Schütz, A. (2007). Essais sur le monde ordinaire. Paris : Le Félin.

Trifanescu, L. (2014). Au-delà des logiques dominantes. Histoires d’itinéraires en rupture. Chemins de formation au fil du temps, 18, 45 - 51.

Vinsonneau, G. (2011). Mondialisation et identité culturelle. Louvain la Neuve : De Boeck.

Haut de page

Notes

1 . Toutes ayant une maitrise suffisante de la langue française pour que cela ne constitue pas un biais à considérer dans les diapositifs dialogiques de recueil de données.

2 . Ils ont été complétés par des données supplémentaires, qui ne seront pas exploitées dans le cadre de cet article.

3 . Celui-ci est un des points sur lesquels nos positions se rapprochent du paradigme constructiviste.

4 . Ce qui n’équivaut pas au « choix rationnel » de Schütz (Schütz, 2007, p. 53).

5 . L’action et la praxis étant des moyens de l’émancipation.

6 . Ce que nous associons à la (re)construction de soi.

7 . Modèle développé par Delory-Momberger (2009) à partir des catégories d’analyse de Walter H. Heinz (2000).

8 . Dans notre échantillon, deux cas de figure de femmes en situation irrégulière se côtoient : celles qui ont voulu échapper à des mariages forcés et celles qui se retrouvent « sans-papiers » ou en régularisation précaire suite à des séparations.

9 . « C’est mon père avec la famille, ils m’ont obligée à me marier avec un homme de plus de quarante-six ans de plus que moi » (Aissatou, 19 ans, Mali). Ce premier évènement biographique, dénonciateur, pose le cadre dans lequel son récit s’inscrira. Son parcours s’y articulera et il y trouvera sa motivation première et son principal enjeu d’émancipation.

10 . Terme employé par une des demandeuses d’asile rencontrées.

11 . Par exemple, le mariage arrangé, l'excision ou l'interruption des études pour les femmes mariées.

12 . Néanmoins, certaines figures féminines contribuent à la domination exercée par les hommes. Nous n’allons pas nous y attarder ici en raison de leur faible relevance au regard de la question de l’émancipation.

13 . Ceci est encore plus visible lorsque l’action prend la forme de démarches migratoires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Letitia Trifanescu, « Processus d’émancipation et mise en récit de l’expérience migratoire clandestine », Recherches & éducations, 16 | 2016, 141-153.

Référence électronique

Letitia Trifanescu, « Processus d’émancipation et mise en récit de l’expérience migratoire clandestine », Recherches & éducations [En ligne], 16 | Octobre 2016, mis en ligne le 30 juin 2017, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/2544

Haut de page

Auteur

Letitia Trifanescu

Université Paris-Est Créteil LIRTES

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org