Navigation – Plan du site
Recensions

Alexandre Fontaine et Jean-François Goubet(dir.), La pédagogie allemande dans l’espace francophone.

Revue Germanique Internationale, 23.
Xavier Riondet
p. 197-201
Référence(s) :

Revue Germanique Internationale, 23. Paris : CNRS, 194 p.

Texte intégral

  • 1 . On ferait du Freinet, du Montessori, du Decroly, etc.
  • 2 . On se rappellera que pendant longtemps en France la revue Les Cahiers pédagogiques a servi d’outi (...)
  • 3 . Lê Thân Khôi avait alors écrit que jusqu’au dernier tiers du XIXe siècle, « malgré la circulation (...)

1L’histoire de la pédagogie est, le temps d’un dossier thématique, au centre de la Revue Germanique Internationale, un espace de publication pluridisciplinaire consacré à l’histoire et à la culture des pays de langue allemande. Le territoire allemand, « terre classique de la pédagogie », a vu proliférer d’innombrables innovations et pensées pédagogiques, qui ont connu des fortunes diverses, lorsque celles-ci ont traversé les frontières germaniques vers la France, la Suisse ou la Belgique. La présentation co-signée par Fontaine et Goubet explicite le cœur de l’entreprise. L’histoire de la pédagogie est un style en voie de disparition, de plus en plus absent du marché du livre en France. C’est dans ce contexte, où l’on ne sait pas si l’histoire des idées est en train de disparaître ou si c’est plus largement la pédagogie qui fait de moins en moins partie du paysage, qu’il faut lire l’intention du présent dossier : « redonner une place à la pédagogie dans la culture, voir en particulier quels transferts culturels se sont opérés entre aires germanophones et francophones durant les siècles passés » (p. 10). Au-delà du rassemblement d’études de cas sur un sujet précis (pédagogie allemande et espace francophone), il y a une position clairement défendue. L’histoire de la pédagogie est une production de regards sur sa propre histoire. Elle peut s’entendre comme l’histoire des grandes doctrines pédagogiques. Il s’agit d’une historiographie toujours en mouvement mais également d’une production de regards sur les contextes nationaux plus ou moins proches. Le crédo défendu par les co-directeurs du dossier est de montrer comment la réalité historique de la pédagogie est beaucoup plus transnationale qu’il n’y paraît et qu’elle recèle d’innombrables croisements mais également de rencontres manquées, pour des raisons diverses. La particularité de ce dossier est de favoriser la rencontre entre la classique histoire des idées pédagogiques et l’épistémologie des transferts culturels en plein essor. Cette particularité est visible dans la liste des contributeurs : Alexandre Fontaine, un des principaux représentants actuels des transferts culturels en histoire de l’éducation, côtoie ici des collègues se revendiquant explicitement de l’histoire des idées, comme Jean-François Goubet ou encore Loïc Chalmel. Cette « rencontre » permet à l’historiographie traditionnelle de la pédagogie d’éviter plusieurs problèmes (focalisation sur les grandes figures, faiblesse de la mise en intrigue, lecture trop internaliste des sources, par ailleurs trop souvent mono-linguistiques, essentialisation des pédagogies1). Elle permet aussi d’aborder les processus de traduction, de compréhension et d’usage des références par l’action de passeurs, de médiateurs, hommes ou femmes de l’ombre oubliés des contemporains, et d’analyser les conditions linguistiques, culturelles et politiques de certains emprunts (ou de réceptions partielles) et de certains silences.
Un des principaux attraits de ce dossier est indéniablement de redécouvrir des auteurs largement méconnus en France et d’ambitionner de les étudier avec un autre regard. Qui dans nos Ecoles Supérieures de Professorat et nos départements de Sciences de l’éducation a déjà entendu parler de Basedow ou de Kerschensteiner ?2 La liste des pédagogues évoqués est dense, on y retrouve également Fröbel, Herbart, Niemeyer, Pestalozzi, Steiner. Plusieurs contributions permettent d’accéder à certains aspects méconnus de ces œuvres pédagogiques. C’est le cas lorsque Loïc Chalmel revient sur l’univers théorique et la pensée de Steiner. Comme le rappelle Chalmel : « Une idée éducative ne peut se lire hors des échanges complexes qu’elle entretient avec son univers politique et sociale de référence » (p. 18). Mais, l’enjeu de ce dossier, c’est également d’observer la diffusion des idées, des médiateurs, et sous des formes variables (comme les traductions et les synthèses), en dehors de leur espace d’origine, comme le cas de Basedow prolongé par les réseaux philanthropistes.
L’étude ne se cantonne pas aux transferts culturels réussis mais reste attentive aux processus de filtres, de résistances, à travers des destins différents et contrastés. La réception de Pestalozzi est à cet égard significative. Tröhler revient sur les difficultés rencontrées par sa diffusion dans l’espace francophone en expliquant que l’argument linguistique n’est pas un facteur explicatif suffisant. L’héritage fut marginal en France au contraire de la Suisse romande. L’auteur avance des raisons culturelles pour expliquer cet écart. Boser décrit le destin pluriel de la méthode Pestalozzi dans le cadre de l’enseignement du calcul au début du XIXe siècle en Suisse et à Weimar. Bien que de nombreux Etats réfléchissent à une réforme éducative et que Pestalozzi devienne un « label de qualité dans l’Europe entière » (p. 63), ce sont bien des parcours complexes qui se donnent à voir, via des médiations très variées.
Deux textes portent sur Herbart (1776-1841). Pour rendre compte de l’impact de ce penseur sur ces disciples, Grundig de Vazquez se base sur le concept de « réception » du père des transferts culturels, l’historien Michel Espagne, en distinguant plusieurs types de réception, ouverte et masquée. L’angle d’Extermann et Rouiller est différent puisque le binôme rend compte de la trajectoire herbartienne en Suisse romande en se basant sur plusieurs médiateurs, de plusieurs générations différentes. Le lecteur comprend l’importance ici de la maîtrise linguistique dans le processus du transfert et les différents moyens mis en œuvre pour faire circuler des idées : séjours, voyages, contacts, réseaux associatifs, etc.
Avec beaucoup de précisions, Goubet décrit les fluctuations de la référence à Fröbel (1782-1852) dans l’histoire de la pédagogie française. En lien avec la question du jardin d’enfants, ce dernier était évoqué par Pape-Carpantier (1818-1878) pour faire évoluer les salles d’asile, puis par Kergomard (1838-1925) pour délimiter la singularité de l’École maternelle française par rapport à l’École primaire, avant de disparaître dans les oubliettes de la pédagogie en France. L’accueil français de la pensée de Kerschensteiner (1854-1932) fut également complexe. La francisation délicate de certains termes dans les premières productions francophones au début du XXe siècle, la préférence d’autres auteurs comme Dewey (1859-1952) pour certains commentateurs et l’émergence d’un concurrent, pourtant bien différent, comme Freinet (1896-1966), jouèrent un rôle non négligeable dans cette rencontre manquée entre les francophones et le penseur allemand.
Les États s’observent, produisent de la connaissance, se développent, et des emprunts ont parfois lieu, avec plus ou moins de fidélité, sans pour autant qu’ils soient toujours affichés et revendiqués. Hirsch et Mombert évoquent justement cette question de la « réception manquée ». Le territoire Alsacien, par la description de tout un réseau d’expérimentations et d’institutions, comme l’École Monge ou l’École Alsacienne, est qualifié de » province pédagogique », dans laquelle la pédagogie allemande aurait été réinterprétée, mélangée à d’autres références, tout en inspirant les différentes réformes de la IIIe République en France.
Les tensions et débats liés à la réappropriation des innovations d’autres contextes nationaux est le propre des États-nations, et l’Allemagne n’y échappe pas non plus. Klaus Dittrich évoque justement ce rapport aux innovations issues de l’étranger lorsqu’il décrit les difficultés d’institutionnalisation du travail manuel dans les écoles primaires en Allemagne à la fin du XXe siècle. Par travail manuel en Allemagne, il faut entendre « la manipulation et l’exécution de simples travaux en papier, carton, bois, métal et parfois en glaise réservés aux garçons » (p. 144). Les savoirs sur cette question circulent à l’échelle européenne à un moment où la plupart des pays européens ont rendu l’enseignement primaire obligatoire. Or, la tradition humaniste de l’enseignement obligatoire allemand va empêcher le développement institutionnel de cette pratique. La question du travail manuel fut même fortement débattue lors du congrès des instituteurs allemands. Un supposé « retard allemand » est instrumentalisé par les pédagogues allemands pour insister sur les enjeux de cette orientation vers le travail de manuel. À cela est répondu que les pédagogues étrangers ne cessent de souligner l’efficience du système éducatif allemand. C’est finalement l’approche humaniste qui prit le dessus sur le mouvement de travail manuel, illustrant « les inerties et les résistances qui font obstacle et ralentissent la réception d’une nouvelle discipline scolaire, en l’occurrence le travail manuel en Allemagne » (p. 157).
Le texte d’Alexandre Fontaine nous permet de rencontrer Niemeyer (1754-1828), représentant de l’éclectisme germanique, auteur d’une première histoire de la pédagogie et précurseur des études comparatives à l’instar de ses collègues allemands, pourtant totalement méconnu en France du fait des différents processus de traduction, de diffusion et de réception, au point même que ce fut le français Marc-Antoine Jullien de Paris (1789-1848) qui fut consacré a posteriori comme père de l’éducation comparée par Pedro Rossello (1897-1970). Indépendamment de la mise à jour des « racines germaniques » de ce courant comparatiste, l’auteur met en lien l’essor de cette production à la fin du XVIIIe siècle avec le contexte de fabrication des États-Nations mais également avec le développement de lectures idéologiques relatives à la supériorité européenne et aux frontières entre civilisations.
Par ce dossier, on perçoit au niveau global comment la France et l’Allemagne, autoproclamées piliers de l’espace européen, se sont développées l’une contre l’autre, mais également l’une par rapport à l’autre, et dans une triangulation avec la Suisse et la Belgique. Ce dossier nous montre parallèlement au niveau local que les processus circulatoires ne se restreignent pas au XXe siècle, et nous laisse penser que des épistémologies comme celles des transferts culturels peuvent sans doute redynamiser une histoire des idées pédagogiques vieillissante et répondre à un défi qui avait émergé au début des années 1980, relatif à une histoire de la pédagogie dans les différents contextes nationaux dans le monde et de la circulation des idées à travers ces contextes. En 1981, Mialaret et Vial avaient dirigé en effet une ambitieuse Histoire mondiale de l’éducation (1981), qui n’avait guère convaincu (Caspard, 1982, Lê Thân Khôi, 1983)3. Mieux équipés méthodologiquement et épistémologiquement, peut-être verra-t-on émerger, chez certains de ces contributeurs, des histoires globales, sinon connectées, des idées pédagogiques, et qui sans doute prendraient d’autres espaces culturels comme terrains de jeu.

Haut de page

Bibliographie

Caspard, P. (1982). Une vieille histoire, À propos de l’Histoire mondiale de l’éducation. Histoire de l’éducation, vol. 14/1, 41-61.

Lê Thân Khôi (1983). Recension de l’ouvrage Histoire mondiale de l’éducation dirigé par Gaston Mialaret et Jean Vial. Revue Française de Pédagogie, vol. 63/1, 95-97

Haut de page

Notes

1 . On ferait du Freinet, du Montessori, du Decroly, etc.

2 . On se rappellera que pendant longtemps en France la revue Les Cahiers pédagogiques a servi d’outil de co-formation informelle des enseignants et proposé des réflexions sur les réformes en donnant accès aux lecteurs dans les années 1950 à quelques fragments d’histoire de la pédagogie (avec des contributions exigeantes sur Jacotot, Marc-Antoine Jullien, Kerschensteiner, Dewey, etc.).

3 . Lê Thân Khôi avait alors écrit que jusqu’au dernier tiers du XIXe siècle, « malgré la circulation des hommes et des idées, les systèmes éducatifs ont évolué séparément dans de grandes zones culturelles et les emprunts qu’ils se sont faits ont été marginaux » (1983, p. 97).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xavier Riondet, « Alexandre Fontaine et Jean-François Goubet(dir.), La pédagogie allemande dans l’espace francophone. », Recherches & éducations, 16 | 2016, 197-201.

Référence électronique

Xavier Riondet, « Alexandre Fontaine et Jean-François Goubet(dir.), La pédagogie allemande dans l’espace francophone. », Recherches & éducations [En ligne], 16 | Octobre 2016, mis en ligne le 30 juin 2017, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/2575

Haut de page

Auteur

Xavier Riondet

Laboratoire Inter-universitaire des Sciences de l’Éducation et de l’Information (LISEC)
Équipe Normes et Valeurs
Université de Lorraine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org