Navigation – Plan du site
Recherches

Turbulence en Maternelle ou «  ces enfants qui bougent trop »

Odile Delignon

Texte intégral

1Cette brève contribution doit nous permettre, dans un premier temps, de saisir ce que les enfants dits turbulents ont de particulier, puis de comprendre les problèmes qu’un tel comportement à l’école peut susciter, et enfin d’envisager des stratégies, des habiletés pédagogiques pour accompagner ces enfants quelque peu désorganisés, et les aider à réguler cette exubérance comportementale.

2Ils jouent, ils agissent, ils explorent, ils expérimentent. En un mot,  ils remuent beaucoup, et chaque enseignant de maternelle le sait bien.... Ils sont ainsi les enfants apprenants de l’école maternelle d’aujourd’hui, «  cette école de plein exercice » (Men, 2002) qui leur permet, à travers cette mobilité, de s’approprier et comprendre le monde environnant. Mais si cet agir pour apprendre caractérise les enfants d’âge maternelle, ces derniers sont tous différents, et il y en a qui sont peut-être plus différents que d’autres.

3Ce sont tous ceux qui remuent sans répit, qui ont du mal à rester assis longtemps, à être silencieux, à se concentrer sur une tâche, à laisser les autres tranquilles, s’amusent bruyamment. Ils ne s’accordent aucune pause dans cette incessante exploration de leur environnement, et exigent des rappels à l’ordre constants, ce qui est en général ressenti comme épuisant. Les enseignants parlent alors d’élèves très remuants, agités,  inattentifs, indisciplinés, fatigants et perturbateurs. Hyperactivité, hyperkinésie, instabilité motrice, opposition infantile, autant de termes qui rendent compte de la difficulté à cerner ces enfants problématiques au sein d’une classe. Pourrait-on dire alors, comme l’écrit le pédiatre québécois Claude Desjardins, dans son ouvrage intitulé Ces enfants qui bougent trop que ceux-ci présentent un «  mélange exagéré  de différents aspects que l’on retrouve chez les autres enfants »,  à savoir activité, mobilité, curiosité, énergie .. Cela se traduit, à la maison comme en classe, par un comportement inapproprié, jugé excessif voire inacceptable, remarqué par rapport à une norme attendue d’un comportement restant dans les limites de l’acceptable pour qu’apprendre ensemble, vivre avec et parmi les autres, reste possible pour chacun des partenaires de l’acte éducatif.

4Si nous constatons que ces enfants sont différents par leur manière particulière excessive et désorganisée, de répondre aux multiples demandes et sollicitations de leur environnement, la compréhension de tels comportements reste délicate, au gré des recherches menées et conceptions avancées,  mettant en évidence dans la majorité des cas, l’absence de causes évidentes (cela ne veut pas dire qu’il n’y en ait pas !), ou  permettant d’énoncer des facteurs possibles : des facteurs neurobiologiques, provoquant une agitation particulière, un déficit d’attention, des difficultés de comportement, ou encore des facteurs psycho-sociaux renvoyant à des contextes sociaux ou familiaux, ou à des «  inhabiletés parentales » dans la manière d’éduquer les enfants.

5Quoi qu’il en soit, dans tous les cas, il s’agit bien pour ces enfants, d’une difficulté à contrôler leur comportement moteur et social, à réguler cette mobilité, cette agitation, face à l’environnement et aux exigences éducatives scolaires ou familiales. Le rapport à la règle apparaît déficient.

6Ce manque de contrôle de comportement a inévitablement des incidences sur l’élève lui-même, et sur son entourage : problèmes d’attention, troubles d’apprentissage, problèmes de conduite, de sociabilité, d’agressivité.

7Les caractéristiques qui ressortent d’un enfant dit turbulent, sont principalement les difficultés d’attention, l’hyperactivité et l’impulsivité.

8Parlons tout d’abord de cet enfant qui présente une attention inconsistante, attention comprise comme étant une capacité à se concentrer sur une tâche à accomplir. Il est facilement distrait, se laisse captiver par tout ce qui l’entoure, ne termine pas ce qu’il commence, n’écoute pas ce qu’on lui dit, se lasse rapidement d’un jouet, perd ses affaires, et si l’on veut qu’une tâche s’accomplisse, on doit le lui répéter plusieurs fois. Tantôt l’attention n’est pas là pour élaborer une stratégie en regard d’une tâche à accomplir : l’enfant décroche, se met à accomplir autre chose. Tantôt, elle n’est pas là pour soutenir une activité. Tantôt elle est bonne mais pour un certain temps seulement. Chaque situation ou tâche, selon qu’il s’agisse de planifier, anticiper, développer et organiser une stratégie,  demande un type d’attention. Tantôt on parle de distraction quand l’attention, adéquate sur le moment, reste en même temps vulnérable : un rien peut détourner l’enfant de la tâche à accomplir. Parfois on parle d’une difficulté de concentration ou d’une incapacité à se centrer sur une tâche parce que l’on pense à autre chose. Mais la pire des distractions n’est-elle pas une activité que l’on ne trouve pas intéressante et sur laquelle, en plus, on doit arriver à se concentrer ? La qualité de cette attention et de son maintien sont en quelque sorte proportionnels à l’intérêt relié aux tâches. Plus la tâche est ennuyante, plus on s’en laisse distraire facilement. Le déficit n’est pas tant au niveau de l’attention elle-même, qu’au niveau de la motivation qui la soutient. Par ailleurs, sous des apparences de problèmes dits d’attention, on retrouve chez l’enfant des difficultés reliées aux capacités de planifier, d’organiser et de développer des stratégies en fonction des tâches à réaliser.  Ces problèmes d’attention ont des répercussions sur les apprentissages solaires.

9L’hyperactivité développée par ces enfants est décrite par Claude Desjardins en ces termes : “ l’enfant court et grimpe partout, il bouge sans cesse, il semble habité par une poussée intérieure qui le garde toujours en mouvement. A l’école, il ne peut rester assis ; à la maison, il crée l’effet d’une tornade. Il bouge partout : à table, en auto, en regardant la télévision. Il ne peut se déplacer sans sauter sur place et finit par épuiser tout le monde ! ”. Il pourrait s’agir d’une agitation comme support nécessaire à l’attention, une forme de stimulation qui permet de mieux répondre aux besoins difficiles de l’attention : l’enfant se trémousse sur sa chaise, manipule sans cesse son crayon, saute sur place tout en parlant. Ce peut être l’expression d’une réponse exagérée en fonction des demandes de l’environnement : on pourrait parler ici d’un manque “ d’inhibition motrice ”, l’enfant ayant du mal à réguler son niveau d’activité motrice en fonction de la tâche demandée. Une sorte “ d’impulsivité ” dont nous allons parler maintenant, une impulsivité non retenue qu’il convient, dans un environnement social donné, de discipliner. On parlera d’impulsivité verbale, motrice et sociale.

10Impulsivité verbale : parler quoi qu’il arrive, interrompre les autres, répondre avant la fin de la question. Impulsivité motrice : agir sans réfléchir, prendre des risques sans se soucier du danger, être brusque dans ses mouvements.  Impulsivité sociale dans ses relations avec l’entourage : bousculer les conventions sociales, difficulté à gérer les relations sociales, ce qui le rend parfois envahissant et irrespectueux. Dans tous les cas, l’enfant présente une difficulté à contrôler et à ajuster son comportement en réponse à ce qui se passe autour de lui. On peut dire qu’il manque d’inhibition de cette impulsivité, inhibition pourtant nécessaire pour devenir un être adaptable aux contraintes de l’environnement et de la vie sociale, et qui passe par l’apprentissage du contrôle de soi, de ses actes et paroles, en sachant en anticiper les conséquences. Si l’on parle ici de régulation du comportement d’un enfant dont on dira qu’il est “ mal élevé ”, “ indiscipliné ”, il s’agit bien d’éducation du comportement par apprentissage des possibles par rapport à soi, aux autres et au monde extérieur. L’enfant dit turbulent à l’école est un enfant à discipliner, si l’on veut qu’il apprenne dans de bonnes conditions parmi et avec ses pairs, dans le respect des règles établies. “ Il n’y a pas d’éducation, sans certains interdits ” (Freud).

11Cet apprentissage de normes comportementales, par l’énoncé clair des limites et marges de manœuvres, permet à l’enfant de saisir la dimension des possibles pour une intégration sociale. Confronté  à ces limites, et devant la frustration difficilement acceptable, l’enfant turbulent apparaît hostile, s’opposant ainsi aux demandes exprimées par son entourage. Il perd parfois le contrôle, devient agressif devant la contrainte et peut devenir violent. Il est, par rapport aux difficultés importantes dans ses relations aux autres, peu accepté, voire rejeté.

12Ainsi, si la turbulence de l’enfant peut entraîner des troubles d’apprentissage et de conduite, il convient de réfléchir à des stratégies éducatives à développer au sein de la famille, et à l’école, susceptibles d’aider l’enfant à  réguler ce comportement turbulent. Au niveau d’une conduite sociale attendue, l’aide  envisageable peut être :

  • Lui permettre de prendre conscience de la conséquence de ses actions inconvenantes sur l’environnement social. C’est lui apprendre à penser, à réfléchir sur “ comment se comporter ”. La mise en mots apparaît ici essentielle pour qu’il s’approprie la responsabilité de sa conduite. A la contrainte, on substitue l’explication.

  • Par opposition à une attitude corrective, qui amène à énoncer une réprimande, signe social nécessaire pour rappeler au sujet la responsabilité de ses actes, profiter d’une activité au cours de laquelle l’enfant est serein pour le féliciter.  L’enseignant lui témoigne ainsi une attention positive, par un message verbal ou non-verbal gratifiant. L’interaction sera ici positive, et l’enfant ainsi valorisé, sera encouragé à persévérer dans ce comportement approprié. C’est l’aider à la construction d’une image positive de soi.

  • Prévoir avec l’enfant, par rapport à une situation donnée, les modalités du déroulement prévu, le comportement attendu souhaité et les conséquences. L’attitude ainsi cadrée, le comportement peut être canalisé.

  • Assumer des responsabilités. Ce sentiment de responsabilité vis-à-vis de la classe aide à se maîtriser, permet de trouver une place bien à soi, au sein de l’école, et développe la confiance en soi.

13En ce qui concerne plus précisément la turbulence dite motrice qui se traduit par un besoin impérieux de bouger :

  • Prévoir des activités motrices qui permettent à l’enfant  un défoulement du corps. Dans cette dépense physique, il apprend à apprivoiser son énergie de manière constructive, dans un contexte jugé acceptable et sécuritaire.

  • Prévoir des activités de relaxation qui lui permettent de prendre conscience de ce trop plein d’énergie, l’aident à retrouver son calme et à reprendre contact avec lui-même. La relaxation l’entraîne progressivement à une perception plus fine de ses tensions musculaires, même les plus imperceptibles, et lui apprend à les relâcher pour obtenir un plus grand calme mental. L’enfant apprend à mieux se connaître, à mieux être en apaisant cette agitation nerveuse. Vers la maîtrise des choses en passant par la maîtrise de soi.

14S’il s’agit bien dans ce contexte d’aide, de conjuguer plusieurs approches, qu’elles soient béhavioristes ou cognitivistes, l’ acteur central reste l’enfant, maître d’œuvre au centre des démarches proposées, et faisant appel à ses propres ressources. L’important est bien qu’il se perçoive comme responsable de son propre changement. L’école, milieu de vie tout à la fois exigeant et formateur, doit favoriser l’évolution de l’enfant et le mieux-être de chacun des partenaires de la relation éducative. Si l’enfant arrive à l’école avec sa motivation, son énergie, sa différence et ses difficultés, le pédagogue accepte d’accompagner les particularités, en composant avec les personnalités, les attentes, les limites et les ressources disponibles. Dans ce contexte de pédagogie “ ajustée ”, on mesure l’importance des  interactions, des échanges, des moments de régulation par la mise en mots des conduites et  conséquences, des pratiques corporelles énergiques et relaxantes, face à des enfants dits turbulents.

Haut de page

Bibliographie

Desjardins, C. (2001). Ces enfants qui bougent trop. Outremont : Editions Quebecor.

Men (2002).  Qu’apprend-on à l’école maternelle ? Les nouveaux programmes CNDP.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Odile Delignon, « Turbulence en Maternelle ou «  ces enfants qui bougent trop » », Éduquer [En ligne], 15 | 2007, mis en ligne le 16 octobre 2008, consulté le 30 août 2014. URL : http://rechercheseducations.revues.org/260

Haut de page

Auteur

Odile Delignon

PIUFM de Lorraine

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org